Categories
prix de thèse Vie d'Amades

Prix de thèse 2021 (concernant la thèse soutenue en 2020)

AMADES lance son prix de thèse en sciences sociales de la santé !
Jeunes docteur.e.s, vous avez jusqu’à lundi 10 mai 2021 minuit pour candidater.

Le Prix AMADES est destiné à récompenser par un montant de 1 000 euros une thèse en langue française en sciences sociales de la santé (anthropologie, sociologie, économie, histoire, sciences politiques, etc.). Ce prix est attribué chaque année par un jury composé par des membres du Conseil d’administration d’Amades et des personnalités scientifiques extérieures.

 

Outre des critères universitaires concernant la qualité scientifique et rédactionnelle du travail, les critères d’attribution de ce prix correspondent aux orientations de notre association. Le comité est particulièrement attentif à des travaux permettant l’établissement d’un dialogue entre les sciences sociales et les sciences de la vie, ou décrivant la complexité des pratiques de santé au « Nord » comme au « Sud », ou encore pouvant aider à progresser dans la connaissance et la résolution des questions liant la santé et le changement social, et reposant sur des analyses empiriquement documentées.

 

Pour candidater :

  • Adhérez à l’association AMADES : ici
  • Envoyez votre candidature par mail à :

asso.amades@gmail.com

burguet.delphine@gmail.com

 

La candidature doit comprendre :

  • Votre carte de membre (générée automatiquement lors de l’adhésion sur le site HelloAsso)
  • La thèse au format pdf (Année soutenance_NOM du candidat _Thèse.pdf) ;
  • La copie du rapport de soutenance de la thèse au format pdf (ou document équivalent pour les thèses étrangères) (Année soutenance_NOM du candidat _Rapport.pdf) ;
  • Un résumé court (10 à 15 lignes) et un résumé long de la thèse, 3 à 6 pages (format Word ; interligne 1,5 ; police 11 ; times new roman) (Année soutenance_NOM du candidat_Résumés.doc).
Categories
appel à contribution Vie d'Amades

Recherche participatif sur le vif : « Récits Confinés »

 

Nous lançons un projet de recherche participatif sur le vif intitulé « Récits Confinés ». L’objectif est de documenter l’expérience de confinement que nous vivons actuellement. L’approche est à la fois anthropologique, pour comprendre les comportements et les adaptations de chacun, et historique, car c’est aujourd’hui que se constituent les archives de demain.

Comment faire pour participer?

Nous proposons une trame de carnet à télécharger sur notre site et à remplir :

– chaque jour, il s’agit de renseigner quelques points (état du moral, des provisions, nombre de sorties, etc.) dans le tableau.

– à la fin de chaque semaine de confinement, des questions plus détaillées permettent de faire le bilan de nos habitudes (sur l’alimentation, l’expérience de sortie, les pratiques d’hygiène, etc.).

Les trames de chaque semaine sont disponibles sur notre site internet : www.recitsconfines.net (vous pouvez commencer à remplir la semaine en cours mais également les précédentes si vous vous en souvenez). Notre objectif est de recueillir les données de façon régulière, le temps que durera le confinement.
Si vous n’avez pas envie d’écrire, nous pouvons faire un entretien par téléphone ou par skype.

Les trames complétées sont à envoyer à l’adresse recitsconfines@gmail.com (toutes les instructions se trouvent sur le site et dans les documents téléchargeables).

Informations générales sur la recherche

Tous les discours et tous les cas de confinement nous intéressent. Pas besoin d’être journalistes ou écrivains pour témoigner. Nous comptons justement sur la voix – et les écrits – de celles et ceux qui ne se raconteraient pas spontanément.

Les données récoltées dans ce projet seront uniquement utilisées à des fins de recherches scientifique et ne seront en aucun cas publiées sur les réseaux sociaux. Toutes information transmise sera stockée et analysée en respectant totalement l’anonymat des confiné.e.s.

N’hésitez pas à participer et à diffuser autour de vous. Nous vous remercions par avance pour votre collaboration à cette recherche.

