JOURNÉE D’ÉTUDE « Les corps en transformation : chirurgie, genre et santé » + AG AMADES

Sous la coordination de Eve Bureau-Point (Université Jean Jaurès/LPED), Antoine Guillain (Université Jean Jaurès) et Chiara Quagliariello (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Cems).
Vieille Charité
2, rue de la Charité 13002 Marseille
 
Vendredi 13 avril 2018 
 
 
 
La chirurgie apparaît aujourd’hui comme l’un des principaux terrains d’application et d’expérimentation des connaissances médicales sur le corps humain et ses parties. Le périmètre de la chirurgie oscille entre le « cure » et le « care » : les corps sont soignés, réparés ou améliorés. Le patient nu, vulnérable, la chaire à vif, confie son corps à l’institution biomédicale et en ressort transformé. Le travail de renouvellement corporel n’est pas sans effets sur la personne dans un sens large. Dans la plupart des cas, un travail de re-fabrication identitaire émerge après les modifications physiques. Ainsi ces parcours de transformation des corps et des personnes ne dépendent qu’en partie des possibilités introduites par les techniques toujours plus sophistiquées de la chirurgie. Les règlementations portant sur l’intégrité du corps assurés par l’Etat se heurtent encore aujourd’hui au dépassement de l’idée d’une sacralité du corps, depuis la naissance de la clinique moderne. Alors que les dissections des corps prévues dans la médecine légale sont considérées légitimes, d’autres formes de mutilation/déconstruction/reconstruction anatomiques sont proscrites. La possibilité d’intervenir chirurgicalement sur le corps des morts et des vivants répond à des logiques différentes. Il est alors important de questionner les valeurs sur lesquelles reposent les réinventions et les bricolages anatomiques, tolérés ou non par l’État et la société. Le « monde » de la chirurgie, espace verrouillé et interdit aux profanes, traîne derrière lui une réputation de terrain inaccessible aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Pourtant, ces derniers l’étudient in situ et hors les murs. Quatre chercheurs invité-e-s par l’association AMADES (Anthropologie Médicale Appliquée au Développement et à la Santé) seront réunis le 13 avril pour discuter des enjeux symboliques, identitaires, politiques et sanitaires de la chirurgie à travers des terrains européens. Cette journée d’étude précèdera l’Assemblée Générale de l’association à laquelle vous êtes chaleureusement invité-e-s. 

Programme de la journée

 
9h-9h30 –  Accueil-Café
 
9h30-9h50 – Introduction : présentation d’AMADES et présentation de la journée
 
9h50 – 10h30 –  Eva Carpiego (Dynamiques Européennes UMR 7367/Université de Strasbourg/UAM-Xochimilco de Mexico) : Le chirurgien esthétique, maître des transformations.
 
Résumé : Dans mon étude doctorale je concentre mon attention autour de la figure du chirurgien esthétique : « maître du paraître » et « maître du bien-être ». Ces dimensions, celles du bien-être et de l’apparence, sont souvent liées par un lien de correspondance symbolique. Les transformations qui ont lieu en chirurgie esthétique peuvent être bénéfiques ou néfastes pour le patient ; cela dépend, entre autres, de la qualité du soin apportée par le chirurgien et son équipe. Lors des étapes pré et post-opératoires, ce praticien sollicite une sensibilité particulière (psychologique, anthropologique et sociologique) ainsi que des techniques liées à la suggestion, afin de stimuler l’optimisme du patient, en vue du « dévoilement » du résultat final. Ces atouts font de lui un praticien holiste au sein du spectre des chirurgies biomédicales hospitalières.
 
10h30 – 11h10 – Cinzia Greco (Newton International Fellow, CHSTM/Université de Manchester) : Transformations choisies, transformations imposées : Regards croisés sur la chirurgie esthétique du sein et la chirurgie post-mastectomie. 
 
Résumé : La reconstruction du sein effectuée suite à une mastectomie et une opération esthétique du sein sont deux interventions qui répondent à des besoins différents. Si les divergences entre les deux pratiques sont évidentes, moins connus sont les points de contact. Points de contact et différences ne sont pas pourtant des entités immuables. L’object de cette présentation est d’explorer la façon dont les similarités et les différences entre chirurgie reconstructrice et esthétique se construisent à travers des pratiques et des discours qui changent et s’adaptent selon les circonstances.
11h10 – 11h30 – Pause
 
11h30 – 12h10-  Olivia (Roger) Fiorilli (IFRIS, Cermes3) : Bio-politique de la chirurgie de confirmation de genre en France et en Italie. Une perspective historique.
 
Résumé : Dans cette présentation, je reviendrai sur l’histoire du développement et de la régulation biopolitique de la chirurgie de confirmation de genre. Je partirai des premiers résultats de mon projet de post-doctorat, consacré à l’étude du développement de la médecine et de la santé trans en France et en Italie. Plus particulièrement, je saisirai l’émergence de ce type de chirurgie et des premiers protocoles qui l’ont organisée et régulée dans les deux pays entre les années 1970s et 1990s. Saisir l’histoire de la chirurgie de confirmation de genre et de sa régulation est fondamental pour comprendre les enjeux des conflits actuels autour de ces protocoles.
 
12h10 – 12h50 Yannick Le Henaff (DYSOLAB/Université de Rouen-Normandie) : Modalités de revalorisation en chirurgie esthétique : le cas des techniques d’injection.
 
Résumé : Dans cette communication, nous nous proposons de questionner les transformations récentes qui touchent le monde des chirurgiens esthétiques. Dans le cadre de leur pratique, les actes de médecine esthétique – des injections principalement – ont pris une place croissante, modifiant largement leur quotidien professionnel, les frontières de leur activité, le cadre de la relation avec la clientèle et leurs gestes techniques, moins intrusifs. Cette réappropriation engage en outre à une lutte de territoire avec les médecins esthétiques. Or, à l’aune de la culture de ce groupe professionnel, ces produits (toxine botulique et acide hyaluronique), apparus au tournant des années 1990, cumulent les facteurs dévalorisants : une faible technicité associée à un caractère peu spectaculaire. Cette situation offre une étude de cas intéressante : l’agrégation d’actes initialement délégitimés dans ce groupe, inclinant à questionner les conditions et les compromis permettant à ces chirurgiens de négocier cette aversion morale. L’évolution de ce groupe professionnel peut utilement être analysée par la concurrence au niveau des groupes (pour le contrôle d’une juridiction), mais aussi au niveau interindividuel.
 
12h50-14h00 – Pause déjeuner
 
14h00 -17h00 – Assemblée Générale d’AMADES (salle du Miroir): la convocation de l’AG, avec ordre du jour et  bulletin d’inscription sont disponibles en ligne.
 
 

 

 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.