Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb – « Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb
« Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Sous la direction de
Christophe BROQUA (IMAF, Aubervilliers)
Monia LACHHEB (IRMC, Tunis)
Sandrine MUSSO (Aix-Marseille Université / CNE)

La question du VIH/sida au Maghreb demeure largement dominée par un discours médical fondé sur des connaissances épidémiologiques plus ou moins fines selon les pays, tandis que la part faite aux sciences sociales reste modeste.

Pris dans leur ensemble, le Moyen Orient et l’Afrique du Nord constituent l’une des deux régions au monde où les décès liés au VIH/sida continuent d’augmenter, le recours au dépistage et l’accès aux traitements y étant très en dessous de la moyenne mondiale (UNAIDS, 2017a, 2017b). Toutefois, la prévalence du VIH y est moins élevée que dans les pays d’Afrique sub-saharienne (moins de 0,1%). Au Maghreb, l’épidémie se concentre dans les populations dites « clés », qui se composent principalement des personnes engagées dans le travail du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, enfin des usagers de drogues injectables. La spécificité des contextes fait que ce ne sont pas les mêmes groupes qui sont touchés dans les trois pays où des estimations existent : la prévalence du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes est la plus élevée en Tunisie (9,1%) ; la prévalence des usagers de drogues injectables s’avère plus marquée au Maroc (7,9%) ; en Algérie, ce sont les professionnel/les du sexe qui connaissent la plus haute prévalence (5,2%) (UNAIDS, 2017a).

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux.

Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH. Dans ce cadre, les enquêtes de terrain fondées sur des approches méthodologiques diverses sont vivement souhaitées. Le regard comparatiste permettrait, pour sa part, d’éclairer des particularités locales. Des contributions non académiques sont possibles aussi, dès lors qu’elles procurent un gain de connaissances. Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions se déclineront selon les axes suivants :

1. VIH/sida et droits
Les consultations et résolutions internationales incitent les États à prendre en compte le droit à la santé. Elles inscrivent la lutte contre l’infection à VIH parmi les droits humains (Fonds Mondial, 2013). Au Maghreb, les contextes sociopolitiques post-révolutions arabes laissent présager une meilleure gestion des droits et des libertés. Quelle est la place des personnes vivant avec le VIH dans la loi et ses mises en oeuvre ? Comment les recommandations internationales sont-elles traduites en lois dans les différents États du Maghreb ? Quelles sont les limites d’application des lois dans les contextes locaux ? Quelle est la place du droit dans la lutte contre le VIH/sida, la construction des politiques de prévention contre la maladie et d’accès aux soins des populations vulnérables ?

2. Parcours séropositifs
Les trajectoires des hommes et des femmes vivant avec le VIH permettent de mettre en évidence la diversité des figures de la vulnérabilité. Elles éclairent différents aspects subjectifs liés à l’expérience de la maladie. En ce sens, les parcours renseignent sur les bifurcations biographiques, les stratégies et les processus de subjectivation, les constructions identitaires et les modes de négociation. Quels sont alors les différents éléments marquants du vécu des personnes vivant avec le VIH ? Quelles sont les formes de discrimination que subissent les personnes séropositives, hommes et femmes, dans le milieu familial, le milieu hospitalier, les milieux professionnels ? Les trajectoires des personnes faisant partie des « populations clés » seront particulièrement privilégiées.

3. Genre, sexualités et VIH/sida
Une approche en termes de genre comme grille de lecture appliquée au VIH/sida renseigne sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. À l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2015), l’on s’interrogera sur les différentes formes de vulnérabilité des femmes séropositives. Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent leurs parcours ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ? Quel est le lien entre les normes de la masculinité et l’exposition au VIH/sida ? Sachant que la séropositivité transforme l’expérience de la sexualité, comment s’articulent questions de genre et de sexualité face au VIH/sida ? Dans quelle mesure les politiques publiques tiennent-elles compte de la dimension du genre dans les dispositifs de santé, de prévention et de lutte contre le VIH/sida ?

