Colloque International « Violence en milieu universitaire : prise en charge et réponse éducative»

APPEL A COMMUNICATION

22-24 novembre 2017
A UFR SCIENCES DE L’HOMME ET DE LA SOCIÉTÉ
UNIVERSITÉ FÉLIX HOUPHOUET-BOIGNY
BPV34
Abidjan (Côte d’Ivoire)

La violence dans les institutions d’éducation et de formation est devenue un phénomène préoccupant. Au plan mondial, les conférences se multiplient pour faire prendre conscience de sa gravité et de la nécessité de la résoudre. Les initiatives gouvernementales en Occident ne manquent pas. Elles ont permis de mettre en place des mécanismes de résolution et même de prévention des violences en milieu scolaire et universitaire.
En France, par exemple, en octobre 2000, un arrêté du Ministère de l’Education Nationale a créé le Comité National de Lutte contre la Violence à l’école. Constitué de façon à être ouvert largement à tous les partenaires dans la lutte contre les violences et les incivilités, ce comité a pour mission d’identifier et d’analyser les phénomènes de violence à l’école et de proposer, en relation avec les autres départements ministériels, les réponses propres à lutter contre ces phénomènes. Ce Comité est informé des bilans concernant la violence scolaire et des actions mises en oeuvre dans les établissements scolaires.
Au Canada, l’enquête ESSIMU (Enquête Sexualité, Sécurité et Interactions en Milieu Universitaire) vaste enquête dévoilée en janvier 2017 à l’Université du Québec à Montréal, conclut que les violences sexuelles sont fréquentes dans le milieu universitaire. En effet, l’université n’est pas à l’abri des rapports de pouvoirs qui marquent le social et qui sont basés sur une sorte de subordination, ou un sentiment de domination.
De nos jours, le phénomène de violence déborde les frontières, déjoue toutes les stratégies et ne se limite plus seulement qu’aux pays développés.
Actuellement, rares sont les pays africains qui ne l’ont pas connu. On se souvient de l’attaque de l’université de Garissa, au Kenya, en avril 2015. Cet attentat perpétré par le groupe islamiste somalien Al-Shabbaab, à l’université de ladite ville avait fait 152 tués, dont 142 étudiants, 3 policiers, 3 militaires et 4 terroristes.
Au regard de la gravité du phénomène, de ses récurrences et surtout des enjeux, les réactions restent molles, individuelles, sectaires et inefficaces. On assiste à une absence presque totale d’initiatives collégiales, régionales et continentales pour penser, élaborer des stratégies de prévention et de résolution afin de juguler les réapparitions de cette violence dans les institutions d’éducation et de formation. Ce qui corrobore, d’ailleurs, les propos de DEBARBIEUX Éric à la conférence du 05 au 07 Mars 2016, à l’UNESCO :

« Toutes les démocraties libérales sont touchées par la violence dans le système scolaire. Les débats sur cette question existent partout, mais les faits auxquels l’école est confrontée ainsi que les stratégies pour y remédier sont différents».

Aujourd’hui, on en est encore à tergiverser avec une inexpérience et une relative méconnaissance des facteurs déclencheurs, des catégories de violences en jeux, des vulnérabilités et surtout du cadre de réflexions nationales, régionales et continentales.
Presque tous les secteurs des systèmes éducatifs et de formation des pays africains sont affectés, et les universités semblent être les plus atteintes. La Côte d’Ivoire, en la matière, nous offre des exemples éloquents. Ses universités publiques sont devenues des foyers de troubles et de tensions depuis plus de
trois décennies. Elles fournissent de nombreuses occasions de brutaliser, de harceler, d’intimider, de violer, d’agresser, de vandaiiser, de participer à des affrontements de toute sorte, etc. Qui ne se souvient de l’intervention musclée de l’armée à la Cité universitaire de Yopougon en 1991 ? Qui n’a pas en
mémoire l’étudiant Thierry Zébié Zirignon, abattu à coup de gourdins, le crâne fracassé par des jets de pierre en juin 1991, non loin de la cité universitaire Mermoz à Abidjan ? Pour la première fois, un étudiant était tué lors de manifestation de protestation. Cet acte de violence inouïe avait été précédé de formes extrêmes de violence. Comme le rappelle le sociologue Francis Akindès :

« Un pas a été franchi, lorsqu’en 1990, suite à un mouvement estudiantin de protestation, la police et l’armée, sous les ordres du Chef d’Etat-major de l’époque, le général Robert Guéï, violent les franchises universitaires, tirent à balles réelles sur les étudiants manifestants, tuent un étudiant à Adzopé. Les mêmes forces de l’ordre organisent en 1991, une expédition punitive sur la cité universitaire de Yopougon… Au cours de cette expédition, des étudiantes sont violées… Face à l’exercice de plus en plus répressif de l’autorité de l’État, les étudiants qui estiment n ‘avoir plus rien à perdre cultivent eux aussi des méthodes et des réponses toutes aussi violentes : les lance-pierres sont très vite remplacés par des machettes, des gourdins et des grenades lacrymogènes artisanales à base de poudre de piment connues localement sous le nom de « lacry-baoulé », fabriquées par les utilisateurs eux-mêmes. »
( cf. Côte d’Ivoire : la réinvention de soi dans la violence, Codesria, 2011, p. 14)

Depuis lors, la violence est devenue un casse-tête pour les autorités politiques et universitaires. Les incidents observés sur le terrain vont de simples problèmes de disciplines aux gestes obscènes, aux crimes. Les menaces verbales et physiques, les agressions, le vandalisme et les extorsions de toute nature, les chantages et harcèlements sont devenus des faits quotidiens auxquels sont soumis les étudiants, les enseignants, le personnel administratif et technique.
L’étudiant Abib Dodo Borice, en subira les frais. Il sera torturé puis assassiné par ces condisciples en juin 2004 sur le campus universitaire de Cocody.
Après la crise post-électorale de 2011, et environ trois ans après, les universités publiques ont semblé connaître une accalmie. L’harmonie et la paix ont semblé reprendre leurs droits. Mais, ce n’était qu’une illusion, un répit. La violence y a resurgi de plus bel avec virulence au grand étonnement des autorités politiques et universitaires. En effet, en juin 2016, l’étudiant handicapé Alaba Roland Bonaventure a été percuté sur le campus de Cocody par un véhicule de la police. Pris en charge par le Samu, il sera transféré au CHU de Cocody. Malheureusement, cet étudiant en Ll de Sciences économiques et de gestion n’a pas survécu à ses blessures. Trois ministres venus participer à la cérémonie d’hommage à cet étudiant décédé seront conspués par la foule d’étudiants. La cérémonie s’est terminée dans la confusion. Après avoir trouvé refuge dans les locaux de la présidence de l’université, la délégation gouvernementale en sera discrètement exfiltrée.
Face à cette résurgence de la violence en milieu universitaire, le rôle de l’université se trouve interrogé. Selon Frederico MAYOR (Unesco, 1991)

« Une université sert à cerner et à étudier les grands problèmes nationaux et à contribuer aux débats sur les grands thèmes de réflexion planétaires ; à collaborer avec les secteurs de l’industrie et des services de développement national; à permettre aux gouvernements de prendre des décisions scientifiquement motivées puisque l’on s’efforce de plus en plus de donner aux décisions politiques une base scientifique ».

L’UFR Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université Félix Houphouët-Boigny, Abidjan Cocody, s’inscrit dans cette perspective en organisant ce colloque international:

Ce colloque offre aux experts et spécialistes, aux usagers et acteurs des universités, aux observateurs, aux victimes, aux entreprises, aux autorités politiques et universitaires, un cadre de réflexion pour :

  • Penser et repenser la violence à l’université.
  • Retracer les nouveaux enjeux et les profils des acteurs susceptibles de faire face aux défis de la violence.
  • Réinterroger le système universitaire dans sa structuration, son organisation, et son fonctionnement.

