Séminaire Technorep: Technologies reproductives et d’enfantement. Régulations du risque, gouvernement du corps, controverses publiques.

 

1er lundi du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2018 au 3 juin 2019.
La séance du 1er avril est reportée au 2 avril (de 14 h à 17 h, Centre Alexandre Koyré, 5e étage, 27 rue Damesme 75013 Pari

 

Ilana Lowydirectrice de recherche à l’INSERM (*) ( CERMES3 )

Chiara Quagliariellocontrat postdoctoral à l’EHESS ( IMM-CEMS )

Sezin Topçuchargée de recherche au CNRS ( IMM-CEMS )

 

De la conception à l’accouchement en passant par la grossesse, le progrès médical est parvenu à orienter voire façonner en profondeur le processus d’enfantement dans les sociétés contemporaines.  La multiplication des innovations « révolutionnaires » ou de rupture telles que la PMA-GPA (qui a détaché l’embryon de l’utérus), le diagnostic prénatal (qui a rendu le fœtus « maîtrisable »), ou la contraception hormonale y joue un rôle certain. Le recours massif à des technologies, instruments ou médicaments, plus anciens ou conventionnels (échographie, césarienne, péridurale…), y a joué ou joue un rôle clé également, étant donné qu’il contribue à déplacer les frontières entre le naturel et l’artificiel, le moderne et l’archaïque, le biologique et le médical. Au croisement des études sociales et culturelles des techniques, de la sociologie de la médecine, de la sociologie des controverses publiques, et des études sur le genre, ce séminaire de recherche vise à décrypter ces nouveaux paysages reproductifs et d’enfantement modelés par la médecine. Il repose sur quatre axes principaux. Nous aborderons les trajectoires sociohistoriques de ces différentes techniques, en traçant les continuités, les complémentarités, ou au contraire les concurrences entre elles. Nous analyserons les régulations nationales et internationales dont ces innovations font l’objet depuis les dernières décennies, redessinant par là de nouveaux rapports, institutionnels, à la maternité/parentalité, au genre, au corps, au biologique, au risque, ou encore à l’handicap. Nous passerons au crible les marchés et les logiques industrielles dont elles relèvent et les formes de gouvernement économique qu’elles donnent à voir. Nous étudierons enfin les critiques ou controverses publiques qu’elles suscitent en termes non seulement éthiques, mais aussi épistémologiques (savoirs féministes/profanes vs savoirs médicaux), sanitaires (e.g. risques iatrogènes de la FIV ou de la pilule contraceptive), et politiques (e.g. débats autour de la place accordée au travail reproductif, aux liens biologiques, ou encore à la sécurité dans les sociétés productivistes et du risque).

 

Programme

5 novembre : Du ‘risque’ à la ‘violence’ : médicalisation des naissances

  • Sezin Topçu (Cems), Du risque à la violence : médicalisation de l’accouchement comme problème public international
  • Clara Blanc (Ehess), Entre vécu singulier et problème public : la médiatisation des témoignages de violence obstétricale
  • Nathalie Sage-Pranchère (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université), Les incompatibilités sanguines mère-enfant : élaboration d’une prise en charge totale de la naissance

3 décembre : Techniques d’obstétrique routinisées et dynamiques nationales 

  • Lola Mirouse (CEMS-Ehess), Faire de l’épisiotomie une technique de routine? La production d’ignorance sur les risques et l’utilité de l’épisiotomie au cours de deux décennies de débat scientifique en France (1980-1990) 
  • Chiara Quagliariello (CEMS-Ehess), Normalisation et critiques de la césarienne au Sud et au Nord d’Italie

 7 janvier : PMA, don d’embryons et travail reproductif

  • Severine Mathieu (EPHP), Qu’est ce qui fait le parent? Don d’embryon et AMP en France
  • Lucie Herzog (Université de Caen, CERReV), L’AMP au quotidien : derrière les biotechnologies, le travail reproductif des femmes

4 février : Controverses autour de la médicalisation de la reproduction dans l’après Mai 1968

  • Bibia Pavard (Université Paris 2 Panthéon-Assas), Transferts militants et pratiques des avortements au début des années 1970
  • Sezin Topçu (CEMS), Controverses autour de l’accouchement médicalisé dans la France des années 1970 : quelle(s) critique(s) des techniques ?

4 mars : Diagnostique prénatal: nouvelles techniques, nouveaux marchés, nouveaux risques ?

  • Ilana Löwy (Cermes 3), Le fœtus visible et la loi. Diagnostic prénatal en France et au Brésil
  • Carine Vassy (Université Paris 13), Comment créer une nouvelle catégorie de femmes à risque. Le cas du dépistage prénatal non invasif en France

2 avril: Gouverner l’embryon : perspectives historiques et sociologiques (séance en anglais, coorganisée avec le séminaire « Gouverner le progrès »)

  • Nick Hopwood (University of Cambridge), Human embryos: A visual history
  • Anne-Sophie Giraud (LISST-CNRS), Understanding temporality in reproduction : the case of in vitro embryos in France 

6 mai : Epidémie de la césarienne, questions raciales, santé néolibérale  (séance en anglais)

  • Summer Hawkins (Boston College & King’s College London), Racial/ethnic differences in cesarean deliveries and VBACs: a view from the US
  • Sezin Topçu (CEMS-Ehess), Technobirth and Neoliberal Health : Caesarean Epidemic in Turkey 

3 juin : Gynécologie et savoirs genrés (séance en anglais)

  • Renée Almeling (Yale University), Men, Medical Knowledge & Reproduction
  • Deuxième intervenant.e à préciser

 

Pour plus d’informations, visiter le site de l’EHESS


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.