Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Cycle de Conférences – Perspectives en santé « Savoirs en tension », Lausanne

Perspectives en santé « Savoirs en tension »

CYCLE DE CONFÉRENCES
31 MARS, 21 AVRIL ET 2 JUIN 2020

Haute École de Santé Vaud, Lausanne

Ces rencontres visent à favoriser les échanges entre expertises scientifiques et cliniques et s’adressent à la fois aux chercheur.e.s, enseignant.e.s, professionnel.le.s du champ de la santé, étudiant.e.s et au grand public.

Inscription: La participation est gratuite, mais l’inscription est souhaitée www.hesav.ch/set

Lieu: Auditoire F. Wavre – HESAV, Av. de Beaumont 21, 1011 Lausanne
Accès: Transports publics : métro M2 arrêt « CHUV ». Voiture : autoroute sortie « Lausanne-Vennes/Hôpitaux », descendre la route de Berne et suivre les indications « CHUV ». Parking payant. Indications depuis l’entrée principale du CHUV

Présentation:

Ce premier cycle de conférences est consacré aux rapports, tensions et articulations entre différents types de savoirs en santé. Nous y interrogeons les formes de légitimation mais également de (re)mise en question des connaissances et des pratiques, dans les relations entre les professionnel.le.s et les malades/patient.e.s et plus largement dans le champ de la santé et du soin. Savoirs académiques et pratiques sont mis en dialogue et chaque conférence est suivie d’une discussion initiée du point de vue de la clinique.
Les conférences seront suivies d’un apéritif.

Programme:

  • 31 mars 2020 – 17h – 18h30, Auditoire F. Wavre
    « Inégalités épistémiques »

Cette première conférence aborde la question de la structuration des rapports sociaux par et avec les connaissances. Après avoir dressé un panorama des inégalités d’accès aux connaissances (entre régions du monde et genre notamment), la conférence se focalise sur les enjeux liés aux inégalités épistémiques dans le milieu de la santé mentale.

Intervenant: Baptiste Godrie, sociologue et chercheur, directeur scientifique intérimaire du Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS), Professeur associé, Université de Montréal.

Discutante: Virginie Stocco, assistante HES, filière Soins infirmiers, HESAV.

  • 21 avril 2020 – 17h – 18h30, Auditoire F. Wavre
    « Associations de patient.e.s, panorama des rapports à l’expertise médicale »

Quels sont les rapports des patient.e.s aux pratiques médicales et à l’expertise scientifique ?
Cette conférence vise à dresser un panorama des formes connues d’associations de patient.e.s qui interviennent dans le champ de la recherche et des pratiques médicales. Nous nous intéresserons à la manière dont internet, en formant un lieu de débats et d’échanges entre patient.e.s, contribue à la construction et la diffusion d’une expertise expérientielle.

Intervenante: Madeleine Akrich, sociologue et directrice de recherche, Centre de sociologie de l’innovation (CSI), Mines ParisTech.

Discutante: Virginie Stucki, ergothérapeute et anthropologue, Professeure à la HETSL | HES-SO.

  • 2 juin 2020 – 17h – 18h30,  Auditoire F. Wavre
    « Rejet de l’expertise médicale : les anti-vaccins et les anti-pilules »

La dernière conférence du cycle aborde les rejets et mises en cause de l’expertise et du contrôle sur les corps par la médecine à partir des débats anti-vaccins et anti-pilules. Les échanges portent à la fois sur le contenu et l’argumentation de ces discours, mais aussi sur les modalités de leur diffusion.

Intervenant.es:  Alexandra Afsary, assistante diplômée, STSlab, Université de Lausanne.
Jeremy K. Ward, chercheur, GEMASS (CNRS, Université Paris-Sorbonne) et Vitrome (IRD, Aix-Marseille Université, IHU Med Infec).

Discutante: Maria-Pia Politis-Mercier, maître d’enseignement, filière Sage-femme, HESAV.

 

Téléchargez le programme: HESAV_Savoirs_en_tension

Organisation:
HESAV – Haute École de Santé Vaud
Mathieu Arminjon, Audrey Linder, Iris Loffeier et Célia Poulet

 

 

Categories
appels à candidature Emploi

Poste à pourvoir immédiatement

Chargé(e) d’études 1ère catégorie Catégorie A – CDD de 3 mois (ou CDD de 6 mois à mi-temps)

Descriptif de la structure :
L’Institut National d’Etudes Démographiques (INED), établissement public à caractère scientifique et technologique (EPST) a pour mission de mener des recherches sur les différentes problématiques démographiques (fécondité et famille, santé et mortalité, migrations, etc.) et d’informer le public sur les évolutions en cours. Pluridisciplinaire par son recrutement comme par les recherches menées, l’INED accueille 250 agents, de nombreux chercheurs associés, des invités étrangers, des doctorants et des contractuels.

Descriptif du poste – missions :
Le / la chargé.e d’études effectuera un travail préparatoire à la mise en place de la prochaine enquête nationale Ined-Inserm fécondité. Le travail se concrétisera par la production d’un rapport de synthèse
bibliographique identifiant les thématiques émergentes actuellement dans le domaine de recherche visé par l’enquête, en particulier sur les pratiques contraceptives, en France et à l’international.

Profil recherché :
Le / la candidat. e devra justifier d’un Doctorat en sociologie, ou en démographie, ou en santé publique ou disciplines connexes. Possibilité de candidater pour un doctorant en fin de thèse recherchant un contrat à mi-temps.

Expérience et compétences :
– Une expérience solide de recherche dans le domaine des pratiques contraceptives en France avec une approche quantitative.
– Connaissance de l’anglais indispensable (bonne compréhension écrite).

Modalités du contrat :
CDD de 3 mois à temps plein. Le poste est également envisageable dans le cadre d’un CDD à mi-temps sur 6 mois.

Ce poste est à pouvoir immédiatement.

Lieu d’exercice :
INED, 133 Bd Davout, 75020 Paris

Contact :
Merci d’envoyer votre candidature (CV, lettre de motivation, mémoire de doctorat et 2 publications) sousb la référence « chargé.e d’études enquête fécondité » aux deux adresses email suivantes :

– roche@ined.fr

arnaud.regnier-loilier@ined.fr.

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire de recherche « Technologies reproductives et d’enfantement: Risques, marchés, régulations, violences », Programme 2017-2018, EHESS Paris

SÉMINAIRE DE RECHERCHE « TECHNOREP »
EHESS – 2017-2018

Technologies reproductives et d’enfantement : Risques, marchés, régulations, violences

2e lundi du mois de 13 h à 16 h, du 13 novembre 2017 au 11 juin 2018, à l’Ehess, 105 bd Raspail, 75006 Paris, salle 13.

Argumentaire:

De la conception à l’accouchement en passant par la grossesse, le progrès médical est parvenu à orienter voire façonner en profondeur le  processus d’enfantement dans les sociétés contemporaines, par le biais d’une part des innovations « révolutionnaires » ou de rupture telles que  la PMA-GPA (qui a détaché l’embryon de l’utérus), le diagnostic prénatal (qui a rendu le fœtus « maîtrisable ») ou la contraception hormonale,  et d’autre part, par des technologies, instruments ou médicaments qui, bien que plus anciens ou conventionnels, déplacent eux aussi les frontières entre le naturel et l’artificiel, le moderne et l’archaïque, le biologique et le médical (échographie, césarienne, péridurale). Au croisement des études sociales et culturelles des techniques, de la sociologie de la médicine, et des études sur le genre, ce séminaire de recherche vise à décrypter ces nouveaux paysages reproductifs et d’enfantement modelés par la médecine  à partir de quatre axes principaux. Nous aborderons les trajectoires sociohistoriques de ces différentes techniques, en traçant les continuités, les complémentarités, ou au contraire les concurrences entre elles, et ce dans l’objectif de saisir les voies à travers lesquelles elles se sont généralisées ou rendues « acceptables », souvent de façon cumulée. Nous analyserons les régulations nationales et internationales dont ces innovations font l’objet depuis les dernières décennies, redessinant par là de nouveaux rapports, institutionnels, à la maternité/parentalité,  au genre, au corps, au biologique, au risque, ou encore à l’handicap. Nous passerons au crible les marchés et les logiques industrielles dont elles relèvent et les formes de gouvernement économique  qu’elles donnent à voir. Nous étudierons enfin les critiques ou controverses publiques qu’elles suscitent en termes non seulement éthiques, mais aussi épistémologiques (savoirs féministes/profanes vs savoirs médicaux), sanitaires (e.g. risques iatrogènes de la FIV ou de la pilule contraceptive), et politiques (e.g. débats autour de la place accordée au travail reproductif, aux liens biologiques, ou encore à la sécurité dans les sociétés productivistes et du risque).

Programme:

13  Novembre – De l’accouchement fordiste aux violences obstétricales ? Perspectives anthropologiques et féministes

Marie-Hélène Lahaye (Juriste et auteure féministe), Autour de Accouchement: les femmes méritent mieux (à paraître aux Editions Michalon, 2018)

Mounia El Kotni (University at Albany, Suny), Application de la loi sur les violences obstétricales au Mexique : pour une perspective anthropologique critique du consentement 

11 Décembre – Grossesses imparfaites : histoire et sociologie des techniques de diagnostique d’handicap

 Ilana Löwy (Cermes3), autour de son dernier ouvrage Imperfect Pregnancies. A History of Birth Defects and Prenatal Diagnosis (John Hopkins, 2017)

Isabelle Ville (CEMS-Inserm), Les pratiques de diagnostic prénatal. Ce que les techniques font au care

8 Janvier – Epidémies de césariennes : enjeux Nord-Sud

 Clémence Schantz Inguenault (IRD) : Déconstruire la demande de césarienne à Phnom Penh, Cambodge

Chiara Quagliariello (CEMS/Ehess) : Accouchements déterritorialisés et recours à la césarienne: histoire de la naissance à Lampedusa (Italie)

12 Février –Techniques d’aide à la procréation : entre science et marché

 Anne-Sophie Giraud (Queen Mary University of London), « Safe, reliable and efficient »: interroger la notion d évidence à travers le cas du Time-Lapse en FIV

Virginie Rozée (INED), Les paradoxes genrés de la gestation pour autrui en Inde.

12 Mars – Gouverner l’accouchement par le risque et par le droit

 Solène Gouilhers (Université de Lausanne), Gouverner l’accouchement par le risque : cartographie des surveillances, de l’hôpital au domicile, en Suisse

Marianna Marques Pulhez (Universidade Estadual de Campinas), Les défis de la construction de la catégorie de Violence Obstétricale au Brésil

9 Avril – Travail reproductif et féminisme

Laëtitia Negrié et Béatrice Cascales (auteures), autour du livre L’accouchement est politique (Eds. L’Instant Présent, 2016)

Marie Mathieu (Cresppa), L’encadrement institutionnel de l’avortement en France et au Québec. Des théâtres de la bienveillance aux scènes de l’ambivalence.

14 Mai –  Technologies d’infertilité : débats et régulations

 Kylie Baldwin (De Montfort University), Individualising gendered fertility risk: the case of new fertility monitoring and extension technologies

Sezin Topçu (Ehess), Rupture or Continuity? Surrogacy Debate and Technological Motherhood in Turkey

11 Juin – Matières reproductives et bio-économies

Séance en cours de programmation

 

Programme téléchargeable ici: programme séminaire Technorep, 2017-18

 

Renseignements et inscription

 Ce séminaire de recherche mensuel s’adresse aux étudiant.e.s en master (M1-M2) et aux doctorants, ainsi qu’aux collègues-spécialistes. Il est également ouvert aux auditeur.ices libres.

Pour vous inscrire au séminaire (et le valider si vous êtes masterant.e), merci d’envoyer un mél à : chiara.quagliariello@ehess.fr.

Pour les modalités de validation et le rendu final, merci de contacter: sezin.topcu@ehess.fr, chiara.quagliariello@ehess.fr, lowy@vjf.cnrs.fr.

