Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire 2019-2020: Migrations, Ethnicité, Santé

Le laboratoire de l’URMIS, Unité de Recherche Migration et Société, vous convie au séminaire mensuel « Migrations, Ethnicité, Santé ». Dans ce séminaire sont explorées les différentes dimensions de la santé au croisement des questions de migrations et d’ethnicité.

Les séances ont lieu les 3ème mardi du mois de 17h00 à 19h30 (à l’exception des séances de février et d’avril) à Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein (salle 101).

L’entrée est libre (dans la limite des places disponibles).

Programme

19 novembre 2019 : Sylvie Fortin (Anthropologue, Professeure à l’Université de Montréal).
Les défis épistémologiques de l’interdisciplinarité ou comment faire dialoguer santé et sciences sociales.
Discutante : Maria Teixeira (Eceve, Université Paris Diderot)

17 décembre 2019 : Rosane Braud (Sociologue, Chercheure associée, Urmis, P7) et Marie Loison-Leruste (MCF, Printemps, P13).
L’accompagnement sanitaire et social des femmes sans abri à Paris.
Discutante : Mireille Eberhard (Urmis, Université Paris Diderot)

21 janvier 2020 : Caroline Desprès (Anthropologue et médecin de santé publique, laboratoire d’éthique médicale, équipe ETREs, Centre de recherche des cordeliers).
Différenciation, discrimination dans les soins en pratique médicale ibérale.
Discutante : Marguerite Cognet (Urmis, Université Paris Diderot) et Priscille Sauvegrain (EPOPé, Inserm).

11 février 2020 : Myrian Carbajal (Docteure en Travail social et politiques sociales, Professeure à la Haute Ecole Fribourgeoise de Travail Social).
Représentations des risques des grossesses non désirées et du VIH/Sida chez les jeunes issus de la migration latino-américaine en Suisse.
Discutante : Olga L. Gonzalez (Urmis, Université Paris Diderot)

17 mars 2020 : Anne-Cécile Hoyez (CR en géographie, CNRS, UMR ESO) et Anaïk Pian (MCF en sociologie, Université de Strasbourg / UMR DYNAME).
Entre justice locale et justice spatiale: les maraudes et équipes mobiles face aux migrants sans domicile.
Discutantes : Stéphanie Larchanché (Centre Minkowska) et Simeng Wang (Cermes3, CNRS)

28 avril 2020 : Priscille Sauvegrain (Chercheure en sociologie et sage-femme, EPOPé, UMR Inserm 1153).
Premiers résultats du projet ANR-BIP_ Migrations et soins différenciées en périnatalité: l’effet des biais implicites.
Discutante : Rosane Braud (Urmis, Université Paris Diderot)

19 mai 2020 : Chloé Tisserand (Doctorante en sociologie au CeRIES, Université de Lille).
Accueil des exilés à la frontière: adaptations et initiatives du personnel soignant à l’hôpital.
Discutante : Camille Foubert (Iris, EHESS)

16 juin 2020 : Delphine Peiretti-Courtis (PRAG en histoire contemporaine, TELEMME, Université d’Aix-Marseille).
Résistance et immunité des corps noirs : de la représentation médicale à la pratique coloniale.
Discutante : Elodie Grossi (CAS, Université Toulouse Jean Jaurès)

Categories
appels à communication

AàC (dead-line reportée au 12 mai): La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, convalescence, alternatives

La date limite pour l’envoi des propositions a été reportée au 12 mai

Colloque organisé par le CERMES3,
3 et 4 octobre 2019, Paris

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ». 

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires. 

Des propositions de communication sont attendues autour des 5 thématiques suivantes :

1. Pratiques et organisations du soin 

Les sciences sociales ont analysé la manière dont le travail médical, plus largement les pratiques de soin, et les organisations qui portent ces pratiques, ont été, depuis 40 ans, transformés par les mobilisations collectives, l’émergence des figures du patient-acteur ou du patient-expert, l’accent mis sur l’expérience, les savoirs spécifiques ou les droits des patients. Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, croiser ces évolutions avec les contextes de crise(s) qui semblent provoquer un certain nombre de tensions pour les acteurs engagés dans les pratiques de soin en transformant leur environnement et conditions de travail. D’où l’intérêt d’examiner au plus près les évolutions des organisations sanitaires ou médico-sociales (formes d’organisation, diversification et éclatement, modes de régulation, place et forme de « l’hôpital », conditions de travail des professionnels…), les statuts et les rôles des personnes impliquées dans le travail de soin (« professionnalisation » des profanes versus précarisation des professionnels, brouillage des frontières et des hiérarchies professionnelles, responsabilisation ambivalente des proches aidants…), les pratiques de soins elles-mêmes (personnalisation du soin via une standardisation, développement de pratiques de soin dites « alternatives », dans les établissements sanitaires et sociaux ou en dehors…), et plus généralement, l’instrumentalisation de la notion de soin et des valeurs liées à une « société du care ».

