Categories
Conférence Evènements scientifiques

Conference Anthropo-Med: Dissonances et Convergences entre Anthropologie et Santé Publique

Du 22 au 23 janvier 2020
IMéRA, Maison des astronomes, salle de conférences
entrée sur inscription

Conférence Anthropo-Med, organisé à l’IMéRA en partenariat avec l’IRD. Avec la participation de Carla Makhlouf Obermyer (Adjunct Professor, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, et Senior Fellow, IméRA ; membre du groupe Anthropo-Med).

Le séminaire se propose de mettre en lumière les décalages ainsi que les rencontres entre santé publique et sciences sociales. Il est organisé par AnthropoMed, un groupe de six chercheures qui ont travaillé sur des problématiques à l’intersection de l’anthropologie médicale et de la santé publique. Il regroupera 25 intervenants dont les travaux sur la santé dans son contexte socio-culturel contribuent à établir des ponts entre les approches disciplinaires. A travers des présentations et discussions sur des sujets très divers, tels que la surveillance sanitaire, les systèmes de santé, la perception des risques, l’engagement des patients, les médicaments et la santé numérique, le but est de revenir sur les collaborations entre l’anthropologie médicale et la santé publique avec leurs dissonances et convergences, ainsi que sur les possibilités de l’inter-disciplinarité, des points de vue théorique et méthodologique.

Résumé de l’agenda prévisionnel :

Le séminaire aura lieu à l’IMéRA les 23-23 janvier 2020, de 9h à 18h environ. Il sera ouvert , sur inscription, aux chercheurs, doctorants et étudiants avancés, ainsi qu’aux professionnels de santé publique.
Il comprendra 4 sessions portant sur :
1) les politiques, programmes et interventions en santé publique;
2) les concepts utilisés pour définir les catégories de population, les risques pour la santé ainsi que les stratégies de prévention;
3) l’engagement des patients et la notion de démocratie sanitaire;
4) les nouveaux fronts thérapeutiques, liés notamment aux médicaments, à la médecine intégrative et aux nouvelles technologies. La dernière session sera une table ronde pour discuter des implications du séminaire pour les concepts et méthodes de l’anthropologie et pour les ponts inter-disciplinaires entre santé publique et anthropologie.                                                                                       

Les intervenants :

  • Carine Baxerres, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMR MERID (IRD Université Paris Descartes) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Farid Boumediene, chercheur en épidémiologie, maladies non-transmissibles, Inserm NeuroEpidemiologie Tropicale.
  • Eve Bureau, Anthropologue, chargée de recherche CNRS, chercheure au Centre Norbert Elias, Marseille.
  • Céline Caillet, Groupe de recherche Qualité des Médicaments, Université d’Oxford
  • Patrice Cohen, Professeur d’anthropologie à l’Université de Rouen Normandie, chercheur au Laboratoire sur les dynamiques sociales (DysoLab)
  • Alice Desclaux, Anthropologue, Directrice de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Jean-Charles Dufour, Médecin de Santé Publique, Maitre de conférences à la faculté de médicine de Marseille, chercheur au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD)
  • Bruno Falissard, Médecin, Professeur de biostatistiques à la faculté de médecine Paris-Sud et directeur du Centre de recherche en Epidémiologie et Santé des Populations
  • Didier Febvrel, Médecin de santé publique et de promotion de la santé, membre du Haut Conseil de la Santé Publique, de Médecins du Monde et président de l’association Fabrique Territoires Santé.
  • Laurent Gaissad, Anthropologue, Enseignant chercheur, EVCAU/ENSA Paris Val de Seine
  • Pascale Hancart Petitet, Anthropologue, chargée de recherche IRD, chercheure à l’UMI TransVIHMI (IRD, INSERM, Université de Montpellier) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Joseph Larmarange, Démographe, chargé de recherche IRD, chercheur au CEPED (Université de Paris Descartes, IRD)
  • Anne Lovell, Anthropologue, Directrice de Recherche Emérite Inserm, chercheure au Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé mentale, Société (Cermes3)
  • Julien Mancini Médecin de santé publique, Professeur à la faculté de médicine de Marseille, chercheur au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD), Marseille
  • Alexandre Mathieu-Fritz, Professeur de sociologie à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Chercheur au Laboratoire Techniques Territoires et Sociétés
  • Anne-Marie Moulin, Médecin et Philosophe, Directrice de recherche émérite CNRS, chercheure au laboratoire SPHERE (CNRS, Universités Paris Diderot et Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Professeur associée à l’Université Senghor d’Alexandrie, Département Santé
  • Sandrine Musso, Anthropologue, Maitresse de conférences à Aix-Marseille Université, chercheure au Centre Norbert Elias, membre du groupe Anthropo-Med
  • Harold Noël, Médecin de santé publique, Santé Publique France, Direction des maladies infectieuses
  • Carla Makhlouf Obermeyer, Adjunct Professor, Center for Research on Population and Health, American University of Beirut, et Senior Fellow, IméRA ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Jocelyn Raude, Chercheur, Unité des virus émergents de Marseille (AMU, IRD, INSERM, IHU Méditerranée Infection) et Maître de Conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (Rennes).
  • Valéry Ridde, Chercheur en santé publique, Directeur de Recherche IRD, chercheur au Centre Population et Développement (Université Paris Descartes, IRD)
  • Perrine Roux, chercheure en santé publique, Chargée de Recherche Inserm, chercheure au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD), Marseille
  • Aline Sarradon-Eck, Anthropologue, Chercheure au SESSTIM (Aix-Marseille Université, Inserm, IRD) ; membre du groupe Anthropo-Med
  • Cheikh Sokhna, Epidémiologiste, Chercheur IRD, Unité Vecteurs Infections Tropicales et Méditerranéennes

Programme :

Mercredi 22 janvier

8:30 – Accueil

9:00 – Introduction, tour de table, et aperçu de la réunion

9:20 – Anthropologie et santé publique: une relation compliquée, Carla Obermeyer

9:40 – Collaborations, interdisciplinarité, AMU, IMéRA Sandrine Musso

Session 1: Politiques, programmes, Interventions Carine Baxerres

10:00 – Surveillance, Harold Noël, Alice Desclaux

11:00 – Pause café

11:15 – Elimination, campagnes (épidémies, maladies transmissibles), Anne-Marie Moulin, Cheikh Sokhna

12:15 – Gestion de la santé, systèmes de santé, Valery Ridde

12:45 – Discussion session 1

13:10 – Pause déjeuner

Session 2: Population, prévention, risques Sandrine Musso

14:30 – Catégories de population, Joseph Larmarange, Laurent Gaissad

15:30 – Réduction des risques, Perrine Roux, Anne Lovell

16:30 – Pause café

16:45 – Perception des risques, chronicité, Jocelyn Raude, Farid Boumedienne

17:45 – Discussion session 2

18:00 – Fin du jour 1

19:30 – Dîner

Jeudi 23 janvier

8:30 – Accueil, café

Session 3: Patients, participation Alice Desclaux

9:00 – Litéracie et engagement des patients, Julien Mancini, Pascale Hancart-Petitet

10:00 – Démocratie sanitaire, éducation par les pairs, Didier Febvrel, Eve Bureau

11:00 – Discussion session 3

11:15 – Pause café

Session 4: Nouveaux fronts thérapeutiques Aline Sarradon-Eck

11:30 – Médicaments, Céline Caillet, Carine Baxerre

12:30 – Médecine intégrative/ non-conventionnelle, Patrice Cohen, Bruno Falissard

13:30 – Pause déjeuner

Session 4 – suite

14:30 – Télémédecine, santé numérique, nouvelles technologies, Jean-Charles Dufour, Alexandre Mathieu-Fritz

15:30 – Discussion session 4

16:00 – Table ronde « Quelles implications pour les concepts et méthodes de l’anthropologie et pour les ponts inter-disciplinaires entre santé publique et anthropologie? », Carla Obermeyer Valery Ridde

16:30 – Discussion générale et conclusion

17:00 – Fin du séminaire

Lien

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb – « Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Appel à contribution : Revue L’Année du Maghreb
« Expériences et politiques du VIH/sida au Maghreb »

Sous la direction de
Christophe BROQUA (IMAF, Aubervilliers)
Monia LACHHEB (IRMC, Tunis)
Sandrine MUSSO (Aix-Marseille Université / CNE)

La question du VIH/sida au Maghreb demeure largement dominée par un discours médical fondé sur des connaissances épidémiologiques plus ou moins fines selon les pays, tandis que la part faite aux sciences sociales reste modeste.

Pris dans leur ensemble, le Moyen Orient et l’Afrique du Nord constituent l’une des deux régions au monde où les décès liés au VIH/sida continuent d’augmenter, le recours au dépistage et l’accès aux traitements y étant très en dessous de la moyenne mondiale (UNAIDS, 2017a, 2017b). Toutefois, la prévalence du VIH y est moins élevée que dans les pays d’Afrique sub-saharienne (moins de 0,1%). Au Maghreb, l’épidémie se concentre dans les populations dites « clés », qui se composent principalement des personnes engagées dans le travail du sexe, des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, enfin des usagers de drogues injectables. La spécificité des contextes fait que ce ne sont pas les mêmes groupes qui sont touchés dans les trois pays où des estimations existent : la prévalence du VIH chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes est la plus élevée en Tunisie (9,1%) ; la prévalence des usagers de drogues injectables s’avère plus marquée au Maroc (7,9%) ; en Algérie, ce sont les professionnel/les du sexe qui connaissent la plus haute prévalence (5,2%) (UNAIDS, 2017a).

Alors que les recherches en sciences sociales se sont multipliées sur le VIH/sida en Afrique sub-saharienne (sur la diffusion des traitements ou sur les mobilisations, en partie impulsées ou façonnées à l’échelle internationale), elles sont restées peu développées concernant le Maghreb. Pourtant, l’imbrication des facteurs culturels, sociaux, économiques et politiques influe sur les systèmes de santé, les représentations de la maladie et les imaginaires qui l’entourent, le rapport à l’autre et la spécificité de la relation thérapeutique. Ces différentes articulations méritent analyse, dans la mesure où elles témoignent de la complexité de la réalité de l’épidémie en fonction des ancrages locaux.

Ce dossier de L’Année du Maghreb entend croiser différentes perspectives et différents champs disciplinaires pour une meilleure compréhension des dynamiques de l’épidémie au Maghreb. Il vise, par ailleurs, à questionner le rapport à l’altérité et à la justice sociale à travers l’intérêt pour l’infection à VIH. Dans ce cadre, les enquêtes de terrain fondées sur des approches méthodologiques diverses sont vivement souhaitées. Le regard comparatiste permettrait, pour sa part, d’éclairer des particularités locales. Des contributions non académiques sont possibles aussi, dès lors qu’elles procurent un gain de connaissances. Sans prétendre à l’exhaustivité, les contributions se déclineront selon les axes suivants :

1. VIH/sida et droits
Les consultations et résolutions internationales incitent les États à prendre en compte le droit à la santé. Elles inscrivent la lutte contre l’infection à VIH parmi les droits humains (Fonds Mondial, 2013). Au Maghreb, les contextes sociopolitiques post-révolutions arabes laissent présager une meilleure gestion des droits et des libertés. Quelle est la place des personnes vivant avec le VIH dans la loi et ses mises en oeuvre ? Comment les recommandations internationales sont-elles traduites en lois dans les différents États du Maghreb ? Quelles sont les limites d’application des lois dans les contextes locaux ? Quelle est la place du droit dans la lutte contre le VIH/sida, la construction des politiques de prévention contre la maladie et d’accès aux soins des populations vulnérables ?

