Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: Médicament et frontières

Appel à contribution pour le no 43 de Socio-anthropologie

Numéro coordonné par Johanne Collin (sociologue et historienne, professeure titulaire à la Faculté de pharmacie de l’université de Montréal).

Dans les sociétés contemporaines, le médicament occupe une place majeure, au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnues. D’abord parce que le concept même de thérapeutique s’est considérablement élargi au cours du xxe siècle pour englober désormais très en amont, la prévention – voire la préparation à l’apparition de la maladie et en aval, l’extension des limites corporelles, notamment à travers la médecine régénérative. Mais également parce que les usages non thérapeutiques du médicament – comprendre : en dehors du champ et de l’influence de la médecine – se multiplient à la faveur de l’accroissement considérable de l’arsenal et de sa mise en circulation. Comment dès lors saisir l’injonction sociétale à utiliser les médicaments hors du contrôle médical classique ? Et comment interpréter le pouvoir immense du médicament sur nos vies ?

Après avoir, pendant plusieurs décennies, réfléchi l’accroissement des recours aux médicaments sous l’angle de la médicalisation (médicalisation de la vieillesse, de la sexualité, etc) puis de la biomédicalisation (Clarke et al., 2010), les sciences sociales se tournent désormais de plus en plus fréquemment vers le concept de pharmaceuticalisation pour cerner l’extension et l’expansion des usages du médicament (Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Ce concept requiert d’aller au-delà de la définition intuitive qu’il commande, celle d’un processus planifié, dirigé, téléguidé par le haut à travers les ambitions et velléités de la toute puissante industrie pharmaceutique, pour prendre en compte l’« agentivité » du médicament, de manière à mieux saisir comment il participe de différents processus sociaux. Nous proposons donc d’envisager la pharmaceuticalisation comme le résultat de l’interaction entre trois processus, ceux de médicalisation, de molécularisation et de biosocialisation (Collin, 2016). Ces trois processus ont en commun de reposer sur un mécanisme similaire, celui du brouillage ou du déplacement de la frontière entre les deux pôles d’un continuum. Le médicament joue ainsi un rôle d’opérateur des flux sociaux à travers le brouillage ou le déplacement de ces trois frontières.

La médicalisation procède du déplacement de la frontière entre santé et maladie ; c’est-à-dire entre ce qui, dans une société donnée et à un moment donné de son histoire, est considéré comme normal et ce qui est considéré comme pathologique. Le médicament est l’un des dispositifs majeurs qui permet, facilite ou précipite ce déplacement de la frontière entre les deux pôles.

Le médicament contribue également à brouiller la frontière entre le naturel et l’artificiel, à travers le processus de molécularisation, et invite à réfléchir les manières par lesquelles il opère des changements ontologiques. Avec l’émergence de la biologie moléculaire au milieu du xxe siècle, l’étude du vivant est passée d’une perspective cellulaire à une perspective moléculaire. Le concept de molécularisation selon N. Rose (2007) incarnerait une rupture épistémologique, ou à tout le moins un changement majeur en introduisant une « politique de la vie en soi ». La molécularisation s’accompagne ainsi nécessairement d’un ensemble de mutations biotechnologiques, politiques, économiques, culturelles, sociales et identitaires. En contribuant à déplacer la frontière entre le naturel et l’artificiel et à repousser les limites corporelles, le médicament devient ainsi le moteur d’une hybridation non seulement culturelle (comme le montrent de nombreux travaux anthropologiques depuis la fin des années 1980), mais aussi matérielle et biologique.

Enfin, la biosocialisation, quant à elle, peut être envisagée comme un processus selon lequel il y a brouillage de la frontière entre inclusion et exclusion sociale. Le médicament incarne, dans cette optique, un objet autour duquel s’organisent de nouvelles formes de socialités, que celles-ci se constituent en faveur ou en opposition au médicament ; que les expériences et motifs d’usage soient conformes à la normativité contemporaine (usages médicaux) ou déviants par rapport à celle-ci. Ces nouvelles formes de socialité reposent sur des communautés virtuelles fortes et éventuellement des sous-cultures porteuses de nouvelles normes sociales. On pense ici notamment au mouvement d’anti-vaccination, mais également aux forums d’échanges sur les usages détournés de médicaments psychotropes et autres substances pour accroitre les performances. Dès lors, le déplacement de la frontière entre inclusion et exclusion sociale via le médicament implique également une tension permanente entre déviance et conformité aux normes sociales. (Otero et Collin, 2016).

Si de nombreux travaux ont, par le passé, traité la question du déplacement de la frontière entre normal et pathologique et du rôle qu’y joue le médicament, ce dossier de Socio-anthopologie propose d’aborder le médicament sous l’angle du déplacement des frontières entre naturel et artificiel et entre inclusion et exclusion sociale, en privilégiant l’exploration de trois angles de réflexion et de recherche :

  1. De l’innovation à la nouvelle conformité : les usages détournés des médicaments ;

  2. redéfinition des seuils et logiques préventives reliées aux médicaments et aux vaccins ;

  3. les frontières du médicament.

Il fait notamment appel à des approches sociologiques et anthropologiques, historiques, philosophiques.

Modalités de soumission: 

Une intention argumentée d’environ 5 000 signes est attendue pour le 15 mai 2020. Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

Elle doit être adressée à la coordinatrice du dossier : johanne.collin [at] umontreal.ca

La notification des propositions pré-sélectionnées sera donnée aux auteurs à la mi-juin. La remise des textes rédigés (entre 25 000 et 35 000 signes) est fixée au 15 septembre 2020.

La parution du numéro 43 « Médicament et frontières » aura lieu en mai 2021.

Lien vers l’appel à contribution 

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication Colloque Evènements scientifiques

Congrès international: « Recherches en Sciences Humaines et Sociales : la question du transfert aux pratiques médicales »

 Congrès international:
(English follow)

Recherches en  Sciences Humaines et Sociales :
la question du transfert aux pratiques médicales

Marseille (France) – 12-13 octobre 2017

La langue du colloque est l’anglais :
Chaque intervenant aura environ 15 minutes à disposition pour sa communication.
Les propositions de communication (2000 signes espaces inclus, bibliographie comprise) doivent être rédigées en anglais
, et déposées sur le site : http://sshtranslation.sciencesconf.org

Date limite de soumission des propositions : 30 mai 2017

Depuis les années 1970, le champ de l’‘Evidence Based Medicine’ ou médecine basée sur les preuves, a structuré l’activité de transfert et de régulation d’innovations biomédicales à travers l’édition de recommandations nationales et internationales. Plus récemment, l’évaluation du transfert des résultats de la recherche biomédicale dans les pratiques cliniques – auxquelles on peut rattacher un grand nombre de recherches en psychologie de la santé ou en épidémiologie psycho-sociale – a donné naissance à la recherche ‘translationnelle’ ou d’‘implémentation’ dont les indicateurs de résultats sont en cours de définition. Son objectif est d’optimiser la traduction des résultats de la recherche dans les pratiques médicales qu’elles soient cliniques ou de santé publique. L’évaluation de différents types d’interventions constitue un des objectifs principaux de ces recherches, l’essai clinique en étant toujours la référence centrale.

La question du transfert des recherches en sciences humaines et sociales vers la médecine et plus largement la société, est plus complexe. Si une part des recherches en SHS, de type « appliqué », cherchent à éclairer des questions et problèmes qui se posent aux professionnels de santé, une part importante des travaux en SHS s’inscrit dans le cadre d’une recherche fondamentale dont les « résultats » visent en premier  lieu à enrichir les connaissances et cadres  théoriques  de ces disciplines. Leur impact sur les pratiques médicales ou sociales n’est ni direct ni immédiat. Les résultats produits par ces travaux peuvent cependant être utiles aux différents acteurs de la santé (professionnels, patients, aidants, associations de patients ou d’aidants, décideurs politiques, etc.), à la condition que ceux-ci aient accès à ces résultats, et qu’ils s’en saisissent.

L’objectif de cette conférence internationale est d’engager une réflexion multi et interdisciplinaire, associant les différentes parties prenantes, sur la question de l’utilisation et de l’utilité des résultats de recherches en sciences humaines et sociales par et pour les professionnels de la santé au sens large. A partir d’exemples de recherches réalisées ou en cours de réalisation, nous explorerons la question de la « translation » ou « implémentation » des résultats de recherches en SHS au champ de la médecine et de la santé, en d’autre termes, comment et sous quelles conditions, des ‘résultats’ de travaux en SHS sont mobilisés et utilisés par différents acteurs dans le champ de la médecine et de la santé. L’objectif est de mieux comprendre les processus de communication et de diffusion des connaissances en SHS ainsi que les conditions, formes et modalités de leur utilisation. Comment traduire les résultats de ces recherches au-delà des publications scientifiques ? Quelles démarches de communication scientifique et médiatique peuvent être entreprises? Quelle place pour les chercheurs et les différents métiers de la recherche dans ces processus? Quelle place pour les associations d’usagers ? Quelle place éventuelle pour les métiers de la communication ?

Nous attendons des communications dans les sessions thématiques suivantes :

  • Session 1 : Recherches sur la communication en santé : transfert à la pratique clinique. Les travaux proposés peuvent s’intéresser à la communication médecin/patient en cancérologie en général ou plus spécifiquement à la décision partagée ou à la littératie en santé. Un intérêt particulier sera porté aux travaux s’intéressant à l’accès aux interventions ou à leur déploiement en pratique de routine. Les travaux portant sur la communication des connaissances de SHS entre soignants et aux patients sont également bienvenus.
  • Session 2 : L’observation des conditions de vie de patients atteints de cancer : impact sur les pratiques médicales et les politiques sociales. Les communications sollicitées peuvent investiguer l’un ou l’autre de ces impacts du recueil, en routine ou lors d’enquêtes, de données psychosociales. Les données recueillies directement auprès des patients (patient-reported outcomes) pourront concerner tout type de données psychosociales, par exemple la santé perçue, la satisfaction et les préoccupations, les conditions de vie, etc.
  • Session 3 : Apport pour la pratique médicale des connaissances produites par les recherches en anthropologie de la santé dans le domaine du cancer. Seront examinées prioritairement les travaux permettant de mettre au jour les logiques (cognitives, culturelles, sociales et économiques) des conduites des malades et des professionnels autour de l’usages des médicaments, du suivi du traitement, de l’éducation thérapeutique, de l’accès aux soins et au dépistage.
  • Session 4 : Comment les recherches en sociologie de la santé peuvent-elles éclairer, orienter ou accompagner les processus d’innovation biomédicale dans le domaine du cancer ? Les communications peuvent porter sur toutes questions relatives à l’innovation dès lors qu’elles s’inscrivent dans la thématique générale du colloque, par exemple : innovation responsable ; échange et transfert de connaissances ; innovation organisationnelle et recherche translationnelle ; essais cliniques et participation des patients ; gouvernance et régulation ;….

 

Toutes les informations, précisions et mises à jour concernant la programmation du colloque seront diffusées sur le site sshtranslation.sciencesconf.org que nous vous invitons à consulter régulièrement.

 

Inscription (gratuite mais obligatoire) sur le site : http://sshtranslation.sciencesconf.org

Contacts organisateurs : 

Pascale Bourret : pascale.bourret@univ-amu.fr                 Aline Sarradon-Eck : aline.sarradon@inserm.fr

 

 

International congress:

Social Sciences and Humanities Research:
translating findings into medical practices

Marseille (France) – October 12-13, 2017

Deadline for abstract submission: May 30, 2017

Communications – having 15-minute time slots – will be presented at 4 thematic sessions.

Proposals consisting of a title and a short abstract (2000 signs including references and spaces). 

The official language of the conference is English

Since the 1970s, the field of Evidence Based Medicine has provided a framework for the transfer and the regulation of biomedical innovations via the publication of national and international recommendations and guidelines. More recently, the assessment of the transfer of biomedical research into clinical practice – including research in health psychology and psycho-social epidemiology – has led to so-called ‘implementation’ or ‘translational research’, two activities for which outcome indicators are still being defined. The objective of translational research is to improve the transfer of research findings into medical practices, at both the clinical and public health levels. The evaluation of different kinds of interventions is one of the key issues, clinical trials being the gold standard in this respect.

Transferring findings made in the field of Social and Human Sciences (SHS) research to medicine and wider society is much more complex. While « applied » research in SHS directly seeks to analyze issues and problems faced by health professionals, the primary aim of « fundamental » SHS research is to enrich SHS knowledge and its theoretical frameworks. The impact of this latter kind of research on medical or social practices is neither direct nor immediate. Its results, however, could be useful to a variety of actors in the healthcare domain (professionals, patients, caregivers, patients associations, policy makers…), provided that they can have access to these findings and appropriate them.

The aim of this international conference is to initiate a multi and interdisciplinary discussion, involving various actors, on the use and utility of social science research for and by health professionals, broadly defined. Drawing on examples from completed and ongoing research projects, we will explore the issue of « translation » and « implementation » of SHS research findings to the field of medicine and health by analyzing how and under what conditions these findings are mobilized, translated, and used by various actors. The objective is to contribute to a better understanding of the processes involved in the communication and dissemination of knowledge in the social sciences, as well as how this knowledge is actually used by healthcare practitioners. How to translate research findings beyond scientific publications? What additional scientific and media communication initiatives should be taken? What is the role of researchers and other research professionals in these processes? What about patients associations? Which possible role for communication specialists?

Thematic sessions:

  • Session 1: Research on health communication: translating results into clinical practice. Papers focusing on doctor/patient communication in oncology, or more specifically on shared decision-making or health literacy will be welcome. Particular interest will be given to papers focusing on patients’ access to interventions and on the implementation of interventions in the routine care. Papers addressing the communication of Social and Human Science data to patients and among healthcare providers will also be welcome.
  • Session 2: Collecting cancer patient-reported psychosocial outcomes: impact on medical practices and social policies. Papers on the impact of collecting psychosocial data in either routine practice or surveys will be welcome, whether they focus on patients’ perceived health, their satisfaction and concerns, or their living conditions, for example.
  • Session 3: How the knowledge produced by research in medical anthropology in the field of cancer can contribute to medical practices. Priority will be given to papers focusing on the logics (cognitive, cultural, social and economic) behind patients and health professionals’ behaviors regarding issues such as the use of drugs, the monitoring of patients’ treatment, therapeutic education, and patients’ access to care and screening.
  • Session 4: How can research in health sociology provides insight into biomedical innovation processes in the field of cancer, or contribute to the development and management of these processes ? Papers may address any innovation-related issues as long as they refer to the general theme of the symposium, for example: responsible innovation; exchange and knowledge transfer; organizational innovation and translational research; clinical trials and participation of patients; governance and regulation,..

 

Info on the conference and on submission procedures: http://sshtranslation.sciencesconf.org

Participation is free but registration is mandatory: http://sshtranslation.sciencesconf.org

Convenors/contacts : 

Pascale Bourret : pascale.bourret@univ-amu.fr                 Aline Sarradon-Eck : aline.sarradon@inserm.fr