Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Dossier thématique de la revue terrains & travaux: « Le gouvernement urbain des corps »

Le gouvernement urbain des corps
Action publique locale de santé et conduites corporelles
L’appel à contributions pour le dossier thématique de la revue terrains & travaux intitulé « Le gouvernement urbain des corps. Action publique locale de santé et conduites corporelles » est ici: [T&T] Appel – Gouvernement urbain des corps. Ce dossier est coordonné par Marina Honta, Jean-Charles Basson, Milena Jaksic et Olivier Le Noé.

La date limite pour l’envoi des contributions est le 2 octobre 2017.

Les propositions peuvent intégrer les acquis de la sociologie, de la science politique, de l’anthropologie, de la géographie et de l’histoire, en s’intéressant à la situation contemporaine ou en privilégiant la longue période. Les terrains investis peuvent porter sur le cas français, ou le dépasser pour prendre en considération des contextes étrangers, et engager des analyses internationales comparées. La revue accueille également des notes critiques s’inscrivant dans le thème du dossier.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution – Ouvrage collectif Alimentation et Santé

Appel à contribution lancé par des chercheurs du GRESEC (Université Grenoble Alpes) pour un ouvrage collectif  intitulé:

« Alimentation et santé : logiques d’acteurs en information-communication »

 

Cet ouvrage est dirigé par Viviane Clavier et Jean-Philippe De Oliveira.

Il sera publié chez ISTE Editions en juin 2018 et sera le deuxième d’une série sur « L’information dans le secteur de la santé ». Une édition en anglais est envisagée par l’éditeur chez Wiley.

L’objectif de cet ouvrage collectif est de proposer des contributions présentant une réflexion théorique, des cas d’études ou des retours d’expériences ayant comme point commun de questionner les rapports entre l’alimentation et la santé dans leurs dimensions infocommunicationnelles.

Dans un contexte où l’alimentation est de plus en plus abordée comme un enjeu de santé publique, il s’agira d’étudier les pratiques informationnelles des consommateurs soucieux de leur alimentation ou celles des professionnels concernés par la nutrition, d’analyser la circulation des discours dans l’espace public, les formes d’éditorialisation, de diffusion et d’usage de l’information, les stratégies de communication des acteurs, parfois contradictoires, sur l’alimentation pour la santé ou sur la santé par l’alimentation.

Calendrier :

  • Date de soumission des résumés : 2 mai 2017
  • Notification aux auteurs : 1er juin 2017
  • Date d’envoi des chapitres complets : 30 novembre 2017
  • Notification aux auteurs : 15 janvier 2018
  • Date de parution de l’ouvrage : juin 2018

L’appel à contribution complet est téléchargeable ici: Appel à contribution – Alimentation et Santé

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Les parcours de soins des enfants : une pluralité d’acteurs et de logiques

Appel à contribution :

Les parcours de soins des enfants :
une pluralité d’acteurs et de logiques

 

Numéro thématique coordonné par Déborah Kessler-Bilthauer

 Le sujet

À partir des années 1980, la sociologie et l’anthropologie francophones et anglophones, en particulier, font montre d’un intérêt croissant pour le corps, la santé et les soins des enfants (Bonnet, 1988 ; Brown et Ritchie, 1990 ; James et Prout, 1990 ; Cresson, 2006 ; Hardy et Lecomte, 2011). Privilégiant une approche parfois territorialisée par catégorie d’âge, symptômes, pathologies, institutions ou services médicaux, l’ensemble des travaux sur ces sujets cherche à révéler les spécificités de cette catégorie d’âge et des dispositifs thérapeutiques qui lui sont dédiés. Par-delà des orientations très diversifiées, ces travaux questionnent plus globalement, les notions « santé » et « enfance » en cherchant à déterminer ce qu’elles recouvrent en termes de pratiques, de représentations, de parcours et de logiques de soins.

Le rôle de la famille, de la parenté et de l’entourage – en particulier des femmes (Weber, Gojard & Gramain, 2003) – dans la gestion de la santé des enfants a été largement étudié pour mettre en valeur la dimension collective de la prise en charge d’un symptôme survenu chez l’enfant. Car l’intervention des proches en cas d’altération de la santé infantile peut se décliner dans la formulation d’un conseil, la recommandation d’un praticien de santé ou d’un remède. Mais l’entourage participe aussi au processus de soin lorsqu’il conduit ou accompagne le jeune malade chez un thérapeute ou veille à lui administrer un traitement.

