Prix de thèse AMADES – Estelle Gridaine, lauréate 2023

Construction d’une question sanitaire et d’une norme corporelle : le cas du traitement de l’obésité en milieu hospitalier
 
La lauréate du Prix AMADES 2023 est Estelle Gridaine. Sa thèse en sociologie a été soutenue en 2022 à l’Université de Nantes. Les membres du jury du Prix de thèse la félicitent pour la qualité de ses travaux de recherche.
 
Présentation
Cette recherche doctorale s’inscrit dans le cadre d’une reprise d’études universitaires, après une expérience professionnelle, en qualité de monitrice-éducatrice, auprès de personnes qui construisent leur vie d’adulte au sein d’institutions médico-sociales parce qu’elles souffrent de troubles psychiques. Estelle Gridaine a alors été interpellée par la décision de recourir à la chirurgie bariatrique de deux de ses collègues. Plus précisément, elle a été frappée par les efforts incessants que ces personnes déploient pour se conformer aux prescriptions médicales, et ainsi garder le bénéfice de l’amaigrissement engagé par la chirurgie, alors qu’elles redoutent, dans le même temps, et constamment, que leur observance soit remise en cause par les professionnels de santé. À revers de sa propre pratique éducative qui l’incitait à normaliser les comportements c’est, cette fois-ci, « par le bas » qu’Estelle a pu percevoir les effets identitaires des discours dominants sur ceux qui sont étiquetés comme pathologiques.

Lorsqu’elle a repris ses études en Master recherche de sociologie à l’université de Nantes, les travaux de Muriel Darmon, à propos des jeunes anorexiques, ont nourri ses premières analyses. Les enquêtes menées lors des deux années de Master, sous la direction d’Annie Collovald (ISP, Université Paris Nanterre), font apparaître un réel écart entre la lutte acharnée des patients obèses pour normaliser leur morphologie et les discours dominants qui associent l’obésité à un relâchement moral et corporel. C’est ce paradoxe qui constitue l’objet de son travail doctoral : comprendre comment des mécanismes de disqualification sociale des personnes corpulentes surgissent et se cristallisent dans un espace réputé neutre et empathique à l’égard des patients. Dans le prolongement des travaux interactionnistes qui étudient les manières dont se négocient les soins dans le cas de maladies chroniques, le parti pris méthodologique a été d’emblée de croiser les trajectoires des patients et des soignants afin de comprendre comment se construit la fabrique d’un espace d’un soin. Ce regard simultané est particulièrement heuristique pour observer les enjeux de la relation thérapeutique, notamment lorsque la maladie traitée est collectivement interprétée comme la preuve d’une amoralité.

Sa thèse, dirigée par Annie Collovald a été soutenue au CENS (Nantes) le 29 novembre 2022. Après avoir été ATER à l’UFR Staps de l’université de Nantes (2022-2023), Estelle est enseignante-chercheuse contractuelle (ECER) au département GEA de l’IUT d’Angers-Cholet depuis la rentrée 2023. Jeune docteure associée du laboratoire CENS, elle a rejoint le GRANEM (Groupe de Recherche ANgevin en Économie et Management).
 
 
Résumé de la thèse
A partir d’une étude localisée du traitement de l’obésité en milieu hospitalier, la thèse examine un paradoxe : comment des mécanismes de disqualification sociale des personnes en surpoids surgissent et se cristallisent dans un espace volontiers présenté comme neutre et empathique à l’égard des patients. La prise en charge de cet état corporel présente la particularité de réunir, à chaque extrémité de la relation thérapeutique (patients, personnel soignant), une population principalement féminine partageant des caractéristiques communes (âge, origine sociale et sentiment de déclassement) et un objectif commun de transformation des corpulences. Après de multiples tentatives précédentes d’amaigrissement, les unes espèrent atteindre une forme physique légitime ; les autres aspirent à une position professionnelle reconnue alors qu’elles ont vécu leur pratique paramédicale et médicale comme une relégation dans les zones d’ombre de l’activité sanitaire. Par le croisement d’une sociologie du genre, des classes populaires, de la santé, du corps et des groupes professionnels, cette étude vise à mettre en évidence comment la « négociation des soins » tourne sans cesse au désavantage des patientes : jugées d’emblée dépourvues d’un ethos du contrôle, portées à l’intempérance alors même que tout leur parcours antérieur témoigne du contraire, par des pratiques répétées de luttes et de volonté de changer la « fatalité » du surpoids. Les effets de la disqualification sociale ne jouent pas simplement dans les relations avec les soignant-e-s. Elle joue également au sein même du groupe de patient-e-s. Les mieux dotées mobilisent leurs ressources pour se distinguer des autres qu’elles considèrent comme dépossédées de toute bonne volonté. Simultanément, cette recherche montre que le manque de résultats pondéraux conduit les soignants à revoir leurs positions. Le care fait alors souvent place à une logique du soupçon ou à un déni de compétences. En s’appuyant sur le traitement statistique de dossiers médicaux, des entretiens ethnographiques et des observations répétées des interactions entre les différents protagonistes, la thèse revisite le déséquilibre de la relation thérapeutique au profit de la construction d’un ordre féminin, aussi subordonné soit-il aux normes masculines.


Citer ce billet
adminamades (2024, 31 mai). Prix de thèse AMADES – Estelle Gridaine, lauréate 2023. Amades. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rnq

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search