Retours sur l’Apéro Amades du 13 mars 2018 à l’Equitable Café (Marseille)

Chers membres, chers adhérents,

C’est avec plaisir que nous vous informons que mardi 13 mars dernier a eu lieu, à Marseille, un nouvel évènement intitulé Les Apéros Amades. Dans la lignée des Causeries d’Amades dont la dernière remonte désormais à plus de 4 ans, déjà à Marseille, et des Waxtaanu Amades organisés à Dakar depuis 2015, ces Apéros Amades visent à réunir, autour d’une thématique propre au champs de la santé, un large panel d’auditeurs intéressés, engagés, et/ou mobilisés par les enjeux socio-politiques qu’elle soulève.

C’est donc dans la chaleureuse enceinte de l’Equitable Café que nous accueillions Sandrine Musso (Anthropologue, Aix-Marseille Université), Ariane Junca (Médecin référente « Migrants » à Médecins du Monde), Cecilia Paradiso et Matteo Fano (Anthropologues, Centre Norbert Elias) pour « ouvrir » un cycle d’au moins deux Apéros Amades consacré aux liens entre santé, frontières et migrations et discuter de « Ce que les frontières font à la santé, ce que la santé fit aux frontières », titre donné à cette première édition. Le public fut au rendez-vous et nous nous en réjouissons d’autant plus que cette thématique, particulièrement en région PACA, engage nombre de questions éthiques, politiques, anthropologiques. En PACA, des associations et des collectifs s’organisent au quotidien et tant bien que mal, à rebours des politiques migratoires actuelles, pour soutenir ceux et celles qui, souvent au péril de leur vie, traversent la frontière transalpine. L’investissement de nouveaux espaces de réflexions et d’actions autour de cette problématique est essentiel au renforcement de cette dynamique.

Sandrine Musso, anthropologue et maître de conférence à Aix-Marseille Université a introduit cette soirée en proposant une recontextualisation, notamment historique, des liens entre santé et politiques migratoires. Par la suite, Ariane Junca, médecin spécialisée sur les liens entre santé et migration, nous a exposé son regard de médecin « de terrain » sur la situation médicale et politique à la frontière franco-italienne. Elle convoque régulièrement l’histoire et les chiffres et les fait résonner avec certaines des situations que nous vivons aujourd’hui.

Ellis Island, Etats-Unis. De la fin du 19ème siècle au milieu du 20ème, des milliers d’immigrés passent chaque jour les contrôles sanitaires déployés sur cette île en vue de s’installer sur le sol américain. Leurs vêtements sont marqués par une lettre selon les problèmes médicaux repérés lors des premiers examens : H pour le cœur (Heart), E pour les yeux (Eyes), etc. Concernant l’examen de ce dernier organe, les autorités sanitaires cherchent notamment des signes de trachomes, une maladie infectieuse et contagieuse touchant les yeux et pouvant provoquer la cécité. L’utilisation répétée des mêmes outils médicaux entre chaque patient et sans stérilisation entraîne alors, a contrario de l’effet escompté, de nouvelles infections chez des individus « sains » lors de leur arrivée. Les contrôles sanitaires aux frontières contribuent ici à entretenir et à renforcer les problématiques mêmes auxquelles ils prétendent répondre. Aussi, étant en partie au courant des protocoles médicaux à leur arrivée, certains des prétendants à l’immigration se brûlent volontairement les pupilles à l’aide d’une solution acide, au risque de perdre la vue, pour effacer toute trace éventuelle de trachome et espérer être accepté sur le sol américain. Aux yeux de ceux qui ont fait le choix de la migration le risque de se voir refuser un territoire devient infiniment plus problématique que les risques médicaux pris pour espérer passer ces frontières.

