Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contributions: « L’appropriation de la biomédecine en Asie du Sud-Est » – Revue Moussons

Appel à contribution
« L’appropriation de la biomédecine en Asie du Sud-Est »

Moussons n°38 – parution prévue en décembre 2021

Sous la direction de Meriem M’zoughi (EVS, UMR5600)

Ce numéro de Moussons propose d’analyser les pratiques biomédicales – issues de la médecine scientifique d’origine occidentale – en Asie du Sud-Est, en s’intéressant à leur diversité de formes et d’usages. Il s’agit d’étudier les manières dont la biomédecine s’inscrit dans des contextes singuliers, comment elle est exercée, adaptée, appropriée, réinventée… Des traitements et des soins afférents à une pathologie, aux conditions d’exercice des praticiens, en passant par les usages des savoirs biomédicaux : quelles sont les spécificités et les réalités locales de la biomédecine ? Il s’agit d’interroger les dimensions du « soin » lorsque celui-ci est produit par des acteurs mobilisant, en se les appropriant, les outils (conceptuels et/ou empiriques) de la biomédecine. Parfois, ces pratiques s’inscrivent au sein d’espaces sociaux où coexistent plusieurs types de savoirs thérapeutiques, nous chercherons donc à comprendre comment ces savoirs s’interpénètrent et se nourrissent mutuellement.

Les travaux pourront porter, par exemple, sur les manières dont les guérisseurs utilisent la biomédecine (imageries et analyses médicales, techniques de consultation, médicaments industriels etc.) dans leur pratique (diagnostic, traitement), ainsi que sur les manières dont les biomédecins font dialoguer, résonner, leurs connaissances scientifiques avec les savoirs dits profanes. Il s’agira aussi de documenter et de décrire les implications et les héritages de la période coloniale, des politiques de santé globale, des activités humanitaires, etc. Comment ces influences diverses ont-elles, concrètement, un effet sur les pratiques de santé et la biomédecine du Sud-Est asiatique ? Dans cette perspective, les propositions pourront s’attarder sur une maladie en particulier ou sur la manière dont les soins sont dispensés dans et hors de l’hôpital. On s’intéressera par exemple à la manière dont les professionnels de santé soignent le cancer, le diabète ou les maladies cardiovasculaires en Thaïlande, en Birmanie ou ailleurs. Les articles pourront également aborder les spécificités locales – en termes de prises en charge, de traitements et de soins – des maladies dites transmissibles (tuberculose, VIH-Sida, etc.) qui, étant au coeur d’enjeux globaux, sont souvent considérées comme une priorité de santé publique. Les contributions pourront traiter de la pandémie de covid-19, d’autres épidémies ou pathologies, en s’intéressant par exemple à l’articulation entre les recommandations internationales et les pratiques locales, ou en comparant plusieurs pays. L’objectif étant d’étudier les processus d’adaptation et d’appropriation de la biomédecine en décrivant notamment comment les praticiens exercent au quotidien.

Les articles pourront analyser les manières dont les soins sont dispensés à l’hôpital, dans les cliniques privées et dans les centres de santé afin de questionner, plus largement, ce qu’est un « hôpital » et ce que signifie être « médecin » en Asie du Sud-Est. Loin d’être exhaustifs, ces questionnements entendent contribuer à comprendre comment la biomédecine s’immisce dans le quotidien des malades et des familles, ou à l’inverse, comment elle relève de l’exceptionnel. Par l’analyse de ses formes actuelles, quels imaginaires et valeurs charrie-t-elle aujourd’hui dans cette région du monde ?

Ce numéro thématique de Moussons est ouvert à toutes propositions en lien avec les pratiques de santé biomédicales en Asie du Sud-Est. En tant que revue comparative et interdisciplinaire, Moussons accueille l’ensemble des sciences humaines et sociales, parmi lesquelles l’anthropologie, la sociologie et l’histoire.

Les propositions de contribution se feront sous la forme d’un texte de 750 à 1000 mots. Elles devront comporter un titre, un résumé et une brève présentation de l’auteur-e.
Elles sont à envoyer par courriel avant le 15 juin 2020 à meriem.mzoughi@univ-lyon2.fr
En cas de réponse favorable (avant le 1er juillet), les articles complets seront à envoyer pour le 1er novembre 2020. Le format attendu est de 35 000 à 75 000 signes maximum (notes de bas de page et espaces comprises). Les contributions en anglais sont les bienvenues.

Pour plus d’informations, merci de consulter la rubrique des conseils aux auteurs de la revue Moussons : https://journals.openedition.org/moussons/1363

Les articles seront relus par le responsable scientifique et un membre du comité éditorial avant d’être évalués selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme. La parution du numéro est prévue en décembre 2021.

