Représenter les territoires

4e colloque du CIST

Rouen, 22&23 mars 2017

 

Appel à communications reporté au 14 septembre 2017

 

Après trois colloques qui ont successivement cherché à fonder les sciences du territoire, à en dépasser les fronts et frontières, notamment en termes de collaborations interdisciplinaires, et enfin à explorer la demande sociale territoriale, le 4e colloque du CIST vise à mobiliser les sciences territoriales pour aborder la question des représentations. L’objectif du colloque, organisé en 17 sessions, est de se saisir de cette approche des territoires par les représentations et de déterminer ce qu’elle apporte à l’analyse des territoires, d’un point de vue théorique, méthodologique et empirique.
Issues de champs disciplinaires divers, notamment de la psychologie, les analyses portant sur les représentations se sont diffusées dans l’ensemble des sciences humaines et sont abordées dans des acceptions très variées par les géographes, les sociologues, les historiens ou les spécialistes de sciences juridiques et politiques. Tant le concept de territoire que celui de représentation sont donc à même, du fait de leur polysémie, de permettre de croiser différentes thématiques, méthodes et disciplines.
Toutes les formes de « représentations » sont mobilisables dans le cadre de ce colloque : concepts, idées,  schèmes, cartes, textes, images fixes ou animées, bases de données, vecteurs multimédias mobilisés dans le cadre de la construction, de l’aménagement et de la transformation des territoires. De même, les sources peuvent puiser dans une large gamme : des enquêtes, des entretiens, des biographies, des témoignages, des documents juridiques, politiques ou culturels, des plans, des programmes, des projets ou des rêves, des productions artistiques, des supports publicitaires, ludiques ou militants, des œuvres canoniques ou bien des traces fugaces sur les réseaux sociaux, etc. L’essentiel sera de pouvoir convoquer un matériau empirique susceptible d’apporter des réponses aux débats scientifiques portant sur la question du rôle des représentations dans la territorialisation des sociétés.

L’un des 17 sessions proposées (la 10)  concerne directement les questions de santé:

 

Représentations et pratiques territoriales de la santé

Co-porteur.e.s : Clélia GASQUET-BLANCHARD (EHESP), Virginie CHASLES (EHESPER) & Alain VAGUET (IDEES)

Les géographes, aménageurs, sociologues, anthropologues, économistes s’intéressant aux questions de santé ainsi que les spécialistes en santé publique pourront au cours de cette session interroger les « hauts lieux » des parcours de soins et aussi ses chemins détournés (Strauss, 1978). L’objectif est de montrer la multiplicité des représentations de la santé et des pratiques territoriales qui en émanent, et aussi leur plasticité en fonction des acteurs sociaux et institutionnels qui se les approprient et s’y projettent (Gasquet-Blanchard & Hoyez, 2015). Il s’agira aussi de tenter de comprendre comment certains territoires sont relégués comme espaces pathogènes alors qu’inversement d’autres lieux sont considérés comme favorables à la santé (Chasles, 2016).
Ces représentations inscrites dans des contextes socio-historiques hérités conditionnent souvent les pratiques territoriales associées et assignent leurs habitants à des constructions identitaires qui peuvent avoir un impact sur leur état de santé, leur recours aux soins, leur mode de vie. Ces territoires, perçus, sont donc également vécus et pratiqués (Herouard, 2007). Quelle inscription territoriale des parcours de soins, notamment à travers l’exemple de pathologies spécifiques, de l’accès aux médicaments, voire aux produits de santé ? Comment s’observent ces pratiques et comment participent-elles à la théorisation des sciences du territoire (Vaguet, 2012) ? Comment les chercheurs, quelle que soit leur expérience (jeunes chercheurs comme chercheurs confirmés), interrogent-ils la représentation du territoire quand ils se saisissent de questions relatives à la santé ? Comment la question souvent nécessaire de l’interdisciplinarité émerge-t-elle (Bochaton et al., 2015) ? Comment, à travers la notion de territoire (politisée en santé publique et polysémique pour les autres disciplines) le chercheur s’en saisit-il (Vulbeau, 2013) ?

Références bibliographiques indicatives

Bochaton A., Gasquet-Blanchard C., Halfen S., 2015, « Santé et inscriptions territoriale des populations : apports et enjeux autour des notions de genre, territoire et santé » (éditorial), RFST, numéro thématique 1, pp.1-5.
Chasles V., 2016, « La mondialisation de la santé. L’exemple du “tourisme médical” », in Images économiques du Monde 2017, Paris, Armand Colin, pp. 56-58.
Gasquet-Blanchard C., Hoyez A-C., 2015, « Parcours et trajectoires dans le domaine de la santé. Quelques réflexions issues de l’analyse d’entretiens effectués auprès de femmes migrantes enceintes ou ayant récemment accouché dans la ville de Rennes », Travaux et Documents, n° 39, Rennes.
Herouard, F., 2007, « 8. Habiter et espace vécu : une approche transversale pour une géographie de l’habiter », in Habiter, le propre de l’humain, Paris, La Découverte, pp. 159-170.
Strauss A., 1978, Negotiations. Varieties, contexts, processes and social order, San Francisco, Jossey-Bass.
Vaguet A., Lefebvre B., Petit M., 2012, « Lieux de soins et paysages thérapeutiques, du concept à la méthode », Bulletin de l’Association des géographes français, numéro spécial « Géographie de la santé », n° 2, pp. 214-223, lisolisa.hypotheses.org
Vulbeau A., 2013, « Contrepoint – Territoire : espace vécu, espace politique », Informations sociales, 179(5), p. 69, www.cairn.info/revue-informations-sociales-2013-5-page-69.htm

Types de communications attendus

Les communications pourront porter tant sur la théorisation du triptyque Représentation–Territoire–Santé que sur des recherches empiriques qui mettent en avant des approches et pratiques pluridisciplinaires dans la recherche. La présentation de problématiques, méthodes, résultats de travaux de jeunes chercheurs et de recherche en cours est particulièrement encouragée, particulièrement si elle émane d’approches pluridisciplinaires. Des présentations mettant en avant les méthodes utilisées dans ce type d’approche sont particulièrement attendues : comment fait-on pratiquement pour étudier et analyser les parcours et leurs liens avec le territoire ? Comment les sciences du territoire définissent-elles le parcours par rapport aux autres disciplines qui se sont saisies de la notion ?

Les candidatures se font sur le site dédié au colloque : http://cist2018.sciencesconf.org/, sur la base d’un modèle reprenant les instructions principales
(https://cist2018.sciencesconf.org/data/pages/CIST2018_modele_communication.docx)

– un résumé court en français ET en anglais de 1000 signes environ espaces comprises
– 5 à 10 mots clés en français ET en anglais
– un résumé long de 10 à 15 000 signes espaces compris
– 5 à 10 références bibliographiques

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Merci pour ce relais !
    Les candidatures se font sur le site dédié au colloque : http://cist2018.sciencesconf.org/, sur la base d’un modèle reprenant les instructions principales (https://cist2018.sciencesconf.org/data/pages/CIST2018_modele_communication.docx) :
    – un résumé court en français ET en anglais de 1000 signes environ espaces comprises
    – 5 à 10 mots clés en français ET en anglais
    – un résumé long de 10 à 15 000 signes espaces compris
    – 5 à 10 références bibliographiques

    • Matteo Fano dit :

      Merci pour ces informations concernant les modalités de candidature: on vient de mettre à jour le post!

      Très bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.