Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journées d’études « Patients-experts, patients-partenaires: quels dispositifs de participation en santé », 25 et 26 mars 2021, Visioconférence

Journées d’études « Patients-experts, patients-partenaires: quels dispositifs de participation en santé »

25 et 26 mars 2021, Visioconférence

Atelier organisé par Claire Crignon, Renaud Debailly et Antoine Guillain

 

Télécharger le programme complet et les modalités d’inscription: Programme_Patients-Experts-Patients-Partenaires

 

 

 

 

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel de propositions « Fin de vie et mourir dans un monde pluriel », Anthropologie et sociétés

Fin de vie et mourir dans un monde pluriel

(proposition révisée, numéro double 2021)

ANTHROPOLOGIE ET SOCIÉTÉS

Numéro thématique sous la direction de Sylvie Fortin et Josiane Le Gall

Sylvie Fortin, Professeure titulaire, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

Josiane Le Gall, Chercheure d’établissement, SHERPA/CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal & Professeure associée, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

APPEL DE PROPOSITION

 Les nombreux décès survenus ces derniers mois nous interpellent tous. La pandémie actuelle marque de multiples façons, la vie, la sociabilité et… le mourir. Anthropologie et sociétés s’est engagé dans un numéro thématique sur la fin de vie depuis quelques mois déjà. Le contexte actuel nous invite à élargir le bassin des contributions afin de mieux cerner ces enjeux dans différents lieux/institutions/localités.

La fin de vie est un objet foisonnant de recherche et de réflexion en sciences sociales et en sciences du soin. Vieillissement de la population, chronicité de la maladie, éventail thérapeutique à la fois très large et restreint selon la population visée (du jeune au grand âge) et pratiques de soins sont parmi les thèmes de l’heure. Et si les travaux sur la mort (et davantage « les morts » selon Bibeau [2013 :51]) et les rituels funéraires sont chers à l’anthropologie (Kaufmann et Morgan 2005, Engelke 2019, Jérôme et Poirier 2018), le mourir est moins documenté tout en étant une fenêtre extraordinaire sur le social contemporain. Dans la continuité de Godelier (2014) et ses travaux sur la mort, nous considérons la fin de vie et le mourir comme une construction sociale et non en état d’être délimité par la clinique.

Fin de vie et mort se déclinent pour plusieurs sur fond de traditions culturelles et religieuses. Les rites entourant la mort, présents dans toutes les sociétés, s’inscrivent dans les grandes traditions religieuses (Coyer 2015, Thomas 1980) et aussi en marge de ces dernières dans les sociétés hypermodernes où la diversité, l’hyperdiversité (Hannah 2011) résulte à la fois de la mobilité et des mouvements migratoires (Foner & al. 2019, Vertovec 2007), mais aussi des transformations sociales qui accompagnent la mondialisation des échanges de tout ordre (Humphris 2014). Cela dit, la culture – entendue comme un ensemble de significations, de normes et de valeurs partagés qui sous-tendent comment les membres d’un groupe social comprennent et agissent dans le monde qui les entourent (Crowley-Matoka 2016) – participe à façonner, selon les contextes et les interactions, les pratiques, savoirs et croyances d’un groupe donné en regard de la maladie, la mort, le soin. Cette même culture est acteur dans la prise de décision, tout comme l’est la médecine tout entière en tant que système culturel qui façonne les pratiques soignantes. Cette culture médicale – qui embrasse l’action comme moteur et où les progrès scientifiques génèrent un éventail thérapeutique toujours croissant – donne lieu ou peut donner lieu à des fins de vie qui interpellent.

Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéressons aux trajectoires de fin de vie et au mourir contemporain, marqué par une pluralité de manières de concevoir le monde, la vie, la mort, l’apport de la technologie biomédicale, les attentes et possibilités vis-à-vis des lieux où le mourir est possible (hôpital, institution de soins prolongés ou de soins palliatifs, domicile). Saisir les espaces relationnels dans lesquels le mourir est vécu, les contextes et la qualité des interactions entre acteurs devient fondamental (Kellehear 2014). Ces espaces sont parfois colorés par la famille, mais encore, cette famille est elle aussi en mouvance (composition, recomposition, locale, transnationale). Ils peuvent aussi renvoyer à des liens sociaux variés, de voisinage, d’entre-aide, associatifs, et ce faisant rendre compte (ici encore) d’une pluralité d’acteurs accompagnants, voire même impliqués dans les décisions qui jalonnent la trajectoire de la maladie et du mourir.

La notion de trajectoire de la mort permet de saisir la mort en tant que processus temporel, certes, mais aussi social (plutôt que biologique), au carrefour de nombreuses perspectives potentiellement divergentes entre malade, famille et soignants (Strauss et al. 1985). Les trajectoires de fin de vie, du mourir et de la mort, sont en cela inclusif, temporel, relationnel, contextuel et donnent lieu à un éventail thérapeutique du cure au care, d’une perspective curative à une approche de confort, d’une reconnaissance de la mort comme soin (Death as care) ou au contraire, d’une mort comme échec.