2. Parcours séropositifs
Les trajectoires des hommes et des femmes vivant avec le VIH permettent de mettre en évidence la diversité des figures de la vulnérabilité. Elles éclairent différents aspects subjectifs liés à l’expérience de la maladie. En ce sens, les parcours renseignent sur les bifurcations biographiques, les stratégies et les processus de subjectivation, les constructions identitaires et les modes de négociation. Quels sont alors les différents éléments marquants du vécu des personnes vivant avec le VIH ? Quelles sont les formes de discrimination que subissent les personnes séropositives, hommes et femmes, dans le milieu familial, le milieu hospitalier, les milieux professionnels ? Les trajectoires des personnes faisant partie des « populations clés » seront particulièrement privilégiées.

3. Genre, sexualités et VIH/sida
Une approche en termes de genre comme grille de lecture appliquée au VIH/sida renseigne sur les différences et les inégalités entre les hommes et les femmes. À l’heure où l’on parle de la féminisation de l’infection par le VIH au Maghreb (Bouchaib, 2015), l’on s’interrogera sur les différentes formes de vulnérabilité des femmes séropositives. Quels sont les enjeux de pouvoir et de domination qui marquent leurs parcours ? Les normes de genre creusent-elles les inégalités face à la santé ? Quel est le lien entre les normes de la masculinité et l’exposition au VIH/sida ? Sachant que la séropositivité transforme l’expérience de la sexualité, comment s’articulent questions de genre et de sexualité face au VIH/sida ? Dans quelle mesure les politiques publiques tiennent-elles compte de la dimension du genre dans les dispositifs de santé, de prévention et de lutte contre le VIH/sida ?

4. Migrations et VIH/sida
Les migrant.e.s sont souvent perçus comme responsables de l’importation de la maladie dans les sociétés d’accueil, notamment en France (Musso, 2008) ou encore au Maghreb (Ben Hafaiedh et al., 2012). Ils/elles vivent une précarité liée à la rupture sociale, à la difficulté d’accès aux soins, à la non-reconnaissance d’un droit à la santé. Comment se présente l’expérience du VIH/sida des personnes d’origine maghrébine en terre d’émigration ou celles des personnes d’origine sub-saharienne au Maghreb ? Quels sont leurs droits à la santé et à l’accès aux soins ? Quels sont les liens éventuels qui se tissent entre l’ethnicité et la gestion de la maladie ainsi que la stigmatisation qui en découle ? L’ethnicité participe-t-elle à creuser les inégalités et à renforcer les discriminations dans les sociétés d’accueil ? Réciproquement, inégalités et discriminations ne contribuent elles pas à renforcer l’ethnicité ? Comment sont pensées et mises en oeuvre les politiques d’immigration face au VIH/sida et quels sont leurs effets sur les personnes vivant avec le VIH au Maghreb ?

5. Engagements et résistances
Certaines personnes séropositives s’engagent dans le milieu associatif. Ces militant.e.s contribuent au changement des catégories et au glissement du registre des « populations cibles » à celui des « populations clés », pensées à l’échelle internationale non plus comme des publics passifs mais comme prenant part à la lutte contre le VIH/sida. Comment se présente la mobilisation des personnes vivant avec le VIH dans la lutte contre la maladie et la visibilité de cette question au Maghreb ? Dans le cadre des revendications partagées, des collectifs centrés sur le VIH/sida collaborent avec des collectifs LGBT (Gouyon et Musso, 2017). Quels sont les enjeux de ces mobilisations pour les associations de lutte contre le VIH/sida et leurs formes d’imbrication avec le militantisme LGBT ? Quelles sont les teneurs des différentes contributions associatives pour la dynamisation des politiques publiques et la prise en charge des personnes séropositives ou des « populations clés » ?

Conditions de soumission / Calendrier

Les articles de 40 000 signes seront acceptés en français, en anglais et en arabe. Ils concerneront l’ensemble des pays du Maghreb, sachant que des contributions sur la Mauritanie et la Libye sont vivement souhaitées.
Les propositions de contribution sont à envoyer sur le formulaire en ligne (en cliquant sur le lien).
Date limite de soumission des résumés (500 mots au maximum) : 31 décembre 2019.
Date limite d’envoi des textes dont les propositions ont été acceptées : juin 2020.
Date limite d’envoi des textes définitifs après évaluation : janvier 2021.
Édition du volume : juin 2021.

Télécharger l’appel à contributions: Appel à contribution L’Année du Maghreb-24 2021-I

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: Les parcours de soins en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique

Les parcours de soin en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique

Sous la coordination de François SICOT

Éditions l’Harmattan, Collection Logiques Sociales
Parution: 5 septembre 2019
ISBN : 978-2-343-18177-6
Format : 13,5 x 21,5 cm, 314 pages
31.00€

Depuis le début des années 2000, un nouveau référentiel d’action publique a progressivement été promu dans les politiques publiques à destination des personnes vulnérables : le parcours. Quels sont, dans les faits aujourd’hui, les parcours des patients en psychiatrie ? Débute-t-on une prise en charge avec un médecin généraliste puis un psychiatre libéral avant de connaître une succession d’hospitalisations ? Comment arrive-t-on aux urgences et vers où en sort-on ? En menant l’enquête sur deux territoires, une équipe de sociologues met en lumière que les systèmes locaux de prise en charge dépendent à la fois de l’offre de soins (privée et publique) et des relations systémiques qui lient les acteurs du secteur psychiatrique aux intérêts parfois divergents.

En savoir plus: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=63874

Les auteurs, sociologues de la santé au sein du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST) de l’Université Toulouse 2, mènent des recherches sur les expériences de santé, les dispositifs de soins et leurs ancrages sur les réalités territoriales.

Categories
Evènements scientifiques Journée d'étude

Journées d’étude « Crises sanitaires : expériences et politiques en santé humaine et animale », 27-29 mai 2019, EHESS Marseille

Si la notion de crise a déjà été abordée par la sociologie et l’anthropologie (Lagadec 1988 ; Gilbert, 2003 ; Wieviorka, 2009) et a également été l’objet d’analyses économiques et historiques, elle est ici mobilisée en tant que contexte dans lequel et par lequel des changements majeurs se produisent tant au niveau de la société, de la santé (ici humaine et animale) que des politiques publiques. La crise peut représenter ainsi une entrée pour porter un regard nouveau sur les diverses déclinaisons de ces changements. Elle peut aussi être interrogée en tant que rhétorique mobilisée pour justifier des réformes économiques et sociales.

Le terme de crise, dans son acception grecque, désigne un moment de prise de décision, de choix. Son utilisation recouvre des domaines et des significations variées (Ricoeur, 1988) : elle peut marquer une rupture, un changement brutal d’un état (de santé), de souffrance (mentale), de situation (politique), de modèle (épistémologique), et de système (économique). La notion de crise est ainsi appliquée à la plupart des domaines de la vie (humain, animal, social, sanitaire, politique, économique, moral et cognitif), jusqu’à pousser Paul Ricoeur à définir la crise comme un « pseudo-concept » ou, pour reprendre les mots de Marcel Mauss, un « phénomène social total » (Mauss, 1985). Nous essayerons, dans le cadre de ces journées d’études d’en explorer la polysémie et d’en appréhender la portée heuristique dans les sciences sociales, que la crise soit prise dans ses acceptions « objectives » ou qu’elle soit mobilisée à des fins qui seront explicitées. Nous explorerons la multiplicité des formes et des réponses aux différentes crises dans le temps et dans l’espace.

Journées d’études issues du séminaire Crises sanitaires : expériences, dispositifs, politiques

Informations pratiques
La Vieille Charité, EHESS Marseille, salle A, 2e étage.
Ouvert à tous sur inscription obligatoire avant le mardi 21 mai :
https://mensuel.framapad.org/p/inscription-seminaire-crise-cne

Programme

Lundi 27 mai

9h30-12h30
Introduction
Francesca Sirna (Centre Norbert Elias/CNRS) et Christelle Rabier (Cermes3/EHESS)

Analyse de la couverture médiatique d’une crise sanitaire/environnementale
Brigitte Juanals (Centre Norbert Elias/AMU)

6e extinction des espèces et focus sur les abeilles
Dorothée Dussy (Centre Norbert Elias/CNRS) et Elsa Faugère (ECODEV/INRA)

De la révolution des Khmers Rouges à la révolution verte. Quelle crise sanitaire aujourd’hui dans le monde paysan cambodgien
Eve Bureau-Point (Centre Norbert Elias/CNRS)

14h00-17h00
Revisiter la crise du Sida
Sandrine Musso (Centre Norbert Elias/AMU)

Ateliers de lecture
Présentation/discussion autour d’une sélection de textes qui seront envoyés pour lecture aux inscrits préalablement au séminaire. Animés par Christelle Rabier et Brigitte Juanals

19h00-22h00
Assemblée Générale de l’association AMADES
A « Coco Velten”, 16 rue Bernard du Bois, 13001 Marseille

Mardi 28 mai

9h30-12h30
Cancer professionnel dans le secteur agricole
Cécile Durand (GISCOP84)

Les temporalités de la prise en charge et des vécus du cancer
Manon Vialle (Centre Norbert Elias)

Quand les aliments questionnent : le crudivorisme
Solenn Thircuir (Centre Norbert Elias)

14h00-17h00
Présentation du blog « Après l’effondrement à Marseille »
Ecoute d’une capsule sonore et d’extraits d’entretiens
Animé par Mikaëla Le Meur (LAMC/Université Libre de Bruxelles) et Sandrine Musso (Centre Norbert Elias/AMU)

Visionnage de films
Notre pain quotidien, Nikolaus Geyrhalter. 2006. 92′ (extraits)
Demain tous crétins, Thierry de Lestrade. 2017. 56′ (en entier)
Suivi d’une discussion avec Carine Baxerres et Dorothée Dussy

Mercredi 29 mai

9h30-12h30
Épidémiologie populaire autour de santé et site industrielle polluant Fos-Epseal
Johanna Lees (Centre Norbert Elias/CNRS)

Crises sanitaires gérées par le Samu : situations aiguës et situations latentes
Philippe Hert (Centre Norbert Elias/AMU) et Dominique Grassineau (AP-HM)

Redéfinir les troubles mentaux à travers la notion de crise : l’exemple de « l’équipe de crise » de Mayotte
Elodie Berenguer (IHRIM/ENS Lyon)

14h00-17h00
“Mise en crise” du système pharmaceutique au Bénin
Carine Baxerres (IRD)

Construction du paradigme clinique de la mindfulness (pleine conscience) en santé mentale : contempler la crise
Mahé Ben Hamed  (Centre Norbert Elias/CNRS)

Synthèse et perspectives
Suzanne de Cheveigné (Centre Norbert Elias/CNRS)

 

Coordination scientifique
Carine Baxerres, Mahé Ben Hamed, Suzanne De Cheveigné, Dorothée Dussy, Philippe Hert, Brigitte Juanals, Sandrine Musso, Christelle Rabier, Francesca Sirna, Manon Vialle.

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution : Les réformes de l’organisation des soins primaires.

Pour le numéro de janvier-mars 2020 de la  Revue Française des Affaires Sociales.

Dossier coordonné par :
Patrick Hassenteufel (Université de Versailles-Paris Saclay, Printemps)
Michel Naiditch (IRDES)
François-Xavier Schweyer (EHESP, CMH).

Cet appel à contribution s’adresse aux chercheurs en sociologie, science politique, économie, gestion, géographie, démographie et droit ainsi qu’aux acteurs du champ sanitaire et médico-social.

Les articles sont attendus avant le lundi 2 septembre 2019.

Un format de 45 000 signes maximum est demandé.

Trois axes sont proposés :

1.       L’analyse de la construction des politiques de réformes des soins primaires, en s’intéressant en particulier aux acteurs jouant un rôle clef dans la publicisation des enjeux et dans la promotion de nouveaux modes d’organisation des soins primaires.

2.       L’analyse de la mise en place de nouveaux modes d’organisation des soins de premier recours au niveau local, ce qui pose les questions relatives aux financements, au cadre juridique et, de façon centrale, celle de la coordination et des interactions entre les multiples acteurs impliqués.

3.       L’analyse des effets de ces réorganisations sur les pratiques professionnelles, en termes de mode d’exercice, de rationalisation et de standardisation des pratiques, de contours des frontières professionnelles, de relations entre professionnels de santé et du médico-social, de relations avec les patients et les aidants, et de professionnalisation de certaines fonctions notamment de coordination, de l’apparition de nouveaux métiers ou de nouvelles spécialisations.

Un séminaire de travail consacré à ce dossier, notamment afin de présenter le texte et de répondre aux questions de potentiels contributeurs, aura lieu le lundi 20 mai de 16h30 à 18h30 dans les locaux de la DREES en salle 4111 R (accès par le 18 place des Cinq Martyrs du Lycée Buffon – 4ème étage).

Merci de nous informer de votre présence à cette adresse : rfas-drees@sante.gouv.fr.

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: L’hôpital en Asie du Sud. Politiques de santé, pratiques de soin

L’hôpital en Asie du Sud

Politiques de santé, pratiques de soin

Études réunies par Clémence Jullien, Bertrand Lefebvre & Fabien Provost

Éditions de l’EHESS
Parution : Février 2019
Coll. : Purushartha
Volume : 36
ISBN EHESS : 978-2-7132-2776-9
Prix : 27.00€
http://editions.ehess.fr/ouvrages/ouvrage/lhopital-en-asie-du-sud/
Résumé:
L’hôpital est en crise. L’hôpital est en recomposition. L’hôpital doit s’ouvrir sur le reste du système de soins. Il doit resituer le patient au cœur de son modèle médical. Ces constats, entendus de Paris à New-Delhi, sont symptomatiques d’une institution en profonde mutation depuis plusieurs décennies.
Invitant au décentrement de ces enjeux, et rassemblant des chercheurs issus de différentes disciplines (anthropologie, géographie, psychologie, sociologie), ce volume présente un panorama actualisé des transformations de l’hôpital en Asie du Sud, en prenant appui sur la pluralité des pratiques, des normes, des lieux de soins, si particulière à cette région.
De la santé de la mère et de l’enfant à la psychiatrie, du secteur public au secteur privé, de l’Inde au Pakistan, ces contributions témoignent de l’émergence de nouvelles aspirations chez les patients comme chez le personnel soignant, d’une redéfinition des relations entre soignants et soignés, et du développement de normes et pratiques novatrices en milieu hospitalier.
Par la multiplicité des terrains présentés, ces travaux ne sont-ils pas aussi l’occasion d’interroger plus largement les transformations du rôle de l’État, la persistance de tensions sociales, religieuses et inter-castes, et enfin la circulation de modèles de soins entre global et local ?

Sommaire

Clémence Jullien, Bertrand Lefebvre & Fabien Provost
Introduction

Violation des normes au nom des patients ?
Bertrand Lefebvre
L’accréditation hospitalière et la qualité des soins en Inde. Entre logiques commerciales et objectifs de santé publique

Clémence Jullien
« Bien-être familial » : une notion illusoire ? L’envers de la rhétorique en milieu hospitalier indien

Fabien Provost
« Retenir son stylo » pour l’équité. Le contournement des règles chez les médecins légistes en Inde

Emma Varley
Against Protocol : The Politics and Perils of Oxytocin (Mis)Use in a Pakistani Labour Room

Espaces hospitaliers : vers la complémentarité des soins ?
Clément Bayetti, Sushrut Jadhav & Sumeet Jain
Mapping Mental Well-Being in India Initial Reflections on the Role of Psychiatric Spaces

Cecilia Van Hollen, Shweta Krishnan & Shibani Rathnam
“It’s Partly in our Hands; it’s Partly in the Hands of the Goddess” Cancer Patients’ Quest for Healing in South India

Sneha Banerjee
Beyond Healthcare at Hospitals Experiences of Women Acting as Surrogates in India

Le bien-être en question : expériences de soins 
Anne Gagnant de Weck
Un bien-être sous prescription médicale Injonction au bonheur dans un hôpital psychiatrique de Delhi

Annika Strauss
“This Hospital is not Good!” A Mad Narrative from a Psychiatric Ward in Mumbai

Sandra Bärnreuther
When Time Stretches Waiting and In Vitro Fertilization in India

Categories
appel à contribution Appel à... (colloque, ouvrage, emploi)

Appel à contribution: La pertinence des soins

 

Appel à contribution pluridisciplinaire pour le numéro de juillet-septembre 2019.
Dossier coordonné par Laure Com-Ruelle (IRDES) et Katia Julienne (HAS).
Date limite pour les proposition: 11 mars 2019.

 

Cet appel à contribution s’adresse aux chercheurs en santé, philosophie, science politique, droit, économie et sociologie ainsi qu’aux acteurs du champ sanitaire et médico-social.

 

Sur fond de scandales sanitaires liés aux médicaments ou autres produits de santé et dans un contexte de désertification médicale, les médias, les politiques et les citoyens s’emparent de la question et des débats sur la pertinence des soins, défini comme le soin approprié au bon moment pour la bonne personne. C’est ce que l’on observe par exemple avec les critiques d’Octobre rose (campagne de sensibilisation au dépistage précoce du cancer du sein généralisé à toutes les femmes). Les arguments qui s’opposent mettent notamment en balance les risques et les traumatismes de la pratique avec les bénéfices et les résultats attendus, renvoyant alors directement à la question de la pertinence des soins.

