Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journées d’études « Patients-experts, patients-partenaires: quels dispositifs de participation en santé », 25 et 26 mars 2021, Visioconférence

Journées d’études « Patients-experts, patients-partenaires: quels dispositifs de participation en santé »

25 et 26 mars 2021, Visioconférence

Atelier organisé par Claire Crignon, Renaud Debailly et Antoine Guillain

 

Télécharger le programme complet et les modalités d’inscription: Programme_Patients-Experts-Patients-Partenaires

 

 

 

 

Categories
Journée d'étude

Journée d’étude « Les métiers de l’intervention en santé au travail : quels débouchés pour les sciences sociales ? »

Initialement prévue le 12 décembre 2019, elle se tiendra finalement:
le 3 mars 2020,
de 9h à 17h45
à la Maison des Sciences Economiques
(106-112 boulevard de l’Hôpital, Paris 13e – 6e étage).

 

Organisée au titre du Réseau des Jeunes Chercheurs Travail et Santé (RJCTS), et sur un financement du GIS GESTES,
elle a été repositionnée en lien avec le mouvement social 

Mobilisé.e.s contre les projets de réformes (retraites et loi de programmation pluriannuelle de la recherche), nous avons décidé d’utiliser cette journée de rencontre et d’échanges entre chercheur.e.s et intervenant.e.s en santé au travail, pour informer sur ces projets de réformes et expliquer en quoi nous leur sommes opposé.e.s. Le programme de la journée d’études est en conséquence aménagé pour y intégrer ces réflexions sur l’actualité sociale et politique.

Cette journée est le fruit d’un long travail collectif porté par des chercheur.e.s du Réseau Jeunes Chercheurs Travail et Santé, dont les statuts reflètent dans leur grande majorité la précarité des conditions d’emploi de la recherche, et dont les temporalités ont été prises en compte pour sa tenue. Elle atteste également des liens forts entre monde académique et monde de l’intervention en santé au travail, liens d’autant plus importants à réaffirmer que les conditions d’exercice prévues par les réformes, dans ces deux secteurs, les rendent plus vulnérables. Enfin, la question des débouchés des docteur.e.s en sciences sociales, l’un des fils rouges de la journée, nous paraît d’autant plus nécessaire à poser dans le contexte du projet de réforme de l’enseignement supérieur et la recherche.

Pour des raisons d’organisation, merci de vous inscrire au lien suivant : 
https://framaforms.org/participation-journee-detudes-metiers-de-lintervention-en-sante-au-travail-organisee-par-le-rjcts

Présentation de la journée

Cette journée a un triple objectif : il s’agit d’abord de mieux connaître les pratiques des consultants en santé au travail, puis de poser un regard sur les voies d’orientation professionnelle possibles pour les sociologues, en particulier les sociologues du travail ; enfin, il s’agit de porter une réflexion collective sur les projets de réformes en cours qui affectent tant l’intervention en santé au travail que la recherche en sciences sociales.

Le matin, les pratiques professionnelles de l’intervention en santé et sécurité au travail seront interrogées à partir d’expériences d’intervenants exerçant en tant que consultants ou experts CHSCT dans divers cabinets. De la première formulation d’une demande à la restitution des résultats, les intervenants sont confrontés à une mise à l’épreuve de leurs outils et méthodes, et les divers ajustements qu’ils doivent opérer sur le terrain seront interrogés : en effet, « intervenir », cela peut être aussi former les élus, convaincre les directions, prendre en compte des logiques ou stratégies diverses, se retrouver au cœur de conflits propres au contexte productif, etc. Les réformes institutionnelles et leurs effets sur les pratiques seront discutés lors de cette matinée.

L’après-midi, seront abordées les dynamiques de carrière des consultants, leurs motivations, trajectoires d’emploi et conditions de travail. Le marché de l’intervention en santé au travail et son fonctionnement actuel, ainsi que les crises ou reconfigurations qui dessinent son avenir seront abordés dans l’optique de mieux se représenter les débouchés concrets qu’offre ce marché aux sociologues. Les projets de réformes (retraites et LPPR) seront ici abordés dans leurs effets sur les carrières des consultants et des docteurs en sciences sociales.

Programme de la journée disponible en PDF

 

Le comité d’organisation

Blandine Barlet (IRISSO, Paris-Dauphine), Lambert Lanoë (LEMNA, Université de Nantes), Elena Mascova (IRISSO, Paris-Dauphine), Scarlett Salman (LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’études « L’objet pesticides en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique? 5 et 6 février 2020, Marseille

L’objet « pesticides » en sciences humaines et sociales. Quels savoirs pour quelle transition écologique ?

Journées d’études – 05 et 06 février 2020 – Centre Norbert Elias, La Vieille Charité, 13002 Marseille

Comité d’organisation : Carole Barthélémy, Eve Bureau-Point, et Dorothée Dussy.

Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, les pesticides sont devenus la pierre angulaire d’un modèle agricole basé sur l’utilisation croissante d’intrants issus de la chimie. Longtemps considérées comme une avancée révolutionnaire pour protéger les cultures, améliorer les rendements agricoles et répondre aux besoins alimentaires d’une population mondiale grandissante, ces substances se sont progressivement diffusées aux quatre coins du monde. Cependant, avec les alertes de plus en plus fréquentes concernant leurs effets incontrôlés (épuisement des sols, perte de la biodiversité, résistances aux molécules écessitant des achats croissants de pesticides, affaiblissement de la santé humaine, animale et environnementale), l’usage de ces substances et leur pertinence sont corrélativement remis en question. Les modes de production agricole et de consommation alimentaire sont dès lors réinterrogés par les acteurs sociaux, économiques et/ou politiques, dans des formes et à des degrés variables. Dans les récits de ce début du 21e siècle, la question des « alternatives » est posée pour penser un modèle plus durable, moins polluant et moins anthropocénique, c’est-à-dire moins centré sur l’homme et plus respectueux de l’environnement.

La notion de « transition écologique » qui sous-entend un impératif de changement, attire le regard des chercheurs en sciences sociales qui s’intéressent sur le long terme aux relations des humains avec leur environnement. Nous envisageons cette notion dans une acception large, comme le renouvellement de pratiques et de principes plus respectueux du monde vivant. Les démarches servant ce dessein existent depuis fort longtemps à travers les sociétés, dans des formes buissonnières, plus ou moins visibles et plus ou moins politisées. Dans les démocraties occidentales productrices du modèle agricole en question, le concept est entré dans le vocabulaire commun. Il est utilisé par l’ensemble des formations politiques. Les instances gouvernementales en font parfois leur priorité. Il fait l’objet de nouvelles législations. La société civile et les citoyens s’en saisissent également. A l’échelle macro-politique, la transition écologique se décompose en plusieurs volets interdépendants : transition agro-alimentaire, transition industrielle, transition énergétique et préservation de la biodiversité. Concrètement, dans les micro-espaces d’intervention des individus, ancrés ou non dans les instances politiques et/ou associatives, cette notion revêt des significations, des interprétations et des pratiques qui restent à explorer.

Au cours de ces journées d’études nous souhaitons mettre en discussion des recherches en sciences humaines et sociales qui étudient la « transition écologique » à partir de la question des pesticides. Il s’agira de mettre en lumière, tant dans les Nords que dans les Suds, la manière dont émergent, s’expriment et se construisent les initiatives de transformations et/ou leurs entraves. Dans le secteur agricole, le recours à l’agrochimie fait généralement autorité mais des alternatives juridiques, règlementaires et des pratiques plus ou moins affichées se mettent en place ici et là.

Nous tenterons d’avancer ensemble sur les questions suivantes : peut-on réellement parler de transition écologique en matière de pesticides ou est-on encore dans un système d’utilisation systémique dont il reste difficile d’échapper ? Comment les travaux en SHS permettent-ils de dépasser cette dualité et de proposer des lectures fines et nuancées de changements de pratiques plus ou moins rendues visibles ? Inversement, comment l’analyse des usages des pesticides et de leurs contraintes permet-elle de questionner la notion de « transition écologique » ? Pourquoi cette notion se diffuse-t-elle en place et lieu de celle de changement ? De quelles transformations idéologiques, politiques et scientifiques, ce glissement conceptuel témoigne-t-il ?

Programme des journées

Mercredi 05 février (Salle A, 2ème étage)

13h30 – Accueil des participants – Café
14h-14h30 – Introduction. Transition et pesticides, de quoi parle-t-on ?

14h30- 16h Session thématique 1 : Science, industrie et régulation
Modératrice : Eve Bureau-Point
Alexis Aulagnier, sociologie, CSO, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, Les sciences agronomiques à l’épreuve des pesticides.
Sylvain Brunier, Jean-Noël Jouzel et Giovanni Prete, sociologie, CSO, IRIS, Paris, Les ZNT comme technologie de gouvernement de l’espace agricole.
Mélanie Porte, sociologie, CERTOP, Université Toulouse II Jean Jaurès, Comment les familles se saisissent des produits « sans résidus de pesticides » proposés par l’industrie agro-alimentaire ?

16h-16h30 : Pause
16h30-18h : Session thématique 2 : La recherche participative, un outil au service de la transition écologique ?
Modératrice : Carole Barthélémy
Ludovic Ginelli et Jacqueline Candau, sociologie, UR ETBX INRAE, Bordeaux, Éprouver des inégalités environnementales par la recherche-action. Le cas des capabilités des travailleurs viticoles à dire leur exposition aux pesticides.
Fabienne Goutille, Geoffroy Duporté, Marie-Hélène Dévier, Hélène Budzinski et Alain Garrigou, ergonomie/anthropologie, Equipe EPICENE, Bordeaux, Prévenir les expositions relatives aux usages des phytosanitaires ?
Gaëlle Gasc et Etienne Amiet, sociologie, chercheurs indépendants, Marseille, Le cadrage des relations agriculteurs et riverains en image : immersion sur un territoire aux prises avec la gestion d’un trouble.

Projection d’un extrait de film documentaire.

19h30 Dîner au Kahena, 13001 Marseille

Jeudi 6 février (Salle de réunion, Centre Norbert Elias)

9h-9h30 Accueil – café

9h30-11h Session thématique 3 : Les agriculteurs face aux politiques agricoles de transition écologique
Modératrice : Eve Bureau Point
Bernard Formoso, ethnologie, Université Paul Valéry, IrAsia, Marseille : Sensibilisation et réponse des agriculteurs du nord-est de la Thaïlande à la pollution environnementale aux pesticides.
Youssoupha Tall, Veronica Mitroï, Ibrahima Dia et José-Frédéric Deroubaix, sociologie, LASAP/UCAD, Sénégal, Quelle transition écologique autour du lac de Guiers? Représentations de la dégradation du lac et rationalisation de l’usage des pesticides.
Aurélie Rondreux, anthropologie, CNE, EHESS, INRA, Marseille. La prise en compte des abeilles domestiques dans les systèmes agricoles est-elle un pas vers une écologisation de l’agriculture ?

11h-11h30 Pause

11h30-12h30 : Session thématique 4 : Mobilisations sociales, éco-féminisme et transition écologique
Modératrice : Dorothée Dussy
Mounia El Kotni, anthropologie, Cems-EHESS, Paris, L’agroécologie comme « option de vie ». Mobilisation de femmes pour les alternatives aux pesticides dans le Sud du Mexique.
Anne Dang Xuan Nguyen, science politique, Université Libre de Bruxelles, Apocalypse then. De l’Agent Orange au glyphosate dans les mobilisations anti-herbicides.

12h30-14h- Déjeuner

14h-15h30 : Session thématique 5 : Du Beaujolais aux jardins de Ouagadougou : quelles significations de la transition écologique pour les agriculteurs ?
Modératrice : Carole Barthélémy
Gilles Armani, anthropologie, IRSTEA Lyon, Villeurbanne, Transition écologique dans la viticulture ? L’exemple du Beaujolais.
Odette Ouedraogo, géographie, Université de Nantes/Université Joseph KI-ZERBO de Ouagadougou, Burkina Faso, Émergence des pratiques agro écologiques et biologiques dans une ville du Sud : l’exemple de Ouagadougou au Burkina Faso.
Rufin Akiyo, Gildas Oloushegun Aizannon, Sakibou OrouGani, Adamou Amadou, André Tamou, Laurence Roudart, sociologie/anthropologie, FLASH/Université de Parakou, Bénin. Problématique de gestion des emballages obsolètes de pesticides chimiques dans la commune de Kandi au nord du Bénin.

15h30-16h Pause

16h-16h30 Conclusion des journées

Inscription gratuite mais obligatoire via le lien suivant : https://framadate.org/GfRJwf7zEs1UPFfA

Télécharger le programme: Programme JE pesticides

 

 

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’étude « Les métiers de l’intervention en santé au travail : quels débouchés pour les sciences sociales »

12 décembre 2019,
de 9h à 17h30
à la Maison des Sciences Economiques
(106-112 boulevard de l’Hôpital, Paris 13e – 6e étage).

Cette journée a un double objectif : il s’agit d’une part de mieux connaître les pratiques des consultants en santé au travail et, d’autre part, de poser un regard sur les voies d’orientation professionnelle possibles pour les sociologues, en particulier les sociologues du travail.

Le matin, les pratiques professionnelles de l’intervention en santé et sécurité au travail seront interrogées à partir d’expériences d’intervenants exerçant en tant que consultants ou experts CHSCT dans divers cabinets. De la première formulation d’une demande à la restitution des résultats, les intervenants sont confrontés à une mise à l’épreuve de leurs outils et méthodes, et les divers ajustements qu’ils doivent opérer sur le terrain seront interrogés : en effet, « intervenir », cela peut être aussi former les élus, convaincre les directions, prendre en compte des logiques ou stratégies diverses, se retrouver au cœur de conflits propres au contexte productif, etc.

L’après-midi, seront abordées les dynamiques de carrière des consultants, leurs motivations, trajectoires d’emploi et conditions de travail. Le marché de l’intervention en santé au travail et son fonctionnement actuel, ainsi que les crises ou reconfigurations qui dessinent son avenir seront abordés dans l’optique de mieux se représenter les débouchés concrets qu’offre ce marché aux sociologues du travail.

Pour des raisons d’organisation, merci de vous inscrire au lien suivant : 
https://framaforms.org/participation-journee-detudes-metiers-de-lintervention-en-sante-au-travail-organisee-par-le-rjcts
L’annonce de la journée est disponible en ligne

Programme de la journée

9h00 : Accueil des participants

9h30 – 10h : Intervention de Nicolas Spire (Sociologue, Apteis)

10h00 – 12h30 : Table ronde I « Interroger les pratiques professionnelles d’intervention en santé au travail »

  • Julien Lusson (Intervenant, Alternatives Ergonomiques)
  • Benoît Langard (Ergonome, OPPBTP)
  • Eric Molière (Sociologue, Plein Sens)
  • Julien Pelletier (Sociologue, ANACT)
  • Anne Benedetto (Ergonome, Syndex)

12h30-14h : Déjeuner sur place (offert)

14h-15h30 : Interventions de :

  • Baptiste Giraud (Maître de conférences en sciences politiques, Université Aix-en-Provence)
    « L’appel aux experts par les syndicats sur les enjeux du travail : conflits d’usages et de pratiques ».
  • Rémy Ponge (Post-doctorant en sociologie, GISCOP)
    « Remobiliser les salariés en se formant à l’analyse du travail. Enjeux et tensions d’une tentative d’hybridation des savoirs scientifiques et militants »

15h45 – 17h15 : Table ronde II « L’intervention en expertise ou en conseil en santé au travail : une orientation professionnelle possible pour les sciences sociales ? » 

  • Christelle Gris (Sociologue, Aderess)
  • Pierre Barron (Sociologue, Eretra)
  • Xavier Zunigo (Sociologue, Olystic)
  • Fanny Darbus (Maîtresse de conférences en sociologie, Université de Nantes)

17h15-17h30 : Clôture de la journée

Le comité d’organisation

Blandine Barlet (IRISSO, Paris-Dauphine), Lambert Lanoé (LEMNA, Université de Nantes), Elena Mascova (IRISSO, Paris-Dauphine), Scarlett Salman (LISIS, Université Paris-Est Marne-la-Vallée).

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’études: Corps donné, corps greffé, corps augmenté, 8 novembre 2019, Toulouse

Corps donné, corps greffé, corps augmenté

Vendredi 8 novembre 2019, Université Toulouse Jean Jaurès
Bâtiment Olympe de Gouges, Amphi ODG3

Programme:

9h15-9h30
Introduction de la journée

Jérôme Courduriès, anthropologue, Maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès, et Anne-Sophie Giraud, anthropologue, Chargée de recherche en anthropologie, CNRS, LISST-Cas (UMR 5193)

9h30-12h30
Présidence Jérôme Courduriès
Qu’est-ce qu’un embryon ? : paroles catholiques et recherche sur l’embryon
Séverine Mathieu, sociologue, Directrice d’études, École Pratique des Hautes Etudes, GSRL (UMR 8582)

Le don d’ovocytes en France : entre impensé du genre et invisibilisation du don
Hélène Malmanche, sociologue, doctorante au CESPRA (UMR 8036)

La greffe d’organes forme-t-elle des personnes « augmentées » ? Le cas de la greffe rénale
Nicolas Peluhet, étudiant en master 2 d’anthropologie, Département d’Anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès.

Discussion

12h30-14h Pause déjeuner

14h-17h
Présidence Anne-Sophie Giraud
Vivre amputé et prothésé : une diversité d’expériences
Paul-Fabien Groud, anthropologue, doctorant, Université de Lyon, CNRS, Laboratoire Environnement, ville, société (UMR 5600)

Oublier le donneur pour mieux accepter le don ? A propos des conditions sociales de la réception d’un don de visage anonyme en France
Marie Le Clainche-Piel, sociologue, ATER, Université Paris 12, CESDIP/CEMS

Face, visage, prothèse : hybridation, vicariance et amplification
Florent Destruhaut, Maître de Conférences des Universités, praticien hospitalier, Université Paul Sabatier Toulouse III / CHU Rangueil

Discussion

Télécharger le programme : Corps donné Corps greffé Corps augmenté

 

Journée d’études organisée par Anne Sophie Giraud et Jérôme Courduriès

Categories
Journée d'étude

Journée d’étude « Pour une sociologie publique de l’hôpital : travail, mobilisations et construction des savoirs »

Café « Le Lou Pascalou »,

14 rue de Panoyaux,

75020 Paris

le 7 novembre 2019 (journée et soirée)

 

 

Dans le contexte de mobilisation nationale des soignant.e.s des services d’urgences de l’hôpital public, la journée sera consacrée à la restitution des travaux des chercheur.se.s, et la soirée cherchera à construire un dialogue entre acteurs de terrain, chercheur.se.s et journalistes.

Plus de détails (programme) en pièce-jointe.

Cette journée d’étude est ouverte à toutes et tous, au-delà de la seule communauté académique.

N’hésitez pas d’ores et déjà à vous inscrire au lien suivant : https://framaforms.org/participantes-je-du-7112019-pour-une-sociologie-publique-de-lhopital-1567504487

Categories
Journée d'étude

APRES LA RECHERCHE. Partager, Approfondir, Transmettre, Connecter

Montpellier, Agropolis International, 18 septembre 2019
anthroepi2019.sciencesconf.org

La 6ème Journée d’étude du Réseau Anthropologie des Epidémies Emergentes en Afrique de l’Ouest organisée avec l’appui de TransVIHMI et du Département Santé Sociétés de l’IRD porte sur le thème de « l’Après-recherche dans l’urgence » et secondairement celui de la recherche dans l’après-crise épidémique.

Les échanges qui rassembleront des chercheurs africains, européens et français (surtout IRD, CIRAD, Institut Pasteur) traiteront quatre thèmes:

  • Partager (les résultats de recherche en contexte, expériences de transmission sans le chercheur, intérêt des notes stratégiques, partager les données en sciences sociales),
  • Approfondir (les résultats en vue de la préparation, la recherche sur la préparation),
  • Transmettre (expériences de formation à l’anthropologie des épidémies, formations appliquées aux dimensions sociales),
  • Connecter (Intérêt des réseaux à l’heure de l’hyper-connexion).

Les échanges seront surtout basés sur les suites de l’épidémie d’Ebola 2013-2016 mais visent une portée scientifique plus globale englobant d’autres épidémies et d’autres espaces.

 

Inscription ouverte à tous et gratuite mais obligatoire sur anthroepi2019.sciencesconf.org

Categories
appels à communication Journée d'étude

Journée d’étude: Pour une sociologie publique de l’hôpital : travail, mobilisations et construction des savoirs.

7 novembre 2019 – en journée et en soirée
Au Lou Pascalou
14 rue des Panoyaux, 75020 Paris

L’appel à communications est toujours ouvert, et est prolongé jusqu’au 15 septembre.

La grève engagée le 18 mars dernier par un collectif de soignant.e.s de cinq services d’urgences des hôpitaux parisiens à la suite d’une série d’agressions n’a cessé de s’étendre au fil des semaines pour compter plus de 180 services mobilisés partout en France (chiffre du Collectif Inter-Urgences au 6 juillet 2019). Nombreux sont les acteurs – soignant.e.s, syndicaux, politiques, universitaires -, qui la considèrent déjà comme l’une des plus importantes mobilisations de l’histoire de l’hôpital public.

Si l’été constitue une épreuve pour tout mouvement social à différents égards, le Collectif Inter-Urgences et certaines organisations syndicales appellent dès à présent à amplifier la mobilisation et à l’étendre à partir de septembre à tout l’hôpital, afin de maintenir la pression sur les pouvoirs publics au moment de l’examen et du vote du projet de loi de financement de la sécurité sociale par le Parlement à l’automne.

Au-delà de son caractère inédit et de sa couverture médiatique, le mouvement de grève des urgences constitue un objet d’étude ouvrant plusieurs perspectives de recherche, tant sur l’institution hospitalière en elle-même que du point de vue du travail, des mobilisations et de la production des savoirs.

 

Axe 1 : Travail et réformes hospitalières

Axe 2 : Mobilisations

Axe 3 : Construction des savoirs

 

Il est prévu que la journée s’organise autour de deux temps.

La matinée et la première partie de l’après-midi seront consacrées à la restitution de travaux d’enquêtes académiques qui s’inscrivent dans un des trois axes ci-dessus (travail et réformes hospitalières ; mobilisations ; construction des savoirs), qu’elles soient qualitatives et ethnographiques, ou quantitatives. Toutes les disciplines de sciences humaines et sociales sont les bienvenues.

La fin d’après-midi et la soirée chercheront à construire un dialogue entre acteurs.trices de terrain (médecins, paramédicaux.ales membres du Collectif Inter-Urgences, syndicats, directions), journalistes, chercheur.se.s, dans un “processus d’éducation mutuelle” visant à “rendre visible ce qui est invisible” (Burawoy, 2009). Il s’agira d’apporter des éclairages divers mais complémentaires sur ce qui meut le mouvement actuel de grève aux urgences, et d’engager plus largement la conversation sur le rôle, la place et les objectifs de ces différentes catégories d’acteurs quant à la production de savoirs sur l’hôpital public, à la génération d’un débat public et à leur engagement dans celui-ci.

C’est la raison pour laquelle cette journée ne se déroulera pas dans les espaces académiques classiques, mais aura lieu dans un café ayant l’habitude d’accueillir des évènements culturels, et sera ouverte à toute personne intéressée.

Les propositions de communication étaient attendues pour le 6 septembre 2019 mais l’appel est prolongé jusqu’au 15 septembre. Elles devront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes de questionnements exposés ci-dessus et contenir un titre, les coordonnées de l’auteur, le résumé de la communication proposée et les principales références bibliographiques (2-3 pages maximum).
Elles seront envoyées à : deborah.ridel@univ-lille.fr et fanny.vincent0@gmail.com. Une réponse sera rendue fin septembre.

Organisation : Déborah Ridel (CLERSE, Université de Lille) et Fanny Vincent (CREAPT, CEET-CNAM)
Comité scientifique : Nicolas Belorgey (IRISSO, CNRS-Université Paris Dauphine), José Calderon (CLERSE, Université de Lille), Jean-Paul Domin (REGARDS, Université de Reims- Champagne Ardennes), Maud Gelly (CRESPPA-CSU, CNRS-Paris VIII-Paris Nanterre, HUPSSD, AP-HP), Pierre-André Juven (CERMES, CNRS-INSERM-Université Paris Descartes- EHESS), Déborah Ridel (CLERSE, Université de Lille), Ivan Sainsaulieu (CLERSE, Université de Lille), Fanny Vincent (CREAPT, CEET-CNAM).

Avec le soutien et la participation :

– Du Collectif Inter-Urgences
– De médecins urgentistes grévistes et mobilisés
– De Caroline Coq-Chodorge (journaliste indépendante et auteure de plusieurs articles remarqués sur l’hôpital pour Médiapart)
– De Médiapart
– D’AOC média [Analyse Opinion Critique]
– De Raisons d’Agir
– Du CERMES3, du CLERSE
– Du RJCTS

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journées d’étude « Crises sanitaires : expériences et politiques en santé humaine et animale », 27-29 mai 2019, EHESS Marseille

Si la notion de crise a déjà été abordée par la sociologie et l’anthropologie (Lagadec 1988 ; Gilbert, 2003 ; Wieviorka, 2009) et a également été l’objet d’analyses économiques et historiques, elle est ici mobilisée en tant que contexte dans lequel et par lequel des changements majeurs se produisent tant au niveau de la société, de la santé (ici humaine et animale) que des politiques publiques. La crise peut représenter ainsi une entrée pour porter un regard nouveau sur les diverses déclinaisons de ces changements. Elle peut aussi être interrogée en tant que rhétorique mobilisée pour justifier des réformes économiques et sociales.

Le terme de crise, dans son acception grecque, désigne un moment de prise de décision, de choix. Son utilisation recouvre des domaines et des significations variées (Ricoeur, 1988) : elle peut marquer une rupture, un changement brutal d’un état (de santé), de souffrance (mentale), de situation (politique), de modèle (épistémologique), et de système (économique). La notion de crise est ainsi appliquée à la plupart des domaines de la vie (humain, animal, social, sanitaire, politique, économique, moral et cognitif), jusqu’à pousser Paul Ricoeur à définir la crise comme un « pseudo-concept » ou, pour reprendre les mots de Marcel Mauss, un « phénomène social total » (Mauss, 1985). Nous essayerons, dans le cadre de ces journées d’études d’en explorer la polysémie et d’en appréhender la portée heuristique dans les sciences sociales, que la crise soit prise dans ses acceptions « objectives » ou qu’elle soit mobilisée à des fins qui seront explicitées. Nous explorerons la multiplicité des formes et des réponses aux différentes crises dans le temps et dans l’espace.

Journées d’études issues du séminaire Crises sanitaires : expériences, dispositifs, politiques

Informations pratiques
La Vieille Charité, EHESS Marseille, salle A, 2e étage.
Ouvert à tous sur inscription obligatoire avant le mardi 21 mai :
https://mensuel.framapad.org/p/inscription-seminaire-crise-cne

Programme

Lundi 27 mai

9h30-12h30
Introduction
Francesca Sirna (Centre Norbert Elias/CNRS) et Christelle Rabier (Cermes3/EHESS)

Analyse de la couverture médiatique d’une crise sanitaire/environnementale
Brigitte Juanals (Centre Norbert Elias/AMU)

6e extinction des espèces et focus sur les abeilles
Dorothée Dussy (Centre Norbert Elias/CNRS) et Elsa Faugère (ECODEV/INRA)

De la révolution des Khmers Rouges à la révolution verte. Quelle crise sanitaire aujourd’hui dans le monde paysan cambodgien
Eve Bureau-Point (Centre Norbert Elias/CNRS)

14h00-17h00
Revisiter la crise du Sida
Sandrine Musso (Centre Norbert Elias/AMU)

Ateliers de lecture
Présentation/discussion autour d’une sélection de textes qui seront envoyés pour lecture aux inscrits préalablement au séminaire. Animés par Christelle Rabier et Brigitte Juanals

19h00-22h00
Assemblée Générale de l’association AMADES
A « Coco Velten”, 16 rue Bernard du Bois, 13001 Marseille

Mardi 28 mai

9h30-12h30
Cancer professionnel dans le secteur agricole
Cécile Durand (GISCOP84)

Les temporalités de la prise en charge et des vécus du cancer
Manon Vialle (Centre Norbert Elias)

Quand les aliments questionnent : le crudivorisme
Solenn Thircuir (Centre Norbert Elias)

14h00-17h00
Présentation du blog « Après l’effondrement à Marseille »
Ecoute d’une capsule sonore et d’extraits d’entretiens
Animé par Mikaëla Le Meur (LAMC/Université Libre de Bruxelles) et Sandrine Musso (Centre Norbert Elias/AMU)

Visionnage de films
Notre pain quotidien, Nikolaus Geyrhalter. 2006. 92′ (extraits)
Demain tous crétins, Thierry de Lestrade. 2017. 56′ (en entier)
Suivi d’une discussion avec Carine Baxerres et Dorothée Dussy

Mercredi 29 mai

9h30-12h30
Épidémiologie populaire autour de santé et site industrielle polluant Fos-Epseal
Johanna Lees (Centre Norbert Elias/CNRS)

Crises sanitaires gérées par le Samu : situations aiguës et situations latentes
Philippe Hert (Centre Norbert Elias/AMU) et Dominique Grassineau (AP-HM)

Redéfinir les troubles mentaux à travers la notion de crise : l’exemple de « l’équipe de crise » de Mayotte
Elodie Berenguer (IHRIM/ENS Lyon)

14h00-17h00
“Mise en crise” du système pharmaceutique au Bénin
Carine Baxerres (IRD)

Construction du paradigme clinique de la mindfulness (pleine conscience) en santé mentale : contempler la crise
Mahé Ben Hamed  (Centre Norbert Elias/CNRS)

Synthèse et perspectives
Suzanne de Cheveigné (Centre Norbert Elias/CNRS)

 

Coordination scientifique
Carine Baxerres, Mahé Ben Hamed, Suzanne De Cheveigné, Dorothée Dussy, Philippe Hert, Brigitte Juanals, Sandrine Musso, Christelle Rabier, Francesca Sirna, Manon Vialle.

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’étude: Les représentations publiques du sida.

Sixième et dernière séance du cycle «Collecter, conserver et exposer l’histoire sociale du VIH-sida».

Vendredi 24 mai
De 9h30 à 17h15
Salle Meltem de l’I2MP (entrée Vieux Port du Mucem)
Entrée libre sur inscription à i2mp@mucem.org

La journée s’articulera autour de quatre moments : « Témoigner », « Informer », «Expérimenter » et « Exposer ». Il s’agit d’explorer différents modes de prises de paroles, qu’elles soient sociales ou artistiques, qu’elles émanent de personnes séropositives (témoignage) ou de relais médiatiques (émission TV, reportage photographique).

L’épidémie a affecté ces modes de communication et d’expression, en produisant de nouvelles formes de relation au corps, à l’écoute, à la prévention ou à l’image.

Déroulement de la journée

9h—9h30: Accueil du public, café

9h30—11h Table ronde « Témoigner », introduite et modérée par Gustave Dah, Corevih Ile-de-France Centre.

—Alain-Pierre Ricard, militant associatif, bénévole hospitalier  
—Emmanuelle Barbaras, photographe 
—Tom Craig, photographe et militant associatif 
—Régis Samba-Kounzi, Photographe, ancien militant associatif à Act Up-Paris

11h-11h15 : Pause

11h15 – 12h45 Table ronde « Informer », introduite et modérée par Louise Bartlett, rédactrice en chef du Journal du sida

—Claudine Vallauri, documentaliste au CRIPS Ile-de-France
—Alain Miguet, rédacteur en chef, Sida Info Service 

12h45 – 13h : Questions

13h – 14h : Pause déjeuner 

14h – 15h30 Table ronde « Expérimenter », introduite et modérée par Paul-Emmanuel Odin, directeur de La Compagnie

—Yann Beauvais, cinéaste et critique de cinéma 
—Gérard Mayen, journaliste, critique de danse et auteur 
—Alessandro Badin, Universités de Vérone et de Saint-Étienne

15h30—15h45 : Questions

15h45—16h : Pause 

16h—17h Table ronde « Exposer », introduite et modérée par Renaud Chantraine, IIAC/Mucem

—Elisabeth Lebovici, historienne de l’art, journaliste et critique d’art 
—Thibault Boulvain, historien d’art, commissaire d’exposition 

17h—17h30 : Discussions et clôture 

Séminaire organisé en partenariat avec le LabexMed.
Dans le cadre du festival « Jeu de l’Oie » organisé par AMU. 

Site: http://www.mucem.org/programme/les-representations-publiques-du-sida