4. Migrations et VIH/sida
Les migrant.e.s sont souvent perçus comme responsables de l’importation de la maladie dans les sociétés d’accueil, notamment en France (Musso, 2008) ou encore au Maghreb (Ben Hafaiedh et al., 2012). Ils/elles vivent une précarité liée à la rupture sociale, à la difficulté d’accès aux soins, à la non-reconnaissance d’un droit à la santé. Comment se présente l’expérience du VIH/sida des personnes d’origine maghrébine en terre d’émigration ou celles des personnes d’origine sub-saharienne au Maghreb ? Quels sont leurs droits à la santé et à l’accès aux soins ? Quels sont les liens éventuels qui se tissent entre l’ethnicité et la gestion de la maladie ainsi que la stigmatisation qui en découle ? L’ethnicité participe-t-elle à creuser les inégalités et à renforcer les discriminations dans les sociétés d’accueil ? Réciproquement, inégalités et discriminations ne contribuent elles pas à renforcer l’ethnicité ? Comment sont pensées et mises en oeuvre les politiques d’immigration face au VIH/sida et quels sont leurs effets sur les personnes vivant avec le VIH au Maghreb ?

5. Engagements et résistances
Certaines personnes séropositives s’engagent dans le milieu associatif. Ces militant.e.s contribuent au changement des catégories et au glissement du registre des « populations cibles » à celui des « populations clés », pensées à l’échelle internationale non plus comme des publics passifs mais comme prenant part à la lutte contre le VIH/sida. Comment se présente la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans la lutte contre la maladie et la visibilité de cette question au Maghreb ? Dans le cadre des revendications partagées, des collectifs centrés sur le VIH/sida collaborent avec des collectifs LGBT (Gouyon et Musso, 2017). Quels sont les enjeux de ces mobilisations pour les associations de lutte contre le VIH/sida et leurs formes d’imbrication avec le militantisme LGBT ? Quelles sont les teneurs des différentes contributions associatives pour la dynamisation des politiques publiques et la prise en charge des personnes séropositives ou des « populations clés » ?

Conditions de soumission / Calendrier

Les articles de 40 000 signes seront acceptés en français, en anglais et en arabe. Ils concerneront l’ensemble des pays du Maghreb, sachant que des contributions sur la Mauritanie et la Libye sont vivement souhaitées.
Les propositions de contribution sont à envoyer sur le formulaire en ligne (en cliquant sur le lien).
Date limite de soumission des résumés (500 mots au maximum) : 31 décembre 2019.
Date limite d’envoi des textes dont les propositions ont été acceptées : juin 2020.
Date limite d’envoi des textes définitifs après évaluation : janvier 2021.
Édition du volume : juin 2021.

Télécharger l’appel à contributions: Appel à contribution L’Année du Maghreb-24 2021-I

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à communication

Appel à Communications: Journée d’études Santé des Populations Vulnérables

Journée d’études Doctorant·e·s de l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1

Date : 4 Novembre 2019
Lieu : Panthéon-Sorbonne

Cet appel à communication s’adresse aux chercheu·r·e·s de disciplines scientifiques
variées travaillant sur la santé des populations vulnérables. L’objectif principal est d’étudier les populations qualifiées de « vulnérables » au regard des problématiques liées à la santé, celle-ci étant pensée comme le reflet de rapports sociaux dynamiques situés dans des contextes particuliers. La vulnérabilité est une question de recherche en soi issue du croisement des analyses pluridisciplinaires de la démographie, la sociologie, l’anthropologie, la géographie, l’économie et des sciences politiques (Bresson et al., 2013).
La notion de « vulnérabilité » étant une notion multidimensionnelle et cumulative qui s’inscrit dans la durée, renvoie à des situations de « risque » ou d’incertitude quant au devenir des individus (De Luca Barrusse, 2012).

Cette journée d’étude invite à penser la santé des populations vulnérables en particulier autour de trois axes d’analyse :

1) Parcours migratoires et accès aux soins.
2) Santé sexuelle et reproductive, genre et agency.
3) Les aléas climatiques et les crises sanitaires

Modalités de soumission :

Les propositions (600 mots maximum plus références, en anglais ou en français) doivent indiquer le nom, les coordonnées institutionnelles, le titre de la communication et les mots clés. Elles mentionneront les données sur lesquelles se fondent l’analyse, les approches méthodologiques et disciplinaires mobilisées, et l’axe dans lequel elles s’inscrivent.
Elles doivent être envoyées par mail à l’adresse journeedetudesidup@gmail.com au plus tard le 15 Mai 2019 (format .doc ou .pdf).
Les auteur·e·s des propositions retenues seront averti·e·s le 15 juin, et devront envoyer le texte de leur communication au plus tard le 2 septembre 2019.

Comité d’organisation:

Víctor Hugo Ramírez García (Doctorant à l’IDUP)
Ladeu Tokpa (Doctorant à l’IDUP)
David Jean Simon (Doctorant à l’IDUP)
Adama Ouedraogo (Doctorant en cotutelle Ined/IDUP)
Yasmeen Jamali (Doctorante à l’IDUP)

Comité Scientifique:

Armelle Andro (Professeure des Universités, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Alexandre Avdeev (Professeur des Universités, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Virginie Barrusse (Professeure des Universités, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Marianne Blidon (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Jean-François Leger (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Renaud Orain (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Claire Scodellaro (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)
Celio Sierra-Paycha (Maître de Conférences, Institut de Démographie de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne)

Categories
Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) appels à candidature bourse

Appels à candidature: bourses postoctorales 2019 croix-rouge

La Fondation Croix-Rouge française est une fondation de recherche dédiée à l’action humanitaire et sociale. Reconnue d’utilité publique (FRUP), elle porte la volonté de la Croix-Rouge française de promouvoir la connaissance scientifique, la réflexion éthique et l’innovation sociale pour faire avancer l’action au service des plus vulnérables.

La Fondation a pour objectif de mobiliser la communauté scientifique à proximité des populations en souffrance, au Nord comme au Sud, pour apporter des réponses concrètes et durables. Dans cette optique, elle finance et accompagne des chercheurs francophones indépendants, en priorité issus des terrains d’intervention, par l’attribution de bourses postdoctorales en sciences humaines et sociales.

L’appel à candidatures aux bourses 2019 est ouvert.

Les thématiques 2019 :

Transition humanitaire : les enjeux de l’autonomie
Economie sociale et migration
Risques – santé – humanitaire

Pays de recherche 
Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Ethiopie, France, Guinée, Kenya, Liban, Madagascar, Mali (chercheurs résidents uniquement), Maroc, Niger (chercheurs résidents uniquement), Sénégal, Togo

Date limite : 21 mars

Pour plus d’informations et pour candidater: https://www.fondation-croix-rouge.fr/espace-chercheurs/appels-a-candidatures-2/

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à communications : « Immigration des infirmières-ers et des médecins à diplôme hors UE/AELE : variété des contraintes et des dispositifs d’intégration, diversité des trajectoires socioprofessionnelles et des expériences vécues »

XVIIème CONGRES INTERNATIONAL DE L’ARIC
(Association internationale pour la recherche interculturelle)
17-21 juin 2019

Organisation du XVIIe Congrès de l’ARIC
Haute école de travail social
28, rue Prévost-Martin
CP 80 – CH-1211 Genève 4
http://aric2019.hes-so.ch

Thématique générale du congrès: Migrations, relations interculturelles et rapports de pouvoir

L’ARIC organise du 17 au 21 juin 2019 son 17ème congrès international, en lien étroit avec la HES·SO Haute école spécialisée de Suisse occidentale, notamment la Haute Ecole de travail social de Genève qui accueillera le Congrès en ses murs. Ce congrès propose une articulation fine entre les débats scientifiques sur les migrations, l’interculturel et le vivre ensemble d’une part et les pratiques professionnelles d’accueil et d’intégration, de l’autre.
Le panel-symposium suivant offre une session de discussion entre 3 et 5 communications. L’appel est ouvert aussi bien aux « jeunes » qu’aux chercheur·e·s expérimenté·e·s, aux doctorant·e·s, aux postdoctorant ·e·s, et aux professionnel·le·s venant du secteur privé et public. Les auteur·e·s intéressé·e·s sont invité·e·s à soumettre un résumé détaillé.

Axe 9 : « Idéaux et réalités de la promotion de la diversité dans les cursus scolaires et les formations
professionnelles »

PANEL-SYMPOSIUM N°9.29 « Immigration des infirmières-ers et des médecins à diplôme hors UE/AELE : variété des contraintes et des dispositifs d’intégration ; diversité des trajectoires socioprofessionnelles et des expériences vécues »

