Categories
appel à contribution

Appel à contribution: Revue Santé Publique, numéro « La santé publique à l’épreuve de la covid-19

Afin de documenter la diversité des réponses à la pandémie globale de Covid-19, le Comité de Rédaction de la revue Santé Publique entend réunir des éclairages internationaux et pluridisciplinaires au sein d’un seul et même numéro.

Trois axes analytiques sont retenus pour structurer cet appel à articles :
1) Les conditions épistémologiques de la réponse sanitaire
2) Les défis organisationnels
3) Sociétés et cultures sanitaires

Calendrier

Ce numéro spécial « La santé publique à l’épreuve de la covid-19 » a pour ambition de dresser un état des lieux de la complexité liée à la crise du coronavirus, responsable de la Covid-19, sans négliger pour autant l’importance d’une approche diachronique des questions soulevées à l’occasion de cet évènement. Il n’exclut pas que d’autres contributions relatives à l’épidémie soient par ailleurs publiées dans nos numéros varia.

Jusqu’au 15 septembre 2020 – Dépôt des lettres d’intention
Septembre 2020 – Examen des lettres d’intention reçues et réponses aux auteurs potentiels sur la recevabilité de leurs projets
Décembre 2020 – Les propositions d’articles présélectionnés doivent parvenir à la Rédaction
Janvier-Juin 2021 – Procédure d’expertise : envoi en lecture et examen par deux référents anonymes – demande de modifications – lecture de validation – acceptations – Edition en pré-print dès acceptation des articles.
Juillet-Août 2021 – Montage éditorial et parution du numéro

Votre lettre d’intention, qui comprendra au maximum 4 000 espaces compris, devra comprendre : titre, auteurs, résumé précisant le plan de votre article (titres des parties et méthodologie précisée), mots-clés. Elle devra être envoyé à  secretariat.redaction@sfsp.fr avant le 15 septembre 2020. 

 

Categories
appels à candidature

Appel à candidature: Volontaire International – Accompagnement des recherches en SHS sur le COVID-19

Affectation structurelle:

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)

L’Institut de Recherche pour le Développement est un établissement public français à caractère scientifique et technologique (EPST) qui intervient depuis plus de 60 ans dans les pays du Sud. Il est placé sous la double tutelle des ministères chargés de la Recherche et des Affaires étrangères.

Ses activités de recherche, d’expertise, de valorisation et de formation ont pour objectif de contribuer au développement économique, social et culturel des pays du Sud. Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en Outremer.

L’Unité mixte Internationale Transvihmi étudie principalement l’infection par le VIH et les maladies infectieuses émergentes au  Sud  et  leurs  conséquences  pour  les  populations,  notamment  hépatites,  tuberculose,  Ebola.  Autour  de  cette  unité́ thématique, l’UMI mène des travaux de recherches transversales pluridisciplinaires associant virologie, parasitologie, clinique, épidémiologie, santé publique et sciences sociales. LUMI est engagée dans la recherche sur le COVID19 au travers de plusieurs projets et programmes.

Affectation  géographique:

Sénégal – CRCF

DESCRIPTION DU POSTE

Contexte

L’UMI TransVIHMI développe de longue date dans une approche pluridisciplinaire des maladies infectieuses (VIH, tuberculose, maladies tropicales négligées) essentiellement en Afrique de l’Ouest et du Centre et en Asie du SudEst. L’épidémie d’Ebola de 201416 en Afrique de l’Ouest a conduit l’unité à ouvrir son champ thématique aux épidémies émergentes, et en 2020 au COVID-19.

Au Sénégal, TransVIHMI est basée au Centre Régional de Recherche et de Formation à la prise en charge du VIH et des maladies associées (CRCF) à l’hôpital de Fann, une équipe mixte rassemble des chercheurs surtout en santé publique et sciences sociales. Les projets de recherche en cours couvrent divers thèmes (accès aux traitements et à la couverture médicale universelle, traitement social et médical des addictions, socioanthropologie des soins et des professions de santé, acceptabilité de l’auto-test pour le VIH, circulation des informations sur le COVID dans les médias et réseaux sociaux, etc). Un nouveau projet CORAFMOB porte sur les mobilisations communautaires dans la réponse au COVID-19 au Sénégal et au Burkina Faso. L’objectif de ce projet est de documenter l’engagement associatif, son apport au traitement des personnes et à la gestion de l’épidémie, de préciser les logiques d’intervention et les contraintes des acteurs communautaires ainsi que leurs perceptions de la réponse à l’épidémie. Le projet, coordonné à Dakar, est réalisé sur deux pays. Le VIA bénéficiera d’un environnement de recherche stimulant dans une équipe dynamique et solidaire.

Mission

Sous la direction de Pr A. Desclaux, anthropologue de la santé, le (la) VIA interviendra en soutien 1/ aux activités de recherche en sciences sociales en cours et 2/ aux échanges entre chercheurs et acteurs communautaires dans les deux pays et entre les deux pays concernés par le projet CORAFMOB.

Activités

Le (La) VIA aura notamment à :
Réaliser ou superviser des enquêtes socio-anthropologiques
Participer au suivi et à l’analyse des données collectées ainsi qu’à la rédaction des résultats de recherche sous forme de rapports d’enquêtes, d’articles ou de chapitres d’ouvrage
Accompagner les activités de formation en sciences sociales : animation au sein de l’équipe (1) en méthodologie de la recherche et atelier d’écriture et (2) sur les sciences sociales des épidémies
Proposer et engager des approches innovantes pour renforcer les échanges avec le secteur communautaire voire la dimension participative de la recherche
Développer des techniques et approches adaptées à l’objet de recherche (vidéo, écritures croisées, blog)

Compétences

Connaissances en socio-anthropologie de la santé.
Bonne maitrise de l’anglais.
Expertise en logiciels (traitement de texte, réseaux sociaux, outils internet).
Connaissances en approches audiovisuelles et animation scientifique numérique non obligatoires mais appréciées.
Capacités de rédaction scientifique et ouverture vers les nouvelles formes d’écriture.

Profil

Formation

Master ou doctorat en socio-anthropologie de la maladie.
Une compétence sur l’aire culturelle (Afrique de l’Ouest ou du Centre) et une formation complémentaire en santé publique seraient souhaitables. Une connaissance de l’engagement associatif sera un atout supplémentaire.

Aptitudes

Intégration et adaptation dans des milieux sociaux nouveaux. Bonne capacité à travailler en équipe.
Sens de l’organisation et de la planification.
Capacité à dialoguer avec des disciplines différentes. Engagement dans le secteur associatif.
Capacité de synthèse.
Qualités rédactionnelles.
Pédagogue.

Environnement

Poste en expatriation (Dakar, Sénégal) Localisation au CRCF (à titre indicatif : 9h – 17h) Participation à des enquêtes de terrain.
Travail sur poste informatique et participation à des réunions, des missions.

Conditions  d’éligibilité  au  VIA :  La  date  de  naissance,  l’adresse  permanente  et  le  numéro  Civiweb  doivent  être impérativement mentionnés sur le CV

Nationalité d’un pays de l’Union Européenne
moins de 28 ans à l’inscription sur
civiweb
moins de 29 ans au démarrage du
contrat

Envoyer votre dossier de candidature (CV et lettre de motivation) à alice.desclaux@ird.fr et recrutement.dr-occitanie@ird.fr

Lien vers l’annonce

Categories
appels à candidature Emploi Non classé

Appel à candidature: poste Volontariat International en Administration – anthropologie et COVID

Affectation structurelle:

Institut de Recherche pour le Développement (IRD)
Référent  scientifique  incontournable  sur  les  grands  enjeux  du  développement  et  organisme  pluridisciplinaire  reconnu internationalement, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public français placé sous la double tutelle du ministère en charge de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et de celui de l’Europe et des affaire s étrangères. Il porte depuis plus de 75 ans, une démarche originale de recherche, d’expertise, de formation et de partage des savoirs au bénéfice des territoires et pays qui font de la science et de l’innovation un des premiers leviers de leur développement. Près de 40% des effectifs de l’Institut sont affectés à l’étranger et en outremer.

Unité Mixte Internationale – 233 TransVIHMI – Recherches translationnelles sur le VIH et les maladies infectieuses
L’UMI 233 étudie principalement les spécificités de l’infection par le VIH au Sud et ses conséquences pour les populations. L’impact du VIH sur les autres endémies infectieuses tropicales fait que le champ des recherches aborde aussi la problématique des co-infections (hépatites, tuberculose) et d’autres maladies tropicales négligées telles que les filarioses et plus récemment l’infection par le virus Ebola. Autour de cette unité́ thématique, et cela depuis sa création il y a près de 20 ans, l’UMI 233 mène des travaux de recherches transversales pluridisciplinaires associant virologie, parasitologie, clinique, épidémiologie, santé publique et sciences sociales.

Affectation géographique:

Yaoundé – Site ANRS-Cameroun DESCRIPTION DU POSTE

Contexte

Le poste est basé au Site ANRS-Cameroun, centre de coordination des activités de recherche dans le domaine de la lutte contre le sida et les hépatites virales en appui au programme national de lutte contre le sida du MINSANTE et financé par l’Agence Nationale de Recherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS, France) intégré dans la politique et le système national de santé du Cameroun. Le centre est situé à l’Hôpital Central de Yaoundé, il accueille des étudiants, des chercheurs, des enseignantschercheurs, des professionnels de santé, des associations de personnes vivant avec le VIH et leur apporte une infrastructure administrative, scientifique et logistique. Il est placé sous la responsabilité conjointe d’un Coordonnateur Sud, Pr AnneCécile Bissek et un Coordonnateur Nord, Pr Éric Delaporte. Les recherches menées relèvent de diverses disciplines (épidémiologie, virologie, recherche clinique, santé publique, sciences sociales) dans une démarche interdisciplinaire, combinant recherche théorique et appliquée (pour améliorer la prévention, la prise en charge et l’accès aux traitements efficaces, mieux tolérés et abordables).

Mission

Le ou la VIA aura pour principale mission d’assurer le rôle de « Chargée de projet CORAFCAM : Appui aux enquêtes et analyses comparées » dans le cadre du projet CORAFCAM « Coronavirus Anthropologie Afrique : Cameroun » 2020-2021. Ce projet fait partie du programme ARIACOV (Appui à la Riposte au CVID en Afrique) AFD-IRD. L’ensemble du projet CORAF, également développé au Bénin, au Sénégal et au Burkina Faso, a pour objectif de produire des connaissances sur les informations diffusées par les médias (médias traditionnels, médias en ligne et réseaux sociaux), leurs interprétations, leurs effets sociaux et les adaptations induites, afin d’éclairer la riposte contre le COVID19. Le poste comprend une composante d’organisation des enquêtes et suivi des données, une composante de dispensation de formation lors d’ateliers, et une composante de coordination des analyses des données et rédaction scientifique. Le ou la VIA mènera ces activités sous la coordination de Dr Marie Varloteaux (coordination Projet CORAFCAM Centre ANRS) et Pr Alice Desclaux (coordination Projet CORAF).

Durée du poste

Le poste est à pourvoir dès ouverture et après finalisation des formalités administratives. La durée est de 1 an.

Activités

Participer à la définition des cadrages théoriques, des thèmes, des méthodes et outils d’enquête dans CORAFCAM. Participer aux enquêtes, à leur coordination, à l’organisation et au suivi du recueil des données.
Gérer le plan de travail avec élaboration d’un calendrier prévisionnel en fonction des tâches.
Organiser les procédures de suivi et contrôle de la qualité des données.
Participer à la définition du plan d’analyse et à l’organisation et au suivi des analyses intra-pays et inter-pays. Mettre en place une page ou un site web de restitution des résultats du projet.
Encadrer les chercheurs juniors pour la rédaction d’articles scientifiques, d’articles grand public et de notes stratégiques. Participer à la dispensation d’une formation de jeunes chercheurs et d’acteurs de la riposte aux sciences sociales des épidémies émergentes.

Compétences

Connaissances en anthropologie de la santé. Connaissances en santé publique et sur les épidémies. Savoir s’intégrer dans une équipe.
Savoir adapter des thèmes d’enquêtes aux contextes.
Savoir rédiger des articles scientifiques.
Savoir transmettre ses connaissances à des jeunes chercheurs. Savoir planifier des actions.
Savoir planifier et respecter des délais.
Savoir identifier des problèmes et proposer des solutions.
Savoir hiérarchiser les priorités. Savoir animer une réunion de travail.

Formation:

Anthropologue ayant un Master 2. Un diplôme en santé publique serait un plus.

Aptitudes:

Autonomie
Réactivité
Facilité d’écoute
Capacité de travail en équipe – Prise d’initiative

Environnement

Poste en expatriation, en poste à Yaoundé au Cameroun, au site ANRS-Cameroun Déplacements sur le terrain au Cameroun.
Bureau climatisé, poste de travail classique, accès internet
Logement à trouver sur
Yaoundé
Horaires de bureau, 35 heures par semaine

Conditions  d’éligibilité  au  VI  :  Date  de  naissance,  l’adresse  permanente  et  numéro  de  Civiweb  doivent  être impérativement mentionnés sur le CV

Nationalité d’un pays de l’Union Européenne
Moins de 28 ans à l’inscription sur civiweb Moins de 29 ans au démarrage du
contrat

Envoyer  votre  dossier  de  candidature  (CV  et  lettre  de  motivation)  à: marie.varloteaux@gmail.com  et  recrutement.dr- occitanie@ird.fr

 

Lien vers l’annonce

Categories
Appel à projets

APPEL A PROJETS: Recherche-Action Covid-19

RA-COVID-19
Édition 2020

Appel ouvert en continu jusqu’au 28/10/2020 à 13h00 (heure de Paris)

Dans la continuation de l’appel Flash Covid-19, le guichet mis en place (Appel RA-COVID-19), ouvert en continu jusqu’au 28 octobre 2020, vise à recueillir toutes les propositions de projets de recherche de type « Recherche-Action » c’est à dire des projets urgents et rapides dont les résultats pourraient être implémentés dans la société dans les 3 à 12 prochains mois.
Dans la continuité de l’appel Flash COVID-19, et en cohérence avec les recommandations de l’OMS2, les thématiques visées par l’appel RA-COID-19 concernent ainsi :

– Études épidémiologiques
Physiopathogénie de la maladie
– Prévention et contrôle de l’infection

Éthique et dynamiques sociales
– Enjeux globaux de l’épidémie Covid-19

Le détail des thématiques, problématiques, attendus et priorités concernés par l’appel RA-COVID-19 sont donnés dans l’Annexe scientifique du présent appel (Voir § 8).4 Il est à noter que des thématiques additionnelles pourront être intégrées ou venir en remplacement dans les prochaines semaines en lien avec de nouveaux partenaires ou nouveaux co-financeurs. De même, l’ouverture de l’appel à des collaborations internationales bilatérales est actuellement en négociation avec les agences partenaires de l’ANR et feront l’objet d’une mise à jour du présent appel.

Dans le respect des thématiques adressées par l’appel, les projets déposés devront : cibler l’acquisition de connaissances avec une application attendue des résultats, méthodes ou techniques dans les 3 à 12 mois suivant l’attribution du financement, ou requérir le recueil immédiat de données spécifiques à la période épidémique et post-épidémique.

Pour assurer une grande réactivité, l’appel est ouvert en continu jusqu’au 28 octobre 2020 (date susceptible d’être prolongée) et la sélection sera opérée au fil de l’eau afin de permettre un financement très rapide des propositions sélectionnées.
L’appel à projets RA-COVID-19 fera l’objet de cofinancements. La liste des cofinanceurs et leurs domaines d’intérêt seront régulièrement mis à jour sur la page Web de l’appel.


Le dossier à déposer comprend :


– un formulaire simplifié d’identification à compléter en ligne6 ;
un document scientifique descriptif du projet (11 pages maximum, y compris la page d’identification et de résumé et y compris la bibliographie) à enregistrer sur le site de dépôt au format PDF non protégé (généré à partir d’un logiciel de traitement de texte, non scanné). Une trame est disponible sur la page internet dédiée à l’appel à projets.

Le dossier sera considéré complet, et donc éligible, si ces deux éléments sont renseignés et disponibles sur le site de dépôt avant la date de clôture indiquée page 2.

Le document scientifique comprend 2 parties :
– La page d’identification et de résumé (1 page maximum) :
– l’acronyme, le titre du projet envisagé et un résumé de 2-3 lignes (non confidentiel);
– le nom du coordinateur ou de la coordinatrice (et son adresse email) et l’adresse de réalisation des travaux, l’établissement d’appartenance du déposant ;
– le montant de l’aide demandée et une brève description de son utilisation ;
– la description du projet, son inscription dans les axes de recherche de l’appel et son planning de réalisation et d’application (compris obligatoirement dans une période 3 à 12 mois).

Cette page d’identification et de résumé permettra au comité d’évaluation scientifique d’examiner le projet et sa temporalité au regard des objectifs de l’appel. Tout projet ne répondant pas strictement aux objectifs de l’appel et au caractère d’urgence de l’appel ne sera pas considéré pour évaluation.

Le document scientifique (10 pages maximum) décrira de façon détaillée :
– le projet et ses objectifs dans le cadre des thématiques adressées par l’appel à projets ;
– la planification de réalisation et d’application du projet dans un contexte court terme entre 3 et 12 mois ;
– le montant de l’aide demandée et une brève description de son utilisation. Les déposants mentionneront les éventuels cofinancements obtenus ou demandés.

Les coordinateurs ou coordinatrices scientifiques des propositions recevront un accusé de dépôt par courrier électronique lors de validation de leur dépôt de dossier à condition que les documents scientifiques et administratifs demandés aient été déposés sur le site de dépôt et que la demande d’aide renseignée soit non nulle. L’accusé de dépôt envoyé par l’ANR ne constitue pas un document contractuel d’éligibilité.

Adresse de publication de l’appel à propositions: https://anr.fr/RA-COVID-19
Questions techniques, scientifiques, administratives et financières à : RA_COVID@agencerecherche.fr

Categories
écrits Non classé parution

Parution: Les migrants dans l’épidémie : un temps d’épreuves cumulées

De facto, 18 | avril 2020

Dans l’urgence et le temps suspendu où nous avons tous pris place, ce numéro spécial de De facto s’est imposé à nous pour donner à voir ce que font aux immigrés le confinement et les bouleversements liés à l’épidémie de Covid-19.
Dès le début du confinement, Didier Fassin, anthropologue, soulignait « l’inégalité des vies en temps d’épidémie». Les personnes en situation de migration font partie de ceux pour qui les temps d’épidémie sont des temps d’épreuves cumulées. L’hébergement groupé dans les centres de rétention et les campements de rue multiplie les risques sanitaires pour les migrants. Michel Agier en dresse un état des lieux et lance un appel au « désencampement ». Quand on n’a pas de véritable « chez soi », le confinement accroît l’angoisse et l’inconfort comme le rapporte Annabel Desgrées du Loû à propos des femmes immigrées vivant en hôtel sociaux et en centres d’hébergement. En temps d’épidémie, l’étranger est trop facilement assimilé à la menace sanitaire. À partir d’une caricature parue en 1883 dans un journal satirique américain, Antonin Durand rappelle cette vieille histoire de la peur du migrant comme vecteur de diffusion des maladies et de la tentation de la xénophobie quand vient la crise. Pourtant, François Héran montre la très faible part que représentent les entrées de migrants dans la mobilité internationale vers la France, ce qui permet de tordre le coup à l’idée reçue que c’est par les migrants qu’arrivent les maladies. Simeng Wang nous propose une vidéo sur les discriminations vécues par les jeunes Chinois en janvier et février, avant que l’épidémie ne devienne une réalité mondiale. Et c’est bien parce que cette crise COVID-19 secoue tout le corps social que le conseil scientifique mis en place pour guider les autorités comprend deux chercheurs en sciences sociales. Parmi eux, Laetitia Atlani-Duault, fellow de l’Institut Migrations, a pris le temps de répondre à quelques questions posées par François Héran.

Annabel Desgrées du Loû, responsable scientifique

 

Sommaire

Introduction 7
Sur le terrain

Michel Agier: Personnes migrantes en centres de rétention et campements. Désencamper pour protéger 10

Laêtitia Atlani-Duault:  Les sciences sociales mobilisées contre la pandémie. Entretien avec François Héran 19

Paroles de chercheurs Annabel Desgrées du Loû:  Être confinée en hôtel social ou en centre d’hébergement d’urgence 30

En chiffres François Héran:  Voyageurs internationaux ou immigrants, le virus ne fait pas la différence 38

En images Antonin Durand Migrants et épidémies : une vieille histoire 44

Focus Simeng Wang et le groupe « Audio, Video, Exprimô » Un film contre les discriminations liées au Covid-19 : activisme chez les migrants chinois qualifiés en France 50

Fil Covid-19 et migrations 53

Aller au site: De facto, 18 | avril 2020

Categories
appel à contribution Vie d'Amades

Recherche participatif sur le vif : « Récits Confinés »

 

Nous lançons un projet de recherche participatif sur le vif intitulé « Récits Confinés ». L’objectif est de documenter l’expérience de confinement que nous vivons actuellement. L’approche est à la fois anthropologique, pour comprendre les comportements et les adaptations de chacun, et historique, car c’est aujourd’hui que se constituent les archives de demain.

Comment faire pour participer?

Nous proposons une trame de carnet à télécharger sur notre site et à remplir :

– chaque jour, il s’agit de renseigner quelques points (état du moral, des provisions, nombre de sorties, etc.) dans le tableau.

– à la fin de chaque semaine de confinement, des questions plus détaillées permettent de faire le bilan de nos habitudes (sur l’alimentation, l’expérience de sortie, les pratiques d’hygiène, etc.).

Les trames de chaque semaine sont disponibles sur notre site internet : www.recitsconfines.net (vous pouvez commencer à remplir la semaine en cours mais également les précédentes si vous vous en souvenez). Notre objectif est de recueillir les données de façon régulière, le temps que durera le confinement.
Si vous n’avez pas envie d’écrire, nous pouvons faire un entretien par téléphone ou par skype.

Les trames complétées sont à envoyer à l’adresse recitsconfines@gmail.com (toutes les instructions se trouvent sur le site et dans les documents téléchargeables).

Informations générales sur la recherche

Tous les discours et tous les cas de confinement nous intéressent. Pas besoin d’être journalistes ou écrivains pour témoigner. Nous comptons justement sur la voix – et les écrits – de celles et ceux qui ne se raconteraient pas spontanément.

Les données récoltées dans ce projet seront uniquement utilisées à des fins de recherches scientifique et ne seront en aucun cas publiées sur les réseaux sociaux. Toutes information transmise sera stockée et analysée en respectant totalement l’anonymat des confiné.e.s.

N’hésitez pas à participer et à diffuser autour de vous. Nous vous remercions par avance pour votre collaboration à cette recherche.

Pierrine Didier & Laurent Gontier