Categories
Appel à projets

AAP de la Fondation de France « Sida, santé et développement : genre et VIH »

 

Le 27 janvier dernier, la Fondation de France a lancé, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida, santé et développement – Genre et VIH ».

Pour rappel, la Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes, médicales et médico-sociales sensibles à la thématique proposée.

Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

Cet appel à projet prend d’autant plus son sens dans un contexte comme celui que nous connaissons aujourd’hui.

Nous vous invitons donc à candidater dès maintenant afin d’assurer la continuité de vos actions de lutte contre le Sida. Vous trouverez toutes les informations sur cet appel à projet ainsi que la lettre d’intention à télécharger sur le site de la Fondation de France : www.fondationdefrance.org

N’oubliez pas de transmettre votre dossier avant le 13 mai 2020, 17h00, pour qu’il soit pris en compte.

Si vous rencontrez des difficultés pour finaliser votre dossier, vous pouvez contacter l’équipe du programme Santé à l’adresse sida@fdf.org.

Categories
Appel à projets Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Fondation de France – Appel a projets 2020 sur « Sida, santé et développement – Genre et VIH »

Fondation de France – Appel a projets 2020

Sida, santé et développement – Genre et VIH

Date limite de réception des dossiers de candidature:  13 mai 2020  à 17H00 (heure de Paris, France)

La Fondation de France lance en 2020, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida santé et développement – Genre et VIH« .

La Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes, médicales et médico-sociales sensibles à la thématique proposée. Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

Pour plus d’informations, nous vous proposons de consulter la plaquette de présentation de l’appel à projets.

 Pour télécharger l’appel à projets ainsi que la lettre d’intention: www.fondationdefrance.org

N’hésitez pas à contacter notre programme pour tout renseignement complémentaire au 01 44 21 31 90 ou par mail : sida@fdf.org

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire Médecine et Genre, EHESS, Programme 2019-2020

Médecine et genre
Étudier la construction des savoirs médicaux

Les mardis de 11h à 13h
Du 5 novembre 2019 au 16 juin 2020
EHESS, Salle A06_51
54 Bd Raspail, Paris

Argumentaire:

Le but de ce séminaire est d’explorer la formation des savoirs médicaux au prisme du genre. En partant de nos propres travaux de recherche – l’établissement de l’obstétrique masculine au XVIIIe siècle et l’émergence de l’endométriose comme problème de santé publique au  XXIe siècle – nous étudierons les constructions d’expertises médicales.

Que considère-t-on comme relevant de la connaissance médicale dans différents contextes historiques, culturels et sociaux ? Quels sont les principes et moyens de légitimation des savoirs médicaux ? Comment opèrent les mécanismes de délimitation entre savoirs experts et savoirs profanes ? Pourquoi et comment certains domaines de la médecine restent des impensés alors que d’autres sont au contraire surinvestis ? Plus généralement, nous étudierons comment le genre et la sexualité interviennent dans la genèse des savoirs médicaux et, inversement, comment la médecine intervient dans la construction du genre et de la sexualité.

Tout au long de ce séminaire, les participant.e.s seront invité.e.s à réfléchir à leurs propres sujets d’étude. Plusieurs séances seront consacrées à des questions méthodologiques, notamment à l’analyse textuelle du discours médical et à l’apport des épistémologies féministes. Le séminaire se déroulera en français, la lecture des textes se fera en français et en anglais. La bibliographie et le programme détaillé seront indiqués en début de semestre.

Programme:

5 novembre 2019 : Introduction et présentation (Lucia Aschauer et Margaux Nève)

19 novembre 2019 : Sciences et politique avec Donna Haraway (Delphine Gardey)

3 décembre 2019 : Critique féministe des sciences et des techniques (Margaux Nève)

17 décembre 2019 : L’apport des épistémologies féministes de l’ignorance dans les études sur la santé et la médecine (Anne-Charlotte Millepied et Deborah Guy)

7 janvier 2020 : Des profanes face aux savoirs gynécologiques : pratiques épistémologiques du mouvement de self-help féministe (Lucile Quéré)

21 janvier 2020 : Narration et autorité épistémique : étudier la construction des savoirs médicaux à l’aide de la narratologie (Lucia Aschauer)

4 février 2020 : Construction de l’ignorance et des savoirs médicaux autour de l’endométriose et des dyspareunies (Margaux Nève)

18 février 2020 : Le genre comme outil de spécialisation de la gynécologie au XIXe siècle (Tommy De Ganck)

3 mars 2020 : Dans le secret de la consultation médicale : le praticien face aux aspirations contraceptives de sa clientèle (1920-1967) (Cyrille Jean)

17 mars 2020 : Maladies chroniques systémiques d’étiologie inconnue : sexe et genre entre médecine, épidémiologie et sciences sociales (Catherine Cavalin et Alain Lescoat)

19 mai 2020 : Présentations des participant.e.s (1)

2 juin 2020 : Présentations des participant.e.s (2)

Télécharger le programme: Medecine_genre
Page web du séminairehttps://enseignements-2019.ehess.fr/2019/ue/3292/

Organisation: Lucia Aschauer, maître de langue ( Centre Georg-Simmel ); Margaux Nève, doctorante contractuelle à l’EHESS ( IIAC )  

Categories
appel à contribution

« La maladie au prisme du genre »

Appel à communication

Journée d’études

Le vendredi 3 avril 2020 à Dijon
Université de Bourgogne-Franche-Comté
Centre Georges Chevrier UMR CNRS 7366

Les femmes et les hommes sont-ils égaux face aux maladies ? Cette journée d’études propose d’interroger la maladie au prisme du genre, qu’il s’agisse de pathologies physiques ou mentales, dans leur réalité quotidienne (diagnostic, soin) comme dans les représentations.

Les communications seront basées prioritairement sur des travaux de recherche inédits ou en cours (enquêtes empiriques, analyses de contenus). Elles pourront interroger les axes suivants :

1/ Le rapport aux maladies selon le genre

Toutes les maladies ne sont pas équitablement reconnues selon le sexe.
L’autisme, par exemple, l’est davantage chez les hommes. Comme l’a montré l’historienne Ilana Löwy, les femmes ont historiquement bénéficié d’une meilleure prise en charge des cancers, en particuliers lorsqu’il s’agit des organes génitaux.
Pourtant, d’autres maladies ont longtemps été ignorées, jusqu’à ce que des collectifs de femmes commencent à revendiquer leur reconnaissance. C’est le cas aujourd’hui de l’endométriose, qui constitue désormais un des aspects de la « démocratie sanitaire », comme ce fut le cas pour le Sida.

De même, les soins proposés divergent selon le sexe. Les hommes servent très souvent de référence pour établir les soins. Ainsi, 80% des médicaments retirés du commerce le sont à cause des effets secondaires qu’ils provoquent chez les femmes.

Comment expliquer ces inégalités ? Est-ce uniquement le reflet d’un sexisme dans le monde médical ?

En reprenant la célèbre distinction entre le « normal et le pathologique » de Canguilhem, on se demandera si les représentations de la
maladie varient selon le sexe.
Qu’est-ce qu’être malade quand on est un homme/une femme ? Comment définit-on la limite entre santé et maladie et en quoi cela est-il
tributaire du genre ou, éventuellement
d’autres dimensions : appartenance
ethnique, rapports de classes, d’âge,
etc. ?

Alors que la lutte contre la douleur est aujourd’hui un objectif majeur dans le monde médical, le genre intervient-il dans la définition de la douleur, que ce soit du point de vue du ou de la patient.e, ou de celui du ou de la soignant.e ? Y a-t-il des situations dans lesquelles les douleurs des hommes/des femmes sont davantage reconnues que d’autres ?

On pourra aussi s’interroger sur les effets genrés des politiques de prévention des maladies. Alors que les injonctions à la bonne
santé et la prévention des risques se développent, hommes et femmes sont-ils autant informé.e.s sur les différentes maladies ? Quelles sont les conséquences de ces inégalités sur la bonne santé des hommes et des femmes ?

On pourra s’interroger, enfin, sur les récentes évolutions quant aux addictions.
Par exemple, le tabagisme ou encore l’alcoolisme ont longtemps été l’apanage des hommes, avant que les femmes ne tombent, elles aussi, sous leur emprise. Comment l’expliquer ?

2/ L’effet du genre dans la relation de soin

Être homme ou femme lorsque l’on est soignant.e n’est pas neutre.
Historiquement, la division du travail de soin recoupe largement une division du travail sexuée : aux médecins (hommes) les tâches les plus nobles/les plus qualifiées, aux autres professionnel.le.s du soin (femmes) les tâches les plus invisibles, les qualités plus
proches du travail domestique. Si certaines catégories de professionnel.le.s majoritairement féminines, comme les sage-femmes ou les infirmières, se sont vues déléguer une partie des tâches médicales, cette délégation s’est réalisée avec parcimonie, sous le contrôle étroit du corps médical.

Depuis quelques décennies, les facultés de médecine ont vu arriver sur leurs bancs une proportion plus importante de femmes (64 %
d’étudiantes en première année en 2003). Progressivement, la profession médicale se féminise, bien que cette
féminisation se réalise de manière inégale selon les spécialités médicales. Cette féminisation peut entraîner des transformations dans le rapport au travail, plus particulièrement dans la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle. Ces transformations de la démographie médicale ont-elles des incidences sur la façon de travailler des médecins femmes et hommes ? Sur l’accès aux soins pour les patients ?

À l’inverse, certains groupes professionnels exclusivement féminins à un moment de leur histoire – comme les sages-femmes, les infirmières, ou encore les aides- soignantes (AS) – commencent à être investis par des hommes. Ce mouvement a
toutefois eu lieu dans des proportions bien moindres que chez les médecins : ces groupes comptent aujourd’hui respectivement 97%, 86 % et 90 % de femmes, selon les chiffres de la DREES5. Il peut toutefois entraîner des confusions pour les patient.e.s qui associent toujours les hommes au corps médical et les femmes aux groupes paramédicaux (infirmières, AS), notamment à l’hôpital.

Dans ce second axe, nous proposons d’interroger les effets du genre non seulement des patient.e.s, mais aussi des professionnel.le.s qui les soignent dans la relation de soin.

Le genre des patients est souvent une donnée négligée par les professionnel.le.s de santé, bien qu’elles et ils puissent rencontrer des difficultés dans certains cas, notamment dans le cas de femmes qui préfèrent que des soignantes leur prodiguent des soins intimes – voir qui refusent que ces soins soient réalisés par des hommes. La question du genre des patient.e.s relève bien souvent d’un impensé du point de vue des professionnel.le.s du soin qui conçoivent l’égalité de traitement entre tou.te.s les patient.e.s comme un principe fondamental.

Pour autant, on peut s’interroger sur les effets concrets des relations de genre dans les rapports entre professionnel.le.s du soin et patient.e.s. En quoi le fait d’être un soignant ou une soignante affecte (facilite ou entrave) la relation de soin avec les patients et les patientes ?

De manière plus large, les communications pourront également aborder la question de la démographie des professions de soin et ses effets en matière d’accès aux soins. Quel est, par exemple, l’impact de la féminisation des médecins sur l’accès au soin des patient.e.s ?

D’un point de vue législatif, il y a eu de nombreuses évolutions en matière de délégations d’actes médicaux, et une ouverture du droit à la prescription pour certains actes vers les sages-femmes et les infirmières. Quels impacts cette extension légale a-t-elle sur l’accès au soin et/ou la prise en charge des patient.e.s ?

Modalités de transmission :

Les propositions de communication d’une page maximum devront être accompagnées d’une courte présentation des auteurs (statut, principales publications). Elles devront parvenir à chacun.e des organisateur.trice.s avant le 15 octobre 2019.

Propositions à envoyer à :

La sélection des textes aura lieu fin octobre. Une réponse sera transmise aux participants début novembre 2019.

En cas de réponse positive, les auteurs s’engagent à faire parvenir aux organisateurs une version écrite de leur communication (35 000 signes environ) pour le 15 mars 2020.

La journée d’étude donnera lieu à une publication.

Le comité d’organisation :

Lucile Girard, docteure en sociologie, rattachée au CGC-UMR 7366
Maud Navarre, docteure en sociologie, rattachée au CGC-UMR 7366
Georges Ubbiali, maître de conférences, CGC-UMR 7366

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution – Santé de genre et masculinités : perspectives historiques (post)-coloniales

Argumentaire :

Parmi les études de genre en histoire, de nombreux travaux se sont consacrés depuis les années 19901 à la masculinité et à la virilité2. Ces recherches ont sans doute eu le mérite, entre autres, de défaire un clivage qui considérait l’histoire des femmes comme le seul objet de recherche ; et d’enrichir l’historiographie d’interprétations qui permettaient par ailleurs de sortir les femmes d’une infériorité sans agency, problématisant donc aussi une approche qui les pensait comme des figures passives d’une histoire essentiellement masculine. L’histoire du genre a permis, de surcroît, de souligner que les hommes sont aussi victimes d’une pensée dichotomique du masculin versus féminin qui les assigne constamment à une définition normée de la masculinité et de la virilité3.

