Categories
appels à communication

Appel à communications : Le corps dans tous ses états : le corps en fête dans la bande dessinée.

Colloque international, les mercredi 20, jeudi 21 et vendredi 22 novembre 2019.

Angoulême, CIBDI, Musée de la Bande dessinée.

Les Rencontres d’Angoulême – Penser et comprendre la bande dessinée – 6e édition

Mobiles, animés, bondissants et dansants ! Les corps en liesse se laissent aller tout à leur joie. Ils bougent à l’excès, les traits et les cases contiennent avec peine leur mouvement, ils leur arrivent de dilater leur strip, de s’inviter ailleurs, voire de quitter la planche où ils avaient été assignés. Les corps explosent leurs limites, gesticulent, se tordent de rire et déforment leurs contours sous la poussée de leur énergie communicative. Les visages se fendent sous le rire, on se roule par terre, les personnages hilares s’amusent, exultent, se gondolent, chez Uderzo, Gotlib, Franquin, Mandrika et bien d’autres.

Mais la fête des corps est aussi une expérience collective où s’assemblent familles et groupes, tribus et foules : à l’occasion de bals et de carnavals, de défilés ou de procession, aux concerts, aux matchs, aux spectacles. Ce sont des lieux ettout un calendrier de rituels et de formes collectives qui organisent les expressions de la fête multiples, variées, parfois ambiguës ou incontrôlables. Ainsi, le carnaval par son énergie subversive, la puissance populaire du rire et du travestissement, selon l’analyse célèbre de Bakhtine, sous-tend la fête d’un potentiel et d’une menace proprement politiques. D’ailleurs la fête peut être sombre aussi, et les bacchanales se transformer en Sabbat, nuit des Walpurgis, danse macabre et autres fêtes noires et inversées, révélant alors tout un monde terrifiant de contre-valeurs que la liesse négative vient célébrer.

La fête relève aussi du contrôle social ou du rite d’intégration. Les charivaris, qui mobilisaient le plus souvent un groupe de jeunes gens, chantant, frappant sur toutes d’instruments, ou des enfants organisant une ronde à la lisière d’une forêt, à l’instar du manga de Maki Sasaki (2018), et le bizutage abordé dans une série comme Hell scholl, de Benoît Ers et Vincent Dugommier, donnent à la fête une singulière coloration. Dans d’autres albums, les participants finissent par se trouver un mauvais objet, et la fête dégénère, ressemble à la curée contre un personnage, devenu le bouc émissaire, dans des cris de joie. Dans Le révérend, dû à Lylian et Augustin Lebon, le « traqueur devient traqué », et les corps des poursuivants sont animés par une joie morbide à l’idée de s’emparer du corps d’Angus. Le corps festif est celui aussi du spectacle des exécutions ou de la participation à un massacre, réunissant acteurs et spectateurs. L’euphorie des vainqueurs foulant le corps des vaincus apparaît dans de nombreuses cases.

Les corps en fête sont encore ceux qui, dans Alix ou dans Astérix, participent à des orgies. Ailleurs, les scènes de ripaille et de beuveries sont présentées aux lecteurs. Les saturnales de chair et d’alcool transgressent les codes et les normes. Plus généralement, sont proposées des cases où les estomacs se gonflent et l’ivresse vient. La bande dessinée dite érotique, mais aussi de nombreuses cases enclavées dans des récits qui ne sont pas faits une spécialité des corps entremêlés et des perversions sexuelles, assurent le sacre de la fête amoureuse et sensuelle, comme dans L’ivresse du poulpe (2016 pour la deuxième édition) où le corps du personnage féminin, Jeanne Picquigny, est empli de tentacules et connaît l’extase.

Le corps en fête est également celui qui se transforme, passe d’un état à un autre, comme plusieurs des personnages de The Avatar and the Chimera (1978) ou de ceux croisés par Philémon. La couleur criarde, à la manière d’Alberto Breccia, y aide. L’activité onirique autorise toutes sortes de transformations corporelles et festives. La vie quotidienne, constituée de moments successifs, connaît des instants d’allégresse. La série des Déblok de Florence Cestac, en particulier Poilade de Déblok aux éclats de rire (1 997), l’atteste. Dans L’Hiver du dessinateur, de Paco Roca, vingt-deux cases continues célèbrent, au moment du déjeuner, la fête du corps et de l’esprit. Les sociabilités festives, profanes et banales, sans autre visée que de se retrouver, ne sont pas ignorées.

Les fêtes religieuses et les fêtes païennes organisent le corporel, par le biais de liturgies, de cérémonies, de processions. Les Fêtes himalayennes (2019), les costumes des Picaros, les divertissements des Sélénites, que les héros de Cape et de crocsrencontrent sur le satellite de la Terre, en constituent quelques exemples. Il ne faudrait pas oublier les fêtes officielles où les corps disciplinés sont appelés à se mouvoir. Nulle transgression n’est tolérée, si ce n’est l’exultation des spectateurs en guise d’adhésion. L’instrumentalisation de la fête dans les régimes autoritaires ou totalitaires est très éloignée des manifestations ludiques. L’événement festif ne tolère pas l’écart. Une bande dessinée, signée Ulysse Gry et Gaspard Gry, publiée par Presque Lune, met en scène un coup d’État dans un monde peuplé de pièces d’échecs. Une tour noire organise un grand rassemblement dans une cathédrale, il s’agit de « trouver la force de marcher droit sur le grand échiquier ».

Le corps fait la fête, il s’éclate au point que c’est un discours graphique protéiforme qui qualifie cette expression du sujet euphorique ou hystérique dans la bande dessinée et que l’on se propose d’analyser à l’occasion de ce colloque. Cette 6e édition des Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinée intéresse, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, l’historien comme l’esthéticien, le sociologue comme le sémioticien, l’historien de l’art comme le psychologue, l’anthropologue comme le philosophe… et invite autour de l’étude d’auteurs, d’albums et de séries, de périodes et de genres (comicsmangas, roman graphique) à examiner toute la fécondité du thème des expressions du corps en fête dans la bande dessinée.

Pour traiter du corps festif, trois entrées sont à privilégier. Sans doute faut-il prêter une attention particulière aux lieux. Des espaces semblent plus propices pour accueillir les corps en fête, la salle de banquet antique, la taverne, le saloon, la salle de réception, l’avenue attendant une parade, le parc où un feu d’artifice va être tiré, le festival où les corps se déhanchent et s’exhibent… Il convient également de s’attacher aux personnages. En effet, si le roman visuel de Martin Vaughn-James La Cage(1975 et 1986) a procédé à « l’élimination du personnage », un dessinateur comme Miguel Egaña, à la manière d’un prestidigitateur, fait disparaître le décor. Le mobilier, les rues et les immeubles sont escamotés. Le corps des personnages y est souvent à la fête. L’un d’eux, affublé d’ailes, semble suspendu dans les airs, il promène en laisse un animal de compagnie qui n’est autre qu’une poule. De la sorte, dans certains romans graphiques la tentation est manifeste de conter et d’imaginer de nouvelles formes de corps festifs que l’on retrouve aussi bien chez Winsor McCay que dans l’œuvre de Moebius. Après le cadre, après les acteurs de la fête, il sera opportun de s’arrêter sur les circonstances festives. Les Rigoles, de Brecht Evens, aquarelles enjouées et mouvantes, reflets de la situation et des états d’âme, sont une sorte d’ode désenchantée à la fête : comment s’amuser dans la nuit parisienne au gré des rencontres. Les corps s’agitent, expérimentent, s’immobilisent, se perdent dans une double page.

Les rencontres d’Angoulême sont co-organisées par l’Université de Poitiers (MSHS, Criham, Forellis….), la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image, le Pôle Image Magelis, avec la participation de l’École Européenne Supérieure de l’image, du CPER Insect, du Grand Poitiers, du Grand Angoulême et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les propositions de communications (1500 signes) et une courte notice bio-biblio (500 signes) sont à adresser, avant le 29 avril 2019, à Frédéric Chauvaud frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr et à Denis Mellier denis.mellier@univ-poitiers.fr.

Les organisateurs prennent en charge les nuitées, les repas, les frais d’inscription et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre.

Categories
appels à communication Colloque

Appel à communications: La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives

Colloque organisé par le CERMES3, 3 et 4 octobre 2019, Paris

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ». 

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires. 

Des propositions de communication sont attendues autour des 5 thématiques suivantes :

1. Pratiques et organisations du soin 

Les sciences sociales ont analysé la manière dont le travail médical, plus largement les pratiques de soin, et les organisations qui portent ces pratiques, ont été, depuis 40 ans, transformés par les mobilisations collectives, l’émergence des figures du patient-acteur ou du patient-expert, l’accent mis sur l’expérience, les savoirs spécifiques ou les droits des patients. Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, croiser ces évolutions avec les contextes de crise(s) qui semblent provoquer un certain nombre de tensions pour les acteurs engagés dans les pratiques de soin en transformant leur environnement et conditions de travail. D’où l’intérêt d’examiner au plus près les évolutions des organisations sanitaires ou médico-sociales (formes d’organisation, diversification et éclatement, modes de régulation, place et forme de « l’hôpital », conditions de travail des professionnels…), les statuts et les rôles des personnes impliquées dans le travail de soin (« professionnalisation » des profanes versus précarisation des professionnels, brouillage des frontières et des hiérarchies professionnelles, responsabilisation ambivalente des proches aidants…), les pratiques de soins elles-mêmes (personnalisation du soin via une standardisation, développement de pratiques de soin dites « alternatives », dans les établissements sanitaires et sociaux ou en dehors…), et plus généralement, l’instrumentalisation de la notion de soin et des valeurs liées à une « société du care ».

2. Soin, santé et « crise des migrants »  

Souvent référée depuis 2015 à l’augmentation massive des entrées en Europe de populations en provenance de pays déstabilisés, notamment de pays en guerre (Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.), l’expression « crise des migrants » s’est imposée dans le débat public, oblitérant la complexité des liens entre « santé » et « migrations ». Or, au-delà des représentations communes du phénomène, et pour peu qu’on les étudie séparément ou les unes par rapport aux autres, il apparaît bien vite que ces migrations sont de différentes durées, présentent des profils variés et obéissent à des déterminants très divers (conflits, famines, génocides, effets climatiques, etc.) à l’ère de la mondialisation. C’est ainsi que la catégorie de « migrant » recouvre à la fois des sans-papiers, des travailleurs économiques peu diplômés, des migrants par mariage, des personnes hautement qualifiés…, qui sont pourtant tous acteurs de flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits. Pour explorer l’articulation entre « crise des migrants » et mondes de la santé, deux entrées apparaissent pertinentes. La première s’intéresse aux conditions d’accès aux soins et à la consommation médicale des migrants, qui peuvent certes – mais pas toujours – renvoyer aux inégalités sociales de santé, aux discriminations (ethno-raciale, sexuelle, etc.), mais aussi à des types de recours spécifiques aux soins : transfrontaliers et transnationaux, téléconsultations, etc. La seconde entrée concerne les migrants professionnels de santé et leurs conditions d’exercice ; elle invite à s’interroger sur les formations professionnelles, les mobilités spatiales et les trajectoires sociales de praticiens étrangers et d’autres corps professionnels (infirmiers, aides-soignants…), sur la place et la politique des professionnels de santé étrangers dans la gestion à l’hôpital et les organisations du soin, enfin, sur les savoirs thérapeutiques non biomédicaux véhiculés par des migrants professionnels. 

