Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque de la commission Ethique et Psychiatrie: Limites et Psychiatrie : enjeux éthiques

Vendredi 31 janvier 2020, de 8h30 à 17h
Amphithéâtre HA1- Hôpital Adultes de la Timone
264 rue saint Pierre, 13005 Marseille

Renseignements : secretariat.ee-paca-corse@ap-hm.fr 04 91 38 44 26
Inscription obligatoire : http://evenement.medethique.com/psy_2020
Numéro de formation : 9313P004213

« Passé les bornes, y’a plus de limites » : notre époque semble avoir pris au pied de la lettre ce mot d’esprit d’Alphonse Allais (1854-1905). L’injonction est partout de« repousser ses limites », « faire bouger les lignes », « se dépasser ». L’illimité est une promesse, la limite une provocation, un défi que la science est appelée à relever. Le regard se porte à l’infini, aux confins, vers un homme augmenté pour un destin qu’une vie seule ne semble plus apte à contenir. Pourtant la limite n’est-elle pas aussi inéluctable que nécessaire ? Nous avons besoin de limites pour ordonner, structurer nos espaces, nos actions. Une fois reconnues les bornes, là où l’on ne peut pas aller, cette limite acceptée, respectée contribue à ce qu’adviennent créativité et inventivité. La limite en tant que frontière nous aide à penser : « On doit échapper à l’alternative du dehors et du dedans…La critique, c’est l’analyse des limites et la réflexion sur elles ». Cette posture énoncée par Foucault est particulièrement pertinente dans l’exercice de la psychiatrie, discipline médicale singulière qui questionne la notion de limite à bien des égards. Frontière ou continuum entre le normal et le pathologique ? Existerait il des bornes, des seuils, des barrières entre santé mentale et contrôle social, voire contrôle de l’ordre public ? Troubles, dysfonctionnement, désordre, pathologie, handicap … comment construire une nosographie quand les repères sont mouvants, fonction de la norme et des valeurs ambiantes ou même des attentes sociales ? Que nous disent ceux qui se tiennent aux limites, qui ne semblent plus les percevoir ou qui délibérément les transgressent ? Sont-ils tous des « patients » ? La limite est aussi réalité tangible : les murs de l’institution, de l’hôpital qui, en délimitant physiquement une aire géographique, marquent un espace de soins. Mais ils définissent aussi des territoires plus symboliques qui renvoient à l’exclusion, à l’entrave faite à la liberté de circuler. Toutes ces questions interrogent profondément notre pratique et la mettent parfois en tension jusqu’à l’inconfort. Qui n’a pas ressenti dans une institution, dans une situation complexe, ses propres limites ? Voire que son action était « limite » ? La vocation de ce colloque est d’inviter à une réflexion multidisciplinaire visant à éclairer les enjeux éthiques des limites tant au niveau de la clinique singulière, que des actions institutionnelles et sociétales.

Comité scientifique et d’organisation : Stéphane ARNAUD, Patricia CAIETTA, Nicole CANO, Isabel FERNANDEZ, Etienne GABORIAUD, Frédérique GIGNOUX-FROMENT, Jean-Marc HENRY, Laurence HERAULT, Margaux ILLY, Frédérique LAGIER, Hélène MOREAU, Valéry RAVIX, Armelle SAINT-PIERRE.

 

Programme:

8h30 : Accueil

9h00 : Allocutions d’ouverture
Jean-Robert HARLÉ, Professeur de Médecine Interne; Nicole CANO, Psychiatre

Exposé introductif : Peut-on protéger quelqu’un contre lui-même? Pierre LE COZ, Professeur de philosophie

09h30-11h00 Président de séance : Jean-Robert HARLÉ

09h30 : Penser l’ultime limite
Jean-François TOUSSAINT, Professeur de Physiologie

10h00 : De Jacquard à Alpha zéro : l’évolution de la limite Homme-machine
Valéry RAVIX, Ingénieur hospitalier

10h30 : Discussion

11h00 : Pause café

11h30-13h00 Président de séance : Didier BOURGEOIS, Psychiatre

11h30 : Du refus de l’habitation à la mise en place de dispositifs « de sécurisation »
Geoffroy MATHIEU, Photographe Jordi BALLESTA, Chercheur en photographie et géographie

12h00 : La psychiatrie comme limite de la psychose
Victoria Isabel FERNANDEZ, Psychologue clinicienne

12h30 : Discussion

13h00 : Déjeuner libre

14h30-17h00 Président de séance : Thierry MERROT, Professeur de chirurgie infantile

14h30 : Les limites de l’empathie dans le soin
Vincent ESTELLON, Professeur de psychologie clinique

15h00 : Questionnements adolescents et identité de genre
Tiphaine KROUCH, Psychiatre Delphine BERNOUX, Endocrinopédiatre

15h30 : Portrait du psychiatre en garde-fou
Bernard ODIER, Psychiatre, psychanalyste

16h00-17h00 : Discussion et clôture

 

Jeudi 30 janvier 2020 17h30: Projection du film Family Life de K. Loach (1971) suivie d’un débat.
Entrée gratuite sur inscription. Espace Ethique Méditerranéen. Hôpital Adultes de la Timone- 264 rue Saint Pierre –13005 Marseille

Categories
Colloque

Colloque international « A l’ombre des fumées pétrochimiques. Couloirs de la chimie et santé environnementale »

les 28 et 29 novembre 2019,
à Lyon
Le programme du colloque ainsi que d’autres informations sont accessible sur ce lien : https://petrochimie.sciencesconf.org/data/pages/programme.pdf
Une traduction instantanée en français et en anglais sera assurée pendant tout le colloque.
L’accès au colloque est gratuit, mais une inscription est nécessaire : https://petrochimie.sciencesconf.org/
Categories
Colloque

Ignorance, pouvoir et santé. La production des savoirs médicaux au prisme des rapports de domination

Lundi 21 et mardi 22 octobre 2019
Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
Auditorium 
20 Avenue George Sand, 93210 Saint-Denis (Métro Front Populaire)
Ce colloque est organisé avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (MSH PN) et l’Institut de recherches interdisciplinaires sur les enjeux sociaux (Iris).

Presentation :

Ce colloque interdisciplinaire porte sur la production de l’ignorance, à partir de recherche sur la thématique de la santé au prisme des rapports sociaux de domination. Il a pour objectif de montrer la richesse et la pertinence de l’étude de la production de l’ignorance pour penser les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les mondes de la santé et de la médecine, grâce à la présentation de travaux partant de différents ancrages disciplinaires. C’est la diversité des manifestations de l’ignorance qui nous intéresse ici pour penser ses implications pour les corps et les sexualités : volontaire, organisationnelle, structurelle, ordinaire, etc. Ce colloque se propose ainsi de prolonger le dialogue entre les épistémologies de l’ignorance critiques des rapports de domination et les recherches empiriques sur la santé et de la médecine.

Comité d’organisation :

Camille Bajeux (Université de Genève – Institut des Etudes genre)
Déborah Guy (EHESS – Iris / Ined)
Anne-Charlotte Millepied (EHESS – Iris / Université de Genève – Institut des Etudes genre)

Comité scientifique : 

Francesca Arena (Institut Éthique, Histoire, Humanités, Université de Genève)
Vincent Barras (Institut des Humanités en médecine, Université de Lausanne)
Elisabeth Belmas (Iris, Université Paris 13)
Isabelle Clair (Iris, CNRS)
Émilie Counil (Iris, Ined, UR5)
Delphine Gardey (Institut Études Genre, Université de Genève)
Claire Grino (S2HEP, Université Lyon 1)
Ilana Löwy (Cermes 3, CNRS)
Giovanni Prete (Iris, Université Paris 13)
Sezin Topçu (CEMS, CNRS)
 
 

Programme :

 
LUNDI 21 OCTOBRE
 
8h30 : Accueil café
 
 
9h – 9h30 – Introduction
 
Mot d’accueil par Elisabeth Belmas (Université Paris 13, Iris, MSH Paris-Nord)
Introduction du colloque par le comité d’organisation
 
 
9h30 – 10h30 – CONFÉRENCE PLÉNIÈRE
Sezin Topçu (CNRS, CEMS)
Entre savoirs et ignorances : de la gouvernabilité des innovations techniques et médicales à risque en contextes de controverses
 
 
10h45 – 12h15 – PANEL 1 – MAINTENIR L’IGNORANCE DANS LES CONSULTATIONS
 
Camille Bajeux (Unige, Institut des Etudes genre)
Maintenir l’incertitude. Médecins, patients et proches devant l’infertilité masculine
 
Cécile Fontaine (EHESS, Mondes Américains)
De l’incertitude à la défiance : l’utilisation de l’ignorance comme « zone de contrôle » des patient-e-s et de leurs proches dans les consultations biomédicales des systèmes publics et privés de santé à Franca (Sao Paulo – Brésil)
 
Gaëlle Larrieu (Sciences Po, OSC)
La prise en charge médicale et parentale des variations du développement sexuel : savoir et ignorance au sein du trio médecins-parents-enfants
 
Discussion : Jean Bienaimé (EHESS, CEMS)
 
 
14h – 15h30 – PANEL 2 – DISQUALIFICATION DES SAVOIRS PROFANES
 
Sylvie Fainzang (Inserm, Cermes3)
Les patients raisonnent-ils ? De la contribution des savoirs profanes à la production des savoirs médicaux
 
Zoë Dubus (Université Aix-Marseille, TELEMME)
De l’automédication au monopole de la prescription d’antalgiques : processus de confiscation d’un savoir profane
 
Lucile Ruault (Cermes3, Ceraps)
Ignorer les profanes, ignorer leurs savoirs : autour de la médicalisation de l’avortement dans la lutte pour sa libéralisation
 
Discussion : Claire Grino (Université Lyon 1, S2HEP)
 
 
15h45 – 17h15 – PANEL 3 – INTERROGER L’ASYMÉTRIE ÉPISTÉMIQUE À PARTIR DES POINTS DE VUE DES PATIENT-E-S
 
Michal Raz (EHESS, Cermes3)
Savoirs incertains sur l’intersexuation
 
Selen Göbelez Dumas (EHESS, Centre Norbert Elias)
La problématique et les enjeux de l’ignorance dans le cadre des pratiques d’accouchement en Turquie : médicalisation, savoir et pouvoir
 
Irène-Lucile Hertzog (Université de Caen, Cerrev)
Plongée dans l’« ordinaire » des parcours de fécondation in vitro : retour sur les soupçons des patientes sur des traitements qui n’ont rien d’ordinaire
 
Discussion : Isabelle Clair (CNRS, Iris)
 
 
MARDI 22 OCTOBRE
 
8h30 : Accueil café
 
 
9h – 10h30 – PANEL 4 – IGNORANCES IGNORÉES ET POINTS AVEUGLES
 
Marlyse Debergh (Unige, IRS) et Sophie Torrent (Université de Fribourg)
Les ignorances ignorées de l’éducation à la santé sexuelle
 
Margaux Nève (EHESS, iiac)
Dyspareunie et endométriose, un mariage hétéronormatif douloureux. Quand la mise en lumière de certaines douleurs jette de l’ombre sur d’autres
 
Sarah Demart (Observatoire du Sida et des Sexualités, CES)
« On n’arrive pas à les toucher » : l’ignorance comme mode de gestion et de racialisation de l’épidémie du VIH. Les migrant-e-s africain-e-s et Afro-Belges face à la PreP
 
Discussion : Yaël Eched (EHESS, Iris)
 
10h45 – 12h15 – PANEL 5 – PRODUIRE L’IGNORANCE DES CLASSES POPULAIRES
 
Bruna Martins Coelho (Université Paris 8, LLCP)
« Hygiénisation de la culture populaire » au sertão du Brésil ? Médecine, mystique catholique et l’Église roumaine dans le cas de la beata Maria de Araújo
 
Emilia Plosceanu (EHESS, Iris)
L’enquête médico-sociale comme laboratoire de connaissance et d’ignorance : les aléas de l’offensive savante contre l’obscurantisme en Europe centrale et du sud-est
 
Mounia El Kotni (EHESS, CEMS, Fondation de France)
« Dicen que la partera tiene la culpa ». L’effacement des savoirs des sages-femmes traditionnelles par le personnel de santé biomédical au Mexique : entre racisme historique, violence épistémique et création de l’ignorance
 
Discussion : Elsa Boulet (Université Lyon 2, Centre Max Weber et EHESS, Iris)
 
14h – 15h30 – PANEL 6 – PRODUIRE DE NOUVEAUX SAVOIRS, PRODUIRE DE NOUVELLES IGNORANCES ?
 
Ronald Guilloux (Université Lyon 1, S2HEP)
L’accouchement physiologique : un contre-espace d’ignorance ?
 
Edmée Ballif (Université de Lausanne et Haute Ecole de Santé Vaud)
Quand l’information (re)produit l’ignorance : l’exemple de l’accompagnement psychosocial des grossesses
 
Lucile Quéré (Université de Lausanne, Centre en études genre)
Dévoiler l’ignorance et produire des savoirs féministes en santé : le mouvement contemporain de self-help gynécologique (Belgique, France, Suisse)
 
Discussion : Hélène Bretin (Université Paris 13, Iris, Ined)
 
 
15h45 – 17h15 – PANEL 7 – EVALUER, PRODUIRE ET CARACTÉRISER LE RISQUE
 
Mona Claro (Université de Liège)
Exagérer et perpétuer les risques sanitaires de l’avortement en Russie
 
Solène Lellinger (Université de Strasbourg, SAGE)
Production de l’ignorance, non-repérage ou déni ? Retour sur la reconnaissance tardive des effets indésirables du Mediator (benfluorex)
 
Solène Gouilhers (HESAV, HES-SO et Unige, IRS)
Production et maintenance de l’ignorance en salle d’accouchement : de l’élaboration des protocoles aux pratiques professionnelles
 
Discussion : Giovanni Prete (Université Paris 13, Iris)
 
 
17h15 – 18h : Conclusion du colloque par le comité d’organisation
Categories
appels à communication Colloque

Appel à communications: La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives

Colloque organisé par le CERMES3, 3 et 4 octobre 2019, Paris

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ». 

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires. 

Des propositions de communication sont attendues autour des 5 thématiques suivantes :

1. Pratiques et organisations du soin 

Les sciences sociales ont analysé la manière dont le travail médical, plus largement les pratiques de soin, et les organisations qui portent ces pratiques, ont été, depuis 40 ans, transformés par les mobilisations collectives, l’émergence des figures du patient-acteur ou du patient-expert, l’accent mis sur l’expérience, les savoirs spécifiques ou les droits des patients. Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, croiser ces évolutions avec les contextes de crise(s) qui semblent provoquer un certain nombre de tensions pour les acteurs engagés dans les pratiques de soin en transformant leur environnement et conditions de travail. D’où l’intérêt d’examiner au plus près les évolutions des organisations sanitaires ou médico-sociales (formes d’organisation, diversification et éclatement, modes de régulation, place et forme de « l’hôpital », conditions de travail des professionnels…), les statuts et les rôles des personnes impliquées dans le travail de soin (« professionnalisation » des profanes versus précarisation des professionnels, brouillage des frontières et des hiérarchies professionnelles, responsabilisation ambivalente des proches aidants…), les pratiques de soins elles-mêmes (personnalisation du soin via une standardisation, développement de pratiques de soin dites « alternatives », dans les établissements sanitaires et sociaux ou en dehors…), et plus généralement, l’instrumentalisation de la notion de soin et des valeurs liées à une « société du care ».

2. Soin, santé et « crise des migrants »  

Souvent référée depuis 2015 à l’augmentation massive des entrées en Europe de populations en provenance de pays déstabilisés, notamment de pays en guerre (Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.), l’expression « crise des migrants » s’est imposée dans le débat public, oblitérant la complexité des liens entre « santé » et « migrations ». Or, au-delà des représentations communes du phénomène, et pour peu qu’on les étudie séparément ou les unes par rapport aux autres, il apparaît bien vite que ces migrations sont de différentes durées, présentent des profils variés et obéissent à des déterminants très divers (conflits, famines, génocides, effets climatiques, etc.) à l’ère de la mondialisation. C’est ainsi que la catégorie de « migrant » recouvre à la fois des sans-papiers, des travailleurs économiques peu diplômés, des migrants par mariage, des personnes hautement qualifiés…, qui sont pourtant tous acteurs de flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits. Pour explorer l’articulation entre « crise des migrants » et mondes de la santé, deux entrées apparaissent pertinentes. La première s’intéresse aux conditions d’accès aux soins et à la consommation médicale des migrants, qui peuvent certes – mais pas toujours – renvoyer aux inégalités sociales de santé, aux discriminations (ethno-raciale, sexuelle, etc.), mais aussi à des types de recours spécifiques aux soins : transfrontaliers et transnationaux, téléconsultations, etc. La seconde entrée concerne les migrants professionnels de santé et leurs conditions d’exercice ; elle invite à s’interroger sur les formations professionnelles, les mobilités spatiales et les trajectoires sociales de praticiens étrangers et d’autres corps professionnels (infirmiers, aides-soignants…), sur la place et la politique des professionnels de santé étrangers dans la gestion à l’hôpital et les organisations du soin, enfin, sur les savoirs thérapeutiques non biomédicaux véhiculés par des migrants professionnels. 

3. Systèmes de protection sociale, dans les nords et les suds

La crise de l’État-providence telle qu’annoncée dans les années 1970 ne cesse de faire parler d’elle, au point de faire douter de la pertinence du concept de crise pour décrire la fragilité d’un type d’organisation visant à mutualiser et socialiser les risques. Alors que certaines analyses pointent du doigt un rétrécissement du champ d’intervention de la puissance publique en matière de protection sociale, d’autres soulignent a contrario non pas un retrait mais une recomposition du paysage (poids grandissant des acteurs privés) et du financement de la protection sociale, qui conférerait un nouveau rôle à l’Etat, celui de stratège. Il n’en reste pas moins que la maîtrise de plus en plus resserrée des dépenses sociales, notamment de santé, crée des situations d’extrême tension, qui impactent de plus en plus les conditions de travail des professionnels de la santé. Comment analyser la situation actuelle de l’hôpital public ou encore les craintes nées de l’augmentation des prix des innovations thérapeutiques ? Ne sont-elles que les répliques de « crises » ininterrompues depuis plus de quarante ans ou bien marquent-elles une remise en cause plus profonde du modèle développé après guerre et qui coûterait « un pognon de dingue »? Privatisation, néolibéralisation, marchandisation, cette partie du colloque permettra de clarifier la place et la portée opératoire de ces concepts dans  les sciences humaines et sociales mais aussi pour les acteurs, dans les Nords comme dans Suds. Comme l’indiquent les débats au sein de la santé globale sur la « couverture santé universelle », la prise en charge des maladies chroniques, la définition des « paniers de soins » garantis ou l’accès aux médicaments, le grand partage entre des pays « à revenu élevé » gérant l’affluence et des pays « à revenu faible ou moyen » gérant la pénurie perd de sa pertinence. 

4. Santé, environnement, crise écologique

Gérer les pollutions ou sauver la planète ? Si les enjeux de santé environnementale figurent depuis les années 80 en bonne place des questions sanitaires, en particulier du fait des interrogations et controverses publiques concernant les effets des expositions récurrentes aux contaminants chimiques, les termes dans lesquels sont, depuis une décennie, réfléchis les liens entre environnement et santé ont été significativement déplacés par la mise à l’agenda du problème des perturbateurs endocriniens d’une part, des impacts massifs et multiples du changement climatique d’autre part. Dans les deux cas, parce qu’il s’agit d’effets systémiques difficilement maîtrisables, potentiellement responsables de changements épidémiologiques de grande ampleur, la notion de crise est omniprésente. Selon que l’on opère dans le champ de l’environnement ou dans celui de la santé, celle-ci recouvre toutefois des diagnostics, des modes de régulation et des formes d’intervention très différentes. Penser l’articulation de ces perspectives, les processus qu’elles mettent en avant est un enjeu d’autant plus important pour les sciences sociales de la santé que cela suppose d’introduire des formes de décloisonnement vis-à-vis des études environnementales.

5. Productions des savoirs, formes d’expertise, crise de l’objectivité

Politique de l’ignorance, fabrication du doute, undone science : la critique des modes de production des savoirs mobilisés pour objectiver… ou au contraire minimiser, voire tout bonnement nier l’existence d’un problème est constitutive de nombreux débats publics contemporains relatifs aux questions de santé. Les modes de définition des priorités de la recherche biomédicale et plus fondamentalement de la préférence (voire de l’exclusivité) accordée à certaines approches de la maladie au détriment des conceptions extra-occidentales ou tout simplement hétérodoxes font désormais l’objet de vifs débats. Cependant les principales contestations visent les processus d’expertise, entendus au sens large. Un aspect transversal à toutes ces critiques renvoie à ce que l’on est tenté d’appeler la « crise de l’objectivité ». En dépit de toutes les difficultés qu’il a posées depuis son apparition au dix-neuvième siècle (ne serait-ce que du fait de son caractère inatteignable…), l’impératif d’objectivité demeure l’une des principales normes sociales structurant la production de savoirs scientifique et, par extension, l’expertise publique. Jusqu’ici du moins, ni l’injonction de mettre à distance les intérêts et passions susceptibles de biaiser le jugement, ni la valorisation des instruments de mesure et des analyses statistiques au détriment de l’évaluation subjective des réalités sensibles n’ont polarisé l’attention. La plupart des critiques se concentrent plutôt sur les deux aspects complémentaires d’un même problème : la porosité des institutions scientifiques et a fortiori des dispositifs d’expertise face aux menées des intérêts organisés de type économique ou politique ; leur incapacité symétrique à faire toute leur place aux revendications et suggestions des représentants de causes pourtant (presque) unanimement jugées légitimes – associations de patients, d’usagers, de riverains, etc. Il nous semble que les différents aspects de cette crise larvée (sans doute en partie au moins du fait de l’absence d’alternative clairement définie et publiquement défendue) mériteraient d’être analysés en détail.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril. Elles devront contenir un titre, les coordonnées de l’auteur et le résumé de la communication proposée (1 page tout au plus). Les propositions doivent être envoyées à l’adresse : myriam.winance@cnrs.fr

Conférencier.ère.s invité.e.s ayant confirmé leur participation :

  • Bruno Théret, CNRS, Iris-université Paris-Dauphine
  • Michel Marguairaz, Université  Paris 1-Panthéon-Sorbonne
  • Sara Aguiton, CNRS, Centre Alexandre Koyré
  • Sheila Jasanoff, Harvard Kennedy School

Comité d’organisation:

Luc Berlivet, CNRS
Maurice Cassier, CNRS
Pierre-André Juven, CNRS
Jean-Paul Gaudillière, INSERM
Vincent Viet, Ministère des affaires sociales et de la santé
Simeng Wang, CNRS
Myriam Winance, INSERM

Categories
Colloque

COLLOQUE SISM 2019 Arpsydemio: le traumatisme psychique

Mardi 19 Mars
08h30-17h30
Bibiolthèque Alcazar
58, Cours Belsunce
Salle de conference
Inscription obligatoire

C’est à partir des états gravement traumatiques des soldats, durant la guerre de 1914-1918, causés par la violence inouïe des vécus (blessures, explosions de guerre, mort d’un camarade soldat) que la psychiatrie commence à s’intéresser à ce syndrome.

Aux Etats-Unis, de nombreux vétérans de la guerre du Vietnam, à leur retour  (1960-1975) souffrent de traumatismes psychiques ; cela provoque une accélération des recherches sur cette pathologie.

Fait essentiel, la victime est ou se sent incapable de réagir, éprouve un fort sentiment d’impuissance, parfois même de culpabilité.

La personne atteinte de stress post-traumatique souffre de “flashbacks” l’amenant à revivre de façon répétée la situation stressante sous forme de cauchemars ou de souvenirs obsédants.

Cette réitération s’accompagne d’un certain nombre de symptômes parmi lesquels une grande anxiété – la personne est sur le “qui-vive” – ce qui peut conduire à des idées et des actes suicidaires, une grande fatigue psychique, un comportement de détachement et d’insensibilité par rapport aux autres, une anhédonie majeure, et des comportements d’évitement de toute situation susceptible de rappeler le traumatisme.

La gamme des événements traumatogènes est large et concerne tous les âges.

Le psychotrauma de l’enfant est fréquent, peut être grave et donner lieu à des séquelles maintenant mieux identifiées par les cliniciens et confirmées par des études récentes.

Le délai entre l’exposition à la situation traumatique et la survenue du psycho trauma est très variable selon les personnes, pouvant aller de quelques semaines à quelques mois.

Le trouble peut dans certains cas, se transformer en maladie chronique avec une modification durable et profonde de la personnalité.

Ce type d’évolution n’est pas rare. Les personnes peuvent s’enfermer dans le silence, désespérer de leur état, souvent mal vécu par leur entourage.

La gravité du syndrome n’est pas toujours liée au traumatisme subi, l’histoire, la personnalité, le vécu du sujet comptent tout autant.

Les neurosciences s’intéressent beaucoup à ces phénomènes. Chacun peut réagir à un évènement traumatique à sa manière, sur différents plans,  biologique, affectif, neurologique, ou psychique.

Lorsque les réponses sont inadaptées, générant des décompensations pathologiques, le syndrome s’installe.

Ainsi l’état de stress post-traumatique ne serait pas seulement un souvenir envahissant et récurrent de la situation traumatisante, mais aussi un déficit de mémoire empêchant la personne atteinte, de réduire sa réaction de peur, confrontée à un contexte prédictif de la menace.

Comme nous l’avons dit, l’évolution de la maladie varie selon les individus mais aussi selon la rapidité et la qualité de la prise en charge.

Un dispositif d’urgence sanitaire bien défini (C.U.M.P.) d’aide médico-psychologique précoce des blessés psychiques (ou « impliqués ») dans les situations d’urgence collective (ou individuelle) a été mis en place sous la responsabilité des Agences Régionales de Santé à partir de 1997.

Les CMP multiplient les prises en charge de personnes atteintes de PTSD, victimes de parcours migratoires violents, d’événements terrifiants, de drames. Les personnes fuient la guerre, les persécutions, les viols, et arrivent sidérées ou en larmes, dans la difficile évocation de la violence de leur vécu.

Cette journée de colloque propose de réfléchir à la question du traumatisme, dans ses aspects neuroscientifiques, psychiques, politiques et sociaux.

Nous vous attendons, nombreux, usagers, familles, professionnels ou citoyens pour échanger tous ensemble sur ce thème, malheureusement, très actuel dans notre société.

Programme

8h30  Accueil café des participants

9h Ouverture du colloque


Dr Dolores TORRES, présidente d’Arpsydemio, chef de service secteur 12
Dr Patrick PADOVANI, adjoint au maire de Marseille chargé de l’hygiène,  de la santé et du handicap  
Dr Françoise GAUNET ESCARARS, pédiatre

Matin : le trouble de stress post-traumatique en psychiatrie générale

09h30-10h30 Présentation du stress post-traumatique et de la cellule d’urgence médico psychologique (C.U.M.P.) et présentation de l’AVAD
Dr Flavie DERYNCK, praticien hospitalier CHU La Conception, coordinatrice des C.U.M.P. de la région PACA
– Présentation de la problématique du stress post-traumatique, outils et dispositif de soins (quels soins, en quels lieux)
– Le travail au sein de la C.U.M.P. avec la présence de volontaires de l’hôpital et du SAMU en cas de catastrophe
– Dispositif sur le terrain dans des conditions exceptionnelles notamment sur demande du préfet parfois

10h30-11H M. Marcel BOVIS, coordinateur et chef de service A.V.A.D.
Présentation de l’association d’aide aux victimes d’actes de délinquance (AVAD)

11h00-11h20   Pause

11h20-11h40 Dr Frédéric PAUL, psychiatre, chef de service (H.I.A. Lavéran) avec M. Olivier DE VERGNETTE,infirmier
« En revenir, éclairages d’un soignant militaire blessé au combat », le stress post-traumatique dans le contexte militaire
 
11h40- 12h10 Mme Mélanie MAURIN, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie formée en thérapie de groupe et thérapies brèves. Institution « Osiris »
« Le traitement du psycho-trauma par des techniques de thérapie brève »
 
12h10-12h45 Échanges avec la salle
 
12h45 Déjeuner libre

Après-midi : le trouble de stress post-traumatique en pédo-psychiatrie

14h15-14h30 Introduction des interventions de l’après-midi et discutant
Pr David DA FONSECA, psychiatre chef de service, praticien hospitalier hôpital Salvator, enseignant chercheur
 
14h30-15h Pr François POINSO, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Marseille
« Les spécificités du P.T.S.D. chez l’enfant »
 
15h-15h30 Dr Michèle BATTISTA, praticien hospitalier au SUPEA du Pr ASKENAZY (hôpitauxpédiatriques de Nice CHU Lenval) : centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme, vice-présidente de la CME des hôpitaux pédiatriques universitaire de Nice depuis 2017
« Comment prendre en charge les enfants jeunes infra-verbaux psycho traumatisés? De nouvelles propositions de prises en charges à travers la mise en place d’un centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme »
 
15h30-15h45 Vidéo projection d’une consultation
 
15h45-16h Discussion
 
16h00-16h30 Dr Frédérique GIGNOUX-FROMENT, (H.I.A. Lavéran)
« Un retour pas comme les autres : à propos d’une consultation au profit d’enfants de militaires traumatisés en opération »
 
16h30-17h Échanges avec la salle 

Tarifs

Tarif formation continue : 70 €
Tarif individuel : 40 €
Tarif réduit (usager, famille d’usager, étudiant, adhérent, RSA, autres…) : 10€

Lien vers le site de l’annonce

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque: Injustices épistémiques : Comment les comprendre, comment les réduire ?

 

 

 

7 et 8 février 2019
Université de Namur
Inscription est gratuite, mais obligatoire pour les plénières en matinée.

 

L’objectif général de ce colloque du groupe de travail 21 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) est  de discuter en profondeur du concept d’injustice épistémique, des réalités qu’il recouvre pour les personnes qui les subissent ou qui en bénéficient, ainsi que des stratégies utilisées par différentes personnes et groupes sociaux pour les accroitre, les maintenir ou les réduire. Puisqu’il s’agit d’une thématique transversale, ces enjeux pourront être abordés à partir de champs de recherche et de pratique variés : éducation, altermondialisme, santé et services sociaux, politiques publiques, vieillissement, transition (agro)écologique, etc.

Le groupe de travail 21 de l’AISLF, intitulé Diversité des savoirs, vise à examiner différents phénomènes sociaux, qu’il s’agisse de participation citoyenne, de transition (agro)écologique, de transformation des systèmes de santé ou encore de développement de politiques publiques, sous l’angle de la diversité des savoirs mobilisés, reconnus et produits par les groupes en présence. Une attention particulière est portée aux processus de légitimation des savoirs, à la construction des expertises et des hiérarchies entre les savoirs, ainsi qu’à des pratiques, par exemple de recherche participative, qui revendiquent des rapports plus égalitaires entre les différents savoirs et les personnes/groupes qui les détiennent.

La thématique du GT21 Diversité des savoirs invite à sortir des sentiers battus et à proposer un colloque scientifique dont le format permette la rencontre et l’expression d’une diversité de savoirs (universitaires, professionnels, expérientiels, locaux, traditionnels, etc.). Elle invite également à faire la part belle aux espaces collectifs de discussion comme en témoigne le souci du comité organisateur de favoriser des échanges en sous-groupe et des discussions en plénière en plus des présentations en ateliers dans un format plus traditionnel.

Au programme du colloque : trois panels, un Bar des sciences, 42 communications touchant une diversité de domaines et une dizaine de 10 pays représentés.

Organisé par:  le GT21 Diversité des savoirs de l’AISLF (Evelyne Baillergeau, Marie Dos Santos,  Baptiste Godrie, Simon Lemaire), en partenariat avec l’Institut TRANSITIONS de l’Université de Namur.

PDF du colloque

 

 

Categories
Colloque multimédia parution

Videos du colloque « PARCOURS DE VIE ET SANTÉ : APPORT DES MÉTHODES BIOGRAPHIQUES EN SANTÉ PUBLIQUE »

Ce colloque s’est tenu à Paris le 18 et 19 octobre 2018. Il a porté sur les perspectives offertes par la prise en compte des parcours de vie et les méthodes biographiques dans les recherches en santé. Il avait pour objectif de réunir le nombre encore trop limité de chercheurs travaillant dans ce domaine pour échanger sur les questions méthodologiques posées par ces approches, présenter les outils existants, discuter les apports par rapport à d’autres approches, afin de contribuer à créer une dynamique et une communauté de recherche dans ce champ, et de le rendre plus visible dans les recherches sur le développement.

Les videos des interventions sont disponibles en ligne à cet adresse

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque de restitution et de prospective « La Personne en médecine »

Colloque de restitution et de prospective du Programme interdisciplinaire Université Sorbonne Paris Cité « La Personne en médecineSHS, Humanités médicales & Médecine »

4-5 décembre 2018

Université Paris Diderot, amphithéâtre Buffon

15 rue Hélène Brion 75013 PARIS

Programme détaillé : http://lapersonneenmedecine.uspc.fr

Entrée libre, inscription obligatoire et informations :  ariane.brehier@univ-paris-diderot.fr

Le Programme « La Personne en médecine » (LPEM) organise les 4 et 5 décembre 2018 un colloque de restitution des recherches conduites, depuis 2014, dans son cadre et avec son soutien. Ce colloque rendra compte de la diversité et de la cohérence des recherches réalisées. Il dessinera aussi les objectifs et les évolutions scientifiques à venir, ainsi que les modalités institutionnelles que le Programme pourrait prendre. Ce colloque constituera un rendez-vous important pour renforcer et créer les collaborations au sein et au-delà du Programme.

LPEM a étudié, à travers une vingtaine de projets, la subjectivation contemporaine des malades, de leur entourage et des professionnels de santé. Associant médecins, chercheurs en philosophie, histoire, anthropologie, sociologie, psychanalyse et littérature, le programme a analysé les manières dont ces personnes font l’expérience de la maladie et de la médecine, se conçoivent, agissent et construisent leurs identités personnelles et sociales. Les recherches se sont organisées selon 3 axes : 1° l’étude des expériences et des pratiques médicales relatives à la chronicité et « la maladie à vie » (liées à la connaissance des prédispositions et diagnostics génétiques, à travers la prévention, dans l’attente de la greffe ou après le traitement d’une maladie, etc.) ; 2° la philosophie du soin et les pratiques de soin prenant en compte les expériences, valeurs et actions des personnes malades ; 3° la définition, en plein renouvellement, du champ des humanités médicales en France et à l’étranger et l’étude des innovations qu’elles apportent dans les formations en santé. Le Programme a soutenu des recherches en SHS sur la médecine, considérée comme objet, mais il a aussi fait porter ses efforts sur le développement de recherches collaboratives innovantes impliquant conjointement SHS et sciences biomédicales.

Les porteurs et chercheurs impliqués dans un projet financé ou soutenu par LPEM présenteront les résultats et les perspectives de leur travail. Ils expliciteront non seulement le caractère innovant de leurs recherches mais aussi les questions méthodologiques qu’elles leur ont posées. Ce colloque sera en effet l’occasion d’entrer, de manière concrète et précise, dans le « laboratoire » ou la « cuisine » des recherches interdisciplinaires et de revenir sur les difficultés rencontrées. Comment celles-ci ont-elles été réfléchies et, éventuellement, surmontées ? Au-delà, quels sont les apports scientifiques mais aussi pédagogiques, pratiques ou institutionnels de l’interdisciplinarité mise en œuvre ?

La conférencière invitée est Kirsten Ostherr, Gladys Louise Fox Professor of English, Director Medical Futures Lab, Rice University, Houston, Texas .

Mardi 4 décembre 2018

– 9h – Accueil

– 9h15 – Ouverture – Christine Clérici, présidente de l’Université Paris Diderot ; Frédéric Dardel, administrateur provisoire d’USPC (sous réserve)

– 9h45 – Céline Lefève (philosophe, Centre Georges Canguilhem, UMR SPHERE (Institut des Humanités, Sciences et Sociétés, Paris Diderot) et Chaire coopérative « Philosophie à l’hôpital » (AP-HP/ENS)) & François Villa (professeur de psychopathologie, Centre de recherches, psychanalyse, médecine et société, Institut des Humanités, Sciences et Sociétés, Paris Diderot) : Présentation du Programme : recherches réalisées, perspectives scientifiques et institutionnelles

Modératrice : Sylvie Fainzang (DR anthropologie de la santé, Cermes 3, CNRS/INSERM/EHESS/Paris Descartes)

– 10h – Elise Ricadat (MCF en psychopathologie, CRPMS, IHSS, Paris Diderot) et Karl-Leo Schwering (professeur de psychopathologie, UTRPP, Paris 13) : La co-construction scientifique entre chercheurs en psychologie clinique et équipes médicales : une épistémologie du concret »

– 10h30 – Valérie Gateau (philosophe, post-doctorante, Espace de recherche sur la greffe, Centre G. Canguilhem/LPEM/Hôpital Beaujon) & Céline Lefève : Enjeux éthiques, psychiques et socio-professionnels de la greffe hépatique

– 11h -11h30 Discussion

– 11h30-11h45 Pause

– 11h45 – Claude-Olivier Doron (MCF en histoire et philosophie des sciences, Centre G. Canguilhem/SPHERE, IHSS, Paris Diderot) & Luc Berlivet (CR en science politique, CERMES3 – Cnrs & Ehess) : Généalogies de la médecine racialisée

– 12h15 – Cristina Lindenmeyer (Psychanalyste, Maître de Conférences HDR, Université Paris -Diderot, Directrice de Recherches au CRPMS, Chercheuse associée au pôle de recherches «  Santé connectée et humain augmenté » de l’Institut de Sciences de la Communication ISCC-CNRS) & Marie-Pia d’Ortho (MD PhD, Directrice scientifique du Digital Medical Hub, cheffe de service de physiologie – explorations fonctionnelles de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard, AP-HP, au sein duquel elle a créé en 2009  le centre de prise en charge des pathologies du sommeil et de la vigilance.) :   L’objet connecté en santé : enjeux actuels et perspectives éthiques émergentes

– 12h-45-13h15 : Discussion

Déjeuner : buffet pour les intervenants et chercheurs du Programme

Modérateur :  François Villa

– 14h45 – Hélène Mellerio, pédiatre, docteur en santé publique (CHU Robert Debré, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris) & Agnès Dumas, sociologue (ECEVE INSERM UMR 1123 / Paris Diderot) : Regards croisés sur les adolescents malades chroniques et sur un dispositif innovant d’aide à la transition des soins entre la pédiatrie et les services d’adultes

– 15h15 – Nicolas Foureur, médecin (Centre d’éthique clinique de l’Assistance-Publique-Hôpitaux de Paris) : Peut-on mieux respecter l’autonomie d’une personne hospitalisée sans consentement en psychiatrie en respectant son « autonomie intégrité » ?

