Categories
appel à contribution

Appel à contribution: Revue Santé Publique, numéro « La santé publique à l’épreuve de la covid-19

Afin de documenter la diversité des réponses à la pandémie globale de Covid-19, le Comité de Rédaction de la revue Santé Publique entend réunir des éclairages internationaux et pluridisciplinaires au sein d’un seul et même numéro.

Trois axes analytiques sont retenus pour structurer cet appel à articles :
1) Les conditions épistémologiques de la réponse sanitaire
2) Les défis organisationnels
3) Sociétés et cultures sanitaires

Calendrier

Ce numéro spécial « La santé publique à l’épreuve de la covid-19 » a pour ambition de dresser un état des lieux de la complexité liée à la crise du coronavirus, responsable de la Covid-19, sans négliger pour autant l’importance d’une approche diachronique des questions soulevées à l’occasion de cet évènement. Il n’exclut pas que d’autres contributions relatives à l’épidémie soient par ailleurs publiées dans nos numéros varia.

Jusqu’au 15 septembre 2020 – Dépôt des lettres d’intention
Septembre 2020 – Examen des lettres d’intention reçues et réponses aux auteurs potentiels sur la recevabilité de leurs projets
Décembre 2020 – Les propositions d’articles présélectionnés doivent parvenir à la Rédaction
Janvier-Juin 2021 – Procédure d’expertise : envoi en lecture et examen par deux référents anonymes – demande de modifications – lecture de validation – acceptations – Edition en pré-print dès acceptation des articles.
Juillet-Août 2021 – Montage éditorial et parution du numéro

Votre lettre d’intention, qui comprendra au maximum 4 000 espaces compris, devra comprendre : titre, auteurs, résumé précisant le plan de votre article (titres des parties et méthodologie précisée), mots-clés. Elle devra être envoyé à  secretariat.redaction@sfsp.fr avant le 15 septembre 2020. 

 

Categories
appels à candidature

Appel à candidature: Volontaire International – Accompagnement des recherches en SHS sur le COVID-19

Affectation structurelle:

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

L’Institut de Recherche pour le Développement est un établissement public français à caractère scientifique et technologique (EPST) qui intervient depuis plus de 60 ans dans les pays du Sud. Il est placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et des Affaires étrangères.

Ses activités de recherche, d’expertise, de valorisation et de formation ont pour objectif de contribuer au développement économique, social et culturel des pays du Sud. Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en Outremer.

L’Unité mixte Internationale Transvihmi étudie principalement l’infection par le VIH et les maladies infectieuses émergentes au  Sud  et  leurs  conséquences  pour  les  populations,  notamment  hépatites,  tuberculose,  Ebola.  Autour  de  cette  unité́ thématique, l’UMI mène des travaux de recherches transversales pluridisciplinaires associant virologie, parasitologie, clinique, épidémiologie, santé publique et sciences sociales. LUMI est engagée dans la recherche sur le COVID19 au travers de plusieurs projets et programmes.

Affectation  géographique:

Sénégal – CRCF

DESCRIPTION DU POSTE

Contexte

L’UMI TransVIHMI développe de longue date dans une approche pluridisciplinaire des maladies infectieuses (VIH, tuberculose, maladies tropicales négligées) essentiellement en Afrique de l’Ouest et du Centre et en Asie du SudEst. L’épidémie d’Ebola de 201416 en Afrique de l’Ouest a conduit l’unité à ouvrir son champ thématique aux épidémies émergentes, et en 2020 au COVID-19.

Au Sénégal, TransVIHMI est basée au Centre Régional de Recherche et de Formation à la prise en charge du VIH et des maladies associées (CRCF) à l’hôpital de Fann, une équipe mixte rassemble des chercheurs surtout en santé publique et sciences sociales. Les projets de recherche en cours couvrent divers thèmes (accès aux traitements et à la couverture médicale universelle, traitement social et médical des addictions, socioanthropologie des soins et des professions de santé, acceptabilité de l’auto-test pour le VIH, circulation des informations sur le COVID dans les médias et réseaux sociaux, etc). Un nouveau projet CORAFMOB porte sur les mobilisations communautaires dans la réponse au COVID-19 au Sénégal et au Burkina Faso. L’objectif de ce projet est de documenter l’engagement associatif, son apport au traitement des personnes et à la gestion de l’épidémie, de préciser les logiques d’intervention et les contraintes des acteurs communautaires ainsi que leurs perceptions de la réponse à l’épidémie. Le projet, coordonné à Dakar, est réalisé sur deux pays. Le VIA bénéficiera d’un environnement de recherche stimulant dans une équipe dynamique et solidaire.

Mission

Sous la direction de Pr A. Desclaux, anthropologue de la santé, le (la) VIA interviendra en soutien 1/ aux activités de recherche en sciences sociales en cours et 2/ aux échanges entre chercheurs et acteurs communautaires dans les deux pays et entre les deux pays concernés par le projet CORAFMOB.

Activités

Le (La) VIA aura notamment à :
Réaliser ou superviser des enquêtes socio-anthropologiques
Participer au suivi et à l’analyse des données collectées ainsi qu’à la rédaction des résultats de recherche sous forme de rapports d’enquêtes, d’articles ou de chapitres d’ouvrage
Accompagner les activités de formation en sciences sociales : animation au sein de l’équipe (1) en méthodologie de la recherche et atelier d’écriture et (2) sur les sciences sociales des épidémies
Proposer et engager des approches innovantes pour renforcer les échanges avec le secteur communautaire voire la dimension participative de la recherche
Développer des techniques et approches adaptées à l’objet de recherche (vidéo, écritures croisées, blog)

Compétences

Connaissances en socio-anthropologie de la santé.
Bonne maitrise de l’anglais.
Expertise en logiciels (traitement de texte, réseaux sociaux, outils internet).
Connaissances en approches audiovisuelles et animation scientifique numérique non obligatoires mais appréciées.
Capacités de rédaction scientifique et ouverture vers les nouvelles formes d’écriture.

Profil

Formation

Master ou doctorat en socio-anthropologie de la maladie.
Une compétence sur l’aire culturelle (Afrique de l’Ouest ou du Centre) et une formation complémentaire en santé publique seraient souhaitables. Une connaissance de l’engagement associatif sera un atout supplémentaire.

Aptitudes

Intégration et adaptation dans des milieux sociaux nouveaux. Bonne capacité à travailler en équipe.
Sens de l’organisation et de la planification.
Capacité à dialoguer avec des disciplines différentes. Engagement dans le secteur associatif.
Capacité de synthèse.
Qualités rédactionnelles.
Pédagogue.

Environnement

Poste en expatriation (Dakar, Sénégal) Localisation au CRCF (à titre indicatif : 9h – 17h) Participation à des enquêtes de terrain.
Travail sur poste informatique et participation à des réunions, des missions.

Conditions  d’éligibilité  au  VIA :  La  date  de  naissance,  l’adresse  permanente  et  le  numéro  Civiweb  doivent  être impérativement mentionnés sur le CV

Nationalité d’un pays de l’Union Européenne
moins de 28 ans à l’inscription sur
civiweb
moins de 29 ans au démarrage du
contrat

Envoyer votre dossier de candidature (CV et lettre de motivation) à alice.desclaux@ird.fr et recrutement.dr-occitanie@ird.fr

Lien vers l’annonce

Categories
appels à candidature Emploi Non classé

Appel à candidature: poste Volontariat International en Administration – anthropologie et COVID

Affectation structurelle:

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
Référent  scientifique  incontournable  sur  les  grands  enjeux  du  développement  et  organisme  pluridisciplinaire  reconnu internationalement, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public français placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de celui de l’Europe et des affaire s étrangères. Il porte depuis plus de 75 ans, une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et pays qui font de la science et de l’innovation un des premiers leviers de leur développement. Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en outremer.

Unité Mixte Internationale – 233 TransVIHMI – Recherches translationnelles sur le VIH et les maladies infectieuses
L’UMI 233 étudie principalement les spécificités de l’infection par le VIH au Sud et ses conséquences pour les populations. L’impact du VIH sur les autres endémies infectieuses tropicales fait que le champ des recherches aborde aussi la problématique des co-infections (hépatites, tuberculose) et d’autres maladies tropicales négligées telles que les filarioses et plus récemment l’infection par le virus Ebola. Autour de cette unité́ thématique, et cela depuis sa création il y a près de 20 ans, l’UMI 233 mène des travaux de recherches transversales pluridisciplinaires associant virologie, parasitologie, clinique, épidémiologie, santé publique et sciences sociales.

Affectation géographique:

Yaoundé – Site ANRS-Cameroun DESCRIPTION DU POSTE

Contexte

Le poste est basé au Site ANRS-Cameroun, centre de coordination des activités de recherche dans le domaine de la lutte contre le sida et les hépatites virales en appui au programme national de lutte contre le sida du MINSANTE et financé par l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS, France) intégré dans la politique et le système national de santé du Cameroun. Le centre est situé à l’Hôpital Central de Yaoundé, il accueille des étudiants, des chercheurs, des enseignantschercheurs, des professionnels de santé, des associations de personnes vivant avec le VIH et leur apporte une infrastructure administrative, scientifique et logistique. Il est placé sous la responsabilité conjointe d’un Coordonnateur Sud, Pr AnneCécile Bissek et un Coordonnateur Nord, Pr Éric Delaporte. Les recherches menées relèvent de diverses disciplines (épidémiologie, virologie, recherche clinique, santé publique, sciences sociales) dans une démarche interdisciplinaire, combinant recherche théorique et appliquée (pour améliorer la prévention, la prise en charge et l’accès aux traitements efficaces, mieux tolérés et abordables).

Mission

Le ou la VIA aura pour principale mission d’assurer le rôle de « Chargée de projet CORAFCAM : Appui aux enquêtes et analyses comparées » dans le cadre du projet CORAFCAM « Coronavirus Anthropologie Afrique : Cameroun » 2020-2021. Ce projet fait partie du programme ARIACOV (Appui à la Riposte au CVID en Afrique) AFD-IRD. L’ensemble du projet CORAF, également développé au Bénin, au Sénégal et au Burkina Faso, a pour objectif de produire des connaissances sur les informations diffusées par les médias (médias traditionnels, médias en ligne et réseaux sociaux), leurs interprétations, leurs effets sociaux et les adaptations induites, afin d’éclairer la riposte contre le COVID19. Le poste comprend une composante d’organisation des enquêtes et suivi des données, une composante de dispensation de formation lors d’ateliers, et une composante de coordination des analyses des données et rédaction scientifique. Le ou la VIA mènera ces activités sous la coordination de Dr Marie Varloteaux (coordination Projet CORAFCAM Centre ANRS) et Pr Alice Desclaux (coordination Projet CORAF).

Durée du poste

Le poste est à pourvoir dès ouverture et après finalisation des formalités administratives. La durée est de 1 an.

Activités

Participer à la définition des cadrages théoriques, des thèmes, des méthodes et outils d’enquête dans CORAFCAM. Participer aux enquêtes, à leur coordination, à l’organisation et au suivi du recueil des données.
Gérer le plan de travail avec élaboration d’un calendrier prévisionnel en fonction des tâches.
Organiser les procédures de suivi et contrôle de la qualité des données.
Participer à la définition du plan d’analyse et à l’organisation et au suivi des analyses intra-pays et inter-pays. Mettre en place une page ou un site web de restitution des résultats du projet.
Encadrer les chercheurs juniors pour la rédaction d’articles scientifiques, d’articles grand public et de notes stratégiques. Participer à la dispensation d’une formation de jeunes chercheurs et d’acteurs de la riposte aux sciences sociales des épidémies émergentes.

Compétences

Connaissances en anthropologie de la santé. Connaissances en santé publique et sur les épidémies. Savoir s’intégrer dans une équipe.
Savoir adapter des thèmes d’enquêtes aux contextes.
Savoir rédiger des articles scientifiques.
Savoir transmettre ses connaissances à des jeunes chercheurs. Savoir planifier des actions.
Savoir planifier et respecter des délais.
Savoir identifier des problèmes et proposer des solutions.
Savoir hiérarchiser les priorités. Savoir animer une réunion de travail.

Formation:

Anthropologue ayant un Master 2. Un diplôme en santé publique serait un plus.

Aptitudes:

Autonomie
Réactivité
Facilité d’écoute
Capacité de travail en équipe – Prise d’initiative

Environnement

Poste en expatriation, en poste à Yaoundé au Cameroun, au site ANRS-Cameroun Déplacements sur le terrain au Cameroun.
Bureau climatisé, poste de travail classique, accès internet
Logement à trouver sur
Yaoundé
Horaires de bureau, 35 heures par semaine

Conditions  d’éligibilité  au  VI  :  Date  de  naissance,  l’adresse  permanente  et  numéro  de  Civiweb  doivent  être impérativement mentionnés sur le CV

Nationalité d’un pays de l’Union Européenne
Moins de 28 ans à l’inscription sur civiweb Moins de 29 ans au démarrage du
contrat

Envoyer  votre  dossier  de  candidature  (CV  et  lettre  de  motivation)  à: marie.varloteaux@gmail.com  et  recrutement.dr- occitanie@ird.fr

 

Lien vers l’annonce

Categories
écrits parution

Avis de parution: Anthropologie & santé, n.20: « Les vies de la psychiatrie et la reconfection de l’ordinaire »

Dossier thématique
Sous la direction de Nicolas Marquis et Baptiste Moutaud

La psychiatrie est traversée par des interrogations persistantes à propos de ce qu’est « soigner », mais aussi ce qu’est « bien vivre » lorsqu’on souffre d’une affection psychique chronique. Sur quels critères évaluer le bien-être ? Le soin peut-il dévier de ce que la personne à laquelle il s’adresse désire ? Entre la guérison, la rémission, la stabilisation ou le rétablissement, que vise-t-on ? Jusqu’où peut-on inciter un individu à être autonome ? L’objectif de ce numéro est de mettre en lumière un pan important du quotidien de la psychiatrie où se déploient concrètement ces interrogations : le travail de retissage d’une vie « ordinaire », et les critères utilisés pour définir en quoi pourrait consister cette vie. Si l’ordinaire prend une telle place dans les soins, c’est parce qu’il constitue précisément ce qui est mis à mal par le trouble mental mais aussi parfois par son traitement. Ce numéro est structuré autour de trois évolutions marquantes : la place grandissante réservée au discours des personnes souffrant de troubles mentaux ; la montée en puissance de la thématique du rétablissement ; et enfin le développement d’une anthropologie du potentiel caché. Ces évolutions renseignent sur les conceptions de ce qu’est une vie qui vaut la peine d’être vécue, des dimensions sur lesquelles il est possible d’agir pour y parvenir (biologiques, cognitives, structurelles, relationnelles, matérielles, symboliques, etc.), mais aussi de ce dont chacun devrait disposer pour mener au mieux son existence.

Introduction

Nicolas Marquis et Baptiste Moutaud
Les vies de la psychiatrie et la reconfection de l’ordinaire 

Articles

Nicolas Henckes et Nicolas Marquis
Ce que (faire) parler veut dire. Enjeux méthodologiques et épistémologiques des récits de maladie en psychiatrie 

Florence Weber et Astrid Chevance
Perspectives méthodologiques comparées sur l’entretien clinique et la relation ethnographique avec des personnes suivies en psychiatrie 

Álvaro Jiménez-Molina
Se blesser pour survivre : les pratiques d’automutilation dans la vie d’une adolescente sans-abri au Chili 

Aurélien Troisoeufs
« Jouer aux normaux entre malades ». Expériences des troubles psychiques et normalités négociées dans les groupes d’entraide mutuelle. [

Elsa Forner-Ordioni
« L’imagination au pouvoir ! » Appropriation, matérialité et performance de la thérapie par réalité virtuelle en santé mentale 

Alain Ehrenberg
L’idéal du potentiel caché. Le rétablissement, le rite et la socialisation du mal 

Essai réflexif

Véronique Servais
Le « Projet Jonathan ». Aménager un environnement autour d’un enfant porteur d’autisme 

Hors thème

Annick Tijou Traoré et Béatrice Jacques
« Je me contenterais bien d’une seule maladie » : penser et vivre son cancer en contexte polypathologique 

Gabrièle Laborde-Balen, Odile Elad et Bernard Taverne
« Tu as grillé ta première ligne ! ». Anthropologie de l’échec thérapeutique dans le traitement du VIH au Cameroun

Accéder à la revue

Categories
appels à candidature bourse

Appel à candidatures: Contrat doctoral Environnement et épidémies (histoire, sciences sociales) à Sciences Po, Médialab

Le médialab de Sciences Po lance un appel à candidatures pour une allocation de thèse de sociologie ou d’histoire.
Le médialab mène des recherches thématiques et méthodologiques exploitant et interrogeant la place prise par le numérique dans nos sociétés. À ce titre, le laboratoire conduit des recherches interdisciplinaires qui réunissent sociologues, historiens, ingénieurs et designers. 

Appel à candidatures pour une allocation doctorale en sociologie ou histoire

La thèse s’inscrira dans le champ des études environnementales (histoire de l’environnement, sociologie et anthropologie de l’environnement, science and technology studies) et prendra part au renouvellement des perspectives d’enquête au croisement des sciences sociales, de la biologie et du numérique. En effet, l’utilisation de nouvelles données issues de la biologie renouvelle profondément notre compréhension des crises environnementales et épidémiques présentes et passées. De nouvelles formes de travail scientifique et de partage de données émergent, permettant de suivre en temps réel des épidémies, d’informer les interventions de santé publique, ou de retracer l’histoire des transformations des écosystèmes, des corps et des sociétés. En particulier, l’essor de la phylogénie moléculaire (l’étude comparée des séquences génétiques et de leur histoire évolutive) ouvre un nouvel espace pour enquêter sur le social, à partir des traces biologiques, de leur analyse et de leur visualisation par des méthodes computationnelles. 

À titre d’exemple, la thèse pourra emprunter l’une des orientations ci-dessous, ou les combiner : 

  • Il peut s’agir de concevoir des enquêtes mixtes, associant histoire, enquête qualitative et approches bioinformatiques à propos d’épidémies, d’épizooties ou d’invasions biologiques contemporaines ou passées – à l’échelle locale ou mondiale, en terrain européen ou extra-européen, ou mondiale.
  • Il peut-être question d’aborder, par un travail de sociologie des sciences,  l’émergence de collectifs de recherche en biologie computationnelle (phylogénie, épidémiologie, modélisation, écologie, big data biologique), la transformation de leurs outils numériques, leur implication dans la compréhension et la réponse aux crises épidémiques et écologiques, et leur appropriation par différents publics.

Ces orientations ne sont ici indiquées que comme des exemples, et ne sont en aucun cas limitatives – l’essentiel est de construire une recherche liant enjeux environnementaux, données biologiques et outils numériques. En particulier, le ou la doctorant·e pourra envisager, en contrepoint de son étude, une intervention, éventuellement collaborative, de type enquête épidémiologique ou naturaliste, ou développement d’outils d’analyse, de collecte ou de visualisation de données.

Conditions de candidatures

Le ou la candidat·e devra être titulaire, au moment de son inscription en thèse, d’un master 2 (ou équivalent) et avoir une formation en sciences sociales (sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques, études sur les sciences et les techniques). Elle/il devra avoir une expérience dans l’enquête de sciences sociales (entretiens, ethnographie, étude d’archives, etc.). Un intérêt pour la biologie ou les sciences sociales du numérique, et un goût pour les méthodes quantitatives et numériques seront appréciés. Une attention spécifique sera donnée au profil atypique (venant des cursus de sciences par exemple).

Les candidat·e·s feront parvenir par courrier électronique, le lundi 11 mai 2020 au plus tard, un dossier comportant les pièces suivantes : 

  • Un curriculum vitae 
  • Une lettre de motivation 
  • Un projet de thèse synthétique, d’une longueur de 2 pages, qui précise l’objet de la thèse, la question de recherche principale, ainsi que les méthodes envisagées 
  • Un texte ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire, etc.) 
  • Une lettre de recommandation. 

Le dossier complet devra être transmis par courrier électronique à Guillaume Lachenal 

Pour tout renseignement, merci d’écrire à Guillaume Lachenal 

Lien vers l’appel

 

Categories
Appel à projets

APPEL A PROJETS: Recherche-Action Covid-19

RA-COVID-19
Édition 2020

Appel ouvert en continu jusqu’au 28/10/2020 à 13h00 (heure de Paris)

Dans la continuation de l’appel Flash Covid-19, le guichet mis en place (Appel RA-COVID-19), ouvert en continu jusqu’au 28 octobre 2020, vise à recueillir toutes les propositions de projets de recherche de type « Recherche-Action » c’est à dire des projets urgents et rapides dont les résultats pourraient être implémentés dans la société dans les 3 à 12 prochains mois.
Dans la continuité de l’appel Flash COVID-19, et en cohérence avec les recommandations de l’OMS2, les thématiques visées par l’appel RA-COID-19 concernent ainsi :

– Études épidémiologiques
Physiopathogénie de la maladie
– Prévention et contrôle de l’infection

Éthique et dynamiques sociales
– Enjeux globaux de l’épidémie Covid-19

Le détail des thématiques, problématiques, attendus et priorités concernés par l’appel RA-COVID-19 sont donnés dans l’Annexe scientifique du présent appel (Voir § 8).4 Il est à noter que des thématiques additionnelles pourront être intégrées ou venir en remplacement dans les prochaines semaines en lien avec de nouveaux partenaires ou nouveaux co-financeurs. De même, l’ouverture de l’appel à des collaborations internationales bilatérales est actuellement en négociation avec les agences partenaires de l’ANR et feront l’objet d’une mise à jour du présent appel.

Dans le respect des thématiques adressées par l’appel, les projets déposés devront : cibler l’acquisition de connaissances avec une application attendue des résultats, méthodes ou techniques dans les 3 à 12 mois suivant l’attribution du financement, ou requérir le recueil immédiat de données spécifiques à la période épidémique et post-épidémique.

Pour assurer une grande réactivité, l’appel est ouvert en continu jusqu’au 28 octobre 2020 (date susceptible d’être prolongée) et la sélection sera opérée au fil de l’eau afin de permettre un financement très rapide des propositions sélectionnées.
L’appel à projets RA-COVID-19 fera l’objet de cofinancements. La liste des cofinanceurs et leurs domaines d’intérêt seront régulièrement mis à jour sur la page Web de l’appel.


Le dossier à déposer comprend :


– un formulaire simplifié d’identification à compléter en ligne6 ;
un document scientifique descriptif du projet (11 pages maximum, y compris la page d’identification et de résumé et y compris la bibliographie) à enregistrer sur le site de dépôt au format PDF non protégé (généré à partir d’un logiciel de traitement de texte, non scanné). Une trame est disponible sur la page internet dédiée à l’appel à projets.

Le dossier sera considéré complet, et donc éligible, si ces deux éléments sont renseignés et disponibles sur le site de dépôt avant la date de clôture indiquée page 2.

Le document scientifique comprend 2 parties :
– La page d’identification et de résumé (1 page maximum) :
– l’acronyme, le titre du projet envisagé et un résumé de 2-3 lignes (non confidentiel);
– le nom du coordinateur ou de la coordinatrice (et son adresse email) et l’adresse de réalisation des travaux, l’établissement d’appartenance du déposant ;
– le montant de l’aide demandée et une brève description de son utilisation ;
– la description du projet, son inscription dans les axes de recherche de l’appel et son planning de réalisation et d’application (compris obligatoirement dans une période 3 à 12 mois).

Cette page d’identification et de résumé permettra au comité d’évaluation scientifique d’examiner le projet et sa temporalité au regard des objectifs de l’appel. Tout projet ne répondant pas strictement aux objectifs de l’appel et au caractère d’urgence de l’appel ne sera pas considéré pour évaluation.

Le document scientifique (10 pages maximum) décrira de façon détaillée :
– le projet et ses objectifs dans le cadre des thématiques adressées par l’appel à projets ;
– la planification de réalisation et d’application du projet dans un contexte court terme entre 3 et 12 mois ;
– le montant de l’aide demandée et une brève description de son utilisation. Les déposants mentionneront les éventuels cofinancements obtenus ou demandés.

Les coordinateurs ou coordinatrices scientifiques des propositions recevront un accusé de dépôt par courrier électronique lors de validation de leur dépôt de dossier à condition que les documents scientifiques et administratifs demandés aient été déposés sur le site de dépôt et que la demande d’aide renseignée soit non nulle. L’accusé de dépôt envoyé par l’ANR ne constitue pas un document contractuel d’éligibilité.

Adresse de publication de l’appel à propositions: https://anr.fr/RA-COVID-19
Questions techniques, scientifiques, administratives et financières à : RA_COVID@agencerecherche.fr

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication Non classé

Appel à communication: Gouverner les corps et les conduites

Colloque organisé par: Réseau Jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida & Groupe Traitements et Contraintes
Date colloque:  15 et 16 octobre 2020
Lieu: ENS, Lyon

« Gouverner par » les instruments, les nombres, l’écoute, les cartes, les finances publiques, les labels, les accommodements, les fichiers, les honneurs, la science, la proximité, le temps, les prix Le chantier de la “gouvernementalité” ouvert par Michel Foucault (2004) a suscité de nombreux développements théoriques dans diverses disciplines (Berlivet, 2013), qui en révèlent toute la dimension heuristique pour les sciences sociales. Seize ans après Le gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004), ce colloque vise à réinterroger les usages de cette notion permettant d’analyser des phénomènes sociaux. Alors que le « gouvernement de » insiste sur l’objet gouverné (ou à gouverner), et crée donc une dichotomie entre gouvernant.e.(s) et gouverné.e.(s), « gouverner par » porte davantage sur les instruments d’évaluation mobilisés comme techniques de gouvernement, créateurs de normes et, par opposition, de déviances à l’ordre instauré. Il s’agit de questionner la manière dont les sciences sociales mobilisent et se réapproprient ces deux faces de la notion. Ce colloque propose d’en éclairer les enjeux selon les ancrages disciplinaires et théoriques, les échelles d’analyse, les objets d’étude, les espaces et les temporalités (politiques, institutionnelles, historiques, de la recherche…).

Axes:

1. Permanences et mutations d’un dualisme gouvernants/gouvernés

Un premier axe de réflexion vise à interroger la permanence d’un dualisme strict entre « gouvernants » et « gouvernés ». Ces deux pôles ne peuvent-ils pas être plutôt saisis par leurs mutations et leurs dynamiques ? Parce qu’« il n’y a pas de pouvoir mais des rapports de pouvoir » (Foucault, 2004), la perspective foucaldienne remet en question cette opposition et permet d’en penser la réversibilité ou du moins l’ambivalence. Les communications pourront réfléchir aux usages et mobilisations hétérogènes de ces concepts, ainsi qu’aux enjeux de la caractérisation des réalités étudiées : doit-on, par exemple, parler de gouvernants/gouvernés ou de dominants/dominés (Bourdieu, 1980) ? Cette interrogation s’avère particulièrement productrice de sens si l’on tient compte du contexte néolibéral dans lequel elle s’insère (Dardot & Laval, 2010) et des redistributions ou dépossessions opérées dans les rapports de pouvoir et entre les individus (Laval, 2018 ; Biland, 2019). Les modalités de la relation entre gouvernants et gouvernés peuvent également s’appréhender à partir des instruments de l’action publique (Dubuisson-Quellier, 2016) en ce sens qu’ils sont « porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé » (Lascoumes & Le Galès, 2004). Il s’agira d’interroger leur place et leur pluralité dans la conduite de l’action publique.

2. Catégoriser, quantifier, évaluer

Une deuxième piste de réflexion s’articule autour des catégories, des procédures et des instruments employés, à différentes échelles, pour quantifier, classer et évaluer les corps et les conduites. Les propositions de communication pourront porter sur le déploiement d’indicateurs visant à évaluer les dispositifs de politiques publiques, comme l’Hôpital (Bertillot, 2018) ou l’Université (Eyraud & al., 2011 ; Brusadelli & Lebaron, 2012). À une autre échelle, elles pourront questionner la façon dont les individus se saisissent eux-mêmes d’indicateurs et d’instruments, afin de s’auto-mesurer, se comparer, se transformer (Dagiral & al., 2019a ; Dagiral & al., 2019b ; Dalgalarrondo & Fournier, 2019 ; Illouz, 2019). Les propositions de communication pourront également interroger la performativité de catégories, de pratiques de quantification et de classements (Desrosières & Thévenot, 1988 ; Hacking, 1995 ; Baudot, 2016; Trachman & al., 2018) ou, à l’aune de nouveaux objets d’étude, prolonger les réflexions sur le double enjeu des statistiques comme outil de preuve et outil de gouvernement (Desrosières, 2014). Enfin, en prenant le contre-pied des propositions précédentes, des contributions pourront s’intéresser à ce qui échappe à ces pratiques de catégorisation et de quantification, à ce que l’on (se) refuse de compter, à ce que l’on n’imagine pas évaluer, à ce que l’on évite de nommer.