Les travaux en histoire sur la santé des hommes restent toutefois rares4, comme si finalement, l’assignation de la femme à son corps – notamment reproducteur –avait caché aussi le corps de l’homme. Par un renversement dichotomique des savoirs et des pratiques médicales, le corps des hommes a été scruté uniquement du côté d’une étiologie exogène, voire sociale. Face aux importantes analyses concernant la santé des femmes l’insuffisance des réflexions sur la santé des hommes surprend, malgré l’existence, attesté, d’une surmortalité masculine séculaire5, qui s’inverse à peine en contexte occidental depuis les années 19906.

Le peu d’analyses sur ces questions évoquent une prise de risque accrue de la part des hommes, liée à leur statut social et professionnel ainsi qu’à des postures viriles face aux soins7.

Alors qu’on connaît les conséquences du système biopolitique pour l’histoire des femmes dans le contexte occidental et colonial8, il reste encore un important travail à faire concernant l’histoire de la virilité et de la masculinité dans le but de sortir des impasses à la fois de l’objectivisation d’un corps supposé « neutre », d’une nouvelle biologisation des corps et d’une dichotomie essentialiste des sexes.

C’est par ailleurs à l’intersection des rapports sociaux de sexe, « race », âge – entre autres – que se dévoile l’imbrication entre pouvoirs, savoirs et pratiques de santé : ainsi dans la colonisation, les médecins – des hommes pour l’essentiel – produisent-ils des catégories scientifiques qui légitiment des pratiques cliniques, construisant ainsi une multitude de hiérarchies ordonnant non seulement le corps des femmes, mais aussi celui des hommes. L’« observation » du moral et du physique de ces mêmes corps, regardés depuis le miroir inversé de la virilité, participe à construire une épistémologie genrée de la santé qui a des conséquences sur la longue durée. La colonisation est pour ainsi dire un lieu non seulement de production de catégories épistémologiques hégémoniques pour penser – et soigner – le corps de « l’Autre », mais implicitement aussi un lieu de production des nouvelles nosologies médicales : la colonisation intervient en somme aussi dans la production du savoir et de la clinique de la médecine occidentale, qu’il nous faut repenser à l’aune des intersections des rapports de pouvoir de sexe, « race », classe9.

 Axes

Dans cette publication nous souhaiterions revenir plus précisément sur des questions qui nous paraissent avoir une fonction heuristique :

-Comment périodiser une histoire de la santé qui prenne en compte le genre dans les espaces coloniaux et postcoloniaux ?

– Comment comprendre, déconstruire et reconstruire les données sanitaires en tenant compte de rapports de pouvoirs nord/sud des instances aptes à mesurer la santé ?

– Comment contextualiser les catégories nosologiques et les analyses épidémiologiques à l’aune d’une construction genrée et intersectionelle des modèles de santé10 ?

– Comment comprendre et renseigner la surmortalité masculine11 dans une perspective de genre et postcoloniale12 ?

– Comment analyser le poids des permanences et des éventuelles ruptures dans les savoirs et dans les pratiques cliniques autour des maladies des hommes ?

– Comment évaluer le décalage entre discours et pratiques et mettre en lumière le processus de fabrication et de circulation des diagnostics ?

– Comment sortir d’une interprétation qui opère une dichotomie entre des savoirs locaux, traditionnels et autochtones d’une part et des savoirs occidentaux, modernes et scientifiques d’autre part ? À quel point ces « savoirs locaux » sont-ils issus du façonnage de la circulation des savoirs entre l’ancienne médecine et celle moderne13 ?

– Quelle part les colonisé-e-s ont-ils/elles pris à l’élaboration d’une médecine « moderne » dans les colonies ?

– Comment la présence genrée de personnel soignant européen aux colonies a-t-elle eu un impact sur la santé globale de la population ? Et sur l’évolution des disciplines elles-mêmes ?

– À quel moment peut-on parler de médecine coloniale14 ?

Bibliographie/Notes

1Robert William Connell, Masculinities, Berkeley, University of California Press, 1995. Robert A. Nye Masculinity and Male Codes of Honour in Modern France, New York / Oxford, Oxford University Press, 1993.
2 Régis Révenin (dir.) Hommes et masculinités de 1789 à nos jours. Contributions à l’histoire du genre et de la sexualité en France, Paris, Autrement, 2007. Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello Histoire de la virilité : t. 1, L’invention de la virilité. De l’Antiquité aux Lumières, t. 2, Le triomphe de la virilité. Le XIX e siècle, t. 3, La virilité en crise? XX e -XXI e siècle, Paris, Seuil 2011.
3 Jean-Pierre Cavaillé, Sophie Houdard et Cécile Soudan, Masculinité et « esprit fort » au début de l’époque moderne : Les Dossiers du Grihl, n. 1, 2010.
4 Susanne Hoffmann, Gesunder Alltag im 20. Jahrhundert? : geschlechterspezifische Diskurse und gesundheitsrelevante Verhaltensstile in deutschsprachigen Ländern, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 2010. Martin Dinges, « Men’s Bodies ‘Explained’ on a Daily Basis in Letters from Patients to Samuel Hahnemann (1830-35), » Martin Dinges, (éd)., Patients in the History of Homoeopathy, Network Series, Sheffield, European Association for the History of Medicine and Health, 2002, pp. 85-118,. Mark S. Micale, Hysterical Men, The Hidden History of Male Nervous Illness, Cambridge, MA and London, Harvard University Press, 2008. Jacqueline H. Watts, Gender, Health and Healthcare: Women’s and Men’s Experience of Health and Working in Healthcare Roles, London and New York, Routledge 2016.
5 Pour le XXe siècle cf. Alain Chenu, « Sexe et mortalité en France, 1906-1980 », Revue française de sociologie, 1988, Volume 29, Numéro 2, pp. 293-324.
6 Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles, « États de santé », in Margaret Maruani, Femmes, genre et sociétés, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2016, pp. 122-130.
7 Cf. Jacqueline Laufer, Catherine Marry, Margaret Maruani, Le travail du genre: Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe, Paris, La Découverte, 2010.
8 Cf. les travaux Christelle Taraud : « Les femmes, le genre et les sexualités dans le Maghreb colonial (1830- 1962) », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 33, 2011, pp. 157-19 ; Sexes et colonies. Virilité, « homosexualité » et « tourisme sexuel » au Maghreb (XIXe et XXe siècles), Paris, Éditions Payot, 2009 ; « La virilité en situation coloniale et post-coloniale », dans Alain Corbin (dir.), Histoire de la virilité XIXe siècle/Première Guerre mondiale, tome 2, Paris, Le Seuil, 2009, pp.331-347 ; « Genre, classe et “race” en contexte colonial et post-colonial : une approche par la mixité sexuelle », in Pascale Bonnemère & Irène Théry (dir.), Ce que le genre fait aux personnes, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Enquête », pp. 157-171. ; « Genre, sexualité et colonisation », Sextant, 23, 2008, pp.117-127. Et aussi : Malek Bouyahia, « Genre, sexualité et médecine coloniale. Impensés de l’identité ‘indigène’ », Cahiers du Genre, 1, 2011, n 50, pp. 91-110 et Claire Fredj , « Encadrer la naissance dans l’Algérie coloniale. Personnels de santé et assistance à la mère et à l’enfant  » indigènes  » (XIXe-début du XXe siècle) », Annales de démographie historique, 2/2011 (n° 122), p. 169-203.
9 Rana A. Hogarth, Medicalizing Blackness: Making Racial Difference in the Atlantic World, 1780-1840, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2017.
10 Déjà au XIXe siècle certains médecins appréhendaient la problématique des statistiques sanitaires : Cf. par exemple Léon Cléry Vacher, Étude médicale et statistique sur la mortalité, à Paris, à Londres, à Vienne et à New-York en 1865, F. Savy, 1866.
11 Cf. le chapitre : « Les causes médicales de la surmortalité masculine », in Jacques Vallin, France Meslé, Graziella Caselli, Viviana Egidi, Les causes de décès en France de 1925 à 1978, Volume 1, Paris, INED, 1988, p. 470.
12 Ainsi par exemple sur la notion de tuberculose comme maladie « exportée »: cf. Pierre Darmon, Un siècle de passions algériennes : Histoire de l’Algérie coloniale (1830-1940), Paris, Fayard 2009.
13 Daniel G. König « Traductions et transferts de savoirs », Trivium [En ligne], 8, 2011, mis en ligne le 16 mai 2011 : URL : http://trivium.revues.org/3973 .
14 Iona McCleery « What is “colonial” about medieval colonial medicine? Iberian health in global context », Journal of Medieval Iberian Studies, 7, 2015, pp. 151-175.

Télécharger l’appel à contributions : Appel-Contribution_sante_colonialite_masculinites

Conditions de soumission (avant le 12 août 2019) :

 Format : Les résumés de 3000 à 5000 caractères maximum (espaces compris) devront intégrer : le questionnement/problématique, le corpus (sources / matériaux) ainsi que le champ disciplinaire et la méthodologie.

Calendrier :

12 août 2019 : fin de l’appel.

19 août 2019 : notification et réponse de la sélection.

Par la suite, pour les propositions retenues, il s’agira d’envoyer les articles complets (30000 min – 50000 signes – espaces compris) avant le 30 septembre 2019.

Contact : Francesca Arena francesca.arena@unige.ch

Maison de l’histoire, Unige: https://www.unige.ch/rectorat/maison-histoire/maison-histoire/collaborateurs/

Categories
appels à candidature

Appel à projets 2019 : Sida, santé et développement Genre et VIH

Date limite de réception des dossiers de candidature:
17 avril 2019 à 17H00 (heure de Paris, France)

La Fondation de France lance en 2019, pour la quatorzième année consécutive, l’appel à projets « Sida santé et développement – Genre et VIH ».

La Fondation de France souhaite aider les projets innovants en lien avec la thématique « Genre et VIH ». L’appel à projets s’adresse aux associations et aux équipes soignantes et médico-sociales sensibles à la thématique proposée. Les projets devront être basés en Afrique sub-saharienne francophone (cf. liste des pays concernés) ou dans quelques départements français ultramarins.

La plaquette de l’appel est disponible on-line, d’autres informations sont disponibles sur le site de la Fondation de France, d’où il est possible de télécharger cet appel à projets ainsi que la lettre de candidature.

Pour tout renseignement complémentaire au
01 44 21 31 90 ou par mail : Sida@fdf.org.
Contacter Karine POUCHAIN-GREPINET : responsable du Programme « Sida, santé et développement ».
 

Categories
Evènements scientifiques Non classé

Rencontre Les JEUDIS DU GENRE – Le care: une lecture critique du monde social ?

Jeudi 13 décembre 2018
17h-19h
Bibliothèque Diderot de Lyon – D9
5 parvis René Descartes, 69007 LYON
Entrée libre

 

L’Institut du Genre a été créé en 2012 à l’initiative de l’InSHS (CNRS), dont l’une des priorités scientifiques est le développement des études de genre. Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS), cette structure nationale et fédérative est dédiée aux recherches françaises sur le genre et les sexualités et organise tout au long de l’année « Les Jeudis du Genre », une manifestation qui a pour vocation de présenter des publications récentes ou de débattre de thématiques d’actualité.

La prochaine rencontre de ce cycle, Le care : une lecture critique du monde social ? se tiendra exceptionnellement à Lyon, grâce à la collaboration de la Bibliothèque Diderot de Lyon et accueillera Estelle Ferrarese et Pascale Molinier,  deux auteures de la nouvelle collection Perspectives du care portée par ENS Éditions et dirigée par Claude Gautier (Professeur de philosophie politique et de philosophie des sciences sociales à l’ENS de Lyon et directeur du laboratoire Triangle)  et Fabienne Brugère (Professeure de philosophie à l’Université de Bordeaux).

La nouvelle collection « Perspectives du Care » trouve sa justification scientifique et éditoriale dans la nécessité de contribuer à la diffusion et à la reconnaissance du care comme « vision du monde », comme instrument critique d’analyse de la réalité sociale. S’il s’inscrit, à l’origine, dans le développement d’une nouvelle éthique du particulier aux États-Unis dans les années 1980, le care définit aussi des points de vue critiques qui englobent de vastes pans de la réalité : l’écologie, l’économie, la littérature et l’art, le droit et la politique, etc.

Dans le cadre de cet événement, deux ouvrages de cette collection — La fragilité du souci des autres d’Estelle Ferrarese [2018], Le care monde de Pascale Molinier [2018] — seront présentés et discutés. Deux ouvrages qui, dans des domaines distincts, font valoir la puissance critique du care comme instrument de relecture de certaines traditions philosophiques — la « théorie critique » d’Adorno — ou comme renouvellement des approches psychologiques de la morale.

 

 

La rencontre sera suivie d’un verre.

Intervenants:

Claude Gautier Professeur de philosophie politique et de philosophie des sciences sociales à l’ENS de Lyon et directeur du laboratoire Triangle

Estelle Ferrarese Professeure de philosophie morale et politique à l’université Picardie Jules Verne

Pascale Molinier Psychologue, professeure de psychologie sociale à l’université Paris 13 Villetaneuse

 

Organisateurs:
Triangle. Action, discours, pensée politique et économique
Bibliothèque Diderot de Lyon
ENS Éditions
Institut du genre – Gis

 

Plus d’informations ici

Categories
appels à communication

EXTENSION DE L’APPEL A COMMUNICATIONS: « Genre et sexualités : diversités des contextes, pluralité des parcours, approches interdisciplinaires »

COLLOQUE INTERNATIONAL

Libreville, Gabon

du 17 au 18 juillet 2019

 


L’Observatoire International du Couple, de la Conjugalité et de l’Extraconjugalité (OICCE) (oicce.net), affilié à l’Université Franco Gabonaise Saint-Exupéry au Gabon, et le Centre de Recherches Sciences Sociales Sports et Corps (CRESCO) (cresco.univ-tlse3.fr/), affilié à l’Université Paul Sabatier-Toulouse 3 en France, coorganisent un colloque international sur « le genre et les sexualités ».

L’appel à communications a été reconduit jusqu’au 31 décembre 2018

A. Objectif

Ce colloque s’intéresse à l’organisation du genre (comme système de production et de hiérarchisation des sexes) et de la sexualité dans différents contextes socio-culturels. Il s’agit de traiter les enjeux, les problèmes, les tensions et contradictions qui se déploient simultanément sur « le genre et les sexualités » au sein de différentes sociétés.

L’objectif est d’une part de comprendre les représentations, les organisations et les logiques d’action qui rendent possible la persistance des asymétries et des inégalités de genre en matière de sexualité. D’autre part, de saisir les logiques d’action, les représentations et les controverses relatives aux valeurs et enjeux égalitaristes constitutifs d’un espace de la cause des femmes en lien avec la sexualité. Ce colloque favorise les approches anthropologiques, démographiques et sociologiques. Seules les communications ayant une dimension empirique seront retenues. Aucune région du monde n’est exclue et les communications peuvent proposer la comparaison entre différentes aires géographiques ou bien mettre l’accent sur l’une d’entre elles.

Il s’agira, à partir de travaux ancrés dans les différents contextes socio-historiques, d’ouvrir des pistes de recherche, réflexion, discussion permettant de mettre en place un programme de comparaisons internationales. Ce colloque constitue ainsi la première pierre d’un programme de recherche international. La publication d’un ouvrage collectif ou d’un numéro spécial de revue scientifique est prévue à partir des meilleures communications. Les articles (entre 30 000 et 70 000 signes selon le support) seront attendus au plus tard pour décembre 2019. Aussi, il est attendu que les communicant.e.s participent aux deux journées du colloque.

B. Axes thématiques

Les communications s’inscriront dans l’une ou plusieurs des cinq grandes thématiques proposées :

1. Masculinité et féminité : Différences, égalité et hiérarchies dans les représentations culturelles et religieuses et dans les pratiques de socialisation.

2. Corps et sexualité : Transformations et tensions des normes et légitimités juridiques, sociales, culturelles et religieuses dans l’espace privé et dans l’espace public.

3. Espace public, espace privé : Harcèlement, violence, police de genre et formes de résistance.

4. Éducation, formation : Institutions éducatives et socio-éducatives ; inégalités socio-sexuées ; scolarisations ; professionnalisations.

5. Santé :Institutions et actrices, acteurs de la santé ; politiques de santé ; inégalités socio-sexuées de santé ; VIH/Sida et autres IST ; handicaps ; maladies.

C. Modalités de soumission des propositions de communication au colloque

Les propositions de communication demandées doivent être envoyées avant le 31 décembre 2018.

La langue du colloque est le français.

Les propositions comprendront sur deux pages distinctes :

En page 1 :

Nom de·s auteur·e·s

Statut(s)

Discipline(s)

Un curriculum vitae abrégé.

Établissement(s) ou laboratoire(s) de rattachement

Adresse(s) électronique(s)

Titre de la communication – Proposition de numéro(s) d’axe(s)

En page 2 :

Titre de la communication – Proposition de numéro(s) d’axe(s)

5 mots clefs

Résumé (entre 3 000 et 5 000 signes espaces compris) qui précise l’objet de la communication, les questions centrales, le cadrage théorique, les outils méthodologiques, les données empiriques mobilisées

Principales références bibliographiques

L’adresse pour la soumission des propositions est la suivante : genreetsexualites2019@gmail.com

Comité scientifique

ALBENGA Viviane, Maîtresse de conférences, sociologie, IUT Bordeaux Montaigne, laboratoire MICA

BADINI KINDA Fatoumata, Professeure, sociologie, responsable du laboratoire « Genre et Développement » de l’Université Ouaga1 Pr. Joseph Ki_Zerbo

COMBESSIE Philippe, Professeur des universités, sociologie, Université Paris X Nanterre, laboratoire Sophiapol

CORDURIÈS Jérôme, Maître de conférences, anthropologie, Université Jean-Jaurès Toulouse 2, laboratoire LISST

DÉTREZ Christine, Professeure des universités, sociologie, École Normale Supérieure de LYON, laboratoire Centre Max Weber

DOGA Marie, Maîtresse de conférences, sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

FRAYSSE Mélie, Docteure en Staps spécialité sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

GALY Marie, Professeure agrégée, doctorante STAPS, spécialité sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

KUYU Camille, Professeur des universités, droit, Collège d’Etudes Interdisciplinaires, Université Paris Sud 11

GARCIA Marie-Carmen, Professeure des universités, sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

GIARD Agnès, Docteure en anthropologie, Université Paris X Nanterre, laboratoire Sophiapol Page 5 sur 8

MAYER Raymond, Professeur des universités, anthropologie, Président de l’Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry, Libreville

MENNESSON Christine, Professeure des universités, sociologie, Université Toulouse 3, laboratoire CreSco

NDONG BEKALE Jules Simon, Docteur en Staps, Université de Grenoble Alpes (UFRAPS), laboratoire SENS

NKOMA NTCHEMANDJI Philippe, Docteur en anthropologie, doctorant en démographie, Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry, PIRAL, laboratoire OICCE

TRACHMAN Mathieu, Chargé de recherches, Institut National d’Études Démographiques

Comités organisateurs

Coordination générale

Pr Raymond MAYER, Président Univ. FGSE-PIRAL, Gabon.
Contact. Tel : (+ 241) 06 62 45 02. E-mail : rd_mayer@yahoo.fr

Dr. Philippe NKOMA NTCHEMANDJI, Univ. FGSE-PIRAL/OICCE, Gabon.
Contacts. Tel : (+ 241) 02 78 01 60/ 04 23 98 62. E-mail : nkoma_ntchemandji@yahoo.fr

Pr Marie-Carmen GARCIA, Univ. Toulouse 3-Cresco, France.
Contact. Tel : (+33) 6 08 12 18 95. E-mail : marie-carmen.garcia@univ-tlse3.fr

Comités d’organisations

Gabon

ASSAM ANGO Celse

AMVAME ESTINE Michel Ronny

BADJINA EGOMBENGANI Linda Joëlle

BIVEGHE Thomas D’Aquin

BOUYA PRISCA Aéloria

DETTA Gilbert

N’NO EKOME Lionel

ENGANDJA-NGOULOU Kanel

HASSAN MOHAMEDOU

IKOGOU-RENAMY Lionel Cédrick

MAYER Raymond

NGUEMA-OBAME Roger

NDONG BEKALE Jules Simon

NKOMA NTCHEMANDJI Philippe

SOUMBO Sebastiao

ZUE ZUE Cyrille

France

DOGA Marie

FRAYSSE Mélie

GALY Marie

GARCIA Marie-Carmen

Secrétariats du colloque

Gabon

NGOMAYILLA YI NGOMA Christian

Observatoire International du Couple, de la Conjugalité et l’Extraconjugalité (OICCE) Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry (UFGSE)- S/C du PIRAL

Rue Paul ENENGBE OBAME – B.P. : 4082 Libreville-Gabon.

Tél : (+241) 04 56 80 80

E-mail : christianngomayilla@gmail.com

France

FOURMENT Michèle

Centre de Recherches Sciences Sociales, Sports et Corps (CreSco)

Université Toulouse III – F2SMH/Staps

118 route de Narbonne – 31062 Toulouse cedex 9

Tél : + 33 (0)5 61 55 75 03

Fax : 05 61 55 82 80

E-mail : michele.fourment@univ-tlse3.fr

Participation au colloque

Les communiquant·e·s doivent s’acquitter des frais d’inscription au colloque. Ils se résument en trois formules :

Formule A :

160 000 FCFA, soit 243.92 euros par participants·tes, pour trois jours (les deux jours du colloque et la journée touristique). Ce forfait comprend :

Le cocktail, les pauses café, les déjeuners et le dîner de clôture ;

Les transports relatifs au colloque (aéroport-hôtel et lieu du colloque) ;

Les documents de travail ;

La journée touristique (cf. la page web du colloque).

Formule B :

130 000 FCFA, soit 198.18 euros par participants·t·e·s, pour un jour (le premier ou le dernier jour du colloque + la journée touristique). Ce forfait comprend :

Le cocktail, les pauses café, les déjeuners et le dîner de clôture ;

Les transports relatifs au colloque (aéroport-hôtel et lieu du colloque) ;

Les documents de travail ;

La journée touristique.

Formule C :

100 000 FCFA, soit 152.45 euros par participants·t·e·s, pour un jour (le premier ou le dernier jour du colloque sans la journée touristique). Ce forfait comprend :

Le cocktail, les pauses café, les déjeuners et le dîner de clôture ;

Les transports relatifs au colloque (aéroport-hôtel et lieu du colloque) ;

Les documents de travail.

N.B : Pour les formules A et B, ne pas participer à la journée touristique ne donne pas droit à un remboursement sur le prix du forfait.

Les doctorants·e·s et les auditeurs·e·s bénéficieront des tarifs préférentiels quelle que soit la formule retenue. Le forfait s’élève à 50 000 FCFA, soit 76.22 euros, pour les doctorants·es africains·es et à 80 000 FCFA, soit 121.96 euros, pour les doctorants·es d’autres régions (Europe, Amériques, Asie). Le forfait des auditeurs·trices s’élève à 25 000 FCFA, soit 38.11 euros.

Les frais de participation devront être envoyés au comité d’organisation du Colloque entre les 28 février et 28 mars 2019. Trois modalités d’envoi sont possibles :

Transfert d’argent (via Western Union ou Moneygram) ;

Virement ou transfert bancaire ;

Virement Paypal.

Dès sélection de votre communication, les modalités de règlement des frais de participation, selon la formule retenue, vous seront communiquées par le Secrétariat du colloque via courriel.

Pour les détails pratiques (logement, visas, vaccins, journée touristique, …), veuillez consulter la page Web de présentation du colloque à l’adresse suivante : http://wwwcolloquegenreetsexualites2019.ga

Categories
appels à communication

EXTENSION DE L’APPEL A COMMUNICATIONS: « Genre et sexualités : diversités des contextes, pluralité des parcours, approches interdisciplinaires »

COLLOQUE INTERNATIONAL

Libreville, Gabon

du 17 au 18 juillet 2019


L’Observatoire International du Couple, de la Conjugalité et de l’Extraconjugalité (OICCE) (oicce.net), affilié à l’Université Franco Gabonaise Saint-Exupéry au Gabon, et le Centre de Recherches Sciences Sociales Sports et Corps (CRESCO) (cresco.univ-tlse3.fr/), affilié à l’Université Paul Sabatier-Toulouse 3 en France, coorganisent un colloque international sur « le genre et les sexualités ».

L’appel à communications a été reconduit jusqu’au 31 décembre 2018

A. Objectif

Ce colloque s’intéresse à l’organisation du genre (comme système de production et de hiérarchisation des sexes) et de la sexualité dans différents contextes socio-culturels. Il s’agit de traiter les enjeux, les problèmes, les tensions et contradictions qui se déploient simultanément sur « le genre et les sexualités » au sein de différentes sociétés.

L’objectif est d’une part de comprendre les représentations, les organisations et les logiques d’action qui rendent possible la persistance des asymétries et des inégalités de genre en matière de sexualité. D’autre part, de saisir les logiques d’action, les représentations et les controverses relatives aux valeurs et enjeux égalitaristes constitutifs d’un espace de la cause des femmes en lien avec la sexualité. Ce colloque favorise les approches anthropologiques, démographiques et sociologiques. Seules les communications ayant une dimension empirique seront retenues. Aucune région du monde n’est exclue et les communications peuvent proposer la comparaison entre différentes aires géographiques ou bien mettre l’accent sur l’une d’entre elles.

Il s’agira, à partir de travaux ancrés dans les différents contextes socio-historiques, d’ouvrir des pistes de recherche, réflexion, discussion permettant de mettre en place un programme de comparaisons internationales. Ce colloque constitue ainsi la première pierre d’un programme de recherche international. La publication d’un ouvrage collectif ou d’un numéro spécial de revue scientifique est prévue à partir des meilleures communications. Les articles (entre 30 000 et 70 000 signes selon le support) seront attendus au plus tard pour décembre 2019. Aussi, il est attendu que les communicant.e.s participent aux deux journées du colloque.

B. Axes thématiques

Les communications s’inscriront dans l’une ou plusieurs des cinq grandes thématiques proposées :

1. Masculinité et féminité : Différences, égalité et hiérarchies dans les représentations culturelles et religieuses et dans les pratiques de socialisation.

2. Corps et sexualité : Transformations et tensions des normes et légitimités juridiques, sociales, culturelles et religieuses dans l’espace privé et dans l’espace public.

3. Espace public, espace privé : Harcèlement, violence, police de genre et formes de résistance.

4. Éducation, formation : Institutions éducatives et socio-éducatives ; inégalités socio-sexuées ; scolarisations ; professionnalisations.

5. Santé :Institutions et actrices, acteurs de la santé ; politiques de santé ; inégalités socio-sexuées de santé ; VIH/Sida et autres IST ; handicaps ; maladies.

C. Modalités de soumission des propositions de communication au colloque

Les propositions de communication demandées doivent être envoyées avant le 31 décembre 2018.

La langue du colloque est le français.

Les propositions comprendront sur deux pages distinctes :

En page 1 :

 Nom de·s auteur·e·s

 Statut(s)

 Discipline(s)

 Un curriculum vitae abrégé.

 Établissement(s) ou laboratoire(s) de rattachement

 Adresse(s) électronique(s)

 Titre de la communication – Proposition de numéro(s) d’axe(s)

En page 2 :

 Titre de la communication – Proposition de numéro(s) d’axe(s)

 5 mots clefs

 Résumé (entre 3 000 et 5 000 signes espaces compris) qui précise l’objet de la communication, les questions centrales, le cadrage théorique, les outils méthodologiques, les données empiriques mobilisées

 Principales références bibliographiques

L’adresse pour la soumission des propositions est la suivante : genreetsexualites2019@gmail.com

Comité scientifique

ALBENGA Viviane, Maîtresse de conférences, sociologie, IUT Bordeaux Montaigne, laboratoire MICA

BADINI KINDA Fatoumata, Professeure, sociologie, responsable du laboratoire « Genre et Développement » de l’Université Ouaga1 Pr. Joseph Ki_Zerbo

COMBESSIE Philippe, Professeur des universités, sociologie, Université Paris X Nanterre, laboratoire Sophiapol

CORDURIÈS Jérôme, Maître de conférences, anthropologie, Université Jean-Jaurès Toulouse 2, laboratoire LISST

DÉTREZ Christine, Professeure des universités, sociologie, École Normale Supérieure de LYON, laboratoire Centre Max Weber

DOGA Marie, Maîtresse de conférences, sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

FRAYSSE Mélie, Docteure en Staps spécialité sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

GALY Marie, Professeure agrégée, doctorante STAPS, spécialité sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

KUYU Camille, Professeur des universités, droit, Collège d’Etudes Interdisciplinaires, Université Paris Sud 11

GARCIA Marie-Carmen, Professeure des universités, sociologie, Université Paul Sabatier Toulouse 3, laboratoire CreSco

GIARD Agnès, Docteure en anthropologie, Université Paris X Nanterre, laboratoire Sophiapol Page 5 sur 8

MAYER Raymond, Professeur des universités, anthropologie, Président de l’Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry, Libreville

MENNESSON Christine, Professeure des universités, sociologie, Université Toulouse 3, laboratoire CreSco

NDONG BEKALE Jules Simon, Docteur en Staps, Université de Grenoble Alpes (UFRAPS), laboratoire SENS

NKOMA NTCHEMANDJI Philippe, Docteur en anthropologie, doctorant en démographie, Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry, PIRAL, laboratoire OICCE

TRACHMAN Mathieu, Chargé de recherches, Institut National d’Études Démographiques

Comités organisateurs

Coordination générale

Pr Raymond MAYER, Président Univ. FGSE-PIRAL, Gabon.
Contact. Tel : (+ 241) 06 62 45 02. E-mail : rd_mayer@yahoo.fr

Dr. Philippe NKOMA NTCHEMANDJI, Univ. FGSE-PIRAL/OICCE, Gabon.
Contacts. Tel : (+ 241) 02 78 01 60/ 04 23 98 62. E-mail : nkoma_ntchemandji@yahoo.fr

Pr Marie-Carmen GARCIA, Univ. Toulouse 3-Cresco, France.
Contact. Tel : (+33) 6 08 12 18 95. E-mail : marie-carmen.garcia@univ-tlse3.fr

Comités d’organisations

Gabon
ASSAM ANGO Celse
AMVAME ESTINE Michel Ronny
BADJINA EGOMBENGANI Linda Joëlle
BIVEGHE Thomas D’Aquin
BOUYA PRISCA Aéloria
DETTA Gilbert
N’NO EKOME Lionel
ENGANDJA-NGOULOU Kanel
HASSAN MOHAMEDOU
IKOGOU-RENAMY Lionel Cédrick
MAYER RaymondNGUEMA-OBAME Roger
NDONG BEKALE Jules Simon
NKOMA NTCHEMANDJI Philippe
SOUMBO Sebastiao
ZUE ZUE Cyrille
France
DOGA Marie
FRAYSSE Mélie
GALY Marie
GARCIA Marie-Carmen

Secrétariats du colloque

Gabon

NGOMAYILLA YI NGOMA Christian

Observatoire International du Couple, de la Conjugalité et l’Extraconjugalité (OICCE) Université Franco-Gabonaise Saint-Exupéry (UFGSE)- S/C du PIRAL

Rue Paul ENENGBE OBAME – B.P. : 4082 Libreville-Gabon.

Tél : (+241) 04 56 80 80

E-mail : christianngomayilla@gmail.com

France

FOURMENT Michèle

Centre de Recherches Sciences Sociales, Sports et Corps (CreSco)

Université Toulouse III – F2SMH/Staps

118 route de Narbonne – 31062 Toulouse cedex 9

Tél : + 33 (0)5 61 55 75 03

Fax : 05 61 55 82 80

E-mail : michele.fourment@univ-tlse3.fr

Participation au colloque

Les communiquant·e·s doivent s’acquitter des frais d’inscription au colloque. Ils se résument en trois formules :

Formule A :

160 000 FCFA, soit 243.92 euros par participants·tes, pour trois jours (les deux jours du colloque et la journée touristique). Ce forfait comprend :

– Le cocktail, les pauses café, les déjeuners et le dîner de clôture ;

– Les transports relatifs au colloque (aéroport-hôtel et lieu du colloque) ;

– Les documents de travail ;

– La journée touristique (cf. la page web du colloque).

Formule B :

130 000 FCFA, soit 198.18 euros par participants·t·e·s, pour un jour (le premier ou le dernier jour du colloque + la journée touristique). Ce forfait comprend :

– Le cocktail, les pauses café, les déjeuners et le dîner de clôture ;

– Les transports relatifs au colloque (aéroport-hôtel et lieu du colloque) ;

– Les documents de travail ;

– La journée touristique.

Formule C :

100 000 FCFA, soit 152.45 euros par participants·t·e·s, pour un jour (le premier ou le dernier jour du colloque sans la journée touristique). Ce forfait comprend :

– Le cocktail, les pauses café, les déjeuners et le dîner de clôture ;

– Les transports relatifs au colloque (aéroport-hôtel et lieu du colloque) ;

– Les documents de travail.

N.B : Pour les formules A et B, ne pas participer à la journée touristique ne donne pas droit à un remboursement sur le prix du forfait.

Les doctorants·e·s et les auditeurs·e·s bénéficieront des tarifs préférentiels quelle que soit la formule retenue. Le forfait s’élève à 50 000 FCFA, soit 76.22 euros, pour les doctorants·es africains·es et à 80 000 FCFA, soit 121.96 euros, pour les doctorants·es d’autres régions (Europe, Amériques, Asie). Le forfait des auditeurs·trices s’élève à 25 000 FCFA, soit 38.11 euros.

Les frais de participation devront être envoyés au comité d’organisation du Colloque entre les 28 février et 28 mars 2019. Trois modalités d’envoi sont possibles :

– Transfert d’argent (via Western Union ou Moneygram) ;

– Virement ou transfert bancaire ;

– Virement Paypal.

Dès sélection de votre communication, les modalités de règlement des frais de participation, selon la formule retenue, vous seront communiquées par le Secrétariat du colloque via courriel.

Pour les détails pratiques (logement, visas, vaccins, journée touristique, …), veuillez consulter la page Web de présentation du colloque à l’adresse suivante : http://wwwcolloquegenreetsexualites2019.ga

Categories
Non classé Séminaire

Séminaire Technorep: Technologies reproductives et d’enfantement. Régulations du risque, gouvernement du corps, controverses publiques.

 

1er lundi du mois de 13 h à 16 h (salle AS1_24, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2018 au 3 juin 2019.
La séance du 1er avril est reportée au 2 avril (de 14 h à 17 h, Centre Alexandre Koyré, 5e étage, 27 rue Damesme 75013 Pari

 

Ilana Lowydirectrice de recherche à l’INSERM (*) ( CERMES3 )

Chiara Quagliariellocontrat postdoctoral à l’EHESS ( IMM-CEMS )

Sezin Topçuchargée de recherche au CNRS ( IMM-CEMS )

 

De la conception à l’accouchement en passant par la grossesse, le progrès médical est parvenu à orienter voire façonner en profondeur le processus d’enfantement dans les sociétés contemporaines.  La multiplication des innovations « révolutionnaires » ou de rupture telles que la PMA-GPA (qui a détaché l’embryon de l’utérus), le diagnostic prénatal (qui a rendu le fœtus « maîtrisable »), ou la contraception hormonale y joue un rôle certain. Le recours massif à des technologies, instruments ou médicaments, plus anciens ou conventionnels (échographie, césarienne, péridurale…), y a joué ou joue un rôle clé également, étant donné qu’il contribue à déplacer les frontières entre le naturel et l’artificiel, le moderne et l’archaïque, le biologique et le médical. Au croisement des études sociales et culturelles des techniques, de la sociologie de la médecine, de la sociologie des controverses publiques, et des études sur le genre, ce séminaire de recherche vise à décrypter ces nouveaux paysages reproductifs et d’enfantement modelés par la médecine. Il repose sur quatre axes principaux. Nous aborderons les trajectoires sociohistoriques de ces différentes techniques, en traçant les continuités, les complémentarités, ou au contraire les concurrences entre elles. Nous analyserons les régulations nationales et internationales dont ces innovations font l’objet depuis les dernières décennies, redessinant par là de nouveaux rapports, institutionnels, à la maternité/parentalité, au genre, au corps, au biologique, au risque, ou encore à l’handicap. Nous passerons au crible les marchés et les logiques industrielles dont elles relèvent et les formes de gouvernement économique qu’elles donnent à voir. Nous étudierons enfin les critiques ou controverses publiques qu’elles suscitent en termes non seulement éthiques, mais aussi épistémologiques (savoirs féministes/profanes vs savoirs médicaux), sanitaires (e.g. risques iatrogènes de la FIV ou de la pilule contraceptive), et politiques (e.g. débats autour de la place accordée au travail reproductif, aux liens biologiques, ou encore à la sécurité dans les sociétés productivistes et du risque).

 

Programme

5 novembre : Du ‘risque’ à la ‘violence’ : médicalisation des naissances

  • Sezin Topçu (Cems), Du risque à la violence : médicalisation de l’accouchement comme problème public international
  • Clara Blanc (Ehess), Entre vécu singulier et problème public : la médiatisation des témoignages de violence obstétricale
  • Nathalie Sage-Pranchère (Centre Roland Mousnier, Sorbonne Université), Les incompatibilités sanguines mère-enfant : élaboration d’une prise en charge totale de la naissance

3 décembre : Techniques d’obstétrique routinisées et dynamiques nationales 

  • Lola Mirouse (CEMS-Ehess), Faire de l’épisiotomie une technique de routine? La production d’ignorance sur les risques et l’utilité de l’épisiotomie au cours de deux décennies de débat scientifique en France (1980-1990) 
  • Chiara Quagliariello (CEMS-Ehess), Normalisation et critiques de la césarienne au Sud et au Nord d’Italie

 7 janvier : PMA, don d’embryons et travail reproductif

  • Severine Mathieu (EPHP), Qu’est ce qui fait le parent? Don d’embryon et AMP en France
  • Lucie Herzog (Université de Caen, CERReV), L’AMP au quotidien : derrière les biotechnologies, le travail reproductif des femmes

4 février : Controverses autour de la médicalisation de la reproduction dans l’après Mai 1968

  • Bibia Pavard (Université Paris 2 Panthéon-Assas), Transferts militants et pratiques des avortements au début des années 1970
  • Sezin Topçu (CEMS), Controverses autour de l’accouchement médicalisé dans la France des années 1970 : quelle(s) critique(s) des techniques ?

4 mars : Diagnostique prénatal: nouvelles techniques, nouveaux marchés, nouveaux risques ?

  • Ilana Löwy (Cermes 3), Le fœtus visible et la loi. Diagnostic prénatal en France et au Brésil
  • Carine Vassy (Université Paris 13), Comment créer une nouvelle catégorie de femmes à risque. Le cas du dépistage prénatal non invasif en France

2 avril: Gouverner l’embryon : perspectives historiques et sociologiques (séance en anglais, coorganisée avec le séminaire « Gouverner le progrès »)

  • Nick Hopwood (University of Cambridge), Human embryos: A visual history
  • Anne-Sophie Giraud (LISST-CNRS), Understanding temporality in reproduction : the case of in vitro embryos in France 

6 mai : Epidémie de la césarienne, questions raciales, santé néolibérale  (séance en anglais)

  • Summer Hawkins (Boston College & King’s College London), Racial/ethnic differences in cesarean deliveries and VBACs: a view from the US
  • Sezin Topçu (CEMS-Ehess), Technobirth and Neoliberal Health : Caesarean Epidemic in Turkey 

3 juin : Gynécologie et savoirs genrés (séance en anglais)

  • Renée Almeling (Yale University), Men, Medical Knowledge & Reproduction
  • Deuxième intervenant.e à préciser

 

Pour plus d’informations, visiter le site de l’EHESS