Colloque Ebola en Afrique de l’Ouest

AfficheFlyer Ebodakar 2015-1Le premier colloque en sciences sociales sur l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’ouest, EboDAKAR 2015, aura lieu à Dakar, le 21 mai 2015.

Il rassemblera des chercheurs en sciences sociales (anthropologie,géographie, sociologie, science politique, droit), des personnes affectées par l’épidémie et des acteurs de la riposte, pour des communications, des discussions et une table-ronde.

L’appel à communications est ouvert jusqu’au 8 mars 2015. Toutes les informations sont disponibles sur le site du colloque: ebodakar2015.sciencesconf.org Les inscriptions sont ouvertes.

Le Colloque EboDakar est organisé par le Réseau Ouest-Africain SHS Ebola, cf.http://shsebola.hypotheses.org, l’UMI TransVIHMI (IRD), le CRCF (Centre Régional de Recherche et de Formation à la prise en charge de Fann) et le Département de Psychologie, Sociologie et Anthropologie, de l’Université Chekh Anta Diop de Dakar (UCAD).

Objectifs scientifiques

L’objectif de ce colloque est de rassembler des contributions et analyses en anthropologie et sciences sociales sur l’épidémie ouest-africaine de MVE, et de créer un espace d’échange entre chercheurs et acteurs. Le propos est d’identifier et préciser des thèmes de recherche clés dans une perspective théorique et/ou opérationnelle appliquée, et des questions qui se prêtent à des analyses comparatives.

Le colloque n’affiche pas de cadre théorique limitatif, mais propose de traiter quelques grandes thématiques: les constructions sociales de la maladie et de l’épidémie; les normes médicales, stratégies sanitaires,et leurs interprétations; l’ethnographie de la prévention et la préparation; l’expérience des malades et de leur entourage, des personnes contacts; l’anthropologie de la recherche bioclinique et thérapeutique.

L’attention sera portée particulièrement —mais pas exclusivement— sur les pays en situation de risque épidémique, périphériques aux trois pays épicentres, tout en comparant ces situations. A ce stade précoce, où l’investissement d’anthropologues est encore limité à des missions de courte durée ou à une analyse préliminaire des données, il n’est pas exigé de présenter des interprétations achevées. On attendra plutôt des communications ouvrant des pistes, appelant des discussions ou approfondissements qui bénéficieront de l’échange.

L’objectif final est de contribuer, au-delà des analyses locales ou nationales, à une connaissance de l’épidémie qui puisse être située au niveau régional. Cette connaissance devrait éclairer des politiques de riposte en cours de définition à ce niveau, au temps de l’évolution vers une forme endémique, avec de possibles flambées épidémiques, de la fièvre hémorragique à virus Ebola.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.