Categories
appel à contribution

Appel à contribution: Revue Santé Publique, numéro « La santé publique à l’épreuve de la covid-19

Afin de documenter la diversité des réponses à la pandémie globale de Covid-19, le Comité de Rédaction de la revue Santé Publique entend réunir des éclairages internationaux et pluridisciplinaires au sein d’un seul et même numéro.

Trois axes analytiques sont retenus pour structurer cet appel à articles :
1) Les conditions épistémologiques de la réponse sanitaire
2) Les défis organisationnels
3) Sociétés et cultures sanitaires

Calendrier

Ce numéro spécial « La santé publique à l’épreuve de la covid-19 » a pour ambition de dresser un état des lieux de la complexité liée à la crise du coronavirus, responsable de la Covid-19, sans négliger pour autant l’importance d’une approche diachronique des questions soulevées à l’occasion de cet évènement. Il n’exclut pas que d’autres contributions relatives à l’épidémie soient par ailleurs publiées dans nos numéros varia.

Jusqu’au 15 septembre 2020 – Dépôt des lettres d’intention
Septembre 2020 – Examen des lettres d’intention reçues et réponses aux auteurs potentiels sur la recevabilité de leurs projets
Décembre 2020 – Les propositions d’articles présélectionnés doivent parvenir à la Rédaction
Janvier-Juin 2021 – Procédure d’expertise : envoi en lecture et examen par deux référents anonymes – demande de modifications – lecture de validation – acceptations – Edition en pré-print dès acceptation des articles.
Juillet-Août 2021 – Montage éditorial et parution du numéro

Votre lettre d’intention, qui comprendra au maximum 4 000 espaces compris, devra comprendre : titre, auteurs, résumé précisant le plan de votre article (titres des parties et méthodologie précisée), mots-clés. Elle devra être envoyé à  secretariat.redaction@sfsp.fr avant le 15 septembre 2020. 

 

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel de propositions « Fin de vie et mourir dans un monde pluriel », Anthropologie et sociétés

Fin de vie et mourir dans un monde pluriel

(proposition révisée, numéro double 2021)

ANTHROPOLOGIE ET SOCIÉTÉS

Numéro thématique sous la direction de Sylvie Fortin et Josiane Le Gall

Sylvie Fortin, Professeure titulaire, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

Josiane Le Gall, Chercheure d’établissement, SHERPA/CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal & Professeure associée, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

APPEL DE PROPOSITION

 Les nombreux décès survenus ces derniers mois nous interpellent tous. La pandémie actuelle marque de multiples façons, la vie, la sociabilité et… le mourir. Anthropologie et sociétés s’est engagé dans un numéro thématique sur la fin de vie depuis quelques mois déjà. Le contexte actuel nous invite à élargir le bassin des contributions afin de mieux cerner ces enjeux dans différents lieux/institutions/localités.

La fin de vie est un objet foisonnant de recherche et de réflexion en sciences sociales et en sciences du soin. Vieillissement de la population, chronicité de la maladie, éventail thérapeutique à la fois très large et restreint selon la population visée (du jeune au grand âge) et pratiques de soins sont parmi les thèmes de l’heure. Et si les travaux sur la mort (et davantage « les morts » selon Bibeau [2013 :51]) et les rituels funéraires sont chers à l’anthropologie (Kaufmann et Morgan 2005, Engelke 2019, Jérôme et Poirier 2018), le mourir est moins documenté tout en étant une fenêtre extraordinaire sur le social contemporain. Dans la continuité de Godelier (2014) et ses travaux sur la mort, nous considérons la fin de vie et le mourir comme une construction sociale et non en état d’être délimité par la clinique.

Fin de vie et mort se déclinent pour plusieurs sur fond de traditions culturelles et religieuses. Les rites entourant la mort, présents dans toutes les sociétés, s’inscrivent dans les grandes traditions religieuses (Coyer 2015, Thomas 1980) et aussi en marge de ces dernières dans les sociétés hypermodernes où la diversité, l’hyperdiversité (Hannah 2011) résulte à la fois de la mobilité et des mouvements migratoires (Foner & al. 2019, Vertovec 2007), mais aussi des transformations sociales qui accompagnent la mondialisation des échanges de tout ordre (Humphris 2014). Cela dit, la culture – entendue comme un ensemble de significations, de normes et de valeurs partagés qui sous-tendent comment les membres d’un groupe social comprennent et agissent dans le monde qui les entourent (Crowley-Matoka 2016) – participe à façonner, selon les contextes et les interactions, les pratiques, savoirs et croyances d’un groupe donné en regard de la maladie, la mort, le soin. Cette même culture est acteur dans la prise de décision, tout comme l’est la médecine tout entière en tant que système culturel qui façonne les pratiques soignantes. Cette culture médicale – qui embrasse l’action comme moteur et où les progrès scientifiques génèrent un éventail thérapeutique toujours croissant – donne lieu ou peut donner lieu à des fins de vie qui interpellent.

Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéressons aux trajectoires de fin de vie et au mourir contemporain, marqué par une pluralité de manières de concevoir le monde, la vie, la mort, l’apport de la technologie biomédicale, les attentes et possibilités vis-à-vis des lieux où le mourir est possible (hôpital, institution de soins prolongés ou de soins palliatifs, domicile). Saisir les espaces relationnels dans lesquels le mourir est vécu, les contextes et la qualité des interactions entre acteurs devient fondamental (Kellehear 2014). Ces espaces sont parfois colorés par la famille, mais encore, cette famille est elle aussi en mouvance (composition, recomposition, locale, transnationale). Ils peuvent aussi renvoyer à des liens sociaux variés, de voisinage, d’entre-aide, associatifs, et ce faisant rendre compte (ici encore) d’une pluralité d’acteurs accompagnants, voire même impliqués dans les décisions qui jalonnent la trajectoire de la maladie et du mourir.

La notion de trajectoire de la mort permet de saisir la mort en tant que processus temporel, certes, mais aussi social (plutôt que biologique), au carrefour de nombreuses perspectives potentiellement divergentes entre malade, famille et soignants (Strauss et al. 1985). Les trajectoires de fin de vie, du mourir et de la mort, sont en cela inclusif, temporel, relationnel, contextuel et donnent lieu à un éventail thérapeutique du cure au care, d’une perspective curative à une approche de confort, d’une reconnaissance de la mort comme soin (Death as care) ou au contraire, d’une mort comme échec.

Les articles retenus dans le cadre de cet appel pourront aborder la mort et la fin de vie sous différents angles, en tenant compte du point de vue tant des personnes en fin de vie, de leur famille que des soignants, notamment les expériences de fin de vie, de la jeunesse au grand âge, la diversité des fins de vie (mourir local, transnational, liens sociaux), les subjectivités, intersubjectivités, normes et valeurs (bonne mort, souffrance, dévoilement, etc.) et l’organisation des soins et pratiques de soin.

Anthropologie et sociétés ne publie que des inédits. La revue est francophone. Toutefois, les soumissions en Anglais sont les bienvenues. Lorsqu’acceptés pour publication, ces textes sont traduits par la revue après le processus d’évaluation.

Nous vous invitons à visiter le site web de la revue: : https://www.anthropologie-societes.ant.ulaval.ca/

Les résumés et propositions devront être envoyés directement aux rédactrices invitées:

sylvie.fortin@umontreal.ca & josiane.le.gall.ccomtl@ssss.gouv.qc.ca

Télécharger l’appel en PDF: Appel_AnthropologieSociétés_juin2020_F

Calendrier général

  • 20 août 2020: titres & résumés de proposition (originale non publiée) 10 à 15 lignes + coordonnées complètes des auteurs
  • 25 août 2020 : confirmation des résumés retenus (ou refus) – invitations à produire un article selon les normes de la revue
  • 15 octobre 2020 : réception des articles (7500 mots, notes et références incluses, résumés en français et en anglais)
  • 15 décembre 2020 : transmission des évaluations aux auteurs
  • 15 février 2021: réception des textes révisés
  • Mai 2021 : publication du numéro

Références citées

BIBEAU, G., 2013. Là où mourir n’est pas toujours mourir. Un regard anthropologique sur la mort d’enfants dans des sociétés non-occidentales, pp. 51-69, in S. Fortin et M.J. Blain (dir.), Mourir à l’ère biotechnologique. Montréal, Éditions CHU Sainte-Justine.

COYER G., 2015. « Anthropologie de la mort et de la fin de vie », Jusqu’à la mort accompagner la vie, 123, 4 : 11-24.

CROWLEY-MATOKA, M. 2016. Cultural Factors, pp. 292-307, in S. J. Youngner and R. M. Arnold (eds), The Oxford Handbook of Ethics at the End of Life. New York: Oxford University Press

ENGELKE, M., 2019. « The Anthropology of Death Revisited », Annual Review of Anthropology, 48 :29-44.

FONER, N., J.W. DUYVENDAK ET P. KASINITZ, 2019. « Introduction : super-diversity in everyday life », Ethnic and Racial Studies, 42,1 :1-16.

GODELIER, M., 2014. Introduction, pp. 9-37, in Godelier, M. (dir.), La mort et ses au-delà.

Paris, CNRS Éditions.

HANNAH, S. 2011. Clinical care in environments of hyperdiversity, pp. 35-69, in M.-J. DelVecchio Good, S..Willen, S. Hannah, K.Vickery & L. Taeseng Park (eds). Shattering Culture: American Medicine Responds to Hyperdiversity. New York, Russell Sage Foundation.

HUMPHRIS, R. 2014. Superdiversity : Theory, Methods and Practice – Rethinking society in an era of change. Conference (report) 23-25 June 2014, University of Birmingham. https://www.birmingham.ac.uk/research/superdiversity-institute/events/previous- events/iris-conference-report-2014.aspx (consulté le 5 juillet 2019).

