Les lauréates du prix de thèse AMADES 2017

On félicite les deux lauréates ex aequo du prix de thèse AMADES 2017: 

Clémence Jullien  

Meoïn Hagège


 Clémence Jullien


Thèse d’ethnologie de l’Université Paris Ouest Nanterre intitulée


« Du bidonville à l’hôpital. Anthropologie de la santé de la reproduction au Rajasthan (Inde). »

Cette thèse vise à documenter la généalogie et les effets de la biomédicalisation de l’accouchement dans un contexte de vulnérabilité sociale à partir d’enquête menées auprès de femmes défavorisées dans des bidonvilles et à l’hôpital public dans l’état du Rajasthan. L’argument de l’auteure est de montrer que la santé de la production est un prisme pour observer la construction des rapports sociaux de classes et de sexe et les tensions et en découlent à des échelles analytiques variées.

L’étude repose sur un effort considérable : – analyse théorique des connaissances produites dans le domaine de l’anthropologie de la reproduction et de l’histoire indienne de la biomédicalisation de la naissance, – immersion au sein d’un terrain difficile qui n’aurait pu se faire sans faire preuve de grande capacité d’adaptations et de négociations et – apprentissage de l’hindi. La problématisation et l’ancrage théorique sont clairs, l’écriture est fluide, les données contextuelles sont riches et bien décrites, la méthodologie et les résultats sont globalement bien explicités. L’auteure parvient à mobiliser ses analyses bibliographiques au service de ses données empiriques avec succès.

L’originalité de cette recherche repose, d’une part, sur le choix d’un terrain dans des bidonvilles, espace qui cristallise tous les enjeux du développement et se révèle propice à des analyses transversales, et à des niveaux locaux au globaux, des politiques sanitaires menées sur place. Cette analyse est aussi projetée dans le cadre plus large de la gestion politique des espaces et des personnes jugées non désirables par les processus de développement. D’autre part, la qualité des raisonnements conduits par l’auteure au sujet de sa posture réflexive par rapport à son objet est tout à fait remarquable.

Cette thèse est en parfaite adéquations avec les orientations d’Amades. Elle interroge à partir d’une expérience ethnographique riche et probablement souvent éprouvante la complexité inhérente à la mise en œuvre de pratiques de santé au Sud. L’auteure aborde intimement ce qui se joue dans la relation soignant.e-soigné.e, entre les utilisatrices du système de soins et leurs familles et entre les acteurs/trices divers.es, décideurs soignant.e.s hospitalier.e.s, accoucheuses traditionnelles, agents de santé. Elle restitue cette expérience à la fois de manière sensible et distanciée, et avec une précision à même de produire des espaces de réflexion critique et constructive pour la mise en œuvre d’une santé de la reproduction cohérente avec les objectifs de développement durable.


Meoïn Hagège

Thèse de sociologie de l’EHESS intitulée :

« Sortir et s’en sortir.
Parcours de santé et vulnérabilités de patients détenus qui vivent avec le VIH ou une hépatite C. »

Méoin Hagège a réalisé une thèse analysant la diversité des parcours de soin des détenus séropositifs au VIH ou au VHC, pendant et après leur détention. Elle analyse les inégalités et les difficultés d’accès aux soins, entre deux institutions, l’hôpital et la prison. Elle étudie les ruptures ou les continuités de soin, qui témoignent de l’injonction à la responsabilisation qui est faite aux détenus, et des rapports de domination multiples auxquels ils sont soumis en prison. Elle montre comment la sortie de prison constitue un passage, un entre-deux qui est façonné par les capacités attendues des détenus à se projeter dans une prise en charge plus autonome. Marquée par l’incertitude permanente, la sortie constitue une épreuve pour les individus et leur santé. Mme Hagège analyse les pratiques de soin pendant et après la détention, en se livrant à une chronopolitique des soins. Elle montre comment la vulnérabilité particulière des détenus séropositifs (et particulièrement pour ceux d’origine étrangère) constitue, dans le temps long et l’incertitude de la détention et de la sortie, une épreuve supplémentaire, et comment cette vulnérabilité est aggravée pour les détenus d’origine étrangère.

Ce faisant, Meoin Hagège aborde un sujet et un domaine sensibles à différents niveaux. D’une part, elle propose une étude de l’univers carcéral ce qui a été peu étudié de l’intérieur en France. En outre, elle y mène une étude des prises en charge et de l’expérience des personnes séropositives au VIH et au VHC. Tout ceci constitue déjà en soi un défi épineux. De surcroît, l’auteure inscrit finement son objet dans une sociologie de la santé post-carcérale et des parcours de santé, s’intéressant autant à la vie en prison qu’à la vie après la sortie et aux enjeux de vulnérabilité. Elle suit ainsi des détenus après la sortie de l’univers carcéral, en interrogeant justement comment la sortie peut devenir un risque supplémentaire pour certains, en constituant un temps de bifurcations, de ruptures dans les parcours de soins, mais aussi dans les parcours professionnels et relationnels notamment.

Le jury a reconnu l’extraordinaire qualité d’un travail théoriquement très articulé et méthodologiquement original, du fait de l’articulation des méthodes quantitatives et qualitatives (entretiens, récits biographiques), ainsi que la fine description des difficultés et enjeux d’accés au terrain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.