Séminaire « Corps et Beauté », Programme 2018-2019 (Strasbourg, Paris, Genève, Rouen, Lyon)

Argumentaire

Repenser la recherche sur les pratiques esthétiques

Des études sur la beauté sont actuellement menées dans de multiples disciplines et explorent une pluralité de sujets traversant de nombreux débats contemporains. Ce domaine d’étude est toutefois encore peu institué en Europe. Ce séminaire souhaite donc fournir un espace de réflexion ouvert autour des enjeux socio-anthropologiques, politiques et thérapeutiques des pratiques corporelles à visée esthétique. Dans ce but, nous choisissons de donner la voix à des chercheur.e.s qui, à l’instar de figures telles que Ruth Holliday ou encore Kathy Davis, privilégient une vision compréhensive en s’appuyant, de préférence, sur de l’observation de terrain et du recueil de matériaux empiriques abondants relatifs aux phénomènes d’embellissement. Cette posture inductive de recherche permet, nous semble-t-il, de faire la lumière sur le sens psycho-socioanthropologique profond sous-jacent aux pratiques esthétiques.

Dans cette perspective, il ne s’agit pas de poursuivre la tradition académique de dénonciation des pratiques esthétiques menée par certaines approches féministes. Ces dernières ont mis l’accent sur l’existence d’une industrie de la beauté au caractère oppressif, presque dictatorial, qui promouverait de fausses aspirations émancipatrices. Nombre de travaux envisagent en effet le travail esthétique comme une forme « d’esclavage » sournois, auquel seraient soumises
les femmes dans les sociétés contemporaines. Or, la compréhension des pratiques esthétiques et de la beauté nécessitent en réalité de les appréhender d’un point de vue multifocal car il s’agit d’un objet complexe.

L’archéologie semble nous confirmer que, depuis la préhistoire, les humains ont recours à des pratiques d’embellissement dont l’analyse se révèle être riche de symboles et de codes. Ceux-ci requièrent d’être étudiés afin de mieux les comprendre, non pas seulement sous les aspects de séduction, de compétition et de reproduction mais aussi pour leurs liens avec le bien-être, la socialité et la manière dont les individus habitent le monde. Pour Francesco Remotti, il convient d’envisager la beauté pour sa valeur anthropo-poïétique et donc plutôt comme un « façonnement d’humanité ». L’esthétisation du corps peut être lue comme une forme d’expression particulière, qui se sert de codes et de signes indiquant l’inscription du sujet dans un système de valeurs propre au groupe social d’appartenance ou de référence.

Le corps serait ainsi, grâce aux messages exprimés par l’apparence, un « relieur », selon les mots de David Le Breton, un « pont » entre le sujet et son environnement. Le regard compréhensif adopté dans ce séminaire visera donc à saisir les significations socio-anthropologiques y compris au sens large liées aux symboles et aux pratiques esthétiques dans différents contextes socioculturels.

Les différentes séances (11 sont prévues à ce jour, s’étendant de février 2018 à mars 2019) visent à faire se rencontrer des chercheur.e.s et des « acteurs de terrain », dans les deux cas, des spécialistes dont l’esthétique est au coeur de leur profession ou de leurs centres d’intérêts. Les atouts résident dans le caractère international et itinérant de cet événement : les sessions ont lieu dans plusieurs villes en France et en Suisse (Paris, Rouen, Strasbourg, Lyon, Genève). Afin de décloisonner le débat, des rencontres seront occasionnellement organisées en dehors des cadres classiques de la recherche académique : dans des librairies, des musées, des centres sociaux, ou encore dans les locaux de partenaires privés. Lors de nos rencontres, les supports visuels seront privilégiés : nous prévoyons la projection de documentaires ou de courtes vidéos à but pédagogique afin de nourrir les imaginaires et les débats. De plus, chaque séance du séminaire sera enregistrée et disponible gratuitement en podcast sur les plateformes des universités partenaires. Nous ouvrirons aussi un carnet de recherche Hypothèses spécialement dédié au champ des études sur les pratiques esthétiques. Ces supports pédagogiques virtuels garantiront une diffusion et une pérennisation des savoirs produits et mis en commun lors des différentes rencontres. Ils contribueront à visibiliser et formaliser, nous l’espérons, les études sur les pratiques esthétiques en France et en Europe.

Ce séminaire peut voir le jour grâce au soutien de plusieurs partenaires, universitaires et non universitaires. Nous leur adressons notre reconnaissance et veillerons à les remercier nominativement lors de la diffusion des affiches propres à chaque séance, sur les pages web que nous consacrerons au projet, ainsi que lors de la présentation écrite et orale de chaque séance thématique à  laquelle ils ont accepté de contribuer.

Programme:

Les pratiques esthétiques au défi des frontières, Rouen, 5 février 2018

Les pratiques esthétiques au prisme de l’âge, Genève, 22 février 2018

Les esthétiques du monde, Strasbourg, 26 mars 2018

Les territoires virtuels de la beauté, Paris, 3 mai 2018

Les esthétiques Punk, Lyon, 31 mai 2018

La beauté thérapeutique, Strasbourg, 25 octobre 2018

Poils et cheveux, des supports esthétiques cruciaux, Rouen, 22 novembre 2018

Les parues et les vêtements qui font débats, Paris, 20 décembre 2018

Odeurs et parfums: indices de présence esthétique, paris, 24 janvier 2019

Slow beauty, Strasbourg, 28 février 2019

Beauté et empowerment, Genève, 25 mars 2019

 

Partenaires:

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.