3. Se dire ou être dit : une injonction à la mise en récit de soi

Ce troisième axe de réflexion porte sur les récits de soi sollicités par les institutions. Il s’agit de prolonger les réflexions engagées sur l’avènement d’une société biographique dans laquelle les individus sont tenus de se raconter (Darmon, 2008 [2003] ; Memmi, 2003 ; Fassin & Memmi, 2004) et, s’ils souhaitent accéder à des prestations sociales, d’insérer leurs récits dans des rhétoriques, comme le « mérite » (Fassin, 2001), l’ « autonomie » (Lahire, 2007 [2005]) ou le « projet » (Boltanski & Chiapello, 1999 ; Cayouette-Remblière, 2016 ; Mahi, 2018). Ces « injonctions biographiques » (Astier & Duvoux, 2006 ; Duvoux, 2009) sont au fondement de nombreuses politiques sociales et traversent ainsi une pluralité de scènes dont il s’agirait de poursuivre l’exploration. Comment ces injonctions au récit sont-elles intériorisées ou mises à distance par les usagers (et/ou réciproquement par les agents institutionnels) au regard de leurs dispositions, de leurs trajectoires sociales ? Les propositions de communication pourront aussi interroger des processus cognitifs engagés par les individus tels que la disposition à la réflexivité (Archer, 2012 ; Coutant, 2008), le développement personnel (Brunel, 2008 ; Marquis, 2015) ou le travail émotionnel (Hochschild, 2017 [1983]).

4.Corps dans les institutions, corps institués

Ce quatrième axe de réflexion vise à décrire la variabilité avec laquelle les individus sont travaillés par les institutions, mais aussi comment ils les transforment en retour. Les communications pourront prolonger les réflexions analysant comment certaines institutions, qu’elles soient « totales » (Goffman, 1961), « disciplinaires » (Foucault, 1975), ou « enveloppantes » (Darmon, 2013), produisent certains corps et certaines conduites. Les communications pourront également interroger la « production du consentement » des individus (Burawoy, 2015) par des institutions où des marges de liberté sont certes négociables mais également prises dans des rapports de pouvoir (Sempé & al., 2007). Par ailleurs, les communications pourront s’attacher à décrire comment certains usagers de ces institutions acquièrent une expertise sur les savoirs dont ils sont l’objet, à l’instar de l’émergence des patients-experts dans le champ du VIH/SIDA (Epstein, 1996 ; Gelly & Pavard, 2016 ; Lochard & Simonet, 2009 ; Barbot, 2002). Enfin, les communications pourront également explorer comment les individus négocient la gestion de leurs insertions sociales en dehors de ces institutions (Baszanger, 1986).

Info pratiques:

Les résumés des propositions de communication, de 500 mots maximum, sont attendus pour le 2 mai 2020 et doivent :
− Comporter un titre ;
− Indiquer le nom du ou des auteur.e.s et de leur(s) institution(s) de rattachement (affiliations complètes) ;
− Préciser le matériau sur lequel s’appuie le propos ;
− Être envoyés à l’adresse suivante : colloque.gouvernement@gmail.com.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail mi-juin 2020.

Pour toute question relative à l’événement ou demande de précisions vous pouvez contacter :
iris.condamine@inserm.fr ou marina.silva.duartee@gmail.com

Comité d’organisation : Cyriac Bouchet-Mayer (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux
(Cermes3), Laura Delcourt (CeRIES), Marina Duarte (LEGS), Julia Legrand (Cermes3), Lara Mahi (Centre Max Weber), Alexandre Michel (Cermes3), Isaora Rivierez (Cerlis), Théo Sabadel (Triangle).

Comité scientifique : Luc BERLIVET (Cermes3, CNRS), Jean-François BERT (IHAR, Université de Lausanne), Marianne BLIDON-ESNAULT (CRIDUP, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Yasmine BOUAGGA (Triangle, CNRS), Flavien BOUTTET (APEMAC, Université de Lorraine), Christophe BROQUA (Institut des mondes africains, CNRS), Baptiste BROSSARD (College of Arts and Social Sciences, Australian National University), Fanny CHABROL (CEPED, IRD), Gilles CHANTRAINE (Clersé, CNRS), Philippe COMBESSIE (Sophiapol, Université Paris Nanterre), Mathilde DARLEY (CESDIP, CNRS), Christine DETREZ (Centre Max Weber, ENS de Lyon), Eric FASSIN (LEGS, Université Paris 8), Sylvain FEREZ (SantÉSIH, Université de Montpellier), Nicolas FISCHER (CESDIP, CNRS), Virginie GAUTRON (Laboratoire Droit et Changement Social, Université de Nantes), Gabriel GIRARD (SESSTIM, INSERM), Miriam GROSSI (Centro de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade Federal de Santa Catarina), Laure HADJ (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne), Marie JAUFFRET-ROUSTIDE (CERMES3, Université Paris Descarte), Martine KALUSZYNSKI (Pacte, CNRS), Frédéric LE MARCIS (Triangle, ENS de Lyon), Stéphane LEROY (ESO, Université d’Angers), Lara MAHI (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Dominique MEMMI (CRESPPA, CNRS), Julie MINOC (Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin), Cindy PATTON (Faculty of Sociology and Anthropology, Simon Fraser University), Pascale PICHON (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Sacha RAOULT (LDPSC, Université Aix-Marseille), Ranabir SAMADDAR (Distinguished Chair in Migration and Forced Migration Studies, Calcutta Research Group), Barbara STIEGLER (Sciences Philosophie Humanités, Université Bordeaux-Montaigne), Emmanuel TAÏEB (Triangle, Sciences Po Lyon), Tonya TARTOUR (Centre de sociologie des organisations, Sciences-Po), Gaëtan THOMAS (Centre de recherches historiques, EHESS), Lars THORUP LARSEN (Department of Political Science, Aarhus University), Frieder VOGELMANN (Social Sciences Department, Frankfurt University).

