Categories
appel à contribution

Appel à contribution Anthropologie & Santé: Systèmes de soin, catégorisations et expériences : quelle(s) spécificité(s) des cancers de l’enfant ?

Le revue Anthropologie & Santé lance un appel à contributions pour le dossier thématique – Systèmes de soin, catégorisations et expériences : quelle(s) spécificité(s) des cancers de l’enfant ?

Dossier coordonné par Solenne Carof, Thibaud Pombet, Emilien Schultz. 

Ce dossier thématique d’Anthropologie & Santé invite des contributions sur la prise en charge et l’expérience du cancer chez les enfants et adolescents, dans une perspective anthropologique et sociologique, pour explorer la relation entre les organisations de santé et les parcours de soin. L’objectif des articles retenus sera de mettre en discussion la portée des catégories médicales et profanes circulant dans le domaine de la cancérologie pédiatrique, à partir d’enquêtes de terrain conduites dans différents contextes nationaux. Nous identifions en particulier trois axes:

Axe 1 – Systèmes de soins nationaux et prises en charge des cancers pédiatriques

Les particularités biologiques des pathologies pédiatriques, l’état des connaissances et des traitements disponibles, le statut de l’enfant, la place de la famille et la structuration du monde médical tendent à faire des cancers pédiatriques un objet d’étude à part tant dans le domaine des cancers ou que celui de la santé de l’enfant (Lecompte, 2016 ; Rollin et al., 2015). En France, cette prise en charge se fait dans des organisations dédiées nécessitant une division du travail particulière. Dès lors, comment ces prises en charge pédiatriques sont-elles pensées en organisations spécifiques liées à des particularités d’âge des patients, tant du côté du soin que de la recherche ? Quels effets ces structurations différentes de l’offre de soin en matière de cancers pédiatriques ont-elles sur la circulation des jeunes malades, notamment en matière d’évacuation sanitaire ou de tourisme médical spécifique (Sakoyan, 2015) ?

Axe 2 – Catégorisations médicales et professionnelles

La prise en charge des cancers pédiatriques est fortement contrainte par les normes sociales sur l’enfance (Querre & Mestre, 2007 ; Zélizer, 1994), sur la famille (Mougel, 2009) et sur le cancer (Pinell, 1992), ce qui contribue à façonner la perception et l’action des soignés, des soignants et des proches. De quelle manière ces délimitations se concrétisent-elles dans l’expérience des acteurs et évoluent en fonction des situations ? Par exemple, comment les évolutions des prises en charge liées aux mutations des représentations de l’autonomie de l’enfant (Bonnet, 2005) ou des « AJA » (les « adolescents et jeunes adultes » (Pombet, 2016) modifient-elles les formations des soignant·e·s, la construction de spécialités médicales (onco-pédiatre, infirmier·e·s de coordination ou de pratique avancée) ou encore la catégorisation des publics (enfants, pré-adolescents, adolescents, grands adolescents, jeunes adultes, « AJA », etc.) ? La question de la spécificité des soins palliatifs pédiatriques (équipes « douleur », psycho-oncologues pédiatriques, etc.) nécessite également d’être interrogée au regard des représentations et catégories d’âge : comment sont pensés les accompagnements de ces enfants selon les contextes socio-politiques des pays concernés ? Comment les professionnels de santé se saisissent-ils de ces catégories pour les légitimer ou au contraire les remettre en cause, comme le montre l’existence d’une frontière d’âge dans les essais cliniques ?