Ces questionnements sont renforcés par la publication régulière de rapports illustrant des variations nationales et internationales de pratiques de soin. C’est notamment avec la publication du rapport « Geographic Variations in Health Care: What Do We Know and What Can Be Done to Improve Health Care Performance? » par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en 2014 que la prise de conscience s’est accentuée : le phénomène de variations régionales des pratiques médicales, qu’il s’agisse de prévention, de diagnostic ou de traitement, est un phénomène global. Le rapport démontre alors que ces variations ne s’expliquent pas seulement en termes d’état de santé de la population, ni en termes de préférences des patients ou des professionnels et limite la part de responsabilité nationale de la structuration du système de santé. De plus, des travaux récents de l’OCDE mettent en exergue le renforcement du rôle de la qualité dans la régulation des systèmes de santé et les efforts conduits pour renforcer la pertinence des soins (« Caring for quality in Health : Lessons learnt from 15 Reviews of Health Care Quality », OCDE, 2017).

Ainsi, la régulation par la pertinence des soins apparaît désormais comme un sujet stratégique à part entière de la qualité de la prise en charge et un enjeu majeur pour la sécurité des patients et l’organisation du système de soins. Afin d’ouvrir la réflexion sur ce qu’est un soin pertinent et de l’inscrire dans une réflexion globale, le médecin américain Vikas Saini propose d’intégrer la dimension économique dans la définition même du concept. Serait alors un bon soin, le soin qui optimise la santé et le bien-être en délivrant ce qui est nécessaire, demandé par le patient, cliniquement efficace, équitable socialement et responsable vis-à-vis des ressources limitées de notre planète. La « valeur » d’un soin s’apprécierait ainsi à l’aide d’un ratio / d’une balance tenant compte de l’ensemble de ces aspects.

La question de la prise en compte de l’aspect économique renvoie également à la question, plus large, des inégalités sociales. Des recherches tendent à montrer qu’en France, les inégalités sociales génèrent des différences de traitement. Ainsi, le recours à l’arthroplastie du genou ou à l’hystérectomie serait, par exemple, lié au niveau d’éducation, au milieu socio-économique et au territoire d’habitation (OCDE 2014). Le peu d’études à disposition ne permet pas de conclure sur les raisons de ces différences, néanmoins des hypothèses sont avancées qui renvoient, non pas à un recours plus tardif aux soins, mais aux représentations sociales que les professionnels ont de leur patient, et notamment vis-à-vis de leur capacité à comprendre, mettre en oeuvre et respecter les prescriptions (Baudelot et al. 2016).

Doit-on dès lors introduire la question économique dans la définition du « bon soin » ? Qu’advient-il de la définition initiale du soin pertinent lorsque le praticien rencontre les réalités économiques et sociales ? La réponse à cette question n’est pas fermée et fait l’objet d’un débat de fond.

Les conditions socioéconomiques, ainsi que la question du financement du système de soins pourront être examinées comme des déterminants de cette pertinence ou comme des variables impactant la pertinence. Dans le cadre du présent appel, chaque contributeur sera ainsi libre de proposer sa propre définition de la pertinence des soins et de prolonger la réflexion entamée ici, sans toutefois s’y limiter. En effet, cet appel à contribution invite davantage à apprécier la question de la pertinence des soins au croisement de logiques éthiques, politiques et professionnelles, des champs sanitaire et médico-social.

L’analyse des enjeux portés par les différents acteurs permettra d’appréhender les réalités locales, nationales voire internationales, mais également les questionnements propres au contexte dans lequel les soins sont dispensés : soins à domicile, en cabinet, hospitalisation en établissement ou à domicile, en accueil de jour ou en hôpital psychiatrique, chaque contexte pouvant conduire les professionnels à redéfinir leurs pratiques et à repenser la relation à son patient. Qu’est-ce qu’un choix éclairé ? Comment tenir compte d’un faible niveau d’éducation ? De limites cognitives ou psychiques des patients ? Comment et qui doit / peut accompagner le patient dans l’expression de sa demande ? La relation patient-médecin s’est historiquement construite sur un modèle paternaliste, dans laquelle le médecin, appartenant à l’élite, sait et le patient exécute (Pierron 2007). L’érudition des médecins, la longueur de leurs études et la difficulté d’y accéder constituent aujourd’hui encore un marqueur social valorisant, notamment au sein des classes populaires ou auprès des personnes peu qualifiées. Cet écart dans les positions sociales continue à influencer la relation du patient aux professionnels, et génère parfois des inégalités de traitement (Leclerc, Kaminski, et Lang 2008) qui sont préjudiciables à la transmission de l’information nécessaire pour assurer la pertinence des soins. Dès lors, comment supprimer les rapports hiérarchiques induits par les anciennes habitudes sociales, par l’écart de niveau d’instruction ou encore par l’écart des positions sociales ?
La multiplicité des acteurs et des logiques amène ainsi à interroger la pertinence des soins aux trois niveaux d’analyse de l’action.

Au niveau micro, on pourra questionner le rôle des professionnels de la santé, la transformation du rôle du patient (du malade au patient acteur / expert), les interactions patient-médecin, la prise de décision de soin…
Au niveau méso, la pertinence des soins amène à interroger le rôle des instances locales, les enjeux spatiaux rencontrés par les collectivités territoriales, mais également les dynamiques professionnelles dans un espace social où les tensions entre les différents corps de métier sont omniprésentes (Peneff 1992; Arborio 2001; Robelet, Serré, et Bourgueil 2005).
Enfin, au niveau macro, la question de la gouvernance des politiques publiques de santé pourra permettre de questionner les enjeux économiques, sociaux, mais aussi écologiques alimentant les débats politiques et éthiques autour de la définition du bon soin et de l’évaluation de la pertinence des soins.

