Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: Médicament et frontières

Appel à contribution pour le no 43 de Socio-anthropologie

Numéro coordonné par Johanne Collin (sociologue et historienne, professeure titulaire à la Faculté de pharmacie de l’université de Montréal).

Dans les sociétés contemporaines, le médicament occupe une place majeure, au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnues. D’abord parce que le concept même de thérapeutique s’est considérablement élargi au cours du xxe siècle pour englober désormais très en amont, la prévention – voire la préparation à l’apparition de la maladie et en aval, l’extension des limites corporelles, notamment à travers la médecine régénérative. Mais également parce que les usages non thérapeutiques du médicament – comprendre : en dehors du champ et de l’influence de la médecine – se multiplient à la faveur de l’accroissement considérable de l’arsenal et de sa mise en circulation. Comment dès lors saisir l’injonction sociétale à utiliser les médicaments hors du contrôle médical classique ? Et comment interpréter le pouvoir immense du médicament sur nos vies ?

Après avoir, pendant plusieurs décennies, réfléchi l’accroissement des recours aux médicaments sous l’angle de la médicalisation (médicalisation de la vieillesse, de la sexualité, etc) puis de la biomédicalisation (Clarke et al., 2010), les sciences sociales se tournent désormais de plus en plus fréquemment vers le concept de pharmaceuticalisation pour cerner l’extension et l’expansion des usages du médicament (Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Ce concept requiert d’aller au-delà de la définition intuitive qu’il commande, celle d’un processus planifié, dirigé, téléguidé par le haut à travers les ambitions et velléités de la toute puissante industrie pharmaceutique, pour prendre en compte l’« agentivité » du médicament, de manière à mieux saisir comment il participe de différents processus sociaux. Nous proposons donc d’envisager la pharmaceuticalisation comme le résultat de l’interaction entre trois processus, ceux de médicalisation, de molécularisation et de biosocialisation (Collin, 2016). Ces trois processus ont en commun de reposer sur un mécanisme similaire, celui du brouillage ou du déplacement de la frontière entre les deux pôles d’un continuum. Le médicament joue ainsi un rôle d’opérateur des flux sociaux à travers le brouillage ou le déplacement de ces trois frontières.

La médicalisation procède du déplacement de la frontière entre santé et maladie ; c’est-à-dire entre ce qui, dans une société donnée et à un moment donné de son histoire, est considéré comme normal et ce qui est considéré comme pathologique. Le médicament est l’un des dispositifs majeurs qui permet, facilite ou précipite ce déplacement de la frontière entre les deux pôles.

Le médicament contribue également à brouiller la frontière entre le naturel et l’artificiel, à travers le processus de molécularisation, et invite à réfléchir les manières par lesquelles il opère des changements ontologiques. Avec l’émergence de la biologie moléculaire au milieu du xxe siècle, l’étude du vivant est passée d’une perspective cellulaire à une perspective moléculaire. Le concept de molécularisation selon N. Rose (2007) incarnerait une rupture épistémologique, ou à tout le moins un changement majeur en introduisant une « politique de la vie en soi ». La molécularisation s’accompagne ainsi nécessairement d’un ensemble de mutations biotechnologiques, politiques, économiques, culturelles, sociales et identitaires. En contribuant à déplacer la frontière entre le naturel et l’artificiel et à repousser les limites corporelles, le médicament devient ainsi le moteur d’une hybridation non seulement culturelle (comme le montrent de nombreux travaux anthropologiques depuis la fin des années 1980), mais aussi matérielle et biologique.

Enfin, la biosocialisation, quant à elle, peut être envisagée comme un processus selon lequel il y a brouillage de la frontière entre inclusion et exclusion sociale. Le médicament incarne, dans cette optique, un objet autour duquel s’organisent de nouvelles formes de socialités, que celles-ci se constituent en faveur ou en opposition au médicament ; que les expériences et motifs d’usage soient conformes à la normativité contemporaine (usages médicaux) ou déviants par rapport à celle-ci. Ces nouvelles formes de socialité reposent sur des communautés virtuelles fortes et éventuellement des sous-cultures porteuses de nouvelles normes sociales. On pense ici notamment au mouvement d’anti-vaccination, mais également aux forums d’échanges sur les usages détournés de médicaments psychotropes et autres substances pour accroitre les performances. Dès lors, le déplacement de la frontière entre inclusion et exclusion sociale via le médicament implique également une tension permanente entre déviance et conformité aux normes sociales. (Otero et Collin, 2016).

Si de nombreux travaux ont, par le passé, traité la question du déplacement de la frontière entre normal et pathologique et du rôle qu’y joue le médicament, ce dossier de Socio-anthopologie propose d’aborder le médicament sous l’angle du déplacement des frontières entre naturel et artificiel et entre inclusion et exclusion sociale, en privilégiant l’exploration de trois angles de réflexion et de recherche :

  1. De l’innovation à la nouvelle conformité : les usages détournés des médicaments ;

  2. redéfinition des seuils et logiques préventives reliées aux médicaments et aux vaccins ;

  3. les frontières du médicament.

Il fait notamment appel à des approches sociologiques et anthropologiques, historiques, philosophiques.

Modalités de soumission: 

Une intention argumentée d’environ 5 000 signes est attendue pour le 15 mai 2020. Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

Elle doit être adressée à la coordinatrice du dossier : johanne.collin [at] umontreal.ca

La notification des propositions pré-sélectionnées sera donnée aux auteurs à la mi-juin. La remise des textes rédigés (entre 25 000 et 35 000 signes) est fixée au 15 septembre 2020.

La parution du numéro 43 « Médicament et frontières » aura lieu en mai 2021.

Lien vers l’appel à contribution 

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire « Frontières, temporalités, matérialités au prisme de la santé », EHESS Marseille, Programmation 2019-2020

Frontières, temporalités, matérialités au prisme de la santé

Le deuxième jeudi de chaque mois (sauf mars)
Centre de la vieille charité
2, rue de la charité
Marseille
de 10h à 13h, salle A

Argumentaire:

Cette année encore, nous allons mobiliser des travaux et expériences autour des trois notions transversales de frontières, de temporalités et de matérialités :

Frontières du normal et du pathologique, du global et du local, des humains et non humains, de celles qu’obligent à repenser les épidémies ou des circulations d’acteurs, de modèles et de produits prodiguant du « cure » ou du « care », frontières matérialisés et soutenues par des outils « biopolitiques » visant à les défendre, mais aussi frontières incorporées à l’échelle individuelle…

Temporalités multiples au coeur des enjeux de la santé : de la « crise » à l’ « urgence », au temps long nécessaire pour appréhender les déterminants structurels d’un phénomène épidémique, de la pluralité des temps des institutions, de ceux des soignants et de ceux  des personnes malades…

Matérialités à la fois relation entre des personnes et s’incorporant aux pratiques, expressions matérielles (médicaments, moustiquaires, préservatifs, auto-tests, organes et gamètes marchandisés) mais aussi symboliques et immatérielle de la prise en charge de la santé (mémoire, souillure, ex voto et amulettes sous le lit pour que l’enfant dorme bien)…

Pour la 3ème année, notre séminaire entend mettre en discussion des travaux récents en anthropologie de la santé conduits dans différents contextes avec des expériences professionnelles et/ou associatives généralement ancrées dans les réalités du Sud-est de la France.

La 1ère année du séminaire nous avons discuté les questions des migrations irrégulières, des matérialités médicales dans l’espace d’un musée, des territoires dont la santé des habitants est dégradée, du sommeil comme problème de santé publique, des travailleuses du sexe et des transgenres migrants, des Objectifs du Développement Durable, des trajectoires de soins des personnes en grande précarité et des circulations pharmaceutiques globales.

La 2ème année, il a été question de la réduction des risques en milieu carcéral, de la santé des migrants chinois à Paris, de la prise en charge biomédicale du sans-abrisme à Marseille et du diabète en France, de la Couverture Santé Universelle au Sud, de la gestion du risque infectieux dans un service hospitalier, d’essais cliniques en oncologie, d’un centre de santé communautaire et de la gestion populaire de la santé dans des quartiers précaires et enfin des trajectoires de soins d’enfants « vulnérables »,au titre d’une pathologie ( atteints d’un cancer) ou d’une situation sociale (placés à l’Aide Sociale à l’Enfance).

Programme

10 octobre 2019
— Frédéric Pierru (CERAPS, CNRS, Université de Lille)
Ce que l’entrée en gestion de l’hôpital fait aux spécialités médicales
Discutante : Fabienne Orsi (LPED, IRD, AMU)

14 novembre 2019
— Carine Magen et Perrine Roux (SESSTIM AMU, INSERM, IRD)
La Réduction des Risques en Afrique et en Europe de l’Est
Discutant.e.s : Claire Duport (sous réserve) et un membre de l’association ASUD MarsSayYeah

12 décembre 2019
— Marc Egrot (LPED, IRD, AMU)
Rites funéraires et viandes de brousse en Côte d’Ivoire en contexte épidémique d’Ebola
Discutant(e) : Stanislas Rebaudet (médecin infectiologue et épidémiologiste, Hôpital Européen, APHM)

9 janvier 2020
— Fatima Bianchi (artiste visuelle, et réalisatrice de documentaires)
Un projet vidéo (en working progress) autour de la naissance (2019, Hd, 15 min.)
— Pricille Sauvegrain (INSERM, UMR 1153)
Migrations et soins différenciées en périnatalité : l’effet des biais implicites (ANR pluridisciplinaire BIP)

13 février 2020
— Florian Cafiero, Paul Guille-Escuret & Jérémy K. Ward (CNRS, GEMASS, VITROME)
Peut-on parler d’un « mouvement antivaccin » ? Crédibilité et fragmentation des mouvements sociaux
Discutante : Suzanne de Cheveigné (CNE)

26 mars 2020 (salle 205)
— Johanna Lees (LaSSA)
Frontières savoirs populaires / savoirs experts : L’enquête Fos Epseal – 2ème volet
Discutant(e) : à confirmer

9 avril 2020
— Pascal Catébras (hôpital de St Etienne)
Médicalisation de symptômes médicalement inexpliqués : construction d’une catégorie de patients (Lyme)
— Aline Sarradon-Eck (SESSTIM, AMU, INSERM, IRD)
Processus d’étiquetage des patients  présentant des symptômes médicalement inexpliqués en « patients particuliers »

14 mai 2020
— Thomas Levaillant et Julien Sallé (Le château en santé)
Le Château en santé : une tentative de santé communautaire à Kalliste, état des lieux après 2 ans de fonctionnement
— Laure Pitti (CRESPPA, CSU, Université Paris 8)
Des métamorphoses de la médecine sociale : médecins généralistes en quartiers populaires, hier et aujourd’hui

11 juin 2020 (salle 205)
— Cyril Farnarier (LaSSA)
Le dénombrement du sans-abrisme. Expérience marseillaise.
Discutant(e) : à confirmer

Télécharger le programme: Programme Seminaire Santé EHESS 2019-2020

Séminaire de l’EHESS Marseille, organisé par le Centre Norbert Elias, en collaboration avec le LaSSA, Aix-Marseille Université, l’Institut de Recherche pour le Développement, MERIT et le SESSTIM

 

 

Categories
Séminaire

Séminaire : »Frontières, temporalités, matérialités au prisme de la santé »

à la Vieille Charité, EHESS, 2ème étage, salle A

2 Rue de la Charité, 13002 Marseille

Le deuxième jeudi de chaque mois (sauf mars et mai)

De 10h à 13h

La première séance aura lieu le Jeudi 9 Novembre.

PROGRAMME

9 Novembre 2017
Introduction générale du séminaire par
Francesca Sirna (CNRS – CNE), Sandrine Musso (AMU – CNE) et Carine Baxerres (IRD – MERIT)

Thématique : Temporalités
Christine Jakobsen (SKOK – Center for Women and Gender studies, Bergen) et Sandrine
Musso (AMU – CNE)
« Penser l’attente et les temporalités dans les migrations irrégulières : le projet Wait »

14 Décembre 2017
Thématique : Matérialités
Florent Molle (MUCEM)
« Les matérialités médicales au MUCEM »

Discutante : Cécilia de Varine (Hôpital Saint-Jean de Dieu, Lyon)

11 Janvier 2018
Thématique : Frontières
Introduction par Francesca Sirna (CNRS – CNE) Johanna Lees (LaSSA)
« Frontières savoirs populaires / savoirs experts : l’enquête Fos Epseal »

Discutante : Aline Sarradon Eck (SESSTIM)

8 Février 2018
Thématique : Frontières
Introduction par Juliette Sakoyan (LaSSA)

Arianna Cecconi (CNE)
« Du rêve au sommeil : applications de
l’anthropologie dans les quartiers nord de
Marseille »

Discutante : Eléonore Armanet (AMU –
IDEMEC)

15 Mars 2018
Thématique : Frontières (du genre)
Nicolas Maï et Calogero Giametta (Projet Sexhum) Olga Gonzalez (CNRS – URMIS)
« Sexe, classe et race: le VIH chez les personnes transgenre migrant.E.s des classes populaires d’Amérique latine »

Discutante : (précision à venir)

12 Avril 2018
Thématique : Temporalités
Carla Obermeyer (Résidente Imera, American University of Beirut)
« Objectifs du développement durable : la temporalité programmée dans les programmes de santé »

Discutante : Alice Desclaux (IRD – TRANSVIHMI)

24 Mai 2018
Thématique : Temporalités
Introduction par Sandrine Musso (AMU – CNE)

Cyril Farnarier (LaSSA), Matteo Fano (EHESS – CNE) et Carlotta Magnani (EHESS – CNE)
« Trajectoire de soins des personnes en situation de grande précarité : engagements et contraintes »

Discutante : Dominique Grassineau (APHM)

14 Juin 2018
Thématique : Matérialités
Kelley Sams (CNE) et Carine Baxerres (IRD – MERIT)
« Le Médicament vu des Suds, les enjeux pluriels entourant cette marchandise de santé globalisée »

Discutant : Frédéric Saumade (AMU – IDEMEC)