Au total, l’enjeu du colloque est centré sur la restauration de l’autorité du personnel d’encadrement technique et pédagogique d’une part, et d’autre part sur les conditions de vie et de travail de tous les usagers (enseignants, étudiants, personnel administratif et technique, syndicats et associations d’étudiants, etc.).
Les droits et devoirs des différents maillons de la structure universitaire constituent un gage de la réussite de l’institution.
La complexité de la violence et la variété de ses formes recommandent des réponses pluridisciplinaires, des réponses coordonnées et complémentaires entre l’enseignement supérieur et ses partenaires, notamment les ministères, les collectivités territoriales, la police, la gendarmerie, la justice, les organisations professionnelles et la société civile.
Les contributions attendues doivent concerner différents champs de réflexion et problématiques (Géographie, Histoire, Philosophie, Psychologie, Sociologie, Sciences juridiques, Sciences médicales, Economie et gestion,
Criminologie, Sécurité, etc.), la Société civile, les ONG, etc. Elles devront s’inscrire dans les axes et sous-thèmes suivants.

AXE 1 : VIOLENCES EN MILIEU UNIVERSITAIRE : FACTEURS, VICTIMATIONS ET VULNÉRABILITÉS

Sous-thème 1.1: Facteurs de la Violence en milieu universitaire

Sous-thème 1.2 : Victimations en milieu universitaire (catégorie ou typologie de violences)

Sous-thème 1.3 : vulnérabilités en milieu universitaire.

AXE 2: SANCTIONS ET NORMES UNIVERSITAIRES A L’ÉPREUVE DES VIOLENCES: RÉALITÉS INSTITUTIONNELLES, ACADEMIQUES ET ANDRAGOGIQUES.

Sous-thème 2.1 : Normes universitaires et violences.

Sous-thème 2.2 : Sanctions des actes violents en milieu universitaire : entre résilience et permissivité.

Sous-thème 2.3 : Gouvernances universitaire et violence.

AXE 3: VIOLENCE A L’UNIVERSITÉ: RESPONSABILITÉS ET DISPOSITIFS DE PRÉVENTION

Sous-thème 3.1 : Violences universitaires et responsabilités des acteurs.

Sous-thème 3.2 : Dispositifs de prévention de la violence en milieu universitaire

Sous-thème 3.3 : Violences universitaires et institutions de régulation de la sécurité.

AXE 4: VIOLENCES EN MILIEU UNIVERSITAIRE ET STRATÉGIES DE PRÉVENTION

Sous-thème 4.1 : Système normatif et gouvernance de la relation entre les enseignants, le PAT et les étudiants.

Sous-thème 4.2 : Système normatif et gouvernance des relations entre étudiants

Sous-thème 4.3 : Système normatif et gouvernance des relations entre les étudiants et les instruments de régulation (police, militaire, associations d’étudiants, etc.)

NORMES DE SOUMISSION ET ECHEANCIER

15 septembre 2017 : date limite de soumission des propositions de communication. Les propositions, suivies d’un résumé de maximum 300 mots, sont à envoyer au Comité scientifique du Colloque, à l’adresse ci-dessous.

Elles doivent être rédigées sous Word uniquement (Times New Roman, 14, interligne 1.15, justifié), sous forme de résumé avec indication du titre de la communication, de l’axe et du sous-thème d’inscription, du nom de l’auteur, de son grade ou fonction, de son organisme d’appartenance, de son adresse électronique, et de son numéro de téléphone.

15 septembre 2017 : Propositions de communications avec titres et résumés, en français, reçues jusqu’au 15 septembre 2017 à l’adresse : shscolloque(a),gmail. com

10 octobre 2017 : notification d’acceptation ou non du résumé par le Comité.

25 octobre 2017 : Envoi des lettres d’invitation.

22-24 novembre 2017 : Assises du colloque international.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.