2. Soin, santé et « crise des migrants »  

Souvent référée depuis 2015 à l’augmentation massive des entrées en Europe de populations en provenance de pays déstabilisés, notamment de pays en guerre (Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.), l’expression « crise des migrants » s’est imposée dans le débat public, oblitérant la complexité des liens entre « santé » et « migrations ». Or, au-delà des représentations communes du phénomène, et pour peu qu’on les étudie séparément ou les unes par rapport aux autres, il apparaît bien vite que ces migrations sont de différentes durées, présentent des profils variés et obéissent à des déterminants très divers (conflits, famines, génocides, effets climatiques, etc.) à l’ère de la mondialisation. C’est ainsi que la catégorie de « migrant » recouvre à la fois des sans-papiers, des travailleurs économiques peu diplômés, des migrants par mariage, des personnes hautement qualifiés…, qui sont pourtant tous acteurs de flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits. Pour explorer l’articulation entre « crise des migrants » et mondes de la santé, deux entrées apparaissent pertinentes. La première s’intéresse aux conditions d’accès aux soins et à la consommation médicale des migrants, qui peuvent certes – mais pas toujours – renvoyer aux inégalités sociales de santé, aux discriminations (ethno-raciale, sexuelle, etc.), mais aussi à des types de recours spécifiques aux soins : transfrontaliers et transnationaux, téléconsultations, etc. La seconde entrée concerne les migrants professionnels de santé et leurs conditions d’exercice ; elle invite à s’interroger sur les formations professionnelles, les mobilités spatiales et les trajectoires sociales de praticiens étrangers et d’autres corps professionnels (infirmiers, aides-soignants…), sur la place et la politique des professionnels de santé étrangers dans la gestion à l’hôpital et les organisations du soin, enfin, sur les savoirs thérapeutiques non biomédicaux véhiculés par des migrants professionnels. 

3. Systèmes de protection sociale, dans les nords et les suds

La crise de l’État-providence telle qu’annoncée dans les années 1970 ne cesse de faire parler d’elle, au point de faire douter de la pertinence du concept de crise pour décrire la fragilité d’un type d’organisation visant à mutualiser et socialiser les risques. Alors que certaines analyses pointent du doigt un rétrécissement du champ d’intervention de la puissance publique en matière de protection sociale, d’autres soulignent a contrario non pas un retrait mais une recomposition du paysage (poids grandissant des acteurs privés) et du financement de la protection sociale, qui conférerait un nouveau rôle à l’Etat, celui de stratège. Il n’en reste pas moins que la maîtrise de plus en plus resserrée des dépenses sociales, notamment de santé, crée des situations d’extrême tension, qui impactent de plus en plus les conditions de travail des professionnels de la santé. Comment analyser la situation actuelle de l’hôpital public ou encore les craintes nées de l’augmentation des prix des innovations thérapeutiques ? Ne sont-elles que les répliques de « crises » ininterrompues depuis plus de quarante ans ou bien marquent-elles une remise en cause plus profonde du modèle développé après guerre et qui coûterait « un pognon de dingue »? Privatisation, néolibéralisation, marchandisation, cette partie du colloque permettra de clarifier la place et la portée opératoire de ces concepts dans  les sciences humaines et sociales mais aussi pour les acteurs, dans les Nords comme dans Suds. Comme l’indiquent les débats au sein de la santé globale sur la « couverture santé universelle », la prise en charge des maladies chroniques, la définition des « paniers de soins » garantis ou l’accès aux médicaments, le grand partage entre des pays « à revenu élevé » gérant l’affluence et des pays « à revenu faible ou moyen » gérant la pénurie perd de sa pertinence. 

4. Santé, environnement, crise écologique

Gérer les pollutions ou sauver la planète ? Si les enjeux de santé environnementale figurent depuis les années 80 en bonne place des questions sanitaires, en particulier du fait des interrogations et controverses publiques concernant les effets des expositions récurrentes aux contaminants chimiques, les termes dans lesquels sont, depuis une décennie, réfléchis les liens entre environnement et santé ont été significativement déplacés par la mise à l’agenda du problème des perturbateurs endocriniens d’une part, des impacts massifs et multiples du changement climatique d’autre part. Dans les deux cas, parce qu’il s’agit d’effets systémiques difficilement maîtrisables, potentiellement responsables de changements épidémiologiques de grande ampleur, la notion de crise est omniprésente. Selon que l’on opère dans le champ de l’environnement ou dans celui de la santé, celle-ci recouvre toutefois des diagnostics, des modes de régulation et des formes d’intervention très différentes. Penser l’articulation de ces perspectives, les processus qu’elles mettent en avant est un enjeu d’autant plus important pour les sciences sociales de la santé que cela suppose d’introduire des formes de décloisonnement vis-à-vis des études environnementales.

5. Productions des savoirs, formes d’expertise, crise de l’objectivité

Politique de l’ignorance, fabrication du doute, undone science : la critique des modes de production des savoirs mobilisés pour objectiver… ou au contraire minimiser, voire tout bonnement nier l’existence d’un problème est constitutive de nombreux débats publics contemporains relatifs aux questions de santé. Les modes de définition des priorités de la recherche biomédicale et plus fondamentalement de la préférence (voire de l’exclusivité) accordée à certaines approches de la maladie au détriment des conceptions extra-occidentales ou tout simplement hétérodoxes font désormais l’objet de vifs débats. Cependant les principales contestations visent les processus d’expertise, entendus au sens large. Un aspect transversal à toutes ces critiques renvoie à ce que l’on est tenté d’appeler la « crise de l’objectivité ». En dépit de toutes les difficultés qu’il a posées depuis son apparition au dix-neuvième siècle (ne serait-ce que du fait de son caractère inatteignable…), l’impératif d’objectivité demeure l’une des principales normes sociales structurant la production de savoirs scientifique et, par extension, l’expertise publique. Jusqu’ici du moins, ni l’injonction de mettre à distance les intérêts et passions susceptibles de biaiser le jugement, ni la valorisation des instruments de mesure et des analyses statistiques au détriment de l’évaluation subjective des réalités sensibles n’ont polarisé l’attention. La plupart des critiques se concentrent plutôt sur les deux aspects complémentaires d’un même problème : la porosité des institutions scientifiques et a fortiori des dispositifs d’expertise face aux menées des intérêts organisés de type économique ou politique ; leur incapacité symétrique à faire toute leur place aux revendications et suggestions des représentants de causes pourtant (presque) unanimement jugées légitimes – associations de patients, d’usagers, de riverains, etc. Il nous semble que les différents aspects de cette crise larvée (sans doute en partie au moins du fait de l’absence d’alternative clairement définie et publiquement défendue) mériteraient d’être analysés en détail.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril. Elles devront contenir un titre, les coordonnées de l’auteur et le résumé de la communication proposée (1 page tout au plus). Les propositions doivent être envoyées à l’adresse : myriam.winance@cnrs.fr

Conférencier.ère.s invité.e.s ayant confirmé leur participation :

  • Bruno Théret, CNRS, Iris-université Paris-Dauphine
  • Michel Marguairaz, Université  Paris 1-Panthéon-Sorbonne
  • Sara Aguiton, CNRS, Centre Alexandre Koyré
  • Sheila Jasanoff, Harvard Kennedy School

Comité d’organisation:

  • Luc Berlivet, CNRS
  • Maurice Cassier, CNRS
  • Pierre-André Juven, CNRS
  • Jean-Paul Gaudillière, INSERM
  • Vincent Viet, Ministère des affaires sociales et de la santé
  • Simeng Wang, CNRS
  • Myriam Winance, INSERM
Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à communications: Colloque International Santé et migration en Afrique et au Moyen Orient, 24 et 25 Octobre 2019, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Fès

7ème Rencontres Sciences sociales et santé de Fès
Colloque International Santé et migration en Afrique et au Moyen Orient
24 et 25 Octobre 2019
Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Fès

Les régions de l’Afrique et du Moyen Orient se caractérisent par d’importantes migrations internes, dépassant de loin les migrations en destination de l’Europe. Celles-ci, en effet, ne représentent que 16,6% du total des flux migratoires. Les raisons des migrations sont multiples liées à la vulnérabilité des populations. Plusieurs pays d’Afrique et du Moyen Orient deviennent soit des pays de transit soit des pays d’installation (pauvreté, réfugiés politiques, problèmes sanitaires, raréfaction des ressources naturelles, sécheresse, guerres, conflits interethniques…). Les migrations ont comme déterminants l’insécurité politique, sociale, économique ou environnementale des populations ainsi que le désir des migrants d’améliorer leur situation.

Ces vastes mouvements de populations posent différents problèmes et, bien évidemment, des problèmes de santé, tout d’abord parce que les migrants sont le plus souvent en situation de vulnérabilité et d’extériorité par rapport aux dispositifs de prise en charge des pays par lesquels ils transitent ou dans lesquels ils s’installent. Ensuite, parce que s’attache toujours aux migrations la crainte des épidémies. Ce fut le cas avec l’épidémie de Sida ou avec la maladie d’Ebola. Ces craintes s’accompagnent d’une stigmatisation des migrants. On retrouve cette même stigmatisation à l’œuvre dans les lieux de soins, même s’il n’est jamais facile de faire exactement le partage entre la discrimination effective et la discrimination ressentie. L’accueil des migrants met à l’épreuve, outre l’hospitalité et l’humanisme des pays par lesquels ils transitent ou s’installent, la qualité de leur système santé. Dans bien des cas, celui-ci connait de nombreuses insuffisances et de nombreux dysfonctionnements. Les migrants subissent ainsi, le plus souvent, les difficultés que rencontrent les populations locales. Toutefois, leur vulnérabilité est plus grande. Il en découle que ces difficultés ont un impact particulier sur eux.

Les Rencontres entendent de réfléchir sur la situation des migrants par rapport à la santé en Afrique et au Moyen Orient. Trois axes sont proposés :
1°/ Les risques épidémiologiques liés à la migration ainsi que leur représentation. On sait que la crainte des épidémies met en jeu de puissants ressorts sociaux, notamment en ce qui concerne la catégorisation des populations à risques.
2°/ L’accueil des migrants dans les dispositifs médicaux des pays de transit ou d’installation. Plusieurs questions se posent à ce niveau : la régulation de l’accès aux soins pour les étrangers, l’existence et la perception d’attitudes discriminantes de la part des personnels de santé, la capacité des dispositifs à prendre en charge les populations migrantes.
3°/ L’existence ou non de régulations intra-africaines permettant de faciliter la prise en charge des migrants dans le cours de leur transit.
4°/ L’intervention des ONG locales et des organisations humanitaires au niveau de la santé des migrants dans les zones de transit et l’impact de leur action sur les représentations et les pratiques de santé des migrants et sur les politiques de santé des pays hôtes.