Conjointement, les capacités de décision, d’interaction, de négociation, d’action et d’autonomie des enfants dans la gestion des symptômes qui affectent leur corps ou leur esprit ont été, plus récemment, mis en lumière ; si bien que les dimensions individuelles et collectives des itinéraires de soins des enfants exigent d’être pensées ensemble. Les parcours de soins se présentent ainsi comme le résultat d’une co-construction où l’enfant et son entourage (parenté large, voisinage, amis, milieu professionnel des parents, milieu scolaire de l’enfant, etc.) participent à la prise en charge du ou des symptôme(s) (Fassin, 1992). Face à une offre de soins plurielle qui inclut des dispositifs thérapeutiques conventionnels et non conventionnels, l’enfant, avec l’aide de ses proches, emprunte des itinéraires, des « cheminements thérapeutiques », complexes et sinueux pour pallier le trouble qui l’affecte (Rossi, 2007).

Sans maintenir de césure entre le rural et l’urbain, entre les pays du Nord et du Sud et entre les médecines disponibles, le concept de parcours de soin permet de restituer l’ampleur, dans nos sociétés actuelles, du pluralisme thérapeutique autrement dit, le recours simultané ou successif à plusieurs formes de médecine (générale, spécialisée, pédiatrique, alternative, non conventionnelle) et de soins différents. La littérature sur le sujet nous montre que le recours aux soins est à envisager à partir de plusieurs facteurs tels que le système d’offre de soins, sa disponibilité et son accessibilité, les représentations du corps et de la maladie, l’incorporation des normes sanitaires et thérapeutiques en vigueur, la situation financière et les capacités de mobilité des ménages, l’influence et la mobilisation des proches et la prise en compte de leurs savoirs d’expérience en santé. Les parcours de soins des enfants peuvent aussi dépendre de l’âge de l’enfant, la renommée de certains professionnels de santé, la reconnaissance de leurs compétences et expertise sur cette catégorie d’âge, la préférence pour tel établissement de soins, la disponibilité des thérapeutes et la relation de confiance instaurée entre parent(s), enfant et praticien.

L’analyse des déterminants, des acteurs et des logiques inhérents aux itinéraires thérapeutiques infantiles suppose une posture méthodologique particulière. L’approche émique consiste à recueillir les savoirs et les pratiques individuelles et collectives relatives aux faits de santé. Le suivi « au cas par cas » (Benoist, 1996, p. 7) des trajectoires de soins des enfants (non linéaires) permet d’appréhender la façon dont elles se construisent, se déconstruisent, se transforment, bifurquent, s’interrompent. L’étude des itinéraires de soins permet ainsi de révéler l’hétérogénéité des parcours et des liens entre l’enfant malade et son environnement.

Ce numéro thématique d’Anthropologie & Santé accueillera des contributions qui aborderont de manière ethnographique, théorique et/ou épistémologique des parcours de soins infantiles à partir de dimensions individuelles, collectives, sociales, sociétales et politiques. Ce numéro invite aussi des contributions portant sur le pluralisme médical ou la combinaison et l’articulation des registres médicaux visant à venir à bout d’un symptôme apparu chez l’enfant. Les champs magique et religieux, d’orientation thérapeutique, peuvent aussi être développés pour préciser la nature, l’étendue et la variété des parcours de soins infantiles. Les auteur-e-s sont invité-e-s à fonder leur réflexion et argumentation sur les pratiques, les expériences, les affects et les représentations à différentes étapes des itinéraires de soins empruntés par les enfants. S’appuyant sur une étude de cas ou optant pour une approche plus transversale du sujet, les parcours de soins seront analysés grâce à des données de terrain dites de première main.

Modalités de soumission et Calendrier

Les propositions de contribution comporteront un titre et un résumé de 400 mots maximum.

Elles devront d’abord être envoyées, dans un premier temps, à la coordinatrice du numéro, avant le 15 avril 2017, à l’adresse suivante : deborah.kesslerbilthauer@gmail.com

Les articles sélectionnés à l’issue de cette première étape seront ensuite transmis à la rédaction d’Anthropologie & Santé et seront évalués individuellement selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme.

La publication de ce numéro est prévue en novembre 2018

Références

Benoist Jean, « Prendre soins », Soigner au pluriel. Essais sur le pluralisme médical, Paris, Karthala, 1996, p. 496-506.

Bonnet Doris, Corps biologique, corps social. Procréation et maladies de l’enfant en pays mossi, Burkina Faso, Paris, Editions de l’ORSTOM, 1988.

Brown Janis, Ritchie Judith, “Nurses’ Perceptions of Parents and Nurses Roles in Caring for Hospitalized Children”, Children’s Health Care, n° 19, 1990, p. 28-36.

Cresson Geneviève, « La famille entre production de santé et consommation de soins », Recherches familiales n° 3, 1, 2006, p. 6-15.

Fassin Didier, Pouvoir et maladie en Afrique, Paris, PUF.

James Allison, Prout Allan (dir.), Constructing and Reconstructing Childhood. Contemporary Issues in the Sociological Study of Childhood, London, Falmer Press, 1990.

Hardy Anne-Chantal, Lecompte Hélène, « Le mal guéri. La relation thérapeutique à l’épreuve du cancer pédiatrique », Sociologie Santé, n° 33, Mars 2011, p. 173-192.

Rossi Ilario, 2007, « Quête de spiritualité et pluralisme médical. Reconfigurations contemporaines », In Nicole Gauthier-Durisch, Ilario Rossi, Jörg Stolz (dir.), Quêtes de santé : entre soins médicaux et guérisons spirituelles, Genève, Labor et Fides, 2007, p. 9-21.

Weber Florence, Gojard Séverine, Gramain Agnès, Charges de famille. Dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, La Découverte, 2003

 

Déborah Kessler-Bilthauer
Anthropologue au Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales, Université de Lorraine.
Mail: deborah.kesslerbilthauer@gmail.com

 

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: « Mise en place et développement de systèmes de protection sociale en Afrique : un état des lieux »

appel à contribution:

« Mise en place et développement de systèmes de protection sociale en Afrique : un état des lieux »

pour le numéro de janvier-mars 2018 de la Revue française des affaires sociales.
Dossier coordonné par Jean-Pierre Dupuis (INSEE) et Jeanne Fagnani (Paris 1, IRES).

schermata-2017-01-31-alle-00-07-14

Les articles sont attendus avant le 30 juin  2017.

Un format de 45 000 signes maximum est demandé.

L’appel s’adresse aux chercheurs en science politique, histoire, anthropologie, droit, économie et sociologie, ainsi qu’aux acteurs du champ de la protection sociale.

Cinq  thèmes sont proposés :

  • Conditions d’émergence et de développement des systèmes de protection sociale 
  • Systèmes de retraite : Qui finance ? Qui gère ? Quel taux de couverture ?
  • Santé et assurance-maladie : Qui finance ? Qui gère ? Quel taux de couverture ?
  •  Autres risques et besoins sociaux
  • Le système de protection sociale en Afrique du Sud : histoire, objectifs et résultats

L’appel à contribution, ainsi que les recommandations aux auteurs, sont à télécharger à cet adresse.

Sont également en ligne une présentation de la revue avec les conseils aux auteurs et les engagements déontologiques à respecter.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Colloque international: « Frontières, territoires de santé et réseaux de soin »

Appel à communication:

« Frontières, territoires de santé et réseaux de soin »

1er et 2 juin 2017

logoifdLes propositions de communication sont à envoyer au plus tard le mardi 28 février 2017 –
Texte de 3000 caractères dont titre et mots clés
à envoyer à francois.moulle@univ-artois.fr

En 2007, l’Université d’Artois organisait un colloque intitulé Frontières et santé – Genèses et maillages des réseaux transfrontaliers (Moullé, Duhamel, 2010). Cette manifestation qui croisait deux champs qui étaient rarement associés avait dressé un tableau de la situation en Europe et dans quelques régions du monde. A l’extérieur de l’Europe, les questions majeures étaient celles de la diffusion des pandémies, des difficultés d’accès aux soins en cas d’asymétrie dans la couverture médicale de part et d’autre de la frontière, de l’essor d’un tourisme de santé accéléré par le développement du transport aérien. Au sein de l’Union Européenne, les communications présentées ont permis de discuter des questions de compatibilité entre les systèmes nationaux de santé, entre l’offre de santé et les demandes des citoyens, et d’étudier l’impact de la libre circulation et de l’ouverture des frontières sur les services et les équipements médicaux et sociaux, à la fois à l’échelle européenne et dans des cadres transfrontaliers.

Dix ans plus tard, une nouvelle rencontre scientifique est envisagée. En effet, le sujet, auparavant marginal, se trouve à présent au cœur de l’actualité : il préoccupe les organisations et les acteurs du secteur de la santé tout autant que les opérateurs du transfrontalier et les institutions européennes. La production scientifique est, pour l’instant, relativement hétérogène.

L’accès aux soins est de plus en plus étudié selon une approche territorialisée ou réticulaire mais encore assez peu dans une perspective transfrontalière. La question de l’organisation des acteurs, de leur ancrage territorial et de l’impact de la frontière sur les processus décisionnels et les actions en matière de santé n’est pas assez prise en compte.

Aborder la question de la santé par le prisme de la frontière permet de mieux comprendre les logiques d’opportunité (Sohn, 2012) et les freins à la construction de coopérations.  Depuis 1998, l’Union européenne permet aux patients de consulter un professionnel de la santé dans tout Etat-membre, et d’être pris en charge par leur système national de santé. Mais cette disposition ne s’applique pas aux hospitalisations où une autorisation préalable reste nécessaire. La liberté de choix dont bénéficient les travailleurs frontaliers pour les équipements ne concerne cependant pas les autres citoyens vivant dans les zones frontalières. L’accès aux soins n’est pas encore une réalité quotidienne dans les espaces transfrontaliers en dépit de la liberté de circulation, à l’exception des domaines de secours d’urgence où, depuis 2007, le principe de l’efficacité de l’intervention a été instauré afin de sauver le plus rapidement possible des vies. A côté de ces difficultés, de nombreuses innovations ont été réalisées en matière de connexion et de complémentarité de réseaux de soins : création de Zones Organisées d’Accès aux Soins Transfrontaliers (ZOAST) ou construction de l’hôpital transfrontalier de Cerdagne, entre France et Espagne, inauguré en 2014.

Les interrogations portent certes sur l’Europe occidentale mais également sur des expériences menées sur les dyades dans l’ensemble de l’Europe, notamment dans les parties orientales, ainsi qu’ailleurs dans le monde. Les questions de l’organisation réticulaire ou spatiale des opérateurs de santé, de l’ancrage territorial – infranational ou transfrontalier – des services et des opérations médico-sociales méritent tout particulièrement l’attention. De fait la comparaison avec d’autres exemples à l’échelle mondiale pourra enrichir la réflexion générale.

La manifestation est envisagée dans un cadre multiscalaire (local, régional, transfrontalier) et pluridisciplinaire : les approches géographiques, sociologiques, historiques, économiques, médicales, anthropologiques, et de sciences politiques sont les bienvenues.

Plusieurs pistes sont ainsi proposées :

  • Quels types de projets socio-sanitaires sont instaurés et quels en sont les effets spatiaux ?
  • Quelles formes de gouvernance territoriale ou transfrontalière sont mises en place en matière de santé? Quelles régulations, quels partenariats ont émergé ?
  • L’accès aux soins en Europe fait-elle partie de la vie quotidienne transfrontalière en 2017 ? En dépit des logiques d’intégration, de nouveaux freins n’apparaissent-ils pas ? Autrement dit, La question de la santé participe-t-elle au savoir vivre ensemble territorial, au savoir vivre ensemble transfrontalier ?
  • Comment les systèmes de sécurité sociale coopèrent-ils entre pays, entre régions ?
  • Comment les différents temps de la vie sont-ils pris en compte dans les projets de coopérations territoriales voire transfrontalières ?
  • Les acteurs de santé localisés dans les espaces frontaliers développent-ils des stratégies spécifiques par rapport aux territoires nationaux voisins ?

Plus de renseignements sur le site de l’Institut des frontières et des discontinuités (IFD).

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) Non classé

Anthropologie & Santé : « L’hôpital. Vers une nouvelle anthropologie des mondes cliniques »

Anthropologie et santé

Appel à contribution:

« L’hôpital. Vers une nouvelle anthropologie des mondes cliniques »

 

Pour le numéro spéciale de la revue Anthropologie & Santé coordonné par :

Fanny CHABROL (Cermes3, Paris/Villejuif, France) :
fannychabrol@yahoo.fr

Janina KEHR (Centre for Medical Humanities, University of Zürich, Suisse) :
janina.meillan-kehr@uzh.ch

Argumentaire

La récente épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest a constitué un moment paroxystique dans la visibilité mondiale de l’effondrement des hôpitaux en Afrique. Abandonnés par les soignants au plus fort de la crise, certains hôpitaux comme le Redemption Hospital de Monrovia ont fermé. Des corps sans vie ont été oubliés devant des portes closes pendant que la prise en charge s’opérait dans les centres de traitement de Médecins Sans Frontières. À Paris, à la suite des attaques terroristes du 13 novembre 2015, les hôpitaux publics ont été célébrés pour leur réponse extraordinaire déployant dans la nuit une véritable « médecine de guerre », une « mobilisation exemplaire » grâce au courage des soignants et l’efficacité du plan blanc. Le caractère exceptionnel de ces événements suscite la sidération et la peur, mais aussi la célébration d’une image victorieuse de la biomédecine hospitalière occidentale — capable de technicité, d’efficacité et de solidarité tandis que cette même médecine hospitalière montre son impuissance et sa dangerosité en Afrique de l’Ouest.

Au-delà de ces exemples extrêmes, le fonctionnement quotidien des hôpitaux face à des crises et changements majeurs – économiques aussi bien que sanitaires – fait l’objet de fortes critiques, en Afrique comme en Europe. En Afrique subsaharienne, les hôpitaux publics subissent de longue date un ensemble de contraintes matérielles, financières et morales considérables, résultant en des soins coûteux et de piètre qualité. En Europe, les politiques d’austérité récentes s’ajoutent au « New Public Management » et transforment la pratique médicale dans les espaces cliniques. En somme, comme piliers des systèmes de santé contemporains, les hôpitaux sont contestés pour l’imperfection de leurs capacités de soin et sont soumis à des évaluations permanentes en même temps qu’ils sont héroïsés comme symboles phares du progrès médical et de la prolongation des vies. Ainsi, de Yaoundé à Boston et de Madrid à Delhi, les hôpitaux incarnent des tensions entre excès – de modernité, de médicaments, de technologies diagnostiques, de mesure – et rareté – soulignée par l’austérité, l’audit, et le contrôle. Ces tensions et nouveaux défis appellent à revisiter l’institution hospitalière dans le monde, comme objet anthropologique et comme site emblématique à travers lequel se cristallisent les enjeux liés à l’économie politique et morale de la santé publique contemporaine.

L’hôpital est aujourd’hui un objet de recherche foisonnant en anthropologie. Ainsi, depuis 2004, plusieurs numéros spéciaux sur les hôpitaux ont été publiés participant à la construction du champ de « l’ethnographie hospitalière » et de l’hôpital comme terrain anthropologique. Les hôpitaux sont devenus des sites phares pour observer la biomédecine car ils reflètent et renforcent les processus sociaux et culturels d’une société donnée (van der Geest & Finkler, 2004 ; Fortin, 2013). Qu’il s’agisse de distinguer les formes de prise en charge à partir de l’éthique en pratique (Fassin, 2008) ou de montrer comment la médecine improvise (Livingston, 2012), l’ethnographie hospitalière permet de relier les pratiques de soin à une histoire politique et morale plus vaste, et de concevoir l’hôpital comme une hétérotopie, oscillant entre ordre et désordre (Street & Coleman, 2012), stabilité et instabilité, simultanément réelle, imaginée et affective. Les hôpitaux sont aussi des lieux de mémoire, éveillant la nostalgie d’un temps où l’on y était soigné ; des lieux de médecine et de science, emblématiques des traces laissées par les attentes passées (Geissler 2013 ; Lachenal, 2013). L’apport de la sociologie des sciences et des techniques a enrichi l’étude de l’hôpital comme espace technique dans lequel les frontières du normal et du pathologique, du stérile et du non-stérile s’évanouissent (Keating & Cambrosio, 2003). En somme, l’hôpital est, non pas seulement un terrain ethnographique, mais un véritable objet anthropologique du monde contemporain, dont la complexité technologique, politique, économique et morale, tout comme ses multiples formes historiques et affectives demandent à être approfondies par une nouvelle lecture anthropologique.

Nous concevons l’hôpital comme un lieu qui condense des technologies, des pouvoirs et des affects. Au-delà d’un lieu médical professionnalisé, l’hôpital est un lieu de vie qui réunit l’expérience individuelle et collective, les aspirations sociales et politiques ainsi que les rationalités économiques. C’est un terrain d’expérimentation scientifique et économique, un lieu d’expérience et d’expertise, et un espace de lutte politique.

Ce numéro spécial d’Anthropologie & Santé invite des contributions qui abordent de manière ethnographique des hôpitaux sous l’angle des enjeux politiques, économiques, moraux et scientifiques contemporains qui s’y manifestent, s’enchevêtrent et se contredisent. Dans une perspective résolument globale, au-delà des frontières géographiques entre Sud et Nord, Est et Ouest, nous invitons des contributions qui problématisent l’hôpital comme lieu de rencontre des flux globaux de savoirs, d’investissements financiers, de techniques, de professionnels et de matériaux, qui se concrétisent et sont échangés en fonction des pays, des États et de leurs histoires politiques. Les problématiques d’économie politique – dans leur matérialité, leurs infrastructures – comme les expériences affectives et morales – abandon, attachement – qui se déploient à l’hôpital seront particulièrement bienvenues. Nous encourageons des contributions à la fois ethnographiques et théoriques qui analysent les phénomènes d’austérité, d’économisation et de privatisation des hôpitaux dans une économie néolibérale, conjointement avec les expériences, les affects et les engagements d’hommes et de femmes qui voient leurs vies imbriquées avec l’institution hospitalière aujourd’hui. Nous invitons les auteur-e-s à fonder leurs réflexions sur leur propre matériau ethnographique, la priorité étant donnée aux contributions reposant sur des enquêtes de terrain de première main.

Références

  • Fassin, D., 2008. The elementary forms of care: An empirical approach to ethics in a South African Hospital. Social Science & Medicine 67: 2, 262–270.
  • Fortin S. (dir.), 2013. Ethnographies hospitalières : l’hôpital et ses terrains. Anthropologie et sociétés, 37: 3.
  • Geissler, W., 2013. Stuck in Ruins, or Up and Coming? The Shifting Geography of Urban Public Health Research in Kisumu, Kenya. Africa 83: 4, 539-560.
  • Keating, P. et A. Cambrosio, 2003. Biomedical Platforms: Realigning the Normal and the Pathological in Late-Twentieth-Century Medicine. MIT Press.
  • Lachenal, G., 2013. Le stade Dubaï de la santé publique. Revue Tiers Monde 3: 215, 53–71.
  • Street, A. et S. Coleman, 2012. Introduction Real and Imagined Spaces. Space and Culture 15: 1, 4–17.
  • Livingston, J., 2012. Improvising Medicine: An African Oncology Ward in an Emerging Cancer Epidemic. Duke University Press.
  • Van Der Geest, S. et K. Finkler, 2004. Hospital ethnography: introduction. Social Science & Medicine 59: 10, 1995–2001.

Modalités de soumission et calendrier

Les propositions de contribution comprendront un titre et un résumé de 400 mots maximum. Elles devront être envoyées dans un premier temps aux coordinatrices du numéro, avant le 15 septembre 2016Les articles sélectionnés par les coordinatrices à l’issue de cette étape devront leur être adressés avant le 15 février 2017. Ils seront alors transmis à la rédaction d’Anthropologie & Santé et évalués individuellement (double évaluation externe et anonyme). Une prépublication des articles aura ensuite lieu au fur et à mesure de leur finalisation, et le numéro thématique paraîtra dans son entier en mai 2018.