Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication Non classé

Appel à communication: Gouverner les corps et les conduites

Colloque organisé par: Réseau Jeunes chercheurs en sciences sociales sur le VIH/Sida & Groupe Traitements et Contraintes
Date colloque:  15 et 16 octobre 2020
Lieu: ENS, Lyon

« Gouverner par » les instruments, les nombres, l’écoute, les cartes, les finances publiques, les labels, les accommodements, les fichiers, les honneurs, la science, la proximité, le temps, les prix Le chantier de la “gouvernementalité” ouvert par Michel Foucault (2004) a suscité de nombreux développements théoriques dans diverses disciplines (Berlivet, 2013), qui en révèlent toute la dimension heuristique pour les sciences sociales. Seize ans après Le gouvernement des corps (Fassin & Memmi, 2004), ce colloque vise à réinterroger les usages de cette notion permettant d’analyser des phénomènes sociaux. Alors que le « gouvernement de » insiste sur l’objet gouverné (ou à gouverner), et crée donc une dichotomie entre gouvernant.e.(s) et gouverné.e.(s), « gouverner par » porte davantage sur les instruments d’évaluation mobilisés comme techniques de gouvernement, créateurs de normes et, par opposition, de déviances à l’ordre instauré. Il s’agit de questionner la manière dont les sciences sociales mobilisent et se réapproprient ces deux faces de la notion. Ce colloque propose d’en éclairer les enjeux selon les ancrages disciplinaires et théoriques, les échelles d’analyse, les objets d’étude, les espaces et les temporalités (politiques, institutionnelles, historiques, de la recherche…).

Axes:

1. Permanences et mutations d’un dualisme gouvernants/gouvernés

Un premier axe de réflexion vise à interroger la permanence d’un dualisme strict entre « gouvernants » et « gouvernés ». Ces deux pôles ne peuvent-ils pas être plutôt saisis par leurs mutations et leurs dynamiques ? Parce qu’« il n’y a pas de pouvoir mais des rapports de pouvoir » (Foucault, 2004), la perspective foucaldienne remet en question cette opposition et permet d’en penser la réversibilité ou du moins l’ambivalence. Les communications pourront réfléchir aux usages et mobilisations hétérogènes de ces concepts, ainsi qu’aux enjeux de la caractérisation des réalités étudiées : doit-on, par exemple, parler de gouvernants/gouvernés ou de dominants/dominés (Bourdieu, 1980) ? Cette interrogation s’avère particulièrement productrice de sens si l’on tient compte du contexte néolibéral dans lequel elle s’insère (Dardot & Laval, 2010) et des redistributions ou dépossessions opérées dans les rapports de pouvoir et entre les individus (Laval, 2018 ; Biland, 2019). Les modalités de la relation entre gouvernants et gouvernés peuvent également s’appréhender à partir des instruments de l’action publique (Dubuisson-Quellier, 2016) en ce sens qu’ils sont « porteurs de valeurs, nourris d’une interprétation du social et de conceptions précises du mode de régulation envisagé » (Lascoumes & Le Galès, 2004). Il s’agira d’interroger leur place et leur pluralité dans la conduite de l’action publique.

2. Catégoriser, quantifier, évaluer

Une deuxième piste de réflexion s’articule autour des catégories, des procédures et des instruments employés, à différentes échelles, pour quantifier, classer et évaluer les corps et les conduites. Les propositions de communication pourront porter sur le déploiement d’indicateurs visant à évaluer les dispositifs de politiques publiques, comme l’Hôpital (Bertillot, 2018) ou l’Université (Eyraud & al., 2011 ; Brusadelli & Lebaron, 2012). À une autre échelle, elles pourront questionner la façon dont les individus se saisissent eux-mêmes d’indicateurs et d’instruments, afin de s’auto-mesurer, se comparer, se transformer (Dagiral & al., 2019a ; Dagiral & al., 2019b ; Dalgalarrondo & Fournier, 2019 ; Illouz, 2019). Les propositions de communication pourront également interroger la performativité de catégories, de pratiques de quantification et de classements (Desrosières & Thévenot, 1988 ; Hacking, 1995 ; Baudot, 2016; Trachman & al., 2018) ou, à l’aune de nouveaux objets d’étude, prolonger les réflexions sur le double enjeu des statistiques comme outil de preuve et outil de gouvernement (Desrosières, 2014). Enfin, en prenant le contre-pied des propositions précédentes, des contributions pourront s’intéresser à ce qui échappe à ces pratiques de catégorisation et de quantification, à ce que l’on (se) refuse de compter, à ce que l’on n’imagine pas évaluer, à ce que l’on évite de nommer.

3. Se dire ou être dit : une injonction à la mise en récit de soi

Ce troisième axe de réflexion porte sur les récits de soi sollicités par les institutions. Il s’agit de prolonger les réflexions engagées sur l’avènement d’une société biographique dans laquelle les individus sont tenus de se raconter (Darmon, 2008 [2003] ; Memmi, 2003 ; Fassin & Memmi, 2004) et, s’ils souhaitent accéder à des prestations sociales, d’insérer leurs récits dans des rhétoriques, comme le « mérite » (Fassin, 2001), l’ « autonomie » (Lahire, 2007 [2005]) ou le « projet » (Boltanski & Chiapello, 1999 ; Cayouette-Remblière, 2016 ; Mahi, 2018). Ces « injonctions biographiques » (Astier & Duvoux, 2006 ; Duvoux, 2009) sont au fondement de nombreuses politiques sociales et traversent ainsi une pluralité de scènes dont il s’agirait de poursuivre l’exploration. Comment ces injonctions au récit sont-elles intériorisées ou mises à distance par les usagers (et/ou réciproquement par les agents institutionnels) au regard de leurs dispositions, de leurs trajectoires sociales ? Les propositions de communication pourront aussi interroger des processus cognitifs engagés par les individus tels que la disposition à la réflexivité (Archer, 2012 ; Coutant, 2008), le développement personnel (Brunel, 2008 ; Marquis, 2015) ou le travail émotionnel (Hochschild, 2017 [1983]).

