Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication Non classé

Appel à communication: Gouverner les corps et les conduites

Colloque organisé par: Réseau Jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida & Groupe Traitements et Contraintes
Date colloque:  15 et 16 octobre 2020
Lieu: ENS, Lyon

« Gouverner par » les instruments, les nombres, l’écoute, les cartes, les finances publiques, les labels, les accommodements, les fichiers, les honneurs, la science, la proximité, le temps, les prix Le chantier de la “gouvernementalité” ouvert par Michel Foucault (2004) a suscité de nombreux développements théoriques dans diverses disciplines (Berlivet, 2013), qui en révèlent toute la dimension heuristique pour les sciences sociales. Seize ans après Le gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004), ce colloque vise à réinterroger les usages de cette notion permettant d’analyser des phénomènes sociaux. Alors que le « gouvernement de » insiste sur l’objet gouverné (ou à gouverner), et crée donc une dichotomie entre gouvernant.e.(s) et gouverné.e.(s), « gouverner par » porte davantage sur les instruments d’évaluation mobilisés comme techniques de gouvernement, créateurs de normes et, par opposition, de déviances à l’ordre instauré. Il s’agit de questionner la manière dont les sciences sociales mobilisent et se réapproprient ces deux faces de la notion. Ce colloque propose d’en éclairer les enjeux selon les ancrages disciplinaires et théoriques, les échelles d’analyse, les objets d’étude, les espaces et les temporalités (politiques, institutionnelles, historiques, de la recherche…).

Axes:

1. Permanences et mutations d’un dualisme gouvernants/gouvernés

Un premier axe de réflexion vise à interroger la permanence d’un dualisme strict entre « gouvernants » et « gouvernés ». Ces deux pôles ne peuvent-ils pas être plutôt saisis par leurs mutations et leurs dynamiques ? Parce qu’« il n’y a pas de pouvoir mais des rapports de pouvoir » (Foucault, 2004), la perspective foucaldienne remet en question cette opposition et permet d’en penser la réversibilité ou du moins l’ambivalence. Les communications pourront réfléchir aux usages et mobilisations hétérogènes de ces concepts, ainsi qu’aux enjeux de la caractérisation des réalités étudiées : doit-on, par exemple, parler de gouvernants/gouvernés ou de dominants/dominés (Bourdieu, 1980) ? Cette interrogation s’avère particulièrement productrice de sens si l’on tient compte du contexte néolibéral dans lequel elle s’insère (Dardot & Laval, 2010) et des redistributions ou dépossessions opérées dans les rapports de pouvoir et entre les individus (Laval, 2018 ; Biland, 2019). Les modalités de la relation entre gouvernants et gouvernés peuvent également s’appréhender à partir des instruments de l’action publique (Dubuisson-Quellier, 2016) en ce sens qu’ils sont « porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé » (Lascoumes & Le Galès, 2004). Il s’agira d’interroger leur place et leur pluralité dans la conduite de l’action publique.

2. Catégoriser, quantifier, évaluer

Une deuxième piste de réflexion s’articule autour des catégories, des procédures et des instruments employés, à différentes échelles, pour quantifier, classer et évaluer les corps et les conduites. Les propositions de communication pourront porter sur le déploiement d’indicateurs visant à évaluer les dispositifs de politiques publiques, comme l’Hôpital (Bertillot, 2018) ou l’Université (Eyraud & al., 2011 ; Brusadelli & Lebaron, 2012). À une autre échelle, elles pourront questionner la façon dont les individus se saisissent eux-mêmes d’indicateurs et d’instruments, afin de s’auto-mesurer, se comparer, se transformer (Dagiral & al., 2019a ; Dagiral & al., 2019b ; Dalgalarrondo & Fournier, 2019 ; Illouz, 2019). Les propositions de communication pourront également interroger la performativité de catégories, de pratiques de quantification et de classements (Desrosières & Thévenot, 1988 ; Hacking, 1995 ; Baudot, 2016; Trachman & al., 2018) ou, à l’aune de nouveaux objets d’étude, prolonger les réflexions sur le double enjeu des statistiques comme outil de preuve et outil de gouvernement (Desrosières, 2014). Enfin, en prenant le contre-pied des propositions précédentes, des contributions pourront s’intéresser à ce qui échappe à ces pratiques de catégorisation et de quantification, à ce que l’on (se) refuse de compter, à ce que l’on n’imagine pas évaluer, à ce que l’on évite de nommer.

3. Se dire ou être dit : une injonction à la mise en récit de soi

Ce troisième axe de réflexion porte sur les récits de soi sollicités par les institutions. Il s’agit de prolonger les réflexions engagées sur l’avènement d’une société biographique dans laquelle les individus sont tenus de se raconter (Darmon, 2008 [2003] ; Memmi, 2003 ; Fassin & Memmi, 2004) et, s’ils souhaitent accéder à des prestations sociales, d’insérer leurs récits dans des rhétoriques, comme le « mérite » (Fassin, 2001), l’ « autonomie » (Lahire, 2007 [2005]) ou le « projet » (Boltanski & Chiapello, 1999 ; Cayouette-Remblière, 2016 ; Mahi, 2018). Ces « injonctions biographiques » (Astier & Duvoux, 2006 ; Duvoux, 2009) sont au fondement de nombreuses politiques sociales et traversent ainsi une pluralité de scènes dont il s’agirait de poursuivre l’exploration. Comment ces injonctions au récit sont-elles intériorisées ou mises à distance par les usagers (et/ou réciproquement par les agents institutionnels) au regard de leurs dispositions, de leurs trajectoires sociales ? Les propositions de communication pourront aussi interroger des processus cognitifs engagés par les individus tels que la disposition à la réflexivité (Archer, 2012 ; Coutant, 2008), le développement personnel (Brunel, 2008 ; Marquis, 2015) ou le travail émotionnel (Hochschild, 2017 [1983]).

4.Corps dans les institutions, corps institués

Ce quatrième axe de réflexion vise à décrire la variabilité avec laquelle les individus sont travaillés par les institutions, mais aussi comment ils les transforment en retour. Les communications pourront prolonger les réflexions analysant comment certaines institutions, qu’elles soient « totales » (Goffman, 1961), « disciplinaires » (Foucault, 1975), ou « enveloppantes » (Darmon, 2013), produisent certains corps et certaines conduites. Les communications pourront également interroger la « production du consentement » des individus (Burawoy, 2015) par des institutions où des marges de liberté sont certes négociables mais également prises dans des rapports de pouvoir (Sempé & al., 2007). Par ailleurs, les communications pourront s’attacher à décrire comment certains usagers de ces institutions acquièrent une expertise sur les savoirs dont ils sont l’objet, à l’instar de l’émergence des patients-experts dans le champ du VIH/SIDA (Epstein, 1996 ; Gelly & Pavard, 2016 ; Lochard & Simonet, 2009 ; Barbot, 2002). Enfin, les communications pourront également explorer comment les individus négocient la gestion de leurs insertions sociales en dehors de ces institutions (Baszanger, 1986).

Info pratiques:

Les résumés des propositions de communication, de 500 mots maximum, sont attendus pour le 2 mai 2020 et doivent :
− Comporter un titre ;
− Indiquer le nom du ou des auteur.e.s et de leur(s) institution(s) de rattachement (affiliations complètes) ;
− Préciser le matériau sur lequel s’appuie le propos ;
− Être envoyés à l’adresse suivante : colloque.gouvernement@gmail.com.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail mi-juin 2020.

Pour toute question relative à l’événement ou demande de précisions vous pouvez contacter :
iris.condamine@inserm.fr ou marina.silva.duartee@gmail.com

Comité d’organisation : Cyriac Bouchet-Mayer (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux
(Cermes3), Laura Delcourt (CeRIES), Marina Duarte (LEGS), Julia Legrand (Cermes3), Lara Mahi (Centre Max Weber), Alexandre Michel (Cermes3), Isaora Rivierez (Cerlis), Théo Sabadel (Triangle).

Comité scientifique : Luc BERLIVET (Cermes3, CNRS), Jean-François BERT (IHAR, Université de Lausanne), Marianne BLIDON-ESNAULT (CRIDUP, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Yasmine BOUAGGA (Triangle, CNRS), Flavien BOUTTET (APEMAC, Université de Lorraine), Christophe BROQUA (Institut des mondes africains, CNRS), Baptiste BROSSARD (College of Arts and Social Sciences, Australian National University), Fanny CHABROL (CEPED, IRD), Gilles CHANTRAINE (Clersé, CNRS), Philippe COMBESSIE (Sophiapol, Université Paris Nanterre), Mathilde DARLEY (CESDIP, CNRS), Christine DETREZ (Centre Max Weber, ENS de Lyon), Eric FASSIN (LEGS, Université Paris 8), Sylvain FEREZ (SantÉSIH, Université de Montpellier), Nicolas FISCHER (CESDIP, CNRS), Virginie GAUTRON (Laboratoire Droit et Changement Social, Université de Nantes), Gabriel GIRARD (SESSTIM, INSERM), Miriam GROSSI (Centro de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade Federal de Santa Catarina), Laure HADJ (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne), Marie JAUFFRET-ROUSTIDE (CERMES3, Université Paris Descarte), Martine KALUSZYNSKI (Pacte, CNRS), Frédéric LE MARCIS (Triangle, ENS de Lyon), Stéphane LEROY (ESO, Université d’Angers), Lara MAHI (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Dominique MEMMI (CRESPPA, CNRS), Julie MINOC (Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin), Cindy PATTON (Faculty of Sociology and Anthropology, Simon Fraser University), Pascale PICHON (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Sacha RAOULT (LDPSC, Université Aix-Marseille), Ranabir SAMADDAR (Distinguished Chair in Migration and Forced Migration Studies, Calcutta Research Group), Barbara STIEGLER (Sciences Philosophie Humanités, Université Bordeaux-Montaigne), Emmanuel TAÏEB (Triangle, Sciences Po Lyon), Tonya TARTOUR (Centre de sociologie des organisations, Sciences-Po), Gaëtan THOMAS (Centre de recherches historiques, EHESS), Lars THORUP LARSEN (Department of Political Science, Aarhus University), Frieder VOGELMANN (Social Sciences Department, Frankfurt University).

Lien: https://shsvih.hypotheses.org/

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à proposition : Les médecines et les médicaments en Afrique et en Europe.

Dans le cadre des Rencontres des Etudes Africaines en France 2020, qui auront lieu à Marseille du 7 au 10 juillet, on attend des propositions pour l’atelier: « Les médecines et les médicaments en Afrique et en Europe : approche croisées en sciences sociales européennes et africaines. »

Les personnes intéressées à communiquer sont invitées à envoyer un résumé de leur communication aux deux adresses suivantes: natewinde.sawadogo@yahoo.fr ; carine.baxerres@ird.fr,

Avant le 4 janvier 2020 dernier délai.
Les résumés devront compter 2500 signes (espaces compris) maximum.

Argumentaire de l’atelier :

Le développement des sciences sociales s’est fondé sur une double projection. D’une part l’Europe des lumières s’est très vite caractérisée comme une société industrielle, qui dorénavant n’évoquait la société traditionnelle que comme un vestige du passé. D’autre part, ce qui caractérisait l’Afrique, c’est sa proximité avec les formes « primitives » de la vie sociale. Ce que l’Europe mettait dans les vestiges de son passé, elle en faisait des attributs des sociétés africaines. Dans ce grand partage, la sociologie et l’histoire étaient réservée à l’analyse des sociétés industrielles à tradition écrite tandis que l’anthropologie, elle, devait s’occuper des « sociétés primitives », « sans écriture ». Pourtant, au moment du grand partage disciplinaire comme aujourd’hui, l’Europe et l’Afrique traditionnelle et/ou rurale coexistent avec l’Europe et l’Afrique industrielle et/ou urbaine, la modernité et la tradition n’étant pas toujours là où on les attend. Ce grand partage disciplinaire avec ses implications épistémologiques, théoriques et méthodologiques se corrigent progressivement depuis plusieurs décennies, mais les espaces de discussions permettant ces regards croisées sont encore trop rares.
Nous proposons à travers ce panel l’exercice conjoint de ces regards sur des objets de recherche spécifiques : les médecines et les médicaments, à travers le temps et l’espace en Europe et en Afrique. Deux axes de questionnements organiseront ces échanges : 1) les professions liées à la santé : leurs pratiques, discours, savoirs ainsi que leur structuration, 2) les marchés des médicaments (spécialités ou remèdes) : les produits qu’ils proposent, les acteurs (producteurs comme distributeurs) qui les portent et les régulations qui les encadrent. Les communications présentant des regards de chercheurs africains sur l’Europe, y compris dans ses prolongements coloniaux, sont encouragées.

Responsables de l’atelier : Carine Baxerres (IRD, MERIT) et Natewinde Sawadogo (Université Ouaga II)

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à contribution – Atelier Santé, Science et globalisation, EHESS Paris

Appel à contribution – Atelier Santé, Science et globalisation

Dans le cadre d’un Atelier de Doctorants mensuel à l’EHESS-Paris, nous invitons des jeunes chercheurs.ses à présenter leurs recherches et de les discuter autour des thèmes de la science, la santé et sur des phénomènes tels que la création de marchés, la circulation de savoirs et de personnes, le transfert de technologies, la mondialisation et la globalisation.

L’atelier envisage créer un espace de dialogue et d’échanges entre des doctorant.e.s et des jeunes chercheurs.ses en histoire, sociologie, anthropologie et d’autres disciplines en sciences sociales travaillant sur ces sujets. Par la présentation et la discussion de nos propres travaux et de ceux des doctorant.e.s et chercheur.se.s invité.e.s, notre but est d’explorer les multiples possibilités, mais aussi les limites des approches relationnelles pour penser la science et la santé dans un monde en train de se globaliser.

La première séance, le 20 novembre 2019, à laquelle vous êtes invité.e.s, sera dédiée à une introduction et discussion de textes pertinents. Ensuite, à chaque séance, nous discuterons d’un sujet en particulier (un concept, une méthode, une théorie) à partir de la recherche de l’invité.e (30-40 min) et d’un texte d’appui d’un.e autre auteur.e choisi pour complémenter la présentation. Les sujets que nous souhaitons examiner pendant cette année sont les suivants :

  • Innovation, production et industrie
  • Construction et régulation de marchés de biens scientifiques et thérapeutiques
  • Histoire globale et histoire des sciences et de la santé
  • Circulation de savoirs et d’experts
  • Construction de frontières et de clivages géographiques (Nord/Sud, Centre/Périphérie, civilisé/sauvage, national/global)
  • Diplomatie scientifique
  • Le rôle des États dans la promotion de la santé
  • Santé et migrations
  • Santé mentale
  • Mondialisation de la santé
  • Santé Globale

Les propositions sont à envoyer à sante.science.globalisation@gmail.com jusqu’au 30 octobre 2019, incluant un titre et une brève synthèse de votre communication (environ 200 mots), ainsi que 2 ou 3 dates où vous êtes disponible (dates disponibles : le 18 décembre, le 15 janvier, le 19 février, le 18 mars, le 15 avril, le 20 mai, et le 17 juin).

Une fois les travaux sélectionnés, nous demanderons un résumé long (1 page) un mois avant la présentation afin de préparer au mieux la discussion.

L’Atelier aura lieu tous les 3e mercredi du mois de 15 h à 17 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 20 novembre 2019 au 17 juin 2020.

 

Comité d’organisation:
Matheus Alves Duarte Silva, doctorant à l’EHESS ( CAK )
Alila Brossard Antonielli, doctorante contractuelle à l’EHESS ( CERMES3 )
Laïs Caminoto Geiser, doctorante à l’EHESS ( IRIS )
Koichi Kameda De Carvalho, doctorant à l’EHESS ( CERMES3 )
Shiori Nosaka, doctorante à l’EHESS ( CERMES3 )

 

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à communications – Journée d’études « L’objet « pesticides » en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique? »

Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, les pesticides sont devenus la pierre angulaire d’un modèle agricole basé sur l’utilisation croissante d’intrants issus de la chimie. Longtemps considérées comme une avancée révolutionnaire pour protéger les cultures, améliorer les rendements agricoles et répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale grandissante, ces substances se sont progressivement diffusées aux quatre coins du monde. Cependant, avec les alertes de plus en plus fréquentes concernant leurs effets incontrôlés (épuisement des sols, perte de la biodiversité, résistances aux molécules nécessitant des achats croissants de pesticides, affaiblissement de la santé humaine, animale et environnementale), l’usage de ces substances et leur pertinence sont corrélativement remis en question. Les modes de production agricole et de consommation alimentaire sont dès lors réinterrogés par les acteurs sociaux, économiques et/ou politiques, dans des formes et à des degrés variables. Dans les récits de ce début du 21 e siècle, la question des « alternatives » est posée pour penser un modèle plus durable, moins polluant et moins anthropocénique, c’est-à-dire moins centré sur l’homme et plus respectueux de l’environnement.

La notion de « transition écologique » qui sous-entend un impératif de changement, attire le regard des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent sur le long terme aux relations des humains avec leur environnement. Nous envisageons cette notion dans une acception large, comme le renouvellement de pratiques et de principes plus respectueux du monde vivant. Les démarches servant ce dessein existent depuis fort longtemps à travers les sociétés, dans des formes buissonnières, plus ou moins visibles et plus ou moins politisées. Dans les démocraties occidentales productrices du modèle agricole en question, le concept est entré dans le vocabulaire commun. Il est utilisé par l’ensemble des formations politiques. Les instances gouvernementales en font parfois leur priorité. Il fait l’objet de nouvelles législations. La société civile et les citoyens s’en saisissent également. A l’échelle macro-politique, la transition écologique se décompose en plusieurs volets interdépendants : transition agro-alimentaire, transition industrielle, transition énergétique et préservation de la biodiversité. Concrètement, dans les micro-espaces d’intervention des individus, ancrés ou non dans les instances politiques et/ou associatives, cette notion revêt des significations, des interprétations et des pratiques qui restent à explorer.

Au cours de cette journée d’étude nous souhaitons mettre en discussion des recherches en sciences humaines et sociales qui étudient la « transition écologique » à partir de la question des pesticides. Il s’agira de mettre en lumière, tant dans les Nords que dans les Suds, la manière dont émergent, s’expriment et se construisent les initiatives de transformations et/ou leurs entraves. Dans le secteur agricole, le recours à l’agrochimie fait généralement autorité mais des alternatives juridiques, règlementaires, et des pratiques plus ou moins affichées se mettent en place ici et là.

 Nous tenterons d’avancer ensemble sur les questions suivantes : peut-on réellement parler de transition écologique en matière de pesticides ou est-on encore dans un système d’utilisation systémique dont il reste difficile d’échapper ? Comment les travaux en SHS permettent-ils de dépasser cette dualité et de proposer des lectures fines et nuancées de changements de pratiques plus ou moins rendues visibles ? Inversement, comment l’analyse des usages des pesticides et de leurs contraintes permet-elle de questionner la notion de « transition écologique » ? Pourquoi cette notion se diffuse-t-elle en place et lieu de celle de changement ? De quelles transformations idéologiques, politiques et scientifiques, ce glissement conceptuel témoigne-t-il ?

Les approches interdisciplinaires, croisant sciences sociales et sciences expérimentales, sciences sociales et approches écoféministes, sciences sociales et sciences appliquées attireront également notre attention. L’appel est ouvert aux doctorant-e-s, jeunes chercheur-e-s et chercheur-e-s confirmé-e-s. Les contributions pourront restituer des résultats d’enquêtes, des pistes de réflexion sur des enquêtes en cours de réalisation, ou encore des travaux à un stade programmatique.

Les modalités de soumission des propositions sont les suivantes :

Chaque intervention durera 30 minutes. Les propositions de communication seront envoyées sous la forme d’un résumé d’environ 400 mots accompagné d’une présentation de(s) (l’) auteur(e)(s) (statuts, institution de rattachement, thèmes de recherche, adresse électronique) aux membres du comité d’organisation : Carole Barthélémy (carole.barthelemy@univ-amu.fr), Eve Bureau-Point (eve.bureau-point@univ-amu.fr) et Dorothée Dussy (ddussy@ehess.fr).

Ouverture de l’appel à communication : 2 septembre 2019

Date limite de réception des propositions : 15 octobre 2019

Notification de décision : 30 octobre 2019

Journée d’étude : 6 février 2020, Centre Norbert Elias, La Vieille Charité, Marseille 13002.

Publication : Une publication est prévue.

Télécharger l’appel à communications: appel JE Pesticides

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à communications – École Thématique EHESS « Institutions de soin : crises et transformations aux Nords et aux Suds » (Marseille)

Institutions de soin : crises et transformations aux Nords et aux Suds

École thématique interdisciplinaire de recherche
Marseille, 25-29 novembre 2019

En vue de former de jeunes chercheurs et chercheuses – doctorat et post-doctorat – dans une perspective interdisciplinaire aux enjeux liés aux transformations des institutions de soins aux Nords et aux Suds, au coeur de l’actualité de la recherche en sciences sociales de la santé, l’EHESS organise dans le cadre du Programme de recherches interdisciplinaires « Santé » une école thématique à Marseille (Vieille Charité) du 25 au 29 novembre 2019.

« Crise aux urgences », « déserts médicaux », « psychiatrie abandonnée », « scandale dans les EHPAD », etc., il est difficile d’échapper aujourd’hui à une multitude d’alertes sur l’état du système de santé français pourtant vanté au début des années 2000 comme « le meilleur système du monde ». Mais le système français n’est qu’un cas parmi d’autres des transformations induites par les restrictions budgétaires, des pays comme la Grèce ou l’Espagne subissent eux aussi les effets des restructurations suivant la période 2008-2009 et les systèmes de prise en charge sanitaire, conçus comme modalité de socialisation du risque, ont été parmi les premières victimes de cet épisode. Outre les pays des Nords, les pays des Suds offrent un observatoire pertinent des effets des politiques de l’austérité puisqu’ils en font l’épreuve depuis plusieurs décennies avec des systèmes de santé profondément désorganisés par les politiques d’ajustement structurel des années 1980-1990.

Il s’agit aujourd’hui d’étudier l’ensemble des composantes des systèmes de soin dans leur rapport à cette situation critique de changement et de rationnement. L’hôpital, en premier lieu, est, dans la plupart des pays, le centre névralgique du système, celui où la médecine de pointe côtoie la prise en charge médico-sociale des plus démuni.e.s, et, ces dernières années, des réfugié.e.s. L’hôpital apparaît comme un lieu privilégié d’observation de la crise autant financière qu’institutionnelle que connaissent les organisations de santé : manque de personnel, locaux vétustes, stress des professionnel.les soignant.e.s, suicides au travail, difficulté de recrutement, crise des vocations, relations difficiles avec les patient.e.s, conflits avec les fournisseurs et les sous-traitant.e.s, tensions avec la tutelle administrative etc. Il est aussi un terrain d’analyse en matière d’autonomie professionnelle, de rapports de pouvoir (entre forces médicales, paramédicales et gestionnaires), de logiques cliniques (opération de tri, déterminants de la « décision médicale ») ou de mobilisation de patient.e.s. De nombreux travaux sont venus réactualiser depuis les années 2000 l’intérêt des sciences humaines et sociales pour l’hôpital. Ils ont étudié l’inscription de cette organisation dans un champ de réformes allant au-delà des seules politiques de santé, ainsi que l’accroissement des contraintes gestionnaires. Les effets de ces réformes, notamment en termes de réorganisation du travail ont aussi été étudiés, ainsi que le développement des indicateurs de qualité des soins et la régulation des innovations biomédicales. L’école thématique sera l’occasion de revenir sur ces travaux mais aussi de penser l’hôpital comme « infrastructure » technique et sociale à partir de laquelle est pensé le soin médical, selon des logiques quelquefois divergentes. C’est donc de l’hôpital en tant qu’organisation de soin qu’il sera question lors de cette École thématique.

Ces réformes ont conduit dans de nombreux pays à renforcer les contraintes pesant sur les établissements de santé (règles bureaucratiques et contraintes financières) tout en maintenant fondamentalement la centralité de l’hôpital dans le système de soin. Si la structuration de l’administration en charge des politiques hospitalières a été étudiée pour le cas de la France, il y a intérêt à replacer l’histoire territoriale, sociale, politique, médicale de hôpital dans une plus longue durée, en l’articulant aux échelles de son territoire, dans différentes régions du monde. Plus largement, cette école thématique sera l’occasion de revenir sur l’histoire de l’hôpital comme infrastructure et celle de ses alternatives ou critiques, entre différentes régions du monde. L’hôpital public en Afrique émerge ainsi d’une crise à l’autre et malgré l’afflux des acteurs de la « Global Health » sur certaines pathologies, comme un espace dans lequel l’improvisation médicale domine face à des enjeux de soin et de santé publique toujours plus complexes.

Mais si l’hôpital est un espace à part dans le système de soin, il n’est pas le seul point d’observation. Ce qui est appelé « médecine de ville » ou centres de premiers secours doit désormais, autant que faire se peut, être analysé simultanément à l’institution hospitalière. En France, alors qu’elle est annoncée comme la solution à la crise hospitalière, la médecine de ville peine à répondre à l’ensemble des besoins de santé de la population. Les déserts médicaux et la crise de la démographie médicale semblent se heurter aux projets de réformes annonçant un grand « virage ambulatoire ». Les dispensaires et les centres de santé mutualistes, ou associatifs, éprouvent des difficultés économiques croissantes, au risque d’augmenter les inégalités d’accès aux soins. La fermeture de petites maternités dans des zones peu densément peuplées vient illustrer un fossé se creusant entre des personnes ayant accès à des structures présentes dans les grands centres urbains et celles vivant sur des territoires où ferment les cabinets médicaux, les gares de chemin de fer, les bureaux de poste, etc. L’abandon des programmes de santé communautaire de l’OMS développés dans les années 1970, après l’annonce du plan « Investing in Health » de la Banque mondiale en 1993, représente à l’échelle internationale une étape importante de ces transformations qui se jouent à l’échelle urbaine.

Pour autant, les besoins sanitaires des populations dispersées sur le territoire ne peuvent-ils être satisfaits que par une offre hospitalière ? De nombreuses mobilisations sociales tentent de peser sur ces évolutions, par exemple de la part des élu.e.s, de professionnel.le.s de santé ou des associations de patient.e.s ou de consommateurs.trices. Face au vieillissement de la population et au manque d’attractivité de certains territoires, des initiatives sont prises pour délivrer des soins autrement, en dehors de l’hôpital. Des expérimentations, comme les maisons de santé pluriprofessionnelles, les infirmièr.e.s en pratique avancée ou l’éducation thérapeutique des patient.e.s, transforment la manière dont les soins sont délivrés dans le secteur libéral. Certaines de ces innovations rencontrent même parfois le souhait des patient.e.s de diminuer la médicalisation, comme les maisons de naissance.

Cette école thématique visera à comprendre les transformations à l’oeuvre dans les systèmes de santé, à la fois en termes d’acteurs.trices, d’instruments et de logiques cognitives. Ces institutions fragilisées produisent des effets sur la gestion collective du risque. La prise en charge du soin peut se reporter sur les personnes elles-mêmes ou leurs proches. Une privatisation des dépenses de santé et un report sur les individus s’opèrent alors. Ce développement de réseaux de solidarités familiales ou communautaires, pour ce qu’il a d’inégalitaire, va de pair avec le développement d’acteurs marchands, qu’ils s’agissent des complémentaires santé ou d’entreprises, par exemple, dans le domaine de la domotique pour les personnes âgées dépendantes. La crise des institutions en santé conduit alors à une fragilisation durable de la répartition collective et socialisée du risque et au renforcement des inégalités en santé.

Ce sont toutes ces dimensions que le séminaire entend étudier en invitant des chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales à venir communiquer sur les transformations des institutions de santé et leurs répercussions sur les mécanismes de solidarité. Sociologues, économistes, historiens, anthropologues, géographes, politistes, etc., l’appel à communication est ouvert à tous et toutes. L’École thématique a ainsi pour but de revisiter des enjeux classiques relatifs aux organisations de santé et à l’organisation du soin, de faire le bilan de questionnements qui ont fortement marqué les recherches récentes et d’explorer des problématiques émergentes. En résumé donc, il s’agira de revenir sur :

1) Les transformations des institutions de soin, récentes ou de longue durée ;

2) la centralité de l’hôpital dans les systèmes sanitaires, ses liens avec les autres institutions publiques ou du secteur marchand ;

3) la critique de la centralité hospitalière et la mise en œuvre des différentes configurations alternatives (en particulier dans les Suds) ;

4) l’hôpital comme site d’organisation du travail des divers professions/segments professionnels, confrontés à différentes logiques économiques, administratives, politiques, voire diplomatiques ;

5) les initiatives locales pour expérimenter de nouveaux modes de délivrance des soins ;

6) le rôle des patient.e.s et de leurs proches pour compenser les défaillances du système de santé ;

7) les controverses autour de la qualité des soins et de leur financement ;

8) la notion d’infrastructure de soin.

Les personnes intéressées doivent envoyer une proposition de communication de 5000 signes maximum à pri2020.ehess@gmail.com avant le 1er octobre 2019.

Télécharger l’appel à communications: AAC_PRI2020

Comité d’organisation : Luc Berlivet, Fanny Chabrol, Boris Hauray, Jean-Paul Gaudillière, Pierre-André Juven, Christelle Rabier, Joëlle Vailly, Carine Vassy, Fanny Vincent.

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Institutions de soin : crises et transformations aux Nords et aux Suds

École thématique interdisciplinaire de recherche
Marseille, 25-29 novembre 2019

Cette école thématique visera à comprendre les transformations à l’œuvre dans les systèmes de santé, à la fois en termes d’acteurs.trices, d’instruments et de logiques cognitives. Ces institutions fragilisées produisent des effets sur la gestion collective du risque. La prise en charge du soin peut se reporter sur les personnes elles-mêmes ou leurs proches. Une privatisation des dépenses de santé et un report sur les individus s’opèrent alors. Ce développement de réseaux de solidarités familiales ou communautaires, pour ce qu’il a d’inégalitaire, va de pair avec le développement d’acteurs marchands, qu’ils s’agissent des complémentaires santé ou d’entreprises, par exemple, dans le domaine de la domotique pour les personnes âgées dépendantes. La crise des institutions en santé conduit alors à une fragilisation durable de la répartition collective et socialisée du risque et au renforcement des inégalités en santé.

En résumé, il s’agira de revenir sur :
1) Les transformations des institutions de soin, récentes ou de longue durée ;
2) la centralité de l’hôpital dans les systèmes sanitaires, ses liens avec les autres institutions publiques ou du secteur marchand ;
3) la critique de la centralité hospitalière et la mise en œuvre des différentes configurations alternatives (en particulier dans les Suds) ;
4) l’hôpital comme site d’organisation du travail des divers professions/segments professionnels, confrontés à différentes logiques économiques, administratives, politiques, voire diplomatiques ;
5) les initiatives locales pour expérimenter de nouveaux modes de délivrance des soins ;
6) le rôle des patient.e.s et de leurs proches pour compenser les défaillances du système de santé ;
7) les controverses autour de la qualité des soins et de leur financement ;
8) la notion d’infrastructure de soin.

Appel à communication complet disponible en ligne

Les personnes intéressées doivent envoyer une proposition de communication de 5000 signes maximum à : pri2020.ehess@gmail.com
avant le 1er octobre 2019.

Comité d’organisation:
Luc Berlivet, Fanny Chabrol, Boris Hauray, Jean-Paul Gaudillière, Pierre-André Juven, Christelle Rabier, Joëlle Vailly, Carine Vassy, Fanny Vincent.

Categories
appels à communication Journée d'étude

Journée d’étude: Pour une sociologie publique de l’hôpital : travail, mobilisations et construction des savoirs.

7 novembre 2019 – en journée et en soirée
Au Lou Pascalou
14 rue des Panoyaux, 75020 Paris

L’appel à communications est toujours ouvert, et est prolongé jusqu’au 15 septembre.

La grève engagée le 18 mars dernier par un collectif de soignant.e.s de cinq services d’urgences des hôpitaux parisiens à la suite d’une série d’agressions n’a cessé de s’étendre au fil des semaines pour compter plus de 180 services mobilisés partout en France (chiffre du Collectif Inter-Urgences au 6 juillet 2019). Nombreux sont les acteurs – soignant.e.s, syndicaux, politiques, universitaires -, qui la considèrent déjà comme l’une des plus importantes mobilisations de l’histoire de l’hôpital public.

Si l’été constitue une épreuve pour tout mouvement social à différents égards, le Collectif Inter-Urgences et certaines organisations syndicales appellent dès à présent à amplifier la mobilisation et à l’étendre à partir de septembre à tout l’hôpital, afin de maintenir la pression sur les pouvoirs publics au moment de l’examen et du vote du projet de loi de financement de la sécurité sociale par le Parlement à l’automne.

Au-delà de son caractère inédit et de sa couverture médiatique, le mouvement de grève des urgences constitue un objet d’étude ouvrant plusieurs perspectives de recherche, tant sur l’institution hospitalière en elle-même que du point de vue du travail, des mobilisations et de la production des savoirs.

 

Axe 1 : Travail et réformes hospitalières

Axe 2 : Mobilisations

Axe 3 : Construction des savoirs

 

Il est prévu que la journée s’organise autour de deux temps.

