Categories
appel à contribution

Apprendre des sens, apprendre par les sens : anthropologie des perceptions sensorielles

Appel à contributions pour un ouvrage collectif 

Éditeurs de l’ouvrage : Vincent Battesti & Joël Candau


 

L’ouvrage:

Une double évidence est mise en lumière par les chercheurs travaillant sur le sensoriel, quel que soit leur horizon disciplinaire. L’une est que tous les êtres humains disposent d’aptitudes sensorielles innées dont la variabilité interindividuelle reste bornée par une complexion propre à l’espèce. L’autre est que les divers groupes sociaux mettent en œuvre des modalités sensorielles variées (Howes, 1991). Par conséquent, si la perception sensorielle est un attribut de notre biologie, elle s’apprend aussi. Elle n’est pas seulement la rencontre du biologique et du culturel, elle est un phénomène bioculturel en ce sens que si elle est définie et limitée par les informations auxquelles sont naturellement sensibles nos organes des sens, la sensibilité même de ces derniers est en partie modulée et modelée par l’environnement social et culturel. Cela va donc au-delà du schéma classique (Schilder, 1935) qui oppose la sensation qui serait de l’ordre du biologique à la perception qui serait de l’ordre du culturel.

Cette modulation et ce modelage des perceptions sensorielles sont le produit des interactions avec un environnement physique et social et d’un apprentissage culturel, que celui-ci soit délibéré, explicite et codifié ou simplement « évoqué » (imprégnation, « frayage », apprentissage « par corps », etc.), implicite, non formalisé. Cet apprentissage, qui vise à exploiter de manière optimale les aptitudes sensorielles des individus, en fonction des attentes du groupe social, est donc modulé socialement et culturellement. Ainsi, dans de nombreuses configurations socioculturelles ou « matrices culturelles » (Candau, 2016), par exemple, l’apprentissage des compétences visuelles est privilégié. Mais dans d’autres configurations, la balance des sens peut être différente et l’accent mis sur des compétences tactiles, olfactives, etc. Par ailleurs, en regard d’un sens donné, l’exploitation de la sensibilité sensorielle des individus sera plus ou moins développée selon la configuration socioculturelle considérée. Par exemple, les Tsimane’ de la forêt tropicale bolivienne détectent le n-butanol à des taux de concentration significativement plus bas que des sujets allemands vivant à Dresde (Sorokowska et al. 2013), pour des raisons liées, du côté des Tsimane, à l’apprentissage et à la pression environnementale et, du côté des Allemands, à l’impact de la pollution. Bref, il existe une enculturation de la perception, induite par l’apprentissage et modulée dans le temps historique (songeons aux travaux d’Alain Corbin) ou dans la gamme des configurations socioculturelles contemporaines.

L’objectif de cet ouvrage est de réunir des contributions consacrées à cette thématique de divers horizons disciplinaires : l’apprentissage du sensoriel et le sensoriel dans l’apprentissage. L’apprentissage est l’une des meilleures clefs pour comprendre la part de la conformation sociale et culturelle de nos appareils sensoriels, que ce soit au moment de la jeune enfance quand on apprend à lire, entendre, sentir (etc.) le monde, ou au moment des apprentissages et acquisitions de sensorialités expertes (métier, passions diverses, etc.). On peut attendre aussi une réflexion des chercheurs en sciences sociales sur les enjeux méthodologiques que représente l’observation d’apprentissages et de vécus sensoriels — souvent « faiblement dicibles » et parfois pas du tout — ainsi que sur leur propre apprentissage sensoriel des mondes sociaux dans lesquels ils s’immergent. Par exemple, l’anthropologue ou l’archéologue doit se décentrer de son propre univers sensoriel et passer par un apprentissage pour entrevoir celui des groupes sociaux sur lesquels il travaille et restituer les gestes du passé.

Cet ouvrage sera traversé par trois thématiques :

–       L’apprentissage primaire des perceptions sensorielles.

La jeune enfance est sans doute le moment privilégié d’observation de cet apprentissage sensoriel. Au cours de la socialisation primaire, comment sont modulées et modelées nos aptitudes sensorielles ? Quels sont les mécanismes, les modalités de cet apprentissage ? Est-il toujours optimal ? Quelle est la balance entre les différents sens ? L’apprentissage est-il genré ? Quel est l’effet des TIC et de la part croissante prise par des environnements virtuels ? etc.

–       Les apprentissages experts.

Nous héritons d’univers sensoriels  qui nous semblent naturels et souvent indicibles ; les sensorialités sont donc difficiles à questionner et étudier. Cependant, de nouveaux apprentissages sensoriels sont à l’œuvre, des univers sensoriels s’acquièrent dans le cadre d’expertises professionnelles, familiales, ludiques… (œnologie, cuisine, chasse, etc.). Comme l’enfance, ils sont des moments favorables pour étudier l’apprentissage culturel de ces sensorialités.  

–       Assimiler les sensorialités des autres.

En théorie, l’ethnographe sait qu’il doit être réflexif et se « décentrer » de ses propres catégories, notamment sensorielles, quand il est sur le terrain et qu’il tente de comprendre les univers sensoriels des « autres ». Apprendre les sensorialités devrait être pour le coup aussi l’une des activités professionnelles de l’anthropologue. Aborder les sensorialités des autres, cela va de soi, mais faut-il que le chercheur présente aussi son propre apprentissage sensoriel ? Qu’en est-il d’autres métiers, comme par exemple l’archéologie qui ne peut qu’interroger des artefacts, ombres portées de sensorialités disparues, et s’appuyer sur ses propres perceptions sensorielles pour retrouver celles du passé ? 

Le projet de cet ouvrage est né d’un atelier/séminaire de recherche qui s’est tenu au Musée de l’Homme à Paris. Ces journées furent l’occasion d’échanges féconds entre chercheurs de disciplines différentes (anthropologie, biologie, ethnoécologie, ethnomusicologie, éthologie cognitive, préhistoire, psychologie du développement, etc.). Dans cet esprit interdisciplinaire, sont fortement encouragées les contributions non seulement en anthropologie mais des discipline susmentionnées, et par ailleurs des contributions, même expérimentales, écrites à quatre mains. L’ouvrage est destiné à une collection d’une maison d’édition francophone, dédiée aux études sensorielles. Une partie des chapitres est déjà retenue, les éditeurs de l’ouvrage ont décidé de l’ouvrir à d’autre propositions.

Les propositions de contribution sont attendues sous la forme d’un court résumé
avant le 1er octobre à adresser aux éditeurs de l’ouvrage.

Contact :

Calendrier :

1er octobre 2019 : date limite d’envoi des propositions de chapitre (un résumé d’une demi-page) à :

15 octobre 2019 : notifications aux auteur(e)s de l’acceptation ou du refus de leur proposition.

15 janvier 2020 : date limite d’envoi des chapitres rédigés (50 000 à 100 000 signes maximum, tout inclus).

Plus d’informations sur le format des chapitres seront fournies aux auteur(e)s après acceptation.

Categories
appel à contribution

« La maladie au prisme du genre »

Appel à communication

Journée d’études

Le vendredi 3 avril 2020 à Dijon
Université de Bourgogne-Franche-Comté
Centre Georges Chevrier UMR CNRS 7366

Les femmes et les hommes sont-ils égaux face aux maladies ? Cette journée d’études propose d’interroger la maladie au prisme du genre, qu’il s’agisse de pathologies physiques ou mentales, dans leur réalité quotidienne (diagnostic, soin) comme dans les représentations.