Ce panel-symposium entend constituer une occasion d’échanges entre des chercheur-e-s qui travaillent actuellement sur la problématique de la mobilité internationale des professionnel-le-s de santé dans différents contextes nationaux. Il vise à rassembler des spécialistes de ces thématiques parmi lesquels des chercheur-e-s de l’Unité de recherches migrations et société CNRS UMR 8245 – IRD UMR 205 des Universités Paris Diderot et Nice Sophia Antipolis et des membres de l’équipe pluridisciplinaire (anthropologie et psychologie) du projet FNS No100019-179295 « Processus de transition professionnelle et trajectoires d’infirmières-ers provenant d’États tiers en demande de reconnaissance de leur titre en Suisse. Points de vue croisés des candidat-e-s et des acteurs institutionnels sur les « Mesures de compensation » (Institut de recherche en santé de la HES-SO Valais/Wallis et Institut de psychologie de Lausanne).
L’objectif est d’interroger la diversité des trajectoires socio-professionnelles et des expériences vécues d’infirmières-ers et de médecins à diplôme hors EU/AELE qui cherchent à s’intégrer sur le marché du travail des pays appartenant à cet espace géopolitique, et, plus généralement, la situation des infirmières-ers et des médecins diplômé-e-s des pays du Sud ou de l’Europe de l’Est qui tentent de s’insérer dans les pays occidentaux.
La littérature montre que les professionnel-le-s de santé à diplôme hors EU/AELE qui souhaitent obtenir une autorisation d’exercer sont soumis-e-s à des conditions que ne connaissent pas leurs consoeurs et confrères à diplôme EU/AELE. Il s’agira dès lors d’analyser la construction de soi en tant que professionnel-le de santé (hautement) qualifié-e du secteur médical ou paramédical dans des environnements sous contraintes (politiques migratoires, législation spécifique, restrictions d’accès au marché du travail, procédures d’homologation d’un diplôme étranger, régulation des effectifs de professionnel-le-s, privatisation de la formation, précarisation de l’emploi).
Les démarches administratives et les formations théoriques et pratiques complémentaires qui sont exigées varient entre les pays d’immigration. Quoique le cas des infirmières-ers ait été moins étudié, ce panel se veut l’occasion d’interroger la variété des dispositifs existant et de réaliser des comparaisons entre les deux professions. Il s’agit également de questionner l’inégalité de traitement et les effets de la discrimination institutionnelle auxquels les postulant-e-s sont sujet-te-s.

Les contributeurs et contributrices au panel seront invité-e-s à prêter attention :
• Aux mécanismes diversifiés, selon les contextes, de la construction sociale des métiers d’infirmières-ers et de médecins
• A la variété des parcours des personnes qui font l’expérience du remodelage de leur identité professionnelle d’infirmière-er ou de médecin
• A la nature des obstacles et des difficultés qui jalonnent leurs trajectoires
• Aux stratégies et tactiques qu’ils-elles mobilisent et inventent pour les surmonter et aux ressources créatives qu’ils-elles déploient pour saisir et exploiter les opportunités qui se présentent
• Aux spécificités méso et microsociologiques du temps de transition socio-professionnelle d’homologation de leur diplôme
• Au contenu des formations complémentaires visant à leur « mise à niveau »
• Aux modalités de l’interculturalité et de la transculturalité repérables dans les discours des protagonistes ou dans les dispositifs institutionnels d’adaptation au pays hôte
Ils-elles seront également invité-e-s à réfléchir aux avantages, aux inconvénients et aux limites des méthodes qualitatives, quantitatives ou mixtes qu’ils-elles ont adoptées pour mener leur étude.

Sous la coordination de Jean-Luc Alber, professeur associé HES, Institut de recherche en santé, HES-SO Valais
Contact : jean-luc.alber@hevs.ch pour information et soumission

Modalités de soumission
Une communication est présentée par un.e ou plusieurs auteur·e·s. Elle comprend 15-20 minutes de présentation et 5-10 minutes de discussion. Le temps variera selon le nombre de discutant·e·s retenu·e·s. Les communications doivent s’inscrire explicitement dans le panel-symposium choisi et être envoyées au coordinateur·trice correspondant·e.
Chaque proposition comprendra :
a) un titre,
b) 4-5 mots clés,
c) une présentation de la problématique et du lien explicite à l’un des panels retenus avec
indications sur les données empiriques (méthode d’analyse, résultats) et 3 à 4 références
bibliographique (500 mots max.),
d) une brève présentation des auteur·e·s

Délai de soumission au 11 janvier 2019.

Appel à contribution disponible ici: ARIC 2019 Immigration_infirmiere_ medecins

Categories
Evènements scientifiques Séminaire

Séminaire « Migrations et santé »

Simeng Wangchargée de recherche au CNRS ( CERMES3 )

Lundi de 15 h à 18 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), 
les 3, 10 et 17 décembre 2018, 7, 14 et 21 janvier, 11 et 18 mars 2019

Ce séminaire a pour objectif d’introduire les étudiants aux travaux classiques et notions clefs dans les études sociales de la santé et des migrations. À l’ère actuelle de la mondialisation, où s’intensifient les migrations de différentes durées et de profils variés – allant de la migration clandestine à celle hautement qualifiée – ainsi que les flux transnationaux de savoirs, de pratiques et de produits, nous nous intéresserons dans le cadre de cet enseignement, d’un côté aux questions d’accès aux soins de migrants et de systèmes de prise en charge dans les pays d’accueil ; et de l’autre côté aux diverses formes de circulations transnationales en matière de santé : mobilités et formations des professionnels migrants, pratiques de téléconsultation, tourisme médical, etc.

Deux articles – en français ou en anglais – seront choisis comme lectures obligatoires pour chaque séance.

En plus de l’enseignement et les discussions sur les articles choisis, certaines séances contiennent les interventions de chercheurs invités:

17 décembre : Olga L Gonzalez (Chercheure post-doctorante en sociologie, contractuelle au CNRS, URMIS, Université Paris Diderot) : « Une enquête sur le VIH auprès des personnes trans migrantes latino-américaines en Espagne et en France »

7 janvier : Armelle Andro (Professeure en démographie, IDUP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Maud Gelly (médecin généraliste, sociologue, APHP, CRESPPA-CSU) :  « Santé sexuelle et reproductive des femmes migrantes en situation précaire en Ile de France : apports et enjeux d’une enquête mixte sur le lieu d’hébergement (DSAFHIR) »

14 janvier : Pascal Martin (Chercheur post-doctorant en sociologie, CERMES3, membre associé au CSE-CESSP) : « Le nouveau gouvernement des pauvres. De l’État social à l’État humanitaire »

21 janvier : Audrey Bochaton (Maître de conférences en géographie, Laboratoire LADYSS, Université Paris Nanterre la Défense) : « Approche géographique des circulations transnationales en santé : expériences du Sud-Est asiatique »

11 mars : Annabel Desgrées du Loû (Directrice de recherche IRD, démographe, CEPED ; directrice adjointe de l’Institut des migrations) et Anne Gosselin (Chercheure post-doctorante en santé publique ; coordinatrice scientifique du Département Santé de l’Institut des Migrations) :  « Une étude biographique sur les parcours de vie et la santé des Africains immigrés en Ile de France »

Renseignements :

ce séminaire peut être validé par les étudiants PSL, les étudiants en master à l’EHESS et à l’ENS (mentions SPPS, PDI, etc.).
Il est également ouvert aux étudiants de toutes autres institutions et disciplines.

Adresse électronique de contact : simeng.wang@cnrs.fr

Categories
Journée d'étude

Journée d’étude: Corps, soin et pudeur dans l’exil de l’intime au politique

Vendredi 25 mai 2018, 9h-18h

IMéRA (AMU), Maison des astronomes

2 place Le Verrier, 13004 Marseille

 

 

 

 

 

Argument:

Pour cette journée d’étude, nous avons choisi d’explorer et de questionner la pudeur.

Dissemblable de la honte et de l’inhibition, travaillée par nos corps sexués mais aussi par les mots, la pudeur opère sur la scène du rapport à l’autre. Elle bat régulièrement le rappel d’un retrait nécessaire, qui vient faire lien autrement.

Voilure protectrice, la pudeur n’est pas le monopole du féminin – et encore moins de la vertu. Que nous enseigne-t-elle de notre humanité, ici et ailleurs, lorsque cette humanité est bafouée ? Jusqu’où parvient-elle à faire barrage aux ignominies qui attaquent les corps et les pensées ? Comment accueille-t-elle en creux les réels dénudés, lorsqu’ils ont cédé à l’urgence et aux exigences d’une vérité qu’il faudrait énoncer à n’importe quel prix ? Avec quelles frontières la pudeur flirte-t-elle ? Quels sont les lieux, les discours et les expériences de ses formes silencieusement visibles ?

Anthropologues et cliniciens, nous travaillerons en duo aux côtés de nos invités praticiens du soin, chercheurs, artistes ou témoins engagés dans des collectifs. Nous les inviterons à élargir le débat, à bousculer nos représentations et qui sait, à offrir à la pudeur une densité nouvelle…

 

Programme:

 

SESSION DU MATIN (9h-13h)

Accueil et introduction (30′) – Eléonore ARMANET, Sandrine MUSSO

L’EXIL AU PRISME DE LA PUDEUR

Migration et pudeur au féminin singulier (30′) – PASS Mobile « Colette »

Comment appréhender le soin en centre de rétention administrative ? – Reem Mansour (30′)

Discussion (30′) – Discutante et modératrice : Sandrine MUSSO

LANGUE, SILENCE ET PUDEUR

Migration et oppression linguistique – Christine Hélot (30′)

Pudeurs dans la traduction en situation de soin – Lotfi Nia (30′)

Discussion (30′) – Discutante et modératrice : Carole Casanova

 

SESSION DE L’APRES-MIDI (14h-18h)