4.Corps dans les institutions, corps institués

Ce quatrième axe de réflexion vise à décrire la variabilité avec laquelle les individus sont travaillés par les institutions, mais aussi comment ils les transforment en retour. Les communications pourront prolonger les réflexions analysant comment certaines institutions, qu’elles soient « totales » (Goffman, 1961), « disciplinaires » (Foucault, 1975), ou « enveloppantes » (Darmon, 2013), produisent certains corps et certaines conduites. Les communications pourront également interroger la « production du consentement » des individus (Burawoy, 2015) par des institutions où des marges de liberté sont certes négociables mais également prises dans des rapports de pouvoir (Sempé & al., 2007). Par ailleurs, les communications pourront s’attacher à décrire comment certains usagers de ces institutions acquièrent une expertise sur les savoirs dont ils sont l’objet, à l’instar de l’émergence des patients-experts dans le champ du VIH/SIDA (Epstein, 1996 ; Gelly & Pavard, 2016 ; Lochard & Simonet, 2009 ; Barbot, 2002). Enfin, les communications pourront également explorer comment les individus négocient la gestion de leurs insertions sociales en dehors de ces institutions (Baszanger, 1986).

Info pratiques:

Les résumés des propositions de communication, de 500 mots maximum, sont attendus pour le 2 mai 2020 et doivent :
− Comporter un titre ;
− Indiquer le nom du ou des auteur.e.s et de leur(s) institution(s) de rattachement (affiliations complètes) ;
− Préciser le matériau sur lequel s’appuie le propos ;
− Être envoyés à l’adresse suivante : colloque.gouvernement@gmail.com.

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique et les réponses seront envoyées par mail mi-juin 2020.

Pour toute question relative à l’événement ou demande de précisions vous pouvez contacter :
iris.condamine@inserm.fr ou marina.silva.duartee@gmail.com

Comité d’organisation : Cyriac Bouchet-Mayer (SantÉSIH), Iris Condamine-Ducreux
(Cermes3), Laura Delcourt (CeRIES), Marina Duarte (LEGS), Julia Legrand (Cermes3), Lara Mahi (Centre Max Weber), Alexandre Michel (Cermes3), Isaora Rivierez (Cerlis), Théo Sabadel (Triangle).

Comité scientifique : Luc BERLIVET (Cermes3, CNRS), Jean-François BERT (IHAR, Université de Lausanne), Marianne BLIDON-ESNAULT (CRIDUP, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Yasmine BOUAGGA (Triangle, CNRS), Flavien BOUTTET (APEMAC, Université de Lorraine), Christophe BROQUA (Institut des mondes africains, CNRS), Baptiste BROSSARD (College of Arts and Social Sciences, Australian National University), Fanny CHABROL (CEPED, IRD), Gilles CHANTRAINE (Clersé, CNRS), Philippe COMBESSIE (Sophiapol, Université Paris Nanterre), Mathilde DARLEY (CESDIP, CNRS), Christine DETREZ (Centre Max Weber, ENS de Lyon), Eric FASSIN (LEGS, Université Paris 8), Sylvain FEREZ (SantÉSIH, Université de Montpellier), Nicolas FISCHER (CESDIP, CNRS), Virginie GAUTRON (Laboratoire Droit et Changement Social, Université de Nantes), Gabriel GIRARD (SESSTIM, INSERM), Miriam GROSSI (Centro de Filosofia e Ciências Humanas, Universidade Federal de Santa Catarina), Laure HADJ (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne), Marie JAUFFRET-ROUSTIDE (CERMES3, Université Paris Descarte), Martine KALUSZYNSKI (Pacte, CNRS), Frédéric LE MARCIS (Triangle, ENS de Lyon), Stéphane LEROY (ESO, Université d’Angers), Lara MAHI (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Dominique MEMMI (CRESPPA, CNRS), Julie MINOC (Printemps, Université de Versailles Saint-Quentin), Cindy PATTON (Faculty of Sociology and Anthropology, Simon Fraser University), Pascale PICHON (Centre Max Weber, Université Jean Monnet), Sacha RAOULT (LDPSC, Université Aix-Marseille), Ranabir SAMADDAR (Distinguished Chair in Migration and Forced Migration Studies, Calcutta Research Group), Barbara STIEGLER (Sciences Philosophie Humanités, Université Bordeaux-Montaigne), Emmanuel TAÏEB (Triangle, Sciences Po Lyon), Tonya TARTOUR (Centre de sociologie des organisations, Sciences-Po), Gaëtan THOMAS (Centre de recherches historiques, EHESS), Lars THORUP LARSEN (Department of Political Science, Aarhus University), Frieder VOGELMANN (Social Sciences Department, Frankfurt University).

Lien: https://shsvih.hypotheses.org/

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution sur « Ce que les politiques publiques font au(x) corps »

Appel à contribution pour le numéro d’été 2020 (juillet-septembre) de la Revue française des affaires sociales.

Le dossier sera coordonné par Cyrille Delpierre (INSERM), Thibaut de Saint Pol (IDHES) et Aurore Lambert (CESSP, RFAS)

Les articles sont attendus avant le lundi 11 mars 2020.

Cet appel à contribution s’adresse aux chercheurs en sociologie, droit, philosophie, épidémiologie, biologie, science politique, histoire ainsi qu’aux acteurs du champ de la protection sociale et de la santé.

Un format de 45 000 signes maximum est demandé.

Trois axes sont proposés :

·         Épistémologie du corps comme sujet d’action publique

·         Corps normé, corps social, inégalités et politiques publiques

·         Usages et mésusages de la recherche sur le corps dans l’action publique

A cette adresse l’appel à contribution complet

Sont également en ligne une présentation de la revue avec les conseils aux auteurs et les engagements déontologiques à respecter. 

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’études: Corps donné, corps greffé, corps augmenté, 8 novembre 2019, Toulouse

Corps donné, corps greffé, corps augmenté

Vendredi 8 novembre 2019, Université Toulouse Jean Jaurès
Bâtiment Olympe de Gouges, Amphi ODG3

Programme:

9h15-9h30
Introduction de la journée

Jérôme Courduriès, anthropologue, Maître de conférences, Université Toulouse Jean Jaurès, et Anne-Sophie Giraud, anthropologue, Chargée de recherche en anthropologie, CNRS, LISST-Cas (UMR 5193)

9h30-12h30
Présidence Jérôme Courduriès
Qu’est-ce qu’un embryon ? : paroles catholiques et recherche sur l’embryon
Séverine Mathieu, sociologue, Directrice d’études, École Pratique des Hautes Etudes, GSRL (UMR 8582)

Le don d’ovocytes en France : entre impensé du genre et invisibilisation du don
Hélène Malmanche, sociologue, doctorante au CESPRA (UMR 8036)

La greffe d’organes forme-t-elle des personnes « augmentées » ? Le cas de la greffe rénale
Nicolas Peluhet, étudiant en master 2 d’anthropologie, Département d’Anthropologie, Université Toulouse Jean Jaurès.

Discussion

12h30-14h Pause déjeuner

14h-17h
Présidence Anne-Sophie Giraud
Vivre amputé et prothésé : une diversité d’expériences
Paul-Fabien Groud, anthropologue, doctorant, Université de Lyon, CNRS, Laboratoire Environnement, ville, société (UMR 5600)

Oublier le donneur pour mieux accepter le don ? A propos des conditions sociales de la réception d’un don de visage anonyme en France
Marie Le Clainche-Piel, sociologue, ATER, Université Paris 12, CESDIP/CEMS

Face, visage, prothèse : hybridation, vicariance et amplification
Florent Destruhaut, Maître de Conférences des Universités, praticien hospitalier, Université Paul Sabatier Toulouse III / CHU Rangueil

Discussion

Télécharger le programme : Corps donné Corps greffé Corps augmenté

 

Journée d’études organisée par Anne Sophie Giraud et Jérôme Courduriès

Categories
écrits multimédia parution

Parution d’ouvrage: « Corps perdu, corps retrouvé : cohésion, partitions, variétés » 

Numéro 46 de la revue Ateliers d’anthropologie mise en ligne par le LESC .

sous la direction de: Jean-Luc Jamard, Gaëlle Lacaze et Margarita Xanthakou

Presentation:

Ce numéro est consacré à diverses expériences du corps saisi dans ses propriétés concrètes, biologiques, mais aussi du point de vue de ses cadres expérientiels et narratifs, afin d’éclairer ses logiques de recomposition contemporaines et passées. D’où, en variant les cultures, notre quête de corps perdus et retrouvés.

Une première série d’articles discerne dans leurs « Logiques moléculaires/logiques sociales » les effets sur le vivant d’éléments intracorporels ou biochimiques, ainsi que le racialisme contré par les généticiens puis les vues savantes et symboliques sur le sōma en Grèce ancienne.
Une deuxième série, « Corps imposés, corps vécus », traite des discours ou cérémonials par quoi sont fabriqués, affectés les corps avec des corollaires sur divers registres, et les étapes qui, par les corps collectifs ou individuels, scandent l’existence humaine.
« Fables et chimères de la composition », la dernière partie du numéro, propose des réflexions sur quelques propriétés corporelles — fission somatique ou émotionnelle, notamment — qui s’avèrent motifs ou contrecoups de traits idéologiques et comportementaux afférant aux pratiques observées ou aux discours de l’imaginaire.

Au fil du recueil, certains écrits évoquent comment, du biologique au symbolique, différentes étapes de la vie donnent lieu à des acmés dans l’expression des affects. D’autres montrent en quoi le corps morcelé et les discours qui le qualifient étayent plusieurs images et métaphores, des sensations et sensorialités, des maux ou sentiments variables. Les parties et organes du corps offrent des supports pour penser les conceptions de la personne, mais aussi le social, les conflictualités. D’autres encore illustrent les façons dont le corps est stigmatisé, marqué, normé au sein de contextes différents, à partir de matériaux multiples.

Table de matière:

Logiques moléculaires/logiques sociales : substances, organes, variations

La partie initiale de ce recueil aborde le corps à travers l’action d’éléments intracorporels (cellules, embryons, gamètes…), mais aussi par le biais des effets de cette action dans le monde. En allant du plus biologique, qui jamais n’ignore le social, vers le plus culturel, sont examinées en quelques lieux — France, Maroc, Afrique de l’Ouest… — des pratiques pastorales, les PMA au regard des religions, la « racialisation » phénotypique et les modèles variables du sōma en Grèce ancienne.

Corps imposés, corps vécus

Cette partie porte sur les régimes de normativité prescrits par ou pour le corps. Cela, dans des sociétés très diverses : des Suruí amazoniens aux Touareg, aux Kabyles, aux Moose burkinabé, en passant par la Guinée, le Mexique, le Japon… et la Grèce ancienne. Les textes évoquent un corps ouvert sur le monde, avec lequel il entre en résonnance selon des processus métaphorique, métonymique, analogique… L’organisme y est vu comme démembré, variable car relationnel, fragmenté, invisible ou surexposé.

Fables et chimères de la composition

La dernière partie regroupe des textes qui déconstruisent les corps et leurs images. Pareils articles illustrent les façons dont le corps étaye différentes formes de discours et de représentations. Ces écrits concernent l’Europe, le Brésil, les Punu (Congo-Brazzaville), et derechef le Japon, les Touareg, la Grèce ancienne. On y trouve aussi des réflexions sur des œuvres d’imagination, voire de projection du présent — cinéma et littérature « de genre ». L’ensemble dévoile un corps fantasmé, mythique, inventé, repensé.

 

Categories
appel à contribution

AAC Colloque « Ignorance, pouvoir et santé : La production des savoirs médicaux au prisme des rapports de domination »

Colloque à la MSH Paris Nord

21-22 octobre 2019

Appel à communications : ci-dessous le résumé de l’appel et les modalités de soumission des propositions.
L’argumentaire détaillé se trouve en pièce jointe.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à contacter : ignorancecolloque@gmail.com

Résumé :

Ce colloque interdisciplinaire et international porte sur la production de l’ignorance, à partir d’études empiriques sur la thématique de la santé au prisme des rapports sociaux de domination. Il a pour objectif de montrer la richesse et la pertinence de l’étude de la production de l’ignorance pour penser les rapports de pouvoir à l’œuvre dans les mondes de la santé et de la médecine, grâce à la présentation de travaux partant de différents ancrages disciplinaires. C’est la diversité des manifestations de l’ignorance qui nous intéresse ici pour penser ses implications pour les corps et les sexualités : volontaire, organisationnelle, structurelle, ordinaire, etc.

La priorité est donnée aux approches sociologiques, anthropologiques et historiques, mais nous accueillerons aussi des propositions émanant de la géographie, la science politique et la santé publique.

Calendrier :

  • 20 juin 2019 : Date limite de soumission des propositions (500 mots maximum)
  • 30 juillet 2019 : Sélection des communications 
  • 30 septembre : Envoi d’un support de la communication pour la discussion (10 pages maximum)

Les propositions sont à envoyer à : ignorancecolloque@gmail.com

Comité d’organisation :

  • Camille Bajeux (Université de Genève – Institut des Etudes genre)
  • Déborah Guy (EHESS – Iris / Ined) 
  • Anne-Charlotte Millepied (EHESS – Iris / Université de Genève – Institut des Etudes genre)

Comité scientifique :

  • Francesca Arena (Institut Ethique, Histoire, Humanités, Université de Genève)
  • Vincent Barras (Institut des Humanités en médecine, Université de Lausanne)
  • Elizabeth Belmas (Iris, Université Paris 13)
  • Isabelle Clair (Iris, CNRS)
  • Emilie Counil (UR5 – Mortalité, santé, épidémiologie, Ined)
  • Delphine Gardey (Institut Etudes Genre, Université de Genève)
  • Claire Grino (CIERA, Université Lyon 1)
  • Ilana Löwy (Cermes 3, CNRS)
  • Giovanni Prete (Iris, Université Paris 13)
  • Sezin Topçu (CEMS, CNRS)

 

Categories
appels à communication

Appel à communications : Le corps dans tous ses états : le corps en fête dans la bande dessinée.

Colloque international, les mercredi 20, jeudi 21 et vendredi 22 novembre 2019.

Angoulême, CIBDI, Musée de la Bande dessinée.

Les Rencontres d’Angoulême – Penser et comprendre la bande dessinée – 6e édition

Mobiles, animés, bondissants et dansants ! Les corps en liesse se laissent aller tout à leur joie. Ils bougent à l’excès, les traits et les cases contiennent avec peine leur mouvement, ils leur arrivent de dilater leur strip, de s’inviter ailleurs, voire de quitter la planche où ils avaient été assignés. Les corps explosent leurs limites, gesticulent, se tordent de rire et déforment leurs contours sous la poussée de leur énergie communicative. Les visages se fendent sous le rire, on se roule par terre, les personnages hilares s’amusent, exultent, se gondolent, chez Uderzo, Gotlib, Franquin, Mandrika et bien d’autres.

Mais la fête des corps est aussi une expérience collective où s’assemblent familles et groupes, tribus et foules : à l’occasion de bals et de carnavals, de défilés ou de procession, aux concerts, aux matchs, aux spectacles. Ce sont des lieux ettout un calendrier de rituels et de formes collectives qui organisent les expressions de la fête multiples, variées, parfois ambiguës ou incontrôlables. Ainsi, le carnaval par son énergie subversive, la puissance populaire du rire et du travestissement, selon l’analyse célèbre de Bakhtine, sous-tend la fête d’un potentiel et d’une menace proprement politiques. D’ailleurs la fête peut être sombre aussi, et les bacchanales se transformer en Sabbat, nuit des Walpurgis, danse macabre et autres fêtes noires et inversées, révélant alors tout un monde terrifiant de contre-valeurs que la liesse négative vient célébrer.

La fête relève aussi du contrôle social ou du rite d’intégration. Les charivaris, qui mobilisaient le plus souvent un groupe de jeunes gens, chantant, frappant sur toutes d’instruments, ou des enfants organisant une ronde à la lisière d’une forêt, à l’instar du manga de Maki Sasaki (2018), et le bizutage abordé dans une série comme Hell scholl, de Benoît Ers et Vincent Dugommier, donnent à la fête une singulière coloration. Dans d’autres albums, les participants finissent par se trouver un mauvais objet, et la fête dégénère, ressemble à la curée contre un personnage, devenu le bouc émissaire, dans des cris de joie. Dans Le révérend, dû à Lylian et Augustin Lebon, le « traqueur devient traqué », et les corps des poursuivants sont animés par une joie morbide à l’idée de s’emparer du corps d’Angus. Le corps festif est celui aussi du spectacle des exécutions ou de la participation à un massacre, réunissant acteurs et spectateurs. L’euphorie des vainqueurs foulant le corps des vaincus apparaît dans de nombreuses cases.

Les corps en fête sont encore ceux qui, dans Alix ou dans Astérix, participent à des orgies. Ailleurs, les scènes de ripaille et de beuveries sont présentées aux lecteurs. Les saturnales de chair et d’alcool transgressent les codes et les normes. Plus généralement, sont proposées des cases où les estomacs se gonflent et l’ivresse vient. La bande dessinée dite érotique, mais aussi de nombreuses cases enclavées dans des récits qui ne sont pas faits une spécialité des corps entremêlés et des perversions sexuelles, assurent le sacre de la fête amoureuse et sensuelle, comme dans L’ivresse du poulpe (2016 pour la deuxième édition) où le corps du personnage féminin, Jeanne Picquigny, est empli de tentacules et connaît l’extase.

Le corps en fête est également celui qui se transforme, passe d’un état à un autre, comme plusieurs des personnages de The Avatar and the Chimera (1978) ou de ceux croisés par Philémon. La couleur criarde, à la manière d’Alberto Breccia, y aide. L’activité onirique autorise toutes sortes de transformations corporelles et festives. La vie quotidienne, constituée de moments successifs, connaît des instants d’allégresse. La série des Déblok de Florence Cestac, en particulier Poilade de Déblok aux éclats de rire (1 997), l’atteste. Dans L’Hiver du dessinateur, de Paco Roca, vingt-deux cases continues célèbrent, au moment du déjeuner, la fête du corps et de l’esprit. Les sociabilités festives, profanes et banales, sans autre visée que de se retrouver, ne sont pas ignorées.

Les fêtes religieuses et les fêtes païennes organisent le corporel, par le biais de liturgies, de cérémonies, de processions. Les Fêtes himalayennes (2019), les costumes des Picaros, les divertissements des Sélénites, que les héros de Cape et de crocsrencontrent sur le satellite de la Terre, en constituent quelques exemples. Il ne faudrait pas oublier les fêtes officielles où les corps disciplinés sont appelés à se mouvoir. Nulle transgression n’est tolérée, si ce n’est l’exultation des spectateurs en guise d’adhésion. L’instrumentalisation de la fête dans les régimes autoritaires ou totalitaires est très éloignée des manifestations ludiques. L’événement festif ne tolère pas l’écart. Une bande dessinée, signée Ulysse Gry et Gaspard Gry, publiée par Presque Lune, met en scène un coup d’État dans un monde peuplé de pièces d’échecs. Une tour noire organise un grand rassemblement dans une cathédrale, il s’agit de « trouver la force de marcher droit sur le grand échiquier ».

Le corps fait la fête, il s’éclate au point que c’est un discours graphique protéiforme qui qualifie cette expression du sujet euphorique ou hystérique dans la bande dessinée et que l’on se propose d’analyser à l’occasion de ce colloque. Cette 6e édition des Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinée intéresse, dans une perspective résolument pluridisciplinaire, l’historien comme l’esthéticien, le sociologue comme le sémioticien, l’historien de l’art comme le psychologue, l’anthropologue comme le philosophe… et invite autour de l’étude d’auteurs, d’albums et de séries, de périodes et de genres (comicsmangas, roman graphique) à examiner toute la fécondité du thème des expressions du corps en fête dans la bande dessinée.

Pour traiter du corps festif, trois entrées sont à privilégier. Sans doute faut-il prêter une attention particulière aux lieux. Des espaces semblent plus propices pour accueillir les corps en fête, la salle de banquet antique, la taverne, le saloon, la salle de réception, l’avenue attendant une parade, le parc où un feu d’artifice va être tiré, le festival où les corps se déhanchent et s’exhibent… Il convient également de s’attacher aux personnages. En effet, si le roman visuel de Martin Vaughn-James La Cage(1975 et 1986) a procédé à « l’élimination du personnage », un dessinateur comme Miguel Egaña, à la manière d’un prestidigitateur, fait disparaître le décor. Le mobilier, les rues et les immeubles sont escamotés. Le corps des personnages y est souvent à la fête. L’un d’eux, affublé d’ailes, semble suspendu dans les airs, il promène en laisse un animal de compagnie qui n’est autre qu’une poule. De la sorte, dans certains romans graphiques la tentation est manifeste de conter et d’imaginer de nouvelles formes de corps festifs que l’on retrouve aussi bien chez Winsor McCay que dans l’œuvre de Moebius. Après le cadre, après les acteurs de la fête, il sera opportun de s’arrêter sur les circonstances festives. Les Rigoles, de Brecht Evens, aquarelles enjouées et mouvantes, reflets de la situation et des états d’âme, sont une sorte d’ode désenchantée à la fête : comment s’amuser dans la nuit parisienne au gré des rencontres. Les corps s’agitent, expérimentent, s’immobilisent, se perdent dans une double page.

Les rencontres d’Angoulême sont co-organisées par l’Université de Poitiers (MSHS, Criham, Forellis….), la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’image, le Pôle Image Magelis, avec la participation de l’École Européenne Supérieure de l’image, du CPER Insect, du Grand Poitiers, du Grand Angoulême et de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les propositions de communications (1500 signes) et une courte notice bio-biblio (500 signes) sont à adresser, avant le 29 avril 2019, à Frédéric Chauvaud frederic.chauvaud@univ-poitiers.fr et à Denis Mellier denis.mellier@univ-poitiers.fr.

Les organisateurs prennent en charge les nuitées, les repas, les frais d’inscription et la publication des actes sous la forme d’un véritable livre.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à communication du RT 17: Déclasser par corps ? Classements, déclassements sociaux et affects

Réseau thématique 17 : Corps  et sciences sociales

 

Date limite dépôt proposition : 15 février 2019

Date limite dépôt propositions : 10 juillet 2019

 

Gentrification des centres de métropoles et relégation systématique des plus précaires (grâce à un mobilier urbain spécifique, aux entreprises de « ramassage », et aux interdits de mendicité), homogénéité sociale croissante dans les écoles privées, disparition des rares occasions de socialisation à la mixité sociale, qu’elles soient précoces (colonies de vacances et service militaire) ou périodiques (remplacement des salles d’attente dans les gares par des « salons grands voyageurs » réservés, relégation des trains Ouigo dans des gares ad hoc), voire regroupement formel des plus dotés dans des pays-refuges fiscaux : depuis les années 1980, divers travaux ont mis en évidence l’accentuation de la « sécession des riches », – pour parler comme Jérôme Fourquet – et d’une relégation géographique et sociale de toute une partie de la population. L’invisibilisation des handicapés ou la valorisation citadine d’un « jeunisme » festif, marginalise inactifs, malades et vieux, et a intensifié au cœur de nos cités cette mise en ordre sociale.

Par « classement » et « déclassement » – le thème proposé cette année à la réflexion des congressistes de l’AFS – on entendra donc ici essentiellement : mise à l’écart, ségrégation, relégation, atténuation de la mixité sociale. Or, conformément à la vocation du RT 17, nous voudrions penser cette réalité par « corps ».

Notre hypothèse est que cette mise à distance sociale, obligée de s’euphémiser en contexte démocratique, tend à rester le plus souvent implicite en s’imposant silencieusement dans les corps, les espaces et les choses. La question que nous nous posons est à double visée. Elle a une ambition politique : il s’agit de mettre au jour toute la diversité possible des postures et des dispositifs utiles aux classements comme évitement social. Elle a aussi une ambition épistémologique : le corps demeure-t-il aujourd’hui un instrument de lecture particulièrement heuristique à cet égard ? Si oui, dans quelle mesure cela tient-il à cette nécessité, dont nous faisons l’hypothèse, d’euphémisation de la ségrégation sociale et de la relégation dans un contexte démocratique qui, sur le papier, vise l’égalisation des conditions ?

Nous serions particulièrement intéressés par des terrains portant sur le sanitaire et le social, mais cette option ne se veut pas limitative. L’intérêt de ce questionnement est qu’il permettrait de réunir sur ce thème de la mixité à la fois des sociologues de l’urbain, des professions, du corps et de la santé. Au thème du refus de la mixité de classe peut être joint celui, plus large, des « renfermements communautaristes » contemporains.

Classer par corps : les écarts au corps « légitime »

Le point qui suit est beaucoup mieux inventorié. On le sait depuis longtemps, les écarts sociaux se traduisent dans des écarts aux modèles corporels légitimes. Rien de plus  redoutablement « classant » que cette sociologie spontanée qui permet de soupçonner la position de chacun dans l’espace social à l’aune de son hexis corporelle, de la façon dont le corps est placé, tenu, vêtu, « esthétisé ». Produit pourtant d’une construction historique, l’idéal que représente le corps des « dominants » s’impose avec autorité même à ceux dont toute l’existence sociale produit des obstacles à son accession. Cet idéal suscite aussi ses révoltes plus ou moins explicites : comme chez ces femmes qui osent se déclarer publiquement grosses ou poilues, et ceux qui vantent leur consommation de « junk food », celle, de surcroit, qu’on mange avec les mains… Où en est-on aujourd’hui de ces batailles sociales larvaires autour du corps légitime ?

 Des affects liés au déclassement ?

Une dernière voie d’entrée vers ce sujet pourrait être constituée par l’analyse de l’objectivation possible, de ce « classement pratique » par ceux qui en font l’objet et des types de réactions que cela déclenche. Lucidité et fatalisme moroses, mais aussi résistance organisée, rire, colère, mépris, dégoût et haine dirigées contre les « élites », les « gros », les agents de l’Etat, les professionnels du soin, qui sont dans la proximité avec ces populations ? Quelle part joue au juste le déclassement social, réel ou craint, dans la levée d’auto-contrôles jusque-là intériorisés et surveillés ? Assisterait-on de ce point de vue à quelque chose comme des « somatisations » induites par le fait de ne plus être ou de ne plus se sentir à sa place et la crainte de perdre pied socialement ? Quels sont les affects – soit la part « maudite », « mal-dite » – générés par cette insécurité spécifiquement sociale qu’est la peur de la chute et du déclassement ?

Dans un contexte politique où ces affects sociaux se sont mis à s’exprimer plus durement, et où se développent par ailleurs – certes non sans de très fortes errances épistémologiques – une histoire, une sociologie, une anthropologie, voire une science politique des émotions, il est très tentant d’essayer de les objectiver. Là encore un questionnement politique ne permet pas de faire l’économie d’un questionnement épistémologique : car la gageure est énorme tant on avance là en terrain brumeux. Les affects – le terme, parce que plus « somatique », sera en effet préféré ici à celui d’ « émotions » – ont l’inconvénient pour le chercheur d’être peu réfléchis, et par ailleurs fortement polysémiques : tel rire, par exemple, exprime-t-il une distance sociale, un refus de fraterniser ou bien intègre-t-il au contraire rieurs et moqués dans le partage d’une même communauté ? Sans l’explicitation des affects par ceux qui les éprouvent, sans attention extrême aux « contextes » qui leur donnent sens, et surtout aux conditions de recueil de données, leur signification demeure indécidable, ou pour le moins difficile. Il conviendra donc d’être ici très prudents.

Les travaux attendus s’intéresseront donc à toutes les modalités par « corps » de mise à l’écart, de ségrégation, de relégation, d’atteinte à la mixité sociale d’une part, et de l’autre aux éventuels affects que cela suscite. Nous préférerions que ces deux directions de recherche demeurent séparées si possible, dans des propositions différentes, afin de donner à chacune la possibilité de se déployer de manière un peu plus systématique, et avec méthode.

 

Modalités de soumission

L’AFS a mis en place une procédure centralisée de soumission des propositions de communication sur le site.

Les propositions de communication (3000 signes maximum, espaces compris, hors bibliographie) présenteront l’objet de la recherche, le questionnement et la problématique, le terrain, les catégories et la méthodologie utilisée pour le recueil des données (ou à défaut, les corpus systématiques de sources si ce travail n’est pas lié à un terrain) et quelques références bibliographiques.

Les propositions comprendront les éléments suivants :
–  Nom, prénom du/des auteur-e-s
–  Fonction et institution de rattachement
–  Adresse mail
–  Titre de la communication
–  Proposition de communication (3000 signes maximum espaces compris, hors bibliographie)

Les propositions devront impérativement être déposées sur le site de l’AFS (http://afs-socio.fr/rt/rt17/) au plus tard jusqu’au 15 février 2019. Vous recevrez un accusé de réception dans les jours qui suivront.

En cas de problème ou de question, merci de nous contacter aux adresses suivantes en indiquant en objet de votre message : AFS-RT17 congrès 2019:
dominique.memmi@cnrs.frgilles.raveneau@mae.u-paris10.fremmanuel.taieb@sciencespo-lyon.fr

Les réponses seront transmises par courriel mi-mars et les interventions sélectionnées seront inscrites dans le programme que nous vous communiquerons fin avril. Les propositions seront sélectionnées en fonction de leur qualité scientifique et de l’originalité du matériau empirique mobilisé.

Un texte de présentation des communications acceptées (5 pages environ), devra ensuite être envoyé avant le 10 juillet 2019 pour permettre aux discutant-e-s de préparer les sessions.

 

Plus d’informations sur le site: http://afs-socio.fr/appel-a-communication/160/declasser-par-corps-classements-declassements-sociaux-et-affects/

PDF

 

Categories
Colloque Evènements scientifiques Journée d'étude

Colloques et journée d’étude « Corps et prothèses : vécus, usages et contextes »

Dans la continuité des deux cycles de séminaires « Corps et prothèses » qui se sont déroulés entre 2016 et 2018, nous poursuivons cette année nos rencontres, échanges et réflexions lors de deux colloques et d’une journée d’étude :

Colloque n°1:

« Les prothèses au prisme du genre et de la sexualité », Jeudi 24 et vendredi 25 janvier 2019 à Lyon, 9h-17h.

(programme disponible mi-novembre 2018)

 Colloque n°2 :

« Vivre avec des prothèses auditives et/ou des implants cochléaires pour un adulte devenu sourd», Jeudi 4 et Vendredi 5 avril 2019 à Grenoble, 9h-17h.

(à confirmer)

 Journée d’étude :

« Prothèse(s) ou pas ? », Vendredi 8 juin 2018 à Paris, 9h-17h.

(programme disponible début avril 2019)

Présentation générale du cycle

La démarche de ce cycle n°3 est de réinterroger la complexité du rapport organique/technologique au travers l’étude et l’analyse des expériences singulières liées à l’utilisation de différentes techniques d’assistance au corps telles que les prothèses, fauteuils, assistances robotiques et domotiques.

L’enjeu principal de ce séminaire est d’ouvrir des fenêtres de discussions sur les diverses expériences avec ces différentes technologies à partir de la notion de terrain, de vécus subjectifs et dans une approche transdisciplinaire aux croisements de la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, l’éthique, l’ingénierie robotique, la médecine, les sciences de la santé et les savoirs expérientiels développés par les personnes concernées.

Présentation détaillée: Presentation_Corps et protheses_Cycle3_2018-2019

 Informations complémentaires :

– Ces journées sont ouvertes à toutes et à tous les étudiant·e·s et chercheur·e·s universitaires, ingénieur·e·s, praticien·ne·s, usager·e·s, personne·s militante·s et/ou association·s portant un intérêt à ces questionnements vis-à-vis des expériences singulières corps/technologie.

– Entrée libre et gratuite (sans inscription)

– Pour tout renseignement complémentaire et/ou si vous souhaitez vous inscrire à la mailing-list « Corps et prothèses », merci d’envoyer un mail à l’adresse : contact@corps-protheses.org

Programme détaillé :

Le programme détaillé des conférences et intervenant·e·s de chaque journée sera disponible au fur et à mesure sur le site internet « Corps et prothèses » à l’adresse :http://www.corps-protheses.org

Organisé par :

Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (UMR 7222 – Université Pierre et Marie Curie – Paris / CNRS)

Laboratoire Dynamiques Européennes (UMR 7367 – Université de Strasbourg / CNRS)

Laboratoire Environnement, Ville, Société (UMR 5600 – Université de Lyon /CNRS)

Laboratoire Litt&Arts (UMR 5316 – Université Grenoble Alpes)

Laboratoire Sciences, Société, Historicité, Éducation et Pratiques (EA 4148 – Université Claude Bernard Lyon 1)

Centre d’Études des Techniques, des Connaissances et des Pratiques (EA 2483 – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

 

Categories
Appel à projets

Appel à projets MSH Paris Nord 2019

 

 

Cet appel s’adresse à tous les chercheurs, quels que soient le statut, le grade, la discipline, l’appartenance institutionnelle et la localisation géographique (en France ou à l’étranger) qui sont les leur, du moment qu’ils relèvent d’une structure susceptible d’être reconnue par la MSH. Une attention particulière sera portée aux projets des jeunes chercheurs et des doctorants.

Les porteurs de projet sont invités à mettre en valeur la dimension originale de leur proposition. Indispensables sont, à cet égard, un état de l’art, et la référence aux équipes et programmes relevant de leur orientation, en France et à l’étranger.

 

L’appel à projets comprend trois volets :

  1. un appel à projets sur les cinq axes de recherche de la MSH Paris Nord
    Axe 1 : Industries de la culture et arts
    Axe 2 : Corps, santé et société
    Axe 3 : Mondialisation, régulation, innovation
    Axe 4 : Penser la ville contemporaine
    Axe 5 : Archives numériques et audiovisuelles de la recherche
  1. un appel à projets commun MSH Paris Nord – Campus Condorcet
    Campus universitaires et territoires
  1. un appel à projets commun MSH Paris Nord – Institut du Genre
    Violence extrême, itinéraire de l’engagement djihadiste et genre

 

Quatre conditions déterminent l’éligibilité des projets :

  • leur adéquation aux axes et thèmes de la MSH Paris Nord ;
  • leur portée interdisciplinaire, interinstitutionnelle et internationale. Les projets présentés par des chercheurs relevant d’une même équipe et/ou appartenant à une seule discipline, ne seront pas pris en compte. L’internationalité suppose la participation d’un ou de plusieurs chercheurs localisés hors de France ;
  • un état précis du champ scientifique concerné mettant a contrario en valeur l’originalité et les apports potentiels de la recherche envisagée ;
  • la mention des échéances et la justification du calendrier de travail.

 

Date limite pour candidater: 15 septembre 2018.

 

Info et Contacts

Pour consulter les services offerts et  télécharger les formulaires de soumission de projets:
https://www.mshparisnord.fr/programmes/appel-a-projet-msh-paris-nord/appel-a-projets-2019/

Présentation de l’appel à projets:  https://www.mshparisnord.fr/programmes/appel-a-projet-msh-paris-nord/presentation-aap/

Chargée des programmes scientifiques et de la valorisation:  Marianne Hérard

 

Categories
appel à contribution

Appel à contributions « Tracer. Dire la vérité par corps », revue Ethnologie française

Appel à contributions pour un numéro thématique de la revue Ethnologie Française:  « Tracer. Dire la vérité par corps »

Coordination: Mélanie Gourarier, Chargée de recherche, CNRS-LEGS; Jérôme Courduriès, Maître de conférence, Université Toulouse Jean-Jaurès, LISST-CAS

Les résumés des propositions sont attendus pour le 30 septembre 2018.

Consulter l’appel sur le site de la revue: http://ethnologie-francaise.fr/appel-n1/