Nous sommes face à une dimension contre-productive des politiques migratoires lorsqu’elles prétendent traiter la santé des individus en situation de migration. Ces problématiques émergeaient pourtant d’une politique forte d’ouverture des frontières tandis qu’aujourd’hui, en Europe ou aux États-Unis, les gouvernements ont opéré un virage à 180 degrés quant aux politiques migratoires. Alors qu’en est-il désormais des problématiques de santé des populations migrantes sur le territoire français ? Le constat unanime est que le champ médical est largement délaissé par les institutions en charge des politiques migratoires. D’autre part, plusieurs études révèlent que les personnes migrantes seraient en meilleure santé que la population française à leur arrivée. Mais très vite celle-ci se dégradent, faute de structures et fruit d’une politique répressive, et ces personnes font dès lors face à des situations médico-sanitaires extrêmes. Dans la continuité de ces études, d’autres recherches ont montré que les personnes ayant effectué un parcours de migration et ayant été dépistées séropositives ont en réalité contracté l’infection sur le territoire français dans la majeure partie des cas. Répression, relégation socio-spatiale et marginalisation conduisent à augmenter sensiblement les facteurs de risque infectieux. Alors, quid des dispositifs de soin et de prévention à l’égard de ces personnes ?

Par la suite, Matteo Fano et Cecilia Paradiso, tous deux doctorants en anthropologie sociale au sein du Centre Norbert Elias, nous font partager un rapport rédigé par des médecins italiens sur la situation médicale des personnes en situation de migrations entre Vintimiglia et la frontière française. Tous deux ont participé à un important travail de traduction de ce rapport pour nous en dévoiler une synthèse. Là encore, si Sandrine Musso et Ariane Junca ont bien montré auparavant que l’arrivée sur la terre d’asile pouvait être synonyme de fortes dégradations de l’état de santé de ces personnes, Matteo Fano et Cecilia Paradiso insistent sur l’impact du parcours migratoire sur la santé, des conditions de ce parcours ainsi que des conditions sanitaires des campements dans lesquels ces personnes s’installent temporairement. Pour exemple, l’interdiction d’accès à l’eau potable ou à de la nourriture distribuée par des associations sous prétexte que cela favoriserait l’installation et la migration de ces personnes. Des extraits des notes rédigées par ces médecins sont régulièrement publiés sur le blog suivant : http://parolesulconfine.com/blog/aggiornamenti/. L’Amades réfléchit actuellement à une valorisation du travail réalisé par Matteo et Cecilia autour de ce rapport, peut-être sous la forme d’une publication en collaboration avec une maison d’édition indépendante ?

Après ces trois présentations particulièrement riches, vînt le temps des questions et des échanges avec le public. Les échanges furent particulièrement intéressants, bien qu’à notre goût, encore trop timides. Toutefois, revenons sur deux des questions posées dès l’ouverture de la discussion. Ainsi, deux personnes interpelaient successivement les intervenants reprochant en substance l’inefficacité des actions menées par les individus et les associations auprès des personnes en situation de migration et appelant à une lutte plus globale contre « l’impérialisme et le capitalisme ».

Il nous semble cependant que, sans dénier l’importance d’une mobilisation plus globale indispensable pour contrer certaines politiques, notamment migratoires, européennes et internationales, il est essentiel d’articuler au quotidien actions locales et mouvements plus larges. Nous ne pouvons occulter l’efficacité réelle qu’ont certaines organisations ou citoyens, à leur échelle d’action, sur les conditions de vie et de santé des migrants, et qui s’inscrivent souvent dans de véritables alternatives politiques. D’autre part, nous tirons notamment de nos expériences et de nos parcours en sciences sociales de rester vigilants face à l’emploi de certaines notions « fourre-tout » simplificatrices comme, par exemple, celle « d’impérialisme ». Regard critique ne veut pas dire surplomber, certes ; et c’est à ce titre que nous soutenons le déploiement des sciences sociales hors de la seule sphère académique et universitaire, convaincus que l’anthropologie à un rôle politique à jouer dans la cité. Cependant il convient de conserver ce regard critique, particulièrement sur l’emploi de mots, concepts et notions utilisés en vue de promouvoir des idéologies de tous bords et qui portent en eux un fort pouvoir de binarisation des débats quand nous appelons, à l’inverse, à leur complexification.

Clément TARANTINI pour AMADES

Enregistrement des interventions et du débat final bientot disponible en ligne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.