Parution d’ouvrage: “Intimité, sexualité : la vie privée des jeunes à l’épreuve des prisons” (INJEP analyses & synthèses n°5)

de Yaëlle Amsellem-Mainguy (chargée d’études et de recherche à l’INJEP), Benoît Coquard et Arthur Vuattoux (chargés d’études associés à l’INJEP)

Fruit d’une enquête qualitative originale menée pendant un an dans cinq prisons pour mineurs en France métropolitaine, le 5e numéro d’INJEP analyses & synthèse se penche sur l’intimité et la sexualité des jeunes détenus.

Etudier les jeunes détenus sous l’angle de la sexualité et de l’intimité permet d’interroger à la fois l’expérience de ces jeunes, leurs représentations ainsi que celles des professionnels travaillant au quotidien auprès d’eux en prison (éducateurs PJJ, surveillants de l’administration pénitentiaires, enseignants et soignants).

S’il en ressort une grande proximité des parcours sexuels et affectifs des jeunes incarcérés avec ceux de « dehors », de la même génération et du même milieu social, la détention produit néanmoins des effets singuliers.

Yaëlle Amsellem-Mainguy, Benoît Coquard et Arthur Vuattoux, chargés d’études et de recherche à l’INJEP et auteurs de l’étude,  montrent la diversité des expériences des filles et des garçons en matière d’intimité dans et hors les murs. Ils mettent également en lumière les difficultés à gérer l’intimité en prison du fait des spécificités du monde carcéral et de l’absence de formation spécifique sur la sexualité des personnels encadrants les jeunes détenus.

Chaque année près de 800 mineurs sont emprisonnés en France. Aucun acteur professionnel exerçant au quotidien auprès d’eux n’a pour mission de faire de l’éducation à la sexualité, des expériences locales et individuelles peuvent être réalisées au coup par coup.

Pour consulter / télécharger la publication.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.