Pierrine Didier & Laurent Gontier

Categories
prix de thèse Vie d'Amades

Prix de thèse Amades: édition 2019

Présentation du prix et des modalités d’attribution

Le prix de thèse AMADES 2019 en sciences sociales de la santé (pour des thèses soutenues en 2018) est en cours. Les membres du jury du deuxième tour examinent actuellement les candidatures. Le nom du ou de la laurétat.e sera connu lors de l’Assemblée générale d’AMADES au mois de juin 2020.
Ce prix est attribué chaque année par un jury composé par des membres du Conseil d’administration d’Amades et des personnalités scientifiques extérieures.
Les membres du jury du premier tour du prix AMADES 2019 sont :
  • Baxerres Carine
  • Bureau-Point Eve
  • Burguet Delphine
  • Caria Alexandra
  • Pierrine Didier
  • Granier Anne-Lise
  • Langewiesche Katrin
  • Lemonnier Clara
  • Musso Sandrine
  • Servais Sophie
  • Texier Gaelle
  • Tiendrebeogo Georges
Le Prix AMADES est destiné à récompenser — par un montant de 1 000 euros* — une thèse en langue française en sciences sociales de la santé (anthropologie, sociologie, économie, etc.) élargies à l’histoire et aux sciences politiques, et à la faire connaître.
Outre des critères universitaires concernant la qualité scientifique et rédactionnelle du travail, les critères d’attribution de ce prix correspondent aux orientations de notre association. Le comité sera particulièrement attentif à des travaux permettant l’établissement d’un dialogue entre les sciences sociales et les sciences de la vie, ou décrivant la complexité des pratiques de santé au « Nord » comme au « Sud », ou encore pouvant aider à progresser dans la connaissance et la résolution des questions liant la santé et le changement social, et reposant sur des analyses empiriquement documentées.

Le candidats au prix, avec le titre de leur travail de thèse:

  • ANCIAN Julie
    Des grossesses catastrophiques. Une sociologie des logiques reproductives dans les mises en récit judiciaires et biographiques de néonaticide
  • BERTHOU Valentin
    De l’intention d’innovation à son institutionnalisation : Le cas des Living Labs en Santé & Autonomie
  • BOUBAL Camille
    Des savoirs sans effet : l’espace controversé de la nutrition
  • GAGNANT Anne
    Divan indien. Pratiques de la psychanalyse et modes d’individualisation dans l’Inde urbaine contemporaine
  • GARCIA Anaïs
    Ligatures. La reproduction des femmes indigènes au Guatemala, entre contrôles et résistances
  • GOURINAT valentine
    Du corps reconstitué au corps reconfiguré. Pour une compréhension éthique de l’appareillage prothétique à l’ère du techno-enchantement
  • GROSSI Elodie
    « Bad Brains » : Race et Psychiatrie de la fin de l’esclavage à l’époque contemporaine aux États-Unis
  • JANGAL Candy
    Familles sans logement et recours aux soins en Ile – de – France. Contraintes, ancrages et pratiques
  • JIMENEZ Alvero
    L’adolescence mutilée. Grammaires de la souffrance au Chili et en France
  • KAYEMBE Delphin
    Représentations sociales et logiques d’action des principaux récipiendaires et sous-bénéficiaires dans la lutte antipaludique a Kinshasa. Contribution à une étude anthropologique de la santé
  • LE CLAINCHE Marie
    Ce que charrie la chair. Approche sociologique de l’émergence des greffes du visage
  • LECOEUR Guillaume
    De la gestion des maux au « travail des mots »
  • LELLINGER Solène
    Innovation thérapeutique et accidents médicamenteux. Socio-genèse du scandale du benfluorex (Mediator®) et conditions de reconnaissance d’une pathologie émergente : les valvulopathies médicamenteuses
  • MAHI Lara
    La discipline médicale. Ethnographie des usages de normes de santé et de savoirs médicaux dans les dispositifs de la pénalité
  • PELLET Sandra
    Inégalités dans l’accès et le financement des soins au Tadjikistan : le rôle des stratégies informelles et des migrations
  • PISU Florian
    Des tentatives de suicide à leur prise en charge à l’Hôpital. Une sociologie des urgences
  • PUISIEUX charlotte
    Queerisation des handicaps : le militantisme crip en questions
  • SCHNITZLER Marie
    La construction d’un futur sur quatre roues. Une ethnographie du handicap locomoteur dans Mitchell’s Plain (Afrique du sud)
  • TAHERIAN sahel
    Changement d’attitude envers l’infertilité en Iran
Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) Vie d'Amades

Campagne d’adhésion à Amades 2019

AMADES lance sa campagne d’adhésion pour l’année civile 2019. Un nouvel outil a été mis en place pour faciliter l’adhésion et la cotisation en ligne.

Cliquez ici : campagne d’adhésion AMADES 2019


Nous comptons sur vos cotisations et vos dons pour financer les activités annuelles de l’association comme les journées d’étude, le prix de thèse, les partenariats scientifiques… Merci par avance de votre participation financière !

Categories
appels à candidature prix de thèse Vie d'Amades

Prix de thèse AMADES 2019


Nous avons le plaisir de vous informer du lancement du prix de thèse AMADES 2019 en sciences sociales de la santé pour des thèses soutenues durant l’année civile 2018.

Le Prix AMADES est destiné à récompenser — par un montant de 1 000 euros* — une thèse en langue française en sciences sociales de la santé (anthropologie, sociologie, économie, etc.) élargies à l’histoire et aux sciences politiques, et à la faire connaître.

Date limite d’envoi du dossier : vendredi 24 mai 2019

Ce prix est attribué chaque année par un jury composé par des membres du Conseil d’administration d’Amades et des personnalités scientifiques extérieures.

Outre des critères universitaires concernant la qualité scientifique et rédactionnelle du travail, les critères d’attribution de ce prix correspondent aux orientations de notre association. Le comité sera particulièrement attentif à des travaux permettant l’établissement d’un dialogue entre les sciences sociales et les sciences de la vie, ou décrivant la complexité des pratiques de santé au « Nord » comme au « Sud », ou encore pouvant aider à progresser dans la connaissance et la résolution des questions liant la santé et le changement social, et reposant sur des analyses empiriquement documentées.

Le dossier doit comprendre :

La thèse en format pdf (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat _Thèse.pdf) ;

La copie du rapport de soutenance de la thèse en format pdf (ou document équivalent pour les thèses étrangères) (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat _Rapport.pdf) ;

Un résumé de la thèse long, entre 6 à 8 pages A4 en format Word (interligne 1,5) (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat_Resumelong.doc) ;

Un résumé de la thèse court, d’une page maximum, A4 en format Word (interligne 1,5) (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat_Resumecourt.doc)

Les coordonnées (courriel, téléphone) du/de la candidat(e).

Le dossier complet doit être envoyé sous forme électronique à : asso.amades@gmail.com

Date limite d’envoi du dossier : vendredi 24 mai 2019

Categories
prix de thèse Vie d'Amades

Prix de thèse AMADES 2018 en sciences sociales de la santé (Thèses soutenues en 2017)

Le Prix AMADES est destiné à récompenser — par un montant de 1 000 euros* — une thèse en langue française en sciences sociales de la santé (anthropologie, sociologie, économie, etc.) élargies à l’histoire et aux sciences politiques, et à la faire connaître.

Ce prix est attribué chaque année par un jury composé par des membres du Conseil d’administration d’Amades et des personnalités scientifiques extérieures.

Outre des critères universitaires concernant la qualité scientifique et rédactionnelle du travail, les critères d’attribution de ce prix correspondent aux orientations de notre association. Le comité sera particulièrement attentif à des travaux permettant l’établissement d’un dialogue entre les sciences sociales et les sciences de la vie, ou décrivant la complexité des pratiques de santé au « Nord » comme au « Sud », ou encore pouvant aider à progresser dans la connaissance et la résolution des questions liant la santé et le changement social, et reposant sur des analyses empiriquement documentées.

Les modalités d’évaluation sont les suivantes : dans un premier temps, les dossiers sont évalués par le Conseil d’administration d’Amades uniquement à partir des rapports de soutenance et du long résumé fourni par le/la candidat(e). Trois thèses finalistes sélectionnées sont alors lues par un jury indépendant qui désigne le(s) lauréat(e-s).

 

 

Le dossier doit comprendre :

–   La thèse en format pdf (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat _Thèse.pdf) ;

–   La copie du rapport de soutenance de la thèse en format pdf (ou document équivalent pour les thèses étrangères) (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat _Rapport.pdf) ;

–   Un résumé de la thèse en 6 à 8 pages A4 en format Word (interligne 1,5) (nommer le fichier : Année soutenance_NOM du candidat_Resume.doc) ;

–   Les coordonnées (courriel, téléphone) du/de la candidat(e).

Le dossier complet doit être envoyé sous forme électronique à : asso.amades@gmail.com

Date limite d’envoi du dossier : vendredi 15 juin 2018

* Dans l’éventualité d’une nomination ex-æquo, le prix pourra être partagé entre les deux lauréat(e)s.

Categories
Non classé Vie d'Amades

Procès-verbal de l’Assemblée Générale AMADES du 13 avril 2018

On annonce la mise en ligne du procès-verbal de l’Assemblée Générale de AMADES.

Celle-ci s’est tenu le 13 avril 2018, au Centre Norbert Elias, 2 rue de la Vieille Charité, 13002, Marseille.

A la présence de : 

  • Eve Bureau-Point,
  • Delphine Burguet,
  • Clément Tarantini,
  • Antoine Guillain,
  • Anne-Lise Granier,
  • Sokhna Boye,
  • Matteo Fano,
  • Chiara Quagliariello,
  • Carlotta Magnani,
  • Maguette Ndow,
  • Carine Baxerres,
  • Cyril Farnarier,
  • Yannick Le Hénaff,
  • Eva Carpigo,
  • Olivia Fiorilli,
  • Cinzia Greco.

Avec cet ordre du jour:

Les bilans 2017 :

  • Bilan moral : 15mn
  • Bilan financier + budget prévisionnel 2018 : 15mn
  • Bilan moral et financier antenne de Dakar : 15 mn
  • Bilan de l’équipe communication : 15 mn

Les projets en cours et à venir :

  • Présidence : 15mn
  • Apéros Amades : 15 mn
  • Newsletter : 15 mn
  • Prix de thèse : 20mn
  • Bourse d’études : 15mn
  • Formations à Dakar : 15mn
  • Financements de l’association : 15 mn
  • Nouveaux liens et réseaux (Suisse et autres) : 15mn
  • Organisation d’un colloque en 2019 ou en 2020 : 15 mn
  • Elections (bureau et CA) : 15 mn
Categories
prix de thèse Vie d'Amades

Les lauréates du prix de thèse AMADES 2017

On félicite les deux lauréates ex aequo du prix de thèse AMADES 2017: 

Clémence Jullien  

Meoïn Hagège


 Clémence Jullien


Thèse d’ethnologie de l’Université Paris Ouest Nanterre intitulée


« Du bidonville à l’hôpital. Anthropologie de la santé de la reproduction au Rajasthan (Inde). »

Cette thèse vise à documenter la généalogie et les effets de la biomédicalisation de l’accouchement dans un contexte de vulnérabilité sociale à partir d’enquête menées auprès de femmes défavorisées dans des bidonvilles et à l’hôpital public dans l’état du Rajasthan. L’argument de l’auteure est de montrer que la santé de la production est un prisme pour observer la construction des rapports sociaux de classes et de sexe et les tensions et en découlent à des échelles analytiques variées.

L’étude repose sur un effort considérable : – analyse théorique des connaissances produites dans le domaine de l’anthropologie de la reproduction et de l’histoire indienne de la biomédicalisation de la naissance, – immersion au sein d’un terrain difficile qui n’aurait pu se faire sans faire preuve de grande capacité d’adaptations et de négociations et – apprentissage de l’hindi. La problématisation et l’ancrage théorique sont clairs, l’écriture est fluide, les données contextuelles sont riches et bien décrites, la méthodologie et les résultats sont globalement bien explicités. L’auteure parvient à mobiliser ses analyses bibliographiques au service de ses données empiriques avec succès.

L’originalité de cette recherche repose, d’une part, sur le choix d’un terrain dans des bidonvilles, espace qui cristallise tous les enjeux du développement et se révèle propice à des analyses transversales, et à des niveaux locaux au globaux, des politiques sanitaires menées sur place. Cette analyse est aussi projetée dans le cadre plus large de la gestion politique des espaces et des personnes jugées non désirables par les processus de développement. D’autre part, la qualité des raisonnements conduits par l’auteure au sujet de sa posture réflexive par rapport à son objet est tout à fait remarquable.

Cette thèse est en parfaite adéquations avec les orientations d’Amades. Elle interroge à partir d’une expérience ethnographique riche et probablement souvent éprouvante la complexité inhérente à la mise en œuvre de pratiques de santé au Sud. L’auteure aborde intimement ce qui se joue dans la relation soignant.e-soigné.e, entre les utilisatrices du système de soins et leurs familles et entre les acteurs/trices divers.es, décideurs soignant.e.s hospitalier.e.s, accoucheuses traditionnelles, agents de santé. Elle restitue cette expérience à la fois de manière sensible et distanciée, et avec une précision à même de produire des espaces de réflexion critique et constructive pour la mise en œuvre d’une santé de la reproduction cohérente avec les objectifs de développement durable.


Meoïn Hagège

Thèse de sociologie de l’EHESS intitulée :

« Sortir et s’en sortir.
Parcours de santé et vulnérabilités de patients détenus qui vivent avec le VIH ou une hépatite C. »

Méoin Hagège a réalisé une thèse analysant la diversité des parcours de soin des détenus séropositifs au VIH ou au VHC, pendant et après leur détention. Elle analyse les inégalités et les difficultés d’accès aux soins, entre deux institutions, l’hôpital et la prison. Elle étudie les ruptures ou les continuités de soin, qui témoignent de l’injonction à la responsabilisation qui est faite aux détenus, et des rapports de domination multiples auxquels ils sont soumis en prison. Elle montre comment la sortie de prison constitue un passage, un entre-deux qui est façonné par les capacités attendues des détenus à se projeter dans une prise en charge plus autonome. Marquée par l’incertitude permanente, la sortie constitue une épreuve pour les individus et leur santé. Mme Hagège analyse les pratiques de soin pendant et après la détention, en se livrant à une chronopolitique des soins. Elle montre comment la vulnérabilité particulière des détenus séropositifs (et particulièrement pour ceux d’origine étrangère) constitue, dans le temps long et l’incertitude de la détention et de la sortie, une épreuve supplémentaire, et comment cette vulnérabilité est aggravée pour les détenus d’origine étrangère.

Ce faisant, Meoin Hagège aborde un sujet et un domaine sensibles à différents niveaux. D’une part, elle propose une étude de l’univers carcéral ce qui a été peu étudié de l’intérieur en France. En outre, elle y mène une étude des prises en charge et de l’expérience des personnes séropositives au VIH et au VHC. Tout ceci constitue déjà en soi un défi épineux. De surcroît, l’auteure inscrit finement son objet dans une sociologie de la santé post-carcérale et des parcours de santé, s’intéressant autant à la vie en prison qu’à la vie après la sortie et aux enjeux de vulnérabilité. Elle suit ainsi des détenus après la sortie de l’univers carcéral, en interrogeant justement comment la sortie peut devenir un risque supplémentaire pour certains, en constituant un temps de bifurcations, de ruptures dans les parcours de soins, mais aussi dans les parcours professionnels et relationnels notamment.

Le jury a reconnu l’extraordinaire qualité d’un travail théoriquement très articulé et méthodologiquement original, du fait de l’articulation des méthodes quantitatives et qualitatives (entretiens, récits biographiques), ainsi que la fine description des difficultés et enjeux d’accés au terrain.

Categories
Apéro Amades Vie d'Amades

Retours sur l’Apéro Amades du 13 mars 2018 à l’Equitable Café (Marseille)

Chers membres, chers adhérents,

C’est avec plaisir que nous vous informons que mardi 13 mars dernier a eu lieu, à Marseille, un nouvel évènement intitulé Les Apéros Amades. Dans la lignée des Causeries d’Amades dont la dernière remonte désormais à plus de 4 ans, déjà à Marseille, et des Waxtaanu Amades organisés à Dakar depuis 2015, ces Apéros Amades visent à réunir, autour d’une thématique propre au champs de la santé, un large panel d’auditeurs intéressés, engagés, et/ou mobilisés par les enjeux socio-politiques qu’elle soulève.

C’est donc dans la chaleureuse enceinte de l’Equitable Café que nous accueillions Sandrine Musso (Anthropologue, Aix-Marseille Université), Ariane Junca (Médecin référente « Migrants » à Médecins du Monde), Cecilia Paradiso et Matteo Fano (Anthropologues, Centre Norbert Elias) pour « ouvrir » un cycle d’au moins deux Apéros Amades consacré aux liens entre santé, frontières et migrations et discuter de « Ce que les frontières font à la santé, ce que la santé fit aux frontières », titre donné à cette première édition. Le public fut au rendez-vous et nous nous en réjouissons d’autant plus que cette thématique, particulièrement en région PACA, engage nombre de questions éthiques, politiques, anthropologiques. En PACA, des associations et des collectifs s’organisent au quotidien et tant bien que mal, à rebours des politiques migratoires actuelles, pour soutenir ceux et celles qui, souvent au péril de leur vie, traversent la frontière transalpine. L’investissement de nouveaux espaces de réflexions et d’actions autour de cette problématique est essentiel au renforcement de cette dynamique.

Sandrine Musso, anthropologue et maître de conférence à Aix-Marseille Université a introduit cette soirée en proposant une recontextualisation, notamment historique, des liens entre santé et politiques migratoires. Par la suite, Ariane Junca, médecin spécialisée sur les liens entre santé et migration, nous a exposé son regard de médecin « de terrain » sur la situation médicale et politique à la frontière franco-italienne. Elle convoque régulièrement l’histoire et les chiffres et les fait résonner avec certaines des situations que nous vivons aujourd’hui.

Ellis Island, Etats-Unis. De la fin du 19ème siècle au milieu du 20ème, des milliers d’immigrés passent chaque jour les contrôles sanitaires déployés sur cette île en vue de s’installer sur le sol américain. Leurs vêtements sont marqués par une lettre selon les problèmes médicaux repérés lors des premiers examens : H pour le cœur (Heart), E pour les yeux (Eyes), etc. Concernant l’examen de ce dernier organe, les autorités sanitaires cherchent notamment des signes de trachomes, une maladie infectieuse et contagieuse touchant les yeux et pouvant provoquer la cécité. L’utilisation répétée des mêmes outils médicaux entre chaque patient et sans stérilisation entraîne alors, a contrario de l’effet escompté, de nouvelles infections chez des individus « sains » lors de leur arrivée. Les contrôles sanitaires aux frontières contribuent ici à entretenir et à renforcer les problématiques mêmes auxquelles ils prétendent répondre. Aussi, étant en partie au courant des protocoles médicaux à leur arrivée, certains des prétendants à l’immigration se brûlent volontairement les pupilles à l’aide d’une solution acide, au risque de perdre la vue, pour effacer toute trace éventuelle de trachome et espérer être accepté sur le sol américain. Aux yeux de ceux qui ont fait le choix de la migration le risque de se voir refuser un territoire devient infiniment plus problématique que les risques médicaux pris pour espérer passer ces frontières.

Nous sommes face à une dimension contre-productive des politiques migratoires lorsqu’elles prétendent traiter la santé des individus en situation de migration. Ces problématiques émergeaient pourtant d’une politique forte d’ouverture des frontières tandis qu’aujourd’hui, en Europe ou aux États-Unis, les gouvernements ont opéré un virage à 180 degrés quant aux politiques migratoires. Alors qu’en est-il désormais des problématiques de santé des populations migrantes sur le territoire français ? Le constat unanime est que le champ médical est largement délaissé par les institutions en charge des politiques migratoires. D’autre part, plusieurs études révèlent que les personnes migrantes seraient en meilleure santé que la population française à leur arrivée. Mais très vite celle-ci se dégradent, faute de structures et fruit d’une politique répressive, et ces personnes font dès lors face à des situations médico-sanitaires extrêmes. Dans la continuité de ces études, d’autres recherches ont montré que les personnes ayant effectué un parcours de migration et ayant été dépistées séropositives ont en réalité contracté l’infection sur le territoire français dans la majeure partie des cas. Répression, relégation socio-spatiale et marginalisation conduisent à augmenter sensiblement les facteurs de risque infectieux. Alors, quid des dispositifs de soin et de prévention à l’égard de ces personnes ?

Par la suite, Matteo Fano et Cecilia Paradiso, tous deux doctorants en anthropologie sociale au sein du Centre Norbert Elias, nous font partager un rapport rédigé par des médecins italiens sur la situation médicale des personnes en situation de migrations entre Vintimiglia et la frontière française. Tous deux ont participé à un important travail de traduction de ce rapport pour nous en dévoiler une synthèse. Là encore, si Sandrine Musso et Ariane Junca ont bien montré auparavant que l’arrivée sur la terre d’asile pouvait être synonyme de fortes dégradations de l’état de santé de ces personnes, Matteo Fano et Cecilia Paradiso insistent sur l’impact du parcours migratoire sur la santé, des conditions de ce parcours ainsi que des conditions sanitaires des campements dans lesquels ces personnes s’installent temporairement. Pour exemple, l’interdiction d’accès à l’eau potable ou à de la nourriture distribuée par des associations sous prétexte que cela favoriserait l’installation et la migration de ces personnes. Des extraits des notes rédigées par ces médecins sont régulièrement publiés sur le blog suivant : http://parolesulconfine.com/blog/aggiornamenti/. L’Amades réfléchit actuellement à une valorisation du travail réalisé par Matteo et Cecilia autour de ce rapport, peut-être sous la forme d’une publication en collaboration avec une maison d’édition indépendante ?

Après ces trois présentations particulièrement riches, vînt le temps des questions et des échanges avec le public. Les échanges furent particulièrement intéressants, bien qu’à notre goût, encore trop timides. Toutefois, revenons sur deux des questions posées dès l’ouverture de la discussion. Ainsi, deux personnes interpelaient successivement les intervenants reprochant en substance l’inefficacité des actions menées par les individus et les associations auprès des personnes en situation de migration et appelant à une lutte plus globale contre « l’impérialisme et le capitalisme ».

Il nous semble cependant que, sans dénier l’importance d’une mobilisation plus globale indispensable pour contrer certaines politiques, notamment migratoires, européennes et internationales, il est essentiel d’articuler au quotidien actions locales et mouvements plus larges. Nous ne pouvons occulter l’efficacité réelle qu’ont certaines organisations ou citoyens, à leur échelle d’action, sur les conditions de vie et de santé des migrants, et qui s’inscrivent souvent dans de véritables alternatives politiques. D’autre part, nous tirons notamment de nos expériences et de nos parcours en sciences sociales de rester vigilants face à l’emploi de certaines notions « fourre-tout » simplificatrices comme, par exemple, celle « d’impérialisme ». Regard critique ne veut pas dire surplomber, certes ; et c’est à ce titre que nous soutenons le déploiement des sciences sociales hors de la seule sphère académique et universitaire, convaincus que l’anthropologie à un rôle politique à jouer dans la cité. Cependant il convient de conserver ce regard critique, particulièrement sur l’emploi de mots, concepts et notions utilisés en vue de promouvoir des idéologies de tous bords et qui portent en eux un fort pouvoir de binarisation des débats quand nous appelons, à l’inverse, à leur complexification.

Clément TARANTINI pour AMADES

Enregistrement des interventions et du débat final bientot disponible en ligne

Categories
Colloques Amades Journée d'étude Vie d'Amades

JOURNÉE D’ÉTUDE « Les corps en transformation : chirurgie, genre et santé » + AG AMADES

Sous la coordination de Eve Bureau-Point (Université Jean Jaurès/LPED), Antoine Guillain (Université Jean Jaurès) et Chiara Quagliariello (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Cems).
Vieille Charité
2, rue de la Charité 13002 Marseille
 
Vendredi 13 avril 2018 
 
 
 
La chirurgie apparaît aujourd’hui comme l’un des principaux terrains d’application et d’expérimentation des connaissances médicales sur le corps humain et ses parties. Le périmètre de la chirurgie oscille entre le « cure » et le « care » : les corps sont soignés, réparés ou améliorés. Le patient nu, vulnérable, la chaire à vif, confie son corps à l’institution biomédicale et en ressort transformé. Le travail de renouvellement corporel n’est pas sans effets sur la personne dans un sens large. Dans la plupart des cas, un travail de re-fabrication identitaire émerge après les modifications physiques. Ainsi ces parcours de transformation des corps et des personnes ne dépendent qu’en partie des possibilités introduites par les techniques toujours plus sophistiquées de la chirurgie. Les règlementations portant sur l’intégrité du corps assurés par l’Etat se heurtent encore aujourd’hui au dépassement de l’idée d’une sacralité du corps, depuis la naissance de la clinique moderne. Alors que les dissections des corps prévues dans la médecine légale sont considérées légitimes, d’autres formes de mutilation/déconstruction/reconstruction anatomiques sont proscrites. La possibilité d’intervenir chirurgicalement sur le corps des morts et des vivants répond à des logiques différentes. Il est alors important de questionner les valeurs sur lesquelles reposent les réinventions et les bricolages anatomiques, tolérés ou non par l’État et la société. Le « monde » de la chirurgie, espace verrouillé et interdit aux profanes, traîne derrière lui une réputation de terrain inaccessible aux chercheurs en sciences humaines et sociales. Pourtant, ces derniers l’étudient in situ et hors les murs. Quatre chercheurs invité-e-s par l’association AMADES (Anthropologie Médicale Appliquée au Développement et à la Santé) seront réunis le 13 avril pour discuter des enjeux symboliques, identitaires, politiques et sanitaires de la chirurgie à travers des terrains européens. Cette journée d’étude précèdera l’Assemblée Générale de l’association à laquelle vous êtes chaleureusement invité-e-s. 