Les articles retenus dans le cadre de cet appel pourront aborder la mort et la fin de vie sous différents angles, en tenant compte du point de vue tant des personnes en fin de vie, de leur famille que des soignants, notamment les expériences de fin de vie, de la jeunesse au grand âge, la diversité des fins de vie (mourir local, transnational, liens sociaux), les subjectivités, intersubjectivités, normes et valeurs (bonne mort, souffrance, dévoilement, etc.) et l’organisation des soins et pratiques de soin.

Anthropologie et sociétés ne publie que des inédits. La revue est francophone. Toutefois, les soumissions en Anglais sont les bienvenues. Lorsqu’acceptés pour publication, ces textes sont traduits par la revue après le processus d’évaluation.

Nous vous invitons à visiter le site web de la revue: : https://www.anthropologie-societes.ant.ulaval.ca/

Les résumés et propositions devront être envoyés directement aux rédactrices invitées:

sylvie.fortin@umontreal.ca & josiane.le.gall.ccomtl@ssss.gouv.qc.ca

Télécharger l’appel en PDF: Appel_AnthropologieSociétés_juin2020_F

Calendrier général

  • 20 août 2020: titres & résumés de proposition (originale non publiée) 10 à 15 lignes + coordonnées complètes des auteurs
  • 25 août 2020 : confirmation des résumés retenus (ou refus) – invitations à produire un article selon les normes de la revue
  • 15 octobre 2020 : réception des articles (7500 mots, notes et références incluses, résumés en français et en anglais)
  • 15 décembre 2020 : transmission des évaluations aux auteurs
  • 15 février 2021: réception des textes révisés
  • Mai 2021 : publication du numéro

Références citées

BIBEAU, G., 2013. Là où mourir n’est pas toujours mourir. Un regard anthropologique sur la mort d’enfants dans des sociétés non-occidentales, pp. 51-69, in S. Fortin et M.J. Blain (dir.), Mourir à l’ère biotechnologique. Montréal, Éditions CHU Sainte-Justine.

COYER G., 2015. « Anthropologie de la mort et de la fin de vie », Jusqu’à la mort accompagner la vie, 123, 4 : 11-24.

CROWLEY-MATOKA, M. 2016. Cultural Factors, pp. 292-307, in S. J. Youngner and R. M. Arnold (eds), The Oxford Handbook of Ethics at the End of Life. New York: Oxford University Press

ENGELKE, M., 2019. « The Anthropology of Death Revisited », Annual Review of Anthropology, 48 :29-44.

FONER, N., J.W. DUYVENDAK ET P. KASINITZ, 2019. « Introduction : super-diversity in everyday life », Ethnic and Racial Studies, 42,1 :1-16.

GODELIER, M., 2014. Introduction, pp. 9-37, in Godelier, M. (dir.), La mort et ses au-delà.

Paris, CNRS Éditions.

HANNAH, S. 2011. Clinical care in environments of hyperdiversity, pp. 35-69, in M.-J. DelVecchio Good, S..Willen, S. Hannah, K.Vickery & L. Taeseng Park (eds). Shattering Culture: American Medicine Responds to Hyperdiversity. New York, Russell Sage Foundation.

HUMPHRIS, R. 2014. Superdiversity : Theory, Methods and Practice – Rethinking society in an era of change. Conference (report) 23-25 June 2014, University of Birmingham. https://www.birmingham.ac.uk/research/superdiversity-institute/events/previous- events/iris-conference-report-2014.aspx (consulté le 5 juillet 2019).

JÉROME, L. & S. POIRIER, 2018. « Présentation. Conceptions de la mort et rites funéraires dans les mondes autochtones », Frontières, 29(2). https://doi.org/10.7202/1044157ar

KAUFMAN, S. R. & L. M. MORGAN. 2005, «The anthropology of the beginnings and ends of life», Annual Review of Anthropology, 34:317–41.

KELLEHEAR, A. 2014. The inner life of the dying person, End-of-life care : a series. New York, Columbia University Press.

STRAUSS, A., S. FAGERHAUGH, B. SUCZEK & C. WIENER, 1985. Social Organization of

Medical Work. Chicago, Chicago University Press.

THOMAS, L.V. 1980. Anthropologie de la mort. Lausanne, Payot.

VERTOVEC, S. 2007. « Super-diversity and its implications », Ethnic and Racial Studies, 30 : 1024-1054.

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature Emploi

Recrutement d’un.e chercheur.se postdoctoral.e : consommation alimentaire et politiques « d’alimentation saine » en Europe, Strasbourg, Octobre 2020

Chercheur.se postdoctoral.e  dans le domaine de la consommation alimentaire et des politiques « d’alimentation saine » en Europe

L’Institut des Études avancées de l’Université de Strasbourg (USIAS) invite les candidatures pour un poste de post-doc à l’intersection de la sociologie, du droit, des études politiques et de la nutrition, à partir d’octobre 2020.

Le poste annoncé s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche de deux ans financé par l’USIAS intitulé « Prendre au sérieux le droit à une alimentation saine : une perspective européenne ». Le projet de recherche est sous la responsabilité d’Elisabeth Lambert, Directrice de recherche au CNRS (http://sage.unistra.fr/membres/chercheurs-cnrs/lambert-elisabeth/) (http://www.usias.fr/en/news-events/news/single-news/article/nouveaux-fellows-usias-2020/).

Le projet a pour ambition d’explorer l’émergence d’un droit individuel/collectif à une alimentation saine en tant que nouvelle composante du droit européen des droits de l’homme. Les chercheurs décortiqueront les normes, les cas et les travaux préparatoires de nombreuses dispositions juridiques diverses aux niveaux national et européen afin d’étudier les conditions de création d’un tel droit, les limites et les garanties concernant leur mise en œuvre et opposabilité en justice. Les normes couvertes seront celles qui concernent les étapes de production et de commercialisation (droits de l’homme, droit alimentaire, protection des consommateurs, publicité, fiscalité, étiquetage, résidus de produits chimiques sur les aliments). Avec une approche focalisée sur la production des normes, cette recherche s’appuiera sur les mouvements de justice sociale et la littérature sur l’émergence du droit à un environnement sain. Une méthode qualitative (analyse lexicale et entretiens avec les parties prenantes) complétera la recherche documentaire traditionnelle. Le projet a deux objectifs : la recherche académique et le transfert de connaissances vers la pratique/les décideurs politiques.

Description du poste : Le chercheur post-doc sera chargé d’étudier l’élaboration de règles d’étiquetage des aliments et d’applications pour smartphones afin de faciliter l’accès à une « alimentation saine ». Cela nécessite d’analyser la mise en place de ces outils et leurs limites (quels acteurs, décisions et sciences sont impliqués, comment l’étiquetage public du « manger sain » est utilisé/transformé/concurrencé par les acteurs privés, et si nous devons favoriser davantage d’actions publiques). Le chercheur sera chargé de mener des entretiens avec les acteurs concernés au niveau national et au sein des institutions européennes. Le chercheur doit communiquer et publier en français et en anglais et doit donc avoir une bonne maîtrise de ces deux langues. Il fera partie d’une petite équipe dirigée par Mme Lambert et sera également chargé de préparer un événement scientifique européen au printemps 2021.

Lieu de travail : Strasbourg, MISHA, 5, allée du Général Rouvillois
Durée de l’emploi : 9 mois à temps plein (éventuellement à temps partiel sur une période plus longue) à partir d’octobre 2020 (potentiellement renouvelable une fois).
Salaire net/mois pour 100% : 2330 euros.
Critères de sélection requis : Doctorat et publications sur la nutrition, le droit et/ou les politiques alimentaires et/ou la sociologie/consommation alimentaire ; expérience de la recherche qualitative ; très bonne connaissance écrite et orale de l’anglais et du français ; candidat motivé capable de travailler à la fois de manière indépendante et au sein d’équipes interdisciplinaires.

Veuillez soumettre votre candidature par voie électronique à Mme Elisabeth Lambert (e.lambert@unistra.fr) en français OU en anglais avant le 22 juin 2020, en joignant une lettre de motivation, un CV, les publications pertinentes pour le projet et le rapport de soutenance du doctorat. Les candidats seront évalués sur la base de leur potentiel scientifique et de leurs réalisations, ainsi que sur leur motivation pour la recherche proposée. Des entretiens Skype seront organisés la semaine du 29 juin avec les candidats présélectionnés.

Télécharger l’offre:
Français-CandidaturePost-docUSIAS2020
English-PostDoctoralPositionUSIAS

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature Emploi

Recrutement: Assistant.e de projets, Institut la Personne en médecine – Centre des Politiques de la Terre, Paris

Fiche de poste – Assistant.e de projets

L’assistant.e de projets secondera le manager de projet dans la gestion administrative et le fonctionnement opérationnel du Centre des Politiques de la Terre et de l’Institut La Personne en médecine, sous l’autorité de leurs responsables.

CONTEXTE
En 2019, les universités Paris Descartes, Paris Diderot et l’Institut de Physique du Globe de Paris ont fusionné pour former l’Université de Paris (UP). Dans un monde académique en mutation profonde, l’UP constitue une communauté universitaire unique qui développe des valeurs fortes. La création de l’Université de Paris est au cœur du projet d’Initiative d’Excellence obtenu en 2018 pour 4 ans dans le contexte du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA). Dans ce cadre, l’UP a souhaité ancrer l’interdisciplinarité dans sa politique de recherche en pérennisant deux programmes interdisciplinaires initiés en 2014 : le Centre des Politiques de la Terre et l’Institut la Personne en médecine. Ces initiatives répondent à de grandes questions sociétales contemporaines par une approche interdisciplinaire associant plusieurs laboratoires.

Le Centre des Politiques de la Terre, né d’une collaboration entre l’Université de Paris et Sciences Po, a pour objectif de répondre aux enjeux scientifiques et politiques soulevés par différents diagnostics sur l’état de la planète.

