Categories
appel à contribution

Appel à contribution: Revue Santé Publique, numéro « La santé publique à l’épreuve de la covid-19

Afin de documenter la diversité des réponses à la pandémie globale de Covid-19, le Comité de Rédaction de la revue Santé Publique entend réunir des éclairages internationaux et pluridisciplinaires au sein d’un seul et même numéro.

Trois axes analytiques sont retenus pour structurer cet appel à articles :
1) Les conditions épistémologiques de la réponse sanitaire
2) Les défis organisationnels
3) Sociétés et cultures sanitaires

Calendrier

Ce numéro spécial « La santé publique à l’épreuve de la covid-19 » a pour ambition de dresser un état des lieux de la complexité liée à la crise du coronavirus, responsable de la Covid-19, sans négliger pour autant l’importance d’une approche diachronique des questions soulevées à l’occasion de cet évènement. Il n’exclut pas que d’autres contributions relatives à l’épidémie soient par ailleurs publiées dans nos numéros varia.

Jusqu’au 15 septembre 2020 – Dépôt des lettres d’intention
Septembre 2020 – Examen des lettres d’intention reçues et réponses aux auteurs potentiels sur la recevabilité de leurs projets
Décembre 2020 – Les propositions d’articles présélectionnés doivent parvenir à la Rédaction
Janvier-Juin 2021 – Procédure d’expertise : envoi en lecture et examen par deux référents anonymes – demande de modifications – lecture de validation – acceptations – Edition en pré-print dès acceptation des articles.
Juillet-Août 2021 – Montage éditorial et parution du numéro

Votre lettre d’intention, qui comprendra au maximum 4 000 espaces compris, devra comprendre : titre, auteurs, résumé précisant le plan de votre article (titres des parties et méthodologie précisée), mots-clés. Elle devra être envoyé à  secretariat.redaction@sfsp.fr avant le 15 septembre 2020. 

 

Categories
appels à candidature

Appel à candidature: Volontaire International – Accompagnement des recherches en SHS sur le COVID-19

Affectation structurelle:

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

L’Institut de Recherche pour le Développement est un établissement public français à caractère scientifique et technologique (EPST) qui intervient depuis plus de 60 ans dans les pays du Sud. Il est placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et des Affaires étrangères.

Ses activités de recherche, d’expertise, de valorisation et de formation ont pour objectif de contribuer au développement économique, social et culturel des pays du Sud. Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en Outremer.

L’Unité mixte Internationale Transvihmi étudie principalement l’infection par le VIH et les maladies infectieuses émergentes au  Sud  et  leurs  conséquences  pour  les  populations,  notamment  hépatites,  tuberculose,  Ebola.  Autour  de  cette  unité́ thématique, l’UMI mène des travaux de recherches transversales pluridisciplinaires associant virologie, parasitologie, clinique, épidémiologie, santé publique et sciences sociales. LUMI est engagée dans la recherche sur le COVID19 au travers de plusieurs projets et programmes.

Affectation  géographique:

Sénégal – CRCF

DESCRIPTION DU POSTE

Contexte

L’UMI TransVIHMI développe de longue date dans une approche pluridisciplinaire des maladies infectieuses (VIH, tuberculose, maladies tropicales négligées) essentiellement en Afrique de l’Ouest et du Centre et en Asie du SudEst. L’épidémie d’Ebola de 201416 en Afrique de l’Ouest a conduit l’unité à ouvrir son champ thématique aux épidémies émergentes, et en 2020 au COVID-19.

Au Sénégal, TransVIHMI est basée au Centre Régional de Recherche et de Formation à la prise en charge du VIH et des maladies associées (CRCF) à l’hôpital de Fann, une équipe mixte rassemble des chercheurs surtout en santé publique et sciences sociales. Les projets de recherche en cours couvrent divers thèmes (accès aux traitements et à la couverture médicale universelle, traitement social et médical des addictions, socioanthropologie des soins et des professions de santé, acceptabilité de l’auto-test pour le VIH, circulation des informations sur le COVID dans les médias et réseaux sociaux, etc). Un nouveau projet CORAFMOB porte sur les mobilisations communautaires dans la réponse au COVID-19 au Sénégal et au Burkina Faso. L’objectif de ce projet est de documenter l’engagement associatif, son apport au traitement des personnes et à la gestion de l’épidémie, de préciser les logiques d’intervention et les contraintes des acteurs communautaires ainsi que leurs perceptions de la réponse à l’épidémie. Le projet, coordonné à Dakar, est réalisé sur deux pays. Le VIA bénéficiera d’un environnement de recherche stimulant dans une équipe dynamique et solidaire.

Mission

Sous la direction de Pr A. Desclaux, anthropologue de la santé, le (la) VIA interviendra en soutien 1/ aux activités de recherche en sciences sociales en cours et 2/ aux échanges entre chercheurs et acteurs communautaires dans les deux pays et entre les deux pays concernés par le projet CORAFMOB.

Activités

Le (La) VIA aura notamment à :
Réaliser ou superviser des enquêtes socio-anthropologiques
Participer au suivi et à l’analyse des données collectées ainsi qu’à la rédaction des résultats de recherche sous forme de rapports d’enquêtes, d’articles ou de chapitres d’ouvrage
Accompagner les activités de formation en sciences sociales : animation au sein de l’équipe (1) en méthodologie de la recherche et atelier d’écriture et (2) sur les sciences sociales des épidémies
Proposer et engager des approches innovantes pour renforcer les échanges avec le secteur communautaire voire la dimension participative de la recherche
Développer des techniques et approches adaptées à l’objet de recherche (vidéo, écritures croisées, blog)

Compétences

Connaissances en socio-anthropologie de la santé.
Bonne maitrise de l’anglais.
Expertise en logiciels (traitement de texte, réseaux sociaux, outils internet).
Connaissances en approches audiovisuelles et animation scientifique numérique non obligatoires mais appréciées.
Capacités de rédaction scientifique et ouverture vers les nouvelles formes d’écriture.

Profil

Formation

Master ou doctorat en socio-anthropologie de la maladie.
Une compétence sur l’aire culturelle (Afrique de l’Ouest ou du Centre) et une formation complémentaire en santé publique seraient souhaitables. Une connaissance de l’engagement associatif sera un atout supplémentaire.

Aptitudes

Intégration et adaptation dans des milieux sociaux nouveaux. Bonne capacité à travailler en équipe.
Sens de l’organisation et de la planification.
Capacité à dialoguer avec des disciplines différentes. Engagement dans le secteur associatif.
Capacité de synthèse.
Qualités rédactionnelles.
Pédagogue.

Environnement

Poste en expatriation (Dakar, Sénégal) Localisation au CRCF (à titre indicatif : 9h – 17h) Participation à des enquêtes de terrain.
Travail sur poste informatique et participation à des réunions, des missions.

Conditions  d’éligibilité  au  VIA :  La  date  de  naissance,  l’adresse  permanente  et  le  numéro  Civiweb  doivent  être impérativement mentionnés sur le CV

Nationalité d’un pays de l’Union Européenne
moins de 28 ans à l’inscription sur
civiweb
moins de 29 ans au démarrage du
contrat

Envoyer votre dossier de candidature (CV et lettre de motivation) à alice.desclaux@ird.fr et recrutement.dr-occitanie@ird.fr

Lien vers l’annonce

Categories
appels à candidature Emploi Non classé

Appel à candidature: poste Volontariat International en Administration – anthropologie et COVID

Affectation structurelle:

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
Référent  scientifique  incontournable  sur  les  grands  enjeux  du  développement  et  organisme  pluridisciplinaire  reconnu internationalement, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public français placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de celui de l’Europe et des affaire s étrangères. Il porte depuis plus de 75 ans, une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et pays qui font de la science et de l’innovation un des premiers leviers de leur développement. Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en outremer.

Unité Mixte Internationale – 233 TransVIHMI – Recherches translationnelles sur le VIH et les maladies infectieuses
L’UMI 233 étudie principalement les spécificités de l’infection par le VIH au Sud et ses conséquences pour les populations. L’impact du VIH sur les autres endémies infectieuses tropicales fait que le champ des recherches aborde aussi la problématique des co-infections (hépatites, tuberculose) et d’autres maladies tropicales négligées telles que les filarioses et plus récemment l’infection par le virus Ebola. Autour de cette unité́ thématique, et cela depuis sa création il y a près de 20 ans, l’UMI 233 mène des travaux de recherches transversales pluridisciplinaires associant virologie, parasitologie, clinique, épidémiologie, santé publique et sciences sociales.

Affectation géographique:

Yaoundé – Site ANRS-Cameroun DESCRIPTION DU POSTE

Contexte

Le poste est basé au Site ANRS-Cameroun, centre de coordination des activités de recherche dans le domaine de la lutte contre le sida et les hépatites virales en appui au programme national de lutte contre le sida du MINSANTE et financé par l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS, France) intégré dans la politique et le système national de santé du Cameroun. Le centre est situé à l’Hôpital Central de Yaoundé, il accueille des étudiants, des chercheurs, des enseignantschercheurs, des professionnels de santé, des associations de personnes vivant avec le VIH et leur apporte une infrastructure administrative, scientifique et logistique. Il est placé sous la responsabilité conjointe d’un Coordonnateur Sud, Pr AnneCécile Bissek et un Coordonnateur Nord, Pr Éric Delaporte. Les recherches menées relèvent de diverses disciplines (épidémiologie, virologie, recherche clinique, santé publique, sciences sociales) dans une démarche interdisciplinaire, combinant recherche théorique et appliquée (pour améliorer la prévention, la prise en charge et l’accès aux traitements efficaces, mieux tolérés et abordables).

Mission

Le ou la VIA aura pour principale mission d’assurer le rôle de « Chargée de projet CORAFCAM : Appui aux enquêtes et analyses comparées » dans le cadre du projet CORAFCAM « Coronavirus Anthropologie Afrique : Cameroun » 2020-2021. Ce projet fait partie du programme ARIACOV (Appui à la Riposte au CVID en Afrique) AFD-IRD. L’ensemble du projet CORAF, également développé au Bénin, au Sénégal et au Burkina Faso, a pour objectif de produire des connaissances sur les informations diffusées par les médias (médias traditionnels, médias en ligne et réseaux sociaux), leurs interprétations, leurs effets sociaux et les adaptations induites, afin d’éclairer la riposte contre le COVID19. Le poste comprend une composante d’organisation des enquêtes et suivi des données, une composante de dispensation de formation lors d’ateliers, et une composante de coordination des analyses des données et rédaction scientifique. Le ou la VIA mènera ces activités sous la coordination de Dr Marie Varloteaux (coordination Projet CORAFCAM Centre ANRS) et Pr Alice Desclaux (coordination Projet CORAF).

Durée du poste

Le poste est à pourvoir dès ouverture et après finalisation des formalités administratives. La durée est de 1 an.

Activités

Participer à la définition des cadrages théoriques, des thèmes, des méthodes et outils d’enquête dans CORAFCAM. Participer aux enquêtes, à leur coordination, à l’organisation et au suivi du recueil des données.
Gérer le plan de travail avec élaboration d’un calendrier prévisionnel en fonction des tâches.
Organiser les procédures de suivi et contrôle de la qualité des données.
Participer à la définition du plan d’analyse et à l’organisation et au suivi des analyses intra-pays et inter-pays. Mettre en place une page ou un site web de restitution des résultats du projet.
Encadrer les chercheurs juniors pour la rédaction d’articles scientifiques, d’articles grand public et de notes stratégiques. Participer à la dispensation d’une formation de jeunes chercheurs et d’acteurs de la riposte aux sciences sociales des épidémies émergentes.

Compétences

Connaissances en anthropologie de la santé. Connaissances en santé publique et sur les épidémies. Savoir s’intégrer dans une équipe.
Savoir adapter des thèmes d’enquêtes aux contextes.
Savoir rédiger des articles scientifiques.
Savoir transmettre ses connaissances à des jeunes chercheurs. Savoir planifier des actions.
Savoir planifier et respecter des délais.
Savoir identifier des problèmes et proposer des solutions.
Savoir hiérarchiser les priorités. Savoir animer une réunion de travail.

Formation:

Anthropologue ayant un Master 2. Un diplôme en santé publique serait un plus.

Aptitudes:

Autonomie
Réactivité
Facilité d’écoute
Capacité de travail en équipe – Prise d’initiative

Environnement

Poste en expatriation, en poste à Yaoundé au Cameroun, au site ANRS-Cameroun Déplacements sur le terrain au Cameroun.
Bureau climatisé, poste de travail classique, accès internet
Logement à trouver sur
Yaoundé
Horaires de bureau, 35 heures par semaine

Conditions  d’éligibilité  au  VI  :  Date  de  naissance,  l’adresse  permanente  et  numéro  de  Civiweb  doivent  être impérativement mentionnés sur le CV

Nationalité d’un pays de l’Union Européenne
Moins de 28 ans à l’inscription sur civiweb Moins de 29 ans au démarrage du
contrat

Envoyer  votre  dossier  de  candidature  (CV  et  lettre  de  motivation)  à: marie.varloteaux@gmail.com  et  recrutement.dr- occitanie@ird.fr

 

Lien vers l’annonce

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel de propositions « Fin de vie et mourir dans un monde pluriel », Anthropologie et sociétés

Fin de vie et mourir dans un monde pluriel

(proposition révisée, numéro double 2021)

ANTHROPOLOGIE ET SOCIÉTÉS

Numéro thématique sous la direction de Sylvie Fortin et Josiane Le Gall

Sylvie Fortin, Professeure titulaire, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

Josiane Le Gall, Chercheure d’établissement, SHERPA/CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal & Professeure associée, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

APPEL DE PROPOSITION

 Les nombreux décès survenus ces derniers mois nous interpellent tous. La pandémie actuelle marque de multiples façons, la vie, la sociabilité et… le mourir. Anthropologie et sociétés s’est engagé dans un numéro thématique sur la fin de vie depuis quelques mois déjà. Le contexte actuel nous invite à élargir le bassin des contributions afin de mieux cerner ces enjeux dans différents lieux/institutions/localités.

La fin de vie est un objet foisonnant de recherche et de réflexion en sciences sociales et en sciences du soin. Vieillissement de la population, chronicité de la maladie, éventail thérapeutique à la fois très large et restreint selon la population visée (du jeune au grand âge) et pratiques de soins sont parmi les thèmes de l’heure. Et si les travaux sur la mort (et davantage « les morts » selon Bibeau [2013 :51]) et les rituels funéraires sont chers à l’anthropologie (Kaufmann et Morgan 2005, Engelke 2019, Jérôme et Poirier 2018), le mourir est moins documenté tout en étant une fenêtre extraordinaire sur le social contemporain. Dans la continuité de Godelier (2014) et ses travaux sur la mort, nous considérons la fin de vie et le mourir comme une construction sociale et non en état d’être délimité par la clinique.

Fin de vie et mort se déclinent pour plusieurs sur fond de traditions culturelles et religieuses. Les rites entourant la mort, présents dans toutes les sociétés, s’inscrivent dans les grandes traditions religieuses (Coyer 2015, Thomas 1980) et aussi en marge de ces dernières dans les sociétés hypermodernes où la diversité, l’hyperdiversité (Hannah 2011) résulte à la fois de la mobilité et des mouvements migratoires (Foner & al. 2019, Vertovec 2007), mais aussi des transformations sociales qui accompagnent la mondialisation des échanges de tout ordre (Humphris 2014). Cela dit, la culture – entendue comme un ensemble de significations, de normes et de valeurs partagés qui sous-tendent comment les membres d’un groupe social comprennent et agissent dans le monde qui les entourent (Crowley-Matoka 2016) – participe à façonner, selon les contextes et les interactions, les pratiques, savoirs et croyances d’un groupe donné en regard de la maladie, la mort, le soin. Cette même culture est acteur dans la prise de décision, tout comme l’est la médecine tout entière en tant que système culturel qui façonne les pratiques soignantes. Cette culture médicale – qui embrasse l’action comme moteur et où les progrès scientifiques génèrent un éventail thérapeutique toujours croissant – donne lieu ou peut donner lieu à des fins de vie qui interpellent.

Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéressons aux trajectoires de fin de vie et au mourir contemporain, marqué par une pluralité de manières de concevoir le monde, la vie, la mort, l’apport de la technologie biomédicale, les attentes et possibilités vis-à-vis des lieux où le mourir est possible (hôpital, institution de soins prolongés ou de soins palliatifs, domicile). Saisir les espaces relationnels dans lesquels le mourir est vécu, les contextes et la qualité des interactions entre acteurs devient fondamental (Kellehear 2014). Ces espaces sont parfois colorés par la famille, mais encore, cette famille est elle aussi en mouvance (composition, recomposition, locale, transnationale). Ils peuvent aussi renvoyer à des liens sociaux variés, de voisinage, d’entre-aide, associatifs, et ce faisant rendre compte (ici encore) d’une pluralité d’acteurs accompagnants, voire même impliqués dans les décisions qui jalonnent la trajectoire de la maladie et du mourir.

La notion de trajectoire de la mort permet de saisir la mort en tant que processus temporel, certes, mais aussi social (plutôt que biologique), au carrefour de nombreuses perspectives potentiellement divergentes entre malade, famille et soignants (Strauss et al. 1985). Les trajectoires de fin de vie, du mourir et de la mort, sont en cela inclusif, temporel, relationnel, contextuel et donnent lieu à un éventail thérapeutique du cure au care, d’une perspective curative à une approche de confort, d’une reconnaissance de la mort comme soin (Death as care) ou au contraire, d’une mort comme échec.

Les articles retenus dans le cadre de cet appel pourront aborder la mort et la fin de vie sous différents angles, en tenant compte du point de vue tant des personnes en fin de vie, de leur famille que des soignants, notamment les expériences de fin de vie, de la jeunesse au grand âge, la diversité des fins de vie (mourir local, transnational, liens sociaux), les subjectivités, intersubjectivités, normes et valeurs (bonne mort, souffrance, dévoilement, etc.) et l’organisation des soins et pratiques de soin.

Anthropologie et sociétés ne publie que des inédits. La revue est francophone. Toutefois, les soumissions en Anglais sont les bienvenues. Lorsqu’acceptés pour publication, ces textes sont traduits par la revue après le processus d’évaluation.

Nous vous invitons à visiter le site web de la revue: : https://www.anthropologie-societes.ant.ulaval.ca/

Les résumés et propositions devront être envoyés directement aux rédactrices invitées:

sylvie.fortin@umontreal.ca & josiane.le.gall.ccomtl@ssss.gouv.qc.ca

Télécharger l’appel en PDF: Appel_AnthropologieSociétés_juin2020_F

Calendrier général

  • 20 août 2020: titres & résumés de proposition (originale non publiée) 10 à 15 lignes + coordonnées complètes des auteurs
  • 25 août 2020 : confirmation des résumés retenus (ou refus) – invitations à produire un article selon les normes de la revue
  • 15 octobre 2020 : réception des articles (7500 mots, notes et références incluses, résumés en français et en anglais)
  • 15 décembre 2020 : transmission des évaluations aux auteurs
  • 15 février 2021: réception des textes révisés
  • Mai 2021 : publication du numéro

Références citées

BIBEAU, G., 2013. Là où mourir n’est pas toujours mourir. Un regard anthropologique sur la mort d’enfants dans des sociétés non-occidentales, pp. 51-69, in S. Fortin et M.J. Blain (dir.), Mourir à l’ère biotechnologique. Montréal, Éditions CHU Sainte-Justine.

COYER G., 2015. « Anthropologie de la mort et de la fin de vie », Jusqu’à la mort accompagner la vie, 123, 4 : 11-24.

CROWLEY-MATOKA, M. 2016. Cultural Factors, pp. 292-307, in S. J. Youngner and R. M. Arnold (eds), The Oxford Handbook of Ethics at the End of Life. New York: Oxford University Press

ENGELKE, M., 2019. « The Anthropology of Death Revisited », Annual Review of Anthropology, 48 :29-44.

FONER, N., J.W. DUYVENDAK ET P. KASINITZ, 2019. « Introduction : super-diversity in everyday life », Ethnic and Racial Studies, 42,1 :1-16.

GODELIER, M., 2014. Introduction, pp. 9-37, in Godelier, M. (dir.), La mort et ses au-delà.

Paris, CNRS Éditions.

HANNAH, S. 2011. Clinical care in environments of hyperdiversity, pp. 35-69, in M.-J. DelVecchio Good, S..Willen, S. Hannah, K.Vickery & L. Taeseng Park (eds). Shattering Culture: American Medicine Responds to Hyperdiversity. New York, Russell Sage Foundation.

HUMPHRIS, R. 2014. Superdiversity : Theory, Methods and Practice – Rethinking society in an era of change. Conference (report) 23-25 June 2014, University of Birmingham. https://www.birmingham.ac.uk/research/superdiversity-institute/events/previous- events/iris-conference-report-2014.aspx (consulté le 5 juillet 2019).

JÉROME, L. & S. POIRIER, 2018. « Présentation. Conceptions de la mort et rites funéraires dans les mondes autochtones », Frontières, 29(2). https://doi.org/10.7202/1044157ar

KAUFMAN, S. R. & L. M. MORGAN. 2005, «The anthropology of the beginnings and ends of life», Annual Review of Anthropology, 34:317–41.

KELLEHEAR, A. 2014. The inner life of the dying person, End-of-life care : a series. New York, Columbia University Press.

STRAUSS, A., S. FAGERHAUGH, B. SUCZEK & C. WIENER, 1985. Social Organization of

Medical Work. Chicago, Chicago University Press.

THOMAS, L.V. 1980. Anthropologie de la mort. Lausanne, Payot.

VERTOVEC, S. 2007. « Super-diversity and its implications », Ethnic and Racial Studies, 30 : 1024-1054.

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature Emploi

Recrutement d’un.e chercheur.se postdoctoral.e : consommation alimentaire et politiques « d’alimentation saine » en Europe, Strasbourg, Octobre 2020

Chercheur.se postdoctoral.e  dans le domaine de la consommation alimentaire et des politiques « d’alimentation saine » en Europe

L’Institut des Études avancées de l’Université de Strasbourg (USIAS) invite les candidatures pour un poste de post-doc à l’intersection de la sociologie, du droit, des études politiques et de la nutrition, à partir d’octobre 2020.

Le poste annoncé s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche de deux ans financé par l’USIAS intitulé « Prendre au sérieux le droit à une alimentation saine : une perspective européenne ». Le projet de recherche est sous la responsabilité d’Elisabeth Lambert, Directrice de recherche au CNRS (http://sage.unistra.fr/membres/chercheurs-cnrs/lambert-elisabeth/) (http://www.usias.fr/en/news-events/news/single-news/article/nouveaux-fellows-usias-2020/).

Le projet a pour ambition d’explorer l’émergence d’un droit individuel/collectif à une alimentation saine en tant que nouvelle composante du droit européen des droits de l’homme. Les chercheurs décortiqueront les normes, les cas et les travaux préparatoires de nombreuses dispositions juridiques diverses aux niveaux national et européen afin d’étudier les conditions de création d’un tel droit, les limites et les garanties concernant leur mise en œuvre et opposabilité en justice. Les normes couvertes seront celles qui concernent les étapes de production et de commercialisation (droits de l’homme, droit alimentaire, protection des consommateurs, publicité, fiscalité, étiquetage, résidus de produits chimiques sur les aliments). Avec une approche focalisée sur la production des normes, cette recherche s’appuiera sur les mouvements de justice sociale et la littérature sur l’émergence du droit à un environnement sain. Une méthode qualitative (analyse lexicale et entretiens avec les parties prenantes) complétera la recherche documentaire traditionnelle. Le projet a deux objectifs : la recherche académique et le transfert de connaissances vers la pratique/les décideurs politiques.

Description du poste : Le chercheur post-doc sera chargé d’étudier l’élaboration de règles d’étiquetage des aliments et d’applications pour smartphones afin de faciliter l’accès à une « alimentation saine ». Cela nécessite d’analyser la mise en place de ces outils et leurs limites (quels acteurs, décisions et sciences sont impliqués, comment l’étiquetage public du « manger sain » est utilisé/transformé/concurrencé par les acteurs privés, et si nous devons favoriser davantage d’actions publiques). Le chercheur sera chargé de mener des entretiens avec les acteurs concernés au niveau national et au sein des institutions européennes. Le chercheur doit communiquer et publier en français et en anglais et doit donc avoir une bonne maîtrise de ces deux langues. Il fera partie d’une petite équipe dirigée par Mme Lambert et sera également chargé de préparer un événement scientifique européen au printemps 2021.

Lieu de travail : Strasbourg, MISHA, 5, allée du Général Rouvillois
Durée de l’emploi : 9 mois à temps plein (éventuellement à temps partiel sur une période plus longue) à partir d’octobre 2020 (potentiellement renouvelable une fois).
Salaire net/mois pour 100% : 2330 euros.
Critères de sélection requis : Doctorat et publications sur la nutrition, le droit et/ou les politiques alimentaires et/ou la sociologie/consommation alimentaire ; expérience de la recherche qualitative ; très bonne connaissance écrite et orale de l’anglais et du français ; candidat motivé capable de travailler à la fois de manière indépendante et au sein d’équipes interdisciplinaires.

Veuillez soumettre votre candidature par voie électronique à Mme Elisabeth Lambert (e.lambert@unistra.fr) en français OU en anglais avant le 22 juin 2020, en joignant une lettre de motivation, un CV, les publications pertinentes pour le projet et le rapport de soutenance du doctorat. Les candidats seront évalués sur la base de leur potentiel scientifique et de leurs réalisations, ainsi que sur leur motivation pour la recherche proposée. Des entretiens Skype seront organisés la semaine du 29 juin avec les candidats présélectionnés.

Télécharger l’offre:
Français-CandidaturePost-docUSIAS2020
English-PostDoctoralPositionUSIAS

Categories
appels à candidature bourse

Appel à candidatures: Contrat doctoral Environnement et épidémies (histoire, sciences sociales) à Sciences Po, Médialab

Le médialab de Sciences Po lance un appel à candidatures pour une allocation de thèse de sociologie ou d’histoire.
Le médialab mène des recherches thématiques et méthodologiques exploitant et interrogeant la place prise par le numérique dans nos sociétés. À ce titre, le laboratoire conduit des recherches interdisciplinaires qui réunissent sociologues, historiens, ingénieurs et designers. 

Appel à candidatures pour une allocation doctorale en sociologie ou histoire

La thèse s’inscrira dans le champ des études environnementales (histoire de l’environnement, sociologie et anthropologie de l’environnement, science and technology studies) et prendra part au renouvellement des perspectives d’enquête au croisement des sciences sociales, de la biologie et du numérique. En effet, l’utilisation de nouvelles données issues de la biologie renouvelle profondément notre compréhension des crises environnementales et épidémiques présentes et passées. De nouvelles formes de travail scientifique et de partage de données émergent, permettant de suivre en temps réel des épidémies, d’informer les interventions de santé publique, ou de retracer l’histoire des transformations des écosystèmes, des corps et des sociétés. En particulier, l’essor de la phylogénie moléculaire (l’étude comparée des séquences génétiques et de leur histoire évolutive) ouvre un nouvel espace pour enquêter sur le social, à partir des traces biologiques, de leur analyse et de leur visualisation par des méthodes computationnelles. 

À titre d’exemple, la thèse pourra emprunter l’une des orientations ci-dessous, ou les combiner : 

  • Il peut s’agir de concevoir des enquêtes mixtes, associant histoire, enquête qualitative et approches bioinformatiques à propos d’épidémies, d’épizooties ou d’invasions biologiques contemporaines ou passées – à l’échelle locale ou mondiale, en terrain européen ou extra-européen, ou mondiale.
  • Il peut-être question d’aborder, par un travail de sociologie des sciences,  l’émergence de collectifs de recherche en biologie computationnelle (phylogénie, épidémiologie, modélisation, écologie, big data biologique), la transformation de leurs outils numériques, leur implication dans la compréhension et la réponse aux crises épidémiques et écologiques, et leur appropriation par différents publics.

Ces orientations ne sont ici indiquées que comme des exemples, et ne sont en aucun cas limitatives – l’essentiel est de construire une recherche liant enjeux environnementaux, données biologiques et outils numériques. En particulier, le ou la doctorant·e pourra envisager, en contrepoint de son étude, une intervention, éventuellement collaborative, de type enquête épidémiologique ou naturaliste, ou développement d’outils d’analyse, de collecte ou de visualisation de données.

Conditions de candidatures

Le ou la candidat·e devra être titulaire, au moment de son inscription en thèse, d’un master 2 (ou équivalent) et avoir une formation en sciences sociales (sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques, études sur les sciences et les techniques). Elle/il devra avoir une expérience dans l’enquête de sciences sociales (entretiens, ethnographie, étude d’archives, etc.). Un intérêt pour la biologie ou les sciences sociales du numérique, et un goût pour les méthodes quantitatives et numériques seront appréciés. Une attention spécifique sera donnée au profil atypique (venant des cursus de sciences par exemple).

Les candidat·e·s feront parvenir par courrier électronique, le lundi 11 mai 2020 au plus tard, un dossier comportant les pièces suivantes : 

  • Un curriculum vitae 
  • Une lettre de motivation 
  • Un projet de thèse synthétique, d’une longueur de 2 pages, qui précise l’objet de la thèse, la question de recherche principale, ainsi que les méthodes envisagées 
  • Un texte ou plusieurs textes de leur production (articles, mémoire, etc.) 
  • Une lettre de recommandation. 

Le dossier complet devra être transmis par courrier électronique à Guillaume Lachenal 

Pour tout renseignement, merci d’écrire à Guillaume Lachenal 

Lien vers l’appel

 

Categories
Appel à projets

APPEL A PROJETS: Recherche-Action Covid-19

RA-COVID-19
Édition 2020

Appel ouvert en continu jusqu’au 28/10/2020 à 13h00 (heure de Paris)

Dans la continuation de l’appel Flash Covid-19, le guichet mis en place (Appel RA-COVID-19), ouvert en continu jusqu’au 28 octobre 2020, vise à recueillir toutes les propositions de projets de recherche de type « Recherche-Action » c’est à dire des projets urgents et rapides dont les résultats pourraient être implémentés dans la société dans les 3 à 12 prochains mois.
Dans la continuité de l’appel Flash COVID-19, et en cohérence avec les recommandations de l’OMS2, les thématiques visées par l’appel RA-COID-19 concernent ainsi :

– Études épidémiologiques
Physiopathogénie de la maladie
– Prévention et contrôle de l’infection

Éthique et dynamiques sociales
– Enjeux globaux de l’épidémie Covid-19

Le détail des thématiques, problématiques, attendus et priorités concernés par l’appel RA-COVID-19 sont donnés dans l’Annexe scientifique du présent appel (Voir § 8).4 Il est à noter que des thématiques additionnelles pourront être intégrées ou venir en remplacement dans les prochaines semaines en lien avec de nouveaux partenaires ou nouveaux co-financeurs. De même, l’ouverture de l’appel à des collaborations internationales bilatérales est actuellement en négociation avec les agences partenaires de l’ANR et feront l’objet d’une mise à jour du présent appel.

Dans le respect des thématiques adressées par l’appel, les projets déposés devront : cibler l’acquisition de connaissances avec une application attendue des résultats, méthodes ou techniques dans les 3 à 12 mois suivant l’attribution du financement, ou requérir le recueil immédiat de données spécifiques à la période épidémique et post-épidémique.

Pour assurer une grande réactivité, l’appel est ouvert en continu jusqu’au 28 octobre 2020 (date susceptible d’être prolongée) et la sélection sera opérée au fil de l’eau afin de permettre un financement très rapide des propositions sélectionnées.
L’appel à projets RA-COVID-19 fera l’objet de cofinancements. La liste des cofinanceurs et leurs domaines d’intérêt seront régulièrement mis à jour sur la page Web de l’appel.


Le dossier à déposer comprend :


– un formulaire simplifié d’identification à compléter en ligne6 ;
un document scientifique descriptif du projet (11 pages maximum, y compris la page d’identification et de résumé et y compris la bibliographie) à enregistrer sur le site de dépôt au format PDF non protégé (généré à partir d’un logiciel de traitement de texte, non scanné). Une trame est disponible sur la page internet dédiée à l’appel à projets.

Le dossier sera considéré complet, et donc éligible, si ces deux éléments sont renseignés et disponibles sur le site de dépôt avant la date de clôture indiquée page 2.

Le document scientifique comprend 2 parties :
– La page d’identification et de résumé (1 page maximum) :
– l’acronyme, le titre du projet envisagé et un résumé de 2-3 lignes (non confidentiel);
– le nom du coordinateur ou de la coordinatrice (et son adresse email) et l’adresse de réalisation des travaux, l’établissement d’appartenance du déposant ;
– le montant de l’aide demandée et une brève description de son utilisation ;
– la description du projet, son inscription dans les axes de recherche de l’appel et son planning de réalisation et d’application (compris obligatoirement dans une période 3 à 12 mois).

Cette page d’identification et de résumé permettra au comité d’évaluation scientifique d’examiner le projet et sa temporalité au regard des objectifs de l’appel. Tout projet ne répondant pas strictement aux objectifs de l’appel et au caractère d’urgence de l’appel ne sera pas considéré pour évaluation.

Le document scientifique (10 pages maximum) décrira de façon détaillée :
– le projet et ses objectifs dans le cadre des thématiques adressées par l’appel à projets ;
– la planification de réalisation et d’application du projet dans un contexte court terme entre 3 et 12 mois ;
– le montant de l’aide demandée et une brève description de son utilisation. Les déposants mentionneront les éventuels cofinancements obtenus ou demandés.

Les coordinateurs ou coordinatrices scientifiques des propositions recevront un accusé de dépôt par courrier électronique lors de validation de leur dépôt de dossier à condition que les documents scientifiques et administratifs demandés aient été déposés sur le site de dépôt et que la demande d’aide renseignée soit non nulle. L’accusé de dépôt envoyé par l’ANR ne constitue pas un document contractuel d’éligibilité.

Adresse de publication de l’appel à propositions: https://anr.fr/RA-COVID-19
Questions techniques, scientifiques, administratives et financières à : RA_COVID@agencerecherche.fr

Categories
Appel à projets

AAP de la Fondation de France « Sida, santé et développement : genre et VIH »

 

Le 27 janvier dernier, la Fondation de France a lancé, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida, santé et développement – Genre et VIH ».

Pour rappel, la Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes, médicales et médico-sociales sensibles à la thématique proposée.

Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

Cet appel à projet prend d’autant plus son sens dans un contexte comme celui que nous connaissons aujourd’hui.

Nous vous invitons donc à candidater dès maintenant afin d’assurer la continuité de vos actions de lutte contre le Sida. Vous trouverez toutes les informations sur cet appel à projet ainsi que la lettre d’intention à télécharger sur le site de la Fondation de France : www.fondationdefrance.org

N’oubliez pas de transmettre votre dossier avant le 13 mai 2020, 17h00, pour qu’il soit pris en compte.

Si vous rencontrez des difficultés pour finaliser votre dossier, vous pouvez contacter l’équipe du programme Santé à l’adresse sida@fdf.org.

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature Emploi

Recrutement: Assistant.e de projets, Institut la Personne en médecine – Centre des Politiques de la Terre, Paris

Fiche de poste – Assistant.e de projets

L’assistant.e de projets secondera le manager de projet dans la gestion administrative et le fonctionnement opérationnel du Centre des Politiques de la Terre et de l’Institut La Personne en médecine, sous l’autorité de leurs responsables.

CONTEXTE
En 2019, les universités Paris Descartes, Paris Diderot et l’Institut de Physique du Globe de Paris ont fusionné pour former l’Université de Paris (UP). Dans un monde académique en mutation profonde, l’UP constitue une communauté universitaire unique qui développe des valeurs fortes. La création de l’Université de Paris est au cœur du projet d’Initiative d’Excellence obtenu en 2018 pour 4 ans dans le contexte du Programme d’Investissements d’Avenir (PIA). Dans ce cadre, l’UP a souhaité ancrer l’interdisciplinarité dans sa politique de recherche en pérennisant deux programmes interdisciplinaires initiés en 2014 : le Centre des Politiques de la Terre et l’Institut la Personne en médecine. Ces initiatives répondent à de grandes questions sociétales contemporaines par une approche interdisciplinaire associant plusieurs laboratoires.

Le Centre des Politiques de la Terre, né d’une collaboration entre l’Université de Paris et Sciences Po, a pour objectif de répondre aux enjeux scientifiques et politiques soulevés par différents diagnostics sur l’état de la planète.

L’Institut la Personne en médecine, fondé sur la collaboration entre les praticiens et chercheurs du champ médical, des sciences humaines et sociales et des citoyens, ouvre le champ des réflexions sur les mutations et les effets subjectifs des pratiques contemporaines en santé et dans le soin.

ACTIVITÉS PRINCIPALES
1. Management administratif et opérationnel du Centre et de l’Institut
• Assurer le fonctionnement et le secrétariat du Centre et de l’Institut (organisation de réunions, rédaction de comptes rendus, tâches logistiques, archivage sur cloud) en coordination avec les responsables, les membres de l’équipe de direction et le manager du Centre et de l’Institut ;
• Assurer le suivi administratif des projets financés et le cas échéant, la coordination avec les partenaires extérieurs ;
• Assurer une veille sur les appels à projets, en lien avec le manager de projets et les ingénieurs de projets européens de la DRIVE ;
• Participer à la coordination des missions des équipes de recherches avec les services support de l’Université de Paris ;

2. Appui à l’animation scientifique, pédagogique et technique du Centre et de l’institut
• Prendre part aux travaux sur la conception et la mise en œuvre des différents programmes et appels à projets mis en œuvre par le Centre et l’Institut ;
• Contribuer à assurer la qualité, l’évaluation et la mesure d’impact des programmes mis en œuvre ;
• Contribuer à la mise en place et au développement du réseau de partenariat académique public etprivé du Centre et de l’Institut ;

3. Communication et dissémination
• Animer la communication du Centre et de l’Institut en interne et en externe (site web, lettres d’information, réseaux sociaux) ;
• Participer à l’organisation des événements scientifique et conférences.

PROFIL
Formation
Un diplôme niveau Master ou équivalent est exigé. Est idéalement souhaitée une formation en gestion de projet et/ou une première expérience significative en gestion de projet. Une formation dans l’un des domaines scientifiques du Centre et de l’Institut est souhaitable, ainsi qu’une ouverture vers d’autres champs disciplinaires et une connaissance notamment des problématiques liées aux enjeux de l’interdisciplinarité entres les sciences humaines et sociales, les sciences naturelles et la médecine.

Compétences principales
• Maîtrise des outils informatiques (Suite Office)
• Maîtrise des outils de communication
• Savoir-faire en organisation d’événements
• Excellente capacité rédactionnelle en français
• Bonne connaissance de l’anglais à l’écrit et à l’oral
• Sens de l’analyse et de la synthèse
• Compétences informatiques et technologiques
• Capacité à travailler en réseau avec des interlocuteurs de différents services

Savoir-être
• Bonne capacité d’adaptation
• Rigueur et réactivité
• Savoir travailler en autonomie
• Savoir être force de proposition
• Bonnes qualités relationnelles
• Forte motivation et intérêt pour l’enseignement supérieur et la recherche

CONTRAT ET REMUNERATION
Contrat à durée déterminée d’un an, renouvelable. Rémunération selon le profil et l’expérience.

MODALITÉS DE CANDIDATURE
Pour proposer votre candidature, envoyez votre CV et une lettre de motivation par courriel à Marko Tocilovac, manager de projets du Centre des Politiques de la Terre et de l’Institut la Personne en médecine : marko.tocilovac@u-paris.fr

Télécharger cet appel à candidature: Assistant-e de projet

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication Non classé

Appel à communication: Gouverner les corps et les conduites

Colloque organisé par: Réseau Jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida & Groupe Traitements et Contraintes
Date colloque:  15 et 16 octobre 2020
Lieu: ENS, Lyon

« Gouverner par » les instruments, les nombres, l’écoute, les cartes, les finances publiques, les labels, les accommodements, les fichiers, les honneurs, la science, la proximité, le temps, les prix Le chantier de la “gouvernementalité” ouvert par Michel Foucault (2004) a suscité de nombreux développements théoriques dans diverses disciplines (Berlivet, 2013), qui en révèlent toute la dimension heuristique pour les sciences sociales. Seize ans après Le gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004), ce colloque vise à réinterroger les usages de cette notion permettant d’analyser des phénomènes sociaux. Alors que le « gouvernement de » insiste sur l’objet gouverné (ou à gouverner), et crée donc une dichotomie entre gouvernant.e.(s) et gouverné.e.(s), « gouverner par » porte davantage sur les instruments d’évaluation mobilisés comme techniques de gouvernement, créateurs de normes et, par opposition, de déviances à l’ordre instauré. Il s’agit de questionner la manière dont les sciences sociales mobilisent et se réapproprient ces deux faces de la notion. Ce colloque propose d’en éclairer les enjeux selon les ancrages disciplinaires et théoriques, les échelles d’analyse, les objets d’étude, les espaces et les temporalités (politiques, institutionnelles, historiques, de la recherche…).

Axes:

1. Permanences et mutations d’un dualisme gouvernants/gouvernés

Un premier axe de réflexion vise à interroger la permanence d’un dualisme strict entre « gouvernants » et « gouvernés ». Ces deux pôles ne peuvent-ils pas être plutôt saisis par leurs mutations et leurs dynamiques ? Parce qu’« il n’y a pas de pouvoir mais des rapports de pouvoir » (Foucault, 2004), la perspective foucaldienne remet en question cette opposition et permet d’en penser la réversibilité ou du moins l’ambivalence. Les communications pourront réfléchir aux usages et mobilisations hétérogènes de ces concepts, ainsi qu’aux enjeux de la caractérisation des réalités étudiées : doit-on, par exemple, parler de gouvernants/gouvernés ou de dominants/dominés (Bourdieu, 1980) ? Cette interrogation s’avère particulièrement productrice de sens si l’on tient compte du contexte néolibéral dans lequel elle s’insère (Dardot & Laval, 2010) et des redistributions ou dépossessions opérées dans les rapports de pouvoir et entre les individus (Laval, 2018 ; Biland, 2019). Les modalités de la relation entre gouvernants et gouvernés peuvent également s’appréhender à partir des instruments de l’action publique (Dubuisson-Quellier, 2016) en ce sens qu’ils sont « porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé » (Lascoumes & Le Galès, 2004). Il s’agira d’interroger leur place et leur pluralité dans la conduite de l’action publique.

2. Catégoriser, quantifier, évaluer

Une deuxième piste de réflexion s’articule autour des catégories, des procédures et des instruments employés, à différentes échelles, pour quantifier, classer et évaluer les corps et les conduites. Les propositions de communication pourront porter sur le déploiement d’indicateurs visant à évaluer les dispositifs de politiques publiques, comme l’Hôpital (Bertillot, 2018) ou l’Université (Eyraud & al., 2011 ; Brusadelli & Lebaron, 2012). À une autre échelle, elles pourront questionner la façon dont les individus se saisissent eux-mêmes d’indicateurs et d’instruments, afin de s’auto-mesurer, se comparer, se transformer (Dagiral & al., 2019a ; Dagiral & al., 2019b ; Dalgalarrondo & Fournier, 2019 ; Illouz, 2019). Les propositions de communication pourront également interroger la performativité de catégories, de pratiques de quantification et de classements (Desrosières & Thévenot, 1988 ; Hacking, 1995 ; Baudot, 2016; Trachman & al., 2018) ou, à l’aune de nouveaux objets d’étude, prolonger les réflexions sur le double enjeu des statistiques comme outil de preuve et outil de gouvernement (Desrosières, 2014). Enfin, en prenant le contre-pied des propositions précédentes, des contributions pourront s’intéresser à ce qui échappe à ces pratiques de catégorisation et de quantification, à ce que l’on (se) refuse de compter, à ce que l’on n’imagine pas évaluer, à ce que l’on évite de nommer.

3. Se dire ou être dit : une injonction à la mise en récit de soi

Ce troisième axe de réflexion porte sur les récits de soi sollicités par les institutions. Il s’agit de prolonger les réflexions engagées sur l’avènement d’une société biographique dans laquelle les individus sont tenus de se raconter (Darmon, 2008 [2003] ; Memmi, 2003 ; Fassin & Memmi, 2004) et, s’ils souhaitent accéder à des prestations sociales, d’insérer leurs récits dans des rhétoriques, comme le « mérite » (Fassin, 2001), l’ « autonomie » (Lahire, 2007 [2005]) ou le « projet » (Boltanski & Chiapello, 1999 ; Cayouette-Remblière, 2016 ; Mahi, 2018). Ces « injonctions biographiques » (Astier & Duvoux, 2006 ; Duvoux, 2009) sont au fondement de nombreuses politiques sociales et traversent ainsi une pluralité de scènes dont il s’agirait de poursuivre l’exploration. Comment ces injonctions au récit sont-elles intériorisées ou mises à distance par les usagers (et/ou réciproquement par les agents institutionnels) au regard de leurs dispositions, de leurs trajectoires sociales ? Les propositions de communication pourront aussi interroger des processus cognitifs engagés par les individus tels que la disposition à la réflexivité (Archer, 2012 ; Coutant, 2008), le développement personnel (Brunel, 2008 ; Marquis, 2015) ou le travail émotionnel (Hochschild, 2017 [1983]).

4.Corps dans les institutions, corps institués

Ce quatrième axe de réflexion vise à décrire la variabilité avec laquelle les individus sont travaillés par les institutions, mais aussi comment ils les transforment en retour. Les communications pourront prolonger les réflexions analysant comment certaines institutions, qu’elles soient « totales » (Goffman, 1961), « disciplinaires » (Foucault, 1975), ou « enveloppantes » (Darmon, 2013), produisent certains corps et certaines conduites. Les communications pourront également interroger la « production du consentement » des individus (Burawoy, 2015) par des institutions où des marges de liberté sont certes négociables mais également prises dans des rapports de pouvoir (Sempé & al., 2007). Par ailleurs, les communications pourront s’attacher à décrire comment certains usagers de ces institutions acquièrent une expertise sur les savoirs dont ils sont l’objet, à l’instar de l’émergence des patients-experts dans le champ du VIH/SIDA (Epstein, 1996 ; Gelly & Pavard, 2016 ; Lochard & Simonet, 2009 ; Barbot, 2002). Enfin, les communications pourront également explorer comment les individus négocient la gestion de leurs insertions sociales en dehors de ces institutions (Baszanger, 1986).

Info pratiques:

Les résumés des propositions de communication, de 500 mots maximum, sont attendus pour le 2 mai 2020 et doivent :
− Comporter un titre ;
− Indiquer le nom du ou des auteur.e.s et de leur(s) institution(s) de rattachement (affiliations complètes) ;
− Préciser le matériau sur lequel s’appuie le propos ;
− Être envoyés à l’adresse suivante : colloque.gouvernement@gmail.com.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail mi-juin 2020.

Pour toute question relative à l’événement ou demande de précisions vous pouvez contacter :
iris.condamine@inserm.fr ou marina.silva.duartee@gmail.com

Comité d’organisation : Cyriac Bouchet-Mayer (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux
(Cermes3), Laura Delcourt (CeRIES), Marina Duarte (LEGS), Julia Legrand (Cermes3), Lara Mahi (Centre Max Weber), Alexandre Michel (Cermes3), Isaora Rivierez (Cerlis), Théo Sabadel (Triangle).

Comité scientifique : Luc BERLIVET (Cermes3, CNRS), Jean-François BERT (IHAR, Université de Lausanne), Marianne BLIDON-ESNAULT (CRIDUP, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Yasmine BOUAGGA (Triangle, CNRS), Flavien BOUTTET (APEMAC, Université de Lorraine), Christophe BROQUA (Institut des mondes africains, CNRS), Baptiste BROSSARD (College of Arts and Social Sciences, Australian National University), Fanny CHABROL (CEPED, IRD), Gilles CHANTRAINE (Clersé, CNRS), Philippe COMBESSIE (Sophiapol, Université Paris Nanterre), Mathilde DARLEY (CESDIP, CNRS), Christine DETREZ (Centre Max Weber, ENS de Lyon), Eric FASSIN (LEGS, Université Paris 8), Sylvain FEREZ (SantÉSIH, Université de Montpellier), Nicolas FISCHER (CESDIP, CNRS), Virginie GAUTRON (Laboratoire Droit et Changement Social, Université de Nantes), Gabriel GIRARD (SESSTIM, INSERM), Miriam GROSSI (Centro de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade Federal de Santa Catarina), Laure HADJ (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne), Marie JAUFFRET-ROUSTIDE (CERMES3, Université Paris Descarte), Martine KALUSZYNSKI (Pacte, CNRS), Frédéric LE MARCIS (Triangle, ENS de Lyon), Stéphane LEROY (ESO, Université d’Angers), Lara MAHI (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Dominique MEMMI (CRESPPA, CNRS), Julie MINOC (Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin), Cindy PATTON (Faculty of Sociology and Anthropology, Simon Fraser University), Pascale PICHON (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Sacha RAOULT (LDPSC, Université Aix-Marseille), Ranabir SAMADDAR (Distinguished Chair in Migration and Forced Migration Studies, Calcutta Research Group), Barbara STIEGLER (Sciences Philosophie Humanités, Université Bordeaux-Montaigne), Emmanuel TAÏEB (Triangle, Sciences Po Lyon), Tonya TARTOUR (Centre de sociologie des organisations, Sciences-Po), Gaëtan THOMAS (Centre de recherches historiques, EHESS), Lars THORUP LARSEN (Department of Political Science, Aarhus University), Frieder VOGELMANN (Social Sciences Department, Frankfurt University).

Lien: https://shsvih.hypotheses.org/