Télécharger l’appel à contribution: Revue Moussons AAC

 

 

Categories
Résumés de thèses

La fabrique du sujet vulnérable : étude sur l’expérience du cancer de la prostate

De Louis BRAVERMAN

Sous la direction de Philippe BATAILLE

Thèse en Sociologie, soutenue le 19 Juin 2017, à L’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris

 

Cette recherche propose d’étudier l’expérience du cancer de la prostate. Elle a pour objectif de documenter le vécu et la prise en charge de cette maladie à partir d’une sociologie qui entre dans la fabrique des sujets. Dans quelle mesure les hommes atteints d’un cancer de la prostate et leur entourage peuvent-ils produire de nouvelles formes de subjectivités compte tenu de la vulnérabilité à laquelle ils sont exposés ? Pour répondre à cette question, l’enquête repose principalement sur l’articulation d’observations ethnographiques réalisées pendant une durée de cinq mois au sein de quatre hôpitaux publics avec un corpus de 70 entretiens semi-directifs conduits auprès de patient·e·s, de proches et de professionnel·le·s de santé. L’adoption d’un regard socio-historique permet tout d’abord de mettre en évidence le caractère situé des subjectivités et ouvre la voie à une analyse des modes de subjectivation à l’ère de la biomédecine. L’expérience du cancer de la prostate est ensuite décrite à travers une analyse de son imbrication avec les pratiques et les savoirs biomédicaux. Enfin, les bouleversements du cancer de la prostate au-delà des mondes du soin sont également abordés. Outre les apports de cette thèse à la sociologie du cancer et aux études sur les masculinités, la conclusion met la focale sur sa contribution à l’étude du sujet vulnérable.

 

Accès au document intégral: contacteur l’auteur à l’adresse louis.braverman@gmail.com

 

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

AAC et journée d’étude: rapports entre le care et les technologies en santé.

Cette journée s’inscrit dans le cadre des manifestations scientifiques Inter-RT soutenues par l’AFS. Au croisement de la sociologie de la santé et de la sociologie des sciences et des techniques, cette journée d’étude organisée conjointement par le RT 19 et le RT29 vise à interroger les modalités contemporaines d’articulation entre l’innovation technologique et les pratiques de care.
Elle aura lieu à l’Ecole des Mines de Paris le 12 décembre 2017.
Plus d’information: AAC_Techno_Care
Propositions bienvenues jusqu’au 14 juillet sur la plateforme : https://technocare.sciencesconf.org
Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque « Quand le handicap interroge la naissance »/ 8-9 juin 2017/ EHESS Paris

Quand le handicap interroge la naissance

Perspectives historique, contemporaine et comparative des pratiques et expériences du diagnostic prénatal

8-9 juin 2017

EHESS – 105 bd. Raspail, Paris

dpn.sciencesconf.org

 (English version below)

Les technologies du diagnostic prénatal (DPN) se sont imposées comme une étape quasi incontournable du suivi des grossesses. Mises au point pour détecter des malformations fœtales sévères, elles permettent aux femmes et aux couples qui en font la demande d’interrompre la grossesse ou de se préparer à l’arrivée d’un enfant malade ou handicapé. Elles permettent aussi, pour des malformations moins sévères,  d’anticiper des interventions thérapeutiques précoces et d’orienter les femmes vers les unités les mieux adaptées.

Lorsqu’il est implanté à la fin des années 1960 aux USA et en Europe, le DPN s’inscrit ouvertement dans des politiques de santé visant la prévention des malformations à la naissance. L’arbitrage entre deux risques : le risque de mettre au monde un enfant malformé et le risque de perdre un enfant sain, induit  par le geste invasif associé à sa pratique, a durablement contribué à orienter les modalités du suivi des grossesses. Avec le passage à la « modernité thérapeutique », caractérisé par la montée de la réflexion bioéthique, les mobilisations collectives pour les droits des malades et des personnes handicapées, le contexte cognitif et moral accompagnant les pratiques cliniques et les discours officiels s’est transformé. La rhétorique qui entoure le DPN est passée du domaine de la santé publique et de la prévention des handicaps à celui, privé, de l’autonomie des couples et de la « logique du choix ».

Les deux journées du colloque croiseront les perspectives de chercheurs, de professionnels et de représentants d’associations, pour éclairer la manière dont l’évolution de l’offre technologique, l’encadrement par les politiques de santé et les normes professionnelles, organisent les pratiques du DPN et infléchissent les expériences de la grossesse.

Les pratiques professionnelles seront abordées sous différents angles : celui de la globalisation de l’innovation technique, de la circulation des savoirs et des savoir-faire et les manières dont ils s’ancrent dans des contextes locaux d’organisation des soins en périnatalité ; celui  des arrangements que les praticiens du champ mettent en place pour se conformer aux exigences d’une médecine fondée sur les preuves, d’une démocratie sanitaire et d’une juridicisation de la pratique clinique. Une large place sera faite aux points de vue  des femmes et des couples amenés à prendre des décisions difficiles en contexte de grande incertitude, à leurs expériences cognitive, morale et émotionnelle. On s’intéressera aussi aux manières dont un signe biomédical ou clinique conduit à anticiper l’expérience du handicap ainsi qu’à ce que les pratiques du DPN révèlent des représentations du handicap.

Les connaissances et expériences partagées dans le cadre du colloque permettront de saisir comment les pratiques cliniques quotidiennes du suivi des grossesses sont travaillées par des tensions induites par des attentes normatives scientifiques et éthiques, d’une part, des contraintes organisationnelles, d’autre part, qui redéfinissent les enjeux de la relation de soins, avec l’espoir que les conclusions produites permettront d’élargir un débat social encore trop confiné aux experts médico-scientifiques et administratifs.

L’inscription est gratuite, mais obligatoire: dpn.sciencesconf.org/registration

——————————

Birth through the prism of disability

 Historical, contemporary and comparative perspectives relating to the practices and experiences of prenatal diagnosis

8-9 June 2017

EHESS – 105 bd. Raspail, Paris 

dpn.sciencesconf.org

 Prenatal diagnostic (PD) technologies have become an important, and almost unavoidable, milestone in pregnancy care. Developed to detect severe fetal anomalies, the aim of these technologies has been to provide reproductive choice (to continue or terminate the pregnancy), prepare for outcomes (palliative care or postnatal treatment), enable therapeutic interventions (for less severe anomalies) and manage delivery at a specialist unit.

The implementation of PD at the end of the 1960’s in the USA and Europe was consistent with public health policies in preventing anomalies at birth. However, the need to balance the risk of bringing a child with an impairment into the world with that of losing a healthy child (which is attached to invasive testing) modified pregnancy care practices over time.  The gradual transition to ‘therapeutic modernity’ characterised by the development of bioethics, the collective mobilisation of health services users and disabled people to protect their rights also influenced the cognitive and moral context surrounding PD. This contributed to transforming both clinical practices and official discourses. The PD rhetoric gradually moved from the field of public health and disability prevention, to that of individual autonomy and the logic of choice.

his two-day colloquium will bring together the perspectives of researchers, professionals and support group representatives to gain insights into the way technological developments, public policy and professional norms impact upon the practices of PD and individuals’ experiences.

PD practices and experiences will be examined from different perspectives: first, in the light of the globalisation of technical innovation and the circulation of skills and knowledge, and how these impact upon local care provision; second, through the requirements of evidence-based medicine, the democratisation of health and growing legal accountability of clinicians and how these influence professional practice. A strong emphasis will be put on the experiences of women and couples who are faced with difficult decisions (often surrounded by uncertainty) and in particular on their cognitive, moral and emotional experiences. Finally, the way biomedical or clinical markers are extrapolated into future experience of disability will also be explored as well as what PD practices reveal about perceptions of disability experience.

The knowledge and experiences shared during this colloquium will provide insights into the way the tensions between normative scientific and ethical expectations, on the one hand and the organisational constraints on the other hand,  reshape the relationship of care in  clinical practices; the aim being to broaden social debate, still currently limited to medical, scientific and administrative experts.

Participation at the conference is free, but registration is compulsory: dpn.sciencesconf.org/registration

Categories
Résumés de thèses

Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge.

De Clémence SCHANTZ

Sous la direction de Véronique PETIT

Thèse en Sociologie et Démographie, soutenue le 16 décembre 2016 à l’université Paris Descartes

 

Cette recherche doctorale remet en question la vision idéalisée des Nations Unies concernant la santé maternelle au Cambodge en observant « par le bas » et en rendant visibles les pratiques obstétricales à partir d’une enquête empirique sur plusieurs terrains à Phnom Penh et en Kandal (milieu rural). Les résultats montrent que certains hôpitaux et cliniques pratiquent des épisiotomies systématiques, ce qui est contraire aux recommandations internationales, et que le taux de césarienne dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant le seuil de 10% recommandé par l’OMS. Enfin, une pratique répandue de périnéorraphies visant à resserrer fortement le vagin de femmes jeunes et en bonne santé après des accouchements par voie basse, et sans indication médicale, est courante dans la capitale. Ces pratiques obstétricales, historiquement construites, sont fréquemment détournées de leur usage médical pour répondre à une demande sociale. Elles font système en se renforçant les unes les autres. Le corps des femmes est appréhendé dans cette recherche comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux, sur lequel se jouent de nombreux enjeux de pouvoirs.

 

Accès au document intégral: contacter l’autrice à l’adresse clemschantz@hotmail.com

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Entre abondance et rareté: questionner le rapport ambigu de l’Afrique au médicament

Dans le cadre des 4èmes Rencontres des Etudes Africaines

Atelier « Entre abondance et rareté: questionner le rapport ambigu de l’Afrique au médicament »

Mercredi 6 juillet 2016, 14h-30-18h
INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, salle 308

 

 

Présentation de l’atelier :

Cet atelier envisage l’Afrique cosmopolitique sous l’angle du médicament, objet emblématique de son rapport aux politiques internationales de santé d’une part et de son insertion dans le commerce international et le fonctionnement des marchés mondiaux d’autre part. Tandis que sur le continent africain, sont très facilement accessibles, à travers différents circuits (publics, privés, informels), des médicaments pour les maux courants (analgésiques, anti-inflammatoires, vitamines, antibiotiques, etc.) ainsi que ceux pris en charge par des programmes soutenus par des bailleurs internationaux (antipaludiques, antirétroviraux, contraceptifs, etc.), les patients souffrant de certaines affections ou pathologies graves comme le cancer n’ont pas accès à ces thérapies pourtant disponibles et parfois à faible coût ailleurs dans le monde (pour le traitement de l’hépatite B par exemple). Envisagés tantôt par leur omniprésence (nombreux lieux de vente, publicités importantes), tantôt par leur absence, les médicaments sont au cœur de multiples usages, pratiques, désirs ou résistances tenant aux questions de santé comme à celles de l’économie et de la politique.
 
La production pharmaceutique sur le continent africain fait l’objet de polémiques quand à son efficacité et sa rentabilité tout comme est souvent mise en cause la circulation intense des produits pharmaceutiques via différents circuits notamment les circuits informels. Tout aussi variées et complexes, les pratiques de consommation de médicaments mettent en jeu le rapport au monde de l’Afrique par les représentations véhiculées, les usages quotidiens, les espoirs de guérison, les pratiques de survie dans le contexte de systèmes sanitaires effondrés.
 
Cet atelier souhaite interroger le rapport de l’Afrique au médicament à la fois dans sa dimension contemporaine et historique, en tant que mode de gouvernement de la santé publique, comme destination commerciale et cible de programmes de santé globale. L’atelier permettra une discussion autour de la “pharmaceuticalisation” paradoxale de l’Afrique en interrogeant les multiples tensions existant entre des marchandises courantes, objet de multiples promotions versus des biens rares et accessibles sous conditions (être inclus dans un programme de prise en charge).

 

Programme

14h30-16h30 (1) Le rapport ambigu de l’Afrique au médicament pharmaceutique industriel
 
·      Contre les maux, le désir de remèdes. Histoire des usages et des représentations des médicaments à Madagascar, Delphine Burguet, IMAF, Paris 1 Sorbonne
·       La Chine et « la meilleure façon de faire »: la circulation des médicaments à base d’artemisinine aux Comores, Kelley Sams, Centre Norbert Elias, Marseille
·       Les conflits entre la production locale de médicaments en Afrique et l’offre de médicaments des programmes de Santé Globale. L’exemple des mécanismes de subvention des médicaments contre le paludisme au Ghana, Jessica Pourraz, Cermes3, Villejuif
·       Trop de marchands, trop peu de fabricants ! Médicaments et produits pharmaceutiques entre l’Inde et le Kenya, Mathieu Quet, Ceped, IRD, Paris
·       Ambivalences et multiciplicité des usages de médicaments face aux maladies des enfants (Nouakchott, Mauritanie), Hélène Kane, UMI Environnement, Santé , Sociétés, CNRS, Dakar
 
16h45-18h30 (2) Ouverture de cette problématique à d’autres remèdes et produits de santé distribués en Afrique
 
·       Production locale de Combinaisons Therapeutiques à base d’Artemisinine en Côte d’Ivoire : histoire de stratégies commerciales de firmes internationales, d’États et d’entrepreneurs nationaux, Claudie Haxaire, Cermes3, Villejuif
·       L’argile qui guérit : une médecine alternative en Côte d’Ivoire ? Véronique Duchesne, Ceped, Paris Descartes
·       92 grammes de promesses : la diffusion des Aliments Therapeutiques Prêts  a l’Emploi en Afrique entre cadrages et débordements, Jean-François Caremel, Cermes3, Lasdel, Niamey
·       Origine, diffusion et représentations des remèdes à base de plantes médicinales à Madagascar, Pierrine Didier, Université de Bordeaux
·       Rareté et variation des prix de cession des Produits Sanguins Labiles (P.S.L.) au Gabon. Socio-histoire d’un dysfonctionnement, Tonda Mahéba, Iris, EHESS.

 

Plus d’informations: http://reaf2016.sciencesconf.org
 
Organisation: Carine Baxerres, IRD, MERIT, Université Paris Descartes et Fanny Chabrol, Cermes3, Villejuif