PROCRÉATION MÉDICALE ET MONDIALISATION. Expériences africaines.

Parution d’ouvrage

PROCRÉATION MÉDICALE ET MONDIALISATION

Expériences africaines

Sous la direction de: Doris BONNET et Véronique DUCHESNE

Editeur : L’harmattant
Collection : Anthropologies & Médecines
octobre 2016
ISBN : 978-2-343-09974-3
250 pages
Prix : 24,70 €

EAN Ebook format Pdf : 9782140019791
2 118 Ko
Prix : 19,99 €
(compatible avec l’ensemble des liseuses et lecteurs du marché)

Résumé :

schermata-2016-10-14-alle-14-54-02Cet ouvrage analyse la portée de l’émergence de la procréation médicale en Afrique subsaharienne. Le contexte dans lequel elle a émergé, les populations et les conditions d’accès. La stigmatisation sociale liée à l’infertilité a poussé des couples à recourir à la fécondation assistée mais les inégalités sociales ont réduit cet accès aux classes moyennes. La procréation médicale est une nouvelle façon de faire des enfants et donc de faire des parents. Elle révèle l’émergence de l’idée d’un enfant du couple et non plus seulement d’un enfant du lignage. Elle répond à des objectifs thérapeutiques, mais elle est aussi emblématique d’un contexte africain urbain contemporain en forte évolution.

Introduites en Afrique subsaharienne à partir des années 1980-1990, les technologies de la reproduction y sont encore largement méconnues. Leur émergence est intervenue dans un contexte sanitaire où l’offre de soins en santé de la reproduction est largement insuisante. Face à la stigmatisation sociale et aux pressions familiales (risques de répudiation, divorce, polygamie), des couples inféconds se tournent, souvent à l’insu de la famille et de l’entourage, vers la fécondation in vitro au sein de cliniques privées de métropoles africaines. D’autres décident de partir à l’étranger, vers un pays voisin ou sur un autre continent, sur recommandation médicale ou par souci de confidentialité. Dans ce contexte, l’assistance médicale à la procréation reste porteuse de profondes inégalités, puisque uniquement accessible aux classes moyennes. Mais il n’est pas rare que des couples peu fortunés en viennent à vendre des biens et à recourir à des prêts pour le paiement d’une fécondation in vitro. La procréation médicale est une nouvelle façon de faire des enfants et donc de faire des parents. Elle révèle l’émergence de l’idée d’un enfant du couple et non plus seulement d’un enfant du lignage. Certes, elle répond à des objectifs thérapeutiques, mais elle est aussi emblématique d’un contexte africain urbain contemporain où mariage, sexualité, engendrement et parentalité peuvent être dissociés.

Table de matière :

INTRODUCTION. L’émergence des en Afrique au sud du Sahara, Doris Bonnet & Véronique Duchesne

PARTIE I. Pluralité des contextes

1. Politiques de population en Afrique du sud au prisme de la santé reproductive. Ruptures ou continuités ? Frédéric Le Marcis

2. Construction d’un discours médiatisé et d’un public sur l’assistance médicale à la procréation. Le cas des sites web de cliniques et centres de dons africains, Luc Massou

3. Assisted reproductive technologies in private IVF clinics in Ghana and Uganda. Local responses to the scarcity of embryologists, Viola Hörbst & Trudie Gerrits

4. Le chemin du don et ses trois paradoxes. Des femmes africaines et le don d’ovocytes en France, Véronique Duchesne

PARTIE II. Parcours de soins et expériences mondialisées

5. Parcours en ligne d’internautes africaines francophones : une (bio) médicalisation de la reproduction ? Emmanuelle Simon

6. Bloguer sur son infertilité : parcours de soins et espace d’expression de patients en Afrique du Sud, Brigitte Simonnot

7. Biomedical infertility care and assisted reproduction. Mozambican infertile couples transnational therapeutic itineraries, Inês Faria

8. Spécificité du parcours d’assistance médicale à la procréation chez les couples originaires d’Afrique subsaharienne en situation migratoire en France, Sylvie Epelboin

PARTIE III. Conjugalité et relations familiales

9. La stigmatisation des couples infertiles au Sénégal. Entre logiques conjugales et logiques familiales, Marie Brochard

10. Infécondité et nouvelles techniques de reproduction au Gabon. De la sorcellerie familiale à la sorcellerie technologique,Arielle Ekang Mvé

