Waxtaanu Amades 2016

 

amades1

Waxtaan, 15 septembre 2016, CRCF, Dakar

Les Waxtaanu de l’antenne Amades Dakar a eu le plaisir de recevoir et d’écouter Monsieur Abdou ka, Doctorant en 4ème année de thèse en socio-anthropologie à l’École Doctorale Études sur l’Homme et la Société (ETHOS) à l’UCAD. Abdou est également chercheur rattaché à l’UMI 3189 (Environnement Santé Sociétés) et membre du comité directeur de la revue Anthropology of food. Ses recherches doctorales portent sur l’alimentation avec comme sujet de thèse « Manger à Widou ».

Le Waxtaanu a commencé par une présentation synthétique et dense de l’association par Bernard Taverne qui a axé son intervention sur l’origine et l’esprit de l’association puis sur les difficultés et les changements institutionnels qui se sont opéré au fil des années. Il apprécie et félicite l’organisation des activités par l’antenne Amades Dakar et salut l’initiative des antennes locales à Dakar et Ouagadougou. Il pense que le défi de faire revivre l’antenne Sénégal est relevé par le dynamisme local.

La présentation d’Abdou intitulée « Se nourrir au Ferlo. Des pratiques alimentaires en pleine mutation » est tirée des résultats de sa thèse qui s’inscrit dans le prolongement des travaux de Georges Balandier sur la sociologie dynamique. Sa thèse fait aussi usage du concept de « triangle du manger » qui lui permet d’identifier les trois dimensions que sont l’aliment, le mangeur et la situation. Sa thèse est inscrite dans ce cadre théorique et analytique qui a orienté ses recherches doctorales.

Par le recours aux données empiriques, sa présentation décrit le profil alimentaire de la population de Widou, à majorité peul (94 %), dans une approche historique comparative. Avec comme événement de référence la sécheresse des années 1970, Abdou recourt aux données issu d’entretiens et d’observation pour comparer l’alimentation du passé à celle d’aujourd’hui à Widou. A l’aide de plusieurs matériaux descriptifs, il montre les dynamiques qui se sont opérées au niveau alimentaire.

Sa comparaison établie par le recours aux données ethnographiques montre que ses interviewés, tout en appréciant l’alimentation du passé, se plaignent de la forme qu’elle a prise aujourd’hui incluant un certain nombre de produit dangereux pour leur santé (bouillon, thé, boul falé (eau de Cologne à usage de boisson enivrante). La dynamique alimentaire observée est l’effet de la mobilité, des marchés hebdomadaires ainsi que de la présence d’ONG et l’éducation des enfants qui ont apporté de nouveaux produits et modes de cuisson.

À la fin de sa présentation, les discussions ont d’abord tourné autour des interventions des ONG, des effets de l’éducation des enfants sur les changements de pratiques alimentaires. Des questions ont été posées sur la différence d’alimentation en fonction de certaines catégorie (femme enceintes, femme allaitante, enfants, personnes âgées). Enfin, des questions sur les catégories de personnes interrogées et sur la recension des données épidémiologiques sur la nutrition ont été soulevées.

La séance a été levée à 17h40, suivi d’une réunion de mise à niveau du bureau local de l’antenne Amades Sénégal.

CR : télécharger le compte rendu

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.