L’Institut la Personne en médecine, fondé sur la collaboration entre les praticiens et chercheurs du champ médical, des sciences humaines et sociales et des citoyens, ouvre le champ des réflexions sur les mutations et les effets subjectifs des pratiques contemporaines en santé et dans le soin.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
1. Management administratif et opérationnel du Centre et de l’Institut
• Assurer le fonctionnement et le secrétariat du Centre et de l’Institut (organisation de réunions, rédaction de comptes rendus, tâches logistiques, archivage sur cloud) en coordination avec les responsables, les membres de l’équipe de direction et le manager du Centre et de l’Institut ;
• Assurer le suivi administratif des projets financés et le cas échéant, la coordination avec les partenaires extérieurs ;
• Assurer une veille sur les appels à projets, en lien avec le manager de projets et les ingénieurs de projets européens de la DRIVE ;
• Participer à la coordination des missions des équipes de recherches avec les services support de l’Université de Paris ;

2. Appui à l’animation scientifique, pédagogique et technique du Centre et de l’institut
• Prendre part aux travaux sur la conception et la mise en œuvre des différents programmes et appels à projets mis en œuvre par le Centre et l’Institut ;
• Contribuer à assurer la qualité, l’évaluation et la mesure d’impact des programmes mis en œuvre ;
• Contribuer à la mise en place et au développement du réseau de partenariat académique public etprivé du Centre et de l’Institut ;

3. Communication et dissémination
• Animer la communication du Centre et de l’Institut en interne et en externe (site web, lettres d’information, réseaux sociaux) ;
• Participer à l’organisation des événements scientifique et conférences.

PROFIL
Formation
Un diplôme niveau Master ou équivalent est exigé. Est idéalement souhaitée une formation en gestion de projet et/ou une première expérience significative en gestion de projet. Une formation dans l’un des domaines scientifiques du Centre et de l’Institut est souhaitable, ainsi qu’une ouverture vers d’autres champs disciplinaires et une connaissance notamment des problématiques liées aux enjeux de l’interdisciplinarité entres les sciences humaines et sociales, les sciences naturelles et la médecine.

Compétences principales
• Maîtrise des outils informatiques (Suite Office)
• Maîtrise des outils de communication
• Savoir-faire en organisation d’événements
• Excellente capacité rédactionnelle en français
• Bonne connaissance de l’anglais à l’écrit et à l’oral
• Sens de l’analyse et de la synthèse
• Compétences informatiques et technologiques
• Capacité à travailler en réseau avec des interlocuteurs de différents services

Savoir-être
• Bonne capacité d’adaptation
• Rigueur et réactivité
• Savoir travailler en autonomie
• Savoir être force de proposition
• Bonnes qualités relationnelles
• Forte motivation et intérêt pour l’enseignement supérieur et la recherche

CONTRAT ET REMUNERATION
Contrat à durée déterminée d’un an, renouvelable. Rémunération selon le profil et l’expérience.

MODALITÉS DE CANDIDATURE
Pour proposer votre candidature, envoyez votre CV et une lettre de motivation par courriel à Marko Tocilovac, manager de projets du Centre des Politiques de la Terre et de l’Institut la Personne en médecine : marko.tocilovac@u-paris.fr

Télécharger cet appel à candidature: Assistant-e de projet

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contributions: « L’appropriation de la biomédecine en Asie du Sud-Est » – Revue Moussons

Appel à contribution
« L’appropriation de la biomédecine en Asie du Sud-Est »

Moussons n°38 – parution prévue en décembre 2021

Sous la direction de Meriem M’zoughi (EVS, UMR5600)

Ce numéro de Moussons propose d’analyser les pratiques biomédicales – issues de la médecine scientifique d’origine occidentale – en Asie du Sud-Est, en s’intéressant à leur diversité de formes et d’usages. Il s’agit d’étudier les manières dont la biomédecine s’inscrit dans des contextes singuliers, comment elle est exercée, adaptée, appropriée, réinventée… Des traitements et des soins afférents à une pathologie, aux conditions d’exercice des praticiens, en passant par les usages des savoirs biomédicaux : quelles sont les spécificités et les réalités locales de la biomédecine ? Il s’agit d’interroger les dimensions du « soin » lorsque celui-ci est produit par des acteurs mobilisant, en se les appropriant, les outils (conceptuels et/ou empiriques) de la biomédecine. Parfois, ces pratiques s’inscrivent au sein d’espaces sociaux où coexistent plusieurs types de savoirs thérapeutiques, nous chercherons donc à comprendre comment ces savoirs s’interpénètrent et se nourrissent mutuellement.

Les travaux pourront porter, par exemple, sur les manières dont les guérisseurs utilisent la biomédecine (imageries et analyses médicales, techniques de consultation, médicaments industriels etc.) dans leur pratique (diagnostic, traitement), ainsi que sur les manières dont les biomédecins font dialoguer, résonner, leurs connaissances scientifiques avec les savoirs dits profanes. Il s’agira aussi de documenter et de décrire les implications et les héritages de la période coloniale, des politiques de santé globale, des activités humanitaires, etc. Comment ces influences diverses ont-elles, concrètement, un effet sur les pratiques de santé et la biomédecine du Sud-Est asiatique ? Dans cette perspective, les propositions pourront s’attarder sur une maladie en particulier ou sur la manière dont les soins sont dispensés dans et hors de l’hôpital. On s’intéressera par exemple à la manière dont les professionnels de santé soignent le cancer, le diabète ou les maladies cardiovasculaires en Thaïlande, en Birmanie ou ailleurs. Les articles pourront également aborder les spécificités locales – en termes de prises en charge, de traitements et de soins – des maladies dites transmissibles (tuberculose, VIH-Sida, etc.) qui, étant au coeur d’enjeux globaux, sont souvent considérées comme une priorité de santé publique. Les contributions pourront traiter de la pandémie de covid-19, d’autres épidémies ou pathologies, en s’intéressant par exemple à l’articulation entre les recommandations internationales et les pratiques locales, ou en comparant plusieurs pays. L’objectif étant d’étudier les processus d’adaptation et d’appropriation de la biomédecine en décrivant notamment comment les praticiens exercent au quotidien.

Les articles pourront analyser les manières dont les soins sont dispensés à l’hôpital, dans les cliniques privées et dans les centres de santé afin de questionner, plus largement, ce qu’est un « hôpital » et ce que signifie être « médecin » en Asie du Sud-Est. Loin d’être exhaustifs, ces questionnements entendent contribuer à comprendre comment la biomédecine s’immisce dans le quotidien des malades et des familles, ou à l’inverse, comment elle relève de l’exceptionnel. Par l’analyse de ses formes actuelles, quels imaginaires et valeurs charrie-t-elle aujourd’hui dans cette région du monde ?

Ce numéro thématique de Moussons est ouvert à toutes propositions en lien avec les pratiques de santé biomédicales en Asie du Sud-Est. En tant que revue comparative et interdisciplinaire, Moussons accueille l’ensemble des sciences humaines et sociales, parmi lesquelles l’anthropologie, la sociologie et l’histoire.

Les propositions de contribution se feront sous la forme d’un texte de 750 à 1000 mots. Elles devront comporter un titre, un résumé et une brève présentation de l’auteur-e.
Elles sont à envoyer par courriel avant le 15 juin 2020 à meriem.mzoughi@univ-lyon2.fr
En cas de réponse favorable (avant le 1er juillet), les articles complets seront à envoyer pour le 1er novembre 2020. Le format attendu est de 35 000 à 75 000 signes maximum (notes de bas de page et espaces comprises). Les contributions en anglais sont les bienvenues.

Pour plus d’informations, merci de consulter la rubrique des conseils aux auteurs de la revue Moussons : https://journals.openedition.org/moussons/1363

Les articles seront relus par le responsable scientifique et un membre du comité éditorial avant d’être évalués selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme. La parution du numéro est prévue en décembre 2021.

Télécharger l’appel à contribution: Revue Moussons AAC

 

 

Categories
Appel à projets Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Fondation de France – Appel a projets 2020 sur « Sida, santé et développement – Genre et VIH »

Fondation de France – Appel a projets 2020

Sida, santé et développement – Genre et VIH

Date limite de réception des dossiers de candidature:  13 mai 2020  à 17H00 (heure de Paris, France)

La Fondation de France lance en 2020, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida santé et développement – Genre et VIH« .

La Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes, médicales et médico-sociales sensibles à la thématique proposée. Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

Pour plus d’informations, nous vous proposons de consulter la plaquette de présentation de l’appel à projets.

 Pour télécharger l’appel à projets ainsi que la lettre d’intention: www.fondationdefrance.org

N’hésitez pas à contacter notre programme pour tout renseignement complémentaire au 01 44 21 31 90 ou par mail : sida@fdf.org

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Cycle de Conférences – Perspectives en santé « Savoirs en tension », Lausanne

Perspectives en santé « Savoirs en tension »

CYCLE DE CONFÉRENCES
31 MARS, 21 AVRIL ET 2 JUIN 2020

Haute École de Santé Vaud, Lausanne

Ces rencontres visent à favoriser les échanges entre expertises scientifiques et cliniques et s’adressent à la fois aux chercheur.e.s, enseignant.e.s, professionnel.le.s du champ de la santé, étudiant.e.s et au grand public.

Inscription: La participation est gratuite, mais l’inscription est souhaitée www.hesav.ch/set

Lieu: Auditoire F. Wavre – HESAV, Av. de Beaumont 21, 1011 Lausanne
Accès: Transports publics : métro M2 arrêt « CHUV ». Voiture : autoroute sortie « Lausanne-Vennes/Hôpitaux », descendre la route de Berne et suivre les indications « CHUV ». Parking payant. Indications depuis l’entrée principale du CHUV

Présentation:

Ce premier cycle de conférences est consacré aux rapports, tensions et articulations entre différents types de savoirs en santé. Nous y interrogeons les formes de légitimation mais également de (re)mise en question des connaissances et des pratiques, dans les relations entre les professionnel.le.s et les malades/patient.e.s et plus largement dans le champ de la santé et du soin. Savoirs académiques et pratiques sont mis en dialogue et chaque conférence est suivie d’une discussion initiée du point de vue de la clinique.
Les conférences seront suivies d’un apéritif.

Programme:

  • 31 mars 2020 – 17h – 18h30, Auditoire F. Wavre
    « Inégalités épistémiques »

Cette première conférence aborde la question de la structuration des rapports sociaux par et avec les connaissances. Après avoir dressé un panorama des inégalités d’accès aux connaissances (entre régions du monde et genre notamment), la conférence se focalise sur les enjeux liés aux inégalités épistémiques dans le milieu de la santé mentale.

Intervenant: Baptiste Godrie, sociologue et chercheur, directeur scientifique intérimaire du Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS), Professeur associé, Université de Montréal.

Discutante: Virginie Stocco, assistante HES, filière Soins infirmiers, HESAV.

  • 21 avril 2020 – 17h – 18h30, Auditoire F. Wavre
    « Associations de patient.e.s, panorama des rapports à l’expertise médicale »

Quels sont les rapports des patient.e.s aux pratiques médicales et à l’expertise scientifique ?
Cette conférence vise à dresser un panorama des formes connues d’associations de patient.e.s qui interviennent dans le champ de la recherche et des pratiques médicales. Nous nous intéresserons à la manière dont internet, en formant un lieu de débats et d’échanges entre patient.e.s, contribue à la construction et la diffusion d’une expertise expérientielle.

Intervenante: Madeleine Akrich, sociologue et directrice de recherche, Centre de sociologie de l’innovation (CSI), Mines ParisTech.

Discutante: Virginie Stucki, ergothérapeute et anthropologue, Professeure à la HETSL | HES-SO.

  • 2 juin 2020 – 17h – 18h30,  Auditoire F. Wavre
    « Rejet de l’expertise médicale : les anti-vaccins et les anti-pilules »

La dernière conférence du cycle aborde les rejets et mises en cause de l’expertise et du contrôle sur les corps par la médecine à partir des débats anti-vaccins et anti-pilules. Les échanges portent à la fois sur le contenu et l’argumentation de ces discours, mais aussi sur les modalités de leur diffusion.

Intervenant.es:  Alexandra Afsary, assistante diplômée, STSlab, Université de Lausanne.
Jeremy K. Ward, chercheur, GEMASS (CNRS, Université Paris-Sorbonne) et Vitrome (IRD, Aix-Marseille Université, IHU Med Infec).

Discutante: Maria-Pia Politis-Mercier, maître d’enseignement, filière Sage-femme, HESAV.

 

Téléchargez le programme: HESAV_Savoirs_en_tension

Organisation:
HESAV – Haute École de Santé Vaud
Mathieu Arminjon, Audrey Linder, Iris Loffeier et Célia Poulet

 

 

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’études « L’objet pesticides en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique? 5 et 6 février 2020, Marseille

L’objet « pesticides » en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique ?

Journées d’études – 05 et 06 février 2020 – Centre Norbert Elias, La Vieille Charité, 13002 Marseille

Comité d’organisation : Carole Barthélémy, Eve Bureau-Point, et Dorothée Dussy.

Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, les pesticides sont devenus la pierre angulaire d’un modèle agricole basé sur l’utilisation croissante d’intrants issus de la chimie. Longtemps considérées comme une avancée révolutionnaire pour protéger les cultures, améliorer les rendements agricoles et répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale grandissante, ces substances se sont progressivement diffusées aux quatre coins du monde. Cependant, avec les alertes de plus en plus fréquentes concernant leurs effets incontrôlés (épuisement des sols, perte de la biodiversité, résistances aux molécules écessitant des achats croissants de pesticides, affaiblissement de la santé humaine, animale et environnementale), l’usage de ces substances et leur pertinence sont corrélativement remis en question. Les modes de production agricole et de consommation alimentaire sont dès lors réinterrogés par les acteurs sociaux, économiques et/ou politiques, dans des formes et à des degrés variables. Dans les récits de ce début du 21e siècle, la question des « alternatives » est posée pour penser un modèle plus durable, moins polluant et moins anthropocénique, c’est-à-dire moins centré sur l’homme et plus respectueux de l’environnement.

La notion de « transition écologique » qui sous-entend un impératif de changement, attire le regard des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent sur le long terme aux relations des humains avec leur environnement. Nous envisageons cette notion dans une acception large, comme le renouvellement de pratiques et de principes plus respectueux du monde vivant. Les démarches servant ce dessein existent depuis fort longtemps à travers les sociétés, dans des formes buissonnières, plus ou moins visibles et plus ou moins politisées. Dans les démocraties occidentales productrices du modèle agricole en question, le concept est entré dans le vocabulaire commun. Il est utilisé par l’ensemble des formations politiques. Les instances gouvernementales en font parfois leur priorité. Il fait l’objet de nouvelles législations. La société civile et les citoyens s’en saisissent également. A l’échelle macro-politique, la transition écologique se décompose en plusieurs volets interdépendants : transition agro-alimentaire, transition industrielle, transition énergétique et préservation de la biodiversité. Concrètement, dans les micro-espaces d’intervention des individus, ancrés ou non dans les instances politiques et/ou associatives, cette notion revêt des significations, des interprétations et des pratiques qui restent à explorer.