JÉROME, L. & S. POIRIER, 2018. « Présentation. Conceptions de la mort et rites funéraires dans les mondes autochtones », Frontières, 29(2). https://doi.org/10.7202/1044157ar

KAUFMAN, S. R. & L. M. MORGAN. 2005, «The anthropology of the beginnings and ends of life», Annual Review of Anthropology, 34:317–41.

KELLEHEAR, A. 2014. The inner life of the dying person, End-of-life care : a series. New York, Columbia University Press.

STRAUSS, A., S. FAGERHAUGH, B. SUCZEK & C. WIENER, 1985. Social Organization of

Medical Work. Chicago, Chicago University Press.

THOMAS, L.V. 1980. Anthropologie de la mort. Lausanne, Payot.

VERTOVEC, S. 2007. « Super-diversity and its implications », Ethnic and Racial Studies, 30 : 1024-1054.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contributions: « L’appropriation de la biomédecine en Asie du Sud-Est » – Revue Moussons

Appel à contribution
« L’appropriation de la biomédecine en Asie du Sud-Est »

Moussons n°38 – parution prévue en décembre 2021

Sous la direction de Meriem M’zoughi (EVS, UMR5600)

Ce numéro de Moussons propose d’analyser les pratiques biomédicales – issues de la médecine scientifique d’origine occidentale – en Asie du Sud-Est, en s’intéressant à leur diversité de formes et d’usages. Il s’agit d’étudier les manières dont la biomédecine s’inscrit dans des contextes singuliers, comment elle est exercée, adaptée, appropriée, réinventée… Des traitements et des soins afférents à une pathologie, aux conditions d’exercice des praticiens, en passant par les usages des savoirs biomédicaux : quelles sont les spécificités et les réalités locales de la biomédecine ? Il s’agit d’interroger les dimensions du « soin » lorsque celui-ci est produit par des acteurs mobilisant, en se les appropriant, les outils (conceptuels et/ou empiriques) de la biomédecine. Parfois, ces pratiques s’inscrivent au sein d’espaces sociaux où coexistent plusieurs types de savoirs thérapeutiques, nous chercherons donc à comprendre comment ces savoirs s’interpénètrent et se nourrissent mutuellement.

Les travaux pourront porter, par exemple, sur les manières dont les guérisseurs utilisent la biomédecine (imageries et analyses médicales, techniques de consultation, médicaments industriels etc.) dans leur pratique (diagnostic, traitement), ainsi que sur les manières dont les biomédecins font dialoguer, résonner, leurs connaissances scientifiques avec les savoirs dits profanes. Il s’agira aussi de documenter et de décrire les implications et les héritages de la période coloniale, des politiques de santé globale, des activités humanitaires, etc. Comment ces influences diverses ont-elles, concrètement, un effet sur les pratiques de santé et la biomédecine du Sud-Est asiatique ? Dans cette perspective, les propositions pourront s’attarder sur une maladie en particulier ou sur la manière dont les soins sont dispensés dans et hors de l’hôpital. On s’intéressera par exemple à la manière dont les professionnels de santé soignent le cancer, le diabète ou les maladies cardiovasculaires en Thaïlande, en Birmanie ou ailleurs. Les articles pourront également aborder les spécificités locales – en termes de prises en charge, de traitements et de soins – des maladies dites transmissibles (tuberculose, VIH-Sida, etc.) qui, étant au coeur d’enjeux globaux, sont souvent considérées comme une priorité de santé publique. Les contributions pourront traiter de la pandémie de covid-19, d’autres épidémies ou pathologies, en s’intéressant par exemple à l’articulation entre les recommandations internationales et les pratiques locales, ou en comparant plusieurs pays. L’objectif étant d’étudier les processus d’adaptation et d’appropriation de la biomédecine en décrivant notamment comment les praticiens exercent au quotidien.

Les articles pourront analyser les manières dont les soins sont dispensés à l’hôpital, dans les cliniques privées et dans les centres de santé afin de questionner, plus largement, ce qu’est un « hôpital » et ce que signifie être « médecin » en Asie du Sud-Est. Loin d’être exhaustifs, ces questionnements entendent contribuer à comprendre comment la biomédecine s’immisce dans le quotidien des malades et des familles, ou à l’inverse, comment elle relève de l’exceptionnel. Par l’analyse de ses formes actuelles, quels imaginaires et valeurs charrie-t-elle aujourd’hui dans cette région du monde ?

Ce numéro thématique de Moussons est ouvert à toutes propositions en lien avec les pratiques de santé biomédicales en Asie du Sud-Est. En tant que revue comparative et interdisciplinaire, Moussons accueille l’ensemble des sciences humaines et sociales, parmi lesquelles l’anthropologie, la sociologie et l’histoire.