La matinée et la première partie de l’après-midi seront consacrées à la restitution de travaux d’enquêtes académiques qui s’inscrivent dans un des trois axes ci-dessus (travail et réformes hospitalières ; mobilisations ; construction des savoirs), qu’elles soient qualitatives et ethnographiques, ou quantitatives. Toutes les disciplines de sciences humaines et sociales sont les bienvenues.

La fin d’après-midi et la soirée chercheront à construire un dialogue entre acteurs.trices de terrain (médecins, paramédicaux.ales membres du Collectif Inter-Urgences, syndicats, directions), journalistes, chercheur.se.s, dans un “processus d’éducation mutuelle” visant à “rendre visible ce qui est invisible” (Burawoy, 2009). Il s’agira d’apporter des éclairages divers mais complémentaires sur ce qui meut le mouvement actuel de grève aux urgences, et d’engager plus largement la conversation sur le rôle, la place et les objectifs de ces différentes catégories d’acteurs quant à la production de savoirs sur l’hôpital public, à la génération d’un débat public et à leur engagement dans celui-ci.

C’est la raison pour laquelle cette journée ne se déroulera pas dans les espaces académiques classiques, mais aura lieu dans un café ayant l’habitude d’accueillir des évènements culturels, et sera ouverte à toute personne intéressée.

Les propositions de communication étaient attendues pour le 6 septembre 2019 mais l’appel est prolongé jusqu’au 15 septembre. Elles devront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes de questionnements exposés ci-dessus et contenir un titre, les coordonnées de l’auteur, le résumé de la communication proposée et les principales références bibliographiques (2-3 pages maximum).
Elles seront envoyées à : deborah.ridel@univ-lille.fr et fanny.vincent0@gmail.com. Une réponse sera rendue fin septembre.

Organisation : Déborah Ridel (CLERSE, Université de Lille) et Fanny Vincent (CREAPT, CEET-CNAM)
Comité scientifique : Nicolas Belorgey (IRISSO, CNRS-Université Paris Dauphine), José Calderon (CLERSE, Université de Lille), Jean-Paul Domin (REGARDS, Université de Reims- Champagne Ardennes), Maud Gelly (CRESPPA-CSU, CNRS-Paris VIII-Paris Nanterre, HUPSSD, AP-HP), Pierre-André Juven (CERMES, CNRS-INSERM-Université Paris Descartes- EHESS), Déborah Ridel (CLERSE, Université de Lille), Ivan Sainsaulieu (CLERSE, Université de Lille), Fanny Vincent (CREAPT, CEET-CNAM).

Avec le soutien et la participation :

– Du Collectif Inter-Urgences
– De médecins urgentistes grévistes et mobilisés
– De Caroline Coq-Chodorge (journaliste indépendante et auteure de plusieurs articles remarqués sur l’hôpital pour Médiapart)
– De Médiapart
– D’AOC média [Analyse Opinion Critique]
– De Raisons d’Agir
– Du CERMES3, du CLERSE
– Du RJCTS

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à communications: Éducation thérapeutique : dispositifs de médiation de santé.

14/11/2019 – 15/11/2019
Colloque
Nancy, Centre de congrès Jean Prouvé, 1 place de la République
Date limite de soumission:  15 Juillet 2019

 

 

Comité d’organisation

Sophie ArborioEmmanuelle SimonGéraldine Letz et le service d’appui à la recherche et à l’administration du Crem

Calendrier

Les propositions devront comporter un titre, la mention de l’axe dans lequel l’auteur s’inscrit et un résumé de 500 mots maximum qui présentera la problématique, le terrain et les résultats proposés tout en rendant compte de l’inscription de la proposition dans l’axe thématique retenu par l’auteur.

Les propositions de contribution sont à envoyer jusqu’au 15 juillet 2019 à l’adresse : crem-colloqueetp-contact@univ-lorraine.fr

Retour d’expertise aux auteurs le 21 septembre

 

  1. Les dispositifs en éducation thérapeutique : entre approches informationnelles et relationnelles

Notion formalisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 1996 : 19), l’éducation thérapeutique (ETP) vise à « aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique ». Ce dispositif a émergé à un moment de mutation de la relation de soin dans lequel le patient est considéré comme un « acteur » essentiel de sa santé. L’idée sous-jacente de l’ETP consiste à former des acteurs, dotés d’autonomie, et de s’appuyer sur leurs potentialités.

L’une des premières approches en ETP pourrait être qualifiée d’informationnelle (communiquer sur). Elle est focalisée sur l’amélioration et la diffusion d’informations utiles aux patients. L’approche communicationnelle est linéaire et la réflexion porte sur le message, les supports de communication et leur adaptation à la cible. L’hypothèse qui soutient cette démarche – et que l’on retrouve en littératie en santé (aptitude à comprendre et utiliser une information de santé dans la vie courante) – est qu’un meilleur niveau d’information augmenterait l’adhésion voire la participation aux soins. En parallèle, une réflexion a pu être menée à propos d’une pédagogie par objectifs (formulation d’intention pédagogique dans des buts identifiés) qui se distingue d’une pédagogie transmissive (fondée sur les contenus). Cette seconde approche vise à donner la possibilité à l’apprenant de sortir d’une posture de passivité en travaillant sur son engagement dans la relation de soin. Mais, bien que cherchant à donner une place active au patient, cette approche reste elle aussi linéaire et prescriptive. Il s’agit de favoriser l’appropriation active d’une information utile, d’attitudes et de comportements définis préalablement par le corps médical.

Une troisième voie se dessine en ETP prenant appui sur l’émergence des nouvelles figures de patients experts ou patients pairs. On connaît le rôle des mobilisations des associations de personnes vivant avec le VIH/sida, des collectifs de maladies rares ou des associations de malades du cancer dans la constitution de contre-pouvoir à l’intérieur des systèmes de santé ou de la promotion de l’auto-soin et de l’entraide entre malades (par exemple les groupes d’alcooliques anonymes pour les plus anciens). Prenant acte du nouveau statut de patient, les textes qui régissent l’ETP en France incluent la possibilité d’impliquer ces patients experts dans les dispositifs d’ETP et leur donnent la possibilité d’animer « sous certaines conditions des séances d’éducation thérapeutique du patient (ETP), après avoir été dûment formé au même titre qu’un soignant » (Tourette-Turgis, 2015). On voit émerger alors un autre vocabulaire, celui de la co-construction des dispositifs d’ETP avec les malades, prenant appui sur une démarche communicationnelle plus circulaire et construite sur l’interaction entre acteurs (communiquer avec).

Pour synthétiser les deux approches idéal-typiques, informationnelles ou relationnelles, on peut ici reprendre la distinction qu’opèrent Emmanuelle Jouet, Luigi Flora et Olivier Las Vergnas (2010) entre deux grandes formes d’ETP. D’une part, ils distinguent la démarche dite classique : portée par les soignants (top down) qui visent une meilleure information pour une meilleure participation aux soins. Dans cette approche, le savoir mobilisé est biomédicocentré (lot de compétences à atteindre définies selon la perspective biomédicale, niveau de littératie, etc.). Et le patient est perçu comme un bon – ou mauvais – observant, avec qui il faut travailler sur ses croyances, ses intentions et comportements pour une meilleure prise en charge. D’autre part, ils évoquent une démarche plus bottom up, portée par les patients et construite sur un modèle de l’autoformation, auto-clinique, connaissance de soi, souci de soi, etc. Le savoir mobilisé est ici davantage pragmatique et situé ; il concerne le savoir incarné du patient sur sa maladie. Néanmoins, différents auteurs ont pu montrer que, dans bien des cas, le modèle dit classique reste dominant. Et, malgré la généralisation de dispositifs de santé visant le développement de la démocratie sanitaire, les situations de collaboration dans le domaine du soin et de l’éducation au soin échouent souvent à véritablement donner une place aux patients experts et à leurs savoirs spécifiques (Bureau-Point, 2016 ; Autès, 2014).

  1. Repenser les dispositifs d’ETP comme des dispositifs de médiation

Ce colloque est organisé dans le cadre de la clôture du programme de recherche « Familles Syndrome de West » (Fam-West) qui porte sur les savoirs d’expérience élaborés par les familles touchées par une épilepsie rare du nourrisson (le syndrome de West) et qui entend mener une réflexion sur les dispositifs d’ETP susceptibles d’être élaborés dans un contexte de maladies et handicaps rares. Ce projet a donné lieu à une première manifestation scientifique consacrée à la définition et à la documentation des savoirs d’expérience en santé en 2016 (Les savoirs d’expérience en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires, Nancy, 24-25 oct. 2016). De ce colloque, est ressorti un constat : malgré l’engouement scientifique et l’intérêt indiscutable pour le concept de « savoir expérientiel », il demeure largement polysémique et ses contours ne sont pas clairement délimités. Les savoirs expérientiels sont encore trop souvent réduits et confondus avec l’expérience vécue de la maladie par manque de rigueur épistémologique et définitionnelle. Les actes de ce premier colloque proposent de documenter et d’avancer dans la définition de ces savoirs (Hejoaka, Halloy, Simon, à paraître). Cette seconde manifestation, s’inscrit en partie dans le prolongement de cette réflexion en pensant comment l’ETP pourrait davantage constituer un des lieux possibles d’élaboration des savoirs d’expérience.
Reconnaître les savoirs et les compétences que les malades peuvent élaborer à travers l’épreuve de maladie, c’est notamment reconnaître les activités déployées par les malades pour se maintenir en vie. Cette forme de connaissance liée aux soins quotidiens donne aux habiletés la prédominance sur la théorie et à l’interaction l’avantage sur la catégorisation. Dans le rapport aux gestes techniques, comme dans les choix de fonctionnement, la connaissance des malades et des aidants se construit in situ, au cœur de l’acte de soin (auto-soin ou relation de soin). C’est notamment cette voix qu’explore Catherine Tourette-Turgis (2015) dans ses travaux sur l’ETP en termes de compétence et de savoir autour de la notion d’activité. Placer la notion d’activité au cœur de l’ETP, c’est également tenir compte des apports des travaux classiques d’Anselm Strauss sur la « trajectoire de maladie » définie comme « a course of illness over time plus the actions taken by patients, families and health professionals to manage or shape the course » (Corbin, Strauss, 1991). Dans cette perspective, les dispositifs d’ETP devraient être construits sur le travail accompli par les malades et les apprentissages associés, plutôt qu’être déterminés par des savoirs et compétences préalablement élaborés par d’autres.

Nous avons aussi évoqué plus haut la place que peuvent tenir les patients experts dans les dispositifs d’ETP. Comme le rappelle Alice Desclaux (2016), la relation de soin est marquée – comme toute relation sociale – par la mêmeté et l’altérité. Soignants et soignés partagent une multitude de référents provenant des mondes sociaux qui les entourent et auxquels ils peuvent également appartenir. Dans le même temps, la relation asymétrique entre profane et professionnel est marquée par l’altérité et la distance sociale. L’auteure souligne que, dans les programmes internationaux, il est signifiant que les acteurs de soins au sens large soient souvent désignés par le vocable de « médiateurs ». L’idée de « médiation » est présente, au sens où l’entendent les sciences de l’information et de la communication : « Il y a recours à la médiation lorsqu’il y a mise en défaut ou inadaptation des conceptions habituelles de la communication : la communication comme transfert d’information et la communication comme interaction entre deux sujets sociaux » (Davallon, cité par Gellereau, 2006 : 28). Par la médiation, s’opère une transformation des parties, des discours et des objets. Penser aujourd’hui l’ETP revient sans doute aussi à accepter, à travers ce dispositif, de promouvoir d’autres types de relations à la santé, à la maladie et au handicap.

Ce colloque vise donc à documenter les différentes formes que peuvent prendre les dispositifs d’ETP aujourd’hui ; et ce, quelles que soient les pathologies et les contextes socioculturels concernés. Les propositions qui s’appuieront sur des terrains hors du territoire français seront bienvenues. Il s’agit de dessiner les contours de l’ETP aujourd’hui afin de pouvoir en imaginer d’autres, dans une démarche de médiation sanitaire. Les propositions de communication peuvent s’inscrire dans quatre axes.

1/ Les figures de la médiation en santé en ETP

Il s’agira de focaliser le propos sur les différents types d’acteurs impliqués, à travers leurs rôles, leurs légitimités et leurs compétences respectives. Notamment, longtemps passée inaperçue, la condition de l’aidant n’a commencé à être analysée qu’à partir du développement de la notion de care (Paperman, Laugier, 2005). Mais, associée à l’analyse de la connaissance expérientielle, cette posture retrouve une place à part entière dans la complexité du projet de soin. En outre, tous les malades ne sont pas égaux dans la reconnaissance potentielle de leurs compétences et habilités dans le cadre de l’auto-soin. Une attention particulière sera également donnée aux propositions qui traiteront de la place donnée dans l’ETP aux malades dont l’expertise est disqualifiée (situation de grande pauvreté, interculturalité, population à la marge, situation d’autonomie limitée, etc.).

2/ Les types de savoirs et ressources mobilisés en ETP

Il s’agira d’appréhender ici la place conférée au « réel de l’activité » (Tourette-Turgis, 2015) et aux savoirs issus de l’expérience de maladie dans les programmes d’ETP. Quelle place est donnée au travail formel des malades dans l’ETP (acquisition d’habitus, réalisation de gestes techniques, appropriation de vocabulaire, etc.) ; et ce, au regard de la singularité de la trajectoire de maladie ? Mais aussi, quelle place est donnée au travail informel du point de vue des médecins (capacité à faire face, capacité à effacer les traces de la maladie à son domicile, etc.) ? Quels types de savoirs associés à la pratique du soin quotidien trouvent une forme de reconnaissance dans l’ETP ?

3/ Formes de l’énonciation et narration de soi en ETP

Les « dires de soi » font œuvre de médiation entre une vie « avant la maladie » et « une vie après ». En effet, ils réduisent l’exclusivité et l’altérité de l’événement-maladie à travers le partage de maux/mots et, par là même, d’une identité commune. En ce sens, la fonction du « dire de soi » issu de ces espaces est double : elle permet aux aidants et aux malades isolés de rejoindre une communauté de vécus ; elle introduit une forme de stabilité dans une situation marquée par la variabilité. Paul Ricœur (1985 : 444) précise d’ailleurs que « le récit n’est pas qu’un moyen d’exposition mais aussi ce qui unit les morceaux disjoints d’une histoire, en lui donnant un ordre et une forme ». L’auteur en précise également les retombées sur le plan identitaire : « La contingence de l’événement contribue à la nécessité rétroactive de l’histoire d’une vie, à quoi s’égale l’identité du personnage. Ainsi le hasard est-il transmué en destin » (Ricœur, 1990 : 175). Quelle place est donnée aux dires de soi dans les dispositifs d’ETP ? Quelles sont en somme les formes d’énonciation mobilisées dans les dispositifs d’ETP et les paroles légitimes associées ?

4/ Les dispositifs de médiation de santé en ETP et leurs effets

On distingue souvent médiation humaine et médiation instrumentée. Il existe aujourd’hui des programmes d’ETP réalisés partiellement ou non en ligne. Des jeux de plateau ou des jeux vidéo peuvent aussi être mobilisés dans l’activité de médiation. Un intérêt particulier sera porté aux différentes approches pédagogiques mobilisées dans le cadre des ateliers d’ETP et aux contextes de production dont ils sont issus (champ sanitaire, champ scolaire, éducation populaire, champ du spectacle, etc.). À l’articulation de l’éducation et de la relation de soin, l’ETP, en tant que dispositif de médiation, s’inscrit aussi dans une pluralité de formes (contribution à la mise en œuvre de la prise en charge, éducation à la santé, soutien psycho-social, etc.) aux effets différents. Enfin, de nombreux travaux ont mis en évidence combien les forums/réseaux sociaux peuvent jouer un rôle dans l’élaboration des savoirs d’expérience. Malgré leur intraduisible situation, les malades comme les aidants trouvent parfois dans ces espaces numériques une compréhension mutuelle, tirée d’expériences tout à la fois communes et uniques. La connaissance est issue du vécu de la maladie et elle est l’objet d’une reconnaissance par identification, au-delà des standards du savoir savant. Elle acquiert ainsi une forme de légitimité, dans le creuset des incertitudes médicales, et favorise le rapprochement d’individus isolés (Arborio, à paraître). Les acteurs de l’ETP ignorent-ils les autres lieux d’élaboration des savoirs ? Comment ces différents lieux s’articulent-ils ou se concurrencent-ils dans le cadre de l’ETP ? Dans quelle mesure ces différents dispositifs contribuent-ils à faire émerger des normes, valeurs, identités communes ?

Références

Akrich M., Méadel C., Rabeharisoa V., 2009, Se mobiliser pour la santé. Des associations de patients témoignent, Paris, Presses de Mines.
Arborio S., à paraître, « Étude de cas d’un “savoir comment” : entre incertitudes et récits dans le syndrome de West », in : Arborio S., Halloy A., Hejoaka F., Simon E., Les Savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires, Nancy, Éditions universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication Série actes.
Autès E., 2014, « La démocratie sanitaire à l’épreuve de la psychiatrie : comment “faire une place” à un “usager” dans un réseau de professionnels en santé mentale ? », Anthropologie & Santé, 8. Accès : https://doi.org/10.4000/anthropologiesante.1311.
Blume S., 2017, « In search of experiential knowledge », Innovation: The European Journal of Social Science Research, 30 (1), pp. 91-103.
Bureau-Point E., 2016, Les Patients experts dans la lutte contre le sida au Cambodge, Paris, Presses universitaires de Provence.
Corbin J. M., Strauss A., 1991, « A Nursing Model for Chronic Illness Management Based Upon the Trajectory Framework », Research and Theory for Nursing Practice, 5 (3), pp. 155-174.
Desclaux A., 2016, « Préface », pp. 7-10, in : Bureau-Point E., Les Patients experts dans la lutte contre le sida au Cambodge, Paris, Presses universitaires de Provence.
Gellereau M., 2006, « Pratiques culturelles et médiation », in : Olivesi S., dir., Sciences de l’information et de la communication. Objets, savoirs, discipline, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.
Gross O., 2017, L’Engagement des patients au service du système de santé, Rueil-Malmaison, Doin.
Halloy A., Hejoaka F., Simon E., à paraître, « Vers une définition des savoirs expérientiels en santé » , in : Arborio S., Halloy A., Hejoaka F., Simon E., Les Savoirs expérientiels en santé. Fondements épistémologiques et enjeux identitaires, Nancy, Éd. universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication Série actes.
Jouet E., Flora L., Las Vergnas O., 2010, « Construction et reconnaissance des savoirs expérientiels des patients », Pratiques de formation-analyses, 58-59, pp. 13-77.
Las Vergnas O., Jouet E., 2017, Contribution bibliographique et bibliométrique à l’étude de la place de l’engagement des patients dans le système de recherche en santé, Paris, Dalloz.
Organisation mondiale de la santé, 1996, Éducation thérapeutique du patient. Programmes de formation continue pour les professionnels de soins dans le domaine de la prévention des maladies chroniques, trad. de l’américain, 1998.
Papi C., 2018, « Médiation et médiatisation : entretien avec Daniel Peraya », Médiations et médiatisations. Revue internationale sur le numérique en éducation et communication, 1 (1), oct., p. 102. Accès : https://revue-mediations.teluq.ca/index.php/Distances/article/view/61.
Paperman P., Laugier S., eds., 2005, Le Souci des autres. Éthique et politique du care, Paris, Éd. de l’EHESS.
Ricœur P., 1985, Temps et Récit, t. 3, Le temps raconté, Paris, Éd. Le Seuil.
Ricœur P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Éd. Le Seuil.
Tourette-Turgis C. 2015, L’Éducation thérapeutique du patient, Louvain-la-Neuve, De Boeck.

Conférences invitées

Quatre conférences sont prévues dont trois sont d’ores et déjà confirmées :

  • Alexandre Klein, chercheur postdoctoral au département des Sciences historiques de l’Université Laval (Québec, Canada)
  • Daniel Raichvarg, professeur émérite en sciences de l’information et de la communication (Cimeos, Université de Bourgogne, France)
  • Catherine Tourette-Turgis, maitresse de conférences HDR en sciences de l’éducation (FAP, Conservatoire national des arts et métiers), directrice et fondatrice de l’Université des patients (Sorbonne Université, France)

Comité scientifique

  • Sophie Arborio, maîtresse de conférences HDR en anthropologie (Crem, Université de Lorraine, France)
  • Ève Bureau-Point, chargée de recherche en anthropologie (Centre Norbert Elias, CNRS, France)
  • Évelyne Charlier, professeure en sciences de l’éducation (IRDENa, Université de Namur, Belgique)
  • Maryvonne Charmillot, maîtresse d’enseignement et de recherche en sciences de l’éducation (université de Genève, Suisse)
  • André Grimaldi, professeur émérite de diabétologie (Hôpital universitaire Pitié Salpêtrière, Sorbonne Université, France)
  • Emmanuelle Jouet, docteure (ESS, Groupement hospitalier universitaire Paris Psychiatrie et Neurosciences, Université de Tours, France)
  • Clémentine Hugol-Gential, maitresse de conférences en sciences de l’information et de la communication (Cimeos, Université de Bourgogne, France)
  • Sandrine Musso, maitresse de conférences en anthropologie, UMR Centre Norbert Elias (CNE) de l’université Aix-Marseille.
  • Jean-François Pelletier, professeur sous octroi agrégé, faculté de médecine de Montréal (Québec, Canada)
  • Anne Piponnier, professeure en sciences de l’information et de la communication (Crem, Université de Lorraine)
  • Lise Renaud, professeure émérite en communication (ComSanté, Université du Québec à Montréal, Canada)
  • Emmanuel Sambiéni, maître-assistant en anthropologie (Lasdel, Université de Parakou, Bénin)
  • Emmanuelle Simon, maitresse de conférences en sciences de l’information et de la communication (Crem, Université de Lorraine, France)
  • Olivier Schmitz, chercheur en anthropologie (IRSS, Université catholique de Louvain, Belgique)
  • Myriam Winance, sociologue, chargée de recherche (Cermes 3, Inserm)

pdf appel à communication

Categories
appels à communication

AàC (dead-line reportée au 12 mai): La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, convalescence, alternatives

La date limite pour l’envoi des propositions a été reportée au 12 mai

Colloque organisé par le CERMES3,
3 et 4 octobre 2019, Paris

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ». 

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires. 

Des propositions de communication sont attendues autour des 5 thématiques suivantes :

1. Pratiques et organisations du soin 

Les sciences sociales ont analysé la manière dont le travail médical, plus largement les pratiques de soin, et les organisations qui portent ces pratiques, ont été, depuis 40 ans, transformés par les mobilisations collectives, l’émergence des figures du patient-acteur ou du patient-expert, l’accent mis sur l’expérience, les savoirs spécifiques ou les droits des patients. Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, croiser ces évolutions avec les contextes de crise(s) qui semblent provoquer un certain nombre de tensions pour les acteurs engagés dans les pratiques de soin en transformant leur environnement et conditions de travail. D’où l’intérêt d’examiner au plus près les évolutions des organisations sanitaires ou médico-sociales (formes d’organisation, diversification et éclatement, modes de régulation, place et forme de « l’hôpital », conditions de travail des professionnels…), les statuts et les rôles des personnes impliquées dans le travail de soin (« professionnalisation » des profanes versus précarisation des professionnels, brouillage des frontières et des hiérarchies professionnelles, responsabilisation ambivalente des proches aidants…), les pratiques de soins elles-mêmes (personnalisation du soin via une standardisation, développement de pratiques de soin dites « alternatives », dans les établissements sanitaires et sociaux ou en dehors…), et plus généralement, l’instrumentalisation de la notion de soin et des valeurs liées à une « société du care ».

2. Soin, santé et « crise des migrants »  

Souvent référée depuis 2015 à l’augmentation massive des entrées en Europe de populations en provenance de pays déstabilisés, notamment de pays en guerre (Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.), l’expression « crise des migrants » s’est imposée dans le débat public, oblitérant la complexité des liens entre « santé » et « migrations ». Or, au-delà des représentations communes du phénomène, et pour peu qu’on les étudie séparément ou les unes par rapport aux autres, il apparaît bien vite que ces migrations sont de différentes durées, présentent des profils variés et obéissent à des déterminants très divers (conflits, famines, génocides, effets climatiques, etc.) à l’ère de la mondialisation. C’est ainsi que la catégorie de « migrant » recouvre à la fois des sans-papiers, des travailleurs économiques peu diplômés, des migrants par mariage, des personnes hautement qualifiés…, qui sont pourtant tous acteurs de flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits. Pour explorer l’articulation entre « crise des migrants » et mondes de la santé, deux entrées apparaissent pertinentes. La première s’intéresse aux conditions d’accès aux soins et à la consommation médicale des migrants, qui peuvent certes – mais pas toujours – renvoyer aux inégalités sociales de santé, aux discriminations (ethno-raciale, sexuelle, etc.), mais aussi à des types de recours spécifiques aux soins : transfrontaliers et transnationaux, téléconsultations, etc. La seconde entrée concerne les migrants professionnels de santé et leurs conditions d’exercice ; elle invite à s’interroger sur les formations professionnelles, les mobilités spatiales et les trajectoires sociales de praticiens étrangers et d’autres corps professionnels (infirmiers, aides-soignants…), sur la place et la politique des professionnels de santé étrangers dans la gestion à l’hôpital et les organisations du soin, enfin, sur les savoirs thérapeutiques non biomédicaux véhiculés par des migrants professionnels. 

3. Systèmes de protection sociale, dans les nords et les suds

La crise de l’État-providence telle qu’annoncée dans les années 1970 ne cesse de faire parler d’elle, au point de faire douter de la pertinence du concept de crise pour décrire la fragilité d’un type d’organisation visant à mutualiser et socialiser les risques. Alors que certaines analyses pointent du doigt un rétrécissement du champ d’intervention de la puissance publique en matière de protection sociale, d’autres soulignent a contrario non pas un retrait mais une recomposition du paysage (poids grandissant des acteurs privés) et du financement de la protection sociale, qui conférerait un nouveau rôle à l’Etat, celui de stratège. Il n’en reste pas moins que la maîtrise de plus en plus resserrée des dépenses sociales, notamment de santé, crée des situations d’extrême tension, qui impactent de plus en plus les conditions de travail des professionnels de la santé. Comment analyser la situation actuelle de l’hôpital public ou encore les craintes nées de l’augmentation des prix des innovations thérapeutiques ? Ne sont-elles que les répliques de « crises » ininterrompues depuis plus de quarante ans ou bien marquent-elles une remise en cause plus profonde du modèle développé après guerre et qui coûterait « un pognon de dingue »? Privatisation, néolibéralisation, marchandisation, cette partie du colloque permettra de clarifier la place et la portée opératoire de ces concepts dans  les sciences humaines et sociales mais aussi pour les acteurs, dans les Nords comme dans Suds. Comme l’indiquent les débats au sein de la santé globale sur la « couverture santé universelle », la prise en charge des maladies chroniques, la définition des « paniers de soins » garantis ou l’accès aux médicaments, le grand partage entre des pays « à revenu élevé » gérant l’affluence et des pays « à revenu faible ou moyen » gérant la pénurie perd de sa pertinence. 

4. Santé, environnement, crise écologique

Gérer les pollutions ou sauver la planète ? Si les enjeux de santé environnementale figurent depuis les années 80 en bonne place des questions sanitaires, en particulier du fait des interrogations et controverses publiques concernant les effets des expositions récurrentes aux contaminants chimiques, les termes dans lesquels sont, depuis une décennie, réfléchis les liens entre environnement et santé ont été significativement déplacés par la mise à l’agenda du problème des perturbateurs endocriniens d’une part, des impacts massifs et multiples du changement climatique d’autre part. Dans les deux cas, parce qu’il s’agit d’effets systémiques difficilement maîtrisables, potentiellement responsables de changements épidémiologiques de grande ampleur, la notion de crise est omniprésente. Selon que l’on opère dans le champ de l’environnement ou dans celui de la santé, celle-ci recouvre toutefois des diagnostics, des modes de régulation et des formes d’intervention très différentes. Penser l’articulation de ces perspectives, les processus qu’elles mettent en avant est un enjeu d’autant plus important pour les sciences sociales de la santé que cela suppose d’introduire des formes de décloisonnement vis-à-vis des études environnementales.

5. Productions des savoirs, formes d’expertise, crise de l’objectivité

Politique de l’ignorance, fabrication du doute, undone science : la critique des modes de production des savoirs mobilisés pour objectiver… ou au contraire minimiser, voire tout bonnement nier l’existence d’un problème est constitutive de nombreux débats publics contemporains relatifs aux questions de santé. Les modes de définition des priorités de la recherche biomédicale et plus fondamentalement de la préférence (voire de l’exclusivité) accordée à certaines approches de la maladie au détriment des conceptions extra-occidentales ou tout simplement hétérodoxes font désormais l’objet de vifs débats. Cependant les principales contestations visent les processus d’expertise, entendus au sens large. Un aspect transversal à toutes ces critiques renvoie à ce que l’on est tenté d’appeler la « crise de l’objectivité ». En dépit de toutes les difficultés qu’il a posées depuis son apparition au dix-neuvième siècle (ne serait-ce que du fait de son caractère inatteignable…), l’impératif d’objectivité demeure l’une des principales normes sociales structurant la production de savoirs scientifique et, par extension, l’expertise publique. Jusqu’ici du moins, ni l’injonction de mettre à distance les intérêts et passions susceptibles de biaiser le jugement, ni la valorisation des instruments de mesure et des analyses statistiques au détriment de l’évaluation subjective des réalités sensibles n’ont polarisé l’attention. La plupart des critiques se concentrent plutôt sur les deux aspects complémentaires d’un même problème : la porosité des institutions scientifiques et a fortiori des dispositifs d’expertise face aux menées des intérêts organisés de type économique ou politique ; leur incapacité symétrique à faire toute leur place aux revendications et suggestions des représentants de causes pourtant (presque) unanimement jugées légitimes – associations de patients, d’usagers, de riverains, etc. Il nous semble que les différents aspects de cette crise larvée (sans doute en partie au moins du fait de l’absence d’alternative clairement définie et publiquement défendue) mériteraient d’être analysés en détail.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril. Elles devront contenir un titre, les coordonnées de l’auteur et le résumé de la communication proposée (1 page tout au plus). Les propositions doivent être envoyées à l’adresse : myriam.winance@cnrs.fr

Conférencier.ère.s invité.e.s ayant confirmé leur participation :

  • Bruno Théret, CNRS, Iris-université Paris-Dauphine
  • Michel Marguairaz, Université  Paris 1-Panthéon-Sorbonne
  • Sara Aguiton, CNRS, Centre Alexandre Koyré
  • Sheila Jasanoff, Harvard Kennedy School

Comité d’organisation:

  • Luc Berlivet, CNRS
  • Maurice Cassier, CNRS
  • Pierre-André Juven, CNRS
  • Jean-Paul Gaudillière, INSERM
  • Vincent Viet, Ministère des affaires sociales et de la santé
  • Simeng Wang, CNRS
  • Myriam Winance, INSERM
Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à Communications: Journée d’études Santé des Populations Vulnérables

Journée d’études Doctorant·e·s de l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1

Date : 4 Novembre 2019
Lieu : Panthéon-Sorbonne

Cet appel à communication s’adresse aux chercheu·r·e·s de disciplines scientifiques
variées travaillant sur la santé des populations vulnérables. L’objectif principal est d’étudier les populations qualifiées de « vulnérables » au regard des problématiques liées à la santé, celle-ci étant pensée comme le reflet de rapports sociaux dynamiques situés dans des contextes particuliers. La vulnérabilité est une question de recherche en soi issue du croisement des analyses pluridisciplinaires de la démographie, la sociologie, l’anthropologie, la géographie, l’économie et des sciences politiques (Bresson et al., 2013).
La notion de « vulnérabilité » étant une notion multidimensionnelle et cumulative qui s’inscrit dans la durée, renvoie à des situations de « risque » ou d’incertitude quant au devenir des individus (De Luca Barrusse, 2012).

Cette journée d’étude invite à penser la santé des populations vulnérables en particulier autour de trois axes d’analyse :

1) Parcours migratoires et accès aux soins.
2) Santé sexuelle et reproductive, genre et agency.
3) Les aléas climatiques et les crises sanitaires

Modalités de soumission :

Les propositions (600 mots maximum plus références, en anglais ou en français) doivent indiquer le nom, les coordonnées institutionnelles, le titre de la communication et les mots clés. Elles mentionneront les données sur lesquelles se fondent l’analyse, les approches méthodologiques et disciplinaires mobilisées, et l’axe dans lequel elles s’inscrivent.
Elles doivent être envoyées par mail à l’adresse journeedetudesidup@gmail.com au plus tard le 15 Mai 2019 (format .doc ou .pdf).
Les auteur·e·s des propositions retenues seront averti·e·s le 15 juin, et devront envoyer le texte de leur communication au plus tard le 2 septembre 2019.

Comité d’organisation:

Víctor Hugo Ramírez García (Doctorant à l’IDUP)
Ladeu Tokpa (Doctorant à l’IDUP)
David Jean Simon (Doctorant à l’IDUP)
Adama Ouedraogo (Doctorant en cotutelle Ined/IDUP)
Yasmeen Jamali (Doctorante à l’IDUP)

Comité Scientifique:

Armelle Andro (Professeure des Universités, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Alexandre Avdeev (Professeur des Universités, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Virginie Barrusse (Professeure des Universités, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Marianne Blidon (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Jean-François Leger (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Renaud Orain (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Claire Scodellaro (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Celio Sierra-Paycha (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)