Accoucher en migration. Une transformation de soi par l’univers sociotechnique des soins. Analyse d’une situation de contact entre des femmes migrantes d’Afrique de l’Ouest et des professionnels de la périnatalité en Seine Saint Denis.

De Patricia VASSEUR

Sous la direction de Yannick JAFFRÉ

Thèse en Anthropologie sociales et Ethnologie, soutenue le 13 décembre 2016 à L’EHESS de Marseille

 

Accoucher en contexte migratoire pose plusieurs questions. Dans quelle mesure expérimenter la naissance dans un espace autrement médicalisé que celui d’où l’on vient, transforme l’individu ? Que comprennent les soignants de ces futures mères nées hors de France ? Jusqu’où la prise en charge médicale de la grossesse de futures mères par des professionnels peut contribuer à redéfinir la perception de la maternité ?

Ce travail propose d’y répondre. Les sociographies resituent l’histoire périnatale des femmes de notre étude dans leur vie ordinaire. Histoire qui questionne simultanément les espaces domestiques, familiaux et sociaux. Elle conduit à une forme de distanciation qui oblige la future mère à se repositionner socialement et affectivement sans étayage familial afin de faire de l’ailleurs, « un chez soi ». Elle contribue à l’apprentissage de nouvelles normes sociales qui se conjuguent à celles antérieures à la migration jusqu’à parfois en transformer le sens. Focaliser notre réflexion sur la relation de soins montre qu’entrer dans les espaces médicaux par le ventre, consiste à interroger « en actes » la perception de la technicisation médicale du soin périnatal et souligne la reconstruction sociale des actes médicotechniques par celles qui accouchent. Notre thèse étudie le processus d’ajustement réciproque qui permet de s’entendre lorsque l’on ne se comprend pas vraiment. Il s’appuie sur l’usage du stéréotype qui s’il est anthropologiquement critiquable, structure « bénéfiquement » la relation de soin. Il construit une éthique « du prendre soin » fondée sur la prise en compte de l’altérité et de l’inquiétude qu’elle produit. Conjointement passer par des dispositifs techniques, conduit les femmes de notre échantillon à appréhender autrement leur corps et le destin de leur enfant. Expérimenter la grossesse par la technicisation médicale interroge les rapports de genre où se mêlent, la sexualité et la fécondité qui contribuent à une forme d’autonomie sociale.

 

Accès au document intégral: contacter l’autrice à l’adresse patvasseur@yahoo.fr

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *