Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journées d’études « Patients-experts, patients-partenaires: quels dispositifs de participation en santé », 25 et 26 mars 2021, Visioconférence

Journées d’études « Patients-experts, patients-partenaires: quels dispositifs de participation en santé »

25 et 26 mars 2021, Visioconférence

Atelier organisé par Claire Crignon, Renaud Debailly et Antoine Guillain

 

Télécharger le programme complet et les modalités d’inscription: Programme_Patients-Experts-Patients-Partenaires

 

 

 

 

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Cycle de Conférences – Perspectives en santé « Savoirs en tension », Lausanne

Perspectives en santé « Savoirs en tension »

CYCLE DE CONFÉRENCES
31 MARS, 21 AVRIL ET 2 JUIN 2020

Haute École de Santé Vaud, Lausanne

Ces rencontres visent à favoriser les échanges entre expertises scientifiques et cliniques et s’adressent à la fois aux chercheur.e.s, enseignant.e.s, professionnel.le.s du champ de la santé, étudiant.e.s et au grand public.

Inscription: La participation est gratuite, mais l’inscription est souhaitée www.hesav.ch/set

Lieu: Auditoire F. Wavre – HESAV, Av. de Beaumont 21, 1011 Lausanne
Accès: Transports publics : métro M2 arrêt « CHUV ». Voiture : autoroute sortie « Lausanne-Vennes/Hôpitaux », descendre la route de Berne et suivre les indications « CHUV ». Parking payant. Indications depuis l’entrée principale du CHUV

Présentation:

Ce premier cycle de conférences est consacré aux rapports, tensions et articulations entre différents types de savoirs en santé. Nous y interrogeons les formes de légitimation mais également de (re)mise en question des connaissances et des pratiques, dans les relations entre les professionnel.le.s et les malades/patient.e.s et plus largement dans le champ de la santé et du soin. Savoirs académiques et pratiques sont mis en dialogue et chaque conférence est suivie d’une discussion initiée du point de vue de la clinique.
Les conférences seront suivies d’un apéritif.

Programme:

  • 31 mars 2020 – 17h – 18h30, Auditoire F. Wavre
    « Inégalités épistémiques »

Cette première conférence aborde la question de la structuration des rapports sociaux par et avec les connaissances. Après avoir dressé un panorama des inégalités d’accès aux connaissances (entre régions du monde et genre notamment), la conférence se focalise sur les enjeux liés aux inégalités épistémiques dans le milieu de la santé mentale.

Intervenant: Baptiste Godrie, sociologue et chercheur, directeur scientifique intérimaire du Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS), Professeur associé, Université de Montréal.

Discutante: Virginie Stocco, assistante HES, filière Soins infirmiers, HESAV.

  • 21 avril 2020 – 17h – 18h30, Auditoire F. Wavre
    « Associations de patient.e.s, panorama des rapports à l’expertise médicale »

Quels sont les rapports des patient.e.s aux pratiques médicales et à l’expertise scientifique ?
Cette conférence vise à dresser un panorama des formes connues d’associations de patient.e.s qui interviennent dans le champ de la recherche et des pratiques médicales. Nous nous intéresserons à la manière dont internet, en formant un lieu de débats et d’échanges entre patient.e.s, contribue à la construction et la diffusion d’une expertise expérientielle.

Intervenante: Madeleine Akrich, sociologue et directrice de recherche, Centre de sociologie de l’innovation (CSI), Mines ParisTech.

Discutante: Virginie Stucki, ergothérapeute et anthropologue, Professeure à la HETSL | HES-SO.

  • 2 juin 2020 – 17h – 18h30,  Auditoire F. Wavre
    « Rejet de l’expertise médicale : les anti-vaccins et les anti-pilules »

La dernière conférence du cycle aborde les rejets et mises en cause de l’expertise et du contrôle sur les corps par la médecine à partir des débats anti-vaccins et anti-pilules. Les échanges portent à la fois sur le contenu et l’argumentation de ces discours, mais aussi sur les modalités de leur diffusion.

Intervenant.es:  Alexandra Afsary, assistante diplômée, STSlab, Université de Lausanne.
Jeremy K. Ward, chercheur, GEMASS (CNRS, Université Paris-Sorbonne) et Vitrome (IRD, Aix-Marseille Université, IHU Med Infec).

Discutante: Maria-Pia Politis-Mercier, maître d’enseignement, filière Sage-femme, HESAV.

 

Téléchargez le programme: HESAV_Savoirs_en_tension

Organisation:
HESAV – Haute École de Santé Vaud
Mathieu Arminjon, Audrey Linder, Iris Loffeier et Célia Poulet

 

 

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire: Rationaliser les marchés du médicament ?

30-31 Mars 2020
Marseille, Centre de la vieille charité

Inscription gratuite mais obligatoire avant le 2 mars 2020 : https://framaforms.org/inscription-au-seminaire-rationaliser-les-marches-du-medicament-1576510537

Partant de constats forts issus des recherches menées actuellement en sciences sociales sur les marchés du médicament (croissance d’une industrie dans les pays émergents ; création des marchés de la « Global Health » ; reconfiguration de l’industrie pharmaceutique « au Nord » ; montée spectaculaire des prix de certains médicaments), nous souhaitons, à travers ce séminaire, considérer pleinement la construction marchande du médicament ainsi que les outils, normes et procédures spécifiques qui s’efforcent de rationaliser ses régulations, circulations et appropriations et qui en font une marchandise singulière ou un bien essentiel.
Pour cela nous invitons le 1er jour aux côtés d’experts du médicament, des historiens, sociologues, anthropologues et géographes de l’économie travaillant sur d’autres marchandises. L’objectif étant de se recentrer sur le médicament le 2ème jour, dans le but de réfléchir à un possible gouvernement des marchés pharmaceutiques par des critères de santé publique et d’économie sur les coûts.
Au-delà de la situation du médicament et des marchés pharmaceutiques, les apports du séminaire permettront de contribuer aux débats actuels sur les marchés, leurs principes d’organisation et leurs formes d’expansion.

Comité scientifique : Carine Baxerres (IRD, MERIT), Maurice Cassier (CNRS, CERMES3), Sandrine Musso (AMU, CNE), Mathieu Quet (IRD, CEPED), Christelle Rabier (EHESS, CERMES3).

Retrouvez la présentation du séminaire, le programme ainsi que les résumés des interventions ici : http://globalmed.ird.fr/evenements-associes/2020-mars-seminaire-rationaliser-les-marches-du-medicament

Categories
Journée d'étude

Journée d’étude « Les métiers de l’intervention en santé au travail : quels débouchés pour les sciences sociales ? »

Initialement prévue le 12 décembre 2019, elle se tiendra finalement:
le 3 mars 2020,
de 9h à 17h45
à la Maison des Sciences Economiques
(106-112 boulevard de l’Hôpital, Paris 13e – 6e étage).

 

Organisée au titre du Réseau des Jeunes Chercheurs Travail et Santé (RJCTS), et sur un financement du GIS GESTES,
elle a été repositionnée en lien avec le mouvement social 

Mobilisé.e.s contre les projets de réformes (retraites et loi de programmation pluriannuelle de la recherche), nous avons décidé d’utiliser cette journée de rencontre et d’échanges entre chercheur.e.s et intervenant.e.s en santé au travail, pour informer sur ces projets de réformes et expliquer en quoi nous leur sommes opposé.e.s. Le programme de la journée d’études est en conséquence aménagé pour y intégrer ces réflexions sur l’actualité sociale et politique.

Cette journée est le fruit d’un long travail collectif porté par des chercheur.e.s du Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé, dont les statuts reflètent dans leur grande majorité la précarité des conditions d’emploi de la recherche, et dont les temporalités ont été prises en compte pour sa tenue. Elle atteste également des liens forts entre monde académique et monde de l’intervention en santé au travail, liens d’autant plus importants à réaffirmer que les conditions d’exercice prévues par les réformes, dans ces deux secteurs, les rendent plus vulnérables. Enfin, la question des débouchés des docteur.e.s en sciences sociales, l’un des fils rouges de la journée, nous paraît d’autant plus nécessaire à poser dans le contexte du projet de réforme de l’enseignement supérieur et la recherche.

Pour des raisons d’organisation, merci de vous inscrire au lien suivant : 
https://framaforms.org/participation-journee-detudes-metiers-de-lintervention-en-sante-au-travail-organisee-par-le-rjcts

Présentation de la journée

Cette journée a un triple objectif : il s’agit d’abord de mieux connaître les pratiques des consultants en santé au travail, puis de poser un regard sur les voies d’orientation professionnelle possibles pour les sociologues, en particulier les sociologues du travail ; enfin, il s’agit de porter une réflexion collective sur les projets de réformes en cours qui affectent tant l’intervention en santé au travail que la recherche en sciences sociales.

Le matin, les pratiques professionnelles de l’intervention en santé et sécurité au travail seront interrogées à partir d’expériences d’intervenants exerçant en tant que consultants ou experts CHSCT dans divers cabinets. De la première formulation d’une demande à la restitution des résultats, les intervenants sont confrontés à une mise à l’épreuve de leurs outils et méthodes, et les divers ajustements qu’ils doivent opérer sur le terrain seront interrogés : en effet, « intervenir », cela peut être aussi former les élus, convaincre les directions, prendre en compte des logiques ou stratégies diverses, se retrouver au cœur de conflits propres au contexte productif, etc. Les réformes institutionnelles et leurs effets sur les pratiques seront discutés lors de cette matinée.

L’après-midi, seront abordées les dynamiques de carrière des consultants, leurs motivations, trajectoires d’emploi et conditions de travail. Le marché de l’intervention en santé au travail et son fonctionnement actuel, ainsi que les crises ou reconfigurations qui dessinent son avenir seront abordés dans l’optique de mieux se représenter les débouchés concrets qu’offre ce marché aux sociologues. Les projets de réformes (retraites et LPPR) seront ici abordés dans leurs effets sur les carrières des consultants et des docteurs en sciences sociales.

Programme de la journée disponible en PDF

 

Le comité d’organisation

Blandine Barlet (IRISSO, Paris-Dauphine), Lambert Lanoë (LEMNA, Université de Nantes), Elena Mascova (IRISSO, Paris-Dauphine), Scarlett Salman (LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’études « L’objet pesticides en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique? 5 et 6 février 2020, Marseille

L’objet « pesticides » en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique ?

Journées d’études – 05 et 06 février 2020 – Centre Norbert Elias, La Vieille Charité, 13002 Marseille

Comité d’organisation : Carole Barthélémy, Eve Bureau-Point, et Dorothée Dussy.

Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, les pesticides sont devenus la pierre angulaire d’un modèle agricole basé sur l’utilisation croissante d’intrants issus de la chimie. Longtemps considérées comme une avancée révolutionnaire pour protéger les cultures, améliorer les rendements agricoles et répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale grandissante, ces substances se sont progressivement diffusées aux quatre coins du monde. Cependant, avec les alertes de plus en plus fréquentes concernant leurs effets incontrôlés (épuisement des sols, perte de la biodiversité, résistances aux molécules écessitant des achats croissants de pesticides, affaiblissement de la santé humaine, animale et environnementale), l’usage de ces substances et leur pertinence sont corrélativement remis en question. Les modes de production agricole et de consommation alimentaire sont dès lors réinterrogés par les acteurs sociaux, économiques et/ou politiques, dans des formes et à des degrés variables. Dans les récits de ce début du 21e siècle, la question des « alternatives » est posée pour penser un modèle plus durable, moins polluant et moins anthropocénique, c’est-à-dire moins centré sur l’homme et plus respectueux de l’environnement.

La notion de « transition écologique » qui sous-entend un impératif de changement, attire le regard des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent sur le long terme aux relations des humains avec leur environnement. Nous envisageons cette notion dans une acception large, comme le renouvellement de pratiques et de principes plus respectueux du monde vivant. Les démarches servant ce dessein existent depuis fort longtemps à travers les sociétés, dans des formes buissonnières, plus ou moins visibles et plus ou moins politisées. Dans les démocraties occidentales productrices du modèle agricole en question, le concept est entré dans le vocabulaire commun. Il est utilisé par l’ensemble des formations politiques. Les instances gouvernementales en font parfois leur priorité. Il fait l’objet de nouvelles législations. La société civile et les citoyens s’en saisissent également. A l’échelle macro-politique, la transition écologique se décompose en plusieurs volets interdépendants : transition agro-alimentaire, transition industrielle, transition énergétique et préservation de la biodiversité. Concrètement, dans les micro-espaces d’intervention des individus, ancrés ou non dans les instances politiques et/ou associatives, cette notion revêt des significations, des interprétations et des pratiques qui restent à explorer.

Au cours de ces journées d’études nous souhaitons mettre en discussion des recherches en sciences humaines et sociales qui étudient la « transition écologique » à partir de la question des pesticides. Il s’agira de mettre en lumière, tant dans les Nords que dans les Suds, la manière dont émergent, s’expriment et se construisent les initiatives de transformations et/ou leurs entraves. Dans le secteur agricole, le recours à l’agrochimie fait généralement autorité mais des alternatives juridiques, règlementaires et des pratiques plus ou moins affichées se mettent en place ici et là.

Nous tenterons d’avancer ensemble sur les questions suivantes : peut-on réellement parler de transition écologique en matière de pesticides ou est-on encore dans un système d’utilisation systémique dont il reste difficile d’échapper ? Comment les travaux en SHS permettent-ils de dépasser cette dualité et de proposer des lectures fines et nuancées de changements de pratiques plus ou moins rendues visibles ? Inversement, comment l’analyse des usages des pesticides et de leurs contraintes permet-elle de questionner la notion de « transition écologique » ? Pourquoi cette notion se diffuse-t-elle en place et lieu de celle de changement ? De quelles transformations idéologiques, politiques et scientifiques, ce glissement conceptuel témoigne-t-il ?

Programme des journées

Mercredi 05 février (Salle A, 2ème étage)

13h30 – Accueil des participants – Café
14h-14h30 – Introduction. Transition et pesticides, de quoi parle-t-on ?

14h30- 16h Session thématique 1 : Science, industrie et régulation
Modératrice : Eve Bureau-Point
Alexis Aulagnier, sociologie, CSO, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, Les sciences agronomiques à l’épreuve des pesticides.
Sylvain Brunier, Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, sociologie, CSO, IRIS, Paris, Les ZNT comme technologie de gouvernement de l’espace agricole.
Mélanie Porte, sociologie, CERTOP, Université Toulouse II Jean Jaurès, Comment les familles se saisissent des produits « sans résidus de pesticides » proposés par l’industrie agro-alimentaire ?

16h-16h30 : Pause
16h30-18h : Session thématique 2 : La recherche participative, un outil au service de la transition écologique ?
Modératrice : Carole Barthélémy
Ludovic Ginelli et Jacqueline Candau, sociologie, UR ETBX INRAE, Bordeaux, Éprouver des inégalités environnementales par la recherche-action. Le cas des capabilités des travailleurs viticoles à dire leur exposition aux pesticides.
Fabienne Goutille, Geoffroy Duporté, Marie-Hélène Dévier, Hélène Budzinski et Alain Garrigou, ergonomie/anthropologie, Equipe EPICENE, Bordeaux, Prévenir les expositions relatives aux usages des phytosanitaires ?
Gaëlle Gasc et Etienne Amiet, sociologie, chercheurs indépendants, Marseille, Le cadrage des relations agriculteurs et riverains en image : immersion sur un territoire aux prises avec la gestion d’un trouble.

Projection d’un extrait de film documentaire.

19h30 Dîner au Kahena, 13001 Marseille

Jeudi 6 février (Salle de réunion, Centre Norbert Elias)

9h-9h30 Accueil – café

9h30-11h Session thématique 3 : Les agriculteurs face aux politiques agricoles de transition écologique
Modératrice : Eve Bureau Point
Bernard Formoso, ethnologie, Université Paul Valéry, IrAsia, Marseille : Sensibilisation et réponse des agriculteurs du nord-est de la Thaïlande à la pollution environnementale aux pesticides.
Youssoupha Tall, Veronica Mitroï, Ibrahima Dia et José-Frédéric Deroubaix, sociologie, LASAP/UCAD, Sénégal, Quelle transition écologique autour du lac de Guiers? Représentations de la dégradation du lac et rationalisation de l’usage des pesticides.
Aurélie Rondreux, anthropologie, CNE, EHESS, INRA, Marseille. La prise en compte des abeilles domestiques dans les systèmes agricoles est-elle un pas vers une écologisation de l’agriculture ?

11h-11h30 Pause

11h30-12h30 : Session thématique 4 : Mobilisations sociales, éco-féminisme et transition écologique
Modératrice : Dorothée Dussy
Mounia El Kotni, anthropologie, Cems-EHESS, Paris, L’agroécologie comme « option de vie ». Mobilisation de femmes pour les alternatives aux pesticides dans le Sud du Mexique.
Anne Dang Xuan Nguyen, science politique, Université Libre de Bruxelles, Apocalypse then. De l’Agent Orange au glyphosate dans les mobilisations anti-herbicides.

12h30-14h- Déjeuner

14h-15h30 : Session thématique 5 : Du Beaujolais aux jardins de Ouagadougou : quelles significations de la transition écologique pour les agriculteurs ?
Modératrice : Carole Barthélémy
Gilles Armani, anthropologie, IRSTEA Lyon, Villeurbanne, Transition écologique dans la viticulture ? L’exemple du Beaujolais.
Odette Ouedraogo, géographie, Université de Nantes/Université Joseph KI-ZERBO de Ouagadougou, Burkina Faso, Émergence des pratiques agro écologiques et biologiques dans une ville du Sud : l’exemple de Ouagadougou au Burkina Faso.
Rufin Akiyo, Gildas Oloushegun Aizannon, Sakibou OrouGani, Adamou Amadou, André Tamou, Laurence Roudart, sociologie/anthropologie, FLASH/Université de Parakou, Bénin. Problématique de gestion des emballages obsolètes de pesticides chimiques dans la commune de Kandi au nord du Bénin.

15h30-16h Pause

16h-16h30 Conclusion des journées

Inscription gratuite mais obligatoire via le lien suivant : https://framadate.org/GfRJwf7zEs1UPFfA

Télécharger le programme: Programme JE pesticides

 

 

Categories
Conférence

Cycle de conférences: Santé et Sciences sociales

Janvier – juin 2020
Bibliothèque l’Alcazar
58 Cours Belsunce, 13001 Marseille

GOUVERNER UN MONDE TOXIQUE
11 janvier 2020 16h-19h
Auditorium
Par Soraya Boudia, sociologue, professeure, Université de Paris, Cermes3. Co-autrice avec Nathalie Jas de “Gouverner un monde toxique”, éditions Quae, 2019.

LA CASSE DU SIÈCLE. À PROPOS DES RÉFORMES DE L’HÔPITAL PUBLIC
1er février 2020 14h-16h
Salle de conférences
Par Pierre-André Juven, sociologue, chargé de recherche CNRS, Cermes3. Lauréat du prix Le Monde de la recherche universitaire 2015. Co-auteur avec Fanny Vincent et Frédéric Pierru de “La casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public”, éditions Raisons d’Agir, 2019.

LE NÉONATICIDE : DÉNI DE GROSSESSE OU REFUS D’ENFANT ? RÉFLEXIONS SUR L’AUTONOMIE REPRODUCTIVE DES FEMMES.
7 mars 2020 13h30-15h30
Salle de conférences
Par Julie Ancian, docteure en sociologie, prix de thèse de l’EHESS 2019 (accessit), travaille sur les questions de genre et de santé.

CONTAMINER LE MONDE : UNE HISTOIRE DE POLLUTIONS À L’ÂGE INDUSTRIEL
28 mars 2020 17h30-19h30
Salle de conférences
Par Thomas Le Roux, chargé de recherche CNRS, CRH, co-auteur (avec François Jarrige), “La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel”, éditions Le Seuil, 2017 (Prix Augustin-Thierry, 2018).

LE MENSONGE ENTRE MÉDECINS ET MALADES
25 avril 2020 14h-16h
Salle de conférences
Par Sylvie Fainzang, anthropologue, directrice de recherches Inserm, Cermes3. Auteure de “L’automédication ou les mirages de l’autonomie”, PUF, 2012 (Prix Prescrire en 2013) et de “La relation médecins-malades: information et mensonge”, PUF, 2006.

FRANCIS GALTON ET LES JUMEAUX : RETOUR SUR L’HISTOIRE DE L’HÉRÉDITÉ
23 mai 2020 17h-19h
Salle de conférences
Par Hervé Perdry, maître de conférences, Université de Paris-Saclay, CESP-Genostat.

GUERRE À LA DROGUE, UNE GUERRE SOCIALE ET RACIALE ? REPENSER LES ENJEUX ET LES EFFETS DE LA PÉNALISATION DES DROGUES
27 juin 2020 17h-19h
Salle de conférences
Par Marie Jauffret-Roustide, sociologue, chargée de recherche Inserm, Cermes3, co-coordinatrice du programme D3S « Drogues, sciences sociales et sociétés” de l’EHESS, Co-auteure avec Jean-Maxence Granier de “Repenser la politique des drogues”. Esprit, 2019.

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque de la commission Ethique et Psychiatrie: Limites et Psychiatrie : enjeux éthiques

Vendredi 31 janvier 2020, de 8h30 à 17h
Amphithéâtre HA1- Hôpital Adultes de la Timone
264 rue saint Pierre, 13005 Marseille

Renseignements : secretariat.ee-paca-corse@ap-hm.fr 04 91 38 44 26
Inscription obligatoire : http://evenement.medethique.com/psy_2020
Numéro de formation : 9313P004213

« Passé les bornes, y’a plus de limites » : notre époque semble avoir pris au pied de la lettre ce mot d’esprit d’Alphonse Allais (1854-1905). L’injonction est partout de« repousser ses limites », « faire bouger les lignes », « se dépasser ». L’illimité est une promesse, la limite une provocation, un défi que la science est appelée à relever. Le regard se porte à l’infini, aux confins, vers un homme augmenté pour un destin qu’une vie seule ne semble plus apte à contenir. Pourtant la limite n’est-elle pas aussi inéluctable que nécessaire ? Nous avons besoin de limites pour ordonner, structurer nos espaces, nos actions. Une fois reconnues les bornes, là où l’on ne peut pas aller, cette limite acceptée, respectée contribue à ce qu’adviennent créativité et inventivité. La limite en tant que frontière nous aide à penser : « On doit échapper à l’alternative du dehors et du dedans…La critique, c’est l’analyse des limites et la réflexion sur elles ». Cette posture énoncée par Foucault est particulièrement pertinente dans l’exercice de la psychiatrie, discipline médicale singulière qui questionne la notion de limite à bien des égards. Frontière ou continuum entre le normal et le pathologique ? Existerait il des bornes, des seuils, des barrières entre santé mentale et contrôle social, voire contrôle de l’ordre public ? Troubles, dysfonctionnement, désordre, pathologie, handicap … comment construire une nosographie quand les repères sont mouvants, fonction de la norme et des valeurs ambiantes ou même des attentes sociales ? Que nous disent ceux qui se tiennent aux limites, qui ne semblent plus les percevoir ou qui délibérément les transgressent ? Sont-ils tous des « patients » ? La limite est aussi réalité tangible : les murs de l’institution, de l’hôpital qui, en délimitant physiquement une aire géographique, marquent un espace de soins. Mais ils définissent aussi des territoires plus symboliques qui renvoient à l’exclusion, à l’entrave faite à la liberté de circuler. Toutes ces questions interrogent profondément notre pratique et la mettent parfois en tension jusqu’à l’inconfort. Qui n’a pas ressenti dans une institution, dans une situation complexe, ses propres limites ? Voire que son action était « limite » ? La vocation de ce colloque est d’inviter à une réflexion multidisciplinaire visant à éclairer les enjeux éthiques des limites tant au niveau de la clinique singulière, que des actions institutionnelles et sociétales.

Comité scientifique et d’organisation : Stéphane ARNAUD, Patricia CAIETTA, Nicole CANO, Isabel FERNANDEZ, Etienne GABORIAUD, Frédérique GIGNOUX-FROMENT, Jean-Marc HENRY, Laurence HERAULT, Margaux ILLY, Frédérique LAGIER, Hélène MOREAU, Valéry RAVIX, Armelle SAINT-PIERRE.

 

Programme:

8h30 : Accueil

9h00 : Allocutions d’ouverture
Jean-Robert HARLÉ, Professeur de Médecine Interne; Nicole CANO, Psychiatre

Exposé introductif : Peut-on protéger quelqu’un contre lui-même? Pierre LE COZ, Professeur de philosophie

09h30-11h00 Président de séance : Jean-Robert HARLÉ

09h30 : Penser l’ultime limite
Jean-François TOUSSAINT, Professeur de Physiologie

10h00 : De Jacquard à Alpha zéro : l’évolution de la limite Homme-machine
Valéry RAVIX, Ingénieur hospitalier

10h30 : Discussion

11h00 : Pause café

11h30-13h00 Président de séance : Didier BOURGEOIS, Psychiatre

11h30 : Du refus de l’habitation à la mise en place de dispositifs « de sécurisation »
Geoffroy MATHIEU, Photographe Jordi BALLESTA, Chercheur en photographie et géographie

12h00 : La psychiatrie comme limite de la psychose
Victoria Isabel FERNANDEZ, Psychologue clinicienne

12h30 : Discussion

13h00 : Déjeuner libre

14h30-17h00 Président de séance : Thierry MERROT, Professeur de chirurgie infantile

14h30 : Les limites de l’empathie dans le soin
Vincent ESTELLON, Professeur de psychologie clinique

15h00 : Questionnements adolescents et identité de genre
Tiphaine KROUCH, Psychiatre Delphine BERNOUX, Endocrinopédiatre

15h30 : Portrait du psychiatre en garde-fou
Bernard ODIER, Psychiatre, psychanalyste

16h00-17h00 : Discussion et clôture

 

Jeudi 30 janvier 2020 17h30: Projection du film Family Life de K. Loach (1971) suivie d’un débat.
Entrée gratuite sur inscription. Espace Ethique Méditerranéen. Hôpital Adultes de la Timone- 264 rue Saint Pierre –13005 Marseille

Categories
Conférence Evènements scientifiques

Conference Anthropo-Med: Dissonances et Convergences entre Anthropologie et Santé Publique

Du 22 au 23 janvier 2020
IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences
entrée sur inscription

Conférence Anthropo-Med, organisé à l’IMéRA en partenariat avec l’IRD. Avec la participation de Carla Makhlouf Obermyer (Adjunct Professor, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, et Senior Fellow, IméRA ; membre du groupe Anthropo-Med).

Le séminaire se propose de mettre en lumière les décalages ainsi que les rencontres entre santé publique et sciences sociales. Il est organisé par AnthropoMed, un groupe de six chercheures qui ont travaillé sur des problématiques à l’intersection de l’anthropologie médicale et de la santé publique. Il regroupera 25 intervenants dont les travaux sur la santé dans son contexte socio-culturel contribuent à établir des ponts entre les approches disciplinaires. A travers des présentations et discussions sur des sujets très divers, tels que la surveillance sanitaire, les systèmes de santé, la perception des risques, l’engagement des patients, les médicaments et la santé numérique, le but est de revenir sur les collaborations entre l’anthropologie médicale et la santé publique avec leurs dissonances et convergences, ainsi que sur les possibilités de l’inter-disciplinarité, des points de vue théorique et méthodologique.

Résumé de l’agenda prévisionnel :

Le séminaire aura lieu à l’IMéRA les 23-23 janvier 2020, de 9h à 18h environ. Il sera ouvert , sur inscription, aux chercheurs, doctorants et étudiants avancés, ainsi qu’aux professionnels de santé publique.
Il comprendra 4 sessions portant sur :
1) les politiques, programmes et interventions en santé publique;
2) les concepts utilisés pour définir les catégories de population, les risques pour la santé ainsi que les stratégies de prévention;
3) l’engagement des patients et la notion de démocratie sanitaire;
4) les nouveaux fronts thérapeutiques, liés notamment aux médicaments, à la médecine intégrative et aux nouvelles technologies. La dernière session sera une table ronde pour discuter des implications du séminaire pour les concepts et méthodes de l’anthropologie et pour les ponts inter-disciplinaires entre santé publique et anthropologie.                                                                                       

Les intervenants :

  • Carine Baxerres, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMR MERID (IRD Université Paris Descartes) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Farid Boumediene, chercheur en épidémiologie, maladies non-transmissibles, Inserm NeuroEpidemiologie Tropicale.
  • Eve Bureau, Anthropologue, chargée de recherche CNRS, chercheure au Centre Norbert Elias, Marseille.
  • Céline Caillet, Groupe de recherche Qualité des Médicaments, Université d’Oxford
  • Patrice Cohen, Professeur d’anthropologie à l’Université de Rouen Normandie, chercheur au Laboratoire sur les dynamiques sociales (DysoLab)
  • Alice Desclaux, Anthropologue, Directrice de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Jean-Charles Dufour, Médecin de Santé Publique, Maitre de conférences à la faculté de médicine de Marseille, chercheur au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD)
  • Bruno Falissard, Médecin, Professeur de biostatistiques à la faculté de médecine Paris-Sud et directeur du Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations
  • Didier Febvrel, Médecin de santé publique et de promotion de la santé, membre du Haut Conseil de la Santé Publique, de Médecins du Monde et président de l’association Fabrique Territoires Santé.
  • Laurent Gaissad, Anthropologue, Enseignant chercheur, EVCAU/ENSA Paris Val de Seine
  • Pascale Hancart Petitet, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Joseph Larmarange, Démographe, chargé de recherche IRD, chercheur au CEPED (Université de Paris Descartes, IRD)
  • Anne Lovell, Anthropologue, Directrice de Recherche Emérite Inserm, chercheure au Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale, Société (Cermes3)
  • Julien Mancini Médecin de santé publique, Professeur à la faculté de médicine de Marseille, chercheur au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD), Marseille
  • Alexandre Mathieu-Fritz, Professeur de sociologie à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Chercheur au Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés
  • Anne-Marie Moulin, Médecin et Philosophe, Directrice de recherche émérite CNRS, chercheure au laboratoire SPHERE (CNRS, Universités Paris Diderot et Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Professeur associée à l’Université Senghor d’Alexandrie, Département Santé
  • Sandrine Musso, Anthropologue, Maitresse de conférences à Aix-Marseille Université, chercheure au Centre Norbert Elias, membre du groupe Anthropo-Med
  • Harold Noël, Médecin de santé publique, Santé Publique France, Direction des maladies infectieuses
  • Carla Makhlouf Obermeyer, Adjunct Professor, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, et Senior Fellow, IméRA ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Jocelyn Raude, Chercheur, Unité des virus émergents de Marseille (AMU, IRD, INSERM, IHU Méditerranée Infection) et Maître de Conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (Rennes).
  • Valéry Ridde, Chercheur en santé publique, Directeur de Recherche IRD, chercheur au Centre Population et Développement (Université Paris Descartes, IRD)
  • Perrine Roux, chercheure en santé publique, Chargée de Recherche Inserm, chercheure au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD), Marseille
  • Aline Sarradon-Eck, Anthropologue, Chercheure au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Cheikh Sokhna, Epidémiologiste, Chercheur IRD, Unité Vecteurs Infections Tropicales et Méditerranéennes

Programme :

Mercredi 22 janvier

8:30 – Accueil

9:00 – Introduction, tour de table, et aperçu de la réunion

9:20 – Anthropologie et santé publique: une relation compliquée, Carla Obermeyer

9:40 – Collaborations, interdisciplinarité, AMU, IMéRA Sandrine Musso

Session 1: Politiques, programmes, Interventions Carine Baxerres

10:00 – Surveillance, Harold Noël, Alice Desclaux

11:00 – Pause café

11:15 – Elimination, campagnes (épidémies, maladies transmissibles), Anne-Marie Moulin, Cheikh Sokhna

12:15 – Gestion de la santé, systèmes de santé, Valery Ridde

12:45 – Discussion session 1

13:10 – Pause déjeuner

Session 2: Population, prévention, risques Sandrine Musso

14:30 – Catégories de population, Joseph Larmarange, Laurent Gaissad

15:30 – Réduction des risques, Perrine Roux, Anne Lovell

16:30 – Pause café

16:45 – Perception des risques, chronicité, Jocelyn Raude, Farid Boumedienne

17:45 – Discussion session 2

18:00 – Fin du jour 1

19:30 – Dîner

Jeudi 23 janvier

8:30 – Accueil, café

Session 3: Patients, participation Alice Desclaux

9:00 – Litéracie et engagement des patients, Julien Mancini, Pascale Hancart-Petitet

10:00 – Démocratie sanitaire, éducation par les pairs, Didier Febvrel, Eve Bureau

11:00 – Discussion session 3

11:15 – Pause café

Session 4: Nouveaux fronts thérapeutiques Aline Sarradon-Eck

11:30 – Médicaments, Céline Caillet, Carine Baxerre

12:30 – Médecine intégrative/ non-conventionnelle, Patrice Cohen, Bruno Falissard

13:30 – Pause déjeuner

Session 4 – suite

14:30 – Télémédecine, santé numérique, nouvelles technologies, Jean-Charles Dufour, Alexandre Mathieu-Fritz

15:30 – Discussion session 4

16:00 – Table ronde « Quelles implications pour les concepts et méthodes de l’anthropologie et pour les ponts inter-disciplinaires entre santé publique et anthropologie? », Carla Obermeyer Valery Ridde

16:30 – Discussion générale et conclusion

17:00 – Fin du séminaire

Lien

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire 2019-2020: Migrations, Ethnicité, Santé

Le laboratoire de l’URMIS, Unité de Recherche Migration et Société, vous convie au séminaire mensuel « Migrations, Ethnicité, Santé ». Dans ce séminaire sont explorées les différentes dimensions de la santé au croisement des questions de migrations et d’ethnicité.

Les séances ont lieu les 3ème mardi du mois de 17h00 à 19h30 (à l’exception des séances de février et d’avril) à Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein (salle 101).

L’entrée est libre (dans la limite des places disponibles).

Programme

19 novembre 2019 : Sylvie Fortin (Anthropologue, Professeure à l’Université de Montréal).
Les défis épistémologiques de l’interdisciplinarité ou comment faire dialoguer santé et sciences sociales.
Discutante : Maria Teixeira (Eceve, Université Paris Diderot)

17 décembre 2019 : Rosane Braud (Sociologue, Chercheure associée, Urmis, P7) et Marie Loison-Leruste (MCF, Printemps, P13).
L’accompagnement sanitaire et social des femmes sans abri à Paris.
Discutante : Mireille Eberhard (Urmis, Université Paris Diderot)

21 janvier 2020 : Caroline Desprès (Anthropologue et médecin de santé publique, laboratoire d’éthique médicale, équipe ETREs, Centre de recherche des cordeliers).
Différenciation, discrimination dans les soins en pratique médicale ibérale.
Discutante : Marguerite Cognet (Urmis, Université Paris Diderot) et Priscille Sauvegrain (EPOPé, Inserm).

11 février 2020 : Myrian Carbajal (Docteure en Travail social et politiques sociales, Professeure à la Haute Ecole Fribourgeoise de Travail Social).
Représentations des risques des grossesses non désirées et du VIH/Sida chez les jeunes issus de la migration latino-américaine en Suisse.
Discutante : Olga L. Gonzalez (Urmis, Université Paris Diderot)

17 mars 2020 : Anne-Cécile Hoyez (CR en géographie, CNRS, UMR ESO) et Anaïk Pian (MCF en sociologie, Université de Strasbourg / UMR DYNAME).
Entre justice locale et justice spatiale: les maraudes et équipes mobiles face aux migrants sans domicile.
Discutantes : Stéphanie Larchanché (Centre Minkowska) et Simeng Wang (Cermes3, CNRS)

28 avril 2020 : Priscille Sauvegrain (Chercheure en sociologie et sage-femme, EPOPé, UMR Inserm 1153).
Premiers résultats du projet ANR-BIP_ Migrations et soins différenciées en périnatalité: l’effet des biais implicites.
Discutante : Rosane Braud (Urmis, Université Paris Diderot)

19 mai 2020 : Chloé Tisserand (Doctorante en sociologie au CeRIES, Université de Lille).
Accueil des exilés à la frontière: adaptations et initiatives du personnel soignant à l’hôpital.
Discutante : Camille Foubert (Iris, EHESS)

16 juin 2020 : Delphine Peiretti-Courtis (PRAG en histoire contemporaine, TELEMME, Université d’Aix-Marseille).
Résistance et immunité des corps noirs : de la représentation médicale à la pratique coloniale.
Discutante : Elodie Grossi (CAS, Université Toulouse Jean Jaurès)

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’étude « Les métiers de l’intervention en santé au travail : quels débouchés pour les sciences sociales »

12 décembre 2019,
de 9h à 17h30
à la Maison des Sciences Economiques
(106-112 boulevard de l’Hôpital, Paris 13e – 6e étage).

Cette journée a un double objectif : il s’agit d’une part de mieux connaître les pratiques des consultants en santé au travail et, d’autre part, de poser un regard sur les voies d’orientation professionnelle possibles pour les sociologues, en particulier les sociologues du travail.

Le matin, les pratiques professionnelles de l’intervention en santé et sécurité au travail seront interrogées à partir d’expériences d’intervenants exerçant en tant que consultants ou experts CHSCT dans divers cabinets. De la première formulation d’une demande à la restitution des résultats, les intervenants sont confrontés à une mise à l’épreuve de leurs outils et méthodes, et les divers ajustements qu’ils doivent opérer sur le terrain seront interrogés : en effet, « intervenir », cela peut être aussi former les élus, convaincre les directions, prendre en compte des logiques ou stratégies diverses, se retrouver au cœur de conflits propres au contexte productif, etc.

L’après-midi, seront abordées les dynamiques de carrière des consultants, leurs motivations, trajectoires d’emploi et conditions de travail. Le marché de l’intervention en santé au travail et son fonctionnement actuel, ainsi que les crises ou reconfigurations qui dessinent son avenir seront abordés dans l’optique de mieux se représenter les débouchés concrets qu’offre ce marché aux sociologues du travail.

Pour des raisons d’organisation, merci de vous inscrire au lien suivant : 
https://framaforms.org/participation-journee-detudes-metiers-de-lintervention-en-sante-au-travail-organisee-par-le-rjcts
L’annonce de la journée est disponible en ligne

Programme de la journée

9h00 : Accueil des participants

9h30 – 10h : Intervention de Nicolas Spire (Sociologue, Apteis)

10h00 – 12h30 : Table ronde I « Interroger les pratiques professionnelles d’intervention en santé au travail »

  • Julien Lusson (Intervenant, Alternatives Ergonomiques)
  • Benoît Langard (Ergonome, OPPBTP)
  • Eric Molière (Sociologue, Plein Sens)
  • Julien Pelletier (Sociologue, ANACT)
  • Anne Benedetto (Ergonome, Syndex)

12h30-14h : Déjeuner sur place (offert)

14h-15h30 : Interventions de :

  • Baptiste Giraud (Maître de conférences en sciences politiques, Université Aix-en-Provence)
    « L’appel aux experts par les syndicats sur les enjeux du travail : conflits d’usages et de pratiques ».
  • Rémy Ponge (Post-doctorant en sociologie, GISCOP)
    « Remobiliser les salariés en se formant à l’analyse du travail. Enjeux et tensions d’une tentative d’hybridation des savoirs scientifiques et militants »

15h45 – 17h15 : Table ronde II « L’intervention en expertise ou en conseil en santé au travail : une orientation professionnelle possible pour les sciences sociales ? » 

  • Christelle Gris (Sociologue, Aderess)
  • Pierre Barron (Sociologue, Eretra)
  • Xavier Zunigo (Sociologue, Olystic)
  • Fanny Darbus (Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Nantes)

17h15-17h30 : Clôture de la journée

Le comité d’organisation

Blandine Barlet (IRISSO, Paris-Dauphine), Lambert Lanoé (LEMNA, Université de Nantes), Elena Mascova (IRISSO, Paris-Dauphine), Scarlett Salman (LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée).