Le mot du président

Association majeure, occupant une place originale dans le panorama des associations professionnelles spécialisées, l’AMADES a moins besoin de bouleversements que d’attention aux transformations tant des objets de réflexion qui l’intéressent que des conditions d’exercice du métier de chercheur. C’est, en somme, l’objectif du collectif qui veille à son développement et que j’ai le plaisir de présider. Cela passe – marque de fabrique de l’AMADES – par le maintien d’un regard anthropologique exigeant sur le monde de la santé associé à la volonté de poursuivre le dialogue avec celui-ci. Cap qu’il s’agira d’ouvrir plus largement vers d’autres sciences sociales de la santé, prenant acte ce faisant d’une orientation déjà en cours comme en témoignent les thèses soumises à notre appréciation dans le cadre du Prix annuel que nous décernons : l’anthropologie, bien sûr, mais aussi la géographie, la sociologie ou l’histoire de la santé contribuent à enrichir notre savoir commun. C’est pour moi l’occasion de lancer un appel en direction des étudiants, notamment mais pas uniquement en thèse, ainsi qu’à nos jeunes collègues post-doctorants pour qu’ils rejoignent l’AMADES. Le site et son Bulletin (dorénavant semestriel) regorgent d’informations sur les séminaires, colloques, publications mais aussi postes ou contrats ouverts qui intéressent potentiellement nos collègues qui souhaitent s’engager dans une carrière de chercheur ou d’enseignant ou qui, au-delà et plus largement, sont intéressés par l’apport de l’anthropologie et des sciences sociales aux questions de santé.

Questions qui se renouvellent et qui suivent les transformations de la société, voire, je le pense, les annoncent, les révèlent. Pour s’en convaincre il n’est qu’à voir ce que nous enseignent les sciences sociales de la santé qui se sont développées dans les pays dit « du Sud » : les politiques du médicament, les relations entre soignants et malades, les rapports aux risques, les cultures médicales, sont autant de domaines de plus en plus pensés et travaillés dans ces contextes sociaux qui – j’en suis convaincu – sont riches d’enseignements pour ceux d’entre nous qui travaillent dans les sociétés des pays du Nord. Le temps d’un transfert univoque Nord-Sud des savoirs est définitivement révolu, mais pour autant on n’a pas pris la mesure du mouvement inverse de la connaissance. L’AMADES se propose de participer à cette entreprise. Au dialogue entre anthropologie et médecine doit donc s’ajouter le débat sur les enseignements réciproques de nos « terrains » respectifs, où qu’ils soient : c’est le moins que l’on puisse attendre de l’anthropologie qui fonde une part importante de sa légitimité sur son esprit critique, sa capacité au décentrement et sa contestation de tout ethnocentrisme.

Nous devons, je l’ai suggéré plus haut, poursuivre aussi la réflexion sur la pratique de l’interdisciplinarité. Là aussi il convient de dépasser les postures convenues sur « l’importance de.. », « la nécessité de.. » l’interdisciplinarité : elle n’a d’intérêt que lorsqu’elle est objectivée, dans sa fabrique quotidienne, dans ce qu’elle amène à repenser (ses méthodes ? nos objets ? voire notre « utilité » ?). Et ces réflexions, parce qu’elles ne seront pas d’abord théoriques, permettrons de renouveler nos échanges avec le « monde de la santé » : en d’autres termes, comprendre, en tant qu’anthropologue comment travailler avec un démographe, un économiste ou un historien, donne déjà les clefs du dialogue avec le spécialiste de santé publique ou l’épidémiologiste.

Là, des espaces comme le Colloque qu’organise tous les deux ans l’AMADES (le prochain en mai, à Brest portera sur les questions d’innovation) ou la revue Anthropologie & Santé à laquelle contribue l’AMADES, pourrons être utilisés pour incarner ce souci de rendre concret le dialogue entre terrains (du Nord et du Sud) et disciplines.

Ce « mot du Président » est, par définition, une expression singulière, c’est la règle du jeu : mais ne nous y trompons pas, il se veut fondamentalement l’écho d’un esprit, d’une démarche, partagés par un collectif que je vous invite bien sûr à rejoindre.

Laurent Vidal


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.