Les communications seront basées prioritairement sur des travaux de recherche inédits ou en cours (enquêtes empiriques, analyses de contenus). Elles pourront interroger les axes suivants :

1/ Le rapport aux maladies selon le genre

Toutes les maladies ne sont pas équitablement reconnues selon le sexe.
L’autisme, par exemple, l’est davantage chez les hommes. Comme l’a montré l’historienne Ilana Löwy, les femmes ont historiquement bénéficié d’une meilleure prise en charge des cancers, en particuliers lorsqu’il s’agit des organes génitaux.
Pourtant, d’autres maladies ont longtemps été ignorées, jusqu’à ce que des collectifs de femmes commencent à revendiquer leur reconnaissance. C’est le cas aujourd’hui de l’endométriose, qui constitue désormais un des aspects de la « démocratie sanitaire », comme ce fut le cas pour le Sida.

De même, les soins proposés divergent selon le sexe. Les hommes servent très souvent de référence pour établir les soins. Ainsi, 80% des médicaments retirés du commerce le sont à cause des effets secondaires qu’ils provoquent chez les femmes.

Comment expliquer ces inégalités ? Est-ce uniquement le reflet d’un sexisme dans le monde médical ?

En reprenant la célèbre distinction entre le « normal et le pathologique » de Canguilhem, on se demandera si les représentations de la
maladie varient selon le sexe.
Qu’est-ce qu’être malade quand on est un homme/une femme ? Comment définit-on la limite entre santé et maladie et en quoi cela est-il
tributaire du genre ou, éventuellement
d’autres dimensions : appartenance
ethnique, rapports de classes, d’âge,
etc. ?

Alors que la lutte contre la douleur est aujourd’hui un objectif majeur dans le monde médical, le genre intervient-il dans la définition de la douleur, que ce soit du point de vue du ou de la patient.e, ou de celui du ou de la soignant.e ? Y a-t-il des situations dans lesquelles les douleurs des hommes/des femmes sont davantage reconnues que d’autres ?

On pourra aussi s’interroger sur les effets genrés des politiques de prévention des maladies. Alors que les injonctions à la bonne
santé et la prévention des risques se développent, hommes et femmes sont-ils autant informé.e.s sur les différentes maladies ? Quelles sont les conséquences de ces inégalités sur la bonne santé des hommes et des femmes ?

On pourra s’interroger, enfin, sur les récentes évolutions quant aux addictions.
Par exemple, le tabagisme ou encore l’alcoolisme ont longtemps été l’apanage des hommes, avant que les femmes ne tombent, elles aussi, sous leur emprise. Comment l’expliquer ?

2/ L’effet du genre dans la relation de soin

Être homme ou femme lorsque l’on est soignant.e n’est pas neutre.
Historiquement, la division du travail de soin recoupe largement une division du travail sexuée : aux médecins (hommes) les tâches les plus nobles/les plus qualifiées, aux autres professionnel.le.s du soin (femmes) les tâches les plus invisibles, les qualités plus
proches du travail domestique. Si certaines catégories de professionnel.le.s majoritairement féminines, comme les sage-femmes ou les infirmières, se sont vues déléguer une partie des tâches médicales, cette délégation s’est réalisée avec parcimonie, sous le contrôle étroit du corps médical.

Depuis quelques décennies, les facultés de médecine ont vu arriver sur leurs bancs une proportion plus importante de femmes (64 %
d’étudiantes en première année en 2003). Progressivement, la profession médicale se féminise, bien que cette
féminisation se réalise de manière inégale selon les spécialités médicales. Cette féminisation peut entraîner des transformations dans le rapport au travail, plus particulièrement dans la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Ces transformations de la démographie médicale ont-elles des incidences sur la façon de travailler des médecins femmes et hommes ? Sur l’accès aux soins pour les patients ?

À l’inverse, certains groupes professionnels exclusivement féminins à un moment de leur histoire – comme les sages-femmes, les infirmières, ou encore les aides- soignantes (AS) – commencent à être investis par des hommes. Ce mouvement a
toutefois eu lieu dans des proportions bien moindres que chez les médecins : ces groupes comptent aujourd’hui respectivement 97%, 86 % et 90 % de femmes, selon les chiffres de la DREES5. Il peut toutefois entraîner des confusions pour les patient.e.s qui associent toujours les hommes au corps médical et les femmes aux groupes paramédicaux (infirmières, AS), notamment à l’hôpital.

Dans ce second axe, nous proposons d’interroger les effets du genre non seulement des patient.e.s, mais aussi des professionnel.le.s qui les soignent dans la relation de soin.

Le genre des patients est souvent une donnée négligée par les professionnel.le.s de santé, bien qu’elles et ils puissent rencontrer des difficultés dans certains cas, notamment dans le cas de femmes qui préfèrent que des soignantes leur prodiguent des soins intimes – voir qui refusent que ces soins soient réalisés par des hommes. La question du genre des patient.e.s relève bien souvent d’un impensé du point de vue des professionnel.le.s du soin qui conçoivent l’égalité de traitement entre tou.te.s les patient.e.s comme un principe fondamental.

Pour autant, on peut s’interroger sur les effets concrets des relations de genre dans les rapports entre professionnel.le.s du soin et patient.e.s. En quoi le fait d’être un soignant ou une soignante affecte (facilite ou entrave) la relation de soin avec les patients et les patientes ?

De manière plus large, les communications pourront également aborder la question de la démographie des professions de soin et ses effets en matière d’accès aux soins. Quel est, par exemple, l’impact de la féminisation des médecins sur l’accès au soin des patient.e.s ?

D’un point de vue législatif, il y a eu de nombreuses évolutions en matière de délégations d’actes médicaux, et une ouverture du droit à la prescription pour certains actes vers les sages-femmes et les infirmières. Quels impacts cette extension légale a-t-elle sur l’accès au soin et/ou la prise en charge des patient.e.s ?

Modalités de transmission :

Les propositions de communication d’une page maximum devront être accompagnées d’une courte présentation des auteurs (statut, principales publications). Elles devront parvenir à chacun.e des organisateur.trice.s avant le 15 octobre 2019.

Propositions à envoyer à :

La sélection des textes aura lieu fin octobre. Une réponse sera transmise aux participants début novembre 2019.

En cas de réponse positive, les auteurs s’engagent à faire parvenir aux organisateurs une version écrite de leur communication (35 000 signes environ) pour le 15 mars 2020.

La journée d’étude donnera lieu à une publication.

Le comité d’organisation :

Lucile Girard, docteure en sociologie, rattachée au CGC-UMR 7366
Maud Navarre, docteure en sociologie, rattachée au CGC-UMR 7366
Georges Ubbiali, maître de conférences, CGC-UMR 7366

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contributions: éducation, santé et bien-être en Afrique.

Cet appel à contribution vise à caractériser la santé et le bien-être dans le milieu scolaire et universitaire en Afrique, quelles que soient la nature (publique ou privée) et la situation géographique de l’établissement. Les recherches peuvent concerner les définitions du bien-être et de la santé en milieu éducatif, leur évaluation aussi bien qualitative que quantitative, des projets de recherche-action ou d’intervention visant à améliorer le bien-être et la santé des apprenants ou des enseignants, ainsi que ses liens avec la pédagogie, la réussite éducative, etc. Les articles proposés pour ce numéro concernent les contributions à visée empirique et/ou théorique et pourront s’inscrire dans les axes suivants :

Axe 1 : Approches théoriques et pratiques de la santé et du bien-être dans l’éducation 
Les questions explorées dans cet axe, sans être exclusives, porteront sur : 
– les représentations sociales de la santé et du bien-être par les acteurs de l’école et à l’école 
– les approches conceptuelles des notions de bien-être, de bonheur et de qualité de vie dans les organisations ou structures éducatives, en milieux rural et urbain, selon les différentes disciplines et selon les différents acteurs de l’école;
– les liens entre la santé, le bien-être et l’école ;
– les attitudes pratiques, les stratégies et comportements des acteurs de l’école en vue de favoriser la santé et le bien-être dans les établissements préscolaires, primaires, secondaires et supérieurs ainsi que dans les structures rattachées aux ministères chargés de l’éducation ;
– etc.