11. Infécondité de couples burkinabè. L’expérience de l’épreuve dans le recours à l’assistance médicale à la procréation,Maryvonne Charmillot

12. Les savoirs privés de l’infécondité masculine (Douala, Cameroun), Doris Bonnet

CONCLUSION. Interroger la parenté africaine au regard des techniques de la reproduction, Doris Bonnet & Véronique Duchesne

LISTE DES AUTEURS

AUTEURS:

Doris BONNET, directrice de recherche émérite en anthropologie à l’Institut de recherche pour le Développement (IRD), membre du Ceped (UMR 196), a mené des recherches en Afrique  subsaharienne, en particulier au Burkina Faso, et auprès des migrants d’Ile de France originaires d’Afrique à l’hôpital Necker sur l’enfance et la santé.

Marie BROCHARD a soutenu sa thèse en anthropologie intitulée Normes reproductives, infertilité et nouvelles technologies de reproduction au Sénégal. Le genre et le don en 2014 à l’Université Paris Descartes. Elle travaille actuellement en tant que consultante pour l’Agence de Médecine Préventive sur la vaccination antigrippale en Afrique de l’Ouest.

Maryvonne CHARMILLOT est maître d’enseignement et de recherche en sciences de l’éducation à l’université de Genève. Ses recherches portent sur les questions de santé, de maladie et sur la formation. Elle a notamment collaboré (2011-2012) avec le Service d’enseignement thérapeutique pour maladies chroniques des Hôpitaux universitaires genevois. Elle participe actuellement à la coordination d’une recherche sur les droits sexuels dans l’éducation sexuelle.

Véronique DUCHESNE, maître de conférences en anthropologie à l’Université Paris Descartes (Sorbonne Paris Cité), est membre du Ceped (UMR 196). Ses recherches portent sur les circulations et innovations dans le champ de la santé en Afrique subsaharienne et sur la mondialisation des médecines traditionnelles.

Sylvie EPELBOIN est praticien hospitalier en gynécologie-obstétrique à l’hôpital Bichat-Claude Bernard.

Arielle EKANG MVE a soutenu sa thèse en anthropologie intitulée Infécondité et Nouvelles Techniques de la Reproduction au Gabon.

Inês FARIA, doctorante à l’Institut de Recherches en Sciences Sociales d’Amsterdam (AISSR-UvA), travaille depuis son master sur la circulation thérapeutique et la mobilité transnationale des couples portugais et lusophones en quête d’assistance médicale à la procréation, en particulier entre le Mozambique et l’Afrique du Sud.

Trudie GERRITS est maître assistante au Département de sociologie et d’anthropologie à l’Université d’Amsterdam, où elle est co-directrice d’un Master d’anthropologie et sociologie médicale (MAS). Son travail de recherche porte sur l’infertilité et les technologies de la reproduction au Pays-Bas ainsi que dans le Sud global.

Viola HÖRBST, anthropologue, docteure, chercheuse indépendante, travaille depuis 2004 sur l´infertilité et l`AMP dans des cliniques privées (Mali, Sénégal, Togo, Ouganda) dans le contexte de la mondialisation. Entre 2011 et 2013 elle a dirigé un projet d`investigation comparatif avec Inês Faria et Trudie Gerrits sur le développement de pratiques de l’AMP dans différents pays africains (Ghana, Ouganda, Mozambique).

Frédéric LE MARCIS, professeur des universités en anthropologie sociale à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, en délégation au pôle de recherches cliniques de l’INSERM, est membre de Triangle, UMR 5206. Ses recherches portent sur les questions de santé sur le continent africain (Guinée, Côte d’Ivoire, Afrique du Sud, Burkina Faso, Sénégal).

Luc MASSOU, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, est membre du Centre de recherche sur les médiations – communication, langue, art, culture (CREM, EA 3476). Ses recherches portent sur l’analyse sociotechnique des dispositifs d’information et de communication numériques, et sur l’étude de leurs usages et  non-usages dans les pratiques professionnelles.

Emmanuelle SIMON, anthropologue, est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, et membre du Centre de recherche sur les médiations (EA 3476). Ses travaux portent sur les savoirs et les pratiques communicationnelles dans le secteur de la santé.

Brigitte SIMONNOT, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, est membre du Centre de recherche sur les médiations (EA 3476). Ses recherches portent sur les pratiques informationnelles, l’analyse des dispositifs d’accès et de partage de l’information en ligne, et les usages dont ils font l’objet.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.