Les propositions de contribution se feront sous la forme d’un texte de 750 à 1000 mots. Elles devront comporter un titre, un résumé et une brève présentation de l’auteur-e.
Elles sont à envoyer par courriel avant le 15 juin 2020 à meriem.mzoughi@univ-lyon2.fr
En cas de réponse favorable (avant le 1er juillet), les articles complets seront à envoyer pour le 1er novembre 2020. Le format attendu est de 35 000 à 75 000 signes maximum (notes de bas de page et espaces comprises). Les contributions en anglais sont les bienvenues.

Pour plus d’informations, merci de consulter la rubrique des conseils aux auteurs de la revue Moussons : https://journals.openedition.org/moussons/1363

Les articles seront relus par le responsable scientifique et un membre du comité éditorial avant d’être évalués selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme. La parution du numéro est prévue en décembre 2021.

Télécharger l’appel à contribution: Revue Moussons AAC

 

 

Categories
appel à contribution Vie d'Amades

Recherche participatif sur le vif : « Récits Confinés »

 

Nous lançons un projet de recherche participatif sur le vif intitulé « Récits Confinés ». L’objectif est de documenter l’expérience de confinement que nous vivons actuellement. L’approche est à la fois anthropologique, pour comprendre les comportements et les adaptations de chacun, et historique, car c’est aujourd’hui que se constituent les archives de demain.

Comment faire pour participer?

Nous proposons une trame de carnet à télécharger sur notre site et à remplir :

– chaque jour, il s’agit de renseigner quelques points (état du moral, des provisions, nombre de sorties, etc.) dans le tableau.

– à la fin de chaque semaine de confinement, des questions plus détaillées permettent de faire le bilan de nos habitudes (sur l’alimentation, l’expérience de sortie, les pratiques d’hygiène, etc.).

Les trames de chaque semaine sont disponibles sur notre site internet : www.recitsconfines.net (vous pouvez commencer à remplir la semaine en cours mais également les précédentes si vous vous en souvenez). Notre objectif est de recueillir les données de façon régulière, le temps que durera le confinement.
Si vous n’avez pas envie d’écrire, nous pouvons faire un entretien par téléphone ou par skype.

Les trames complétées sont à envoyer à l’adresse recitsconfines@gmail.com (toutes les instructions se trouvent sur le site et dans les documents téléchargeables).

Informations générales sur la recherche

Tous les discours et tous les cas de confinement nous intéressent. Pas besoin d’être journalistes ou écrivains pour témoigner. Nous comptons justement sur la voix – et les écrits – de celles et ceux qui ne se raconteraient pas spontanément.

Les données récoltées dans ce projet seront uniquement utilisées à des fins de recherches scientifique et ne seront en aucun cas publiées sur les réseaux sociaux. Toutes information transmise sera stockée et analysée en respectant totalement l’anonymat des confiné.e.s.

N’hésitez pas à participer et à diffuser autour de vous. Nous vous remercions par avance pour votre collaboration à cette recherche.

Pierrine Didier & Laurent Gontier

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: Médicament et frontières

Appel à contribution pour le no 43 de Socio-anthropologie

Numéro coordonné par Johanne Collin (sociologue et historienne, professeure titulaire à la Faculté de pharmacie de l’université de Montréal).

Dans les sociétés contemporaines, le médicament occupe une place majeure, au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnues. D’abord parce que le concept même de thérapeutique s’est considérablement élargi au cours du xxe siècle pour englober désormais très en amont, la prévention – voire la préparation à l’apparition de la maladie et en aval, l’extension des limites corporelles, notamment à travers la médecine régénérative. Mais également parce que les usages non thérapeutiques du médicament – comprendre : en dehors du champ et de l’influence de la médecine – se multiplient à la faveur de l’accroissement considérable de l’arsenal et de sa mise en circulation. Comment dès lors saisir l’injonction sociétale à utiliser les médicaments hors du contrôle médical classique ? Et comment interpréter le pouvoir immense du médicament sur nos vies ?

Après avoir, pendant plusieurs décennies, réfléchi l’accroissement des recours aux médicaments sous l’angle de la médicalisation (médicalisation de la vieillesse, de la sexualité, etc) puis de la biomédicalisation (Clarke et al., 2010), les sciences sociales se tournent désormais de plus en plus fréquemment vers le concept de pharmaceuticalisation pour cerner l’extension et l’expansion des usages du médicament (Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Ce concept requiert d’aller au-delà de la définition intuitive qu’il commande, celle d’un processus planifié, dirigé, téléguidé par le haut à travers les ambitions et velléités de la toute puissante industrie pharmaceutique, pour prendre en compte l’« agentivité » du médicament, de manière à mieux saisir comment il participe de différents processus sociaux. Nous proposons donc d’envisager la pharmaceuticalisation comme le résultat de l’interaction entre trois processus, ceux de médicalisation, de molécularisation et de biosocialisation (Collin, 2016). Ces trois processus ont en commun de reposer sur un mécanisme similaire, celui du brouillage ou du déplacement de la frontière entre les deux pôles d’un continuum. Le médicament joue ainsi un rôle d’opérateur des flux sociaux à travers le brouillage ou le déplacement de ces trois frontières.