Axe 2 : Environnements d’enseignement et d’apprentissage, santé et bien-être 
Les articles proposés dans cet axe pourront, sans que ce soit limitatif, porter sur : 
– les rapports entre la santé, le bien-être et la circulation au sein des espaces d’enseignement et/ou d’apprentissage ; 
– la santé et le bien-être dans des espaces tels que les amphithéâtres, les classes, les cantines scolaires, les restaurants universitaires, les internats, les résidences universitaires, etc.; 
– des travaux de recherche sur l’aménagement de l’environnement ou de l’espace dans les établissements d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et supérieur en rapport avec la santé et le bien-être ; 
– des études sur les nuisances sonores et olfactives dans les espaces d’enseignement, de formation et d’apprentissage en rapport avec la santé et le bien-être des acteurs de l’éducation ; 
– les questions relatives aux pratiques pédagogiques et au numérique éducatif en rapport avec le bien-être dans le processus d’enseignement et d’apprentissage en présentiel et à distance ; 
– etc.

Axe 3 : Climat scolaire et bien-être à l’école 
Les articles proposés dans cet axe, sans que cela ne soit exhaustif, pourront évoquer : 
– les dimensions du bien-être en rapport avec celles du climat scolaire ; – les conditions et les modalités d’accueil et d’intégration des parents, des apprenants, des enseignants et des différents acteurs dans les établissements scolaires en milieu rural et urbain ainsi que dans les universités et grandes écoles en rapport avec le bien-être ; 
– les rapports qu’entretiennent les acteurs du système éducatif, notamment, les familles, les apprenants, les enseignants, l’administration scolaire, les structures éducatives déconcentrées, les partenaires de l’école, la société civile, les associations éducatives ; 
– l’impact des méthodes et des innovations pédagogiques, de l’ambiance générale de l’école et l’organisation de l’espace sur les processus d’enseignement et d’apprentissage ; 
– etc.

Axe 4 : Promotion du bien-être et de la santé à l’école 
Dans cet axe, les questions abordées, sans être limitatives, pourront concerner : 
– les politiques, programmes et projets de promotion de la santé et du bien-être dans les établissements d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et supérieur ; 
– les stratégies mises en œuvre par les acteurs de l’école dans le but de promouvoir la santé et le bien-être dans les établissements d’enseignement préscolaire, primaire, secondaire et supérieur ainsi que dans des structures telles que les résidences universitaires, les internats; 
– l’éducation à la santé et l’hygiène alimentaire dans les institutions éducatives ; 
– les infrastructures sanitaires dans les écoles primaires, secondaires et dans les universités ; 
– etc.

Axe 5 : Varia (voir les différentes rubriques de la revue RETSSA : www.retssa-ci.com)

Consignes:

Les contributions doivent se conformer aux normes éditoriales de la RETSSA . 
Les consignes de la revue pour soumettre un article est consultable ici.
Titres, résumés et articles sont à envoyer à rev.tssa@gmail.com.
Un accusé de réception sera envoyé en retour aux auteurs.
Pour vos contributions et questions, les responsables de ce dossier thématique sont : 
Dr. Soungari YEO, Maître-assistant, Sciences de l’Éducation, Institut de Recherche, d’Expérimentation et d’Enseignement en Pédagogie (IREEP), Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan (Côte d’Ivoire), Email: ysoungari@yahoo.fr;; Tél: +22508798386/+22541028700 . 
Dr. N’guessan ANON, Maître de Conférences, Sciences de l’Éducation, Institut de Recherche, d’Expérimentation et d’Enseignement en Pédagogie (IREEP), Université Félix Houphouët-Boigny Abidjan (Côte d’Ivoire), Email: anon05_guessan@yahoo.com; Tél: +22505529643 .

Calendrier:

  1. Date limite de soumission : 25 Septembre 2019
  2. Sélection des contributions par le comité scientifique : 30 Septembre 2019
  3. Retour des articles évalués aux auteurs : 31 Octobre 2019
  4. Renvoie des projets d’articles corrigés par les auteurs 30 Novembre 2019
  5. Publication du quatrième numéro : 30 Décembre 2019

Pour lire l’appel complet, cliquez ici.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à articles pour Sociologies Pratiques: Peut-on manger sans risque ? Acteurs et instruments de la sécurité sanitaire

Appel à articles pour Sociologies Pratiques (41, 2020)

Peut-on manger sans risque ?
Acteurs et instruments de la sécurité sanitaire

Coordination scientifique : Laure Bonnaud, IRISSO, INRA-CNRS-Université Dauphine, PSL
Coordination éditoriale : François Granier

Télécharger l’appel en PDF: Appel_à_articles_Sociologies_Pratiques_N41

Crise dite du « concombre tueur » (qui concernait des graines germées de fenugrec) en 2011 ; scandale européen des lasagnes de cheval en 2013 ; présences de salmonelles dans le lait infantile produit par une usine du groupe Lactalis en 2017-18 ; controverses récurrentes sur la présence de résidus de pesticides dans les fruits et légumes ou sur l’interdiction du dioxyde de titane utilisé comme additif dans les bonbons… : la longue liste des crises et scandales alimentaires en Europe ces dernières années montre la permanence des fraudes et des risques sanitaires de l’alimentation. Pourtant, en 2002, l’adoption par l’Union européenne de la General Food Law Regulation entendait tirer les conséquences des crises des années 1990, en particulier de la crise de la vache folle. L’encéphalite spongiforme bovine, ou ESB, avait provoqué des décès dus au nouveau variant de la maladie de Creutzfeldt Jakob, mis à mal la filière de la viande bovine en Europe, l’organisation des services de contrôle et la solidarité entre États-membres. La Food Law, puis l’ensemble des règlements européens du Paquet hygiène, entré en vigueur en 2006, marquaient une évolution des principes de l’action publique européenne (séparation de l’expertise et de la décision, nécessaire communication sur les risques), transformait les institutions en charge de la sécurité de l’alimentation (création des agences, dont l’European Food Safety Authority –EFSA, au niveau européen) et annonçait une nouvelle répartition des rôles entre acteurs économiques et autorités publiques, avec l’affirmation de la responsabilité des industries de l’alimentation quant aux produits qu’elles mettent sur le marché. Près de vingt ans après cette réorganisation de l’ensemble du dispositif de sécurité sanitaire des aliments, on peut se demander comment a évolué l’action publique de ce secteur, comment les acteurs publics et privés ont modifié leurs pratiques et leurs métiers, dans quelle mesure les consommateurs ont fait évoluer leurs comportements, et pour quelles raisons le dispositif existant produit la répétition des crises sanitaires et des fraudes alimentaires.

 1/ La qualité de l’alimentation : un problème public en constante expansion ?

Les travaux d’historiens publiés au début des années 2000 ont mis en évidence le souci constant des autorités publiques de garantir une nourriture de qualité pour les populations qu’elles gouvernent. La répartition des responsabilités entre acteurs publics et privés a cependant souvent variée, si l’on songe à la forte implication des guildes au moyen-âge, à l’intérêt marqué des Etats à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ou à la corégulation actuellement en place dans l’union européenne. De nombreuses recherches ont été menées sur les institutions nouvellement instaurées au début des années 2000, en particulier sur les agences d’expertise ou sur la définition des nouveaux instruments d’action publique, par exemple la méthode H.A.C.C.P (Hazard Analysis – Critical Control Point), ou la mise en place de la traçabilité… Elles ont cependant souvent concerné les premiers temps de ces réformes et de nouveaux travaux seraient indiscutablement utiles pour mieux analyser leur impact à moyen terme. De plus, certaines crises récentes ont porté l’attention sur de nouveaux enjeux, par exemple le lobbying de certains acteurs industriels, le rôle d’alerte des associations de victimes ou le décalage entre l’expertise des agences et la décision réglementaire, la qualité des aliments distribués par les organisations caritatives… Enfin, alors que les crises des années 1990 ont généralement impliqué des dangers microbiologiques ou liées aux maladies animales (ESB, tuberculose), l’attention semble s’élargir à de nouveaux types de risques, comme les résidus chimiques (pesticides, additifs alimentaires), ou les nanomatériaux, et à leurs conséquences en termes de maladies chroniques. L’analyse de la gouvernance de la sécurité sanitaire de l’alimentation mérite donc d’être approfondie dans ce contexte renouvelé. Le rôle des associations environnementales, de victimes ou de consommateurs pour la sécurité de l’alimentation, l’interpellation des pouvoirs publics, la gestion de crise ou l’information de la population pourrait également être l’objet de propositions d’articles. Enfin, en France, la fusion départementale des services vétérinaires et de la répression des fraudes illustre ce nouveau cadrage de l’action publique, tournée vers la qualité de l’alimentation, quelle que soit l’origine des dangers et des risques qui la menace. Néanmoins, les origines de cette réforme, ainsi que les référentiels réglementaires ainsi établis n’ont pas encore fait l’objet de publications quant aux rationalités à l’oeuvre ou aux implications en termes d’action publique. De tels travaux seraient particulièrement les bienvenus pour ce numéro.

 2/ Vers une reconfiguration des métiers de la sécurité sanitaire de l’alimentation ?

La mise en oeuvre du Paquet Hygiène a donné lieu, depuis le début des années 2000, à des recherches sur le travail dans les services en charge du contrôle de la sécurité sanitaires des aliments, dans une perspective articulant sociologie du travail, sociologie du droit et sociologie de l’action publique. Les abattoirs ont constitué un lieu privilégié d’observation, y compris les enjeux en termes de santé au travail pour les agents de l’Etat en charge de l’inspection. Les recherches abordent les pratiques et l’organisation de travail, le rapport au droit des inspecteurs, notamment la façon dont ils articulent sanction et accommodement des règles, ainsi que la nature et les conditions des interactions entre contrôleurs et contrôlés, dans un contexte parfois tendu avec les professionnels inspectés. La déclinaison concrète des nouveaux principes de la Food Law dans les services d’inspection, par exemple la communication sur les risques, a également été objet de quelques publications, qui pourraient cependant être enrichies d’analyse sur le travail de prévention à destination des consommateurs et les tentatives de modifications de leurs comportements. Certaines dimensions du travail des agents de l’Etat, en particulier la formation, la gestion de crise et d’alerte, la nécessaire évolution des savoirs et des méthodes d’inspection dans une économie de flux, sont moins bien connus. Par ailleurs, l’impact des réformes de l’Etat sur l’action publique de sécurité sanitaire des aliments mériterait d’être davantage investigué. La Cour des comptes a déjà publié à deux reprises, en 2014 et 2018, des alertes sur la perte de maîtrise, par l’Etat, de son système de sécurité sanitaire de l’alimentation. Elle met notamment en évidence les effets des réductions massives d’emplois dans les services territoriaux. De nouvelles analyses du travail des agents de l’Etat, dans leur diversité (experts, enseignants et formateurs, fonctionnaires des administrations centrales comme des services déconcentrés) sont particulièrement attendues.

3/ Les entreprises agroalimentaires, seules responsables de la sécurité de l’alimentation ?

Avec la Food Law, les entreprises agroalimentaires, réglementairement responsables des produits qu’elles mettent sur le marché, sont les acteurs incontournables de la sécurité sanitaire de l’alimentation. On entend ici entreprises agroalimentaires au sens large, depuis les producteurs fermiers jusqu’aux multinationales du secteur. De façon générale, le dispositif européen de sécurité sanitaire de l’alimentation semble recomposer la frontière entre ce qui relève de l’État et ce qui relève des entreprises, y compris dans la mise en oeuvre d’une politique réglementaire. Ainsi en est-il de la reconnaissance, par les autorités publiques, d’un certain nombre de contrôles des entreprises agroalimentaires, selon des modalités très diverses : autocontrôles, éventuellement avec obligation de communication des résultats aux services de contrôle ; projet de délégation des contrôles à des sociétés d’audit en remise directe (restaurants, commerces de proximité…) ou aux abattoirs pour les productions industrielles ; définition par l’administration de variation de l’intensité des contrôles officiels en fonction de l’obtention de certaines certification par les entreprises agroalimentaires, etc. De plus, la mise en oeuvre des réglementations existantes suppose une grande implication des entreprises. Or le fonctionnement interne des entreprises agroalimentaires en matière de prévention et de gestion des risques reste mal connu, en particulier pour les plus importantes d’entre elles. Pour cet appel à articles, le type d’entreprises concerné par la prévention et la gestion des dangers de l’alimentation peut être élargi au-delà du seul secteur de l’agroalimentaire. Les entreprises de production d’additifs, d’emballage, de la logistique, les laboratoires d’analyse, les acteurs de la distribution, etc. peuvent également contribuer à la sécurité de l’alimentation et donc faire l’objet de propositions d’articles. En tenant compte de cet tel élargissement, les contributions pourrait concerner le fonctionnement interne des établissements ou des filières en faveur de la sécurité de l’alimentation (dont la mise en oeuvre de la traçabilité ou des systèmes HACCP), mais aussi l’analyse de l’information et de la communication, de la promotion de produits nouveaux, ou reformulés (notamment l’étiquetage des produits, par exemple « sans » pesticides, additifs, etc.), des campagnes de publicité autour de l’alimentation saine, de l’articulation entre des données d’entreprises et des logiques sanitaires (comme le contact des clients avec les cartes de fidélité lors des procédures de retrait-rappel), etc. Les travaux à ce sujet restent peu nombreux et la revue accueillera avec beaucoup d’intérêt la présentation de nouvelles recherches dans ce domaine.

 4/ Des outils sociotechniques au service des consommateurs pour garantir la qualité de

l’alimentation ?

La prévention et la gestion de la sécurité sanitaire des aliments supposent que les acteurs sociaux qui en sont chargés soient équipés : des prélèvements et tests de laboratoire sont régulièrement effectués, impliquant parfois une analyse ADN lorsqu’il s’agit de garantir une origine ; la traçabilité n’est pas envisageable sans support informatique dans une économie mondialisée ; certains militants développent des sites internet ou des applications pour déclarer des toxi-infections alimentaires (exemple de https://iwaspoisoned.com/). Les applications pour smartphones qui proposent des informations sur la composition des aliments, pour manger mieux ou manger sain, ou supprimer certains ingrédients ou additifs semblent se multiplier. Face à cette évolution du rapport à l’alimentation, les services de l’Etat ne sont pas sans réaction. La mise en place de l’application Alim’confiance, qui permet de consulter les résultats des contrôles avant de choisir un restaurant, va également dans le sens d’un déploiement d’outils qui permettent aux consommateurs de participer à la sécurité sanitaire du système alimentaire. Le travail d’innovation autour de ces outils, y compris la délicate question de la propriété des données, ainsi que l’usage de ces services par les consommateurs, sont encore mal connus et des éclairages sociologiques de ces pratiques serait les bienvenus. Plus généralement, les évolutions du travail que ces outils impliquent, dans les entreprises comme dans les services de contrôle, restent pour le moment un impensé des analyses sociologiques, une lacune que notre dossier pourrait contribuer à lever.

 Articles attendus

La revue Sociologies pratiques s’adresse aux chercheurs académiques et universitaires tout autant qu’aux professionnels, intervenants, consultants qui mobilisent la sociologie pour leurs travaux. Les articles attendus peuvent être de deux natures. D’une part, des analyses réflexives et sociologiques fondées sur des recherches empiriques récentes (analyses de témoignages, études de cas, débats critiques, etc.). D’autre part, des analyses de pratiques professionnelles (témoignages de pratiques et réflexion sur les conditions de l’action, les justifications de l’action et les conséquences sur l’action). Dans l’un comme dans l’autre cas, les articles doivent être analytiques et traiter de l’une ou de plusieurs des questions soulevées dans l’appel. Les articles qui croisent différents axes développés dans l’appel sont les bienvenus.

Procédure de soumission

Les intentions d’article (5.000 signes espaces compris) sont à adresser avant le 30 août 2019 par voie électronique à socioprat41@gmail.com

Elles devront contenir une présentation du questionnement sociologique, du terrain, de la méthodologie et des résultats proposés. Après examen, la revue retournera son avis aux auteurs le 30 septembre 2019. Les auteurs devront alors proposer une première version complète de leur article (27.000 signes espaces compris, bibliographie non comprise) pour le 20 novembre 2019. La revue paraîtra en octobre 2020. Toute intention d’article, comme tout article, est soumis à l’avis du Comité de lecture de la revue, composé des deux coordinateurs, des membres du Comité de rédaction et d’un relecteur externe qui oeuvre en « double aveugle ». L’acceptation de l’intention d’article ne présume pas de l’acceptation de l’article. Le comité de rédaction se réserve le droit de demander des modifications aux versions successives et ce sans préjuger d’une publication finale.

 Présentation de la revue

Sociologies pratiques est une revue de sociologie fondée en 1999 par Renaud Sainsaulieu et l’Association des professionnels en sociologie de l’entreprise (APSE). Elle est aujourd’hui éditée par les Presses de Sciences Po. La revue est intégrée dans la liste des revues scientifiques reconnues par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES). Elle est répertoriée sur les bases Francis et Cairn. Sociologies pratiques paraît deux fois par an. Ses numéros thématiques (environ 200 pages) donnent la parole à des chercheurs et à des praticiens afin de témoigner de réalités sociales émergentes et de comprendre les mouvements de notre monde. Le projet éditorial de la revue rend compte d’une sociologie appliquée. En ce sens, il recherche un équilibre entre monde académique et monde professionnel, entre compréhension et action, tout en portant un regard clairement sociologique pour comprendre le changement social. La volonté de croiser témoignages d’acteurs de terrain – qui agissent au coeur des transformations – et réflexions de chercheurs – qui donnent les résultats de leurs enquêtes les plus récentes – fait de Sociologies pratiques un espace éditorial et intellectuel original qui s’adresse à tout lecteur intéressé par la sociologie en pratique.

Appel à contribution permanent

Outre le dossier thématique composé des articles retenus à partir de l’appel à contributions, Sociologies pratiques propose d’autres rubriques ; par exemple : Sociologies d’ailleurs, Le Métier, Lectures, Échos des colloques, Bonnes feuilles des Masters. Des varia peuvent aussi être publiés.

 Rubrique « Échos des colloques »

Qui n’est pas un jour passé à côté d’un colloque auquel il serait bien allé ? « Sociologies Pratiques » propose à ses lecteurs une rubrique « Échos des colloques ». Il s’agit d’évoquer sous une forme concise et personnelle (7.000 signes maximum), les colloques auxquels des lecteurs, désireux de faire partager à d’autres leurs impressions, ont participé.

Rubrique « Le métier »

La rubrique « Le métier » est l’un des marqueurs éditoriaux de Sociologies pratiques, revue ouverte sur les usages non académiques de la sociologie. En valorisant l’expérience d’une sociologie appliquée (recherche-action, étude, expertise, conseil, évaluation de politiques publiques…), cette rubrique offre à des intervenants qui « font » de la sociologie, mais aussi la « déforment » du fait de leurs usages, l’opportunité de rendre compte de leur pratique et de signifier ce qu’apporte le détour sociologique aux organisations pour lesquelles ils travaillent. Il est attendu des auteurs qu’ils fassent preuve de réflexivité et qu’ils exposent, outre leur terrain et leurs résultats saillants, les stratégies qu’ils parviennent (ou non) à mettre en place pour faire accepter leur approche sociologique, qui déconstruit souvent les certitudes des commanditaires et va à l’encontre des discours convenus dans les organisations.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution – Santé de genre et masculinités : perspectives historiques (post)-coloniales

Argumentaire :

Parmi les études de genre en histoire, de nombreux travaux se sont consacrés depuis les années 19901 à la masculinité et à la virilité2. Ces recherches ont sans doute eu le mérite, entre autres, de défaire un clivage qui considérait l’histoire des femmes comme le seul objet de recherche ; et d’enrichir l’historiographie d’interprétations qui permettaient par ailleurs de sortir les femmes d’une infériorité sans agency, problématisant donc aussi une approche qui les pensait comme des figures passives d’une histoire essentiellement masculine. L’histoire du genre a permis, de surcroît, de souligner que les hommes sont aussi victimes d’une pensée dichotomique du masculin versus féminin qui les assigne constamment à une définition normée de la masculinité et de la virilité3.

Les travaux en histoire sur la santé des hommes restent toutefois rares4, comme si finalement, l’assignation de la femme à son corps – notamment reproducteur –avait caché aussi le corps de l’homme. Par un renversement dichotomique des savoirs et des pratiques médicales, le corps des hommes a été scruté uniquement du côté d’une étiologie exogène, voire sociale. Face aux importantes analyses concernant la santé des femmes l’insuffisance des réflexions sur la santé des hommes surprend, malgré l’existence, attesté, d’une surmortalité masculine séculaire5, qui s’inverse à peine en contexte occidental depuis les années 19906.

Le peu d’analyses sur ces questions évoquent une prise de risque accrue de la part des hommes, liée à leur statut social et professionnel ainsi qu’à des postures viriles face aux soins7.

Alors qu’on connaît les conséquences du système biopolitique pour l’histoire des femmes dans le contexte occidental et colonial8, il reste encore un important travail à faire concernant l’histoire de la virilité et de la masculinité dans le but de sortir des impasses à la fois de l’objectivisation d’un corps supposé « neutre », d’une nouvelle biologisation des corps et d’une dichotomie essentialiste des sexes.

C’est par ailleurs à l’intersection des rapports sociaux de sexe, « race », âge – entre autres – que se dévoile l’imbrication entre pouvoirs, savoirs et pratiques de santé : ainsi dans la colonisation, les médecins – des hommes pour l’essentiel – produisent-ils des catégories scientifiques qui légitiment des pratiques cliniques, construisant ainsi une multitude de hiérarchies ordonnant non seulement le corps des femmes, mais aussi celui des hommes. L’« observation » du moral et du physique de ces mêmes corps, regardés depuis le miroir inversé de la virilité, participe à construire une épistémologie genrée de la santé qui a des conséquences sur la longue durée. La colonisation est pour ainsi dire un lieu non seulement de production de catégories épistémologiques hégémoniques pour penser – et soigner – le corps de « l’Autre », mais implicitement aussi un lieu de production des nouvelles nosologies médicales : la colonisation intervient en somme aussi dans la production du savoir et de la clinique de la médecine occidentale, qu’il nous faut repenser à l’aune des intersections des rapports de pouvoir de sexe, « race », classe9.

 Axes

Dans cette publication nous souhaiterions revenir plus précisément sur des questions qui nous paraissent avoir une fonction heuristique :

-Comment périodiser une histoire de la santé qui prenne en compte le genre dans les espaces coloniaux et postcoloniaux ?

– Comment comprendre, déconstruire et reconstruire les données sanitaires en tenant compte de rapports de pouvoirs nord/sud des instances aptes à mesurer la santé ?

– Comment contextualiser les catégories nosologiques et les analyses épidémiologiques à l’aune d’une construction genrée et intersectionelle des modèles de santé10 ?

– Comment comprendre et renseigner la surmortalité masculine11 dans une perspective de genre et postcoloniale12 ?

– Comment analyser le poids des permanences et des éventuelles ruptures dans les savoirs et dans les pratiques cliniques autour des maladies des hommes ?

– Comment évaluer le décalage entre discours et pratiques et mettre en lumière le processus de fabrication et de circulation des diagnostics ?

– Comment sortir d’une interprétation qui opère une dichotomie entre des savoirs locaux, traditionnels et autochtones d’une part et des savoirs occidentaux, modernes et scientifiques d’autre part ? À quel point ces « savoirs locaux » sont-ils issus du façonnage de la circulation des savoirs entre l’ancienne médecine et celle moderne13 ?

– Quelle part les colonisé-e-s ont-ils/elles pris à l’élaboration d’une médecine « moderne » dans les colonies ?

– Comment la présence genrée de personnel soignant européen aux colonies a-t-elle eu un impact sur la santé globale de la population ? Et sur l’évolution des disciplines elles-mêmes ?

– À quel moment peut-on parler de médecine coloniale14 ?

Bibliographie/Notes

1Robert William Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 1995. Robert A. Nye Masculinity and Male Codes of Honour in Modern France, New York / Oxford, Oxford University Press, 1993.
2 Régis Révenin (dir.) Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. Contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007. Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello Histoire de la virilité : t. 1, L’invention de la virilité. De l’Antiquité aux Lumières, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIX e siècle, t. 3, La virilité en crise? XX e -XXI e siècle, Paris, Seuil 2011.
3 Jean-Pierre Cavaillé, Sophie Houdard et Cécile Soudan, Masculinité et « esprit fort » au début de l’époque moderne : Les Dossiers du Grihl, n. 1, 2010.
4 Susanne Hoffmann, Gesunder Alltag im 20. Jahrhundert? : geschlechterspezifische Diskurse und gesundheitsrelevante Verhaltensstile in deutschsprachigen Ländern, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2010. Martin Dinges, « Men’s Bodies ‘Explained’ on a Daily Basis in Letters from Patients to Samuel Hahnemann (1830-35), » Martin Dinges, (éd)., Patients in the History of Homoeopathy, Network Series, Sheffield, European Association for the History of Medicine and Health, 2002, pp. 85-118,. Mark S. Micale, Hysterical Men, The Hidden History of Male Nervous Illness, Cambridge, MA and London, Harvard University Press, 2008. Jacqueline H. Watts, Gender, Health and Healthcare: Women’s and Men’s Experience of Health and Working in Healthcare Roles, London and New York, Routledge 2016.
5 Pour le XXe siècle cf. Alain Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », Revue française de sociologie, 1988, Volume 29, Numéro 2, pp. 293-324.
6 Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles, « États de santé », in Margaret Maruani, Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2016, pp. 122-130.
7 Cf. Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani, Le travail du genre: Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte, 2010.
8 Cf. les travaux Christelle Taraud : « Les femmes, le genre et les sexualités dans le Maghreb colonial (1830- 1962) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33, 2011, pp. 157-19 ; Sexes et colonies. Virilité, « homosexualité » et « tourisme sexuel » au Maghreb (XIXe et XXe siècles), Paris, Éditions Payot, 2009 ; « La virilité en situation coloniale et post-coloniale », dans Alain Corbin (dir.), Histoire de la virilité XIXe siècle/Première Guerre mondiale, tome 2, Paris, Le Seuil, 2009, pp.331-347 ; « Genre, classe et “race” en contexte colonial et post-colonial : une approche par la mixité sexuelle », in Pascale Bonnemère & Irène Théry (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Enquête », pp. 157-171. ; « Genre, sexualité et colonisation », Sextant, 23, 2008, pp.117-127. Et aussi : Malek Bouyahia, « Genre, sexualité et médecine coloniale. Impensés de l’identité ‘indigène’ », Cahiers du Genre, 1, 2011, n 50, pp. 91-110 et Claire Fredj , « Encadrer la naissance dans l’Algérie coloniale. Personnels de santé et assistance à la mère et à l’enfant  » indigènes  » (XIXe-début du XXe siècle) », Annales de démographie historique, 2/2011 (n° 122), p. 169-203.
9 Rana A. Hogarth, Medicalizing Blackness: Making Racial Difference in the Atlantic World, 1780-1840, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2017.
10 Déjà au XIXe siècle certains médecins appréhendaient la problématique des statistiques sanitaires : Cf. par exemple Léon Cléry Vacher, Étude médicale et statistique sur la mortalité, à Paris, à Londres, à Vienne et à New-York en 1865, F. Savy, 1866.
11 Cf. le chapitre : « Les causes médicales de la surmortalité masculine », in Jacques Vallin, France Meslé, Graziella Caselli, Viviana Egidi, Les causes de décès en France de 1925 à 1978, Volume 1, Paris, INED, 1988, p. 470.
12 Ainsi par exemple sur la notion de tuberculose comme maladie « exportée »: cf. Pierre Darmon, Un siècle de passions algériennes : Histoire de l’Algérie coloniale (1830-1940), Paris, Fayard 2009.
13 Daniel G. König « Traductions et transferts de savoirs », Trivium [En ligne], 8, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011 : URL : http://trivium.revues.org/3973 .
14 Iona McCleery « What is “colonial” about medieval colonial medicine? Iberian health in global context », Journal of Medieval Iberian Studies, 7, 2015, pp. 151-175.

Télécharger l’appel à contributions : Appel-Contribution_sante_colonialite_masculinites

Conditions de soumission (avant le 12 août 2019) :

 Format : Les résumés de 3000 à 5000 caractères maximum (espaces compris) devront intégrer : le questionnement/problématique, le corpus (sources / matériaux) ainsi que le champ disciplinaire et la méthodologie.

Calendrier :

12 août 2019 : fin de l’appel.

19 août 2019 : notification et réponse de la sélection.

Par la suite, pour les propositions retenues, il s’agira d’envoyer les articles complets (30000 min – 50000 signes – espaces compris) avant le 30 septembre 2019.

Contact : Francesca Arena francesca.arena@unige.ch

Maison de l’histoire, Unige: https://www.unige.ch/rectorat/maison-histoire/maison-histoire/collaborateurs/

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Les réformes de l’organisation des soins primaires.

Pour le numéro de janvier-mars 2020 de la  Revue Française des Affaires Sociales.

Dossier coordonné par :
Patrick Hassenteufel (Université de Versailles-Paris Saclay, Printemps)
Michel Naiditch (IRDES)
François-Xavier Schweyer (EHESP, CMH).

Cet appel à contribution s’adresse aux chercheurs en sociologie, science politique, économie, gestion, géographie, démographie et droit ainsi qu’aux acteurs du champ sanitaire et médico-social.

Les articles sont attendus avant le lundi 2 septembre 2019.

Un format de 45 000 signes maximum est demandé.

Trois axes sont proposés :

1.       L’analyse de la construction des politiques de réformes des soins primaires, en s’intéressant en particulier aux acteurs jouant un rôle clef dans la publicisation des enjeux et dans la promotion de nouveaux modes d’organisation des soins primaires.

2.       L’analyse de la mise en place de nouveaux modes d’organisation des soins de premier recours au niveau local, ce qui pose les questions relatives aux financements, au cadre juridique et, de façon centrale, celle de la coordination et des interactions entre les multiples acteurs impliqués.

3.       L’analyse des effets de ces réorganisations sur les pratiques professionnelles, en termes de mode d’exercice, de rationalisation et de standardisation des pratiques, de contours des frontières professionnelles, de relations entre professionnels de santé et du médico-social, de relations avec les patients et les aidants, et de professionnalisation de certaines fonctions notamment de coordination, de l’apparition de nouveaux métiers ou de nouvelles spécialisations.

Un séminaire de travail consacré à ce dossier, notamment afin de présenter le texte et de répondre aux questions de potentiels contributeurs, aura lieu le lundi 20 mai de 16h30 à 18h30 dans les locaux de la DREES en salle 4111 R (accès par le 18 place des Cinq Martyrs du Lycée Buffon – 4ème étage).

Merci de nous informer de votre présence à cette adresse : rfas-drees@sante.gouv.fr.

Categories
appel à contribution

AAC Colloque « Ignorance, pouvoir et santé : La production des savoirs médicaux au prisme des rapports de domination »

Colloque à la MSH Paris Nord

21-22 octobre 2019

Appel à communications : ci-dessous le résumé de l’appel et les modalités de soumission des propositions.
L’argumentaire détaillé se trouve en pièce jointe.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à contacter : ignorancecolloque@gmail.com

Résumé :

Ce colloque interdisciplinaire et international porte sur la production de l’ignorance, à partir d’études empiriques sur la thématique de la santé au prisme des rapports sociaux de domination. Il a pour objectif de montrer la richesse et la pertinence de l’étude de la production de l’ignorance pour penser les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les mondes de la santé et de la médecine, grâce à la présentation de travaux partant de différents ancrages disciplinaires. C’est la diversité des manifestations de l’ignorance qui nous intéresse ici pour penser ses implications pour les corps et les sexualités : volontaire, organisationnelle, structurelle, ordinaire, etc.

La priorité est donnée aux approches sociologiques, anthropologiques et historiques, mais nous accueillerons aussi des propositions émanant de la géographie, la science politique et la santé publique.

Calendrier :

  • 20 juin 2019 : Date limite de soumission des propositions (500 mots maximum)
  • 30 juillet 2019 : Sélection des communications 
  • 30 septembre : Envoi d’un support de la communication pour la discussion (10 pages maximum)

Les propositions sont à envoyer à : ignorancecolloque@gmail.com

Comité d’organisation :

  • Camille Bajeux (Université de Genève – Institut des Etudes genre)
  • Déborah Guy (EHESS – Iris / Ined) 
  • Anne-Charlotte Millepied (EHESS – Iris / Université de Genève – Institut des Etudes genre)

Comité scientifique :

  • Francesca Arena (Institut Ethique, Histoire, Humanités, Université de Genève)
  • Vincent Barras (Institut des Humanités en médecine, Université de Lausanne)
  • Elizabeth Belmas (Iris, Université Paris 13)
  • Isabelle Clair (Iris, CNRS)
  • Emilie Counil (UR5 – Mortalité, santé, épidémiologie, Ined)
  • Delphine Gardey (Institut Etudes Genre, Université de Genève)
  • Claire Grino (CIERA, Université Lyon 1)
  • Ilana Löwy (Cermes 3, CNRS)
  • Giovanni Prete (Iris, Université Paris 13)
  • Sezin Topçu (CEMS, CNRS)

 

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à coordination d’un numéro thématique pour la revue Émulations

Émulations, revue de sciences sociales publiant des articles soumis à un peer review en double aveugle, lance un appel à coordination de ses numéros thématiques pour 2021. La revue édite quatre numéros thématiques par an, publiés en version papier par les Presses universitaires de Louvain (Belgique) et mis en ligne en libre accès sur son site internet (https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/index).

Chaque numéro papier est coordonné par un à trois chercheur·e·s et rassemble environ huit contributions (avec un total d’environ 300.000 caractères espaces compris) qui participent de manière cohérente à la compréhension d’un phénomène social particulier.

Les numéros thématiques doivent présenter une cohérence forte et ne peuvent être une simple juxtaposition d’articles vaguement liés. Si ces numéros peuvent faire écho à un travail préalable (une journée d’étude, un panel de congrès, etc.), ils ne peuvent se réduire à des actes sans travail éditorial supplémentaire. Ils doivent en outre reposer sur un appel à contribution (spécifique pour le numéro en question ou lié à la tenue d’un évènement), permettant à d’autres chercheur·e·s de contribuer, et suivre une procédure d’évaluation par des pairs en double aveugle. Les numéros qui rassemblent des auteur·e·s issu·e·s de disciplines, d’institutions et de pays différents sont encouragés.

Les numéros paraîtront durant l’année 2021, selon un calendrier prévisionnel fixé à l’avance en concertation avec les coordinateur∙trice∙s. L’ensemble du processus éditorial prend habituellement entre 12 et 18 mois.

Les coordinateur∙trice∙s sont responsables de la proposition d’une thématique, de la collecte des propositions d’articles, du suivi du processus d’évaluation en double aveugle (en collaboration étroite avec le comité de rédaction de la revue), du suivi attentif des modifications par les auteur·e·s et d’un véritable travail de mise en forme des articles finalisés. Le comité de rédaction d’Émulations veille à la qualité scientifique du numéro et à l’exigence des évaluations. Il se charge d’évaluer la cohérence de la thématique et des articles avec le projet éditorial de la revue. Il s’occupe également du travail de mise en page finale, du processus de publication en version papier et en ligne, ainsi que de la promotion du numéro. La revue alloue à chaque numéro un budget qui couvre les frais de réalisation de la couverture, les frais liés au premier tirage papier ainsi que ceux liés au lancement du processus d’édition à la demande. Aucun frais n’est à la charge des coordinateur∙trice∙s ou des auteur·e·s.

Modalités de dépôt des propositions

Au plus tard le 15 avril 2019 : dépôt de la proposition de numéro thématique contenant les documents suivants sous format PDF :

  • document 1 : CV détaillés des coordinateur∙trice∙s ;
  • document 2 : première version de l’appel à contributions (entre 8.000 et 10.000 caractères espaces compris).

Les critères de sélection du projet sont les suivants :

  • la thématique traitée devra être originale ou revisiter sous un angle nouveau un sujet plus classique des sciences sociales, de nature à éclairer des enjeux sociaux actuels, favoriser la pluridisciplinarité et le dialogue entre différentes générations de chercheur∙e∙s ;
  • la thématique ne peut avoir déjà été traitée par un précédent numéro thématique de la revue ;
  • le projet doit être porté par un, deux ou trois chercheur∙e∙s maximum (appartenant idéalement à des institutions différentes) ;
  • les modalités d’appel à propositions d’articles doivent être clairement précisées.

Nous invitons les chercheur∙e∙s intéressé∙e∙s à se rendre sur le site de la revue pour plus d’informations concernant notre politique éditoriale, à nous contacter par mail ou à soumettre directement une proposition auprès de Kevin Toffel pour Émulations (kevin.toffel@revue-emulations.net).