CORPS DE LA PUDEUR

Ouverture : projection du documentaire (extraits) – Lady kull el-‘arab (Ibtissam Mara’ana, 2008) (30’)

Peindre les silences ou l’art de la pudeur – Isabelle Schneider (30′)

Discussion (30′) – Discutante et modératrice : Eléonore Armanet

POLITIQUE, TRAUMATISME ET PUDEUR

L’expression du silence dans le corps du migrant  (30′) – Javier Charry & Hernando Salcedo Fidalgo (Traduction de l’espagnol vers le français : Maria-Helena Marquez)

L’effraction de la pudeur et sa valeur traumatique  (30′) – Omar Guerrero

Discussion (30′) – Discutante et modératrice : Marion Géry

SYNTHESE DE LA JOURNEE – Fabienne Raybault

 

Les places étant limitées, merci de vous inscrire auprès de Eléonore Armanet : Armanet75@hotmail.com

 

 

 

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb, Revue L’Année du Maghreb

Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb
Sous la direction de Monia Lachheb (IRMC, Tunis) et Christophe Broqua (IHEID, Genève)

Appel a contribution : Appel_annee_maghreb

Argumentaire:
La question du VIH/sida au Maghreb demeure largement dominée par un discours médical fondé sur des connaissances épidémiologiques plus ou moins fines selon les pays, tandis que la part faite aux sciences sociales reste modeste.
Pris dans leur ensemble, le Moyen Orient et l’Afrique du Nord constituent l’une des deux régions au monde où les décès liés au VIH/sida continuent d’augmenter, le recours au dépistage et l’accès aux traitements y étant très en dessous de la moyenne mondiale (UNAIDS, 2017a ; 2017b). Toutefois, la prévalence du VIH y est moins élevée que dans les pays d’Afrique sub-saharienne (moins de 0,1%). Au Maghreb, l’épidémie se concentre dans les populations dites « clés », qui se composent principalement des personnes engagées dans le travail du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, enfin des usagers de drogues injectables. La spécificité des contextes fait que ce ne sont pas les mêmes groupes qui sont touchés dans les trois pays où des estimations existent : la prévalence du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes est la plus élevée en Tunisie (9,1%) ; la prévalence des usagers de drogues injectables s’avère plus marquée au Maroc (7,9%) ; en Algérie, ce sont les professionnels/les de sexe qui connaissent la plus haute prévalence (5,2%) (UNAIDS, 2017a).

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/Sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb.. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux.
Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH. Dans ce cadre, les enquêtes de terrain fondées sur des approches méthodologiques diverses sont vivement souhaitées. Le regard comparatiste permettrait, pour sa part, d’éclairer des particularités locales.

Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions se déclineront selon les axes suivants :

1. VIH/sida et droits
Les consultations et résolutions internationales incitent les États à prendre en compte le droit à la santé. Elles inscrivent la lutte contre l’infection à VIH parmi les droits humains (Le Fonds Mondial, 2013). Au Maghreb, les contextes sociopolitiques post-révolutions arabes laissent présager une meilleure gestion des droits et des libertés. Quelle est la place des personnes vivant avec le VIH dans la loi et ses mises en oeuvre ? Comment les recommandations internationales se sont-elles traduites en lois dans les différents États du Maghreb ? Quelles sont les limites d’application des lois dans les contextes locaux ? Quelle est la place du droit dans la lutte contre le VIH/sida, la construction des politiques de prévention contre la maladie et d’accès aux soins des populations vulnérables ?

2. Des parcours séropositifs
Les trajectoires des hommes et des femmes vivant avec le VIH permettent de mettre en évidence la diversité des figures de la vulnérabilité. Elles éclairent différents aspects subjectifs liés à l’expérience de la maladie. En ce sens, les parcours renseignent sur les bifurcations biographiques, les stratégies et les processus de subjectivation, les constructions identitaires et les modes de négociation. Quels sont alors les différents éléments marquants du vécu des personnes vivant avec le VIH ? Quelles sont les formes de discrimination que subissent les personnes séropositives, hommes et femmes, dans le milieu familial, le milieu hospitalier, les milieux professionnels ? Les trajectoires des personnes faisant partie des « populations clés » seront particulièrement privilégiées.

3. Genre, sexualités et VIH
Une approche en termes de genre comme grille de lecture appliquée au VIH/sida renseigne sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. A l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2015), l’on s’interrogera sur les différentes formes de vulnérabilité des femmes séropositives. Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent leurs parcours ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ? Quel est le lien entre les normes de la masculinité et l’exposition au VIH/sida ? Sachant que la séropositivité transforme l’expérience de la sexualité, comment s’articulent questions de genre et sexualité face au VIH/sida ? Dans quelle mesure les politiques publiques tiennent-elles compte de la dimension de genre dans les dispositifs de santé, de prévention et de lutte contre le VIH/sida ?