La médicalisation procède du déplacement de la frontière entre santé et maladie ; c’est-à-dire entre ce qui, dans une société donnée et à un moment donné de son histoire, est considéré comme normal et ce qui est considéré comme pathologique. Le médicament est l’un des dispositifs majeurs qui permet, facilite ou précipite ce déplacement de la frontière entre les deux pôles.

Le médicament contribue également à brouiller la frontière entre le naturel et l’artificiel, à travers le processus de molécularisation, et invite à réfléchir les manières par lesquelles il opère des changements ontologiques. Avec l’émergence de la biologie moléculaire au milieu du xxe siècle, l’étude du vivant est passée d’une perspective cellulaire à une perspective moléculaire. Le concept de molécularisation selon N. Rose (2007) incarnerait une rupture épistémologique, ou à tout le moins un changement majeur en introduisant une « politique de la vie en soi ». La molécularisation s’accompagne ainsi nécessairement d’un ensemble de mutations biotechnologiques, politiques, économiques, culturelles, sociales et identitaires. En contribuant à déplacer la frontière entre le naturel et l’artificiel et à repousser les limites corporelles, le médicament devient ainsi le moteur d’une hybridation non seulement culturelle (comme le montrent de nombreux travaux anthropologiques depuis la fin des années 1980), mais aussi matérielle et biologique.

Enfin, la biosocialisation, quant à elle, peut être envisagée comme un processus selon lequel il y a brouillage de la frontière entre inclusion et exclusion sociale. Le médicament incarne, dans cette optique, un objet autour duquel s’organisent de nouvelles formes de socialités, que celles-ci se constituent en faveur ou en opposition au médicament ; que les expériences et motifs d’usage soient conformes à la normativité contemporaine (usages médicaux) ou déviants par rapport à celle-ci. Ces nouvelles formes de socialité reposent sur des communautés virtuelles fortes et éventuellement des sous-cultures porteuses de nouvelles normes sociales. On pense ici notamment au mouvement d’anti-vaccination, mais également aux forums d’échanges sur les usages détournés de médicaments psychotropes et autres substances pour accroitre les performances. Dès lors, le déplacement de la frontière entre inclusion et exclusion sociale via le médicament implique également une tension permanente entre déviance et conformité aux normes sociales. (Otero et Collin, 2016).

Si de nombreux travaux ont, par le passé, traité la question du déplacement de la frontière entre normal et pathologique et du rôle qu’y joue le médicament, ce dossier de Socio-anthopologie propose d’aborder le médicament sous l’angle du déplacement des frontières entre naturel et artificiel et entre inclusion et exclusion sociale, en privilégiant l’exploration de trois angles de réflexion et de recherche :

  1. De l’innovation à la nouvelle conformité : les usages détournés des médicaments ;

  2. redéfinition des seuils et logiques préventives reliées aux médicaments et aux vaccins ;

  3. les frontières du médicament.

Il fait notamment appel à des approches sociologiques et anthropologiques, historiques, philosophiques.

Modalités de soumission: 

Une intention argumentée d’environ 5 000 signes est attendue pour le 15 mai 2020. Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

Elle doit être adressée à la coordinatrice du dossier : johanne.collin [at] umontreal.ca

La notification des propositions pré-sélectionnées sera donnée aux auteurs à la mi-juin. La remise des textes rédigés (entre 25 000 et 35 000 signes) est fixée au 15 septembre 2020.

La parution du numéro 43 « Médicament et frontières » aura lieu en mai 2021.

Lien vers l’appel à contribution 

Categories
appel à contribution

Prolongation Appel à contribution: N. 21 Anthropologie et Santé

Le revue Anthropologie & Santé lance un appel à contributions pour un numéro spécial Anniversaire

Publiée pour la première fois en novembre 2010, la revue Anthropologie & Santé fêtera son dixième anniversaire l’année prochaine. Depuis sa création, elle témoigne des recherches élaborées par les différentes tendances dans le champ de l’anthropologie de la santé et de la maladie : anthropologie critique des pratiques de soins, des systèmes de santé et des institutions ; anthropologie clinique ; anthropologie politique de la santé ; anthropologie médicale appliquée ; etc.
A l’occasion de cet anniversaire, dans un numéro spécial qui sera publié en novembre 2020, le comité de rédaction souhaite accueillir des formes d’écriture de l’anthropologie moins académiques qu’à l’accoutumée, telles que :

  • Des interviews ou des témoignages d’acteurs de la recherche,

  • Des comptes rendus de terrain,

  • Des récits d’anecdote en lien avec les enquêtes de terrain, la valorisation de la recherche, la socialisation à la recherche, etc.

Nous souhaitons que ce numéro spécial accueille également des témoignages d’auteurs et de lecteurs, ou des points de vue réflexifs sur :

  • Des événements ou articles académiques marquants, parus ou non dans Anthropologie & Santé,

  • Des expériences d’écriture et/ou de lecture d’un article scientifique,

  • Des expériences éditoriales (création, développement et vie de la revue).

