Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge.

De Clémence SCHANTZ

Sous la direction de Véronique PETIT

Thèse en Sociologie et Démographie, soutenue le 16 décembre 2016 à l’université Paris Descartes

 

Cette recherche doctorale remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en observant « par le bas » et en rendant visibles les pratiques obstétricales à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césarienne dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, et sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, sont fréquemment détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale. Elles font système en se renforçant les unes les autres. Le corps des femmes est appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs.

 

Accès au document intégral: contacter l’autrice à l’adresse clemschantz@hotmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *