Appel à contribution: L’Afrique en santé. Interventions, acteurs et dynamiques à l’ère de la « Global Health ».

Politique africaine

Dossier coordonné par :

Fred Eboko, sociologue et politiste, Directeur de Recherche à l’IRD
UMR 196 CEPED – Université Paris Descartes – IRD
fred.eboko@ird.fr

et

Carine Baxerres, anthropologue, Chargée de recherche à l’IRD
UMR 216 MERIT – Université Paris Descartes – IRD, Centre Norbert Elias
carine.baxerres@ird.fr

 

Le dernier numéro de Politique africaine sur la santé date de décembre 19871. Cette proposition de dossier vise à combler un vide de près de 30 ans et à rendre compte des changements considérables qu’a connu récemment l’univers de la santé publique en Afrique.
Notre point de départ est l’avènement au tournant des années 2000, à l’échelle du continent et plus globalement dans les pays du Sud, d’une nouvelle ère, dite de la « Global Health », associée à un accroissement considérable des ressources mises en jeu, à l’émergence de nouveaux acteurs (fondations philanthropiques), de nouvelles formes d’interventions (partenariats publics-privés) et à la définition de nouvelles priorités et cibles pour les politiques de santé.
L’objectif de ce numéro est d’appliquer le regard des sciences sociales du politique à ce tournant, tel qu’il se manifeste sur le continent africain. L’enjeu principal (et notre apport à la littérature existante) est de réunir des recherches menées en Afrique dans le contexte de cette césure politique alors que ces travaux ne sont pas inspirés par l’ethos et la praxis de la « Global Health » et qu’ils en fournissent une lecture critique. Ce dossier se propose ainsi de « politiser » le débat sur la santé globale. Il ne s’agit pas de remettre en cause la réalité des progrès réalisés sur certaines questions sanitaires (sida, paludisme) mais d’analyser la reconfiguration du monde de la santé publique en Afrique en :

1-  Proposant une description institutionnelle, politique et historique de ces phénomènes, qui ne se limite pas à la chronique des progrès ou aux acteurs transnationaux les plus visibles, et pose en particulier la question de la place (changeante) des Etats et des acteurs africains dans cet univers ;

2- Traitant les revendications de rupture et de progrès, et les promesses de succès voire de salvation comme des discours politiques performatifs, qui participent d’une forme d’hégémonie – d’une raison humanitaire, sécuritaire et spéculative dont il faut interroger les fondements et les effets, mais aussi peut-être les impensés ;

3- Engageant une analyse critique et ciblée des programmes et stratégies de santé elles-mêmes, et en particulier de la « politique des solutions simples » ; cette approche, qui définit une part considérable des interventions de la « Global Health » autour de la triade « solution technologique miraculeuse »/ « obstacles culturels » / « patients et populations à éduquer », évacue complètement la question des inégalités, de la violence structurelle et des trajectoires historiques spécifiques des différents Etats et terroirs politiques ;

4- Enfin, en prenant au sérieux l’historicité du rapport entre pouvoirs, maladies et extraversion en Afrique, qui intègre la nouvelle ère de la « Global Health » dans des registres anciens d’expériences, de conflits, d’interprétations et d’accusations où la place de l’Afrique dans l’ordre mondial s’énonce et se problématise.

Ainsi, à travers ce numéro, nous voulons questionner les processus par lesquels se conçoivent, se construisent et se mettent en oeuvre les politiques de santé en Afrique contemporaine. Quels sont les facteurs et la configuration des acteurs qui déterminent l’émergence, la mise sur agenda politique, la circulation transnationale, internationale et nationale des acteurs, des institutions, des experts, des parties prenantes, et de l’ensemble des intervenants d’une politique de santé ? Nous souhaitons adopter une approche dynamique des jeux d’acteurs et de la gouvernance multiniveaux qui encadre les politiques de santé en Afrique, de manière différente d’une pathologie ou d’une question de santé à l’autre.
Nous proposons de fournir des analyses de ces différentes réalités à travers des contributions qui éclairent chacune une question spécifique mise à l’agenda de la « Global Health », qu’elle se fixe sur une pathologie ou une question de santé spécifique ou sur un dispositif sanitaire ou technique.
Nous attendons des propositions d’études originales, basées sur une approche empirique en sciences sociales, qui soulignent les apories et les défis actuels en matière de lutte contre des maladies ou de mise en place de dispositifs spécifiques en santé en Afrique. Nous entendons aussi discuter certaines caractéristiques de la mise sur agenda en « Global Health » (verticalité des programmes, masse des fonds levés, utilisation avant tout de « magic bullets » et autres objets technologiques, manque de renforcement des systèmes de santé, etc.), et ainsi décrire les tensions entre réalités locales et injonctions globales.

Calendrier :

10 septembre : Envoi des propositions (1 page max) aux coordinateurs du dossier
20 septembre : Communication du choix des propositions retenues
25 novembre : Envoi des articles au comité de rédaction de la revue
Mars 2019 : Publication du dossier

 

Télécharger l’appel complet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.