Pour cela des formats variés tels que textes, bandes dessinées, photographies, vidéos ou encore podcasts pourront être mobilisés.

Les textes des propositions doivent être adressées à revue.anthropologie-sante@cnrs.fr pour le 20/03/2020 au plus tard. 
Une fois la proposition acceptée, les « projets » définitifs devront être envoyés pour le 1/06/2020.

Categories
appel à contribution

Appel à contribution Anthropologie & Santé: Systèmes de soin, catégorisations et expériences : quelle(s) spécificité(s) des cancers de l’enfant ?

Le revue Anthropologie & Santé lance un appel à contributions pour le dossier thématique – Systèmes de soin, catégorisations et expériences : quelle(s) spécificité(s) des cancers de l’enfant ?

Dossier coordonné par Solenne Carof, Thibaud Pombet, Emilien Schultz. 

Ce dossier thématique d’Anthropologie & Santé invite des contributions sur la prise en charge et l’expérience du cancer chez les enfants et adolescents, dans une perspective anthropologique et sociologique, pour explorer la relation entre les organisations de santé et les parcours de soin. L’objectif des articles retenus sera de mettre en discussion la portée des catégories médicales et profanes circulant dans le domaine de la cancérologie pédiatrique, à partir d’enquêtes de terrain conduites dans différents contextes nationaux. Nous identifions en particulier trois axes:

Axe 1 – Systèmes de soins nationaux et prises en charge des cancers pédiatriques

Les particularités biologiques des pathologies pédiatriques, l’état des connaissances et des traitements disponibles, le statut de l’enfant, la place de la famille et la structuration du monde médical tendent à faire des cancers pédiatriques un objet d’étude à part tant dans le domaine des cancers ou que celui de la santé de l’enfant (Lecompte, 2016 ; Rollin et al., 2015). En France, cette prise en charge se fait dans des organisations dédiées nécessitant une division du travail particulière. Dès lors, comment ces prises en charge pédiatriques sont-elles pensées en organisations spécifiques liées à des particularités d’âge des patients, tant du côté du soin que de la recherche ? Quels effets ces structurations différentes de l’offre de soin en matière de cancers pédiatriques ont-elles sur la circulation des jeunes malades, notamment en matière d’évacuation sanitaire ou de tourisme médical spécifique (Sakoyan, 2015) ?

Axe 2 – Catégorisations médicales et professionnelles

La prise en charge des cancers pédiatriques est fortement contrainte par les normes sociales sur l’enfance (Querre & Mestre, 2007 ; Zélizer, 1994), sur la famille (Mougel, 2009) et sur le cancer (Pinell, 1992), ce qui contribue à façonner la perception et l’action des soignés, des soignants et des proches. De quelle manière ces délimitations se concrétisent-elles dans l’expérience des acteurs et évoluent en fonction des situations ? Par exemple, comment les évolutions des prises en charge liées aux mutations des représentations de l’autonomie de l’enfant (Bonnet, 2005) ou des « AJA » (les « adolescents et jeunes adultes » (Pombet, 2016) modifient-elles les formations des soignant·e·s, la construction de spécialités médicales (onco-pédiatre, infirmier·e·s de coordination ou de pratique avancée) ou encore la catégorisation des publics (enfants, pré-adolescents, adolescents, grands adolescents, jeunes adultes, « AJA », etc.) ? La question de la spécificité des soins palliatifs pédiatriques (équipes « douleur », psycho-oncologues pédiatriques, etc.) nécessite également d’être interrogée au regard des représentations et catégories d’âge : comment sont pensés les accompagnements de ces enfants selon les contextes socio-politiques des pays concernés ? Comment les professionnels de santé se saisissent-ils de ces catégories pour les légitimer ou au contraire les remettre en cause, comme le montre l’existence d’une frontière d’âge dans les essais cliniques ?

Axe 3 – L’expérience de la maladie chez les enfants, adolescents, proches et aidants

Pour les malades du cancer, l’histoire de la maladie, étroitement liée avec celle de leur vie, forme une trajectoire multidimensionnelle (Santelli, 2019). Largement empreints d’une dimension expérientielle, ces parcours sont racontés par les enfants, leurs familles et les médecins (Rossi 2019). Même dans les pays « médicalisés » où le diagnostic peut être réalisé, l’expérience du cancer vécue par les enfants, les adolescents et leurs parents est caractérisée d’abord par la rareté voire l’invisibilité de la maladie. De quelle manière la dimension culturelle de la maladie, le contexte socio-politique, mais aussi les aspects plus concrets de l’organisation des systèmes de santé nationaux façonnent-ils cette expérience de la maladie, non seulement pour les jeunes, leurs familles, mais également les aidant·e·s et des pairs aidants ? Quel est l’impact de cette (non) reconnaissance sur la construction identitaire à long terme des jeunes soignés du cancer ? Enfin, de quelles manières ces situations amènent-elles certains parents, patients et aidants à s’engager dans des associations pour faire avancer la lutte contre les cancers pédiatriques ?