Site web du séminaire :  https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/1649//

Pour suivre les actualités du projet ANR Hypmedpro (et du séminaire) : https://hypmedpro.hypotheses.org/about

 

Responsables:

Sezin Topçu, chargée de recherche au CNRS (IMM-CEMS-EHESS)
Chiara Quagliariello, postdoctorante au CEMS (IMM-EHESS)
Ilana Löwy,  directrice de recherche à l’INSERM (CERMES3)

 

 

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque « Genre et Contraception : quelles (r)évolutions ? », 18 et 19 décembre 2017, Paris

Pour célébrer le cinquantième anniversaire de la légalisation de la contraception en France (adoption de la loi Neuwirth le 19 décembre 1967), les membres du Laboratoire Junior Contraception&Genre (Cité du Genre, HALL USPC) organisent, en partenariat avec l’Institut National d’Études Démographique (Ined), un colloque international intitulé :

« Genre et Contraception : quelles (r)évolutions ? »

Invitées en sessions plénières :

  • Elizabeth Watkins (Université de Californie, États-Unis d’Amérique)
  • Nelly Oudshoorn (Université de Twente, Pays-Bas)
  • Françoise Vergès (Collège d’études mondiales, France)
  • Diana Greene Foster (Université de Californie, États-Unis d’Amérique)

Ce colloque aura lieu les 18 et 19 décembre à Paris, dans les locaux de Sciences Po (28 rue des Saints Pères et 56 rue Jacob) et à l’Université Paris Descartes (45 rue des Saints Pères). Consultez la carte

L’entrée est gratuite, mais l’inscription est obligatoire (dans le cadre du plan Vigipirate), dans la limite des places disponibles : https://www.ined.fr/fr/actualites/rencontres-scientifiques/seminaires-colloques-ined/genre-contraception-quelles-r-evolutions/#contact_rub

Le programme est disponible ici.

Plus d’informations sur : www.contraceptiongenre.wordpress.com

 

Le Laboratoire junior « Contraception & Genre » de la Cité du Genre USPC est membre d’EFiGiES et du Réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société (RJCSS) www.contraceptiongenre.wordpress.com  contraception.genre@gmail.com

Le laboratoire junior « Contraception & Genre » est composé de :
Julie Ancian (EHESS, Iris, Cermes3, ED286)
Mona Claro (Ined-EHESS, Iris, Cems, ED286)
Leslie Fonquerne (UT2J, CERTOP, TESC)
Cyrille Jean (ED234, SciencesPo-CHSP-EA113)
Aurore Koechlin (Paris I, Cetcopra, ED philosophie)
Mireille Le Guen (IRD, Ceped, Inserm-Cesp, Ined, EDSP)
Alexandra Roux (EHESS, Cermes3, Inserm-Cesp, ED286)
Mylène Rouzaud-Cornabas (Inserm-Cesp, SciencesPo-CSO, EDSP)
Cécile Thomé (EHESS, Iris, ED286)
Cécile Ventola (Ined)

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire 2017-2018 « Santé et sexualités » – Quand la médecine croise l’intime : nouvelles normes et enjeux contemporains, Bruxelles

Séminaire mensuel de l’Observatoire du sida et des sexualités
www.observatoire-sidasexualites.be/seminaire

Lieu: Bruxelles, Université Saint-Louis, 43 boulevard du Jardin Botanique, Salle des examens.

Présentation générale

Ce séminaire de recherche interdisciplinaire a pour objectif d’approfondir les interactions (et parfois les écarts) entre les questions de santé et de sexualité, notamment à partir de la notion de santé sexuelle.

L’une des spécificités de la recherche sur le VIH/sida est d’avoir, dès le départ, essayé de penser ensemble les enjeux de sexualité et de santé, en y ajoutant de surcroît une perspective éthique de droits du patient et de lutte contre les discriminations et la stigmatisation. L’un de ses écueils est sa tendance à n’envisager les sexualités qu’à travers ce prisme de santé publique ou de promotion de la santé.

Ce séminaire veut donc réfléchir à ces relations, en faisant connaître les recherches en sciences sociales les plus récentes à ce sujet. En effet, les approches de sciences sociales sur les questions de santé sont encore souvent délégitimées au profit des approches biomédicales. Or ce champ particulièrement dynamique permet de saisir d’autres enjeux, notamment les dimensions sociales, politiques et subjectives de la santé et des sexualités. Ce séminaire veut donc relancer le dialogue entre champs de recherche, disciplines, professionnels et militants, tout en offrant une actualisation des connaissances à partir de la confrontation de points de vue issus de champs différents.

Programme

24.10.2017 • 18H – 20H30
LA SANTÉ SEXUELLE : HISTOIRE DU CONCEPT ET APPROCHE CRITIQUE
ALAIN GIAMI, Institut national de la santé et de la recherche médicale
La stratégie nationale de santé sexuelle en France : de l’émergence d’une notion à la mise en place d’un dispositif politique de santé publique
BRENDA SPENCER, Institut universitaire de médecine sociale et prévention
Prestations en santé sexuelle et reproductive : quel impact des représentations du genre ?

16.11.2017 • 14H – 16H30
LE TRAITEMENT PRÉVENTIF DU VIH (PREP) CHEZ LES GAYS ET LES MIGRANTS : QUELS ENJEUX?
VINH-KIM NGUYEN, Institut des hautes études internationales et de développement
Pour une histoire de la fin du sida: perspectives anthropologiques sur la PrEP
LAURE HADJ, Université de Picardie
De l’acceptabilité à l’accès à la PrEP chez les migrants originaires d’Afrique subsaharienne installés en Ile-de-France

18.12.2017 • 19H – 22H
SÉANCE SPÉCIALE AUTOUR DU FILM « 120 BATTEMENTS PAR MINUTE »
Projection du film en présence du réalisateur Robin Campillo
(sous réserve).
CHRISTOPHE BROQUA, Institut de hautes études internationales et du développement
Ce que montre et ne montre pas 120 battements par minute

30.01.2018 • 14H – 16H30
FILIATION, GENRE ET SEXUALITÉ À TRAVERS LA PMA ET LA GPA
MARTA ROCA I ESCODA, Université de Lausanne
La procréation partagée comme modalité d’entrée en parenté des couples lesbiens en Catalogne
JÉRÔME COURDURIÈS, Université Toulouse Jean Jaurès
Ce que fait la gestation pour autrui aux conceptions de la parenté et de la sexualité reproductive. L’exemple français

27.02.2018 • 14H – 16H30
SEXUALITÉ, GENRE ET CONTRACEPTION
CÉCILE THOMÉ, École des hautes études en sciences sociales
« Jouir sans entraves » ? Analyse des effets sur la sexualité de la féminisation de la contraception
CÉCILE VENTOLA, Institut national d’études démographiques
La place des représentations professionnelles du genre et de la sexualité dans les recommandations contraceptives : une
comparaison France/Angleterre

13.03.2018 • 14H – 16H30
LES TRAJECTOIRES ET ENGAGEMENTS DES FEMMES SÉROPOSITIVES
VANESSA FARGNOLI, Université de Genève
« Mourir du regard des autres » : expériences et perceptions du stigma de femmes séropositives ordinaires en Suisse romande
MARJORIE GERBIER-AUBLANC, École des hautes études en sciences sociales
Sexualité et recomposition des rapports de genre : trajectoires féminines et discours ordinaires dans les associations d’Africain.e.s vivant avec le VIH en France

24.04.2018 • 14H – 16H30
LES PARCOURS TRANS’ : ENJEUX DE SANTÉ ET DE SEXUALITÉ
EMMANUEL BEAUBATIE, École des hautes études en sciences sociales
Parcours trans’, sexualités et rapports au risque d’infection par le VIH
KARINE ESPINEIRA, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
Transidentités : études de cas ou parias ? Processus croisés liés à la sexualité et au genre

29.05.2018 • 14H – 16H30
SANTÉ ET SEXUALITÉS EN PRISON (ET À LA SORTIE)
MEOÏN HAGÈGE, Institut national d’études démographiques
Sortir de prison avec le VIH ou une hépatite C, un processus d’ajustements pluriels
GWENOLA RICORDEAU, California State University
Penser la sexualité en prison

19.06.2018 • 18H – 20H30
MULTIPARTENARIAT : INFIDÉLITÉ ET ESPACES DE NÉGOCIATION
MARIE-CARMEN GARCIA, Université Paul Sabatier Toulouse III
La sexualité à l’épreuve de la clandestinité. Emancipation et « prises de risques »
CATHERINE DESCHAMPS, ENS d’Architecture de Paris Val-de-Seine
Instrumentaliser le VIH pour séduire et draguer dans l’espace public

Téléchargez le programme ici:  seminaire-sante-et-sexualite-programme

 

Coordination scientifique: Charlotte Pezeril
Organisation: Delphine Metten
Soutien:  Réseau Interdisciplinarité et Société (RIS)

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Prolongation de l’appel à communications – Colloque « Genre et contraception : quelles (r)évolutions ? » 18 et 19 décembre 2017, à Paris (France)

Colloque organisé à l’occasion des 50 ans de la loi Neuwirth par le laboratoire junior Contraception & Genre (Cité du Genre, HALL USPC)
18-19 décembre 2017, Paris (France)
Appel à communications prolongé jusqu’au 15 juillet 2017

 

Il y a 50 ans, le 19 décembre 1967, était finalement adoptée en France la loi Neuwirth légalisant l’usage de la contraception. Au cours de cette même décennie, les nouvelles méthodes médicales de régulation des naissances, comme la pilule hormonale ou le dispositif intra-utérin, commencent à être diffusées en France et dans d’autres pays du monde. Souvent appréhendé comme une révolution, notamment pour l’autonomie corporelle des femmes, ce changement a permis une maîtrise sans précédent des conséquences procréatives de la sexualité et a induit des recompositions majeures des normes de fécondité, de sexualité et de genre. Ces évolutions n’ont toutefois pas toujours été libératrices, et ont parfois pu constituer un moyen de coercition dans le cadre de politiques de limitation des naissances, aussi bien dans les pays dits « en développement », que dans certaines populations des pays dits « développés » (à l’instar des classes populaires en Angleterre).
L’objectif du colloque « Genre et contraception » est de revenir sur ces «(r)évolutions» en proposant de faire un état des lieux des savoirs et d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche sur les multiples enjeux des pratiques contraceptives et abortives, dans une perspective de genre et en prenant en compte l’imbrication avec d’autres rapports de domination (classe, race, âge, handicap). Il vise la mise en commun des travaux des multiples disciplines qui s’intéressent à la contraception (démographie, sociologie, histoire, anthropologie, sciences politiques, épidémiologie, etc.).

MODALITÉS DE PARTICIPATION
Le colloque organisé à l’occasion du 50e anniversaire de la loi Neuwirth a pour objectif de rassembler un large panel de disciplines afin de produire un état des lieux des savoirs sur les enjeux relatifs à la maîtrise de la fécondité (contraception et avortement), qu’ils soient politiques, sociaux, sanitaires ou sexuels en France, comme dans d’autres contextes géographiques. Les approches comparatives, ou les communications adoptant une perspective transnationale seront également appréciées.
Cet appel invite à des communications en français ou en anglais à partir de recherches universitaires ou non, et s’adresse aux chercheur·e·s, mais aussi aux professionnel·le·s, militant·e·s ou membres d’associations concerné·e·s par la thématique. Les communications de jeunes chercheur·e·s (masterant·e·s, doctorant·e·s) sont particulièrement bienvenues.

La date limite de soumissions des propositions de communications est prolongée jusqu’au 15 juillet 2017. Les propositions doivent être envoyées à contraception.genre@gmail.com.

Les propositions (3000 à 5000 signes) devront comporter le titre de la communication, les nom et prénom, le statut, la discipline et l’institution de rattachement du ou de la communicant·e, ainsi qu’une adresse email. Les propositions seront évaluées anonymement par les membres du comité scientifique.

Télécharger l’appel à communication  complet en Français : AAC_colloque_Genre_et_Contraception3

Download the call for papers in English: CallForPapers_Gender_Contraception_conference3