Télécharger l’appel à communications en français, anglais et arabe: Santé et migration en Afrique et au Moyen Orient

Calendrier de la rencontre
28 juin 2019 : Dernier délai pour la soumission des résumés des propositions de communication (500 mots)
19 juillet 2019 : réponse du comité scientifique.
15 octobre 2019 : envoi du texte partiel (2000-3000 mots).
24-25 octobre 2019 : présentation du texte complet (6000-8000 mots).

Règles de soumission
Langues de travail de la rencontre : Arabe, français et anglais

– Résumés
Titre ;
Nom de(s) l’auteur(s), statut, organisation, email ;
Résumé (500 mots MAX) ;
Mots clés ;
Biographie & bibliographie ;
Times New Roman 12, interligne 1,5.

Textes complets
-Les textes complets doivent comporter entre 6 000 et 8 000 mots, sans compter un résumé d’une dizaine de lignes et une bibliographie à la fin du texte
-Mise en forme du texte : Times New Roman 12, interligne 1,5
– Les textes doivent être soumis en format Word
– Les références portées dans les textes doivent être citées ainsi : Nom de l’auteur, titre du livre ou de l’article, maison d’édition, date, page.

Responsables scientifiques :

Mohammed Ababoumohammed.ababou@usmba.ac.ma, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Jean-Noël Ferriéjean-noel.ferrie@uir.ac.ma, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Saadia Radisaadia.radi@gmail.com, Université internationale de Rabat.

Comité d’organisation :

Mohammed Ababou, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Jean-Noël Ferrié, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Saadia Radi, Université internationale de Rabat, Abderrahmane El Maliki, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Wassila Benkirane, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès, Salah Eddine Laariny, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès, Wiame Idrissi-Alami, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Zineb Omary, Université internationale de Rabat, LEPOSHS.

Comité scientifique :

Mohammed Ababou, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Gilles Boëtsch, Université Cheikh Anta Diop, CNRS, UMI ESS ; Abderrahmane El Maliki, Université Sidi Mohammed Ben Abdallah de Fès ; Jean-Noël Ferrié, Université inter-nationale de Rabat, LEPOSHS ; Marc-Eric Gruénais, Université de Bordeaux, Sciences-Po Bordeaux, CNRS, LAM ; Zineb Omary, Université internationale de Rabat, LEPOSHS ; Saadia Radi, Université internationale de Rabat.

Categories
appels à communication Colloque

Appel à communications: La santé à l’épreuve des crises. Temporalités, coalescence, alternatives

Colloque organisé par le CERMES3, 3 et 4 octobre 2019, Paris

Entre contexte, évènement, et notion, la crise, au singulier ou au pluriel, semble tout à la fois caractériser des moments particuliers, des « situations critiques », de rupture et de basculement, déstabilisant des mondes organisés, au point de former comme la toile de fond historique, politique et discursive de nos sociétés actuelles. Si depuis le début des années 1970, les crises économiques se sont succédé à un rythme régulier, impactant plus ou moins les mondes de la santé, celle de 2008 semble avoir marqué un basculement par ses effets ambivalents, provoquant d’un côté et par bien des aspects, une remise en cause des modalités de protection sociale et des systèmes de santé, et apparaissant d’un autre côté, comme un accident de parcours, une « péripétie » dans une histoire qui bégaie. Au-delà du champ économique, depuis une vingtaine d’années, les crises se sont multipliées, dans les faits et les discours : crises sanitaires associées à des virus, touchant les hommes, les animaux ou l’alimentation, crises migratoires, crises humanitaires, crises écologiques et environnementales, crises démocratiques et politiques… Les crises sont ainsi devenues l’alpha et l’oméga des discours « dans un monde incertain » ; leurs fréquence, dispersion, mutabilité et incommensurabilité les rendraient indéchiffrables, autorisant aussi bien des mesures radicales que des réflexes conservatoires, ce qui, dans les deux cas, compromettrait la définition à moyen terme d’orientations ou de modèles organisationnels à performance égale, mais clairement « alternatifs ». 

Le Cermes3 a choisi de centrer son nouveau projet quinquennal sur ces enjeux d’articulation entre la « crise » et la « santé », entre « les crises » et « les mondes de la santé ». Le présent colloque participe de ce projet, qui souhaite revisiter le concept polysémique de crise, tel qu’il a été mobilisé et travaillé dans les sciences humaines et sociales, en testant sa pertinence au regard de la santé. Il s’agit, d’une part, de questionner le concept : de s’interroger sur les formes temporelles qui lui sont liées, d’apprécier la manière dont il permet ou non de rendre compte des transformations actuelles, d’examiner le lien entre crise et jugement ou encore entre crise et politique. Il vise d’autre part à explorer la manière dont les diverses crises s’articulent, se rencontrent, se superposent, et produisent, par coalescence, conjonction, distorsion, réitération… des effets tangibles sur les différents mondes de la santé, qu’il s’agisse des politiques publiques, des dispositifs, des acteurs, des patients ou des pratiques sanitaires. 

Des propositions de communication sont attendues autour des 5 thématiques suivantes :

1. Pratiques et organisations du soin 

Les sciences sociales ont analysé la manière dont le travail médical, plus largement les pratiques de soin, et les organisations qui portent ces pratiques, ont été, depuis 40 ans, transformés par les mobilisations collectives, l’émergence des figures du patient-acteur ou du patient-expert, l’accent mis sur l’expérience, les savoirs spécifiques ou les droits des patients. Nous souhaitons, dans le cadre de ce colloque, croiser ces évolutions avec les contextes de crise(s) qui semblent provoquer un certain nombre de tensions pour les acteurs engagés dans les pratiques de soin en transformant leur environnement et conditions de travail. D’où l’intérêt d’examiner au plus près les évolutions des organisations sanitaires ou médico-sociales (formes d’organisation, diversification et éclatement, modes de régulation, place et forme de « l’hôpital », conditions de travail des professionnels…), les statuts et les rôles des personnes impliquées dans le travail de soin (« professionnalisation » des profanes versus précarisation des professionnels, brouillage des frontières et des hiérarchies professionnelles, responsabilisation ambivalente des proches aidants…), les pratiques de soins elles-mêmes (personnalisation du soin via une standardisation, développement de pratiques de soin dites « alternatives », dans les établissements sanitaires et sociaux ou en dehors…), et plus généralement, l’instrumentalisation de la notion de soin et des valeurs liées à une « société du care ».

2. Soin, santé et « crise des migrants »  

Souvent référée depuis 2015 à l’augmentation massive des entrées en Europe de populations en provenance de pays déstabilisés, notamment de pays en guerre (Syrie, Afghanistan, Érythrée, etc.), l’expression « crise des migrants » s’est imposée dans le débat public, oblitérant la complexité des liens entre « santé » et « migrations ». Or, au-delà des représentations communes du phénomène, et pour peu qu’on les étudie séparément ou les unes par rapport aux autres, il apparaît bien vite que ces migrations sont de différentes durées, présentent des profils variés et obéissent à des déterminants très divers (conflits, famines, génocides, effets climatiques, etc.) à l’ère de la mondialisation. C’est ainsi que la catégorie de « migrant » recouvre à la fois des sans-papiers, des travailleurs économiques peu diplômés, des migrants par mariage, des personnes hautement qualifiés…, qui sont pourtant tous acteurs de flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits. Pour explorer l’articulation entre « crise des migrants » et mondes de la santé, deux entrées apparaissent pertinentes. La première s’intéresse aux conditions d’accès aux soins et à la consommation médicale des migrants, qui peuvent certes – mais pas toujours – renvoyer aux inégalités sociales de santé, aux discriminations (ethno-raciale, sexuelle, etc.), mais aussi à des types de recours spécifiques aux soins : transfrontaliers et transnationaux, téléconsultations, etc. La seconde entrée concerne les migrants professionnels de santé et leurs conditions d’exercice ; elle invite à s’interroger sur les formations professionnelles, les mobilités spatiales et les trajectoires sociales de praticiens étrangers et d’autres corps professionnels (infirmiers, aides-soignants…), sur la place et la politique des professionnels de santé étrangers dans la gestion à l’hôpital et les organisations du soin, enfin, sur les savoirs thérapeutiques non biomédicaux véhiculés par des migrants professionnels. 

3. Systèmes de protection sociale, dans les nords et les suds

La crise de l’État-providence telle qu’annoncée dans les années 1970 ne cesse de faire parler d’elle, au point de faire douter de la pertinence du concept de crise pour décrire la fragilité d’un type d’organisation visant à mutualiser et socialiser les risques. Alors que certaines analyses pointent du doigt un rétrécissement du champ d’intervention de la puissance publique en matière de protection sociale, d’autres soulignent a contrario non pas un retrait mais une recomposition du paysage (poids grandissant des acteurs privés) et du financement de la protection sociale, qui conférerait un nouveau rôle à l’Etat, celui de stratège. Il n’en reste pas moins que la maîtrise de plus en plus resserrée des dépenses sociales, notamment de santé, crée des situations d’extrême tension, qui impactent de plus en plus les conditions de travail des professionnels de la santé. Comment analyser la situation actuelle de l’hôpital public ou encore les craintes nées de l’augmentation des prix des innovations thérapeutiques ? Ne sont-elles que les répliques de « crises » ininterrompues depuis plus de quarante ans ou bien marquent-elles une remise en cause plus profonde du modèle développé après guerre et qui coûterait « un pognon de dingue »? Privatisation, néolibéralisation, marchandisation, cette partie du colloque permettra de clarifier la place et la portée opératoire de ces concepts dans  les sciences humaines et sociales mais aussi pour les acteurs, dans les Nords comme dans Suds. Comme l’indiquent les débats au sein de la santé globale sur la « couverture santé universelle », la prise en charge des maladies chroniques, la définition des « paniers de soins » garantis ou l’accès aux médicaments, le grand partage entre des pays « à revenu élevé » gérant l’affluence et des pays « à revenu faible ou moyen » gérant la pénurie perd de sa pertinence. 