Lien: https://shsvih.hypotheses.org/

Categories
écrits Non classé parution

Parution: Les migrants dans l’épidémie : un temps d’épreuves cumulées

De facto, 18 | avril 2020

Dans l’urgence et le temps suspendu où nous avons tous pris place, ce numéro spécial de De facto s’est imposé à nous pour donner à voir ce que font aux immigrés le confinement et les bouleversements liés à l’épidémie de Covid-19.
Dès le début du confinement, Didier Fassin, anthropologue, soulignait « l’inégalité des vies en temps d’épidémie». Les personnes en situation de migration font partie de ceux pour qui les temps d’épidémie sont des temps d’épreuves cumulées. L’hébergement groupé dans les centres de rétention et les campements de rue multiplie les risques sanitaires pour les migrants. Michel Agier en dresse un état des lieux et lance un appel au « désencampement ». Quand on n’a pas de véritable « chez soi », le confinement accroît l’angoisse et l’inconfort comme le rapporte Annabel Desgrées du Loû à propos des femmes immigrées vivant en hôtel sociaux et en centres d’hébergement. En temps d’épidémie, l’étranger est trop facilement assimilé à la menace sanitaire. À partir d’une caricature parue en 1883 dans un journal satirique américain, Antonin Durand rappelle cette vieille histoire de la peur du migrant comme vecteur de diffusion des maladies et de la tentation de la xénophobie quand vient la crise. Pourtant, François Héran montre la très faible part que représentent les entrées de migrants dans la mobilité internationale vers la France, ce qui permet de tordre le coup à l’idée reçue que c’est par les migrants qu’arrivent les maladies. Simeng Wang nous propose une vidéo sur les discriminations vécues par les jeunes Chinois en janvier et février, avant que l’épidémie ne devienne une réalité mondiale. Et c’est bien parce que cette crise COVID-19 secoue tout le corps social que le conseil scientifique mis en place pour guider les autorités comprend deux chercheurs en sciences sociales. Parmi eux, Laetitia Atlani-Duault, fellow de l’Institut Migrations, a pris le temps de répondre à quelques questions posées par François Héran.

Annabel Desgrées du Loû, responsable scientifique

 

Sommaire

Introduction 7
Sur le terrain

Michel Agier: Personnes migrantes en centres de rétention et campements. Désencamper pour protéger 10

Laêtitia Atlani-Duault:  Les sciences sociales mobilisées contre la pandémie. Entretien avec François Héran 19

Paroles de chercheurs Annabel Desgrées du Loû:  Être confinée en hôtel social ou en centre d’hébergement d’urgence 30

En chiffres François Héran:  Voyageurs internationaux ou immigrants, le virus ne fait pas la différence 38

En images Antonin Durand Migrants et épidémies : une vieille histoire 44

Focus Simeng Wang et le groupe « Audio, Video, Exprimô » Un film contre les discriminations liées au Covid-19 : activisme chez les migrants chinois qualifiés en France 50

Fil Covid-19 et migrations 53

Aller au site: De facto, 18 | avril 2020

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: Médicament et frontières

Appel à contribution pour le no 43 de Socio-anthropologie

Numéro coordonné par Johanne Collin (sociologue et historienne, professeure titulaire à la Faculté de pharmacie de l’université de Montréal).

Dans les sociétés contemporaines, le médicament occupe une place majeure, au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnues. D’abord parce que le concept même de thérapeutique s’est considérablement élargi au cours du xxe siècle pour englober désormais très en amont, la prévention – voire la préparation à l’apparition de la maladie et en aval, l’extension des limites corporelles, notamment à travers la médecine régénérative. Mais également parce que les usages non thérapeutiques du médicament – comprendre : en dehors du champ et de l’influence de la médecine – se multiplient à la faveur de l’accroissement considérable de l’arsenal et de sa mise en circulation. Comment dès lors saisir l’injonction sociétale à utiliser les médicaments hors du contrôle médical classique ? Et comment interpréter le pouvoir immense du médicament sur nos vies ?

Après avoir, pendant plusieurs décennies, réfléchi l’accroissement des recours aux médicaments sous l’angle de la médicalisation (médicalisation de la vieillesse, de la sexualité, etc) puis de la biomédicalisation (Clarke et al., 2010), les sciences sociales se tournent désormais de plus en plus fréquemment vers le concept de pharmaceuticalisation pour cerner l’extension et l’expansion des usages du médicament (Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Ce concept requiert d’aller au-delà de la définition intuitive qu’il commande, celle d’un processus planifié, dirigé, téléguidé par le haut à travers les ambitions et velléités de la toute puissante industrie pharmaceutique, pour prendre en compte l’« agentivité » du médicament, de manière à mieux saisir comment il participe de différents processus sociaux. Nous proposons donc d’envisager la pharmaceuticalisation comme le résultat de l’interaction entre trois processus, ceux de médicalisation, de molécularisation et de biosocialisation (Collin, 2016). Ces trois processus ont en commun de reposer sur un mécanisme similaire, celui du brouillage ou du déplacement de la frontière entre les deux pôles d’un continuum. Le médicament joue ainsi un rôle d’opérateur des flux sociaux à travers le brouillage ou le déplacement de ces trois frontières.

La médicalisation procède du déplacement de la frontière entre santé et maladie ; c’est-à-dire entre ce qui, dans une société donnée et à un moment donné de son histoire, est considéré comme normal et ce qui est considéré comme pathologique. Le médicament est l’un des dispositifs majeurs qui permet, facilite ou précipite ce déplacement de la frontière entre les deux pôles.