Programme de la journée

 
9h-9h30 –  Accueil-Café
 
9h30-9h50 – Introduction : présentation d’AMADES et présentation de la journée
 
9h50 – 10h30 –  Eva Carpiego (Dynamiques Européennes UMR 7367/Université de Strasbourg/UAM-Xochimilco de Mexico) : Le chirurgien esthétique, maître des transformations.
 
Résumé : Dans mon étude doctorale je concentre mon attention autour de la figure du chirurgien esthétique : « maître du paraître » et « maître du bien-être ». Ces dimensions, celles du bien-être et de l’apparence, sont souvent liées par un lien de correspondance symbolique. Les transformations qui ont lieu en chirurgie esthétique peuvent être bénéfiques ou néfastes pour le patient ; cela dépend, entre autres, de la qualité du soin apportée par le chirurgien et son équipe. Lors des étapes pré et post-opératoires, ce praticien sollicite une sensibilité particulière (psychologique, anthropologique et sociologique) ainsi que des techniques liées à la suggestion, afin de stimuler l’optimisme du patient, en vue du « dévoilement » du résultat final. Ces atouts font de lui un praticien holiste au sein du spectre des chirurgies biomédicales hospitalières.
 
10h30 – 11h10 – Cinzia Greco (Newton International Fellow, CHSTM/Université de Manchester) : Transformations choisies, transformations imposées : Regards croisés sur la chirurgie esthétique du sein et la chirurgie post-mastectomie. 
 
Résumé : La reconstruction du sein effectuée suite à une mastectomie et une opération esthétique du sein sont deux interventions qui répondent à des besoins différents. Si les divergences entre les deux pratiques sont évidentes, moins connus sont les points de contact. Points de contact et différences ne sont pas pourtant des entités immuables. L’object de cette présentation est d’explorer la façon dont les similarités et les différences entre chirurgie reconstructrice et esthétique se construisent à travers des pratiques et des discours qui changent et s’adaptent selon les circonstances.
11h10 – 11h30 – Pause
 
11h30 – 12h10-  Olivia (Roger) Fiorilli (IFRIS, Cermes3) : Bio-politique de la chirurgie de confirmation de genre en France et en Italie. Une perspective historique.
 
Résumé : Dans cette présentation, je reviendrai sur l’histoire du développement et de la régulation biopolitique de la chirurgie de confirmation de genre. Je partirai des premiers résultats de mon projet de post-doctorat, consacré à l’étude du développement de la médecine et de la santé trans en France et en Italie. Plus particulièrement, je saisirai l’émergence de ce type de chirurgie et des premiers protocoles qui l’ont organisée et régulée dans les deux pays entre les années 1970s et 1990s. Saisir l’histoire de la chirurgie de confirmation de genre et de sa régulation est fondamental pour comprendre les enjeux des conflits actuels autour de ces protocoles.
 
12h10 – 12h50 Yannick Le Henaff (DYSOLAB/Université de Rouen-Normandie) : Modalités de revalorisation en chirurgie esthétique : le cas des techniques d’injection.
 
Résumé : Dans cette communication, nous nous proposons de questionner les transformations récentes qui touchent le monde des chirurgiens esthétiques. Dans le cadre de leur pratique, les actes de médecine esthétique – des injections principalement – ont pris une place croissante, modifiant largement leur quotidien professionnel, les frontières de leur activité, le cadre de la relation avec la clientèle et leurs gestes techniques, moins intrusifs. Cette réappropriation engage en outre à une lutte de territoire avec les médecins esthétiques. Or, à l’aune de la culture de ce groupe professionnel, ces produits (toxine botulique et acide hyaluronique), apparus au tournant des années 1990, cumulent les facteurs dévalorisants : une faible technicité associée à un caractère peu spectaculaire. Cette situation offre une étude de cas intéressante : l’agrégation d’actes initialement délégitimés dans ce groupe, inclinant à questionner les conditions et les compromis permettant à ces chirurgiens de négocier cette aversion morale. L’évolution de ce groupe professionnel peut utilement être analysée par la concurrence au niveau des groupes (pour le contrôle d’une juridiction), mais aussi au niveau interindividuel.
 
12h50-14h00 – Pause déjeuner
 
14h00 -17h00 – Assemblée Générale d’AMADES (salle du Miroir): la convocation de l’AG, avec ordre du jour et  bulletin d’inscription sont disponibles en ligne.