Atelier “Crise, épidémies & santé” 2023

Congrès de l’Afea, 2, 3 et 4 novembre 2023, INALCO, Paris

“La crise, un objet pour l’anthropologie ?”

 

ATELIER “Crise, épidémies & santé”

Coordination :

Delphine Burguet (INMA / MSA / IMAF, EHESS / Présidente de l’AMADES)

Idrissa Mané (UMR TREE 6031, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Si les précurseurs se sont plutôt inscrits dans une perspective de recherche fondamentale, plus récemment, les anthropologues ont intégré la dimension opérationnelle de la recherche dans le secteur médical ou hospitalier, par exemple, pour analyser la conception et le déploiement de protocoles sanitaires, les politiques de santé publique, les pratiques de soins et les prises en charge des malades, notamment en s’appuyant sur les enjeux sociaux et culturels qui s’y jouent. L’affirmation de l’anthropologie médicale et de la santé, en tant que sous-champ disciplinaire qui se veut « autonome », est liée aux contextes de crises épidémiques majeures.

C’est dans ce contexte que s’inscrit l’histoire de l’Association d’Anthropologie Médicale et de la Santé (AMADES) créée en 1982. La pandémie de Covid-19 a confirmé et prolongé cette tradition d’intervention ou d’opérationnalité (Y. Jaffré) anthropologique en période de crise épidémique. Le colloque AMADES « Anthropologie et Covid-19. Etats, expériences et incertitudes en temps de pandémie » (2022) a notamment permis de rendre visible le volume très important des travaux sur le sujet de la crise sanitaire liée au Covid-19 dans des espaces principalement francophones, et questionnés en confrontation avec les recherches sur d’autres épidémies (ré)émergentes.

A l’occasion du congrès 2023 de l’AFEA, portant sur la notion de « crise », nous invitons les chercheur.e.s à discuter des pratiques d’anthropologie de la santé en temps de crise épidémique / sanitaire. Il s’agit d’évoquer la place et le rôle des anthropologues dans un temps de recherche en période de crise épidémique (ré)émergente.

 

SESSION 1
Jeudi 2 | 10h > 11h30 | Salle 5.01

Discutant : Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme)

Carine Baxerres (IRD, LPED, Aix-Marseille Université) | Vivre les « crises » en anthropologue de la santé : retour subjectif sur des questions théoriques, méthodologiques et d’édition scientifique

A travers cette communication, je souhaite décrire trois aspects constitutifs du travail de chercheu.se.r en anthropologie (de la santé) qui ont été confrontés, dans ma pratique professionnelle depuis 2019, à la question des « crises » : la rédaction, la coordination éditoriale d’une revue et la conduite de recherches. Suite à la co-organisation de journées d’études, en mai 2019 à la Vieille Charité à Marseille, sur le thème des expériences et politiques des « crises » en santé humaine, animale et environnementale, alors qu’individuellement la prise de conscience ou l’expérience de l’effondrement (climatique, d’immeubles insalubres, ou existentiel) présent, passé ou à venir, remuait déjà, nous nous sommes lancées, mes deux collègues et moi, dans un travail théorique autour de la notion de « crises sanitaires » (Baxerres, Dussy, Musso, 2021), sur lequel je reviendrai tout d’abord. Puis, devenue co-rédactrice en chef d’une revue scientifique (Anthropologie & Santé), j’expliciterai les décisions plus ou moins mûrement réfléchies que nous avons prises en termes d’édition d’analyses de la pandémie de covid-19 ; décisions que nous avons pu comparer à celles prises par des revues d’autres disciplines en santé. En termes de conduite de la recherche, durant le premier confinement dû au covid, j’ai souhaité essayé de produire une étude dans cette période spécifique, tout en filant mes sujets d’intérêts scientifiques : les dynamiques sociales de phytothérapie standardisée en Afrique. J’ai contacté trois collègues ghanéens, béninois et camerounais avec lesquel.le.s nous avons lancé une étude des réseaux sociaux et de la presse dans ces trois pays. Le confinement nous a ainsi posé un défi méthodologique dont je soulignerai les apports et les écueils. Enfin, engagée ensuite dans une autre recherche sur un temps plus long autour des questions de résistance antimicrobienne au Ghana et au Burkina Faso, je reviendrai sur l’instrumentalisation politique des « crises sanitaires » et les discours catastrophistes tenus par différents types d’acteurs, questionnant les effets de ces discours sur l’action.

Fleur Beauvieux (ArchOMEP-Archives orales, Mémoires et Expériences en temps de Pandémie, Institut Pasteur / CeRIS), Clément Tarantini (ArchOMEP, Institut Pasteur / CeRIS) | Récits d’une pandémie depuis l’Institut Pasteur : figures, enjeux et effets de la catégorie de “crise” chez des Pasteurien·nes de première ligne

Les « crises épidémiques » sont au cœur des raisons d’agir de certaines unités de l’Institut Pasteur (IP), dont les activités sont réparties entre surveillance, préparation, alerte et intervention. Nous avons réalisé une enquête ethnographique auprès des personnels de trois de ces unités qui furent en première ligne lors de la pandémie de Covid-19. Mais si cette dernière est unanimement qualifiée de « crise », et en premier lieu par les Pasteurien.nes 1, que recouvre cette appellation de leur point de vue ? Pour répondre à cette question nous appréhendons la « crise » en tant qu’« observation produisant du sens » (Roitman, 2014), ceci afin d’analyser les usages et les effets du recours à cette notion dans les récits et les expériences de cette pandémie, tels que relatés par nos enquêté.es. Nous montrerons que la « crise » constitue un « moment de vérité » et un révélateur d’états et de relations préexistants à celle-ci, entre tensions inter-professionnelles, faiblesses de la preparedness, organisations de la recherche scientifique et désengagements envers certaines valeurs considérées comme « pasteuriennes ». Puis nous verrons que la « crise » opère également comme un « idiome générateur d’affect » (Masco, 2017), support d’un agir collectif venant renforcer l’adhésion à certaines de ces valeurs institutionnelles. Dès lors, c’est bien d’un certain héritage de l’histoire de ce collectif et de cette institution dont nous parle cette « crise ». En outre, celle-ci constitue également, à double-tranchant, une catégorie affective mobilisée dans la communication externe de l’IP pour légitimer sa place de premier plan dans la recherche internationale : entre promesses d’innovations scientifiques contrariées et demandes de dons, la recherche sur les vaccins est venue bousculer le collectif dans son rapport à l’institution. Pour conclure, nous reviendrons sur certains des enjeux épistémologiques, éthiques et politiques de cette recherche. En effet, celle-ci, financée et pilotée par l’Institut Pasteur, a pour particularité de conférer à ce corpus d’entretiens un devenir singulier en l’instituant comme corpus d’archives orales destinées à construire une mémoire de cette crise « depuis » l’IP. Nous questionnerons la place, les limites et les apports des recherches en sciences sociales dans de tels dispositifs.

Anne Dusart (CREAI, Université Bourgogne – Franche-Comté), Lucile Agénor (CREAI, LaSA, Université Bourgogne – Franche-Comté) | Pour une ethnographie interventionnelle par gros temps : réflexion à partir d’une « observation accompagnante » d’une structure pour personnes vulnérables durant la crise sanitaire