Au cours de ces journées d’études nous souhaitons mettre en discussion des recherches en sciences humaines et sociales qui étudient la « transition écologique » à partir de la question des pesticides. Il s’agira de mettre en lumière, tant dans les Nords que dans les Suds, la manière dont émergent, s’expriment et se construisent les initiatives de transformations et/ou leurs entraves. Dans le secteur agricole, le recours à l’agrochimie fait généralement autorité mais des alternatives juridiques, règlementaires et des pratiques plus ou moins affichées se mettent en place ici et là.

Nous tenterons d’avancer ensemble sur les questions suivantes : peut-on réellement parler de transition écologique en matière de pesticides ou est-on encore dans un système d’utilisation systémique dont il reste difficile d’échapper ? Comment les travaux en SHS permettent-ils de dépasser cette dualité et de proposer des lectures fines et nuancées de changements de pratiques plus ou moins rendues visibles ? Inversement, comment l’analyse des usages des pesticides et de leurs contraintes permet-elle de questionner la notion de « transition écologique » ? Pourquoi cette notion se diffuse-t-elle en place et lieu de celle de changement ? De quelles transformations idéologiques, politiques et scientifiques, ce glissement conceptuel témoigne-t-il ?

Programme des journées

Mercredi 05 février (Salle A, 2ème étage)

13h30 – Accueil des participants – Café
14h-14h30 – Introduction. Transition et pesticides, de quoi parle-t-on ?

14h30- 16h Session thématique 1 : Science, industrie et régulation
Modératrice : Eve Bureau-Point
Alexis Aulagnier, sociologie, CSO, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, Les sciences agronomiques à l’épreuve des pesticides.
Sylvain Brunier, Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, sociologie, CSO, IRIS, Paris, Les ZNT comme technologie de gouvernement de l’espace agricole.
Mélanie Porte, sociologie, CERTOP, Université Toulouse II Jean Jaurès, Comment les familles se saisissent des produits « sans résidus de pesticides » proposés par l’industrie agro-alimentaire ?

16h-16h30 : Pause
16h30-18h : Session thématique 2 : La recherche participative, un outil au service de la transition écologique ?
Modératrice : Carole Barthélémy
Ludovic Ginelli et Jacqueline Candau, sociologie, UR ETBX INRAE, Bordeaux, Éprouver des inégalités environnementales par la recherche-action. Le cas des capabilités des travailleurs viticoles à dire leur exposition aux pesticides.
Fabienne Goutille, Geoffroy Duporté, Marie-Hélène Dévier, Hélène Budzinski et Alain Garrigou, ergonomie/anthropologie, Equipe EPICENE, Bordeaux, Prévenir les expositions relatives aux usages des phytosanitaires ?
Gaëlle Gasc et Etienne Amiet, sociologie, chercheurs indépendants, Marseille, Le cadrage des relations agriculteurs et riverains en image : immersion sur un territoire aux prises avec la gestion d’un trouble.

Projection d’un extrait de film documentaire.

19h30 Dîner au Kahena, 13001 Marseille

Jeudi 6 février (Salle de réunion, Centre Norbert Elias)

9h-9h30 Accueil – café

9h30-11h Session thématique 3 : Les agriculteurs face aux politiques agricoles de transition écologique
Modératrice : Eve Bureau Point
Bernard Formoso, ethnologie, Université Paul Valéry, IrAsia, Marseille : Sensibilisation et réponse des agriculteurs du nord-est de la Thaïlande à la pollution environnementale aux pesticides.
Youssoupha Tall, Veronica Mitroï, Ibrahima Dia et José-Frédéric Deroubaix, sociologie, LASAP/UCAD, Sénégal, Quelle transition écologique autour du lac de Guiers? Représentations de la dégradation du lac et rationalisation de l’usage des pesticides.
Aurélie Rondreux, anthropologie, CNE, EHESS, INRA, Marseille. La prise en compte des abeilles domestiques dans les systèmes agricoles est-elle un pas vers une écologisation de l’agriculture ?

11h-11h30 Pause

11h30-12h30 : Session thématique 4 : Mobilisations sociales, éco-féminisme et transition écologique
Modératrice : Dorothée Dussy
Mounia El Kotni, anthropologie, Cems-EHESS, Paris, L’agroécologie comme « option de vie ». Mobilisation de femmes pour les alternatives aux pesticides dans le Sud du Mexique.
Anne Dang Xuan Nguyen, science politique, Université Libre de Bruxelles, Apocalypse then. De l’Agent Orange au glyphosate dans les mobilisations anti-herbicides.

