« Repenser les inégalités de santé après Ébola »

Pour le cycle :   » Les Conférences du Ceped « 

Mercredi 7 Juin 2017 à 18h

Salle des thèses (voir plan)
Université Paris Descartes
Bâtiment Jacob, 5ème étage
45 rue des Saints Pères
75006 Paris

Entrée libre, sans inscription

Pour plus d’information : fred.eboko@ird.fr

Vinh-Kim Nguyen est anthropologue et médecin, spécialiste du traitement de l’infection VIH.

Il est professeur d’Anthropologie et sociologie du développement à l’Institut des hautes études internationales et du développement à Genève, professeur associé au Département de Médecine Sociale et Préventive de l’Université de Montréal, ainsi que Research Fellow au Max-Planck Institute for Social Anthropology à Halle en Allemagne.

Il combine son travail académique avec un engagement pour les droits et l’accès aux traitements des personnes vivant avec le VIH au Nord et au Sud. D’ailleurs, il est l’une des principales voix au niveau international à proposer une analyse de l’aide humanitaire, du développement et de la santé publique internationale qui soit à la fois critique et tournée vers l’action.

Son travail se distingue par son originalité empirique et son positionnement théorique et militant : tout en menant une ethnologie des premiers programmes communautaires de traitement du VIH/SIDA en Côte d’Ivoire, au Mali et au Burkina Faso dès 1994, Vinh Kim Nguyen a participé, en tant que médecin et activiste, au combat pour l’accès aux thérapies antirétrovirales en Afrique – bien avant l’essor de « l’industrie du Sida » (y compris en sciences sociales) pendant les années 2000.

Le travail de Vinh Kim Nguyen a marqué la discipline anthropologique par son inventivité théorique. Dans la continuité des travaux de Michel Foucault, il a proposé plusieurs notions pour rendre compte des formes inédites prises par la biopolitique dans un contexte de globalisation, de crise de l’Etat-Providence et de choc épidémiologique. Il a ainsi proposé de lire à travers l’histoire des interventions médicales internationales en Afrique l’émergence d’une forme inédite d’exercice du pouvoir politique : la souveraineté thérapeutique, fondée à la fois sur une logique de tri (pour déterminer les malades à soigner en situation de pénurie) et d’exception (l’urgence épidémiologique justifiant le contournement des souverainetés nationales et des droits qu’elles garantissaient). L’originalité de son approche réside également dans un engagement critique avec les sciences biomédicales, permettant d’intégrer la biologie et l’épidémiologie moléculaire comme outils pour comprendre les transformations biosociales du monde contemporain et renouveler le cadre théorique de l’anthropologie de la globalisation.

Il a reçu le prix Aurore du Conseil Canadien de la Recherche en Sciences Humaines en 2007 et le prix Joël Gregory en 2012 pour son livre The Republic of Therapy, Triage and Sovereignty in West Africa’s Time of AIDSchez Duke University Press publié en 2010.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.