Categories
Résumés de thèses

Réguler et produire les médicaments contre le paludisme au Ghana et au Bénin : une affaire d’Etat ? Politiques pharmaceutiques, normes de qualité et marchés de médicaments.

De Jessica POURRAZ

Sous la direction de Maurice CASSIER et Carine BAXERRES

Thèse en Santé et sciences sociales, soutenue le 30 janvier 2019 à l’EHESS -CERMES3- MERIT à Paris.

Le Bénin et le Ghana, bien que confrontés aux mêmes enjeux de santé publique dans la lutte contre le paludisme, ne déploient pas les mêmes politiques pharmaceutiques pour garantir l’accès aux médicaments. Ils sont équipés d’appareils de régulation pharmaceutique et de capacités locales de production distincts qui découlent des héritages coloniaux et de leurs itinéraires historique, politique et économique. A partir de 2004, le Bénin et le Ghana adoptent les Combinaisons Thérapeutiques à base d’Artémisinine (CTA) afin de remplacer les anciennes molécules jugées inefficaces pour le traitement du paludisme. Se pose alors pour les pays l’enjeu du coût élevé de ces nouveaux médicaments. Les nouvelles recommandations d’usage de l’OMS et les financements internationaux octroyés pour l’achat des CTA provoquent une stimulation de l’innovation pharmaceutique et de la production de ces médicaments en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Au Bénin et au Ghana, on observe alors une arène d’acteurs transnationaux se mettre progressivement en place. Ils génèrent de nouveaux réseaux d’approvisionnements qui entrent en concurrence avec ceux des pays. Les aides financières internationales sont conditionnées à l’achat de CTA préqualifiées par l’OMS, certification dont les industries pharmaceutiques ghanéennes ne bénéficient pas, ce qui les laisse en marge de ce marché. Se fondant sur des recherches en archives, des observations et des entretiens conduits auprès des acteurs nationaux de la réglementation pharmaceutique, des firmes pharmaceutiques ghanéennes et des acteurs transnationaux finançant les CTA, ce travail interroge les dispositifs institutionnels déployés par les Etats du Bénin et du Ghana pour se réapproprier leur politique pharmaceutique et construire leur souveraineté en la matière.

Pour plus d’informations: https://www.researchgate.net/profile/Jessica_Pourraz

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse  jessica.pourraz@ird.fr

Categories
Non classé Résumés de thèses

Soigner les étrangers ? L’État et les associations pour la couverture maladie des pauvres et des étrangers en France des années 1980 à nos jours.

De Caroline IZAMBERT

Sous la direction de Nancy L. GREEN

Thèse en Histoire et civilisations, soutenue le 21 novembre 2018 à l’EHESS-PSL à Paris.

 

En France, la prise en charge des soins des personnes étrangères en situation irrégulière est assurée par une prestation d’aide sociale spécifique, l’Aide médicale d’État. Ce dispositif a été créé en 2000, dans la loi sur la Couverture médicale universelle (CMU) qui permet, par ailleurs, aux Français et aux étrangers en situation régulière de s’affilier à l’Assurance maladie sur le seul critère de résidence. Cette thèse explore la genèse d’un dispositif réservée à des personnes dont la présence est jugée illégale sur le territoire et les effets de l’existence de cette prise en charge d’exception.
L’approche combine histoire des politiques publiques et ethnographie des lieux de soins et d’accueil des personnes étrangères en situation irrégulière.
La première partie se consacre à retracer les étapes de généralisation de l’accès à l’Assurance maladie à partir du milieu des années 1980 et la façon dont se distingue le problème public de l’accès aux soins des sans-papiers de celui des plus pauvres. Le rôle des associations humanitaires, Médecins sans Frontières et Médecins du Monde, qui ont ouvert des centres de soins gratuits en France à partir de 1986, est souligné, ainsi que leurs liens avec les mouvements de défense des droits des étrangers. Ces processus sont replacés dans le temps long des débats sur l’accès à la protection sociale des plus pauvres depuis le XIXe siècle et la soumission des politiques sociales aux objectifs de contrôle des flux migratoires.
Dans la seconde partie, à partir d’enquêtes menées dans un hôpital et dans une association, les conséquences de l’entrée des catégories de l’administration de l’immigration dans le système de soins sont étudiées ainsi que l’émergence de formes de citoyenneté sociale dégradée pour les personnes vivant illégalement en France.

 

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse  carolineizambert@mac.com

Categories
Résumés de thèses

Grossesse et reconnaissance du sujet. Parcours de soins de femmes enceintes primo-arrivantes en France.

De Louise VIROLE

Sous la direction de Philippe BATAILLE

Thèse en Sociologie, soutenue Jeudi 20 septembre 2018 à L’EHESS Paris.

 

Cette thèse étudie les formes de subjectivation produites au cours des parcours de soins de femmes enceintes primo-arrivantes – étrangères arrivées depuis moins de cinq ans sur le territoire français. L’enquête de terrain s’appuie sur des observations au sein de structures de soins à Paris et en Seine-Saint-Denis, ainsi que sur une soixantaine d’entretiens semi-directifs menés avec des professionnelles de la périnatalité et des femmes primo-arrivantes enceintes ou ayant accouché récemment en Île-de-France. À partir de ce travail ethnographique, la thèse analyse de manière intersectionnelle les effets subjectivants de l’entrée dans des dispositifs médico-sociaux dédiés aux femmes enceintes primo- arrivantes. Alors que dans un premier temps, l’annonce de la grossesse fragilise les conditions de vie de ces sujets déjà exclus en France, les femmes primo- arrivantes acquièrent en revanche une légitimité auprès des institutions médicales du fait de leur grossesse. Identifiées comme public à risque prioritaire par les politiques de santé publique, ces femmes sont orientées vers des prises en charge spécifiques, qui participent à les reconnaitre en tant que sujets. La thèse interroge les effets réifiants de cette reconnaissance : reconnues uniquement grâce à leur corps enceint, ces femmes connaissent une forme d’assignation racialisée à la maternité. Dans ce contexte, les femmes enceintes primo-arrivantes peuvent en venir à mobiliser leur corps enceint comme ressource pour limiter les effets de la domination. En définitive, la thèse donne à voir les mécanismes d’altérisation ethno-raciale opérés par les professionnelles de santé et les pratiques de résistance des usagères au sein des dispositifs dédiés.

 

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse  louise.virole@wanadoo.fr

 

Categories
Résumés de thèses

L’invention de l’assistance sexuelle – Socio-histoire d’un problème public français.

De Pierre BRASSEUR

Sous la direction de Jacques RODRIGUEZ, Geneviève CRESSON

Thèse en Sociologie, soutenue le 28 novembre 2017 à l’université Lille 1

 

Cette thèse explore l’émergence d’un problème public en France : l’assistance sexuelle aux personnes en situation de handicap. À partir d’un matériau composé d’entretiens avec des partisans et des opposants à l’assistance sexuelle, d’observations lors de formations ou de colloque sur l’assistance sexuelle, et d’un corpus composé d’archives, de revues, d’ouvrages spécialisés, de littérature grise, il s’agit d’analyser la genèse et le déploiement de cette nouvelle activité. A la lumière de la sociologie de la sexualité, du handicap, des problèmes publics et des professions, ce travail montre que loin d’être taboue, la question « handicap et sexualité » a fait l’objet de nombreux discours qui conditionnent la façon dont est posé aujourd’hui le problème public « assistance sexuelle ». L’analyse permet de revenir sur l’invention d’un problème public français en rapport avec les questions de sexualité., après des années d’échec. Ce type de questionnements n’est possible que par un travail de construction de la légitimité de l’action. Cette thèse contribue ainsi à la compréhension du sujet politique « handicap et sexualité », mais aussi, plus largement, à une sociologie du lien entre « sexualité » et « travail ».

 

Accès au document intégral : contacter l’auteur à l’adresse  brasseurph@gmail.com

 

Categories
Résumés de thèses

Le traitement judiciaire des délits sexuels sur mineurs, une enquête de sociologie législative et judiciaire.

De Marie BOUVIER ROMERO

Sous la direction de Irène THERY

Thèse en Sociologie , soutenue le 15 février 2018 à l’EHESS de Marseille, CNE

 

On assiste dans les sociétés occidentales à une évolution importante de la reconnaissance, de la condamnation morale et de la répression judiciaire des violences sexuelles faites aux enfants et aux jeunes, en particulier filles mais aussi garçons. C’est dans ce cadre général que s’inscrit cette recherche. A partir de deux enquêtes, l’une de sociologie législative, l’autre de sociologie judiciaire, elle propose de mettre au jour la place cruciale accordée désormais à la référence à l’âge dans l’évolution des normes et représentations du permis et de l’interdit sexuels.
La première enquête de sociologie historique et législative porte sur l’évolution du droit pénal français de la Révolution à aujourd’hui, et est centrée sur les mutations des catégories d’incrimination au fur et à mesure que le consentement (et non plus le statut matrimonial) devient le critère majeur séparant le permis et l’interdit. La seconde enquête de sociologie judiciaire a été menée au sein de deux tribunaux correctionnels et deux tribunaux pour enfants dans le sud de la France. Elle porte sur un corpus d’archives de 81 affaires jugées en 2010 pour délits sexuels sur des mineurs, et vise à éclairer la façon dont interviennent dans la qualification pénale des faits, non seulement les problèmes de preuve mais les changements de normes juridiques et sociales. Le point commun aux deux enquêtes est la mise au jour et l’exploration de deux formes de consentement sexuel : situationnel et statutaire.
Tout au long de cette recherche sont analysés sous différents angles, le traitement sociojuridique des statuts d’âge (mineur/majeur et mineur/mineur), le sens accordé aux seuils d’âge (consentement, discernement), les embarras du droit face à l’inceste, et enfin les asymétries de genre tant du côté des victimes que des auteurs.

 

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse marie-romero@hotmail.fr

Categories
Résumés de thèses

Douleurs en chaîne. Une approche multi-niveaux de la santé au travail des agents de l’État en abattoir.

De Amandine GAUTIER

Sous la direction de Christine DOURLENS

Thèse en sciences politiques soutenue le 18  décembre 2017 à l’Université Lyon II

 

Cette thèse examine la question de la santé au travail des agents publics en abattoir dans sa multi-dimensionnalité. Elle livre une analyse du travail dans le secteur public non seulement à partir de son cadre institutionnel, mais aussi des multiples interactions, souvent interdépendantes, entre l’activité, les organisations et la trajectoire de la politique du contrôle en abattoir. Elle bat en brèche à la fois la présomption de qualité au travail dans le secteur public et la forte étanchéité de ce secteur. Elle montre comment les douleurs sont négociées, entre activité quotidienne et dispositifs de déclaration en maladie professionnelle et de reclassement. A partir des années 2000, une part croissante des agents de l’Etat en abattoir souffrent de troubles musculo-squelettiques. Les TMS sont l’occasion pour l’encadrement intermédiaire de négocier avec les abattoirs mais aussi d’énoncer le « vrai travail » des agents en abattoir. La mise sur l’agenda de la santé au travail des agents affectés dans les abattoirs surgit dans le contexte de redéfinition des missions de l’Etat et les évolutions de la politique du contrôle en abattoir contribuent tantôt à faire émerger la santé au travail, tantôt à l’occulter en laissant de côté la question du devenir des agents dont les missions évoluent et dont le métier est susceptible de disparaître. Au croisement de la sociologie des groupes professionnels, de la santé au travail et de la sociologie de l’action publique, le cadre d’analyse propose d’articuler les régulations liées à la santé et aux conditions de travail à celles de l’activité et du métier d’inspecteur lui-même.

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse a.amandine.gautier@gmail.com

Categories
Résumés de thèses

Expériences ordinaires de la peste. La société marseillaise en temps d’épidémie (1720-1724).

De Fleur BEAUVIEUX

Sous la direction de Jean BOUTIER

Thèse en Histoire soutenue le 09 décembre 2017 à l’EHESS à Marseille

 

Cette recherche porte sur la vie ordinaire des Marseillais et Marseillaises pendant et juste après la peste de 1720-1722. Nous proposons un état des lieux, des attitudes et des situations qui se transforment durant l’épidémie et lors de la reconstruction immédiate de la société à la suite du passage du fléau. Les institutions, les groupes et les dimensions individuelles multiples sont examinés pour privilégier la perception qu’en ont les acteurs. La problématique au centre de cette thèse n’est pas seulement de documenter l’épidémie de 1720 ou les attitudes des contemporains face à la mort, mais également la façon dont les hommes vivent en « temps de peste ». Cette expression recouvre les années au cours desquelles furent instituées des mesures de gestion spécifiques de la ville et de ses populations. Nous tentons ainsi de nous éloigner d’une conception spectaculaire de l’évènement, sans toutefois renier son côté extraordinaire. Si la peste reste un temps d’exception, c’est la vision ordinaire et quotidienne qui est privilégiée. Le premier grand champ de cette thèse propose une réflexion autour du pouvoir urbain et identifie les principaux outils dont il dispose pour instaurer un ordre dans la ville. La seconde partie étudie les répercussions des mesures de contrôle policier dans l’espace urbain et en particulier grâce à la mise en place d’un réseau d’hôpitaux pour circonscrire et soigner la peste. Nous menons une réflexion sur la construction de différents lieux clos en temps d’épidémie (hôpitaux, lazarets, prisons), et au sens que ceux-ci pouvaient avoir dans une ville affligée de contagion. Enfin, cette thèse propose une étude basée sur des procédures jugées par le Tribunal de police pendant la période, en privilégiant une approche micro-historique et ramène l’ordinaire des relations sociales notamment populaires pendant la contagion.

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse fleur.beauvieux@gmail.com

Categories
Résumés de thèses

Gouverner le bien être. Travail des normes et mobilisations autour des pratiques professionnelles de la médecine chinoise en France

De Fanny PARENT

Sous la direction de Olivier PHILIPPE

Thèse en Sociologie Politique, soutenue le 07 décembre 2017 à Sciences-Po à Toulouse

 

Cette thèse analyse les luttes d’intérêt et de pouvoir autour des pratiques professionnelles de la médecine chinoise en France (acupuncture, massages, pharmacopée, diététique, qi gong). Y sont interrogées les dynamiques d’institutionnalisation de certaines de ces pratiques par des acteurs (médecins, sages-femmes, kinésithérapeutes, infirmiers et autres travailleurs en reconversion professionnelle) mobilisés pour la reconnaissance et/ou la légitimation de leur activité et outils de travail. Pour ne pas réifier ces codifications professionnelles, nous partons de la construction d’un marché du travail en médecine chinoise et de ses formes de régulation successives dans le cadre de l’émergence d’un gouvernement du bien-être. Cet angle d’analyse permet d’interroger conjointement les constructions médicales, politiques et sociales de la santé, et de participer ainsi au décloisonnement des travaux de la sociologie (de la santé, du travail, des professions, des régulations professionnelles et des marchés) et de la science politique. La première partie reconstitue la genèse des pratiques de la médecine chinoise en France en interrogeant, tout d’abord, ses conditions d’exportation et de réception sous la forme d’une juridiction formée par des médecins autour de l’acupuncture, puis sa requalification sociale comme pratique de bien-être et norme de prévoyance. La seconde partie se concentre sur les investissements professionnels sur un marché du travail en médecine chinoise segmenté et en construction qui se déploie entre deux espaces inégalement régulés et contrôlés : celui des professions médicales et celui des travailleurs indépendants exclus de ces professions. La dernière partie expose les dynamiques professionnelles et institutionnelles qui visent à « durcir » les frontières du travail en s’intéressant aux engagements associatifs, syndicaux et politiques des travailleurs dans des organisations catégorielles, voire corporatistes, au sein des écologies liées (étatique et professionnelle).

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse fanny.parent@sciencespo-toulouse.fr

Categories
Résumés de thèses

Infertilité « normale » vs infertilité « pathologique » : une opposition en question. Normes et pratiques françaises de l’AMP face à l’infertilité féminine liée à l’âge.