12h30-14h- Déjeuner

14h-15h30 : Session thématique 5 : Du Beaujolais aux jardins de Ouagadougou : quelles significations de la transition écologique pour les agriculteurs ?
Modératrice : Carole Barthélémy
Gilles Armani, anthropologie, IRSTEA Lyon, Villeurbanne, Transition écologique dans la viticulture ? L’exemple du Beaujolais.
Odette Ouedraogo, géographie, Université de Nantes/Université Joseph KI-ZERBO de Ouagadougou, Burkina Faso, Émergence des pratiques agro écologiques et biologiques dans une ville du Sud : l’exemple de Ouagadougou au Burkina Faso.
Rufin Akiyo, Gildas Oloushegun Aizannon, Sakibou OrouGani, Adamou Amadou, André Tamou, Laurence Roudart, sociologie/anthropologie, FLASH/Université de Parakou, Bénin. Problématique de gestion des emballages obsolètes de pesticides chimiques dans la commune de Kandi au nord du Bénin.

15h30-16h Pause

16h-16h30 Conclusion des journées

Inscription gratuite mais obligatoire via le lien suivant : https://framadate.org/GfRJwf7zEs1UPFfA

Télécharger le programme: Programme JE pesticides

 

 

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: « Du bidonville à l’hôpital. Nouveaux enjeux de la maternité au Rajasthan », Clémence Jullien

Parution d’ouvrage:
Du bidonville à l’hôpital. Nouveaux enjeux de la maternité au Rajasthan

De Clémence Jullien

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris
ISBN-10 2-7351-2501-7
ISBN-13 978-2-7351-2501-2
GTIN13 (EAN13) 9782735125012
Prix: 27€
http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100139800

Depuis les années 2000, la santé de la reproduction semble constituer un sujet d’inquiétude en Inde. Les taux de mortalité maternelle et infantile encore élevés discréditent l’image de superpuissance que l’État aime afficher, le déséquilibre du sex-ratio continue de se creuser et, malgré une importante baisse du taux de fécondité, le pays doit faire face à une population de plus d’un milliard trois cent millions d’habitants.

À partir d’une enquête de terrain d’un an et demi dans un hôpital public et dans les bidonvilles de Jaipur, Clémence Jullien analyse les conséquences, pour les femmes et leur famille, des nouveaux programmes de santé : une prime financière incite les femmes à accoucher à l’hôpital plutôt qu’avec des accoucheuses traditionnelles et, depuis 2011, les soins obstétriques à l’hôpital sont devenus entièrement gratuits. Toutefois, ces programmes, censés garantir l’accès aux soins, rendent les bénéficiaires les plus vulnérables davantage conscients des inégalités socio-économiques qu’ils subissent, renforcent les stéréotypes existants et donnent au personnel hospitalier et aux membres d’ONG un pouvoir discrétionnaire.

Tensions sociales (castes, classes) et religieuses se cristallisent autour de la maternité. D’autres enjeux cruciaux – discrimination à l’égard des petites filles, faible pouvoir décisionnel des femmes, recours limité à la contraception – surgissent alors, accentuant les différences au sein de la société indienne, sous couvert de progrès et au nom de l’intérêt de la nation.

Sommaire :
Remerciements
Avertissement
Préface de Roger Jeffery
Introduction
Chapitre 1. Politiques de santé maternelle : un siècle et demi d’histoire
Chapitre 2. Du bidonville à l’hôpital
Chapitre 3. Arrivées massives à l’hôpital
Chapitre 4. L’accouchement, au paroxysme des conflits
Chapitre 5. Traitements des corps et représentations du vivant
Chapitre 6. Un fils à tout prix : entre préférences masquées et accusations croisées
Chapitre 7. Comportements procréatifs : entre volontés individuelles, normes sociales et politiques étatiques
Conclusion

Clémence Jullien est docteure en ethnologie, spécialiste de l’Inde, des politiques de santé et des rapports de genre. Depuis août 2017, elle développe une nouvelle recherche sur les conséquences matrimoniales liées au déficit de femmes au Pendjab, avec le soutien de l’université de Zurich et du Fonds national suisse.

 

 

 

 

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature bourse

Bourse de Master 2 du Groupement d’Études et de Prévention du Suicide

Bourse d’année Recherche Master 2 Suicidologie – 2020-2021

Soutenir un projet de recherche de Master 2 ayant vocation à mieux comprendre et mieux prévenir les conduites suicidaires.

Domaines de recherche: clinique, thérapeutique, épidémiologie, sciences sociales, neurosciences.

Montant de la bourse: 20 000 euros
Lettre d’intention: 28 février 2020
Dossier: 15 mai 2020
Résultats: 30 juin 2020

Ouvert à toutes disciplines.
Engagements : Présentation au Congrès du GEPS, Publication faisant apparaitre le soutien du GEPS
Renseignements: bourse.geps@gmail.com

Télécharger l’appel à candidature: GEPS_Bourse_Flyer_v5_041219
Télécharger le formulaire de demande de bourse: GEPS_Bourse_Template LI_v1_09112019