L’observation de collectifs en période de crise conduisant à des mesures aussi radicales qu’un confinement généralisé strict comme au printemps 2020 pose aux sciences sociales des problèmes inédits. Ce fut le cas pour nous qui voulions documenter l’expérience de la crise Covid dans les structures sociales et médico-sociales. L’impossibilité pour l’ethnologue de mener une observation participative entravée par le confinement et l’inadéquation pour le sociologue d’enquêter avec des questionnaires auprès d’acteurs submergés par les chamboulements en cours, nous a forcé à penser un accès au terrain via des journaux de bord tenus par les acteurs. Parallèlement, la violence que la menace épidémique et les mesures prises pour contrer la contamination ont exercé sur les acteurs nous a incité à déployer un dispositif d’accompagnement d’une structure d’accueil des personnes ayant des troubles psychiques. L’observation de la crise en train de se vivre a conduit à une monographie. Puis la recherche a pris un tour interventionnel en visant un soutien de l’institution dans le processus de traversée de crise par l’aménagement de temps de réflexion collective avec toutes les parties prenantes. Ainsi pendant 18 mois (mars 2020 à août 2021), professionnels, résidents et administrateurs ont écrit, témoigné oralement et dialogué entre eux sous l’œil du chercheur. Et ce sous des modalités conjointement arrêtées s’adaptant aux nécessités de la recherche et aux contraintes de la crise sanitaire. En appui sur l’anthropologie des catastrophes, notamment celle développée par Y. Moreau, l’approche s’est centrée sur l’analyse de ce que le choc extérieur a produit sur l’institution, à la fois dans l’irruption de l’événement et dans l’installation durable de la crise. Les tensions internes engendrées par l’événement ont été analysées avec l’appui de la psychodynamique du travail. L’exercice de la controverse sur les vécus différents, les imaginaires mobilisés et les significations attribuées à “ce qui nous arrivait“ individuellement et collectivement, ont aidé le collectif à sortir de l’état de catastrophe et au rétablissement de la vie collective. L’objectif de cette communication est de proposer un retour réflexif sur cette démarche inédite dans un contexte exceptionnel et ce qu’elle a produit. Il s’agit d’en réfléchir les aspects méthodologiques et éthiques, ainsi que l’articulation entre la production de connaissances et la visée de soutien du collectif concerné. Plus largement, d’interroger la pertinence de ce type de recherche interventionnelle et son apport en temps de crise.

 

SESSION 2
Jeudi 2 | 13h > 14h30 | Salle 5.01

Discutant : Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme)

Chloé Tisserand (CeRIES, Institut convergences migrations ICM) | Le carnet de bord en ligne : une approche méthodologique rétroactive pour documenter la période Covid/exil

Dans le cadre du projet MoCoMi mené à l’Institut convergences migrations (ICM), j’ai été missionnée pour documenter la prise en charge des exilés sur le littoral nord de France (Tisserand, 2022). Cette mission a démarré en mai 2022. La période Covid, je ne l’ai pas vécue en tant que chercheuse sur le terrain ; je n’ai donc pas pu effectuer des observations. Par conséquent, je me suis cantonnée au recueil de données transmises par les enquêtés. De plus, j’ai mené ces entretiens rétrospectivement, ce qui peut s’avérer sur certains points problématiques (Demazière, 2007). En effet, les souvenirs que conservent les intervenants de cette période contiennent des biais (sélection, ellipses, narration). Si le carnet de bord est journalier, il m’a pour autant semblé être la solution pour restituer mon travail. Un peu comme une manière de partager au public les différentes étapes de ma réflexion. Et la mise en ligne de ce carnet me permet d’étoffer les données collectées dans le temps et au gré des rencontres.

Delphine Burguet (INMA / MSA / IMAF / EHESS), Pierrine Didier (UMR EPIA INRAE / VetAgro Sup / CEPED) | Mener une recherche anthropologique sur l’expérience d’un confinement sanitaire en France. Perspectives, faisabilités et découvertes méthodologiques

Comme de nombreux anthropologues de la santé engagés dans des travaux de recherche sur la crise sanitaire liée au Covid-19, nous nous sommes rapidement mobilisées pour mettre en place un projet d’étude sur l’expérience du confinement en France. Nous avons recueilli des témoignages, sur le vif, et documenté cette période, avec une double orientation : socio-anthropologique, pour comprendre les expériences vécues et les adaptations individuelles et collectives, et historique, dans l’objectif d’écrire les archives de demain. L’anthropologie étant souvent considérée comme une discipline des crises (sociale, économique, climatique, sanitaire, etc.), nous avons pensé la pandémie et la période inédite de confinement comme des objets anthropologiques, que nous nous devions alors d’interroger. Avec le projet Récits Confinés (www.recitsconfines.net), une “enquête participative” par recueil de journaux écrits de confinement a été menée, inscrite dans le temps de l’urgence de la production des données articulée au temps de l’urgence sanitaire. Dans cette communication, nous reviendrons sur le contexte du montage du projet Récits confinés, les méthodes d’enquête numériques expérimentées et adaptées au temps de la crise, leurs limites et leurs perspectives. Si la crise sanitaire liée au Covid-19 est devenue un objet anthropologique, il est nécessaire d’analyser également dans quelle mesure la crise sanitaire a apporté du changement dans notre posture et notre pratique anthropologique.

Lucia Candelise, Delphine Burguet, Koukiyoani Koutiangba, Laurent Gontier, Véronique Duchesne | Enquêter en temps de pandémie en Guinée et au Cameroun : conception et mise en œuvre d’une application web mobile

Dans l’urgence de la pandémie mondiale de la Covid-19, et alors que nous étions confinés en France, un protocole d’enquête nécessitant la création d’une application web mobile a été conçu afin de recueillir les vécus individuels face à cette situation sanitaire et aux expériences de mobilités contraintes dans deux pays africains avec lesquels notre institution de tutelle (l’Institut de Recherche pour le Développement, France) était liée, le Cameroun et la Guinée. La mise en œuvre de cette recherche avec une application web mobile inédite a été possible par des échanges, uniquement par visioconférence, entre les anthropologues françaises, un artiste et des techniciens (un concepteur et un graphiste) et nos partenaires guinéens et camerounais. Elle s’est étendue sur deux ans (juin 2020-mai 2022) avec l’aide de deux financements (ARIACOV et ANRSCOVID025). Lors de cette intervention, nous proposons d’analyser, d’un point de vue réflexif, les différents facteurs qui sont intervenus dans le processus : qu’ils soient d’ordre organisationnel, administratif, technique, financier et scientifique. Par ailleurs, nous avons finalement pu initier une enquête in situ, qui n’était pas prévue au départ, sur l’utilisation de la web application mobile par les usagers camerounais. L’objectif de cette intervention relève d’abord de questionnements d’ordre méthodologique, mais aussi épistémologique, au sujet des nombreux enjeux et défis pour mener une recherche en anthropologie en temps de pandémie avec des outils numériques dans deux pays africains.

 

SESSION 3
Jeudi 2 | 14h45 > 16h15 | Salle 5.01

Discutante : Nicole Vernazza (UMR 7300, CNRS, Membre du Haut Conseil de la Santé Publique – Commission maladies infectieuses et maladies émergentes)

Martin Julier-Costes (UMR 5194, Université Grenoble Alpes) | Approche socio-anthropologique des rites funéraires et du deuil en temps de crise épidémique du COVID-19

Ma communication s’appuiera sur ma participation au programme de recherche international « Mondes funéraires, personnes endeuillées et Covid-19 », adossé aux projets Co-Funéraire (ANR) et No Lonely Deaths (FNS). J’évoquerai ma place de chercheur qui, lors de la première vague, n’a pu se rendre sur le terrain mais a pu interroger de nombreux professionnels du funéraire (en France et en Suisse romande) et qui, lors de la seconde vague, a effectué plusieurs immersions au sein d’une entreprise de pompes funèbres (automne 2020) et d’une chambre mortuaire d’un CHU (hiver 2021). Je décrirai ensuite en quoi cette pandémie a reconfiguré les pratiques funéraires et quelles sont les trajectoires de deuil observables à travers notre recueil de données. Ces analyses mettent en lumière les fortes disparités d’expériences sur chacun des territoires observés et les capacités d’adaptation des professionnel.l.e.s et des familles dans un contexte de crise épidémique du Covid-19.

