Appel à communications : « SANTÉ, INÉGALITÉS, DISCRIMINATIONS »

Journée d’études du Réseau des jeunes chercheurs santé et société

MSH Paris Nord, 15 janvier 2018

Argumentaire 

Les inégalités sociales de santé sont aujourd’hui au coeur des préoccupations politiques et sociales. Leur réduction est par exemple un enjeu central du « plan cancer 2014-2019 » qui s’intitule : « Guérir et prévenir les cancers : donnons les mêmes chances à tous, partout en France ». On note pourtant, ces trente dernières années, malgré les actions mises en oeuvre, une accentuation des inégalités dans le domaine de la santé. Les discriminations qui touchent les usagers du système de soins sont également nombreuses. Elles peuvent, bien sûr, être liées à l’état de santé et au handicap mais sont aussi fondées sur d’autres critères comme le sexe, l’âge, l’orientation sexuelle, la religion ou l’origine. Cette journée d’études entend porter une réflexion sur les inégalités et les discriminations en matière de santé, afin de mieux documenter la complexité des mécanismes, souvent imbriqués, qui interviennent dans leur formation. Ces inégalités se construisent et se renforcent tout au long des trajectoires de maladie, dès les premières manifestations organiques et jusque dans l’après traitement. On observe par exemple un important phénomène de retard au diagnostic du cancer dans les populations modestes (Merletti et al., 2011) et des disparités en fonction des catégories sociales pour la réinsertion professionnelle (Tarantini, Gallardo, Peretti Watel, 2014). Pour comprendre ces inégalités, il est nécessaire de se pencher sur des différences sociales de rapport à la santé, à la maladie ou encore à la médecine. Il a, en effet, été montré que, selon la position occupée dans l’espace social, la signification accordée à la maladie, à la santé et au statut de malade divergent (Rosenblatt & Suchman, 1964 ; Boltanski, 1971 ; Herzlich, 1984 ; Pierret, 1984 ; Parizot, 1998 ; Béliard & Eideliman, 2014). Il faut également explorer les différences de conditions de vie, de niveau d’éducation, ainsi que, plus généralement, de ressources : sociales, économiques, culturelles… Des études empiriques sur les logiques du soin sont également attendues. Enfin, l’étude des inégalités en matière de santé ne saurait se restreindre uniquement à des analyses centrées sur des maladies ou des états jugés pathologiques. La fabrique des discriminations est, elle aussi, complexe. Il est par exemple important d’en distinguer plusieurs formes : directes, indirectes et systémiques. Une pluralité d’acteurs et de mécanismes participent à leur (re)production. La présence de processus discriminatoires au sein des dispositifs visant à réduire les inégalités mériterait également d’être interrogée. Pour appréhender cette complexité, les travaux réalisés sur les inégalités sociales et les discriminations dans le domaine de la santé sont essentiellement de nature quantitative. Les études épidémiologiques et de santé publique qui mettent en avant des facteurs de risque et des corrélations statistiques pour rendre compte des inégalités sociales sont nombreuses. Pourtant, pour analyser ce phénomène, il est, certes, nécessaire d’en donner une mesure, mais il est également important de proposer une interprétation des facteurs et des processus qui le constituent (Fassin, 2000). L’originalité de cette journée réside par conséquent dans sa volonté à laisser une place importante aux recherches qualitatives portant sur les inégalités et les discriminations. Ces approches sont, en effet, indispensables à la compréhension de ces phénomènes et complémentaires des données quantitatives déjà connues. Il s’agira lors de cette journée de présenter des travaux de recherche et des expériences de terrain afin de débattre autour de la question des inégalités sociales et des discriminations dans le domaine de la santé.

Modalités de soumission

L’appel est ouvert aux chercheur·e·s en sciences humaines et sociales. Les propositions de jeunes chercheur·e·s, masterant·e·s ou doctorant·e·s sont encouragées. Les propositions de communication doivent être transmises au comité d’organisation le 10 novembre au plus tard.

– Louis Braverman : louis.braverman@gmail.com

– Aurore Loretti : auroreloretti@gmail.com

Le format attendu des propositions est de 2000 à 3000 signes. L’objet de recherche, la méthodologie ainsi que les principaux résultats discutés doivent être mentionnés.

Les auteurs seront prévenus le 13 novembre.

Références bibliographiques

Béliard A. & Eideliman J.S. (2014), « Mots pour maux. Théories diagnostiques et problèmes de santé », Revue Française de sociologie, vol. 55, pp. 507-536.

Boltanski L. (1971), « Les usages sociaux du corps », Annales. Economies, Sociétés, Civilisations, vol. 26, n°1, pp. 205-233.

Fassin D. (2000), « Qualifier les inégalités », in Leclerc A., Fassin D., Granjean H., Kaminski

M., Lang T. (dir.), Les inégalités sociales de santé, La Découverte, pp. 123-144.

Herzlich C. (1984), « Médecine moderne et quête de sens », in Augé M. & Herzlich C. (dir.), Le sens du mal. Anthropologie, histoire et sociologie de la maladie, Paris, Éditions des archives contemporaines, pp. 189-216.

Merletti F. & al. (2011), « The socioeconomic determinants of cancer », Environnemental Health, vol. 10, pp. 1-7.

Parizot I. (1998), « Trajectoires sociales et modes de relation aux structures sanitaires », in Lebas J. & Chauvin P. (dir.), Précarité et Santé, Paris, Flammarion, pp. 33-43.

Pierret J. (1984), « Les significations sociales de la santé », in Augé M & Herzlich C. (dir.), Le sens du mal. Anthropologie, histoire et sociologie de la maladie, Paris, Éditions des archives contemporaines, p. 217-256.

Rosenblatt D. & Suchman E.A. (1970), « Informations et attitudes des travailleurs manuels envers la santé et la maladie », in Herzlich C., Médecine, maladie et société, Paris, Mouton, École Pratique des Hautes Études, p. 49-61.

Tarantini C., Gallardo L. & Peretti Watel P. (2014), « Travailler après un cancer du sein. Enjeux, contraintes et perspectives », Sociologie, Vol. 5, n° 2, pp. 139-155.

Comité d’organisation :

Louis Braverman, docteur en sociologie, EHESS, CADIS.

Aurore Loretti, doctorante en sociologie, Université Lille 1, CLERSÉ


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search