4. Migrations et VIH/sida
Les migrant.e.s sont souvent perçus comme responsables de l’importation de la maladie dans les sociétés d’accueil, notamment en France (Musso, 2008) ou encore au Maghreb (Ben Hafaiedh et al., 2012). Ils/elles vivent une précarité liée à la rupture sociale, à la difficulté d’accès aux soins, à la non-reconnaissance d’un droit à la santé. Comment se présente l’expérience du VIH/sida des personnes d’origine maghrébine en terre d’émigration ou celles des personnes d’origine sub-saharienne au Maghreb ? Quels sont leurs droits à la santé et à l’accès aux soins ? Quels sont les liens éventuels qui se tissent entre l’ethnicité et la gestion de la maladie ainsi que la stigmatisation qui en découle ? L’ethnicité participe-t-elle à creuser les inégalités et à renforcer les discriminations dans les sociétés d’accueil ? Réciproquement, inégalités et discriminations ne contribuent elles pas à renforcer l’ethnicité ? Comment sont pensées et mises en oeuvre les politiques d’immigration face au VIH/sida et quels sont leurs effets sur les personnes vivant avec le VIH au Maghreb ?

5. Engagement et résistances
Certaines personnes séropositives s’engagent dans le milieu associatif. Ces militant.e.s contribuent au changement des catégories et au glissement du registre des « populations cibles » à celui des « populations clés », pensées à l’échelle internationale non plus comme des publics passifs mais comme prenant part à la lutte contre le VIH/sida. Comment se présente la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans la lutte contre la maladie et la visibilité de cette question au Maghreb ? Dans le cadre des revendications partagées, des collectifs centrés sur le VIH/sida collaborent avec des collectifs LGBT (Gouyon et Musso, 2017). Quels sont les enjeux de ces mobilisations pour les associations de lutte contre le VIH/sida et leurs formes d’imbrication avec le militantisme LGBT ? Quelles sont les teneurs des différentes contributions associatives pour la dynamisation des politiques publiques et la prise en charge des personnes séropositives ou des « populations clés »?

Les articles de 40 000 signes seront acceptés en français, en anglais et en arabe. Ils concerneront l’ensemble des pays du Maghreb, sachant que des contributions sur la Mauritanie et la Libye sont vivement souhaitées.

Calendrier
Date limite de soumission des résumés (500 mots au maximum) : 15 mai 2018.
Date limite d’envoi des textes dont les propositions ont été acceptées : 30 novembre 2018.
Date limite d’envoi des textes définitifs après évaluation : 30 mai 2019.
Édition du volume : novembre 2019.

Les propositions de contribution sont à envoyer sur le formulaire en ligne en cliquant sur le lien.

Categories
Résumés de thèses

Accès aux soins et Politiques migratoires en Europe. Le parcours de vie des migrants subsahariens vivant avec le VIH et l’hépatite b.  Un regard croisé entre la France et l’Italie.

De Cecilia SANTILLI

Sous la direction de Laurent VIDAL et Pino SCHIRRIPA

Thèse en Anthropologie, soutenue le 23 octobre 2017 à l’Université d’Aix-Marseille ED355, en cotutelle avec l’Université La Sapienza de Rome, UMR912 SESSTIM/IMAF.

 

En France et en Italie, le sida et l’hépatite b touchent de façon massive les migrants qui proviennent d’Afrique Subsaharienne, majoritairement ceux vivant des situations de précarité politique, sociale et économique. Depuis 2010, alors que l’épidémie du sida s’est normalisée dans les pays occidentaux, on assiste dans ces deux pays à un intérêt croissant des politiques publiques autour de l’hépatite b, celle-ci étant de plus en plus associée au VIH dans les stratégies de lutte mises en place au sein des populations migrantes. En dépit de ce constat et suite au durcissement des politiques migratoires, les difficultés concernant l’accès aux soins et aux droits se sont accrues pour les migrants vivant avec ces deux infections dans les deux pays. En croisant les trajectoires politiques des deux infections et leur utilisation dans le domaine des politiques migratoires, cette thèse présente et analyse les modalités de prise en charge du sida et de l’hépatite b au sein des migrants « primo-arrivants » originaires d’Afrique Subsaharienne. Ce travail entend démontrer que la prise en charge, telle qu’elle se pratique aujourd’hui en France et en Italie, fait partie prenante de la construction de nouvelles formes d’inégalité. Situé au carrefour de l’anthropologie politique de la santé, de l’anthropologie de l’immigration et de l’anthropologie de l’État, ce travail se concentre autour du contexte de politiques néolibérales où le soupçon envers les migrants domine, tout autant que les rhétoriques des « ressources limitées » de l’Etat-social. L’étude du traitement social du sida et de l’hépatite b au sein de ces populations constitue alors un domaine exemplaire pour analyser la manière dont le rapprochement de logiques apparemment opposées, liées à la sélectivité des politiques migratoires et à l’universalisme des politiques sanitaires, se croisent.

 

Accès au document intégral : contacter l’autrice à l’adresse santilli.cecilia@gmail.com

Categories
écrits multimédia parution

Nouveau numéro de la revue « Migrations Société »

 Comprenant le dossier thématique :
Les émotions des migrants. Une approche sociologique

coordonné par Cécile Vermot
Chargée de cours et de recherche, Université Des Patients – UPMC-Sorbonne Universités et chercheuse associée au CEPED – UMR 196 – Paris Descartes – IRD).

n° 168, avril-juin 2017
Edition CIEMI

 

Sommaire :

Éditorial :

Présidence Macron et immigration : la continuité en marche ? Josselin Dravigny

Dossier thématique :

Introduction : la migration comme expérience émotionnelle, Cécile Vermot

Peur, honte, humiliation ? Les émotions complexes des demandeurs d’asile et des réfugiés en Europe, Jane Freedman

Gestion des émotions de migrantes transidentitaires sud-américaines en FranceJosé Reyes &  Nassira Hedjerassi

Honte, fierté, humiliation : contrepoints émotionnels des domestiques dominicaines à Madrid, Marina Ariza

Affects et subjectivation politique. Migrations féminines indonésiennes et épreuves de désajustement entre Java, Kuala Lumpur et SingapourLoïs Bastide

La discrimination méprisante. Ébauche de définition d’une forme de traitement préjudiciable touchant particulièrement les minoritésMartin Aranguren

Bibliographie sélective

Varia :

Le temps interstitiel des demandeurs d’asile. Stratégies de contre-pouvoir et réappropriation partielle d’une temporalité imposéeDavide Tisato

Note de lecture

Nouveautés documentaires du CIEMI

Categories
Colloque Evènements scientifiques

Colloque: « Trajectoires migratoires et santé autour de la naissance »

Colloque international:

schermata-2017-01-13-alle-18-16-06

« Trajectoires migratoires et
santé autour de la naissance »

Bruxelles – 2 et 3 février 2017

Face à l’accroissement des migrations internationales, et le nombre important de femmes au cœur de ces migrations, il nous a paru important d’éclairer la question de la santé au cours de la période cruciale de la grossesse et de la naissance. Les liens entre trajectoires migratoires et la santé à cette période de la vie s’expriment au travers de plusieurs dimensions : sociales, sanitaires, culturelles, économiques, politiques ou juridiques dont il importe de comprendre les interrelations. Ceci rend d’autant plus nécessaires les partages d’expériences et d’expertises au départ de points de vue multiples.

Ce colloque a pour but de rassembler des chercheurs, des acteurs de terrain et des milieux décisionnels travaillant sur ces différentes thématiques. Il est organisé en conférences (plénières et parallèles) et en ateliers en groupes restreints pour donner largement la parole aux acteurs et stimuler les échanges.

Il se déroule en plein cœur de Bruxelles, Capitale multiculturelle de l’Europe, à La Tricoterie lieu qui symbolise la volonté de tisser des liens et croiser des savoirs, dans un des quartiers où se côtoient pas moins de 130 nationalités.

Ce colloque est organisé par le G3 – Trajectoires migratoires et santé périnatale:

  • Pour l’ULB, Judith Racape et Myriam De Spiegelaere
  • Pour l’UMontréal, Marie-France Raynault et Nathalie Auger
  • Pour l’UNIGE, Sophie Durieux

 

Plus de renseignements concernant l’événement (programme détaillé, inscription, …) disponible sur le site du colloque: https://perinatmigrant.sciencesconf.org/

 

Le G3 est un partenariat entre l’Université de Montréal (Canada), l’Université de Genève (Suisse) et l’Université Libre de Bruxelles (Belgique). Des équipes de recherche de ces trois universités se sont rassemblées pour organiser ce colloque,  espace de partage et d’échange interdisciplinaire, où se croisent les expertises de la recherche et des pratiques.