Maria Teixeira (ECEVE, Paris) | Anthropologie du grand confinement : retour d’expérience et approche méthodologique

Chaque culture fait le choix de souligner certains risques et d’en exclure d’autres (Douglas, 1982) comme nous le montre la mise en place des politiques de santé appliquées dans les différents pays confrontés à la Covid-19. Pour Keck, « la contagion des virus est toujours accompagnée d’une contagion des idées, du fait du caractère incertain et invisible des entités qui circulent en société, défiant ainsi les politiques de prévention ». L’objectif de cette communication est de documenter le sens des représentations et des comportements en temps de crise face à la pandémie pendant le grand confinement en France. Nous avons constitué une cohorte qualitative d’une soixantaine de personnes aux profils socio-démographiques diversifiés que nous avons suivi pendant le grand confinement et un peu après la levée de la mesure. Des entretiens téléphoniques répétés avec ces personnes ont été réalisés environ tous les 15 jours totalisant 6 campagnes d’entretiens entre fin mars 2020 et la fin des vacances d’été. Les informateurs expriment l’idée que l’épidémie exacerbe le meilleur comme le pire chez l’humain. Il y a eu de beaux gestes de solidarité entre voisins. La distance physique a intensifié les contacts virtuels avec la famille et les amis. A contrario, certains ont été témoins de comportements agressifs individualistes, d’autres ont déploré le manque de solidarité entre États : « On va piquer les masques aux voisins, chacun pour soi ». Ces évènements ont également eu un impact sur la représentation des comportements humains et chacun a réalisé la fragilité de son existence.

 

SESSION 4
Vendredi 3 | 9h > 10h30 | Salle 5.01

Discutants : Delphine Burguet (INMA / MSA / IMAF, EHESS / Présidente de l’AMADES) et Idrissa Mané (TREE-CNRS 6031, Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Rubis Le Coq (IRISSO, Université Paris Dauphine / INRAE) | Éloge de la lenteur : l’anthropologie face aux crises postcoloniales. Regard croisé sur deux scandales sanitaires

Qu’il s’agisse de l’épidémie d’Ebola en Guinée ou d’une épidémie de cancers faisant suite à l’exposition au chlordécone aux Antilles, lorsqu’il est question d’adresser une crise sanitaire, les réticences populaires sont envisagées comme des obstacles qu’il convient de déjouer pour le bien des « populations ». Ces réticences prennent la forme de refus de recourir aux dispositifs de réponse sanitaire (centre de quarantaine, dépistage sanguin, carottage des sols) ou de manifestations à l’encontre d’institutions étatiques. Plutôt que de parler de « réticences », Fairhead et Wilkinson (Wilkinson & Fairhead, 2017) proposent de penser ces actes comme des formes de résistance face à l’ordre établi. L’objectif de cette communication est de montrer au travers de vignettes ethnographiques ce que l’anthropologie et son approche par le temps long a à apporter à la compréhension de ces résistances dans le cadre de gestions de crises sanitaires. Le temps long ici est à comprendre selon deux acceptions. Il s’agit d’une part du temps long de l’enquête, de la longue présence sur le terrain qui permet une meilleure appréhension du contexte global ainsi que la création de relations privilégiées voir de confiance avec les « enquêtés ». D’autre part, le temps long s’entend comme le décentrement dans l’analyse par le recours à l’historiographie qui replace un évènement sanitaire dans sa longue histoire. Ce travail à contre-temps de l’urgence est particulièrement important dans les contextes postcoloniaux que sont ceux de la Guinée, de la Martinique et de la Guadeloupe (Ferdinand, 2019; Niang, 2014). En effet, prendre le temps contribue à atténuer l’altérité centre-périphérie dans les relations d’enquête mais également d’identifier des récurrences dans les gestions des crises (hiérarchisation des savoirs, inégalités raciales de santé). Ainsi, cette communication propose de distinguer évènementialité et exceptionnalisme dans la mise en récit des crises sanitaires. Faire cette distinction permet de réhabiliter l’importance de la formation d’une conscience historique de l’intervention (Caduff, 2019) en remettant sur le devant des agendas scientifiques le temps long, spécialité de l’anthropologie, au service de l’urgence des réponses sanitaires (Abramowitz et al., 2015; Anoko et al., 2014; Epelboin, 2009; Sow & Desclaux, 2016).‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

