Trois séminaires : “Surdité et langue des signes” “Les Deaf Studies en question” “Langue des signes et pratiques artistiques”

Les programmes des séminaires sont en cours de confirmation.
Merci de vérifier régulièrement sur le site internet, les programmes et les dates y serons affichés:
https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/enseignant/398/

Les trois séminaires sont en LSF et en français, l’entrée est gratuite mais une inscription est nécessaire.

Pour vous inscrire, merci de m’envoyer un mail directement (andrea.benvenuto@ehess.fr) avec les informations suivantes:
  • Nom, prénom:
  • Adresse mail:
  • Étudiant de l’EHESS/auditeur libre/autre:
  • Institution (s’il y a lieu):
  • Je souhaite m’inscrire au/aux séminaire/s suivant/s:
  • Je souhaite valider ce séminaire (seulement pour les étudiants de l’EHESS): oui / non

Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. XII. Formes de contestation et politiques de réparation

  • Andrea Benvenuto, maîtresse de conférences de l’EHESS ( IMM-CEMS, PHS ) Cet enseignant est référent pour cette UE

2e et 4e lundis du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 13 novembre 2017 au 28 mai 2018

Le séminaire précédent s’est attaché à étudier les dispositifs de soins des sourds accueillant les patients dans la langue de leur choix. Nous avons étudié particulièrement l’émergence et les contours d’un métier en formation, celui des intermédiateurs. Le rôle de l’intermédiation linguistique et culturelle, assumé par des professionnels du domaine social et/ou de la santé, sourds eux-mêmes, a entraîné une réorganisation du cadre clinique traditionnel contribuant à réparer les liens rompus, à créer une culture commune transformant ainsi les relations entre professionnels et avec les usagers. Cette année, le séminaire poursuivra l’étude des dispositifs institutionnels et des pratiques de subjectivation qui marquent un tournant dans l’approche de la santé des sourds. Nous porterons un regard particulier aux formes de contestation des politiques de réparation des corps (au delà du seul cas des sourds) qui remettent en question inlassablement la question de la valeur de la vie humaine. Si la réparation des corps dans une visée normative est fermement contestée par les personnes concernées, l’exigence de réparation au tort subi par ces mêmes personnes ou le travail sur la réparation des liens culturels et linguistiques qu’on a vu se mettre en place avec les intermédiateurs sourds, questionne les significations et les usages que les différents acteurs mobilisent autour de la réparation.


Les Deaf Studies en question

2e et 5e mercredis du mois de 15 h à 18 h (salle A07_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2017 au 11 avril 2018

Se développant en parallèle avec les Disability Studies, les Deaf Studies (expression apparue aux États-Unis au début des années 70) rassemblent des recherches du monde anglo-saxon ayant comme point commun le déplacement d’un paradigme ancré sur la vision médicale réparatrice de la surdité qui fait de l’« audisme » (Humphries, 1975), c’est à dire de la production de discriminations lorsque l’accès au monde sonore est établi comme norme dominante pour penser la condition des sourds, vers une approche sociologique et anthropologique où les sourds sont considérés comme une minorité linguistique et culturelle avec des caractéristiques spécifiques. Ces approches ont été diffusées en France à partir des années 1970 sous l’influence notamment du sociologue Bernard Mottez, mais ils n’ont pas connu la même fortune, pour des raisons tant de structuration du champ académique que de tensions théoriques et épistémologiques entre différentes traditions intellectuelles.

Ce séminaire est conçu comme un espace de partage entre chercheurs et jeunes chercheurs sourds et entendants à l’échelle nationale et internationale, nous permettant de poursuivre collectivement nos recherches suivant divers axes. Nous approfondirons ainsi cette année notre analyse de l’émergence des recherches sur les communautés sourdes et signantes en France depuis les années 1970 et de leur insertion dans le champ académique des sciences humaines et sociales (espace à part, ou apport de nouvelles thématiques et méthodologies, articulation avec des évolutions épistémologiques voire renouvellement de certaines disciplines). Nous étudierons également les tensions que ces recherches francophones peuvent présenter avec les travaux issus des traditions épistémologiques anglo-saxonnes et les conditions de la réception de ces derniers à travers les réseaux scientifiques aussi bien que profanes. Enfin, nous explorerons les enjeux méthodologiques, théoriques et politiques qui traversent ces recherches : organisation de ces champs d’études au sein des espaces académiques français, places respectives des chercheurs sourds et entendants, places des sourds dans les universités, relations aux communautés sourdes et signantes constitueront certains des points soumis à la discussion.


Langue des signes et pratiques artistiques

  • Andrea Benvenuto, maîtresse de conférences de l’EHESS ( IMM-CEMS, PHS )Cet enseignant est référent pour cette UE
  • Julie Châteauvert, docteure de l’UQAM
  • Barbara Fougère, doctorante à l’Université Panthéon-Sorbonne, Arts plastiques esthétique et sciences de l’art (APESA)
  • Élise Leroy, maîtresse de conférences à l’Université Jean-Jaurès
  • Olivier Schetrit, contrat postdoctoral au CNRS ( CERMES3 )
  • Pierre Schmitt, doctorant à l’EHESS ( IIAC-LAHIC )

(EHESS-Toulouse, Maison de la recherche de l’UTM, allées Antonio-Machado 31000 Toulouse), dates et horaires communiqués ultérieurement

Le séminaire se déroulera à Toulouse (en trois jours) au printemps. Dates à confirmer.

Le séminaire, issu d’un collectif de recherche transdisciplinaire, poursuivra l’analyse d’un corpus d’expériences artistiques contemporaines ayant la langue des signes au centre de ces pratiques. Il se propose d’approfondir les enjeux esthétiques, linguistiques et politiques que l’usage des langues (vocale et signée) posent à ces créations (théâtre, « chansignes», « poésigne», « chorésignes », arts visuels ou toutes autres disciplines artistiques qu’elles soient conventionnelles ou innovantes et issues des langues des signes et de la culture sourde). Ce séminaire, conçu comme un espace de réflexion et d’échange de pratiques entre chercheurs et artistes, se déplacera à Toulouse au printemps, pour réaliser trois journées intensives d’ateliers.

Visitez le blog http://etusourdes.hypotheses.org/ vous y trouverez entre autre, les transcriptions écrites et retravaillées des conférences de Paddy Ladd du mois de février dernier.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Matteo Fano (19 octobre 2017). Trois séminaires : “Surdité et langue des signes” “Les Deaf Studies en question” “Langue des signes et pratiques artistiques” Amades. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/azub


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search