Appel à contribution: « Enfants d’origine africaine en France Réaménagements familiaux, afflictions et maladie »

Pour un numéro spécial du Journal des Africanistes codirigé par:

Charles-Henry Pradelles de Latour – Directeur de recherche honoraire au CNRS – LA

Maria Teixeira  – MCF, UMR 1123 ECEVE INSERM – Université Paris Diderot

Modalités de soumission

Envoyer les propositions d’article d’une longueur de 300 mots maximum aux deux adresses suivantes

Date limite le 20 novembre 2017 pour envisager une publication en 2019.

Argumentaire

Des jeunes d’origine africaine, nés en France ou à l’étranger de nationalité française ou non, sont confrontés aujourd’hui au même titre que leurs homologues autochtones aux passages contraignants de l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte. Cependant, ces jeunes connaissent des difficultés propres à leurs modalités d’immigration, dont on distingue dans notre pays trois grandes vagues.

1. Les familles d’origine sahélienne arrivées en majorité dans les années 1970 et 1980 connaissent un décalage générationnel culturellement frappant. Les parents regroupés en associations familiales et villageoises qui se réunissent régulièrement entretiennent des échanges constants avec leur milieu d’origine, auxquels leurs enfants ne participent pas du tout. Comment, dans le meilleur des cas, ces enfants coupés sans regret ni nostalgie de la culture de leurs parents se reconstituent-ils dans divers types d’associations sportives, musicales ou hiphops, où ils se sentent reconnus et soutenus ?

2. Les familles des pays de l’Afrique centrale, plus proches de notre culture par leurs formations scolaires souvent avancées, sont arrivées dans les années 1990 à la suite de guerres civiles et de conflits ethniques récurrents. Parents et enfants ont vécu des traumatismes qu’il est important de ne pas négliger pour comprendre leurs difficultés communes d’insertion et leurs participations actives à diverses communautés religieuses qu’il serait utile de faire sortir de l’ombre où elles sont tenues.

3. Enfin, les jeunes immigrés isolés, qui affluent en grand nombre à partir des années 2000, ont enduré pour traverser la mer méditerranée et passer d’un continent à l’autre des souffrances chargées de vexations et d’humiliations qu’il est utile de recueillir afin de les faire connaître.

Nous souhaitons rassembler dans ce numéro spécial des contributions qui permettront de mieux comprendre les difficultés et les réaménagements familiaux, sociaux et culturels vécus par les jeunes et les stratégies qu’ils ont pu développer ou les opportunités dont ils ont su se saisir dans leur quotidien pour dépasser ces problèmes, que leur action se soit soldée par un échec ou ait été couronnée de succès.

Ces jeunes d’origines africaines diverses connaissent aussi des complications du fait de leurs conditions de vie (RSA pour un grand nombre de parents) ; de nouvelles configurations familiales (divorces conflictuels et décohabitation des familles polygamiques exigée par la loi Pasqua) ; et de rapports sociaux « racisés » dont les formes sont selon les cas plus ou moins masquées. Ces divergences répétées ont un impact sur l’image que les jeunes ont d’eux-mêmes et sur celles qu’ils prêtent aux autres. Dans ce numéro spécial du Journal des Africanistes, ces difficultés peuvent être analysées en alliant plusieurs approches : l’anthropologie sociale, la psychologie cognitive, la psychanalyse.

D’un point de vue psychologique, certains jeunes relèvent de l’enfance en difficulté car éduqués dans un milieu familial détérioré, touché de façon grave par des incidents de la vie, la mort ou la maladie de parents. Ce contexte donne des situations familiales ou les enfants se situent mal et s’intègrent d’autant plus difficilement dans la société que dans leur famille cela ne va pas. Aussi, il est important de pouvoir reprendre l’histoire parentale pour que ces jeunes puissent se resituer et prendre de la distance par rapport au traumatisme subi.

Le rapport au corps et aux affects peut être problématique lorsque les jeunes sont atteints d’une maladie chronique transmissible que ce soit sexuellement comme le Sida, génétiquement comme la drépanocytose, ou par l’environnement et les conditions de vie précaires de la famille comme dans le saturnisme. Les difficultés sont encore plus importantes lorsque la maladie est socialement ethnicisée ou « racisée ». L’inscription dans la succession des générations pour les jeunes atteints d’une maladie transmissible peut alors devenir compliquée lorsqu’ils doivent régler de façon concomitante des difficultés liées au passage de l’adolescence à l’âge adulte, tout en étant tenu d’être autonome dans gestion de leur pathologie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search