Axe 3 – L’expérience de la maladie chez les enfants, adolescents, proches et aidants

Pour les malades du cancer, l’histoire de la maladie, étroitement liée avec celle de leur vie, forme une trajectoire multidimensionnelle (Santelli, 2019). Largement empreints d’une dimension expérientielle, ces parcours sont racontés par les enfants, leurs familles et les médecins (Rossi 2019). Même dans les pays « médicalisés » où le diagnostic peut être réalisé, l’expérience du cancer vécue par les enfants, les adolescents et leurs parents est caractérisée d’abord par la rareté voire l’invisibilité de la maladie. De quelle manière la dimension culturelle de la maladie, le contexte socio-politique, mais aussi les aspects plus concrets de l’organisation des systèmes de santé nationaux façonnent-ils cette expérience de la maladie, non seulement pour les jeunes, leurs familles, mais également les aidant·e·s et des pairs aidants ? Quel est l’impact de cette (non) reconnaissance sur la construction identitaire à long terme des jeunes soignés du cancer ? Enfin, de quelles manières ces situations amènent-elles certains parents, patients et aidants à s’engager dans des associations pour faire avancer la lutte contre les cancers pédiatriques ?

Modalités de soumission et calendrier

Les propositions de contribution devront comporter un titre, la présentation de l’auteur·e ou des auteur·trice·s, et un résumé de 500 mots comprenant : un cadrage de la proposition par rapport à l’appel (avec éventuellement un axe pressenti), une méthodologie et un cadre théorique, ainsi que les arguments qui seront développés.

Elles devront être envoyées avant le 1er février 2020, aux trois coordinateur·trices (Solenne Carof, Thibaud Pombet, Emilien Schultz) aux adresses suivantes :

solenne.carof@gustaveroussy.fr
thibaud.pombet@gmail.com
emilien.schultz@gustaveroussy.fr

En cas de réponse favorable (courant mars), les articles complets seront à envoyer pour le 1er juin 2020.

Les articles sélectionnés seront ensuite transmis à la rédaction d’Anthropologie & Santé et seront évalués individuellement selon le processus habituel de double évaluation externe et anonyme.

La publication de ce numéro est prévue en novembre 2021.

Les articles acceptés pour publication pourront être mis en ligne avant cette date dans la rubrique dédiée de la revue.

Lien vers l’appel à contribution

Categories
Appel à projets Appel à... (colloque, ouvrage, emploi) bourse Emploi

Appel à projets en sciences humaines et sociales – Association France Parkinson

L’association FRANCE PARKINSON lance son troisième appel à projets de recherche en Sciences Humaines et Sociales dans le domaine du vivre avec la maladie de Parkinson. La prise en charge de la maladie de Parkinson et de ses conséquences ne se limite pas à l’application de traitements médicamenteux. La recherche de solutions au plus près des personnes atteintes de la maladie et de leurs proches est un combat prioritaire. Cet appel à projets en Sciences Humaines et Sociales vise à augmenter la connaissance et la compréhension des problématiques du quotidien des personnes malades et de leur entourage et permettre l’émergence de solutions.

Bourses et subventions 2019:
10 décembre 2018: Date d’ouverture
28 février 2019 : Date de clôture
Avril 2019 : Sélection par la Commission Sciences Humaines et Sociales et communications des résultats.
Septembre 2019 : Début du financement
Durée de la subvention : 3 ans maximum

L’appel à projet complet est disponible ici: APPEL A PROJETS SHS 2019 FRANCE PARKINSON_

Association France Parkinson
Reconnue d’utilité publique (décret du 17 juin 1988)
18, rue des Terres au Curé – 75013 PARIS
Tél. 01 45 20 22 20 – mail : e.busch@franceparkinson.fr

Categories
écrits parution

Parution d’ouvrage: « Oublier des choses: Ce que vivent les malades d’Alzheimer », par Baptiste Brossard

Avis de parution d’ouvrage:

Oublier des choses: Ce que vivent les malades d’Alzheimer

Par Baptiste Brossard

Éditeur: Alma Éditeur
Date de publication: 10/2017
EAN: 139782362792397
ISBN: 978-2-36279-239-7
Nombre de pages: 288
Prix: 18.90 €

Présentation de l’éditeur

Alors que dans le monde près de 50 millions de personnes (800 000 en France) sont diagnostiquées comme souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence apparentée, une seule perspective prévaut : la perspective médicale. Ce livre propose un autre point de vue, complémentaire et critique.

Pour la première fois, une enquête sociologique immerge le lecteur dans les diverses relations qui forgent la réalité quotidienne des personnes concernées, depuis le bureau des gériatres jusqu’aux couloirs des centres d’hébergement. Sociologue habitué au travail de terrain, Baptiste Brossard a rencontré des patients, des médecins, des soignants, des familles, des directeurs de maisons de retraite. Il s’est entretenu avec eux, les a écoutés, observés. Ces témoignages, souvent émouvants, parfois édifiants ou surprenants, montrent que les démences ne peuvent être comprises seulement comme des problèmes de santé, que la maladie se façonne aussi à travers les liens qui se tissent autour des personnes.

Biographie de l’auteur

Né en 1985, Baptiste Brossard est chercheur et enseignant à l’Australian National University, à Canberra. Le présent livre s’appuie sur cinq années d’enquête menées en France et au Québec. Il a publié précédemment chez Alma Se blesser soi-même, une jeunesse autocontrôlée.

Categories
Colloque Evènements scientifiques

19ème Forum National SOS Hépatites – 16 et 17 novembre 2017 – Marseille

Lieu:
Hôpital Saint Joseph
26 Boulevard de Louvain , Marseille

Cliquez sur ce lien pour une inscription GRATUITE

Personnes concernées, hépatologues, addictologues et professionnels engagés dans des actions d’accompagnement et d’éducation thérapeutique : nous vous donnons rendez-vous à notre prochain Forum national pour un temps d’échange et de formation.

Programme:

JEUDI 16 NOVEMBRE

9h00-9h30      Accueil des participants

9h30-10h00   Ouverture du Forum
Patrick PADOVANI, Adjoint au Maire, Mairie de Marseille
Délégué à la santé, Hygiène, Personne Handicapées Alzheimer Sida Toxicomanies
Pascal MELIN, Président Fondateur de SOS hépatites Fédération

10h00-12h20 Plénière

Dépistage

Une épidémie cachée de l’hépatite C persiste. En 2018, les stratégies de dépistage sont-elles pertinentes ?
Les experts proposent un dépistage de l’infection par le VHC chez tous les adultes au moins une fois dans leur vie. En pratique, quelles actions faut-il mettre en œuvre ? Par quels acteurs ?
Dr Denis OUZAN, HGE Saint-Laurent-Du-Var
Pascal MELIN, Président Fondateur de SOS hépatites Fédération
Traitements  VHC: effets secondaires et surveillance au long cours

Les effets secondaires de la bithérapie combinant l’Interféron Pégylé et la Ribavirine étaient dévastateurs mais nous avons eu tant de mal à nous faire entendre.
Les nouveaux traitements contre l’hépatite C sont terriblement efficaces. Après 3 ans de suivi, il est temps de parler des effets secondaires mais aussi des principales questions qui persistent pour les personnes débarrassées du virus : réactivation du Cancer ? De l’hépatite B ? Quel suivi et quelle surveillance au long cours ? Les malades sont là pour en parler, la cohorte HEPATHER de l’ANRS aussi…

Dr Marc BOURLIERE, chef de service HGE, Hôpital Saint-Joseph Marseille
et Militants de SOS Hépatites

12h30-14h00 Repas

14h00-17h30 Plénière et clôture de la journée

Actualités thérapeutiques

En septembre et octobre 2017 ont eu lieu les congrès de : l’American Association for the Study of Liver Diseases (AASLD) ; de l’Association Française pour l’Etude du Foie (AFEF) ; le colloque européen et international Addictions Toxicomanies Hépatites SIDA (ATHS) ; le symposium du réseau international de prise en charge des hépatites chez les usagers de drogues (INHSU). Finalement, quelles avancées pour les malades ?
Pascal MELIN, Président Fondateur de SOS hépatites Fédération

Hépato-Carcinome et transplantation 

Hépatite B : greffe solidaire : la législation autorise désormais le prélèvement d’organes aux personnes vivant avec un virus B. Un patient atteint d’une hépatite B et ayant bénéficié de ce « modèle » ou « type  »  de greffe apportera son témoignage.

