Appel à communication: “Rencontres des Etudes Africaines en France (REAF)”

 du 9 au 12 juillet 2018
à Marseille
https://reaf2018.sciencesconf.org/

Les 5èmes Rencontres des Études Africaines en France se tiendront à Marseille du 9 au 12 juillet 2018. Soutenues par le GIS Afrique, elles sont organisées par les équipes travaillant sur l’Afrique des laboratoires suivants : Laboratoire Population – Environnement – Développement (LPED) Unité de Recherches Migrations et Sociétés (URMIS), Institut des mondes africains (IMAF), Centre Norbert Elias, Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille (CIELAM), Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Comme les quatre précédentes, ces 5es Rencontres visent à donner une visibilité aux recherches sur l’Afrique en devenir. Il s’agit aussi de faire connaitre nos objets de recherches et nos thématiques aux étudiants inscrits en Licence ou en CPGE afin de les inciter à s’orienter vers nos champs de recherche africains. Pour les contributions, les REAF 2018 sont ouvertes à tous, tout particulièrement aux doctorants et jeunes docteurs.

Pour la première fois, se dérouleront dans le même temps et sur le même lieu, les REAF et les “Rencontres des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines” : Les Afriques en débat – JCEA 2018

L’un des axes de réflexion proposés portera sur:

“Les chantiers de la santé en Afrique : répétition de scénarios déjà vus ou véritables dynamiques nouvelles ?”

Organisé par Kelley Sams et Carine Baxerres (MERIT : IRD, Université Paris Descartes – Centre Norbert Elias)

Depuis les indépendances, les systèmes de santé des Etats africains ont évolué au grès des changements économiques, politiques et technologiques. Des objectifs établis en dehors du continent ont mobilisé différents acteurs, financements et manières de penser la santé en Afrique. Les « effets pervers » de politiques globales, telles que le traité d’Alma Ata ou encore l’Initiative de Bamako, ont été analysés de manière critique dans le champ de l’anthropologie médicale et dans celui des African studies. Les plus récents Objectifs du Millénaire pour le Développement dont l’échéance était 2015 et les actuels Objectifs du Développement Durable à l’horizon 2030, retiennent l’attention de certains experts pour le manque de participation des populations locales et les conceptions trop stéréotypées de la pauvreté en Afrique qu’ils véhiculent.

Mis à part des gains effectifs dans certains domaines (succès dans la lutte contre le sida, baisse significative de la prévalence palustre), l’atteinte de ces nobles objectifs n’a jamais vraiment été à portée de main. Les indicateurs de santé en Afrique Sub-saharienne soulignent que le continent reste bien en-deçà du reste du monde en matière de prévention et de traitement des maladies infectieuses, ainsi que d’offre de soins de qualité. L’hôpital est notamment au centre de nombreuses attentions. De plus, l’Afrique fait face de manière croissante au fardeau des maladies chroniques qui requièrent des réponses spécialisées.

Il semble néanmoins que de nouvelles perspectives s’ouvrent. Depuis le tournant des années 2000, les financements et les types d’acteurs impliqués n’ont jamais été aussi importants et divers. A côté des objectifs des Nations Unies, d’autres initiatives (publiques-privées, non lucratives, lucratives) sont en scène. La Couverture Santé Universelle, qui relève de différentes réalités selon les pays, est diversement en voie de mise en place dans de nombreux territoires. Des Etats prennent une part de plus en plus importante dans le champ de la santé en Afrique (Chine, Inde, Brésil, Thaïlande, etc.). Les Etats africains eux-mêmes, malgré de nombreuses difficultés semblent gagner progressivement, mais diversement, en maîtrise technique, professionnelle et de régulation. Le Rwanda fait en la matière des avancées remarquables. Après plusieurs mois de discussion, la Côte d’Ivoire vient tout juste cette année de se doter d’une Autorité Nationale de régulation du médicament. Les progrès en matière d’intégration régionale pourraient également singulièrement changer la donne.

A travers cet atelier, nous souhaitons questionner si ces nouvelles perspectives relèvent du même type d’approches mis en place depuis les indépendances, ou si, au contraire, elles représentent des opportunités pour un changement véritable ? Pour documenter ce questionnement, loin d’analyses binaires, nous attendons des propositions de communication issues de toutes les sciences humaines et sociales, qualitatives comme quantitatives, proposant une perspective historique comme contemporaine. Elles pourront porter sur un aspect microsocial (ethnographie d’un centre de santé, prise en charge de telle pathologie, analyse d’une initiative de santé, mise en place d’un module de formation, etc.) ou plus large (système pharmaceutique, santé mentale, maladies chroniques, santé maternelle et infantile, etc.).

 

Les personnes intéressées à communiquer sur ce sujet sont invitées à envoyer un résumé de leur communication aux deux adresses suivantes : carine.baxerres@ird.fr ;kelleysams@me.com,

Avant le 4 mars 2018 dernier délai.

Les résumés devront compter 500 mots maximum.

Vous recevrez une réponse au plus tard le lundi 9 mars. Ceux qui sont sélectionnés devront s’inscrire sur le site des Reaf au plus tard le 13 mars, nous reviendrons vers eux à ce sujet.

Les REAF ne disposent pas de budget pour faire venir les communicants, votre venue à Marseille serait ainsi à votre charge.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search