4. Santé, environnement, crise écologique

Gérer les pollutions ou sauver la planète ? Si les enjeux de santé environnementale figurent depuis les années 80 en bonne place des questions sanitaires, en particulier du fait des interrogations et controverses publiques concernant les effets des expositions récurrentes aux contaminants chimiques, les termes dans lesquels sont, depuis une décennie, réfléchis les liens entre environnement et santé ont été significativement déplacés par la mise à l’agenda du problème des perturbateurs endocriniens d’une part, des impacts massifs et multiples du changement climatique d’autre part. Dans les deux cas, parce qu’il s’agit d’effets systémiques difficilement maîtrisables, potentiellement responsables de changements épidémiologiques de grande ampleur, la notion de crise est omniprésente. Selon que l’on opère dans le champ de l’environnement ou dans celui de la santé, celle-ci recouvre toutefois des diagnostics, des modes de régulation et des formes d’intervention très différentes. Penser l’articulation de ces perspectives, les processus qu’elles mettent en avant est un enjeu d’autant plus important pour les sciences sociales de la santé que cela suppose d’introduire des formes de décloisonnement vis-à-vis des études environnementales.

5. Productions des savoirs, formes d’expertise, crise de l’objectivité

Politique de l’ignorance, fabrication du doute, undone science : la critique des modes de production des savoirs mobilisés pour objectiver… ou au contraire minimiser, voire tout bonnement nier l’existence d’un problème est constitutive de nombreux débats publics contemporains relatifs aux questions de santé. Les modes de définition des priorités de la recherche biomédicale et plus fondamentalement de la préférence (voire de l’exclusivité) accordée à certaines approches de la maladie au détriment des conceptions extra-occidentales ou tout simplement hétérodoxes font désormais l’objet de vifs débats. Cependant les principales contestations visent les processus d’expertise, entendus au sens large. Un aspect transversal à toutes ces critiques renvoie à ce que l’on est tenté d’appeler la « crise de l’objectivité ». En dépit de toutes les difficultés qu’il a posées depuis son apparition au dix-neuvième siècle (ne serait-ce que du fait de son caractère inatteignable…), l’impératif d’objectivité demeure l’une des principales normes sociales structurant la production de savoirs scientifique et, par extension, l’expertise publique. Jusqu’ici du moins, ni l’injonction de mettre à distance les intérêts et passions susceptibles de biaiser le jugement, ni la valorisation des instruments de mesure et des analyses statistiques au détriment de l’évaluation subjective des réalités sensibles n’ont polarisé l’attention. La plupart des critiques se concentrent plutôt sur les deux aspects complémentaires d’un même problème : la porosité des institutions scientifiques et a fortiori des dispositifs d’expertise face aux menées des intérêts organisés de type économique ou politique ; leur incapacité symétrique à faire toute leur place aux revendications et suggestions des représentants de causes pourtant (presque) unanimement jugées légitimes – associations de patients, d’usagers, de riverains, etc. Il nous semble que les différents aspects de cette crise larvée (sans doute en partie au moins du fait de l’absence d’alternative clairement définie et publiquement défendue) mériteraient d’être analysés en détail.

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril. Elles devront contenir un titre, les coordonnées de l’auteur et le résumé de la communication proposée (1 page tout au plus). Les propositions doivent être envoyées à l’adresse : myriam.winance@cnrs.fr

Conférencier.ère.s invité.e.s ayant confirmé leur participation :

  • Bruno Théret, CNRS, Iris-université Paris-Dauphine
  • Michel Marguairaz, Université  Paris 1-Panthéon-Sorbonne
  • Sara Aguiton, CNRS, Centre Alexandre Koyré
  • Sheila Jasanoff, Harvard Kennedy School

Comité d’organisation:

Luc Berlivet, CNRS
Maurice Cassier, CNRS
Pierre-André Juven, CNRS
Jean-Paul Gaudillière, INSERM
Vincent Viet, Ministère des affaires sociales et de la santé
Simeng Wang, CNRS
Myriam Winance, INSERM

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Programme du séminaire « Migrations, Ethnicité, Santé » 2018-2019, Université Paris Diderot


Le laboratoire de l’URMIS, Unité de Recherche Migration et Société, vous convie au séminaire mensuel « Migrations, Ethnicité, Santé ». Dans ce séminaire sont explorées les différentes dimensions de la santé au croisement des questions de migrations et d’ethnicité.
Les séances ont lieu les 2ème lundi du mois de 17h00 à 19h30, à Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, 8 rue Albert Einstein, salle M19.