Ces trois niveaux d’analyse pourront être mis en oeuvre, séparément ou non, afin de permettre une appréhension globale de la pertinence des soins au travers de trois axes :

  • L’enjeu de l’organisation du système de santé.
  • Le rôle et la place du patient
  • Inciter, accompagner et évaluer

Précisions

Les contributions faisant état des expériences étrangères seront particulièrement bienvenues. Par ailleurs, si trois axes ont été distingués pour faire apparaître la diversité des questions, les contributions pourront bien sûr les combiner pour souligner leurs interactions. Enfin, faut-il le rappeler, cet appel à contribution est pluridisciplinaire et s’adresse tant aux chercheurs qu’aux acteurs du champ de la protection sociale. Les regards croisés voir les controverses entre disciplines y ont toute leur place.

Des informations complémentaires sur le contenu de cet appel à contribution peuvent être obtenues auprès des coordonnateurs aux adresses suivantes :
Comruelle@irdes.fr 
k.julienne@has-sante.fr

Les auteurs souhaitant proposer à la revue un article sur cette question devront l’adresser accompagné d’un résumé et d’une présentation de l’auteur à cette adresse: rfas-drees@sante.gouv.fr

PDF de l’appel à contribution

Categories
écrits Non classé parution

Parution d’ouvrage: Santé mentale et souffrance psychique. Un objet pour les sciences sociales

 

CNRS Editions
25/10/2018
Format : 15.0 x 23.0 cm
Nombre de pages : 416
ISBN : 978-2-271-08946-5
Prix : 25 €

 

Sous la direction de Isabelle COUTANT et Simeng WANG

 

Selon l’OMS, les troubles psychiques concerneraient une personne sur quatre dans le monde. En France, ces troubles occasionnent chaque année plus de 10.000 suicides et près de 200.000 tentatives. Parallèlement, la vente d’antidépresseurs a été multipliée par sept entre 1980 et 2000. Ces pathologies ne peuvent se résumer à une affaire de connexions intra-cérébrales car les peines, les souffrances, les inhibitions, les déceptions, les angoisses, les peurs sont aussi liées aux environnements social et culturel.
Aborder le psychisme du point de vue des sciences sociales permet de mieux comprendre, analyser et prendre en charge la santé mentale. Émile Durkheim sur le suicide et plus tard Michel Foucault sur la folie ont ouvert la voie. Cet ouvrage souhaite la poursuivre en étudiant également les interactions entre systèmes de soins et politiques publiques, en repensant le rôle et la fonction de la psychiatrie, en enquêtant au plus près des individus et des groupes qui font l’objet des interventions «psy», mais aussi au plus près des soignants. La santé mentale est en effet devenue le nouveau langage des luttes sociales. C’est pour répondre à cette exigence de notre monde contemporain que cet ouvrage à vocation pédagogique a été conçu.

Journée de présentation de l’ouvrage : 12 décembre (9h30-17h30), Université Paris Descartes (salle R 229).

 

Isabelle Coutant est sociologue au CNRS (Iris). Elle est spécialisée en ethnographie urbaine et s’est régulièrement intéressée à la question de la souffrance psychique d’un point de vue sociologique. Elle a récemment publié Troubles en psychiatrie, 2012, et Les migrants en bas de chez soi, 2018.

Simeng Wang est sociologue, chargée de recherche au CNRS(Cermes3). Ses travaux se situent entre autres au croisement des migrations internationales et de la santé dans un monde globalisé. Elle est notamment l’auteure d’Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris, 2017.

Avec participations de (par ordre de parution dans l’ouvrage) : Brigitte Chamak, Aude Béliard, Jean-Sébastien Eideliman, Isabelle Coutant, Simeng Wang, Didier Fassin, Philippe Le Moigne, Michel Gollac.

 

Sommaire

Categories
appel à contribution

Appel à contribution: L’Afrique en santé. Interventions, acteurs et dynamiques à l’ère de la « Global Health ».

Politique africaine

Dossier coordonné par :

Fred Eboko, sociologue et politiste, Directeur de Recherche à l’IRD
UMR 196 CEPED – Université Paris Descartes – IRD
fred.eboko@ird.fr

et

Carine Baxerres, anthropologue, Chargée de recherche à l’IRD
UMR 216 MERIT – Université Paris Descartes – IRD, Centre Norbert Elias
carine.baxerres@ird.fr

 

Le dernier numéro de Politique africaine sur la santé date de décembre 19871. Cette proposition de dossier vise à combler un vide de près de 30 ans et à rendre compte des changements considérables qu’a connu récemment l’univers de la santé publique en Afrique.
Notre point de départ est l’avènement au tournant des années 2000, à l’échelle du continent et plus globalement dans les pays du Sud, d’une nouvelle ère, dite de la « Global Health », associée à un accroissement considérable des ressources mises en jeu, à l’émergence de nouveaux acteurs (fondations philanthropiques), de nouvelles formes d’interventions (partenariats publics-privés) et à la définition de nouvelles priorités et cibles pour les politiques de santé.
L’objectif de ce numéro est d’appliquer le regard des sciences sociales du politique à ce tournant, tel qu’il se manifeste sur le continent africain. L’enjeu principal (et notre apport à la littérature existante) est de réunir des recherches menées en Afrique dans le contexte de cette césure politique alors que ces travaux ne sont pas inspirés par l’ethos et la praxis de la « Global Health » et qu’ils en fournissent une lecture critique. Ce dossier se propose ainsi de « politiser » le débat sur la santé globale. Il ne s’agit pas de remettre en cause la réalité des progrès réalisés sur certaines questions sanitaires (sida, paludisme) mais d’analyser la reconfiguration du monde de la santé publique en Afrique en :

1-  Proposant une description institutionnelle, politique et historique de ces phénomènes, qui ne se limite pas à la chronique des progrès ou aux acteurs transnationaux les plus visibles, et pose en particulier la question de la place (changeante) des Etats et des acteurs africains dans cet univers ;

2- Traitant les revendications de rupture et de progrès, et les promesses de succès voire de salvation comme des discours politiques performatifs, qui participent d’une forme d’hégémonie – d’une raison humanitaire, sécuritaire et spéculative dont il faut interroger les fondements et les effets, mais aussi peut-être les impensés ;

3- Engageant une analyse critique et ciblée des programmes et stratégies de santé elles-mêmes, et en particulier de la « politique des solutions simples » ; cette approche, qui définit une part considérable des interventions de la « Global Health » autour de la triade « solution technologique miraculeuse »/ « obstacles culturels » / « patients et populations à éduquer », évacue complètement la question des inégalités, de la violence structurelle et des trajectoires historiques spécifiques des différents Etats et terroirs politiques ;

4- Enfin, en prenant au sérieux l’historicité du rapport entre pouvoirs, maladies et extraversion en Afrique, qui intègre la nouvelle ère de la « Global Health » dans des registres anciens d’expériences, de conflits, d’interprétations et d’accusations où la place de l’Afrique dans l’ordre mondial s’énonce et se problématise.

Ainsi, à travers ce numéro, nous voulons questionner les processus par lesquels se conçoivent, se construisent et se mettent en oeuvre les politiques de santé en Afrique contemporaine. Quels sont les facteurs et la configuration des acteurs qui déterminent l’émergence, la mise sur agenda politique, la circulation transnationale, internationale et nationale des acteurs, des institutions, des experts, des parties prenantes, et de l’ensemble des intervenants d’une politique de santé ? Nous souhaitons adopter une approche dynamique des jeux d’acteurs et de la gouvernance multiniveaux qui encadre les politiques de santé en Afrique, de manière différente d’une pathologie ou d’une question de santé à l’autre.
Nous proposons de fournir des analyses de ces différentes réalités à travers des contributions qui éclairent chacune une question spécifique mise à l’agenda de la « Global Health », qu’elle se fixe sur une pathologie ou une question de santé spécifique ou sur un dispositif sanitaire ou technique.
Nous attendons des propositions d’études originales, basées sur une approche empirique en sciences sociales, qui soulignent les apories et les défis actuels en matière de lutte contre des maladies ou de mise en place de dispositifs spécifiques en santé en Afrique. Nous entendons aussi discuter certaines caractéristiques de la mise sur agenda en « Global Health » (verticalité des programmes, masse des fonds levés, utilisation avant tout de « magic bullets » et autres objets technologiques, manque de renforcement des systèmes de santé, etc.), et ainsi décrire les tensions entre réalités locales et injonctions globales.

Calendrier :

10 septembre : Envoi des propositions (1 page max) aux coordinateurs du dossier
20 septembre : Communication du choix des propositions retenues
25 novembre : Envoi des articles au comité de rédaction de la revue
Mars 2019 : Publication du dossier

 

Télécharger l’appel complet

Categories
Séminaire

Séminaire 2017-2018 : « Santé, inégalités sociales et rapports de domination »

 

 

(2e année)

Le mercredi de 10h-12h30, salle 159

Centre CNRS Pouchet,
59/61 rue Pouchet,
Paris 17e

Métro Brochant ou Guy Môquet (ligne 13), bus 66 (arrêt Jonquière)

 

 

 

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

 

 

Depuis une dizaine d’années, la montée en puissance du thème des inégalités sociales et territoriales de santé est repérable à la fois dans l’action publique et dans la recherche en sciences sociales. Paradoxalement, alors même qu’on observe un (relatif) « retour des classes sociales » dans les sciences éponymes, les inégalités de santé sont rarement réfléchies en termes de rapports de domination – et a fortiori dans le croisement avec d’autres rapports de domination, notamment de race, de sexe et/ou de génération. Ce séminaire entend croiser une sociologie des politiques de santé, du travail médico-social et des classes sociales pour analyser les logiques de (re)production des inégalités et des discriminations en matière de santé.

 

Contacts : maud.gelly@cnrs.fraudrey.mariette@univ-paris8.frlaure.pitti@cnrs.fr

 

 

Programme

 

17 janvier 2018 : Muriel Darmon (CESSP-CSE, EHESS)

Cerveau et classe sociale : où, quand, comment les positions sociales de classe interviennent-elles dans les parcours de patients suite à un AVC ?

Discutant : François-Xavier Schweyer (CMH-ERIS, EHESP)

 

14 février 2018 : Anne Paillet (CESSP, Université Paris1)

Étudier les différenciations sociales des pratiques médicales, d’un médecin à l’autre et d’un patient à l’autre

Discutant : Patrick Castel (CSO, CNRS)

 

14 mars 2018 : Pascal Marichalar (IRIS, CNRS-EHESS)

Qui a tué les verriers de Givors ?

Discutant : Marc-Olivier Déplaude (IRISSO, INRA)

 

11 avril 2018 : Christelle Avril (IRIS, EHESS) 

L’hôpital et ses transformations du point de vue des secrétaires

Discutant : François Boureau (CRESPPA-CSU, Université Paris 8)

 

16 mai 2018 : Julie Ancian (IRIS, EHESS) 

Agency et déterminants sociaux en santé reproductive ; réflexions à partir d’une recherche sur les parcours des femmes ayant tué leur nouveau-né

Discutante : Marguerite Cognet (URMIS, Université Paris Diderot)

 

13 juin 2018 : Delphine Serre (CERLIS, Université Paris Descartes)

Accidents du travail non reconnus, accidents du travail contestés : les tribunaux des affaires de sécurité sociale face aux inégalités

Discutante : Anne-Sophie Bruno (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Université Paris 1)