Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel de propositions « Fin de vie et mourir dans un monde pluriel », Anthropologie et sociétés

Fin de vie et mourir dans un monde pluriel

(proposition révisée, numéro double 2021)

ANTHROPOLOGIE ET SOCIÉTÉS

Numéro thématique sous la direction de Sylvie Fortin et Josiane Le Gall

Sylvie Fortin, Professeure titulaire, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

Josiane Le Gall, Chercheure d’établissement, SHERPA/CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal & Professeure associée, Dép. d’anthropologie, Université de Montréal

APPEL DE PROPOSITION

 Les nombreux décès survenus ces derniers mois nous interpellent tous. La pandémie actuelle marque de multiples façons, la vie, la sociabilité et… le mourir. Anthropologie et sociétés s’est engagé dans un numéro thématique sur la fin de vie depuis quelques mois déjà. Le contexte actuel nous invite à élargir le bassin des contributions afin de mieux cerner ces enjeux dans différents lieux/institutions/localités.

La fin de vie est un objet foisonnant de recherche et de réflexion en sciences sociales et en sciences du soin. Vieillissement de la population, chronicité de la maladie, éventail thérapeutique à la fois très large et restreint selon la population visée (du jeune au grand âge) et pratiques de soins sont parmi les thèmes de l’heure. Et si les travaux sur la mort (et davantage « les morts » selon Bibeau [2013 :51]) et les rituels funéraires sont chers à l’anthropologie (Kaufmann et Morgan 2005, Engelke 2019, Jérôme et Poirier 2018), le mourir est moins documenté tout en étant une fenêtre extraordinaire sur le social contemporain. Dans la continuité de Godelier (2014) et ses travaux sur la mort, nous considérons la fin de vie et le mourir comme une construction sociale et non en état d’être délimité par la clinique.

Fin de vie et mort se déclinent pour plusieurs sur fond de traditions culturelles et religieuses. Les rites entourant la mort, présents dans toutes les sociétés, s’inscrivent dans les grandes traditions religieuses (Coyer 2015, Thomas 1980) et aussi en marge de ces dernières dans les sociétés hypermodernes où la diversité, l’hyperdiversité (Hannah 2011) résulte à la fois de la mobilité et des mouvements migratoires (Foner & al. 2019, Vertovec 2007), mais aussi des transformations sociales qui accompagnent la mondialisation des échanges de tout ordre (Humphris 2014). Cela dit, la culture – entendue comme un ensemble de significations, de normes et de valeurs partagés qui sous-tendent comment les membres d’un groupe social comprennent et agissent dans le monde qui les entourent (Crowley-Matoka 2016) – participe à façonner, selon les contextes et les interactions, les pratiques, savoirs et croyances d’un groupe donné en regard de la maladie, la mort, le soin. Cette même culture est acteur dans la prise de décision, tout comme l’est la médecine tout entière en tant que système culturel qui façonne les pratiques soignantes. Cette culture médicale – qui embrasse l’action comme moteur et où les progrès scientifiques génèrent un éventail thérapeutique toujours croissant – donne lieu ou peut donner lieu à des fins de vie qui interpellent.

Dans le cadre de ce numéro, nous nous intéressons aux trajectoires de fin de vie et au mourir contemporain, marqué par une pluralité de manières de concevoir le monde, la vie, la mort, l’apport de la technologie biomédicale, les attentes et possibilités vis-à-vis des lieux où le mourir est possible (hôpital, institution de soins prolongés ou de soins palliatifs, domicile). Saisir les espaces relationnels dans lesquels le mourir est vécu, les contextes et la qualité des interactions entre acteurs devient fondamental (Kellehear 2014). Ces espaces sont parfois colorés par la famille, mais encore, cette famille est elle aussi en mouvance (composition, recomposition, locale, transnationale). Ils peuvent aussi renvoyer à des liens sociaux variés, de voisinage, d’entre-aide, associatifs, et ce faisant rendre compte (ici encore) d’une pluralité d’acteurs accompagnants, voire même impliqués dans les décisions qui jalonnent la trajectoire de la maladie et du mourir.

La notion de trajectoire de la mort permet de saisir la mort en tant que processus temporel, certes, mais aussi social (plutôt que biologique), au carrefour de nombreuses perspectives potentiellement divergentes entre malade, famille et soignants (Strauss et al. 1985). Les trajectoires de fin de vie, du mourir et de la mort, sont en cela inclusif, temporel, relationnel, contextuel et donnent lieu à un éventail thérapeutique du cure au care, d’une perspective curative à une approche de confort, d’une reconnaissance de la mort comme soin (Death as care) ou au contraire, d’une mort comme échec.

Les articles retenus dans le cadre de cet appel pourront aborder la mort et la fin de vie sous différents angles, en tenant compte du point de vue tant des personnes en fin de vie, de leur famille que des soignants, notamment les expériences de fin de vie, de la jeunesse au grand âge, la diversité des fins de vie (mourir local, transnational, liens sociaux), les subjectivités, intersubjectivités, normes et valeurs (bonne mort, souffrance, dévoilement, etc.) et l’organisation des soins et pratiques de soin.

Anthropologie et sociétés ne publie que des inédits. La revue est francophone. Toutefois, les soumissions en Anglais sont les bienvenues. Lorsqu’acceptés pour publication, ces textes sont traduits par la revue après le processus d’évaluation.

Nous vous invitons à visiter le site web de la revue: : https://www.anthropologie-societes.ant.ulaval.ca/

Les résumés et propositions devront être envoyés directement aux rédactrices invitées:

sylvie.fortin@umontreal.ca & josiane.le.gall.ccomtl@ssss.gouv.qc.ca

Télécharger l’appel en PDF: Appel_AnthropologieSociétés_juin2020_F

Calendrier général

  • 20 août 2020: titres & résumés de proposition (originale non publiée) 10 à 15 lignes + coordonnées complètes des auteurs
  • 25 août 2020 : confirmation des résumés retenus (ou refus) – invitations à produire un article selon les normes de la revue
  • 15 octobre 2020 : réception des articles (7500 mots, notes et références incluses, résumés en français et en anglais)
  • 15 décembre 2020 : transmission des évaluations aux auteurs
  • 15 février 2021: réception des textes révisés
  • Mai 2021 : publication du numéro

Références citées

BIBEAU, G., 2013. Là où mourir n’est pas toujours mourir. Un regard anthropologique sur la mort d’enfants dans des sociétés non-occidentales, pp. 51-69, in S. Fortin et M.J. Blain (dir.), Mourir à l’ère biotechnologique. Montréal, Éditions CHU Sainte-Justine.

COYER G., 2015. « Anthropologie de la mort et de la fin de vie », Jusqu’à la mort accompagner la vie, 123, 4 : 11-24.

CROWLEY-MATOKA, M. 2016. Cultural Factors, pp. 292-307, in S. J. Youngner and R. M. Arnold (eds), The Oxford Handbook of Ethics at the End of Life. New York: Oxford University Press

ENGELKE, M., 2019. « The Anthropology of Death Revisited », Annual Review of Anthropology, 48 :29-44.

FONER, N., J.W. DUYVENDAK ET P. KASINITZ, 2019. « Introduction : super-diversity in everyday life », Ethnic and Racial Studies, 42,1 :1-16.

GODELIER, M., 2014. Introduction, pp. 9-37, in Godelier, M. (dir.), La mort et ses au-delà.

Paris, CNRS Éditions.

HANNAH, S. 2011. Clinical care in environments of hyperdiversity, pp. 35-69, in M.-J. DelVecchio Good, S..Willen, S. Hannah, K.Vickery & L. Taeseng Park (eds). Shattering Culture: American Medicine Responds to Hyperdiversity. New York, Russell Sage Foundation.

HUMPHRIS, R. 2014. Superdiversity : Theory, Methods and Practice – Rethinking society in an era of change. Conference (report) 23-25 June 2014, University of Birmingham. https://www.birmingham.ac.uk/research/superdiversity-institute/events/previous- events/iris-conference-report-2014.aspx (consulté le 5 juillet 2019).

JÉROME, L. & S. POIRIER, 2018. « Présentation. Conceptions de la mort et rites funéraires dans les mondes autochtones », Frontières, 29(2). https://doi.org/10.7202/1044157ar

KAUFMAN, S. R. & L. M. MORGAN. 2005, «The anthropology of the beginnings and ends of life», Annual Review of Anthropology, 34:317–41.

KELLEHEAR, A. 2014. The inner life of the dying person, End-of-life care : a series. New York, Columbia University Press.

STRAUSS, A., S. FAGERHAUGH, B. SUCZEK & C. WIENER, 1985. Social Organization of

Medical Work. Chicago, Chicago University Press.

THOMAS, L.V. 1980. Anthropologie de la mort. Lausanne, Payot.

VERTOVEC, S. 2007. « Super-diversity and its implications », Ethnic and Racial Studies, 30 : 1024-1054.

Categories
écrits parution

Parution : Anthropologie & Santé n°15 | Transitions existentielles en question

Anthropologie & Santé | n°15, novembre 2017

Les transitions existentielles en question :

la naissance et la mort face aux technologies biomédicales

Dossier coordonné par Irène MAFFI et Yannis PAPADANIEL

La mise en place de directives anticipées est-elle souhaitable ? L’accouchement à domicile est-il une bonne pratique ? Faut-il laisser une entière liberté de mouvement à un patient en fin de vie hospitalisé ? Le champ médical est l’une des sphères privilégiées où se définissent les modalités de la venue au monde ou de la fin de la vie, participant ainsi à cadrer des expériences qui ont en commun de « mettre l’humanité en lien avec l’inconnu » et qui constituent des « formes élémentaires de l’événement » dont la nature biologique est toujours socialisée et symbolisée. En étant confrontée au début et à la fin de l’existence, la médecine est susceptible d’être ramenée aux arbitraires sociaux, politiques et culturels qui la fondent. Ce dossier thématique met en lumière l’ambiguïté des prises en charge de ces événements et analyse la manière dont « la vie et la mort sont attribuées, contestées et mises en acte de manière pragmatique ». Il explore symétriquement ce que les technologies biomédicales font faire aux acteurs.trices qui donnent la vie ou se confrontent à la mort, et ce que ceux-ci/celles-ci leur font faire en retour. Il analyse également les nouvelles catégories de sujets qui en ressortent et dont l’ontologie incertaine doit être négociée et (re)définie dans chaque contexte.

Dossier thématique Transitions existentielles en question

Categories
multimédia parution

« La mort inégale » de A. Cintract

Parution d’ouvrage:

« La mort inégale »

de Aurélien Cintract

avec préface de Jean-Michel Bessette

Editions L’Harmattan, 2016
Collection « Logiques Sociales » (dirigée par Bruno Péquignot)
ISBN : 978-2-343-09121-1
Prix: 15 €

Schermata 2016-06-06 alle 10.22.25Nous mourrons tous. Mais pas au même âge…

Parler de la mort est toujours délicat. Objet d’étude sensible, la mort interpelle, ébranle les certitudes, nourrit les craintes et réactive les angoisses les plus profondes, renvoyant chacun à sa propre finitude et à sa condition de simple mortel. Comme le soleil, elle ne peut se regarder fixement, disait à peu près en ces termes La Rochefoucauld… À plus forte raison que nos sociétés ont connu un recul spectaculaire de la mort depuis les temps les plus reculés. Nul n’ignore que nous vivons aujourd’hui beaucoup plus longtemps qu’autrefois. Mais derrière ces progrès, dont les conquêtes de la médecine ne suffi sent à rendre compte, se cache en réalité un tout autre phénomène, relativement méconnu : l’inégalité des hommes devant la mort.
La durée de vie est loin d’être la même pour tous et la mort inégale, en réalité, ne fait que traduire l’inégalité des conditions sociales. En ré-instaurant le dialogue avec l’histoire, le sociologue trouve une matière féconde pour mettre en relief le poids déterminant des conditions d’existence dans la production des inégalités devant la mort. L’examen socio- historique, en fait, révèle combien les fondements de ces inégalités – toujours actives – résident en amont du système de santé. Le hasard n’est donc point le maître d’œuvre en matière de mortalité. Phénomène biologique, la mort, chez l’homme, est traversée de toute part par des effets de culture.

 Ici, la fiche complète du livre, avec table des matières et bon de commande.

Présentation de l’ouvrage le jeudi 16 juin 2016 à 16h30
Espace L’Harmattan – 21 bis rue des Ecoles, 75005 Paris
Métro Maubert-Mutualité, ligne 10 – Bus 63, 86, 87

 

Aurélien Cintract est sociologue. Spécialisé dans la sociologie de la santé, ses travaux portent principalement sur la mortalité différentielle en France. Il exerce des activités d’enseignement à l’université de Perpignan, ainsi que dans le secteur médico-social.