De Manon VIALLE

Sous la direction de Irène THÉRY

Thèse en Sociologie, soutenue le 11 décembre 2017 à l’EHESS à Marseille, CNE

 

La croissance de l’infertilité féminine liée à l’âge dans les sociétés européennes et nord-américaines suscite une augmentation de demandes en matière d’assistance médicale à la procréation (AMP) et amène chaque société à s’interroger sur ses normes et pratiques. En France, cette question est un révélateur de la spécificité du modèle bioéthique qui encadre les techniques d’AMP, ainsi que de ses tensions et contradictions croissantes. La particularité de ce modèle est de se présenter comme strictement « thérapeutique » et de reposer sur l’opposition entre infertilité « normale » et infertilité « pathologique ». Cette opposition en nourrit une autre, à connotation plus morale, celle qui distingue une AMP légitime et une AMP dite « de convenance personnelle», légitimant un discours social et médical particulièrement conservateur et réactif face aux perspectives d’utilisation des techniques médicales dans le but de pallier l’infertilité féminine liée à l’âge.

     À partir de deux enquêtes, l’une auprès de professionnels de l’AMP et l’autre auprès de femmes confrontées à une infertilité liée à leur âge, cette thèse propose d’appréhender l’infertilité dans une démarche pragmatique, en s’inscrivant dans une approche relationnelle. Elle révèle ainsi que les règles d’accès à l’AMP en France et le discours social, reposant sur l’opposition entre les deux infertilités, s’appuient sur une vision trop étroite, simplifiée et au fond ininterrogée de l’infertilité elle-même. Notre recherche permet de mettre au jour l’existence de référents normatifs non pris en compte par ce modèle, qui s’avèrent pourtant centraux dans les pratiques des professionnels et des femmes. Elle ouvre ainsi vers une approche plus complexe de l’infertilité à la fois biologique, mais aussi et toujours sociale, relationnelle et temporelle.

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse manon.s.vialle@gmail.com

Categories
Résumés de thèses

Prendre en charge la maltraitance infantile. Une ethnographie du traitement politique et moral de l’enfance en danger en Argentine.

De Julieta GRINBERG

Sous la direction de Didier FASSIN

Thèse en Anthropologie sociale et ethnologie, soutenue le 16 novembre 2017 à l’EHESS à Paris.

 

Au cours des dernières décennies du XXème siècle, dans le monde occidental, les politiques destinées à protéger l’enfance ont subi de profonds changements. D’abord, suite à la découverte de la maltraitance infantile dans les années 60 aux États-Unis, à sa constitution comme problème social durant les décennies suivantes et à son expansion bien au-delà des frontières nord-américaines. Ensuite, avec la ratification par la plupart des pays du monde de la Convention internationale des droits de l’enfant de 1989 ; un traité axé sur la double reconnaissance de l’enfant comme sujet de droits et comme personne en formation ayant besoin d’une assistance spéciale et prioritaire.

Cette thèse s’intéresse à la prise en charge de la maltraitance infantile en Argentine dans un contexte caractérisé par la mise en place d’une nouvelle loi relative aux droits de l’enfance mettant en cause les anciennes pratiques de judiciarisation et d’institutionnalisation de l’enfant pauvre. D’une part, depuis une approche socio-historique, la thèse s’interroge sur la genèse et la construction de cette politique. Elle explore comment les transformations mentionnées autour de la maltraitance infantile et de la question des droits de l’enfant se sont tissées et imbriquées dans le contexte national. D’une autre, s’appuyant sur une ethnographie des services de protection de l’enfance situés dans les quartiers populaires de Buenos Aires, menée pendant la période 2005-2009, cette recherche cherche à comprendre comment, au quotidien, les agents institutionnels pensent les maltraitances, les ressentent et agissent lorsqu’ils y sont confrontés. L’approche suivie propose d’insérer le contexte micro social des services de protection dans un contexte plus large qui enveloppe les quartiers, les institutions de la santé et de l’éducation et les tribunaux des affaires familiales. Par ce biais, l’étude analyse les modalités et les implications du traitement politique et moral de l’enfant en danger dans l’Argentine contemporaine.

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse julietagrinberg@gmail.com