Modalités de soumission et calendrier

Les propositions de contribution devront comporter un titre, la présentation de l’auteur·e ou des auteur·trice·s, et un résumé de 500 mots comprenant : un cadrage de la proposition par rapport à l’appel (avec éventuellement un axe pressenti), une méthodologie et un cadre théorique, ainsi que les arguments qui seront développés.

Elles devront être envoyées avant le 1er février 2020, aux trois coordinateur·trices (Solenne Carof, Thibaud Pombet, Emilien Schultz) aux adresses suivantes :

solenne.carof@gustaveroussy.fr
thibaud.pombet@gmail.com
emilien.schultz@gustaveroussy.fr

En cas de réponse favorable (courant mars), les articles complets seront à envoyer pour le 1er juin 2020.

Les articles sélectionnés seront ensuite transmis à la rédaction d’Anthropologie & Santé et seront évalués individuellement selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme.

La publication de ce numéro est prévue en novembre 2021.

Les articles acceptés pour publication pourront être mis en ligne avant cette date dans la rubrique dédiée de la revue.

Lien vers l’appel à contribution

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb – « Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb
« Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Sous la direction de
Christophe BROQUA (IMAF, Aubervilliers)
Monia LACHHEB (IRMC, Tunis)
Sandrine MUSSO (Aix-Marseille Université / CNE)

La question du VIH/sida au Maghreb demeure largement dominée par un discours médical fondé sur des connaissances épidémiologiques plus ou moins fines selon les pays, tandis que la part faite aux sciences sociales reste modeste.

Pris dans leur ensemble, le Moyen Orient et l’Afrique du Nord constituent l’une des deux régions au monde où les décès liés au VIH/sida continuent d’augmenter, le recours au dépistage et l’accès aux traitements y étant très en dessous de la moyenne mondiale (UNAIDS, 2017a, 2017b). Toutefois, la prévalence du VIH y est moins élevée que dans les pays d’Afrique sub-saharienne (moins de 0,1%). Au Maghreb, l’épidémie se concentre dans les populations dites « clés », qui se composent principalement des personnes engagées dans le travail du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, enfin des usagers de drogues injectables. La spécificité des contextes fait que ce ne sont pas les mêmes groupes qui sont touchés dans les trois pays où des estimations existent : la prévalence du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes est la plus élevée en Tunisie (9,1%) ; la prévalence des usagers de drogues injectables s’avère plus marquée au Maroc (7,9%) ; en Algérie, ce sont les professionnel/les du sexe qui connaissent la plus haute prévalence (5,2%) (UNAIDS, 2017a).

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux.

Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH. Dans ce cadre, les enquêtes de terrain fondées sur des approches méthodologiques diverses sont vivement souhaitées. Le regard comparatiste permettrait, pour sa part, d’éclairer des particularités locales. Des contributions non académiques sont possibles aussi, dès lors qu’elles procurent un gain de connaissances. Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions se déclineront selon les axes suivants :

1. VIH/sida et droits
Les consultations et résolutions internationales incitent les États à prendre en compte le droit à la santé. Elles inscrivent la lutte contre l’infection à VIH parmi les droits humains (Fonds Mondial, 2013). Au Maghreb, les contextes sociopolitiques post-révolutions arabes laissent présager une meilleure gestion des droits et des libertés. Quelle est la place des personnes vivant avec le VIH dans la loi et ses mises en oeuvre ? Comment les recommandations internationales sont-elles traduites en lois dans les différents États du Maghreb ? Quelles sont les limites d’application des lois dans les contextes locaux ? Quelle est la place du droit dans la lutte contre le VIH/sida, la construction des politiques de prévention contre la maladie et d’accès aux soins des populations vulnérables ?

2. Parcours séropositifs
Les trajectoires des hommes et des femmes vivant avec le VIH permettent de mettre en évidence la diversité des figures de la vulnérabilité. Elles éclairent différents aspects subjectifs liés à l’expérience de la maladie. En ce sens, les parcours renseignent sur les bifurcations biographiques, les stratégies et les processus de subjectivation, les constructions identitaires et les modes de négociation. Quels sont alors les différents éléments marquants du vécu des personnes vivant avec le VIH ? Quelles sont les formes de discrimination que subissent les personnes séropositives, hommes et femmes, dans le milieu familial, le milieu hospitalier, les milieux professionnels ? Les trajectoires des personnes faisant partie des « populations clés » seront particulièrement privilégiées.

3. Genre, sexualités et VIH/sida
Une approche en termes de genre comme grille de lecture appliquée au VIH/sida renseigne sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. À l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2015), l’on s’interrogera sur les différentes formes de vulnérabilité des femmes séropositives. Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent leurs parcours ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ? Quel est le lien entre les normes de la masculinité et l’exposition au VIH/sida ? Sachant que la séropositivité transforme l’expérience de la sexualité, comment s’articulent questions de genre et de sexualité face au VIH/sida ? Dans quelle mesure les politiques publiques tiennent-elles compte de la dimension du genre dans les dispositifs de santé, de prévention et de lutte contre le VIH/sida ?