Categories
écrits parution Vie d'Amades

Anthropologie et Santé – n° 12, mai 2016 – Incertitude médicale, prise de décision et accompagnement en fin de vie

C’est avec plaisir que nous vous annonçons la parution du douzième numéro de Anthropologie et santé.

Incertitude médicale, prise de décision et accompagnement en fin de vie

Anthropologie & Santé | n°12, mai 2016
Dossier coordonné par Sylvie Fortin et Josiane Le Gall

 

anthroposanté12Ce numéro thématique sur l’incertitude médicale, la prise de décision et l’accompagnement en fin de vie relève quelques-uns des enjeux que comportent les décisions complexes et plurielles autour de la mort. La technologie et la biotechnologie réduisant les morts spontanées en milieu hospitalier, les professionnels du soin, les personnes malades et leurs proches doivent désormais composer avec des situations jadis exceptionnelles. Les articles réunis dans ce numéro s’appuient sur des corpus diversifiés, recueillis dans différents contextes nationaux (France, Italie, Suisse, Québec), ancrés dans un éventail de perspectives (les maladies génétiques, le cancer, la néonatalogie ou les soins intensifs), dans différents lieux (l’hôpital, les maisons et les unités de soins palliatifs ou encore le domicile) et à différents moments de la fin de vie (la palliation, la phase terminale, la sédation).

Sommaire :
Categories
parution

L »esprit de corps ». Sexe et mort dans la formation des internes en médecine

L’esprit de corps : sexe et mort dans la formation des internes en médecine

Emmanuelle Godeau

Ed MSH , collection Ethnologie de la France, 2007.

Scandaleuses rumeurs, bizutages violents, blagues obscènes, chansons de salles de garde, autant d’éléments qui composent l’image de l’étudiant en médecine et se superposent difficilement à celle de l’éminent spécialiste au titre prestigieux d’ « Ancien Interne des Hôpitaux » …

Quelles sont donc ces traditions frivoles, ce « folklore des carabins » relégué aux marges du métier derrière les portes fermées des salles de garde ? Ou, plutôt, en quoi ces pratiques sont-elles constitutives de l’apprentissage du futur spécialiste, au même titre que le reste de sa formation ? Comment l’esprit de corps vient-il aux médecins ?

C’est à ces questions, et sur un terrain n’ayant jamais fait l’objet d’investigations ethnologiques, que l’auteur s’est attachée à répondre dans cet ouvrage novateur et stimulant.

Des travaux pratiques d’anatomie et de dissection – plaçant les jeux autour du sexe et de la mort au principe même de cet apprentissage – aux « revues » et « post-revues » spectaculaires des salles de garde en passant par les rituels qui rythment le temps de l’internat sur le modèle des « grands » passages biographiques- « baptême » et « enterrement » du néophyte – se dessine un parcours coutumier indissociable de l’acquisition des savoirs propres à la discipline médicale.

Conduite majoritairement auprès d’anciens internes des hôpitaux français à Toulouse, Montpellier, Strasbourg et Paris, la recherche d’Emmanuelle Godeau n’exclut ni le comparatisme (U.S.A, Suisse, Scandinavie), ni la profondeur historique.

Categories
parution

Conduites à risque. Des jeux de mort au jeu de vivre

Conduites à risque.
Des jeux de mort au jeu de vivre.

David LE BRETON

Paris, Presses Universitaires de France, 2002, 224 pages, 9,50 euros.

La notion de conduite à risque est ici entendue comme un jeu symbolique ou réelle avec la mort, une mise en jeu de soi, non pour mourir, bien au contraire, mais qui soulève la possibilité non négligeable d’y perdre la vie ou d’altérer les capacités symboliques de l’individu. Certes, les modalités d’entrée dans le risque diffèrent selon les populations concernées. Les conduites à risque s’appuient sur une souffrance personnelle aiguë ou diffuse, elles sont l’indice d’un manque d’intégration, faute d’un goût de vivre suffisant. Elles sont un dernier sursaut pour se mettre au monde, accoucher de soi dans la souffrance pour accéder enfin à une signification de soi permettant de reprendre sa vie en mains. Dans le prolongement de Passions du risque, David Le Breton analyse les significations de ces conduites pour les jeunes générations.