3. Systèmes de protection sociale, dans les nords et les suds

La crise de l’État-providence telle qu’annoncée dans les années 1970 ne cesse de faire parler d’elle, au point de faire douter de la pertinence du concept de crise pour décrire la fragilité d’un type d’organisation visant à mutualiser et socialiser les risques. Alors que certaines analyses pointent du doigt un rétrécissement du champ d’intervention de la puissance publique en matière de protection sociale, d’autres soulignent a contrario non pas un retrait mais une recomposition du paysage (poids grandissant des acteurs privés) et du financement de la protection sociale, qui conférerait un nouveau rôle à l’Etat, celui de stratège. Il n’en reste pas moins que la maîtrise de plus en plus resserrée des dépenses sociales, notamment de santé, crée des situations d’extrême tension, qui impactent de plus en plus les conditions de travail des professionnels de la santé. Comment analyser la situation actuelle de l’hôpital public ou encore les craintes nées de l’augmentation des prix des innovations thérapeutiques ? Ne sont-elles que les répliques de « crises » ininterrompues depuis plus de quarante ans ou bien marquent-elles une remise en cause plus profonde du modèle développé après guerre et qui coûterait « un pognon de dingue »? Privatisation, néolibéralisation, marchandisation, cette partie du colloque permettra de clarifier la place et la portée opératoire de ces concepts dans  les sciences humaines et sociales mais aussi pour les acteurs, dans les Nords comme dans Suds. Comme l’indiquent les débats au sein de la santé globale sur la « couverture santé universelle », la prise en charge des maladies chroniques, la définition des « paniers de soins » garantis ou l’accès aux médicaments, le grand partage entre des pays « à revenu élevé » gérant l’affluence et des pays « à revenu faible ou moyen » gérant la pénurie perd de sa pertinence. 

4. Santé, environnement, crise écologique

Gérer les pollutions ou sauver la planète ? Si les enjeux de santé environnementale figurent depuis les années 80 en bonne place des questions sanitaires, en particulier du fait des interrogations et controverses publiques concernant les effets des expositions récurrentes aux contaminants chimiques, les termes dans lesquels sont, depuis une décennie, réfléchis les liens entre environnement et santé ont été significativement déplacés par la mise à l’agenda du problème des perturbateurs endocriniens d’une part, des impacts massifs et multiples du changement climatique d’autre part. Dans les deux cas, parce qu’il s’agit d’effets systémiques difficilement maîtrisables, potentiellement responsables de changements épidémiologiques de grande ampleur, la notion de crise est omniprésente. Selon que l’on opère dans le champ de l’environnement ou dans celui de la santé, celle-ci recouvre toutefois des diagnostics, des modes de régulation et des formes d’intervention très différentes. Penser l’articulation de ces perspectives, les processus qu’elles mettent en avant est un enjeu d’autant plus important pour les sciences sociales de la santé que cela suppose d’introduire des formes de décloisonnement vis-à-vis des études environnementales.

5. Productions des savoirs, formes d’expertise, crise de l’objectivité

Politique de l’ignorance, fabrication du doute, undone science : la critique des modes de production des savoirs mobilisés pour objectiver… ou au contraire minimiser, voire tout bonnement nier l’existence d’un problème est constitutive de nombreux débats publics contemporains relatifs aux questions de santé. Les modes de définition des priorités de la recherche biomédicale et plus fondamentalement de la préférence (voire de l’exclusivité) accordée à certaines approches de la maladie au détriment des conceptions extra-occidentales ou tout simplement hétérodoxes font désormais l’objet de vifs débats. Cependant les principales contestations visent les processus d’expertise, entendus au sens large. Un aspect transversal à toutes ces critiques renvoie à ce que l’on est tenté d’appeler la « crise de l’objectivité ». En dépit de toutes les difficultés qu’il a posées depuis son apparition au dix-neuvième siècle (ne serait-ce que du fait de son caractère inatteignable…), l’impératif d’objectivité demeure l’une des principales normes sociales structurant la production de savoirs scientifique et, par extension, l’expertise publique. Jusqu’ici du moins, ni l’injonction de mettre à distance les intérêts et passions susceptibles de biaiser le jugement, ni la valorisation des instruments de mesure et des analyses statistiques au détriment de l’évaluation subjective des réalités sensibles n’ont polarisé l’attention. La plupart des critiques se concentrent plutôt sur les deux aspects complémentaires d’un même problème : la porosité des institutions scientifiques et a fortiori des dispositifs d’expertise face aux menées des intérêts organisés de type économique ou politique ; leur incapacité symétrique à faire toute leur place aux revendications et suggestions des représentants de causes pourtant (presque) unanimement jugées légitimes – associations de patients, d’usagers, de riverains, etc. Il nous semble que les différents aspects de cette crise larvée (sans doute en partie au moins du fait de l’absence d’alternative clairement définie et publiquement défendue) mériteraient d’être analysés en détail.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril. Elles devront contenir un titre, les coordonnées de l’auteur et le résumé de la communication proposée (1 page tout au plus). Les propositions doivent être envoyées à l’adresse : myriam.winance@cnrs.fr

Conférencier.ère.s invité.e.s ayant confirmé leur participation :

  • Bruno Théret, CNRS, Iris-université Paris-Dauphine
  • Michel Marguairaz, Université  Paris 1-Panthéon-Sorbonne
  • Sara Aguiton, CNRS, Centre Alexandre Koyré
  • Sheila Jasanoff, Harvard Kennedy School

Comité d’organisation:

Luc Berlivet, CNRS
Maurice Cassier, CNRS
Pierre-André Juven, CNRS
Jean-Paul Gaudillière, INSERM
Vincent Viet, Ministère des affaires sociales et de la santé
Simeng Wang, CNRS
Myriam Winance, INSERM

Categories
Colloque

COLLOQUE SISM 2019 Arpsydemio: le traumatisme psychique

Mardi 19 Mars
08h30-17h30
Bibiolthèque Alcazar
58, Cours Belsunce
Salle de conference
Inscription obligatoire

C’est à partir des états gravement traumatiques des soldats, durant la guerre de 1914-1918, causés par la violence inouïe des vécus (blessures, explosions de guerre, mort d’un camarade soldat) que la psychiatrie commence à s’intéresser à ce syndrome.

Aux Etats-Unis, de nombreux vétérans de la guerre du Vietnam, à leur retour  (1960-1975) souffrent de traumatismes psychiques ; cela provoque une accélération des recherches sur cette pathologie.

Fait essentiel, la victime est ou se sent incapable de réagir, éprouve un fort sentiment d’impuissance, parfois même de culpabilité.

La personne atteinte de stress post-traumatique souffre de “flashbacks” l’amenant à revivre de façon répétée la situation stressante sous forme de cauchemars ou de souvenirs obsédants.

Cette réitération s’accompagne d’un certain nombre de symptômes parmi lesquels une grande anxiété – la personne est sur le “qui-vive” – ce qui peut conduire à des idées et des actes suicidaires, une grande fatigue psychique, un comportement de détachement et d’insensibilité par rapport aux autres, une anhédonie majeure, et des comportements d’évitement de toute situation susceptible de rappeler le traumatisme.

La gamme des événements traumatogènes est large et concerne tous les âges.

Le psychotrauma de l’enfant est fréquent, peut être grave et donner lieu à des séquelles maintenant mieux identifiées par les cliniciens et confirmées par des études récentes.

Le délai entre l’exposition à la situation traumatique et la survenue du psycho trauma est très variable selon les personnes, pouvant aller de quelques semaines à quelques mois.

Le trouble peut dans certains cas, se transformer en maladie chronique avec une modification durable et profonde de la personnalité.

Ce type d’évolution n’est pas rare. Les personnes peuvent s’enfermer dans le silence, désespérer de leur état, souvent mal vécu par leur entourage.

La gravité du syndrome n’est pas toujours liée au traumatisme subi, l’histoire, la personnalité, le vécu du sujet comptent tout autant.

Les neurosciences s’intéressent beaucoup à ces phénomènes. Chacun peut réagir à un évènement traumatique à sa manière, sur différents plans,  biologique, affectif, neurologique, ou psychique.

Lorsque les réponses sont inadaptées, générant des décompensations pathologiques, le syndrome s’installe.

Ainsi l’état de stress post-traumatique ne serait pas seulement un souvenir envahissant et récurrent de la situation traumatisante, mais aussi un déficit de mémoire empêchant la personne atteinte, de réduire sa réaction de peur, confrontée à un contexte prédictif de la menace.

Comme nous l’avons dit, l’évolution de la maladie varie selon les individus mais aussi selon la rapidité et la qualité de la prise en charge.

Un dispositif d’urgence sanitaire bien défini (C.U.M.P.) d’aide médico-psychologique précoce des blessés psychiques (ou « impliqués ») dans les situations d’urgence collective (ou individuelle) a été mis en place sous la responsabilité des Agences Régionales de Santé à partir de 1997.

Les CMP multiplient les prises en charge de personnes atteintes de PTSD, victimes de parcours migratoires violents, d’événements terrifiants, de drames. Les personnes fuient la guerre, les persécutions, les viols, et arrivent sidérées ou en larmes, dans la difficile évocation de la violence de leur vécu.

Cette journée de colloque propose de réfléchir à la question du traumatisme, dans ses aspects neuroscientifiques, psychiques, politiques et sociaux.

Nous vous attendons, nombreux, usagers, familles, professionnels ou citoyens pour échanger tous ensemble sur ce thème, malheureusement, très actuel dans notre société.

Programme

8h30  Accueil café des participants

9h Ouverture du colloque


Dr Dolores TORRES, présidente d’Arpsydemio, chef de service secteur 12
Dr Patrick PADOVANI, adjoint au maire de Marseille chargé de l’hygiène,  de la santé et du handicap  
Dr Françoise GAUNET ESCARARS, pédiatre

Matin : le trouble de stress post-traumatique en psychiatrie générale

09h30-10h30 Présentation du stress post-traumatique et de la cellule d’urgence médico psychologique (C.U.M.P.) et présentation de l’AVAD
Dr Flavie DERYNCK, praticien hospitalier CHU La Conception, coordinatrice des C.U.M.P. de la région PACA
– Présentation de la problématique du stress post-traumatique, outils et dispositif de soins (quels soins, en quels lieux)
– Le travail au sein de la C.U.M.P. avec la présence de volontaires de l’hôpital et du SAMU en cas de catastrophe
– Dispositif sur le terrain dans des conditions exceptionnelles notamment sur demande du préfet parfois

10h30-11H M. Marcel BOVIS, coordinateur et chef de service A.V.A.D.
Présentation de l’association d’aide aux victimes d’actes de délinquance (AVAD)

11h00-11h20   Pause

11h20-11h40 Dr Frédéric PAUL, psychiatre, chef de service (H.I.A. Lavéran) avec M. Olivier DE VERGNETTE,infirmier
« En revenir, éclairages d’un soignant militaire blessé au combat », le stress post-traumatique dans le contexte militaire
 
11h40- 12h10 Mme Mélanie MAURIN, psychologue clinicienne, docteur en psychopathologie formée en thérapie de groupe et thérapies brèves. Institution « Osiris »
« Le traitement du psycho-trauma par des techniques de thérapie brève »
 
12h10-12h45 Échanges avec la salle
 
12h45 Déjeuner libre

Après-midi : le trouble de stress post-traumatique en pédo-psychiatrie

14h15-14h30 Introduction des interventions de l’après-midi et discutant
Pr David DA FONSECA, psychiatre chef de service, praticien hospitalier hôpital Salvator, enseignant chercheur
 
14h30-15h Pr François POINSO, professeur de pédopsychiatrie au CHU de Marseille
« Les spécificités du P.T.S.D. chez l’enfant »
 
15h-15h30 Dr Michèle BATTISTA, praticien hospitalier au SUPEA du Pr ASKENAZY (hôpitauxpédiatriques de Nice CHU Lenval) : centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme, vice-présidente de la CME des hôpitaux pédiatriques universitaire de Nice depuis 2017
« Comment prendre en charge les enfants jeunes infra-verbaux psycho traumatisés? De nouvelles propositions de prises en charges à travers la mise en place d’un centre d’évaluation pédiatrique du psychotraumatisme »
 
15h30-15h45 Vidéo projection d’une consultation
 
15h45-16h Discussion
 
16h00-16h30 Dr Frédérique GIGNOUX-FROMENT, (H.I.A. Lavéran)
« Un retour pas comme les autres : à propos d’une consultation au profit d’enfants de militaires traumatisés en opération »
 
16h30-17h Échanges avec la salle 

Tarifs

Tarif formation continue : 70 €
Tarif individuel : 40 €
Tarif réduit (usager, famille d’usager, étudiant, adhérent, RSA, autres…) : 10€

Lien vers le site de l’annonce

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque: Injustices épistémiques : Comment les comprendre, comment les réduire ?

 

 

 

7 et 8 février 2019
Université de Namur
Inscription est gratuite, mais obligatoire pour les plénières en matinée.

 

L’objectif général de ce colloque du groupe de travail 21 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) est  de discuter en profondeur du concept d’injustice épistémique, des réalités qu’il recouvre pour les personnes qui les subissent ou qui en bénéficient, ainsi que des stratégies utilisées par différentes personnes et groupes sociaux pour les accroitre, les maintenir ou les réduire. Puisqu’il s’agit d’une thématique transversale, ces enjeux pourront être abordés à partir de champs de recherche et de pratique variés : éducation, altermondialisme, santé et services sociaux, politiques publiques, vieillissement, transition (agro)écologique, etc.

Le groupe de travail 21 de l’AISLF, intitulé Diversité des savoirs, vise à examiner différents phénomènes sociaux, qu’il s’agisse de participation citoyenne, de transition (agro)écologique, de transformation des systèmes de santé ou encore de développement de politiques publiques, sous l’angle de la diversité des savoirs mobilisés, reconnus et produits par les groupes en présence. Une attention particulière est portée aux processus de légitimation des savoirs, à la construction des expertises et des hiérarchies entre les savoirs, ainsi qu’à des pratiques, par exemple de recherche participative, qui revendiquent des rapports plus égalitaires entre les différents savoirs et les personnes/groupes qui les détiennent.

La thématique du GT21 Diversité des savoirs invite à sortir des sentiers battus et à proposer un colloque scientifique dont le format permette la rencontre et l’expression d’une diversité de savoirs (universitaires, professionnels, expérientiels, locaux, traditionnels, etc.). Elle invite également à faire la part belle aux espaces collectifs de discussion comme en témoigne le souci du comité organisateur de favoriser des échanges en sous-groupe et des discussions en plénière en plus des présentations en ateliers dans un format plus traditionnel.

Au programme du colloque : trois panels, un Bar des sciences, 42 communications touchant une diversité de domaines et une dizaine de 10 pays représentés.

Organisé par:  le GT21 Diversité des savoirs de l’AISLF (Evelyne Baillergeau, Marie Dos Santos,  Baptiste Godrie, Simon Lemaire), en partenariat avec l’Institut TRANSITIONS de l’Université de Namur.

PDF du colloque

 

 

Categories
Colloque Evènements scientifiques Journée d'étude

Colloques et journée d’étude « Corps et prothèses : vécus, usages et contextes »

Dans la continuité des deux cycles de séminaires « Corps et prothèses » qui se sont déroulés entre 2016 et 2018, nous poursuivons cette année nos rencontres, échanges et réflexions lors de deux colloques et d’une journée d’étude :

Colloque n°1:

« Les prothèses au prisme du genre et de la sexualité », Jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019 à Lyon, 9h-17h.

(programme disponible mi-novembre 2018)

 Colloque n°2 :

« Vivre avec des prothèses auditives et/ou des implants cochléaires pour un adulte devenu sourd», Jeudi 4 et Vendredi 5 avril 2019 à Grenoble, 9h-17h.

(à confirmer)

 Journée d’étude :

« Prothèse(s) ou pas ? », Vendredi 8 juin 2018 à Paris, 9h-17h.

(programme disponible début avril 2019)

Présentation générale du cycle

La démarche de ce cycle n°3 est de réinterroger la complexité du rapport organique/technologique au travers l’étude et l’analyse des expériences singulières liées à l’utilisation de différentes techniques d’assistance au corps telles que les prothèses, fauteuils, assistances robotiques et domotiques.

L’enjeu principal de ce séminaire est d’ouvrir des fenêtres de discussions sur les diverses expériences avec ces différentes technologies à partir de la notion de terrain, de vécus subjectifs et dans une approche transdisciplinaire aux croisements de la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, l’éthique, l’ingénierie robotique, la médecine, les sciences de la santé et les savoirs expérientiels développés par les personnes concernées.

Présentation détaillée: Presentation_Corps et protheses_Cycle3_2018-2019

 Informations complémentaires :

– Ces journées sont ouvertes à toutes et à tous les étudiant·e·s et chercheur·e·s universitaires, ingénieur·e·s, praticien·ne·s, usager·e·s, personne·s militante·s et/ou association·s portant un intérêt à ces questionnements vis-à-vis des expériences singulières corps/technologie.

– Entrée libre et gratuite (sans inscription)

– Pour tout renseignement complémentaire et/ou si vous souhaitez vous inscrire à la mailing-list « Corps et prothèses », merci d’envoyer un mail à l’adresse : contact@corps-protheses.org

Programme détaillé :

Le programme détaillé des conférences et intervenant·e·s de chaque journée sera disponible au fur et à mesure sur le site internet « Corps et prothèses » à l’adresse :http://www.corps-protheses.org

Organisé par :

Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (UMR 7222 – Université Pierre et Marie Curie – Paris / CNRS)

Laboratoire Dynamiques Européennes (UMR 7367 – Université de Strasbourg / CNRS)

Laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR 5600 – Université de Lyon /CNRS)

Laboratoire Litt&Arts (UMR 5316 – Université Grenoble Alpes)

Laboratoire Sciences, Société, Historicité, Éducation et Pratiques (EA 4148 – Université Claude Bernard Lyon 1)

Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (EA 2483 – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

Categories
Colloque Non classé

Colloque Espoir 54: Adolescents, jeunes adultes et santé mentale.

 

Maison régionale des sports de Lorraine
Mercedi 10 octobre
09h00-17h00

 

« Les jeunes, dits en situation complexe, interrogent aujourd’hui prioritairement les différents acteurs des réseaux, que ce soient l’aide sociale à l’enfance, la PJJ, la psychiatrie, la MDPH, comme les différentes structures de soin, du médico-social et du social. Les modes d’accueil traditionnels proposés par les différents établissements sont régulièrement mis en échec dans la prise en soin de ces personnes « à la limite des institutions » (J-Y BARREYRE, 1997), dont les caractéristiques et les besoins spécifiques relèvent en général de plusieurs modes de prises en charge (sanitaire, sociale, médico-sociale, judiciaire) et qui ont mis le plus souvent à l’épreuve des équipes professionnelles successives dont le cadre de travail ne convenait pas à leur problématique. Les prises en charge classiques sont donc confrontées d’abord à la question du manque : le manque de repérage, le manque institutionnel et le manque de coordination des professionnels. Les personnes sont ancrées dans la répétition de situations de passage à l’acte et de rejet, qui réitère le vécu d’impuissance de la part des différentes équipes. C’est donc bien du côté du décloisonnement que pourront se penser les innovations, qui permettront tout à la fois de prendre en compte les désirs du sujet comme les ressources disponibles de l’environnement ».
Ces quelques propos tirés d’une étude de Carolane Adriant et inspirés par Jean-Yves Barreyre reflètent avec justesse nos préoccupations communes.

Programme du colloque

Bulletin d’inscription

 

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque International. Le GRAS 25 ans après : les patients à l’épreuve des soins (Oran, 27-29/10/2016)

Colloque International:


Le GRAS 25 ans après :
les patients à l’épreuve des soins

schermata-2016-10-18-alle-13-07-27schermata-2016-10-18-alle-13-07-36
Oran, 27-29 octobre 2016
Campus II, Pr Mourad Salim Taleb, (Ex. IGMO)
Faculté des sciences sociales
Organisé par l’Unité de Recherche en Sciences Sociales et Santé – GRAS
de l’université d’Oran 2 – Mohamed Ben Ahmed
Disponible ici le programme complet du colloque.
Disponible ici la fiche d’inscription au colloque: les inscriptions continueront jusqu’au jour même du colloque.
Contacts du comité d’organisation