4. Migrations et VIH/sida
Les migrant.e.s sont souvent perçus comme responsables de l’importation de la maladie dans les sociétés d’accueil, notamment en France (Musso, 2008) ou encore au Maghreb (Ben Hafaiedh et al., 2012). Ils/elles vivent une précarité liée à la rupture sociale, à la difficulté d’accès aux soins, à la non-reconnaissance d’un droit à la santé. Comment se présente l’expérience du VIH/sida des personnes d’origine maghrébine en terre d’émigration ou celles des personnes d’origine sub-saharienne au Maghreb ? Quels sont leurs droits à la santé et à l’accès aux soins ? Quels sont les liens éventuels qui se tissent entre l’ethnicité et la gestion de la maladie ainsi que la stigmatisation qui en découle ? L’ethnicité participe-t-elle à creuser les inégalités et à renforcer les discriminations dans les sociétés d’accueil ? Réciproquement, inégalités et discriminations ne contribuent elles pas à renforcer l’ethnicité ? Comment sont pensées et mises en oeuvre les politiques d’immigration face au VIH/sida et quels sont leurs effets sur les personnes vivant avec le VIH au Maghreb ?

5. Engagements et résistances
Certaines personnes séropositives s’engagent dans le milieu associatif. Ces militant.e.s contribuent au changement des catégories et au glissement du registre des « populations cibles » à celui des « populations clés », pensées à l’échelle internationale non plus comme des publics passifs mais comme prenant part à la lutte contre le VIH/sida. Comment se présente la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans la lutte contre la maladie et la visibilité de cette question au Maghreb ? Dans le cadre des revendications partagées, des collectifs centrés sur le VIH/sida collaborent avec des collectifs LGBT (Gouyon et Musso, 2017). Quels sont les enjeux de ces mobilisations pour les associations de lutte contre le VIH/sida et leurs formes d’imbrication avec le militantisme LGBT ? Quelles sont les teneurs des différentes contributions associatives pour la dynamisation des politiques publiques et la prise en charge des personnes séropositives ou des « populations clés » ?

Conditions de soumission / Calendrier

Les articles de 40 000 signes seront acceptés en français, en anglais et en arabe. Ils concerneront l’ensemble des pays du Maghreb, sachant que des contributions sur la Mauritanie et la Libye sont vivement souhaitées.
Les propositions de contribution sont à envoyer sur le formulaire en ligne (en cliquant sur le lien).
Date limite de soumission des résumés (500 mots au maximum) : 31 décembre 2019.
Date limite d’envoi des textes dont les propositions ont été acceptées : juin 2020.
Date limite d’envoi des textes définitifs après évaluation : janvier 2021.
Édition du volume : juin 2021.

Télécharger l’appel à contributions: Appel à contribution L’Année du Maghreb-24 2021-I

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution sur « Ce que les politiques publiques font au(x) corps »

Appel à contribution pour le numéro d’été 2020 (juillet-septembre) de la Revue française des affaires sociales.

Le dossier sera coordonné par Cyrille Delpierre (INSERM), Thibaut de Saint Pol (IDHES) et Aurore Lambert (CESSP, RFAS)

Les articles sont attendus avant le lundi 11 mars 2020.

Cet appel à contribution s’adresse aux chercheurs en sociologie, droit, philosophie, épidémiologie, biologie, science politique, histoire ainsi qu’aux acteurs du champ de la protection sociale et de la santé.

Un format de 45 000 signes maximum est demandé.

Trois axes sont proposés :

·         Épistémologie du corps comme sujet d’action publique

·         Corps normé, corps social, inégalités et politiques publiques

·         Usages et mésusages de la recherche sur le corps dans l’action publique

A cette adresse l’appel à contribution complet

Sont également en ligne une présentation de la revue avec les conseils aux auteurs et les engagements déontologiques à respecter. 

Categories
appel à contribution

Appel à contribution – Catholicisme et pratiques médicales aux XXe et XXIe siècles : approches socio-historiques

Un numéro d’Émulations, revue de sciences sociales , qui paraîtra en 2021 aux Presses universitaires de Louvain, sera consacré au thème:
« Catholicisme et pratiques médicales aux XXe et XXIe siècles : approches socio-historiques »,
sous la direction de : Martin DUTRON (UCLouvain) et Samuel DOLBEAU (EHESS/UCLouvain).
Les propositions d’articles de 1000 mots doivent être envoyées au plus tard le 15 janvier 2020 aux trois adresses suivantes:
Elles comprendront le titre, 3 à 5 mots-clés ainsi qu’une courte notice biographique indiquant la discipline et le rattachement institutionnel de chaque auteur·e.
L’appel à contribution complet est disponible en ligne.