Charlotte Floersheim (IDEMEC / Sesstim), Léo Manac’h (CEPED, Université de Paris) | D’une épidémie à l’autre : l’inaudibilité des acquis de la lutte contre le sida en temps de covid

La lutte contre le sida a constitué l’un des lieux de problématisation de la démocratie sanitaire. Face aux décisions gouvernementales dans la crise covid, les voix des associations qui la promeuvent ont pourtant peiné à se faire entendre pour proposer d’autres stratégies de santé publique plus démocratiques et participatives. À partir d’une ethnographie de Aides, plus grosse association de lutte contre le sida européenne, nous reviendrons sur ce rendez-vous manqué entre acteurs institutionnels et associatifs. Nous l’analyserons sous la forme de la co-production d’une inaudibilité des acquis de cette mobilisation. Cette co-production s’entend d’abord du côté des institutions étatiques qui se détournent des champs associatifs pour des raisons idéologiques (disqualification des corps intermédiaires) et économiques (réduction des postes dans les ministères). Elle s’entend aussi en interne des associations de lutte contre le sida, dont l’influence s’est trouvée cantonnée aux questions de VIH/Sida, dans un contexte de chronicisation du VIH/sida en France hexagonale.

Rose-Anna Foley (Unisanté, Centre universitaire de Médecine Générale et Santé Publique, Département Epidémiologie et Systèmes de santé DESS, Lausanne) | Réflexions sur la recherche « après-crise » : récits méthodologiques d’une posture impliquée

Dans le contexte « après crise », de nombreuses voix de soignant.e.s s’élèvent en Suisse en faveur de restructurations profondes et durables du système de soins. Revenant sur une collaboration avec des pharmacien.ne.s avant, pendant et après la crise Covid, cette communication retrace les enjeux d’une posture anthropologique « impliquée » visant à construire des questions de recherche à partir des préoccupations de professionnel.le.s tout en leur permettant de s’approprier des connaissances et outils de réflexivité issus des sciences sociales. De telles démarches nécessitent de pouvoir aborder les implications sociales débordant souvent des espaces cliniques, les rôles et positions des professionnel.le.s dans l’espace public, ainsi que les intérêts économiques des pharmacien.ne.s. Si le contexte actuel semble propice à penser des transformations socio-sanitaires, il repose la question du lien entre savoir et action, les engagements possibles des professionnel.le.s et chercheur.e.s, tout en maintenant des terrains ethnographiques prenant en compte des populations difficiles à atteindre, avec des avis divergents ou invisibilisés dans les soins.

 

SESSION 5
Vendredi 3 | 10h45 > 12h15 | Salle 5.01

Discutante : Anne-Marie Moulin (UMR SPHERE, Universités Paris Diderot / Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Fanny Attas (ENS, Lyon) | Entre Covid-19 et Ebola : la crise comme nouveau mode de gouvernance en Guinée

Pour faire face aux crises épidémiques récentes qui ont marqué la Guinée, les institutions de la santé globale ont mis en place des politiques de préparation et de gestion des épidémies incluant des modèles de ripostes et des réseaux de surveillance sur l’ensemble du territoire. Via des ethnographies menées en Guinée depuis 2020 sur les épidémies et la santé, j’analyse les enjeux de ce nouveau mode de gouvernance fondé sur la préparation et la gestion des crises. J’étudie ainsi comment les différents acteurs sont conceptualisés et polarisés via des catégories issues du monde du développement et de la santé (les « communautés », les « institutions », les « partenaires techniques et financiers », le « personnel de santé »). J’interroge comment ce mode de gouvernance crée des rapports de pouvoir et entretient des dominations historiques via l’institutionnalisation d’un narratif négatif des populations locales perçues à l’origine des épidémies et/ou de leur propagation. Enfin, j’examine le rôle des anthropologues pris entre ces rapports de pouvoir, alors qu’ils sont largement considérés en Guinée comme des médiateurs sociaux à même d’éviter les « réticences communautaires » depuis l’épidémie d’Ebola 2014-2016.

Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme) | L’anthropologue dans la réponse aux épidémies, science, savoir-faire ou placebo ? Des réponses internationales à Ebola à l’humour pandémique en temps de Covid

 

SESSION DE CLÔTURE
Samedi 4 | 9h > 10h30 | Salle 5.01

Discutante : Anne-Marie Moulin (UMR SPHERE, Universités Paris Diderot / Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Alice Desclaux (TransVIHMI, IRD), Marc Egrot (UMR IRD 224 / CNRS 5290 / UM1-UM2 MIVEGEC) | Multiplication et répétition des crises épidémiques : enjeux pour les réseaux de recherche

La multiplication des épidémies et des menaces infectieuses soulève des questions épistémologiques et méthodologiques en anthropologie, alors que les institutions de santé globale (OMS, CDC régionaux…) sollicitent de plus en plus des enquêtes opérationnelles, articulées aux recherches médicales ou biologiques. Quelle(s) option(s) privilégier : s’engager dans des études répétées de crise en crise, en éclairant les particularités de chaque évènement ? articuler les enquêtes pendant la crise avec des recherches fondamentales qui dépassent sa temporalité ? privilégier la comparaison entre crises, dans le temps et dans l’espace ? Focaliser l’attention sur l’entre-crise et la préparation ? ou prendre la répétition comme objet d’étude ? Les réseaux de recherche tels que SHSEbola, Sonar-Global (Social science network on infectious threats), RAEE (Réseau anthropologie des épidémies émergentes) ont tenté d’affronter la succession des crises. La table-ronde abordera ces questions à partir des réalisations et réflexions de ces réseaux, et discutera des questions clés comme la temporalité en lien avec les cycles épidémiques, les modes de restitution et d’échange, et l’ethnographie numérique des crises.

Nicole Vernazza (UMR 7300, Haut Conseil de la Santé Publique – Commission maladies infectieuses et maladies émergentes) I Réflexions sur l’expertise en tant de crise à partir de l’exemple des avis du Haut Conseil de la Santé Publique dans la gestion du Covid 19

Dans mon propos, je souhaiterais aborder, en tant qu’anthropologue expert au sein d’une institution chargée d’apporter une aide à la décision publique et en particulier au Ministère de la santé, la façon de faire prévaloir les savoirs et la démarche anthropologiques pour mieux prendre en compte le niveau d’implication des populations et des professionnels (perceptions, pratiques de prévention, funéraires…).

Jocelyn Raude (UMR ARENES 6051, UniR / INSERM 1309) | Les théories et les méthodes d’analyse des comportements humains face au risque à l’épreuve de la pandémie de COVID

Dans un contexte contemporain marqué par le retour des phénomènes épidémiques majeurs, les chercheurs en psychologie et en anthropologie ont été sans aucun doute les scientifiques les plus mobilisées pour l’étude des comportements humains face aux risques sanitaires. Toutefois, en raison de différences dans l’épistémologie et les méthodes de travail de ces disciplines, les tentatives de dialogues et de collaborations entre ces deux communautés se sont souvent avérées peu fructueuses. Avec l’émergence de théories de la cognition culturelle, les travaux conduits à l’interface entre ces disciplines ont récemment abouti à une convergence inattendue des cadres théoriques permettant de comprendre la variabilité des réactions face aux risques dans les sociétés contemporaines. Malgré un certain scepticisme au sein de ces communautés, la pandémie de COVID-19 semble avoir validé dans une large mesure la capacité remarquable de ces théories à expliquer et prédire l’adoption de mesures de prévention, comme la réduction des contacts physiques ou la vaccination, dans de nombreuses populations à travers le monde.

Alain Epelboin (CNRS / MNHN / Musée de l’Homme)

Conclusion de l’atelier

Anne-Marie Moulin (UMR SPHERE, Universités Paris Diderot / Paris 1 Panthéon-Sorbonne) | 

Présentations des communications

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search