Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: Médicament et frontières

Appel à contribution pour le no 43 de Socio-anthropologie

Numéro coordonné par Johanne Collin (sociologue et historienne, professeure titulaire à la Faculté de pharmacie de l’université de Montréal).

Dans les sociétés contemporaines, le médicament occupe une place majeure, au-delà des finalités thérapeutiques qui lui sont traditionnellement reconnues. D’abord parce que le concept même de thérapeutique s’est considérablement élargi au cours du xxe siècle pour englober désormais très en amont, la prévention – voire la préparation à l’apparition de la maladie et en aval, l’extension des limites corporelles, notamment à travers la médecine régénérative. Mais également parce que les usages non thérapeutiques du médicament – comprendre : en dehors du champ et de l’influence de la médecine – se multiplient à la faveur de l’accroissement considérable de l’arsenal et de sa mise en circulation. Comment dès lors saisir l’injonction sociétale à utiliser les médicaments hors du contrôle médical classique ? Et comment interpréter le pouvoir immense du médicament sur nos vies ?

Après avoir, pendant plusieurs décennies, réfléchi l’accroissement des recours aux médicaments sous l’angle de la médicalisation (médicalisation de la vieillesse, de la sexualité, etc) puis de la biomédicalisation (Clarke et al., 2010), les sciences sociales se tournent désormais de plus en plus fréquemment vers le concept de pharmaceuticalisation pour cerner l’extension et l’expansion des usages du médicament (Williams et al., 2011 ; Desclaux et Egrot, 2015 ; Collin et David, 2016). Ce concept requiert d’aller au-delà de la définition intuitive qu’il commande, celle d’un processus planifié, dirigé, téléguidé par le haut à travers les ambitions et velléités de la toute puissante industrie pharmaceutique, pour prendre en compte l’« agentivité » du médicament, de manière à mieux saisir comment il participe de différents processus sociaux. Nous proposons donc d’envisager la pharmaceuticalisation comme le résultat de l’interaction entre trois processus, ceux de médicalisation, de molécularisation et de biosocialisation (Collin, 2016). Ces trois processus ont en commun de reposer sur un mécanisme similaire, celui du brouillage ou du déplacement de la frontière entre les deux pôles d’un continuum. Le médicament joue ainsi un rôle d’opérateur des flux sociaux à travers le brouillage ou le déplacement de ces trois frontières.

La médicalisation procède du déplacement de la frontière entre santé et maladie ; c’est-à-dire entre ce qui, dans une société donnée et à un moment donné de son histoire, est considéré comme normal et ce qui est considéré comme pathologique. Le médicament est l’un des dispositifs majeurs qui permet, facilite ou précipite ce déplacement de la frontière entre les deux pôles.

Le médicament contribue également à brouiller la frontière entre le naturel et l’artificiel, à travers le processus de molécularisation, et invite à réfléchir les manières par lesquelles il opère des changements ontologiques. Avec l’émergence de la biologie moléculaire au milieu du xxe siècle, l’étude du vivant est passée d’une perspective cellulaire à une perspective moléculaire. Le concept de molécularisation selon N. Rose (2007) incarnerait une rupture épistémologique, ou à tout le moins un changement majeur en introduisant une « politique de la vie en soi ». La molécularisation s’accompagne ainsi nécessairement d’un ensemble de mutations biotechnologiques, politiques, économiques, culturelles, sociales et identitaires. En contribuant à déplacer la frontière entre le naturel et l’artificiel et à repousser les limites corporelles, le médicament devient ainsi le moteur d’une hybridation non seulement culturelle (comme le montrent de nombreux travaux anthropologiques depuis la fin des années 1980), mais aussi matérielle et biologique.

Enfin, la biosocialisation, quant à elle, peut être envisagée comme un processus selon lequel il y a brouillage de la frontière entre inclusion et exclusion sociale. Le médicament incarne, dans cette optique, un objet autour duquel s’organisent de nouvelles formes de socialités, que celles-ci se constituent en faveur ou en opposition au médicament ; que les expériences et motifs d’usage soient conformes à la normativité contemporaine (usages médicaux) ou déviants par rapport à celle-ci. Ces nouvelles formes de socialité reposent sur des communautés virtuelles fortes et éventuellement des sous-cultures porteuses de nouvelles normes sociales. On pense ici notamment au mouvement d’anti-vaccination, mais également aux forums d’échanges sur les usages détournés de médicaments psychotropes et autres substances pour accroitre les performances. Dès lors, le déplacement de la frontière entre inclusion et exclusion sociale via le médicament implique également une tension permanente entre déviance et conformité aux normes sociales. (Otero et Collin, 2016).

Si de nombreux travaux ont, par le passé, traité la question du déplacement de la frontière entre normal et pathologique et du rôle qu’y joue le médicament, ce dossier de Socio-anthopologie propose d’aborder le médicament sous l’angle du déplacement des frontières entre naturel et artificiel et entre inclusion et exclusion sociale, en privilégiant l’exploration de trois angles de réflexion et de recherche :

  1. De l’innovation à la nouvelle conformité : les usages détournés des médicaments ;

  2. redéfinition des seuils et logiques préventives reliées aux médicaments et aux vaccins ;

  3. les frontières du médicament.

Il fait notamment appel à des approches sociologiques et anthropologiques, historiques, philosophiques.

Modalités de soumission: 

Une intention argumentée d’environ 5 000 signes est attendue pour le 15 mai 2020. Elle précisera l’objet et le questionnement de recherche, les données et la méthodologie mobilisées, comme les enseignements tirés, afin de faciliter le travail d’arbitrage.

Elle doit être adressée à la coordinatrice du dossier : johanne.collin [at] umontreal.ca

La notification des propositions pré-sélectionnées sera donnée aux auteurs à la mi-juin. La remise des textes rédigés (entre 25 000 et 35 000 signes) est fixée au 15 septembre 2020.

La parution du numéro 43 « Médicament et frontières » aura lieu en mai 2021.

Lien vers l’appel à contribution 

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: Le futur de la santé. Pour une éthique de l’anticipation

Le futur de la santé
Pour une éthique de l’anticipation

Sous la direction de Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc 

Éditions de la Maison des sciences de l’homme
ISBN-10 2-7351-2546-7
144 pages
16 Euros
http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100961570

 

Résumé

Que serait une santé sans médecins, une santé sans médicaments, une santé sans maladie ?
Anticiper les futurs de la santé ne peut se réduire à une anticipation de la santé du futur : tel est le postulat à l’origine de cet ouvrage. Le lecteur cherchera donc en vain une liste des nouvelles technologies qui forment ou formeront ce que certains voudraient appeler la santé numérique. Pour construire une vision, il ne suffit pas d’additionner des options. La démarche réflexive qui porte cet ouvrage a choisi d’en soustraire. Anticiper les futurs de la santé invite à s’interroger sur le champ de possibilités qui s’ouvre lorsque l’on se défait de certains tropismes, notamment technologiques ou organisationnels. L’ouvrage se propose d’identifier collectivement et le plus en amont possible les enjeux éthiques de ce qui pourrait advenir dans le secteur de la santé. Construits par sous-détermination, six futurs fictionnels sont confrontés aux regards d’anthropologue, médecin, philosophe et sociologue. Anticiper les futurs de la santé, c’est prendre soin de la santé du présent et de notre façon d’y être attentif sans contraindre l’espérance d’un futur meilleur. Cet ouvrage est une contribution dans la nécessaire construction d’une éthique de l’anticipation comprise comme éthique de notre façon de prendre soin du futur.

Sommaire

INTRODUCTION : Vers une éthique de l’anticipation
Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc

CHAPITRE I : LA MALADE SANS ENTOURAGE
La contre-éthique de « l’a-relation »
Phillipe Barrier

CHAPITRE II : LA MALADIE SANS SYMPTOME
La tragicomédie du symptôme. De l’anéantissement de la maladie au totalitarisme de la santé chiffrée
Roberto Poma

CHAPITRE III : UNE SANTÉ SANS MEDECIN
Entre médecine, science et santé : penser la place du médecin
Jean-Christophe Weber

CHAPITRE IV : UNE MEDECINE SANS MALADIE
Comprendre la maladie au-delà de sa maitrise
Laurent Denizeau

CHAPITRE V : UNE SANTÉ SANS STANDARD
Trois étonnements pour une question
Albert Ogien

CHAPITRE VI : UNE MEDECINE SANS MEDICAMENT
Pour une approche repolisée de la santé : essai de contre scénario réaliste
Anne Vega

CONCLUSION
Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc

Categories
Résumés de thèses

Réguler et produire les médicaments contre le paludisme au Ghana et au Bénin : une affaire d’Etat ? Politiques pharmaceutiques, normes de qualité et marchés de médicaments.

De Jessica POURRAZ

Sous la direction de Maurice CASSIER et Carine BAXERRES

Thèse en Santé et sciences sociales, soutenue le 30 janvier 2019 à l’EHESS -CERMES3- MERIT à Paris.

Le Bénin et le Ghana, bien que confrontés aux mêmes enjeux de santé publique dans la lutte contre le paludisme, ne déploient pas les mêmes politiques pharmaceutiques pour garantir l’accès aux médicaments. Ils sont équipés d’appareils de régulation pharmaceutique et de capacités locales de production distincts qui découlent des héritages coloniaux et de leurs itinéraires historique, politique et économique. A partir de 2004, le Bénin et le Ghana adoptent les Combinaisons Thérapeutiques à base d’Artémisinine (CTA) afin de remplacer les anciennes molécules jugées inefficaces pour le traitement du paludisme. Se pose alors pour les pays l’enjeu du coût élevé de ces nouveaux médicaments. Les nouvelles recommandations d’usage de l’OMS et les financements internationaux octroyés pour l’achat des CTA provoquent une stimulation de l’innovation pharmaceutique et de la production de ces médicaments en Europe, en Amérique du Nord et en Asie. Au Bénin et au Ghana, on observe alors une arène d’acteurs transnationaux se mettre progressivement en place. Ils génèrent de nouveaux réseaux d’approvisionnements qui entrent en concurrence avec ceux des pays. Les aides financières internationales sont conditionnées à l’achat de CTA préqualifiées par l’OMS, certification dont les industries pharmaceutiques ghanéennes ne bénéficient pas, ce qui les laisse en marge de ce marché. Se fondant sur des recherches en archives, des observations et des entretiens conduits auprès des acteurs nationaux de la réglementation pharmaceutique, des firmes pharmaceutiques ghanéennes et des acteurs transnationaux finançant les CTA, ce travail interroge les dispositifs institutionnels déployés par les Etats du Bénin et du Ghana pour se réapproprier leur politique pharmaceutique et construire leur souveraineté en la matière.

Pour plus d’informations: https://www.researchgate.net/profile/Jessica_Pourraz

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse  jessica.pourraz@ird.fr

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: Le sport dans la douleur, De l’automédication au Mental training, T. Bujon et F. Mougeot

Le sport dans la douleur
De l’automédication au Mental training

Par Thomas Bujon et Frédéric Mougeot

Presses universitaires de Grenoble
Collection : Sports, cultures, sociétés
Format : 160 x 240 / 166 pages
ISBN : 978-2-7061-2696-3
Prix : 17.00 €

 

Se soigner, se doper, se droguer : y a-t-il encore une limite ?
La pratique intensive du sport expose les athlètes au risque de blessure et à des douleurs. Apprendre à gérer ces douleurs physiques et morales fait partie intégrante de la carrière des sportifs de haut niveau. Pour les faire disparaître, les atténuer, les soulager ou les contrôler, les jeunes athlètes sont conduits à consommer des antalgiques, à recourir à des traitements multiples et variés, mettant en danger leur santé. Ces pratiques se situent à la frontière entre le thérapeutique et le dopage.
Cet ouvrage, basé sur des récits de jeunes sportifs, de leur entourage (parents, staff, médecins) et d’athlètes de haut niveau s’intéresse aux normes de santé que les sportifs transgressent, à leur perception de la douleur. Il se penche aussi sur leurs parcours de soins et leurs pratiques thérapeutiques, les risques qu’ils prennent et qu’on leur autorise à prendre au nom du sport et de la performance.
Il propose une réflexion renouvelée sur l’entrée dans le dopage et éclaire un phénomène émergeant : la consommation de médicaments antidouleur et des pratiques de Mental training dans le sport intensif.

Public:
Grand public : sportifs, parents de jeunes sportifs.
Professionnel : professionnels de la santé en médecine du sport, environnement du sportif (clubs, entraîneurs).
Universitaire : enseignants et étudiants en STAPS, mais aussi dans le domaine de la santé ou du dopage, de la sociologie de la santé, des sciences politiques.

Thomas Bujon est maître de conférences en sociologie à l’université de Lyon-Saint-Étienne, membre du laboratoire TRIANGLE UMR 5206 CNRS, ENS de Lyon.
Frédéric Mougeot est sociologue, membre du Centre Max-Weber UMR 5283 CNRS, Université Lyon 2.

Categories
multimédia parution

Semaine dédiée au médicament sur l’émission Cultures Monde

Cette semaine, du lundi au jeudi de 11h à 12h, sur France Culture, l’émission Cultures Monde consacre ses séances au médicament.
  • L’émission de jeudi sera consacrée à la question de la défiance vis-à-vis des médicaments et notamment des vaccins.
Categories
Résumés de thèses

Les traitements de substitution aux opiacés en médecine générale : les appropriations d’une politique publique.

De Lise DASSIEU

Sous la direction de François SICOT

Thèse en Sociologie, soutenue le 28 septembre 2015 à l’Université Toulouse II, LISST

 

En autorisant tout médecin à prescrire du Subutex, la législation française désigne les généralistes comme acteurs essentiels d’une politique publique liée aux drogues : la dispensation de traitements de substitution aux opiacés (TSO). Cette thèse vise à comprendre comment la médecine générale compose avec cette mission. L’appropriation des TSO par les généralistes se décline à un niveau collectif – à quelles conditions cette politique peut-elle être mise en œuvre par ce groupe professionnel ? –, et sur le plan interactionnel – comment une personne dépendante devient-elle le patient d’un médecin généraliste ? La question de l’appropriation d’une politique publique rejoint donc celle de l’acquisition incertaine du statut de « patients » pour des individus socialement stigmatisés, relevant parallèlement d’une politique pénale.

À partir d’entretiens et d’observations de consultations, la thèse montre que les généralistes s’approprient les TSO au moyen d’un processus de tri des patients et des tâches accomplies. La notion de tri est heuristique pour décrire les adaptations des généralistes à l’extension de leurs missions par les politiques publiques : loin de manifester un refus de mettre en œuvre la politique substitutive, le tri vise à la rendre compatible avec les valeurs et modes d’organisation propres à la médecine générale. Les pratiques de tri des médecins s’inscrivent dans un système local de prise en charge, sur lequel ces derniers s’appuient pour adresser les indésirables à leurs confrères. Cependant, les critères de sélection produisent des inégalités d’accès aux traitements : tous les « toxicomanes » ne deviennent pas des patients dans les mêmes conditions. L’ethnographie des consultations suggère que le statut de patient s’acquiert au cours de la construction d’une relation avec le médecin, où la prescription du TSO devient progressivement routinière. Cette thèse invite donc à confronter plusieurs échelles d’analyse, en envisageant la mise en œuvre d’une politique de santé au prisme des interactions médecin-patient.

 

Jury:

Géraldine BLOY – MCF, Université de Bourgogne
Anne-Chantal HARDY – DR CNRS, DCS, Nantes, rapporteur
Michel KOKOREFF – PR, Université Paris VIII
Stéphanie MULOT – PR, Université Toulouse II, présidente
François-Xavier SCHWEYER – MCF, École des Hautes Études en Santé Publique, Rennes
Marc-Henry SOULET – PR, Université de Fribourg, rapporteur

Mention: très honorable avec félicitations du jury

 

Accès au document intégral: https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01254879