Les candidatures seront examinées par le comité de rédaction de la revue :

  • Rémi Cayatte, Université Grenoble Alpes
  • Lionel Francou, Université catholique de Louvain
  • Isabelle Jabiot, Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Olivia Legrip-Randriambelo, Université Lyon 2
  • Grégoire Lits, Université catholique de Louvain
  • Céline Mavrot, Université de Berne
  • Anh Thy Nguyen, FNRS/Université catholique de Louvain
  • François Romijn, Université Grenoble Alpes/Université libre de Bruxelles
  • Romain Tiquet, Université de Genève
  • Kevin Toffel, Haute école spécialisée de Suisse occidentale
  • Quentin Verreycken, BAEF/Harvard University
Categories
appel à contribution

Enquête nationale de la Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie

La Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie conduit actuellement une enquête nationale dans le but d’identifier les chercheurs, toutes disciplines confondues, travaillant sur des questions liés à la fin de vie ou à la fin de la vie. Ayant cœur de toucher l’ensemble des disciplines pouvant investir cette question, nous cherchons à diffuser cette enquête aussi largement que possible.
Nous avons pensé que vous pourriez contribuer à sa diffusion, via votre site internet, ou une Lettre d’information et par relais dans vos réseaux.

« Chers collègues,
Inaugurée en octobre 2018, la Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie a pour but de contribuer à la structuration, au développement et à la valorisation de la recherche française dans le domaine de la fin de vie. Nous lançons jusqu’au 1er avril 2019 une enquête nationale ayant pour but d’identifier les chercheurs travaillant dans ce domaine ou souhaitant développer cette thématique et de rendre visible la recherche française sur la fin de vie à travers une cartographie et un annuaire national en ligne.
Co-présidée par Régis Aubry, professeur associé de médecine palliative au CHU de Besançon et Patrick Baudry, professeur de sociologie à l’Université Bordeaux Montaigne, la Plateforme est soutenue, dans le cadre du plan national pour le développement des soins palliatifs et l’accompagnement en fin de vie, par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI), la Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) et par la Fondation de France. Le portage et l’animation de la Plateforme ont été confiés par le MESRI à Université Bourgogne Franche-Comté (UBFC).
La Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie se donne pour missions :

  • D’animer un réseau de chercheurs
  • D’apporter un soutien à la recherche et à la formation
  • De mettre en place des actions stratégiques pour le développement et la valorisation de la recherche sur la fin de vie

 Pour en savoir davantage, vous trouverez en pièce jointe notre plaquette de présentation, détaillant les missions et actions de la Plateforme et nous vous invitons à consulter notre site internet en cliquant ICI.
Les recherches portant sur la thématique de la fin de la vie, puisqu’elles concernent tous les individus et toutes les sociétés méritent une meilleure visibilité, tant au sein de la communauté scientifique nationale et internationale, qu’au niveau du grand public.
Vous êtes médecin, sociologue, infirmier, historien, philosophe, ingénieur, sage-femme… Le champ de la recherche sur la fin de vie concerne un vaste éventail de disciplines des sciences médicales et paramédicales, des sciences humaines et sociales, des lettres et des arts, des sciences de l’ingénieur, des sciences politiques, etc., et un large spectre de méthodes de recherche.

En 10 minutes, participez à cette enquête en renseignant ce questionnaire avant le 1er avril 2019, pour figurer dans le panorama de la recherche française sur la fin de vie.
N’hésitez pas à diffuser ce questionnaire à toute personne qui vous semble susceptible de pouvoir contribuer à cette enquête
Nous vous remercions par avance de votre contribution, indispensable pour porter ensemble cette démarche collaborative. »

 
Vous trouverez ici le mail de diffusion de l’enquête nationale, qui est ouverte jusqu’au 1er avril 2019
Vous pouvez également consulter notre site internet et retrouver le lien vers l’enquête ICI

Contact

Mail : plateforme.recherche.findevie@ubfc.fr

Site internet : www.plateforme-recherche-findevie.fr

Régis AUBRY
Co-Président
Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie
Professeur associé, Médecine Palliative, CHU de Besançon

Patrick BAUDRY
Co-Président
Plateforme Nationale pour la Recherche sur la fin de vie
Professeur de sociologie, Université de Bordeaux Montaigne

Categories
appel à contribution

59th ERSA Congress “Cities, regions and digital transformations: Opportunities, risks and challenges”

 27–30 August 2019, Lyon, France 

Special session proposal

Transformations de l’offre sanitaire, mobilité spatiale et accès aux soins 

Les politiques publiques de santé, dans leur objectif de mieux répondre aux besoins des populations (McKeown, 1979 ; Illich, 1975), ont à faire face à de multiples enjeux liés, notamment, au vieillissement de la population, au développement de maladies chroniques, à la démographie des professionnels de santé et aux fortes inégalités sociales et géographiques de santé (Haschar-Noé et Lang, 2018). Les reconfigurations spatiales de l’offre de soins, opérées généralement sous fortes contraintes budgétaires, contribuent à modifier les conditions d’accès aux soins. En outre, la digitalisation de la santé fait émerger de nouvelles formes de coopération et de prise en charge de la santé (Freeman, 2002 ; Buthion, 2016 ; Slomian, 2017 ; Norman 2017) qui modifient le maillage territorial des acteurs et des services de santé. 

Cette session propose de s’intéresser à l’accessibilité, à la mobilité spatiale et à l’accès aux soins en les considérant dans leurs multiples dimensions : économiques, sociales, géographiques et technologiques, à différentes échelles (locale, régionale ou nationale) et dans différents contextes du Nord et du Sud. 

Les communications pourront, notamment (mais la liste n’est pas exhaustive) porter sur les aspects suivants : 

  • Reconfigurations de l’offre de soins, accessibilité géographique aux lieux de soins 
  • Mobilités spatiales liées aux soins (patients, aidants mais également soignants) 
  • Initiatives innovantes et effets du développement de la e-santé, de la télémédecine (réseaux de soins, objets connectés, soins à distance…) et des soins mobiles/itinérants (unité médicale mobile / soins à domicile) sur les pratiques 
  • Accompagnement des soins, relations entre soignants et soignés 

Deadline: 28 – 02 – 2019.

Pour plus d’informations concernant les modalités de cet appel (en anglais)

Contacts: Lyon2019@ersa.org

Bibliographie

  • Freeman R., 2002, The health care state in the information age, Public Administration, Vol. 80, n°4, pp. 751–767. 
  • Guagliardo M. F., 2004, Spatial accessibility of primary care: Concepts, methods and challenges, International Journal of Health Geographics, Vol. 3, n°3. 
  • Haschar-Noé N. and Lang T., 2018, Réduire les inégalités sociales de santé. Une approche interdisciplinaire de l’évaluation, (dir.), Presses universitaires du Midi, 524 p. 
  • Illich I., 1975, Medical Nemesis: The Expropriation of Health; Toronto – London: McClelland and Stewart in association with Calder and Boyars, 183 p. 
  • McKeown T., 1979, The Role of Medicine: Dream, Mirage, or Nemesis?, Oxford: Eng.: Blackwell, xvi, 207 p. 
  • Normand A., 2017, Prévenir plutôt que guérir, la révolution de la e-santé. Objets connectés, applis, big data, médecine prédictive, coll. Essai, Paris : Ed. Eyrolles, 198 p. 
  • Penchansky R., Thomas J. W., 1981, The concept of access: Definition and relationship to consumer satisfaction, Medical Care, Vol. 19, n°2, pp. 127–40.