Le médicament contribue également à brouiller la frontière entre le naturel et l’artificiel, à travers le processus de molécularisation, et invite à réfléchir les manières par lesquelles il opère des changements ontologiques. Avec l’émergence de la biologie moléculaire au milieu du xxe siècle, l’étude du vivant est passée d’une perspective cellulaire à une perspective moléculaire. Le concept de molécularisation selon N. Rose (2007) incarnerait une rupture épistémologique, ou à tout le moins un changement majeur en introduisant une « politique de la vie en soi ». La molécularisation s’accompagne ainsi nécessairement d’un ensemble de mutations biotechnologiques, politiques, économiques, culturelles, sociales et identitaires. En contribuant à déplacer la frontière entre le naturel et l’artificiel et à repousser les limites corporelles, le médicament devient ainsi le moteur d’une hybridation non seulement culturelle (comme le montrent de nombreux travaux anthropologiques depuis la fin des années 1980), mais aussi matérielle et biologique.

Enfin, la biosocialisation, quant à elle, peut être envisagée comme un processus selon lequel il y a brouillage de la frontière entre inclusion et exclusion sociale. Le médicament incarne, dans cette optique, un objet autour duquel s’organisent de nouvelles formes de socialités, que celles-ci se constituent en faveur ou en opposition au médicament ; que les expériences et motifs d’usage soient conformes à la normativité contemporaine (usages médicaux) ou déviants par rapport à celle-ci. Ces nouvelles formes de socialité reposent sur des communautés virtuelles fortes et éventuellement des sous-cultures porteuses de nouvelles normes sociales. On pense ici notamment au mouvement d’anti-vaccination, mais également aux forums d’échanges sur les usages détournés de médicaments psychotropes et autres substances pour accroitre les performances. Dès lors, le déplacement de la frontière entre inclusion et exclusion sociale via le médicament implique également une tension permanente entre déviance et conformité aux normes sociales. (Otero et Collin, 2016).

Si de nombreux travaux ont, par le passé, traité la question du déplacement de la frontière entre normal et pathologique et du rôle qu’y joue le médicament, ce dossier de Socio-anthopologie propose d’aborder le médicament sous l’angle du déplacement des frontières entre naturel et artificiel et entre inclusion et exclusion sociale, en privilégiant l’exploration de trois angles de réflexion et de recherche :

  1. De l’innovation à la nouvelle conformité : les usages détournés des médicaments ;

  2. redéfinition des seuils et logiques préventives reliées aux médicaments et aux vaccins ;

  3. les frontières du médicament.

Il fait notamment appel à des approches sociologiques et anthropologiques, historiques, philosophiques.

Modalités de soumission: 

Une intention argumentée d’environ 5 000 signes est attendue pour le 15 mai 2020. Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

Elle doit être adressée à la coordinatrice du dossier : johanne.collin [at] umontreal.ca

La notification des propositions pré-sélectionnées sera donnée aux auteurs à la mi-juin. La remise des textes rédigés (entre 25 000 et 35 000 signes) est fixée au 15 septembre 2020.

La parution du numéro 43 « Médicament et frontières » aura lieu en mai 2021.

Lien vers l’appel à contribution 

Categories
appels à candidature Emploi

Offre d’emploi: responsable d’observation ethnographique

CHARONNE OPPELIA RECRUTE UN RESPONSABLE D’OBSERVATION ETHNOGRAPHIQUE (MI-TEMPS)

L’association Charonne se positionne en acteur de terrain mais aussi comme un vecteur d’innovation, toujours à la recherche d’une nouveauté à promouvoir au service des usagers, au service d’une meilleurs prise en charge et d’un meilleur accompagnement.

Salarié de l’association Charonne, vous travaillerez au sein du site TREND IdF (Tendances récentes et nouvelles drogues en Ile de France) en lien avec l’OFDT (Observatoire Français des drogues et toxicomanie).

TREND est un dispositif national d’étude ethnographique, mis en place depuis 1999 par l’OFDT, visant à :

• Identifier au plus tôt les phénomènes émergents liés aux drogues,

• Décrire et comprendre les tendances liées aux usages et trafics,

• Assurer une veille sur la composition des substances consommées incluant les nouvelles drogues,

• Mener des investigations spécifiques…

Le site TREND IdF est actuellement composé de 2 coordinateurs et 2 responsables d’observation ethnographique (festif IdF et urbain Paris, festif gay).

Description du poste :

En tant que responsable ethnographique de terrain, vous aurez en charge de décrire les phénomènes émergents et tendances de consommation et trafic dans l’espace qui vous est dédié (les espaces urbains de Seine Saint Denis ainsi que les quartiers populaires de Seine Saint Denis). Pour cela, vous recruterez un réseau d’informateurs clés pour une meilleure connaissance des pratiques de consommations de drogues et d’organisation du trafic au sein de ces espaces. Vous décrirez le détail de la méthodologie employée et les résultats de vos observations via des notes ethnographiques rendues régulièrement à la coordination du site TREND IdF. Ces notes ethnographiques seront utilisées afin de les trianguler avec d’autres sources avant analyse et publication d’un rapport annuel par la coordination régionale (synthèse 2018 accessible via ce lien : https://www.ofdt.fr/ofdt/fr/trend/syntheseTREND2018_Paris_SSD.pdf )

Ce poste vise à apporter des connaissances concernant :

– Les particularités de l’offre de produits psychoactifs en Seine-Saint-Denis

– Les caractéristiques socio-démographiques des populations usagères de produits psychoactifs et des personnes impliquées dans le trafic.

– Les usages de produits psychoactifs de ces populations (produits consommés, modes d’usages…)

– Les initiatives existantes et les besoins éventuels en matière de réduction des risques et des dommages (RdRD) dans les espaces investigués.

– Les contextes économiques, culturels liés au terrain d’étude.

Profil recherché :

Un master en sociologie, ethnologie ou anthropologie est souhaitable, les étudiants en thèses sont les bienvenues.

Une bonne connaissance préalable du milieu de recherche et des personnes le fréquentant est souhaité.

Bonne capacité rédactionnelle, esprit d’initiative, capacité d’adaptation requis.

Merci de postuler par mail : gpfau@oppelia.fr & gregoirefsm@gmail.com