Assises : L’anthropologie de la santé en actes. Exigences scientifiques et pluralité des pratiques méthodologiques

Archives – Pour information

Forum

Assises de l’anthropologie de la santé : Thème 2

L’anthropologie de la santé en actes.
Exigences scientifiques et pluralité des pratiques méthodologiques

Nous interrogeons ici la place de l’anthropologie de la santé face à la médecine, en écho au dernier colloque d’AMADES (Marseille, octobre 2007) dans un contexte de demande sociale d’expertise et de conseil.

L’exigence méthodologique, l’empirisme de l’étude et le temps accordé  à la description constituent les socles du « raisonnement sociologique » et sont les indispensables garants d’une rigueur du qualitatif. Comment se construisent nos « terrains » et comment les « écrit-on » ? Comment les objets étudiés (des pratiques de soins observables aux valeurs et sentiments) influent-ils sur les modalités d’enquête ? La rigueur qualitative n’est-elle pas, finalement, la principale exigence éthique et professionnelle de l’anthropologie ? Or, la recherche qui se fait de plus en plus sur contrat nécessite de trouver des financements auprès d’organismes de recherche en santé : faut-il s’inscrire dans une réflexion guidée par les logiques et les pathologies médicales ? Comment ne pas être l’alibi qualitatif et périphérique de la recherche en santé publique ? De même, le développement des cadres et comités d’éthique soumet les sciences sociales aux mêmes dispositifs que les sciences médicales : comment articuler et montrer la singularité de l’anthropologie de la santé ?


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. thiongane dit :

    Une anthropologie qui veut se saisir des préoccupations médicales et des anthropologues qui revendiquent une légitimité scientifique au sein de la médecine même si les méthodes, les approches différent, c’est le constat qui se donne à voir dans les préoccupations actuelles des anthropologues qui travaillent dans le domaine et à proximité des cliniciens et autres acteurs de la santé. On a vite la nette impression que l’anthropologie veut s’en mêler sans s’en mêler qu’elle veut être dedans tout en étant en dehors.
    La question est similaire aux préoccupations de Dominique Memmi dans une précédente communication à l’EHESS qui l’a en partage avec l’ensemble de la communauté des anthropologues français actuellement : comment fabriquer une posture tenable quand on travaille avec les médecins qui ont des ressources sociales importantes et différentes ?
    Une chose est à admettre dès le début d’un tel débat : les légitimités sociales d’un chercheur découlent des capacités effectives à les imposer.
    Il faut décloisonner le discours anthropologique, revendiquer la pertinence de nos méthodes : observations empiriques, mesures qualitatives, analyse de sources écrites ou orales et raisonnement sociologique
    D’autant plus que l’anthropologue de toujours est un acteur capable de s’adapter au contenu de l’objet, à la géographie du terrain des données et des acteurs.
    L’anthropologue qui travaille en santé a comme impératif de s’adapter et la discipline également doit s’adapter aux impératifs du champ médical mais il est nécessaire que cette adaptation ne fasse pas perdre l’identité intrinsèque de l’anthropologie, de l’anthropologue et de ses méthodes.
    Comment concilier adaptation et changement ? c’est en imposant un consensus dès maintenant au sein du champ de l’anthropologie de la santé. Nous pouvons répondre et devons répondre à la demande sociale qu’elle émane d’instances médicales ou ailleurs en nous adaptant sans pour autant dénaturer le moi intrinsèque de l’anthropologie. or des terrains réalisés de part et d’autre du monde par les anthropologues ont montré comment les objets étudiés influençaient les modalités de l’enquête (Fassin et alban bensa) c’est que l’adaptation s’est déjà faite. Revendiquer la légitimité de notre approche et de nos résultats auprès d’acteurs médicaux disposant d’autres ressources et l’imposer relève d’un choix de pouvoir qui peut s’illustrer dans des négociations avec les usagers (demandeurs). Ceci passe nécessairement par le fait que l’anthropologue doit accomplir le geste méthodologique de « dissipation du flou artistique » que parait être l’enquête de terrain pour les médecins non acquis à nos façons de faire
    faut-il s’inscrire dans une réflexion guidée par les logiques et les pathologies médicales ?
    pas uniquement, ce n’est pas la démarche ni la fonction de l’anthropologue de la santé que de penser en médecin. Notre discipline nous a armé en matériaux, concepts et systèmes de représentations qui montrent que le discours médical sur la paranoïa ou social sur le défaitisme n’épuise pas par exemple la question de la sorcellerie chez les azandé (Evans Pritchard, 1972) et que la description médicale de la bilharziose échoue à entrevoir la vraie symbolique de l’urine sanguinolent ou « mogo rouge » chez les dogons (Sidiki Tinta, le projet « schisto » à Bandiagara, 1999) . Il y a d’autres méthodes d’approches et de lecture qui ont fait leur preuve. L’anthropologie amène d’autres types de lecture pertinente en élargissant l’étude des facteurs des pathologies dans le domaine social et culturel.
    Le raisonnement médical lui-même n’est il pas en train de s’approprier les représentations anthropologiques concernant la gestion des malades en intégrant sa dimension sociale montrant ainsi une certaine préoccupation et réceptivité au discours anthropologique sur la santé? Cette appropriation se serait faite cependant sans les anthropologues et la rencontre entre l’anthropologue et le médecin ne s’est pas encore produite (Gruenais et Dozon, 1992), le constat est vrai cependant les médecins n’ignorent pas que les anthropologues sont susceptibles de leur apporter des outils et réciproquement.
    la question serait également de savoir quels sont les mobiles des médecins quand ils soumettent une demande aux anthropologues et quelle lecture fait-on des travaux des anthropologues de la santé?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search