10 décembre 2018
Christelle Hounsou (URMIS/P7)
Discussion par Marguerite Cognet (URMIS/P7) et Francesca Sirna (Centre Norbert Elias)
« Un management migratoire à la Française : les immigrations de médecins originaires d’Afrique de l’Ouest en France »

14 janvier 2019
Nicolas Klausser (Droit public CREDOFCTAD Université Paris-Nanterre, Sidaction).
Discussion : Céline Gabarro (URMIS/P7)
«Le statut juridique de l’étranger gravement malade»

Mardi 12 février 2019
Attention, exceptionnellement cette séance a lieu un mardi
Paul Verdu (CNRS – Eco-anthropologie et Ethnobiologie)
Discussion : Maria Teixeira (ECEVE -INSERM/P7) et (sous réserve) Agnès Lainé (Institut des mondes africains, IMAF-UMR 8171)
« Influence des comportements socioculturels liés aux mariages et aux choix de conjoints sur la diversité génétique humaine en Afrique Centrale »

11 mars 2019
Guillaume Lachenal (Historien des sciences, Université Paris Diderot/Institut Universitaire de France)
Discussion: Stéphanie Larchanché (Centre Françoise Minkowska)
« La médecine coloniale. Histoire et héritages »

Mardi 26 mars 2019, 9h – 17h
Journée d’étude organisée par Priscille Sauvegrain (sociologue, Chercheure associée, Inserm et sage-femme AP-HP), Mounia El Kotni (anthropologue, Chercheure associée, Université de l’Etat de New York à Albany), Aurélie Racioppi (Doctorante en sociologie, URMIS/P7, Sage-femme APHP)
« Regards socio-anthropologiques sur la santé périnatale : soins différenciés, discrimination dans l’accès aux soins, comparaisons internationales et retours des chercheur.e.s aux terrains »

13 mai 2019
Jean-Luc Alber (Professeur associé, Haute école de Santé, HES-SO Valais/Wallis – Haute école spécialisée de Suisse Occidentale)
Discussion : Francesca Sirna (Centre Norbert Elias) et Christelle Hounsou (URMIS/P7)
« Immigration des infirmières-ers à diplôme hors UE/AELE en Suisse: trajectoires socioprofessionnelles et expériences vécues face aux contraintes et opportunités du dispositif d’intégration. Premiers éléments d’une recherche socio-anthropologique longitudinale».

17 juin 2019
Mireille Eberhard (URMIS/P7)/Equipe DSAFHIR
Discussion : Marguerite Cognet (URMIS/P7)
« Droits, santé et accès aux soins des femmes hébergées, isolées, réfugiées » : une enquête sur l’accès à la santé sexuelle et reproductive des femmes mise à l’abri en hôtel».

Téléchargez le programme ici: Programme Séminaire Migration Ethnicité Santé 2018-2019

Categories
Résumés de thèses

Grossesse et reconnaissance du sujet. Parcours de soins de femmes enceintes primo-arrivantes en France.

De Louise VIROLE

Sous la direction de Philippe BATAILLE

Thèse en Sociologie, soutenue Jeudi 20 septembre 2018 à L’EHESS Paris.

 

Cette thèse étudie les formes de subjectivation produites au cours des parcours de soins de femmes enceintes primo-arrivantes – étrangères arrivées depuis moins de cinq ans sur le territoire français. L’enquête de terrain s’appuie sur des observations au sein de structures de soins à Paris et en Seine-Saint-Denis, ainsi que sur une soixantaine d’entretiens semi-directifs menés avec des professionnelles de la périnatalité et des femmes primo-arrivantes enceintes ou ayant accouché récemment en Île-de-France. À partir de ce travail ethnographique, la thèse analyse de manière intersectionnelle les effets subjectivants de l’entrée dans des dispositifs médico-sociaux dédiés aux femmes enceintes primo- arrivantes. Alors que dans un premier temps, l’annonce de la grossesse fragilise les conditions de vie de ces sujets déjà exclus en France, les femmes primo- arrivantes acquièrent en revanche une légitimité auprès des institutions médicales du fait de leur grossesse. Identifiées comme public à risque prioritaire par les politiques de santé publique, ces femmes sont orientées vers des prises en charge spécifiques, qui participent à les reconnaitre en tant que sujets. La thèse interroge les effets réifiants de cette reconnaissance : reconnues uniquement grâce à leur corps enceint, ces femmes connaissent une forme d’assignation racialisée à la maternité. Dans ce contexte, les femmes enceintes primo-arrivantes peuvent en venir à mobiliser leur corps enceint comme ressource pour limiter les effets de la domination. En définitive, la thèse donne à voir les mécanismes d’altérisation ethno-raciale opérés par les professionnelles de santé et les pratiques de résistance des usagères au sein des dispositifs dédiés.

 

Accès au document intégral : contacter l’auteure à l’adresse  louise.virole@wanadoo.fr

 

Categories
Non classé

Diplôme inter-universitaire « Santé, société et migration » 2018

 Organisé par l’Orspere-Samdarra
Porté par les facultés de médecine de Lyon et de Saint-Etienne  
 
Cette formation s’adresse aux professionnels, bénévoles ou étudiants afin de leur venir en appui dans l´exercice de leurs missions auprès du public migrant précaire. Le DIU offre aux étudiants des espaces de réflexion et de distanciation de leurs pratiques tout en leur permettant d’acquérir des connaissances théoriques et pratiques.
 
Lors des différents modules thématiques (trajectoires migratoires et procédures, paroles et altérité, préjugés et représentations…), une attention particulière est portée à l’équilibre entre des interventions académiques assurées par des chercheurs en sciences humaines (anthropologie, sociologie, psychologie…) et des présentations de professionnels de terrain (psychiatres, psychologues, juristes…). Cette pluridisciplinarité est encore renforcée par l’aspect non promotionnel de la formation.
 
Vous trouverez des informations complémentaires et les modalités d’inscription dans la plaquette ici.

À qui s’adresse cette formation?

  • Personnels soignants (médecins généralistes, psychiatres, psychologues, infirmiers, sages femmes, orthophonistes, psychomotriciens…)
  • Intervenants sociaux (éducateurs spécialisés, assistants sociaux, conseillers en économie sociale et familiale…)
  • Juristes (avocats, magistrats…)
  • Enseignants
  • Étudiants de ces disciplines et universitaires de sciences humaines à partir de la 3ème année
  • Autres sous certaines conditions et après avis du conseil pédagogique

Déposer sa candidature

Merci d’envoyer un CV et une lettre de motivation par courriel ou par voie postale avant le 6 septembre 2018.

Tarifs

  • En formation initiale 900 €
  • En formation continue 1500 €

Inscriptions

Pour toute demande de précisions, vous pouvez contacter Nathalie Breure, responsable administrative du DIU :

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Bourses post-doctorales de la fondation croix rouge

La Fondation Croix-Rouge attribue chaque année une dizaine de bourses post-doctorales d’un montant de 17 000 euros en sciences humaines et sociales.

Cette année, l’ appel à candidatures se déclinent en plusieurs appels thématiques :

– Appel général de la Fondation : Transition humanitaire : les enjeux de l’autonomie
(Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Guinée, Liban, Madagascar, Maroc, Niger, Sénégal et Togo)
> AXE 1 – Du global au local : réalités et enjeux des stratégies d’autonomisation dans un contexte annoncé de « localisation » de l’aide
> AXE 2 – Du local au global : modèles et pratiques innovants issus des pays bénéficiaires de l’aide
Appel spécifique : Entrepreneuriat et humanitaire (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Madagascar et Sénégal)
– Appel spécifique : Risques – santé – humanitaire (Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Madagascar, Maroc, Niger et Sénégal)

– Appel spécifique : Aide alimentaire  et migrations (France)

La date limite pour la pré-inscription est fixée au 15 avril 2018.

Categories
écrits parution

Revue Lectures anthropologiques (n°3)

Le comité de rédaction de la revue Lectures anthropologiques a le plaisir de vous annoncer la parution, en décembre 2017, de son troisième numéro, intitulé : « Anthropologie et migrations : mises en perspectives ».  Vous pouvez d’ores et déjà le consulter à l’adresse suivante : http://lecturesanthropologiques.fr.

Nous vous souhaitons une très bonne lecture et attendons vos textes et dossiers dans nos colonnes.

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journée d’étude « Migrations, circulations et santé. Expériences migratoires, mobilités et pratiques professionnelles » – Paris, 7 novembre 2017

Journée d’étude co-organisée par le Cermes3, le Ceped et le Centre Norbert Élias

Mardi 7 novembre 2017, de 9h à 18h

Université Paris Descartes, salle Leduc, 45 rue des Saints-Pères, 75006 Paris

Argumentaire

Cette journée d’études inaugure une « série » de rencontres scientifiques rassemblant des chercheurs qui travaillent actuellement sur les relations « santé » et « migrations ». Sa spécificité tient au fait de s’intéresser moins aux questions d’« accès aux soins » des migrants dans les pays d’accueil, qu’aux circulations transnationales, en particulier à celles des professionnels migrants ainsi qu’aux mobilités des patients étrangers et de leurs familles entre le pays d’accueil et le pays d’origine.

Dans cette perspective, les circulations concernées ne seront pas seulement celles des pays des Suds vers les Nords mais aussi celles qui interviennent entre les divers Suds ou des Nords vers les Suds comme dans le cas du tourisme médical. De plus, il s’agira aussi d’explorer les liens étroits qui existent entre circulations des personnes, circulations des produits et des outils, circulations des savoirs médicaux en prenant en compte leur diversité et en incluant les pratiques médicales dites « traditionnelles » et leurs rapports à la biomédecine. Enfin, on s’intéressera aux installations de longue durée comme dans le cas des migrants, mais aussi aux séjours plus ou moins répétés et de durée variable, qu’il s’agisse des voyages des patients pour accéder à des soins ou des missions d’expertise caractéristiques des experts de la santé « globale ».

Cette première journée d’études se focalisera spécifiquement sur les trajectoires et circulations des professionnels et experts de santé et prêtera une attention particulière à la question du rapport maintenu aux pays d’origine et sur les façons dont ceux-ci constituent des ressources mobilisables dans l’exercice professionnel des personnes en circulation et dans leurs expériences migratoires.

Programme complet ici: http://www.cermes3.cnrs.fr/en/production-scientifique/conferences/conferences-2017/635-migrations-circulations-et-sante-experiences-migratoires-mobilites-et-pratiques-professionnelles