– 15h45-16h : Pause

– 16h – Livia Velpry (maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris8-Saint Denis, CERMES3) & Aude Béliard (maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Descartes, CERMES3): Contrainte et consentement en santé mentale : retour sur une expérience de travail collectif

– 16h30-17h : Discussion

– 17h : Léger goûter et table de présentation des livres et articles publiés avec La Personne en médecine

– 17h30-18h30 : Mise en voix et danse par la Compagnie Motyl

Mercredi 5 décembre 2018

– 9h15 : Ouverture

  Modératrice :  Elise Ricadat

– 9h30 – Arnaud Plagnol, psychiatre, professeur de psychologie (Université Paris 8), Bernard Pachoud, psychiatre, professeur de psychopathologie (IHSS, Université Paris Diderot) & Bernard Granger, professeur de psychiatrie à l’Université Paris Descartes, responsable de l’unité de psychiatrie et d’addictologie de l’hôpital Cochin (Assistance publique – hôpitaux de Paris) : Nouvelles voies pour la personnalisation des soins

– 10h – Bloy Géraldine (MCU en sociologie, LEDi EA 7467 Université de Bourgogne), Brion Daphné (interne en médecine générale, Université Paris-Descartes), Mougel-Cojocaru Sarra (MCU en sciences de l’éducation, CERLIS UMR CNRS 8070 Université Paris-Descartes), Nguyen-Dinh  Marie-Laurence (interne en médecine générale, Université Paris-Descartes), Rigal Laurent (PU de médecine générale, CESP Inserm 1018 – Université Paris-Sud) et Thévenot Marion* (Interne en médecine générale, Université Paris-Sud) : Médecine générale et sciences sociales à la croisée des savoirs sur la prévention : Retour sur deux expériences de formation de jeunes médecins à la recherche/par la recherche

– 10h30-10h45 :  Pause

– 10h45-11h15 – Claire Georges (médecin, Présidente Collectif national des Permanences d’Accès aux Soins de santé, PASS Hôpital Saint Louis) & Denis Mechali (médecin, PASS Hôpital Saint Louis) : Les PASS: l’humain facteur de pertinence médico-économique

– 11h15-11h45 – Nicola Bertoldi  (Université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne, Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques, UMR 8590) & Antonine Nicoglou (Université de Tours, Faculté de médecine, Inserm UMR 1253 Imagerie et Cerveau) : Génomique et médecine prédictive : problématiques et enjeux transversaux

11h45-12h15 : Discussion

Déjeuner : buffet pour les intervenants et chercheurs du Programme

Modératrice : Sophie Vasset (MCF littérature anglaise, LARCA, Paris Diderot)

– 14h – Benoît Eyraud (MCF en sociologie, Université Lyon 2) : Favoriser la participation des personnes en situation de handicap aux débats qui les concernent : quelques enseignements tirés d’une démarche collaborative autour de la convention internationale des droits des personnes handicapées

– 14h30 – Nicolas Marquis (Professeur de sociologie, Université Saint-Louis – Bruxelles, co-directeur du CASPER), Baptiste Moutaud (Anthropologue, chargé de recherche CNRS au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative UMR 7186 ; Université Paris Nanterre) : Par-delà la dénonciation ou la célébration : décrire la vie des personnes souffrant de troubles psychiques dans et après la psychiatrie

– 15 h : Discussion

– 15h30 : Pause

– 15h45 – Kirsten Ostherr, Gladys Louise Fox Professor of English, Director Medical Futures Lab, Rice University, Houston, Texas : Techno-mediated personhood in medicine: from visual images to invisible health datafication

– 16h15 – Céline Lefève & Alexis Zimmer (historien, post-doctorant, LPEM) : État des lieux des enseignements en sciences humaines et sociales (SHS) dans la formation médicale en France et actions de formation de LPEM

– 16h45 : Discussion

– 17h15 : Perspectives pour LPEM/Conclusion

– 17h45 : Cocktail de clôture

En partenariat avec la Chaire coopérative « Philosophie à l’hôpital » (Assistance Publique-Hôpitaux de Paris/Ecole Normale Supérieure)

Categories
Colloque Evènements scientifiques Journée d'étude

Colloques et journée d’étude « Corps et prothèses : vécus, usages et contextes »

Dans la continuité des deux cycles de séminaires « Corps et prothèses » qui se sont déroulés entre 2016 et 2018, nous poursuivons cette année nos rencontres, échanges et réflexions lors de deux colloques et d’une journée d’étude :

Colloque n°1:

« Les prothèses au prisme du genre et de la sexualité », Jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019 à Lyon, 9h-17h.

(programme disponible mi-novembre 2018)

 Colloque n°2 :

« Vivre avec des prothèses auditives et/ou des implants cochléaires pour un adulte devenu sourd», Jeudi 4 et Vendredi 5 avril 2019 à Grenoble, 9h-17h.

(à confirmer)

 Journée d’étude :

« Prothèse(s) ou pas ? », Vendredi 8 juin 2018 à Paris, 9h-17h.

(programme disponible début avril 2019)

Présentation générale du cycle

La démarche de ce cycle n°3 est de réinterroger la complexité du rapport organique/technologique au travers l’étude et l’analyse des expériences singulières liées à l’utilisation de différentes techniques d’assistance au corps telles que les prothèses, fauteuils, assistances robotiques et domotiques.

L’enjeu principal de ce séminaire est d’ouvrir des fenêtres de discussions sur les diverses expériences avec ces différentes technologies à partir de la notion de terrain, de vécus subjectifs et dans une approche transdisciplinaire aux croisements de la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, l’éthique, l’ingénierie robotique, la médecine, les sciences de la santé et les savoirs expérientiels développés par les personnes concernées.

Présentation détaillée: Presentation_Corps et protheses_Cycle3_2018-2019

 Informations complémentaires :

– Ces journées sont ouvertes à toutes et à tous les étudiant·e·s et chercheur·e·s universitaires, ingénieur·e·s, praticien·ne·s, usager·e·s, personne·s militante·s et/ou association·s portant un intérêt à ces questionnements vis-à-vis des expériences singulières corps/technologie.

– Entrée libre et gratuite (sans inscription)

– Pour tout renseignement complémentaire et/ou si vous souhaitez vous inscrire à la mailing-list « Corps et prothèses », merci d’envoyer un mail à l’adresse : contact@corps-protheses.org

Programme détaillé :

Le programme détaillé des conférences et intervenant·e·s de chaque journée sera disponible au fur et à mesure sur le site internet « Corps et prothèses » à l’adresse :http://www.corps-protheses.org

Organisé par :

Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (UMR 7222 – Université Pierre et Marie Curie – Paris / CNRS)

Laboratoire Dynamiques Européennes (UMR 7367 – Université de Strasbourg / CNRS)

Laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR 5600 – Université de Lyon /CNRS)

Laboratoire Litt&Arts (UMR 5316 – Université Grenoble Alpes)

Laboratoire Sciences, Société, Historicité, Éducation et Pratiques (EA 4148 – Université Claude Bernard Lyon 1)

Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (EA 2483 – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque: hygiène et santé en Bas-Languedoc oriental du XVIIIe siècle aux lendemains du premier conflit mondial.

 

Du 18 au 20 octobre 2018
Archives départementales du Gard, 365 rue du Forez, 30000, Nîmes

 

Organisé par la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine de Nîmes et du Gard en collaboration avec la ville de Nîmes, le conseil départemental du Gard, l’université de Nîmes, l’EA CHROME et les Villégiales.

 

Du siècle des Lumières, qui fut aussi celui de Lavoisier et des topographies médicales, aux lendemains du premier conflit mondial, quels furent, dans le Bas-Languedoc oriental caractérisé par la présence des zones montagneuses, littorales (étangs et marais) et des plateaux des garrigues, les grands problèmes sanitaires auxquels fut confrontée la population ? Quelles solutions reçurent-ils ? Parce que les sociétés vivent dans un environnement qui exerce nombre de contraintes et procure simultanément maints avantages, l’étude de leur médicalisation  progressive, avec le développement de l’hygiène individuelle et collective, l’amélioration des conditions de vie, les progrès de la médecine sous ses divers aspects, conduit à mener une réflexion sur le plan local et régional – l’amphithéâtre languedocien – sur deux siècles.

 

PROGRAMME

Jeudi après-midi  18 octobre

14 h.-14 h.30 : Accueil des participants

14 h.30-15 h. : Discours officiels

Un siècle des Lumières fondateur

Président : Stéphane Durand, professeur d’histoire moderne, université d’Avignon et des pays du Vaucluse

15 h.-15 h. 30 Simone Mazauric : Les médecins et chirurgiens nîmois, pionniers de l’inoculation variolique au XVIIIe siècle.

15 h. 30-16 h.  Nicolas Vidoni : Une police sanitaire urbaine ? Le cas de Montpellier au XVIIIe siècle.

Discussion Pause

16 h. 30-17 h. Sylvain Olivier : Médicalisation, hygiène et risque sanitaire dans les campagnes lodévoises au temps des Lumières.

17 h.-17 h. 30 Élias Burgel : La perception pathologisante des lagunes languedociennes à travers les récits et guides de voyage (XVIIIe-XIXe siècles).

17 h. 30-18 h. Pierre-Étienne Stockland, La police du marché des remèdes dans le Bas-Languedoc au XVIIIe siècle.

Discussion

Vendredi matin 19 octobre

À la découverte du faubourg Saint-Antoine

9 h. 15-12 h.    Visites en collaboration avec l’association Passionnément patrimoine sous la conduite de Mmes Francine Cabane et Danièle Jean

Vendredi après-midi 19 octobre

Faire face aux épidémies et aux fléaux sociaux

Président : Raymond Huard, professeur émérite d’histoire contemporaine, université de Montpellier

14 h. 30-15 h. Emma Ringuelet : Nîmes face à la peste de 1720 : la politique sanitaire mise en œuvre selon l’Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes de Léon Ménard (1744-1756).

15 h.-15 h. 30 Robert Chamboredon : Des topographies médicales « gardoises » (Fin XVIIIe siècle-début XIXe siècle).

15 h. 30-16 h. Armand Cosson : Epidémie et société. Le choléra à Nîmes en 1835.

Discussion Pause

16 h. 30-17 h. Stéphane Le Bras : Le vin contre l’alcool. La lutte antialcoolique dans une région viticole de masse (années 1870-années 1910).

17 h.-17 h.30 Odon Abbal : Préserver la santé du soldat : la fièvre typhoïde dans les casernes du Languedoc oriental à la fin du XIXe siècle : patriotisme, prophylaxie et politique municipale.

Discussion

Samedi matin 20 octobre

Les miasmes industriels et urbains

Présidente : Simone Mazauric, professeur émérite de philosophie et d’histoire des sciences, université de   Lorraine

9 h.-9 h. 30 Jonathan Barbier : La méthode Raspail et le Midi de la France.

9 h. 30-10 h. Théo Vicente : L’usine de produits chimiques de Salindres ou un fleuron de l’industrie française au XIXe siècle : entre industrialisation, oppositions locales et scandales sanitaires (1855-1880).

Discussion Pause

10 h. 30-11 h. Claire-Lise Creissen : Lieux, chalets de nécessité, water closets, vespasiennes etc. Répondre aux besoins naturels des citadins de la ville d’Alès au XIXe siècle.

11 h.-11 h. 30 Michel Baudat : La ville hygiéniste, un aspect méconnu d’Arles au XIXe siècle.

11 h. 30-12 h. Francine Cabane : Touchée aux poumons : Nîmes (1870-lendemains du Premier Conflit mondial).

Discussion

Samedi après-midi 20 octobre

Les pratiques culturelles et familiales

Président : Sylvain Olivier, maître de conférences en histoire moderne, université de Nîmes

14 h. 30-15 h. Séverine Parayre, Hygiène et santé en Bas-Languedoc au XIXe siècle : implication et actions éducatives des instituteurs ruraux.

15 h.-15 h. 30 Roland Castanet : Sauvez les corps, sauvez les âmes. Des bains de mer à Sète (XIXe – XXe siècles)

Discussion Pause

16 h.-16 h. 30 Lisa Bertrand, Danielle Bertrand-Fabre : Régime alimentaire méditerranéen et pratiques de santé : la famille Foncin à Montpellier au milieu du XIXe siècle 16 h. 30-17 h.

Michèle Pallier, Pratiques médicales au XIXe siècle dans une famille nîmoise d’après la correspondance d’Adèle Dumas.

17 h.-17 h. 30 Cédric Maurin : L’hygiénisme politique d’un Languedocien : Théophile Roussel (1816-1903).

Discussion

Discours de clôture

 

Comité scientifique

Mme Simone Mazauric, professeure des universités émérite
Michel Cazaban, médecin hygiéniste au CHU de Nîmes
Robert Chalavet, directeur honoraire de centre hospitalier
Robert Chamboredon, professeur de chaire supérieure honoraire
Raymond Huard, professeur des universités émérite
Sylvain Olivier, maître de conférences à l’université de Nîmes