Appel à communications: Colloque International « Vieillissement et santé dans les pays du Sud », Dakar, 13-14 décembre 2018

 

Appel à communications

Si le vieillissement de la population a longtemps été considéré comme une préoccupation concernant les seuls pays « du Nord », l’idée qu’il concernera à plus ou moins brève échéance l’ensemble de la planète s’impose. La plupart des pays « du Sud » connaitront en effet un vieillissement démographique rapide. Or, si l’inquiétude des pays occidentaux liée au financement des retraites, à la perte d’autonomie ou encore à la prise en charge en institution est vive, que dire de la situation au Sud ? La problématique est assurément complexe. Alors que certains pays sont encore affectés par d’importants problèmes sanitaires qui concernent toute la population, par des déficits d’accès à des équipements de base, par des manques criants en matière d’insertion professionnelle des jeunes adultes (…), il semble nécessaire d’anticiper les enjeux liés au vieillissement de la population afin d’éviter que d’autres difficultés ne se surajoutent aux défis sanitaires, sociaux et économiques déjà présents.

Dans cette optique, ce colloque international à l’initiative du GDRI « Vieillissement en Afrique » propose d’analyser le vieillissement dans les pays du Sud au travers du prisme de la santé. Plutôt que de le limiter à la sénescence, il s’agit de définir le vieillissement comme un processus physiologique, vécu dans un contexte social particulier, qui nécessite d’être étudié au croisement du social, du psychologique et du biologique. Ce colloque se veut donc résolument interdisciplinaire incluant tout autant les approches des sciences biomédicales que des sciences humaines et sociales. De plus, les comparaisons entre populations du Sud, mais aussi entre celles du Nord et du Sud, sont encouragées afin de mieux renseigner les variabilités socioculturelles se reflétant dans la manière de vivre la vieillesse et le vieillissement ; il s’agit là d’un enjeu majeur de la gérontologie du XXIe siècle.

Les liens qui se nouent entre le vieillissement, la santé et le social peuvent être étudiés à différents niveaux – individus, groupes domestiques, sous-populations – et sous différents prismes de lecture que nous ne saurions limiter ici. Cependant, plusieurs axes peuvent dès à présent être évoqués :

1) Les analyses biomédicales portant sur la santé dite « objective » des plus âgés sont nécessaires pour évaluer les besoins sanitaires réels des populations. Les travaux portant sur les maladies chroniques non transmissibles, les incapacités physiques, la perte d’autonomie, les espérances de vie (avec et sans incapacités, etc.) sont vivement encouragés.

2) Les études liées à l’accès aux soins, différent selon les territoires mais aussi selon les positions sociales des individus, apparaissent indispensables à questionner pour comprendre les disparités sanitaires entre les populations vieillissantes et leurs rapports à la santé.

3) L’analyse des modes d’exercice et de l’articulation des solidarités familiales, privées et publiques, permettant de pallier les difficultés liées aux incapacités physiques (et économiques) rencontrées par les plus âgés, permettra de mieux saisir la complexité des situations ainsi que les relations de pouvoir et de reconnaissance dans lesquelles les individus vieillissants sont insérés.

4) La diversité des politiques publiques orientées vers les plus âgés et leur santé sera mise en évidence lors de ce colloque dans l’optique d’évaluer ces initiatives et d’envisager la manière dont elles pourraient être modulées afin de préparer les sociétés « du Sud » à accompagner économiquement et socialement le rapide vieillissement démographique, ainsi que l’augmentation numérique des personnes âgées ayant besoin d’une aide humaine pour continuer à vivre décemment.

En dehors de ces quatre axes thématiques, les questions relatives aux inégalités sociales, au genre, ou encore à l’influence de l’environnement physique sur la santé constitueront des axes transversaux fortement soutenus lors de ce colloque.

Modalités pratiques

Le colloque se déroulera les 13 et 14 décembre 2018 à Dakar à l’Université Cheikh Anta Diop (site UCAD II). Chaque communication durera 20 minutes et sera suivie de 10 minutes d’échange avec la salle.

La date limite de dépôt des propositions de communication est fixée au 30 juin 2018. Chaque proposition devra comporter le titre de la communication, le nom, la fonction et l’adresse institutionnelle du/des auteur(s), ainsi qu’un résumé d’une page maximum. Ces propositions doivent être envoyées à l’adresse suivante : vieillissementetsante2018@gmail.com, sous la forme d’un fichier Word intitulé : Nom Prénom – Dakar2018. Les résultats des évaluations seront envoyés le 6 juillet aux auteurs.

Appel à communications format PDF:  AAC Vieillissement et Santé – Dakar 2018

Comité scientifique:
Mohammed Amar, Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès
Abdellatif Baali, Laboratoire d’Ecologie Humaine, Faculté des Sciences Semlalia, Université Cadi Ayyad
Fatou Binetou Dial, Institut Fondamental d’Afrique Noire, Université Cheikh Anta Diop
Noureddine Elkhoudri, Institut Supérieur des Sciences de la Santé-Settat, Université Hassan Premier
Lamine Gueye, Recteur de l’Université Alioune Diop de Bambey, UMI 3189 Environnement, Santé, Sociétés
Ousseynou Ka, Université Alioune Diop de Bambey – UFR Santé et Développement Durable / Centre de gérontologie et Gériatrie de Dakar/ Bureau de la Santé des Personnes Agées du Ministère de la Santé et de l’Action sociale
Enguerran Macia, UMI 3189 Environnement, Santé, Sociétés, responsable du GDRI VA
Laurent Nowik, UMR 7324 CITERES CNRS – Université de Tours, équipe CoST
Muriel Sajoux, UMR 7324 CITERES CNRS – Université de Tours, équipe EMAM


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.