Nouveaux traitements pangénotypiques contre l’hépatite C : quel apport pour les personnes greffées ? Faut-il traiter avant ou après la greffe ? Pourquoi ? Quel suivi ?

Pr Georges PHILIPPE PAGEAUX, service HGE, CHRU Montpellier

La stéatose, les hépatants sont aussi concernés

Se débarrasser du virus de l’hépatite C, c’est bien et désormais quasiment assuré. Le traitement prometteur contre l’hépatite B se fait quant à lui toujours attendre. La suppression virologique est une obsession et cache d’autres risques pour les hépatants. La stéatose est une bombe à retardement, pour toutes et tous.
La malbouffe, l’obésité, le diabète… attaquent notre foie, guéri ou non d’une hépatite virale….certains traitements aussi. Nous verrons pourquoi les porteurs des virus de l’hépatite B et ceux de l’hépatite C sont particulièrement touchés et comment y remédier.

Hépatite A ET E : Quelle surveillance ?

Les virus des hépatites A et E ont de fortes similitudes notamment concernant les modes de transmission.
Il n’existe actuellement pas de vigilance particulière sur l’hépatite E mais, les connaissances se précisent et les recommandations des autorités sanitaires s’étoffent. Quelles sont les données ? Quelles vigilances peut-on mettre en place ? Quels sont les malades concernés ?
Pr Philippe COLSON, Laboratoire Bactério-Virologie, Hygiène, CHU de la Timone, Marseille

 

VENDREDI 17 NOVEMBRE

9h00-9h30      Accueil des participants

9h30-12h00   Travaux en atelier

Atelier 1 : Médecine complémentaires naturopathie et qualité de vie 

Les hépatants s’informent, s’entraident…mais finalement quelle est la place des médecines complémentaires et de la naturopathie dans l’amélioration du quotidien des patients ? Que faut-il demander en termes de prise en charge ?

Marc GRIMAUD enseignant -praticien de Shiatsu thérapeutique
Céline SUBIRA Naturopathe – Iridologue
Fréderic CHAFFRAIX, Vice-Président, SOS Hépatites Fédération

 

Atelier 2 : Nouvelles drogues, nouvelles hépatites ?

Depuis une dizaine d’années, de nouvelles drogues de synthèse ont fait leur apparition et sont facilement accessibles via le Darknet. Elles touchent de nouvelles populations d’usagers qui les utilisent pour des pratiques de chemsex ou de slam (marathons de sexe sous substances psychotropes injectées ou non). Les populations concernées sont particulièrement touchées par le VIH, les hépatites virales ou médicamenteuses. Quelles actions de réduction des risques existantes et sont à développer en PACA ?

Dr Muriel GREGOIRE, Psychiatre, CSAPA Villa Floréal, Aix en Provence
Perrine ROUX, Chercheuse en Santé Publique, INSERM
Hélène DELAQUAIZE, Présidente SOS hépatites Paris Ile-de-France

Categories
appel à contribution

Appel à contribution – Les maladies chroniques aux Suds : expériences, savoirs et politiques aux marges de la santé globale

Un numéro de la revue Émulations. Revue des jeunes chercheuses et chercheurs en sciences sociales, qui paraîtra fin 2018 aux Presses universitaires de Louvain, sera consacré au thème « Les maladies chroniques aux Suds : expériences, savoirs et politiques aux marges de la santé globale », sous la direction de Marie-Cécile Frieden (Université de Neuchâtel), Nils Graber (CERMES 3, EHESS) et Meriem M’Zoughi (LADEC, Université Lyon2).

Exposition de la problématique

Ce numéro thématique interroge le phénomène social particulier qu’est la maladie chronique en prenant en considération des contextes extrêmement variés. Il ne s’agit pas d’un « sud » considéré comme homogène, mais de situations qui sont traversées par des contextes et des enjeux diversifiés qu’il sera nécessaire de préciser afin de comprendre en quoi et comment le statut « négligé » des maladies chroniques affecte les sujets malades. L’objectif est d’appréhender les formes et temporalités de la maladie chronique en partant du constat d’une certaine « négligence » dans l’agenda de la santé globale, impliquant des manques d’infrastructures, de savoirs et de visibilité. Tout en interrogeant les formes et effets de cette « négligence », nous voulons apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : que signifie avoir une pathologie chronique dans un pays du Sud ? Comment se définit et se construit la chronicité dans ces contextes diversifiés ? Comment les savoirs biomédicaux sontils mobilisés, appropriés voire transformés dans des contextes locaux, et articulés aux savoirs profanes ? Quels paysages thérapeutiques ces pays offrent-ils ? Comment les ethnographies de situations sociales aux Suds (ré)interrogent-elles des concepts validés au Nord concernant le soin et la chronicité ? Qui sont les acteurs de la santé internationale qui oeuvrent à la prise en charge de ces pathologies et comment contribuent-ils à produire ou à diminuer leur dimension « négligée » ? Pour répondre à ces questions, les contributions devront situer leur objet de recherche par rapport à la question de la « négligence » pour s’inscrire dans l’un ou plusieurs des axes suivants :

  1. l’expérience de la chronicité du point de vue des temporalités de la maladie et des différents parcours de soins ;
  2. les institutions de prises en charge des maladies chroniques et les savoirs mobilisés. L’articulation entre les divers niveaux de savoirs et de pratiques, en particulier entre les savoirs biomédicaux, considérés comme des savoirs globaux et transnationaux, et des savoirs locaux (« traditionnels ») contextualisés ;
  3. les acteurs de la « santé globale » qui contribuent à produire ou à dépasser la « négligence » des interventions et programmes autour des maladies chroniques non-transmissibles.

Les contributions, s’inscrivant avant tout dans les disciplines des sciences sociales, voire dans le domaine de la santé publique, aborderont les terrains des maladies chroniques dans les Suds, où les enjeux globaux sont produits et actualisés. Les propositions s’appuyant sur des approches compréhensives et ethnographiques seront favorisées. Tout en s’inscrivant dans un ou plusieurs des trois niveaux structurels que sont les politiques de la santé globale, les dispositifs nationaux et les situations locales, l’attention sera portée aux circulations des normes et des pratiques, et à leurs points d’ancrage dans des contextes spécifiques. Il s’agira, d’une part, d’interroger l’hypothèse du caractère « négligé » de ces pathologies et, d’autre part, de comparer ces dispositifs selon les niveaux où les enjeux globaux des maladies chroniques sont produits et actualisés.

Calendrier

1er juin 2017 : date limite pour l’envoi des propositions d’articles

1er juillet 2017 : envoi des retours aux auteurs

1er décembre 2017 : envoi des manuscrits V1 (25 000 – 30 000 signes)

1er février 2018 : retour des évaluations vers les auteur·e·s

1er avril 2018 : envoi des manuscrits V2

15 mai 2018 : retour des évaluations vers les auteur·e·s

1er juillet 2018 : envoi de la dernière version des manuscrits à la revue

Novembre 2018 : publication du numéro

Les propositions de contribution se feront sous la forme d’un texte de 750 à 1000 mots. Elles comporteront un titre, cinq mots-clés et une brève présentation de l’auteur·e. Elles sont à envoyer par courriel avant le 1er juin 2017 aux quatre adresses suivantes : mariececile.frieden@unine.ch ; grabernils@gmail.com ; Meriem.M-Zoughi@univ-lyon2.fr redac@revue-emulations.net.

Le texte complet de l’appel avec plus des renseignements est disponible en ligne: Appel 2017 – Maladies chroniques aux suds